▲ up▼ down
annihilation



 
Viens donc te perdre sur notre roulette et te régaler demarrons chauds, laisse toi bercer de ces belles douceurs !
(PAUSE) PAS D’ÉVENT POUR LE MOIS DE SEPTEMBRE !! profitez de votre rentrée, installez vous comme il le faut !
TOUJOURS SUR HM ! es défis et la semaine à thème ont été renouvelé ! annihilation  359353108
nouveautés sur Hundred Miles !
Découvre les codes promotionnels et viens réclamer tes lots ! un résumé du sondage est également disponible.
continuité de l'animation SUPER(H)M et le sujet d'anniversaire toujours ouvert, n'hésite pas !
HUNDRED MILES
hundred miles c'est un forum réel asiatique city/universitaire basé à Séouldeux réponses par mois minimum — Avatars occidentaux bienvenus ! — Taille des avatars 200*320pxUne semaine pour finir sa présentation — Pas de prise de tête, rien que du love. That's all folks ٩(^ᴗ^)۶
vote pour hm !
✿︎
14.09.19 ➝ elle est là, la maj peachy n.38 qui sent bon le road trip automnal ici !
16.08.19 ➝ 37ème MAJ qui marque également les 3 ans du forum ! Viens mater les news ici !
08.08.19 ➝HM fête ses 3 ans ! merci à tous pour cette belle aventure qui se poursuit !
16.07.19 ➝ C'est la 36ème MAJ, façon summer night festival pour HM! les feux d'artifice c'est par ici !
16.06.19 ➝ 35ème MAJ, HM is a jungle pour ce mois de juin ! les news c'est ici !
12.05.19 ➝ Oh my my my ! 34ème maj fleurie pour HM qui affiche quelques nouveautés printanières !
13.04.19 ➝ 33ème MAJ toute fruitée pour le retour des beaux jours ! viens découvrir les news juteuses !
09.03.19 ➝ on accueille la 32ème maj et son design azuré ! viens découvrir les nouveautés !
09.02.19 ➝ installation de la MAJ n.31, avec un codage tout neuf et plein de nouveautés !
09.01.19 ➝ 30ème MAJ de HM ! viens découvrir les nouveautés ICI
01.01.19 ➝ BONNE ANNÉE LES CHATS !! plein de bonheur à tous. ❤︎
08.08.16 ➝ ouverture de hm
han ja
park bo ra
han soo yun
yang noam
the avengers

 :: old memories :: Oubliettes, Never Forget :: RPs terminés
Partagez

 annihilation


Im Sohan


Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t6241-im-sohan-kingsohan#188615
what i create is chaos.
AVATAR : kim han bin (ikon)
POINTS : 26


NOUS A REJOINT LE : 08/03/2019


MESSAGES : 684


annihilation  Empty
(#) Sujet: annihilation    annihilation  EmptyLun 10 Juin - 2:16


it takes a monster to destroy a monster // @han soo yun

encore une soirée dont il ne va pas se rappeler le lendemain matin. encore des inconnus qui cherchent tout comme lui un moyen de s'évader de la réalité. un échappatoire. prostré dans un coin, un verre à la main, le gamin ne fait plus attention à ce qui l'entoure. il faut dire que ses prunelles sont désormais dépourvues de la moindre couleur. son monde est devenu gris, parcellé de nuances de blanc et de noir. alors à quoi bon s'attarder sur le whisky de son verre ou bien les visages des femmes qui l'observent avec insistance. à quoi bon continuer de maintenir les apparences et d'espérer qu'un jour, tout ira mieux. foutaises. il est bien trop corrompu, bien trop endommagé pour être pardonné, excusé. il a bousillé trop de vies. sans même le savoir parfois. un visage s'imprime contre ses paupières. un nom flotte dans son esprit. et il les repousse tous deux avec la plus grande violence. les dents serrées, il abreuve son sang empoisonné avec le peu d'alcool qu'il lui reste. agacé par le peu d'attention du serveur qui semble décidé à l'ignorer, il lève sa carcasse en direction du comptoir. son ombre aux yeux cernés lève son verre vide, bien déterminée à ramener son dû. il tremble à peine lorsque la bouteille se pose avec précaution contre le récipient. c'est avec un sourire satisfait qu'il tourne des talons avant de se figer. littéralement. « elle n'est pas là ce soir soo [...] non elle doit peut-être traîner avec cette fille là. [...] mais elle a pas un truc avec sohan ? [...] si mais elle s'en fout de ça, elle a eu les deux, presque en même temps. »

le verre se brise, mettant un terme à toute discussion. à tout bruit. les regards se posent vers sa main ensanglantée et on frémit face à la furie qui se dégage de ses yeux. les silhouettes qui ont eu le malheur de parler de soo devant lui laissent échapper un murmure de surprise avant de s'éloigner. han soo yun. il s'est juré de ne plus la voir. sans doute bien trop honteux pour croiser son regard sans penser à ce qu'il a fait à son frère. une première chez lui, trop fier, trop arrogant pour repenser aux conséquences de ses actes. il aurait pu l'oublier. mais plus maintenant. sa silhouette fend la foule stupéfaite. il se rappelle à peine du trajet jusqu'au loft de soo yun. une adresse glissée il y a bien longtemps à son oreille. il ne se souvient pas être arrivé jusqu'à chez elle, bien trop aveuglé par la colère. c'est à peine s'il sent la douleur bien réelle de sa main. ses pas le mènent d'eux-mêmes jusqu'à la porte de soo. une porte qu'il a de nombreuses fois franchit. des souvenirs qui ne font que attiser sa haine. il ne lui pardonne pas sa tromperie. il ne peut pas lui excuser la crise qu'elle a osé lui faire alors qu'elle voyait une autre personne. dans son dos.

il se met rarement dans un tel état sohan. très rarement. au point d'en oublier toute raison. au point d'en oublier qu'il n'est pas en mesure de lui reprocher quoique ce soit à cause de ce qu'il lui a fait indirectement. pourtant, ses poings viennent se fracasser contre la porte. véritable tempête qui ricoche contre des rochers. « soo yun ouvre cette porte ! à moins que tu ne préfères que j'aille voir la personne avec laquelle tu m'as trompé ? » il n'en frappe que de plus belle jusqu'à ce que des bruits de pas et des protestations proviennent de l'intérieur. il ne demande pas la moindre permission lorsqu'elle ouvre la porte maculée de ses hémoglobines. sa silhouette tourne dans le salon, à l'instar d'un fauve enragé. il perçoit à peine le visage de soo. « et dire que tu as osé me faire une crise en public alors que tu te tapais quelqu'un d'autre. » c'est une bombe. une bombe à retardement qui accumule les frustrations depuis des semaines, encore plus depuis qu'il a appris que soo yun était la soeur de han ja. énième victime à épingler dans son historique. il pointe un doigt accusateur dans sa direction, le visage défiguré par la rage. « tu t'es vraiment foutue de ma gueule ! » l'espace d'un instant, il ne regrette pas de l'avoir fait sortir de sa vie, même s'il l'a fait pour une toute autre raison. il ne regrette pas non plus de l'avoir atteint par le biais de son frère. à ce moment précis, sohan veut lui faire mal. il veut la blesser autant qu'il l'est maintenant. il veut se venger. « vous autres, les han, vous êtes vraiment des plaies. » il sourit, comme pour la narguer, bien conscient qu'il détient entre ses mains une arme capable de l'atteindre en plein coeur.

(c) SIAL ; icons BANDIT ROUGE


Han Soo Yun


Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t4728-h-a-n-s-o-o-y-u-n-hquinn
BITCH PLEASE, I'M YOUR PRESIDENT - MISS NOËL 2016
AVATAR : Park Hyo Min
POINTS : 122


NOUS A REJOINT LE : 25/07/2016


MESSAGES : 11442


annihilation  Empty
(#) Sujet: Re: annihilation    annihilation  EmptyLun 10 Juin - 10:00


it takes a monster to destroy a monster // @im sohan

il martèle la porte comme un forcené et tire soo yun de ses rêveries. cela fait quelques jours ((ou peut-être quelques semaines)) qu'elle se perd et s'enfonce dans une bulle d'où personne ne pourrait l'en sortir. renfermée, cruelle ; la présidente se fiche de bien des choses, montre une insolence rare et un mépris évident. certains la laissent faire, d'autres la fuient, et souvent on compatit. tentant vainement de l'excuser en prétextant comprendre son mal-être. la danseuse se moque régulièrement de ces personnes qui, pendant un instant, pensent savoir ce qu'elle ressent. elle pensait se remettre de la mort de sa mère, a tout fait pour palier cette brisure de perdre celle qui pendant des années avait fait de soo yun qui elle était. mais l'amnésie de ja, l'oublie de son petit frère rendait la tâche difficile. impossible même ; il n'y avait désormais plus rien pour retenir sa folie. personne pour contrôler l'excès de rage qui bouillait dans ses veines. monstre libéré de ses chaînes. alors elle enchaînait les problèmes. elle redevenait celle qui, sans détour, martyrisait ceux qui l'entouraient. cette fille qui avait installé ce jeu de carton rouge au lycée, cette nana qui avait poussé sa meilleure amie ((doublée de sa demie-sœur)) au suicide. les yeux de furie et le bout des doigts ravageurs. seuls les firestone semblaient à l'abri de ses désastres ; mais est-ce réellement le cas ? on avait vu soo yun trahir les siens si souvent, que ça ne serait même pas étonnant.

le regard vague et la démarche lente, elle ne se presse nullement. enfile un short et un tee-shirt traînant par là. quand elle arrive à la porte, non sans se plaindre, elle ne prête pas attention à la colère extérieure. n'écoute pas les mots. elle reconnait la voix et ouvre son antre à celui ayant partagé ses draps tous ces mois. c'est dingue, ce que la haine peut engendrer en elle ; elle se sent excitée comme jamais et déjà son sourire est fier. il entre et elle le laisse faire. le suit, sans rien dire et elle écoute, vaguement, sa rage du moment. les bras croisés à sa poitrine et le soupir déjà lassé. elle déteste faire dans le sentimental. ah, quel ennui de l'écouter péter son câble. si soo yun sait de quoi il parle, elle n'en regrette aucune caresses ; car elle n'a jamais promis à qui que ce soit de se donner toute entière.
pourtant la présidente ne le quitte plus des yeux. elle ancre son regard dans le sien et ne manque aucune miette au spectacle qui s'offre à elle. au plus profond de son entité, on peut desceller cette jouissance intense qu'il éveille. elle ignore la raison de sa colère ; la jalousie ou le simple fait qu'il la pensait entièrement à lui. égoïsme prétentieux de ces deux âmes capricieuses. soo n'a pas apprécié le manque d'attention, mais n'a pas fait de reproche à ses coups d'un soir. ne s'y est même pas intéressé en vérité. elle ignore s'il en voyait d'autres. et imaginait sans mal qu'il en était de même.

elle le laisse hurler, déverser sa colère. ne dis un mot, mais il sort la phrase de trop et ses sourcils se froncent en un instant. il y a des sujets qu'il ne vaut mieux pas aborder, en ce moment. sa voix fend l'air pour la première fois. il n'y a ni amusement, ni prétention. seulement un avertissement. « laisse ja en dehors de ça. » il n'est pas question qu'il se serve de lui. qu'il prononce son nom. soo yun a beaucoup de patience ces derniers temps, avec tout ceux qui parlent de lui, mais elle n'a pas l'intention de garder son sang froid si sohan s'en prend au cadet. car, qu'ils se le disent, aucun des deux cache la noirceur dévorante qui guide leur pas. elle n'aura pas à faire semblant, à passer par dix milles stratagèmes pour lui faire mal. ah, si elle savait. d'un air nonchalant, elle termine par relâcher la pression sur ses épaules et passe une main dans ces cheveux. pour le coup, elle semble vraiment ennuyée. elle ferme les yeux puis les rouvrent, posant ses iris dans les siennes. « j'ignorais que nous étions exclusifs, toi et moi. » elle n'a jamais promis une dévotion sans faille, des échanges privés. soo yun, enfant malade, n'a jamais eu le cœur à réserver.

« à quel moment est-ce que je me suis foutue de ta gueule sohan ? tu m'évitais et je suis venue. » elle souffle, change de position. recule pour s'appuyer au mur. « je ne viens jamais, de quoi te plains-tu. » elle parle, comme si elle était la femme la plus généreuse du monde avec lui et ça semble dingue, cette vision qu'elle a. pourtant, il n'y a rien de plus véritable ;; sohan savait créer le manque et soo yun n'a pas laisser tomber. elle ne comprends pas, ce qu'il lui reproche en réalité. car elle ne l'a jamais laissé tomber. « dis sohan. nous étions ensemble ? sois réaliste, que faisais-tu, à part me baiser ? » qu'ont-ils partagés, pour qu'il puisse se servir du terme tromper ? ils se sont cherchés, longtemps. n'ont pas mis de mots, sur leur histoire, mais n'était-elle pas bancale, cette relation ? elle n'a pas le souvenir de l'avoir vu réclamer une quelconque exclusivité. « pourquoi est-ce que tu me fais ta crise ? » vraiment. elle ne comprend ni sa colère ; encore moins sa peine. ignore qu'elle le blesse à l'heure actuelle. car la présidente, si forte, si imbue d'elle-même, n'a pas d'expérience dans le domaine. elle ne voit même pas que son regard déclenche en un elle ce qui ressemble à une vague de regret. « hm, pour ce que ça change. je ne l'ai pas vu depuis des mois. » depuis qu'elle est venue le voir. elle réalise simplement ce fait ;; elle n'a couché avec personne d'autres que lui après cette soirée. son cœur se serre. « bref. c'est tout ce que tu voulais ? » la question s'évade de ses lèvres sans qu'elle ne la contrôle car sa raison la plus dégénérée prend la relève. l'histoire devient sentimentale, et c'est quelque chose qui pourrait détruire la reine. question de survie, elle espère mettre fin à cette entrevue.

(c) SIAL ; icons BANDIT ROUGE




merci de me tag pour tous msg où vous vous adressez à moi annihilation  3612205300 je n'ai activé les notifications qu'avec !




MA SARAH DE MA VIE a écrit:
JE SUIS DANS TA VIE, JE SUIS DANS TES DRAPS

MON JANOUILLE a écrit:
ON A TOUS LES DROITS
SURTOUT CELUI D'AIMER SY

Im Sohan


Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t6241-im-sohan-kingsohan#188615
what i create is chaos.
AVATAR : kim han bin (ikon)
POINTS : 26


NOUS A REJOINT LE : 08/03/2019


MESSAGES : 684


annihilation  Empty
(#) Sujet: Re: annihilation    annihilation  EmptyMar 11 Juin - 23:01


it takes a monster to destroy a monster // @han soo yun

il a été en colère, le gamin. tant de fois qu'il ne les compte plus. à croire que la rage l'habite continuellement, enflammant ses veines et ses pensées à la moindre contrariété. un état constant dans lequel il est plongé depuis sa plus tendre enfance. seulement maintenant, il est assez grand pour s'imposer. assez fort pour frapper. assez con pour faire payer à ceux qui osent l'agacer. et dieu seul sait qu'il n'hésite jamais à laisser parler sa rage. quitte à le regretter plus tard. le regard fou, il darde ses iris brûlants sur la silhouette de celle qui a osé le trahir ainsi. à se moquer de lui. il n'a jamais été un ange, loin de là. il n'a jamais voulu qu'elle soit sienne et celle de personne d'autre. jamais. seulement il n'arrive pas à oublier l'affront qu'elle lui a fait il y a de cela des semaines. il se rappelle ardemment les paroles qui tournent encore et encore dans son esprit. je prends tout, ou rien du tout. un rictus déforme ses traits. elle ne lui a laissé qu'une partie d'elle-même ce soir-là. des miettes balancées sans aucun regret. il lui a tout donné contrairement à elle. hypocrite. ça le rend dingue. il ne saurait l'expliquer. il ne saurait expliquer pourquoi il est dans un tel état mais il veut lui faire payer. il veut avoir le dernier mot. il veut lui faire comprendre qu'elle a joué avec le mauvais garçon, avec le mauvais monstre. quitte à tout ravager. quitte à tout détruire. à ne plus sentir l'esquisse de ses lèvres contre les siennes et la chaleur de sa peau. il veut la faire plonger dans les abysses de ses ténèbres.

« laisse ja en dehors de ça. » son sourire s'accentue au même titre que les ombres sur son visage. il n'a plus rien d'humain, de moral. c'est le démon qui s'éveille dans ses pires heures. le monstre qui s'échappe de la prison de chair. elle a voulu jouer, elle va perdre. parce que tout le monde a ses faiblesses. tout le monde a quelque chose à perdre. il penche un peu sa tête vers le côté, gardant le moment où il l'achèverait pour la fin. il jubile au fond. il a hâte de la voir s'effondrer, de quelque façon possible. « j'ignorais que nous étions exclusifs, toi et moi. à quel moment est-ce que je me suis foutue de ta gueule sohan ? tu m'évitais et je suis venue. je ne viens jamais, de quoi te plains-tu. » son visage se ferme tandis qu'il observe soo yun avec un air dangereux. il n'aime pas être pris pour quelqu'un de stupide ou de naïf. il fait un pas, puis un autre dans sa direction. véritable prédateur en quête de sa proie. « arrête ta petite mascarade. tu es venue parce que tu me voulais. à croire que la fille que tu te tapais juste avant suffisait pas à calmer tes ardeurs. » il crache presque les mots avec dégoût, imaginant sans grand mal soo yun coucher avec l'autre personne avant de ramper à ses pieds. ça ne fait que le brusquer davantage. « dis sohan. nous étions ensemble ? sois réaliste, que faisais-tu, à part me baiser ? pourquoi est-ce que tu me fais ta crise ? » son rire s'élève, moqueur, dédaigneux. il se plante devant soo yun et ses doigts viennent relever son menton fier. « on était pas ensemble. mais c'est toi qui est venue faire ta crise. c'est toi qui est venue pour que je te baise. tu te rappelles de tes mots ? je prends tout, ou rien du tout. »

il lâche brusquement le menton de la jeune femme avant de se détourner. il tourne en rond le gamin. comme un lion en cage. il veut lui faire comprendre à quel point elle l'a blessé. à quel point elle s'est foutue de sa gueule en agissant ainsi. je prends tout, ou rien du tout. « tu aurais bien fait de rester avec ta pouf au lieu de venir me jouer ton petit numéro. devant tout le monde. de me manipuler pour avoir ta petite sauterie du soir. tu fais chier soo yun. » il y a presque des regrets dans ses derniers mots. parce qu'il sait qu'il ne peut plus faire marche arrière. qu'il doit se venger à sa façon. qu'il doit lui faire payer. psychologie complexe, folle, du gamin qui le pousse à commettre l'irréparable. « hm, pour ce que ça change. je ne l'ai pas vu depuis des mois. bref. c'est tout ce que tu voulais ? » il arque un sourcil, retrouve le sourire. le gamin voit l'opportunité de la mettre à terre. de la punir pour avoir voulu jouer avec lui. d'ajouter une nouvelle personne à la liste de ses ennemis. « non. tu n'aurais jamais dû tomber sur moi soo yun. » il se rapproche d'elle, porte ses lèvres maudites à son oreille. « parce que c'est le mec que tu te tapes depuis des mois qui est la cause du mal de ton frère. ce sont les mêmes mains qui te caressaient qui ont provoqué l'accident de ja. » le diable sourit, content de son effet. il dépose un baiser sur la joue de soo yun avant de reculer, d'observer les conséquences de sa révélation. à cet instant précis, il n'a peur de rien. il cherche juste à plonger avec elle dans le chaos. à l'anéantir. « bien sûr, c'était un accident mais le résultat est le même. alors dis moi, soo yun, qu'est ce que tu ressens ? tu veux encore de moi ? tu veux encore me faire souffrir. dis-moi. » il exulte sohan. c'est une victoire. une bataille gagnée. le soulagement étreint sa poitrine. non seulement il a réussi à se venger d'elle mais il lui a aussi révélé la vérité qui l'empoisonne depuis des semaines. depuis qu'il a compris que soo yun était la soeur de ja. dernière victime en date.

(c) SIAL ; icons BANDIT ROUGE


Han Soo Yun


Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t4728-h-a-n-s-o-o-y-u-n-hquinn
BITCH PLEASE, I'M YOUR PRESIDENT - MISS NOËL 2016
AVATAR : Park Hyo Min
POINTS : 122


NOUS A REJOINT LE : 25/07/2016


MESSAGES : 11442


annihilation  Empty
(#) Sujet: Re: annihilation    annihilation  EmptyMer 12 Juin - 14:32


it takes a monster to destroy a monster // @im sohan

y a tout qui se mélange, dans sa tête. y a des détails qui se démarquent des autres -- des informations qu'elle assimile, mais ça ne change rien au fait qu'elle ne comprend pas ;; ni sa crise, ni ce qu'elle ressent, pas non plus ce qu'il dit. ni sa colère, ni son regard. soo yun n'a jamais pensé à sohan dans les bras d'une autre, parce qu'elle se moque bien de ses conquêtes. elle voit leur relation comme différente ; avec un goût au risque et une possession maladive. rien à voir avec chun hee. rien à voir avec personne, mais pas exclusive pour autant ((vraiment ?)). la présidente ne s'est pas moquée, pour une fois. « je te voulais. je te veux. » toujours, parce que c'est différent, parce qu'elle considère qu'ils ont quelque chose qu'elle n'a pas ailleurs. elle ne s'est pas moquée, c'est vrai. il faut simplement suivre, suivre sa conscience de tarée. « ce n'est pas une mascarade et je ne comprends pas sohan, je ne t'ai pas menti. » elle n'a jamais dis qu'elle se réserverait pour lui ; pourtant, et à ne pas en douter, soo yun lui a donné plus qu'à n'importe qui. logique un peu tordue d'une gamine paumée, âme cruelle continuellement dans l'extrême. quand il lui relève son menton, la danseuse ne se défile pas, elle plante ses prunelles dans les siennes et, fait rare, montre une sincérité qu'on lui reconnait peu. « oui sohan, je prends tout. » tout de lui. c'est une fatalité qu'elle ne conçoit pas, mais qui résonne si fort dans son dialogue qu'elle s'en retrouverait étourdie si elle le comprenait. « je ne t'ai pas menti. » jamais, elle le répète, encore une fois et c'est le plus effrayant pour elle, probablement. elle ne s'est pas vantée de ses coucheries, s'est concentrée uniquement sur le contact de leurs peaux dénudées ; à profiter de leurs moments sans les gâcher. son point de vue diverge tant de celui du garçon, c'est comme assister à un dialogue entre sourds.

ses poings se serrent quand il la relâche, quand il tourne en rond, comme s'il avait l'avantage. elle a en horreur son attitude, déteste son agitation car elle ne semble pas pouvoir la contrôler et soo yun ne supporte pas qu'une situation lui échappe. elle le sent glisser entre ses doigts et ses sourcils se froncent ; désireuse de vouloir le garder prisonnier de sa toile d'araignée. « arrête tes conneries putain ! » elle voit rouge, elle cherche un point d'ancrage, quelque chose à laquelle se raccrocher. elle refuse de le laisser mener. « tu parles comme si tu étais une victime. j'ai couché avec une nana, et alors ? je suis venue te chercher parce que tu m'ignorais, et alors ? je t'ai voulu, et alors ? » ça la rend dingue, cette réaction. elle ne voit pas où il veut en venir ; ne saisit pas non plus ce qu'elle pense réellement de tout ça.

sa voix est froide, son désintérêt feint. et la réalité difficile à accepter. « je ne me suis jamais éloignée de toi. j'ai tout accepté. oui tout ou rien du tout, donne moi tout sohan, parce que je prends tout. » ça ne change rien, qu'elle soit partie voir ailleurs, le résultat est là ; il a été tout ce qu'elle voulait, au point où elle s'est déplacée pour venir le chercher. titillant son obscurité, souriant à sa noirceur. soo yun n'a jamais donné une partie de son cœur, de son âme. elle lui a pourtant laisser voir les ténèbres qui l'entourent. l'invitant à découvrir ce qu'elle était au plus profond d'elle-même. « va te faire voir, j'en ai marre. » d'être confrontée à ses gamineries ((à ce qu'il éveille en elle)). elle est prête à partir, s'en aller de chez elle et le planter ici. parce qu'elle fuit, quand ça la touche de trop près. elle ne comprend pas, ce qu'il s'apprête à lui faire. sent le danger dans son sourire, c'est rare mais elle reste figée sur place.

pourtant persuadée qu'il ne peut pas lui faire mal, le souffle à son oreille semble fait de verre. ça lui coupe l'ouïe, elle en perd la vue. ses poumons se bloquent et elle n'entends que la brisure qu'opère son cœur. elle replonge en plein milieu de ce jour infernal où, devant la chambre d’hôpital, on la mettait en garde. « qu'est-ce que tu dis... » on entends les ravages qui massacrent sa voix. son baiser brûle d'une manière qui pourrait la pousser à s'arracher la peau. ses mots tournent en boucle dans sa tête, sohan. ja. accident. perte de mémoire ; il l'a effacé de la seule personne pour qui soo yun donnerait sa vie. même le terme désespoir semble faible face à la vague qui s'abat sur elle. elle se noie dans un océan de terreur et son corps tremble d'une frénésie dont elle pourrait ne pas se relever. sa main s'abat sur sa joue avec la fureur qu'il éveille et ses jambes reculent ensuite de quelques pas. jusqu'à ce qu'elle se retrouve bloquée par le mur de son loft. elle cherche à se maintenir, elle ne sait à quoi, ne veut pas s'effondrer face à lui. oh, elle ressent une haine inédite. ses ongles s'enfoncent dans sa peau, à sang. elle hurle.

il y a la mort de sa mère. l'annonce de son suicide. il y a l'amnésie de son petit-frère. l'annonce de son oubli. soo yun, femme-enfant, folle folie, n'a pas été élevé pour gérer ces événements. à fuit le déni, s'est réfugiée dans le malheur quand elle a perdu celui qui maintenant en vie le peu de décence qu'elle possédait.
et,
tout vole en éclat.
elle attrape un objet, elle ne sait lequel et le lance sur le criminel. elle voit flou, ne distingue plus les traits, pas son rictus, pas ses yeux. rien. juste le vide, le noir. son cœur lui faut mal, elle souffre. forcée de l'écouter cette fois, même sa raison déraille. elle brûle. ses mains couvrent ses oreilles, ses yeux se ferment, que tout se taise, autour d'elle. qu'il disparaisse. « arrête, tais-toi, tais-toi ! la ferme sohan, arrête ! » elle crie encore, son dos se cogne contre la brique, écorchée vive. elle n'a jamais eu envie de tuer à un tel point. son souffle l'étouffe et elle relance un vase, à sa portée. quand elle le voit lui et son air de victoire ; soo yun jure de le vider de son sang. elle revient vers comme une furie, le frappe de sa force la plus brutale, ses poings s'écrasent contre son torse et elle le pousse. toujours plus. violemment. « non tu ne vas plus souffrir, parce que je vais te tuer sohan, je le jure du plus profond de mon âme. » la voix de velours est brisée, il n'y a que la rage, que la peine ; elle perd son sang-froid. elle perd sa raison.

ils se cognent à la table basse et s'étalent sur le tapis ;; soo n'a plus de repère, elle ne voit que la colère dans laquelle elle est. elle attrape le verre sur le meuble et le fracasse sur le sol. son idée première visait sohan mais, il y a son bras qu'elle ne contrôle pas. tout se passe vite, trop vite. elle saisit un bout cassé et sa main s'élève dans les airs. elle veut le planter, elle veut le blesser, elle veut l'anéantir ; qu'il puisse avoir mal autant qu'elle sent son être se réduire à néant. pourtant elle n'abat pas le coup ; et à la place du cristal, ce sont des larmes qui terminent sur les joues du plus jeune. elle perd le contrôle oui ; d'elle-même. de sa peine. se confronte à toutes les réalités ; sa mère est morte, ja ne se souvient pas d'elle et sohan lui plait. trop. assez pour que ce soit dix fois plus douloureux d'apprendre qu'il est responsable de l'accident de son cadet. elle s'effondre, soo yun n'a jamais pleuré à ce point. ses barrières se cassent la gueule, plus le temps passe et moins l'eau ne s'arrête. elle ne parvient pas à s'arrêter ; n'arrive pas non plus à le blesser. sa main se resserre autour du morceau transparent et le sang coule sur son coude. elle vacille, être ainsi sur sohan n'a jamais été aussi terrible. perdu entre la rage, la peur, la colère, l'amour. elle pense à ja, puis aux coups de sohan sur son visage. elle devient folle, complètement dingue et soo s'effondre, son front se heurte à son torse tandis que cette main blessée reste en l'air. si elle était menaçante au départ ; elle devient dangereuse uniquement contre elle-même.

(c) SIAL ; icons BANDIT ROUGE




merci de me tag pour tous msg où vous vous adressez à moi annihilation  3612205300 je n'ai activé les notifications qu'avec !




MA SARAH DE MA VIE a écrit:
JE SUIS DANS TA VIE, JE SUIS DANS TES DRAPS

MON JANOUILLE a écrit:
ON A TOUS LES DROITS
SURTOUT CELUI D'AIMER SY

Im Sohan


Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t6241-im-sohan-kingsohan#188615
what i create is chaos.
AVATAR : kim han bin (ikon)
POINTS : 26


NOUS A REJOINT LE : 08/03/2019


MESSAGES : 684


annihilation  Empty
(#) Sujet: Re: annihilation    annihilation  EmptyJeu 13 Juin - 0:52


it takes a monster to destroy a monster // @han soo yun

le monstre jubile. le gamin se replie sur lui même dans les ténèbres. le monstre enfonce un peu plus fort ses griffes dans la chair de sa victime. le gamin pleure en silence. dualité sidérante qui se reflète sur son visage empli de colère mais au regard si incertain. il ne regrette pas encore. pas encore. même si au fond, il y a une partie infime de son être qui se tord face à ses actes. face à la certitude que tout va se finir entre eux et qu'il ne la reverra plus jamais. face au manque que son absence peut entraîner. et le monstre ne veut s'attacher à personne. parce que toutes les personnes qui lui sont proches finissent un jour par souffrir d'une manière ou d'une autre. une voile vient recouvrir ses prunelles sombres tandis que la réalité se fait brutale. « je te voulais. je te veux. » quelque chose se brise. un espoir. un peut-être. parce qu'il sait que c'est impossible. qu'il ne pourra pas être celui qu'elle attend. qu'elle imagine. parce qu'il a touché à l'une de ses plus grandes faiblesses. son petit-frère. et c'est impardonnable. « ce n'est pas une mascarade et je ne comprends pas sohan, je ne t'ai pas menti. oui sohan, je prends tout. » mais lui n'a plus rien à lui donner. plus rien à lui offrir. plus depuis qu'il sait qu'elle est sa soeur. qu'il a contribué à son malheur. malheur qu'il persiste à faire perdurer en voulant lui balancer l'odieuse vérité au visage. tous ces mots, ces belles paroles, ne suffisent pas à le dissuader de commettre l'irrémédiable. il ne croit pas vraiment à son innocence, comme il n'ose même pas mettre en avant la sienne. il n'a pas menti sur son implication. il s'est juste contenté de la fuir depuis qu'il sait, pour éviter la confrontation. pour éviter de croiser la haine dans son regard. mais il est trop tard pour ça.

« arrête tes conneries putain ! » il ne peut pas. il ne peut plus. son désir de vengeance est bien plus fort que le reste. sa foutue obstination à avoir le dernier mot le pousse aux extrémités. « tu parles comme si tu étais une victime. j'ai couché avec une nana, et alors ? je suis venue te chercher parce que tu m'ignorais, et alors ? je t'ai voulu, et alors ? » un ricanement sombre puis un murmure s'esquissent sur ses lippes affables. « voilà ton erreur, tu n'aurais jamais dû coucher avec une nana. tu n'aurais jamais dû me chercher. tu n'aurais jamais dû me vouloir. » il n'est qu'un poison. un venin qui s'imisce insidieusement dans ses veines. une erreur qui va lui coûter très cher. trop cher. « je ne me suis jamais éloignée de toi. j'ai tout accepté. oui tout ou rien du tout, donne moi tout sohan, parce que je prends tout. » les mots résonnent dans le vide, dans le néant de son coeur. il ne ressent rien sohan. ou plutôt ne veut rien ressentir face à la promesse qui ressort de ses mots. l'enfant sait qu'il n'a pas le droit au bonheur et donc d'y croire. il s'enferme dans sa prison glacée, empêchant quiconque d'y entrer. il laisse le monstre se déchaîner, ravi de pouvoir la voir glisser entre ses doigts pour se briser les ailes. elle a eu tort. tellement tort, de tomber sur lui et de s'y attacher à sa façon. et maintenant, elle va payer pour ça.

« qu'est-ce que tu dis... » il se délecte de la tempête qui se déchaîne dans sa voix. il observe chaque détail, de son regard à son expression. il veut tout voir. il veut se rappeler de sa chute, de son réveil. il attend sa réaction. sera-t-elle fureur ou désolation ? tornade ou désert esseulé ? il entend à peine la main siffler dans les airs. il ne bouge pas d'un seul pas alors que la main vient s'abattre avec fureur contre sa joie. cela ne fait que renforcer son sourire tandis qu'il effleure sa peau brûlante du bout de ses doigts. il est quelque peu déçu lorsqu'elle recule et laisse tout la submerger. il peut le deviner rien qu'en la regardant. il la connaît trop bien pour ignorer ce qui la fait trembler. il hésite à la provoquer de nouveau mais il n'en a pas l'occasion. soo yun lui lance un bibelot qui vient se fracasser à côté de lui. il laisse éclater son rire macabre tandis que la belle danse avec ses démons. « oh vraiment tu me déçois soo yun. » il cherche sa fin d'une certaine façon. la destruction. l'annihilation. cercle autodestructeur dans lequel il se plonge continuellement. il n'en rit que plus fort lorsqu'elle lui ordonne de se taire avant de lui jeter de nouveau un objet dessus. vase qui vient lamentablement se briser au sol, non loin de lui. il soupire, la perd des yeux quelques secondes. quelques petites secondes qui suffisent pour qu'elle prenne l'avantage. « non tu ne vas plus souffrir, parce que je vais te tuer sohan, je le jure du plus profond de mon âme. » il ne sent pas les coups qu'elle lui assène, ni la violence dans sa voix. myocarde anésthésié depuis des années qui semble se moquer de s'arrêter de battre.

il lutte à peine lorsqu'elle le pousse au sol, heurtant une table basse. ses iris n'expriment rien. pas de regrets. pas de tristesse. pas de fièvre. rien. juste le néant. il ne tremble pas lorsqu'elle lève sa main dans les airs. il ne supplie pas lorsqu'il aperçoit le reflet d'un bout de verre entre ses doigts. bien au contraire. il sourit le gamin. sans arrogance. sans air hautain. juste avec lassitude. comme s'il voyait enfin le bout de chemin, du cauchemar sur terre. « vas-y. perce moi le coeur. je n'en ai jamais eu besoin après tout. » semi-vérité qu'il murmure à mi-voix. ses iris se plantent dans les siens dans l'attente du coup fatal. de la libération. soulagement qui ne vient pas. il fronce les sourcils quand il sent des gouttes salées tomber sur son visage stupéfait. c'est là qu'il comprend. c'est là qu'il saisit ce qui se passe. l'effondrement. la chute. la fin. les hémoglobines parcourent l'épiderme de la belle en pleurs tandis qu'elle vient s'échouer sur son torse. bateau à la navire qui vient se fracasser contre les rochers responsables de son naufrage. et ça l'effraie. il ne sait pas comment réagir. le monstre et l'enfant se battent en lui.

les minutes s'écoulent, interminables. il ne comprend pas ce qui se passe. il ne comprend pas ce qu'il fait, ni pourquoi il le fait. et pourtant, ses doigts viennent extirper le morceau de verre ensanglanté des mains de soo yun. verre qui se brise loin d'eux. il est déchiré sohan. déchiré entre l'envie de la serrer dans ses bras et de la laisser, de l'abandonner. il est responsable. coupable de son état. c'est fou, ridicule. insensé. ses bras viennent pourtant enlacer soo yun, la serrant toujours un peu plus fort contre lui. il se redresse, la berçant comme une enfant. « je détruis tout, tu sais. tout. à chaque fois. » il sursaute en sentant des larmes couler sur ses joues pâles. le monstre hurle, l'enfant baisse la tête. alors c'est ça. c'est ça regretter. ça brise quelque chose de plus en lui. le souffle court, il enfouit son visage dans le cou de soo yun, comme pour cacher la brèche qui vient se s'ouvrir. « putain, tu fais chier soo yun. » il a du mal à respirer, à bout de souffle à cause de sanglots qu'il ne veut pas laisser éclater. à court de volonté en sentant le parfum de la belle l'envoûter. « pourquoi il a fallu que je tombe pour toi. » il dépose un baiser dans son cou humidifié par ses propres larmes avant de reculer son visage pour l'observer. « achève moi soo yun. achève tout. » achève cette histoire. cette vie. cette relation. déchire tout. annihile tout. jusqu'à leur amour.

(c) SIAL ; icons BANDIT ROUGE


Han Soo Yun


Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t4728-h-a-n-s-o-o-y-u-n-hquinn
BITCH PLEASE, I'M YOUR PRESIDENT - MISS NOËL 2016
AVATAR : Park Hyo Min
POINTS : 122


NOUS A REJOINT LE : 25/07/2016


MESSAGES : 11442


annihilation  Empty
(#) Sujet: Re: annihilation    annihilation  EmptyJeu 13 Juin - 3:28


it takes a monster to destroy a monster // @im sohan

il y a tellement de choses qui se passent dans sa tête ;; mais rien qui se déroulent comme elle le voudrait en dehors. elle ne voit plus son visage et n'entends plus les sons. sa tête repose sur son torse pendant que ses larmes se déversent. c'est un torrent qu'elle ne parvient pas à contrôler, elle s'étouffe, suffoque, pleure, âme déchirée et damnée. c'est la vengeance de toutes ces années, à trop se vanter. résultat accablant de tout ce temps à avoir refouler les battements de son cœur, à s'être crue plus forte que les sentiments, que les émotions. soo yun déguste, parce qu'elle la bien mérité. au fond, elle savait peut-être, qu'il causerait sa perte, mais elle s'est accrochée et, au final, n'a pas réussi à s'en éloigner malgré tous les stratagèmes effectués. ça lui fait mal, mal de tout découvrir ; de tout réaliser. confrontée à ce qu'il y a au plus profond d'elle, à ce que sa mère s'est engagée à supprimer. ça la frappe avec une violence inédite. elle n'entends pas, mais son cœur comprends les mots susurrés. elle n'écoute pas, mais son corps réagit à sa détresse.
ne pas avoir besoin de cet organe, c'est tout ce qu'elle aurait voulu, ce soir. mais elle est forcée de reconnaître qu'il est là, bien présent et qu'elle souhaite qu'il lui arrache, en contre partie. ses doigts serrent si fort le verre qu'elle en a mal, mais ce n'est rien comparé à la douleur des révélations. le sang coule et, inconsciemment, elle aimerait se vider de ce dernier. ne plus avoir à se réveiller, à le confronter, à affronter cette chienne de vie. oh, ce qu'elle était bien, quand elle était celle qui apportait les coups.

elle ne comprends pas ce qu'il se passe, par la suite. c'est étrange comme elle se sent protégée, et en danger. fragile comme elle ne l'a jamais été. ses bras autour d'elle semble la réconforter, pourtant ils sont également cette lame qui transperce son cœur. un instant, elle tente de le reposer, de l'éloigner, mais sa force ne suit pas. elle se déteste, à ne pas vouloir s'en aller. ressent ce désir virulent de se perdre contre lui. mais il y a toujours ces images qui la bousculent. elle se sent chuter, sans la capacité à remonter. ses mots à son oreille lui arrache de nouveaux sanglots. terrible châtiment qui s'abat sur leurs épaules. gamins aux esprits ravagés ; forcés de subir des âmes déglinguées. elle veut parler, elle veut hurler, elle veut le détruire à son tour, mais elle sent ses larmes sur son épiderme et soo yun se fige. lui aussi, ce qu'il l'emmerde. comme elle le hait.
menteuse.
la voix bloquée.
le son revient avec tant de fureur qu'elle se sent s'écrouler. son corps entier tremble, les mots de sohan la pénètre tout entière. elle a mal, la présidente souffre. reine déchue. au fond, c'est vrai, elle a tout de suite senti qu'il pourrait causer sa perte. elle frisonne à son baiser, sa main s'accroche à son t-shirt ; elle maltraite le tissu. les perles semblent s'atténuer quand elle croise son regard. quand elle voit le désespoir. elle remarque alors -- qu'ils sombrent tous les deux. son cœur s'emballe encore une fois, elle n'arrive pas à comprendre ce qu'il se passe. « j'peux pas... » elle se brise davantage. ses mains remontent à sa nuque, se fichant de le salir, se fichant de la piqûre des frottements sur la plaie. elle n'arrive pas, pas à détourner le regard, à s'éloigner de cette emprise qu'il exerce sur elle. soo yun le déteste, le déteste tant parce qu'elle se leurre, refuse de voir. de voir que son amour se partage ; entre ce frère, qui représente tout pour elle et sohan, ce garçon qui l'ensorcelle. « j'y arrive pas, sohan s'il te plait. »  qu'il l'achève elle, plutôt. elle ne veut plus ressentir. ses lèvres s'emparent des siennes dans une atmosphère détruite, dans un besoin malsain de les priver d'air. qu'il s'étouffe à ne plus pouvoir respirer. les larmes reprennent, de plus belle. ce qu'elle est faible. ses doigts tirent d'abord ses brindilles, avant de finir autour de son cou mais elle ne serre pas assez pour lui faire mal. elle baisse la tête ; plus rien ne lui obéit. « il est tout ce qu'il me restait. » ja, lumière brillante de ses ténèbres. il la maintenait saine, lui permettait de survivre, de ne plus rien détruire. elle lui avait promis ; de ne plus le faire souffrir, de se défaire de l'emprise de sa mère. mais soo yun n'a pas réussi, à cause de lui, à cause de sohan. alors, pourquoi elle n'arrive pas à le lâcher, à fuir. « tu es tout ce qu'il me reste. » ça se mélange dans son crâne. elle se sent prisonnière, devenue proie. lionne en cage. elle disait tout prendre ; elle disait vouloir tout avoir ; mais les faits sont là, entre ses doigts et elle ne sait pas comment faire. « si tu savais comme je te hais. » elle aimerait tellement s'en persuader, car tout serait plus simple s'il n'était qu'une cible à abattre. elle n'aurait eu qu'à se concentrer sur la vengeance, mais tout est différent avec sohan. pourquoi ne parvient-elle pas à le laisser tomber. pourquoi a-t-elle fallu qu'elle tombe pour lui, elle aussi. « pourquoi tu pleures, pourquoi tu me prends dans tes bras, putain sohan ce n'est pas ce que tu voulais, m'anéantir ? » ça serait tellement plus facile, s'il se contente de la blesser, d'alimenter sa haine ; mais y a cet amour, qui se bat pour survivre. qui malmène son esprit, elle se perd dans son odeur. enivrée. son murmure lui échappe. « j'veux pas pas qu'on se détruise... » mais n'est-ce pas déjà fait ? elle a la sensation de trahir son frère. mais sohan est là, sohan a toujours été là ; peu importe qui elle était. peu importe ce qu'elle lui faisait. ils se sont toujours demandés, pourquoi ils ne partaient pas, ils auraient pu s'abandonner tant de fois. s'ils l'avaient voulu - et le problème est là, ils ne l'ont finalement jamais désiré. « fais-le, oblige moi à nous réduire à néant. sohan, j'ai besoin de toi. » pour tout détruire ((non, dans sa vie)) : soo yun est fissurée, déchirée.

(c) SIAL ; icons BANDIT ROUGE




merci de me tag pour tous msg où vous vous adressez à moi annihilation  3612205300 je n'ai activé les notifications qu'avec !




MA SARAH DE MA VIE a écrit:
JE SUIS DANS TA VIE, JE SUIS DANS TES DRAPS

MON JANOUILLE a écrit:
ON A TOUS LES DROITS
SURTOUT CELUI D'AIMER SY

Im Sohan


Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t6241-im-sohan-kingsohan#188615
what i create is chaos.
AVATAR : kim han bin (ikon)
POINTS : 26


NOUS A REJOINT LE : 08/03/2019


MESSAGES : 684


annihilation  Empty
(#) Sujet: Re: annihilation    annihilation  EmptySam 15 Juin - 21:40


it takes a monster to destroy a monster // @han soo yun

son sourire s'efface. son air suffisant disparaît, renversé par une incompréhension vivace, écrasante. c'est lui qui a commencé. c'est lui qui a tissé sa toile autour de soo yun pour pouvoir l'achever. vengeance au goût âcre qui lui arrache une grimace. parce qu'il s'est planté sohan et ça le tue de le reconnaître, de seulement l'envisager. d'accepter la violence des émotions qui le traversent en voyant la belle s'effondrer devant lui. de venir à regretter son geste. parce qu'il ne supporte pas de la voir ainsi. triste réalité corrosive. il n'y a plus de haine dans son regard. plus aucune envie de la voir ployer l'échiner face à lui. il n'y a que le néant. le vide qui régit son regard. sohan n'a jamais aimé sa vie. il n'a jamais aimé la vie. jeu d'échecs dans lequel il a été plongé suite à l'égoïsme de ses parents. gamin détruit par une enfance abusive. petit pantin désarticulé qui doit vivre avec ce qu'on lui a donné, ce qu'on lui a appris. il n'a pas la prétention de mentir. de dire à quel point il est content d'être un gosse de la haute société. vie aisée, draps en satin, cuillère en argent entre les lippes. il s'en fout de tout ça. c'est un désastre vivant. un pauvre type qui s'abîme les mains sur le corps de sa demi-soeur. un monstre qui laisse une personne morte sur la route, qui détruit des vies, inlassablement. soo yun n'est qu'un nom à ajouter à la liste trop longue. pour la première fois, sohan se déteste. il hait tout ça. ce qu'il est. seulement il n'y peut plus rien. c'est trop tard pour changer, pour s'excuser. le mal est fait.

ses iris dérivent, emplies d'une lassitude effrayante, désarmante. il en a marre sohan. marre de lutter contre ses démons. ce serait tellement simple d'en finir. de s'emparer des bouts de verres qui maculent le sol. qu'elle lui plante un fragment dans le coeur pour faire taire à jamais le monstre enfoui en lui. il s'étonne le gamin. qu'elle ne se venge pas sur lui. qu'elle ne laisse pas parler sa rage. c'est ce qu'il a toujours fait. laisser éclater sa colère sans penser aux conséquences. il ne la comprend pas. une main invisible s'empare de son myocarde, le serrant sans ménagement entre ses griffes. il baisse les bras. il abandonne le combat. il en a assez. « j'peux pas. » il réagit à peine, perdu dans les méandres de son esprit saccagé. c'est inconcevable. impossible qu'elle choisisse aussi de renoncer aux démons qui murmurent à son oreille. peut-elle seulement le regarder sans penser à ja désormais ? peut-elle seulement continuer à le laisser vivre ainsi alors qu'il est responsable de ce qui est arrivé à son frère ? un accident qu'il a tout de même provoqué, même s'il n'a jamais voulu en arriver là. « j'y arrive pas, sohan s'il te plait. » lui aussi est impuissant, incapable de réagir face à la tempête qui s'abat sur eux. face à leurs réactions, leurs émotions. lui aussi n'arrive pas à expliquer l'impensable. leur incapacité à se déchirer sur le moment sans pour autant pardonner la faute. il reste là, immobile, attendant de trouver le courage, s'il en a, pour partir. fuir.

elle ne lui en laisse pas l'occasion, attirant ses lèvres aux siennes, lui ôtant le moindre oxygène, la moindre envie de la quitter. il y a une voix qui crie au loin. une résistance étouffée par le besoin de la sentir contre lui, d'être aimé même s'il ne mérite pas, encore moins après ce qu'il a fait. il sent les larmes contre son visage, preuves ultimes de ses méfaits. combien même il sait au fond que c'est mal de ne rien faire pour interrompre leur étreinte, il lui rend son baiser avec autant de désespoir. « il est tout ce qu'il me restait. tu es tout ce qu'il me reste. » réalité effrayante qui lui fait écarquiller les yeux. une partie de lui est ravie mais la triste vérité c'est que personne ne devrait l'avoir dans sa vie. personne. il baisse les yeux, osant à peine croiser son regard. « tu ne devrais pas dire ça. tu n'es pas seule. et puis... je ne te mérite pas soo yun. pas après tout ça. tu ne devrais pas m'avoir dans ta vie. » il n'y a pas de méchanceté dans sa voix, pas de sanglots dans son timbre. juste un calme affligeant qui ne fait que refléter leur situation. il va s'envoler sohan. s'effacer. c'est sans doute ce qu'il y a de mieux à faire après avoir anéanti sa vie. partir et attendre une vengeance hypothétique. épée de damoclès au dessus de sa silhouette. « si tu savais comme je te hais. » une ombre voile ses iris sombres. il hésite à répondre. à lui dire à quel point ça sonne faux. il sait qu'elle ne lui pardonnera pas, sans doute jamais. tout comme il sait aussi qu'elle ne le hait pas. pas assez pour vouloir l'anéantir, pour le repousser. « tu mens. » ce serait tellement simple s'ils se détestaient. si seule la haine comptait. mais ils se sont aimés. trop fort. trop intensément pour oublier. un amour qui ne sort pas des contes de fées mais un amour tout de même. à eux.

« pourquoi tu pleures, pourquoi tu me prends dans tes bras, putain sohan ce n'est pas ce que tu voulais, m'anéantir ? » les mots résonnent en lui avec violence. c'est ce qu'il voulait, la détruire. lui faire subir des tourments pour ce qu'il juge être une trahison. oui, il voulait la voir pleurer, supplier, hurler. il voulait la faire souffrir. c'est indubitable. seulement il n'a pas pris en compte les sentiments refoulés. l'attachement renié. c'est plus compliqué d'anéantir quelqu'un quand on en est proche à ce point. qu'on a laissé cette personne entrer dans sa vie. toucher son coeur. il ne le sait que trop bien. il s'est déjà rapproché de certaines personnes pour mieux pouvoir les briser par la suite. il n'a aucune réponse à lui donner. il est aussi désarmé qu'elle. il ne pensait pas réagir de la sorte. il ne pensait pas être aussi lié à elle. « j'veux pas pas qu'on se détruise.. » il ne réfléchit plus. il se sent épuisé, à bout de forces. il ne pense pas aux conséquences de ses mots. à leur sens. la surprise se lit sur son visage une fois que ses lippes articulent ce qu'il pense. « moi non plus. » c'est plus facile pour lui de renoncer. elle ne lui a rien fait d'aussi grave que lui. elle ne lui a pas pris son frère. « fais-le, oblige moi à nous réduire à néant. sohan, j'ai besoin de toi. » elle n'a besoin de lui dans sa vie. il ne fait que empoisonner ce qu'il touche. il l'aime assez, suffisamment pour être assez fort pour deux. pour rompre cette relation vouée à l'échec. c'est dur, étrangement dur pour lui de se lever et de partir. en la sachant brisé parmi les débris de verre. « je ne peux pas. » il inspire, comme pour se rattacher à la vie, au moment présent. « je ne peux pas te laisser comme ça. » je ne peux pas te laisser du tout. « je ne peux pas... » murmure d'un enfant démuni. il n'y a plus d'armure. plus de défenses. myocarde laissé à l'air libre, sans muraille autour pour le protéger. ses lèvres égoïstes se plaquent sur les siennes, pour la retenir un peu plus. parce qu'au fond, il ne veut pas la perdre, même après tout ça.

(c) SIAL ; icons BANDIT ROUGE


Han Soo Yun


Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t4728-h-a-n-s-o-o-y-u-n-hquinn
BITCH PLEASE, I'M YOUR PRESIDENT - MISS NOËL 2016
AVATAR : Park Hyo Min
POINTS : 122


NOUS A REJOINT LE : 25/07/2016


MESSAGES : 11442


annihilation  Empty
(#) Sujet: Re: annihilation    annihilation  EmptyMar 18 Juin - 2:32


it takes a monster to destroy a monster // @im sohan

rêve d'une vie bien moins compliquée.paradis parfait où ils n'auraient qu'à rire. souvenirs qui s'emmêlent dans la joie, dans le bonheur, d'une légèreté sans pareille ;; comme les feuilles dorlotées par un vent d'automne. c'est une douce illusion que de croire qu'ils pourront un jour s'en sortir -- prisonnier de cette spirale infernale. soo yun s'accroche à ses lippes autant que ses mains se tiennent à sa nuque. elle ressent son désespoir du plus profond de son âme. un état qui combat le sien, se partage le sentiment. deux entités déchirées ((pourront-ils un jour oublier ?)). elle cherche ses yeux, attends ses réponses les plus sincères. elle a besoin de plus que la fuite dont sohan est expert. il l'oblige à se montrer si entière, qu'elle refuse d'être seule à se donner. ses paumes soulèvent son visage, ses doigts sur sa mâchoire se bagarrent :: griffer ou caresser. « je te l'interdit. tu m'entends, sohan, arrête... s'il-te-plait... ne fais pas ça... » il ne peut pas la laisser, lui aussi. qu'il ne pense pas un instant pouvoir la convaincre qu'il ne doit pas être dans sa vie.
oh. ja apparaît.
ça fait mal.
ça fait mal.
c'est si douloureux.
oui elle le hait, oui elle ment.

car soo yun est une menteuse fabriquée. ja est là, encore une fois. derrière ses yeux. elle repense à cette journée où tout s'est effondré ;; où il la regardait sans la reconnaître. oh, ja est là. partout, elle ne pense qu'à ça car l'accident a percé son cœur comme jamais on ne l'avait atteint ((jusq'à aujourd'hui du moins)).
oui son petit frère se superpose dans sa tête mais au centre de ce bordel -- contre son gré, sohan aussi est là. pas comme le criminel à abattre. pas comme une simple victime. il saccade sa respiration et illumine l'étincelle dans ses iris. ne sont-ils pas misérables ainsi installés. l'un contre l'autre // comme jamais ils ne l'ont été. brisés, en pleurs. une lame enfoncée dans la poitrine. et pourtant incapables de se lever, de se cacher. ils veulent fuir, mais il ne le peuvent plus. liés à jamais dans les ténèbres. uni par les liens d'un mariage-venin.

quand il renonce à son tour :: soo yun ne sait plus quoi faire. noyée dans des émotions qu'elle n'a jamais côtoyé. ensevelie sous des sentiments affrontés trop vite. elle se savait attirée, elle se sentait continuellement reliée à lui. mais elle ne pensait pas en devenir si dépendante, avoir tant besoin de son épiderme contre sa peau. elle veut garder ses bras autour de sa taille, sentir ses iris sur son corps souillé, quoique parfaitement sculpté.
mais elle devrait lui crever les yeux
oh il y a tellement de choses qu'il faudrait qu'elle lui faisse, en dehors de son baiser. alors forcée de reconnaître que c'est plus fort qu'elle, qu'elle ne peut le haïr comme s'il était n'importe qui.
et quand il lui confirme ses craintes les plus intimes... elle se sent démunie. besoin de lui pour tant de raisons. elle espérait vraiment qu'il la pousse à se reprendre, à ne pas écouter ses sentiments. mais tous deux sont emprisonnés dans un cercle qui les dépasse. ses mots lui arrachent de nouvelles larmes, elle mord sa lèvre à sang. le goût acre qui se repends dans sa bouche est désagréable. ((elle réalise)) elle ne peut pas le laisser non plus. nouveau coup de poignard. peux-t-on aimer, sans pardonner.
peut-elle vraiment penser éprouver ? les lippes se rencontrent à nouveau et l'échange parait plus doux. déchirant, mais plus doux. ses mains s'agrippent à ses épaules, elle serre ((enfonce ses ongles)) car elle voit bien l'effet qu'il a sur elle. elle a encore l'impression de trahit son frère, les barrières ne parviennent pas à se reconstruire. elle est plus nue face à lui, qu'elle ne l'a jamais été. entre deux souffles repris, soo murmure à son tour « j'ai besoin de toi... » pour la détruire ? pour le détruire ? pour finir cette histoire ? non. non,
surtout pas. elle ne peut pas les perdre tous les deux. « tu devrais pas m'avoir dans la tienne. » c'est faux, son cœur hurle à en crever pendant que sa raison tente de la convaincre. mais il n'y a plus rien qui réagit dans son crâne. alors ses lèvres reviennent encore sur les siennes. elle l'embrasse avec tristesse ((et avec amour)). ses mains remontent à son visage qu'elle encadre :: amour malsain. histoire tragique. dépendance corrosive. « j'y arriverai pas sohan. » ses lippes à quelques millimètres des siennes. elle n'arrivera pas à le laisser ((même après tout ça)) -- car ils ont cette chose que d'autres n'auront jamais. une prise indélébile sur le myocarde de chacun. ses bras finissent par l'enlacer et soo yun, comme il la fait juste auparavant, commence à le bercer. ses caresses se veulent réconfortantes. maladroite est l'enfant, perdue toujours entre la colère, la peur, l'amour. elle sent sa faiblesse /elle montre la sienne. c'est dingue, elle pourrait le briser à son tour à cet instant précis :: s'y refuse ardemment. « tu n'es pas seul non plus... » sa voix se meurt, mais sa sincérité fragile se manifeste, car tout est vrai. elle est là. quelque part. en lui, contre lui. dans son âme, dans ses veines, dans son cœur. entourés des bouts de verre, représentation du chaos qui les malmène.  

(c) SIAL ; icons BANDIT ROUGE




merci de me tag pour tous msg où vous vous adressez à moi annihilation  3612205300 je n'ai activé les notifications qu'avec !




MA SARAH DE MA VIE a écrit:
JE SUIS DANS TA VIE, JE SUIS DANS TES DRAPS

MON JANOUILLE a écrit:
ON A TOUS LES DROITS
SURTOUT CELUI D'AIMER SY

Im Sohan


Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t6241-im-sohan-kingsohan#188615
what i create is chaos.
AVATAR : kim han bin (ikon)
POINTS : 26


NOUS A REJOINT LE : 08/03/2019


MESSAGES : 684


annihilation  Empty
(#) Sujet: Re: annihilation    annihilation  EmptyDim 21 Juil - 23:34


it takes a monster to destroy a monster // @han soo yun

c'est une lutte constante. un combat de tous les instants. guerre incessante qu'il perd presque tout le temps. bataille perdue après bataille perdue. soldat au corps criblé de balles. munitions qui ne cessent de le traverser de toute part. punition divine d'une vie remplie de pêchés. probable héritage d'une existence antérieure aussi ravagée que la sienne. il n'a plus d'espoir, sohan. il ne peut plus en avoir. à chaque fois qu'une parcelle de lumière illumine sa carcasse souillée, elle s'échappe aussi vite qu'elle est venue. étoile filante dans son ciel sans soleil. métaphore toute désignée pour soo yun. il a commis la grossière erreur de se laisser avoir. de s'attacher à elle sans en avoir conscience. la fatalité a alors frappé, lui révélant qu'elle est une de ses victimes collatérales. soeur d'un frère trop idiot pour s'écarter de son chemin. gamin effacé. hémoglobine du han qui macule désormais son épiderme à tout jamais. tout s'est écroulé quand il a compris. qu'il s'est fait une raison. il n'a pas le droit au bonheur. pas le droit à la vie. condamnation éternelle qu'il a reçu dès sa naissance. actée par l'étreinte venimeuse de sa génitrice à la poitrine dépourvue de myocarde.

« je te l'interdit. tu m'entends, sohan, arrête... s'il-te-plait... ne fais pas ça.. » les paroles sont lointaines. les mots ricochent dans les falaises abruptes de son esprit. esprit plongé dans un lac si noir et si profond qu'il ne sent plus rien. spectateur inconscient de sa chute. du désastre. il ne veut pas assister à ça. il ne veut pas la perdre. quelle ironie d'être privée de soo yun à cause d'une erreur passée qui le hante toujours. d'être le responsable de son propre malheur. l'amertume enserre son coeur un peu plus tandis que ses jointures blanchissent sous la pression de la colère. il n'a aucun droit. aucune légitimité pour lui demander de rester à ses côtés, d'oublier ce qu'il a fait. de lui demander de le préférer à son propre sang. il n'est qu'une lubie. une obsession vite passée. un bourreau désormais. et pourtant... elle s'accroche à lui. contre toute logique. contre toute attente. elle s'accroche à lui, encore et encore. ses lippes viennent percuter les siennes, comme pour nier l'évidence. l'affreuse réalité. il est toujours loin sohan. terriblement loin. il sent la fin arriver. l'échéance de cette mascarade. et comme tout gamin qui tient à quelque chose, il ne veut pas l'abandonner.

« j'ai besoin de toi. » son traître de myocarde fait une embardée mais le gamin refuse d'y croire. comment pourrait-elle encore vouloir de lui ? comment pourrait-elle encore le désirer dans sa vie alors qu'il lui a arraché son frère ? il ne le m é r i t e pas. il n'a jamais cru aux secondes chances et encore moins au pardon. immobile, ses prunelles dérivent dans la pièce qui lui semble si terne. il a toujours été seul. toujours. son frère et jun ho lui ont permis d'apaiser ses maux mais ils n'ont jamais réussi à terrasser les ténèbres qui l'habitent. personne ne le peut. « tu devrais pas m'avoir dans la tienne. » et ça le fait rire le gamin. un rire grave qui le secoue tout entier. il s'éveille enfin, les prunelles emplies d'une tristesse infinie et d'une once de regret ? ses doigts viennent caresser gentiment une de ses joues. « tu n'as pas besoin de moi. et c'est toi qui ne devrait pas m'avoir dans ta vie. à cause de ce que je suis et de ce que j'ai fait. » sohan n'est qu'un p o i s o n. venin qui détériore tout ce qu'il touche. il sursaute lorsque les lèvres de la jeune femme retrouvent de nouveau les siennes. il devrait la repousser mais il n'y parvient pas. parce qu'elle est comme une toxine. addiction dont il ne peut pas se débarrasser, combien même il le voudrait.  

« j'y arriverai pas sohan. » le souffle coupé, il commence à réaliser l'impensable. l'inévitable. il ne peut pas la quitter tout comme elle ne peut pas s'en éloigner. romance dramatique. tragédie moderne qui se joue devant leurs yeux effarés. sohan reste silencieux, ne fait que baisser la tête, consterné. il ne sait pas quoi en penser. il ne sait pas comment réagir. être heureux de ce drame ? furieux qu'elle ne le haïsse pas ? il oublie tout lorsque les bras de soo yun l'étreignent et le bercent. il oublie tout avec elle. toutes ses erreurs. toutes ses victimes. tout ce qui fait de lui un monstre. « tu n'es pas seul non plus.. » ces mots résonnent étrangement en lui. yu jan les a déjà prononcé, à l'instar de jun ho. pourtant il n'y a jamais fait attention. il les a simplement chassé d'un revers de la main. les mots de soo yun percent ses dernières défenses. l'armure se fracasse à terre dans un silence infernal. et c'est de ce silence que naît un sanglot insolite. signe que soo yun a vaincu sohan en fin de compte. sans le vouloir. sans le chercher. le gamin est hors forfait. il se laisse aller dans les bras de la belle, sans se cacher. avec cette certitude de ne plus être seul. à croire que la vie peut aussi faire naître l'espoir des erreurs les plus sombres. 

(c) SIAL ; icons BANDIT ROUGE


Contenu sponsorisé


annihilation  Empty
(#) Sujet: Re: annihilation    annihilation  Empty
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: old memories :: Oubliettes, Never Forget :: RPs terminés
Sauter vers: