▲ up▼ down
˙☾ de nos tendres mains



 
Viens donc te perdre sur notre roulette et te régaler demarrons chauds, laisse toi bercer de ces belles douceurs !
(PAUSE) PAS D’ÉVENT POUR LE MOIS DE SEPTEMBRE !! profitez de votre rentrée, installez vous comme il le faut !
TOUJOURS SUR HM ! es défis et la semaine à thème ont été renouvelé ! ˙☾ de nos tendres mains  359353108
nouveautés sur Hundred Miles !
Découvre les codes promotionnels et viens réclamer tes lots ! un résumé du sondage est également disponible.
continuité de l'animation SUPER(H)M et le sujet d'anniversaire toujours ouvert, n'hésite pas !
HUNDRED MILES
hundred miles c'est un forum réel asiatique city/universitaire basé à Séouldeux réponses par mois minimum — Avatars occidentaux bienvenus ! — Taille des avatars 200*320pxUne semaine pour finir sa présentation — Pas de prise de tête, rien que du love. That's all folks ٩(^ᴗ^)۶
vote pour hm !
✿︎
14.09.19 ➝ elle est là, la maj peachy n.38 qui sent bon le road trip automnal ici !
16.08.19 ➝ 37ème MAJ qui marque également les 3 ans du forum ! Viens mater les news ici !
08.08.19 ➝HM fête ses 3 ans ! merci à tous pour cette belle aventure qui se poursuit !
16.07.19 ➝ C'est la 36ème MAJ, façon summer night festival pour HM! les feux d'artifice c'est par ici !
16.06.19 ➝ 35ème MAJ, HM is a jungle pour ce mois de juin ! les news c'est ici !
12.05.19 ➝ Oh my my my ! 34ème maj fleurie pour HM qui affiche quelques nouveautés printanières !
13.04.19 ➝ 33ème MAJ toute fruitée pour le retour des beaux jours ! viens découvrir les news juteuses !
09.03.19 ➝ on accueille la 32ème maj et son design azuré ! viens découvrir les nouveautés !
09.02.19 ➝ installation de la MAJ n.31, avec un codage tout neuf et plein de nouveautés !
09.01.19 ➝ 30ème MAJ de HM ! viens découvrir les nouveautés ICI
01.01.19 ➝ BONNE ANNÉE LES CHATS !! plein de bonheur à tous. ❤︎
08.08.16 ➝ ouverture de hm
han ja
park bo ra
han soo yun
yang noam
the avengers

 :: old memories :: Oubliettes, Never Forget :: RPs terminés
Partagez

 ˙☾ de nos tendres mains


Wang Yuli


Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t6282-wang-yuli-tesyulie#190091
✽ FLOWER IN FRENZY
AGE : 21
AVATAR : PARK CHAEYOUNG (rosé – blackpink)
POINTS : 313


NOUS A REJOINT LE : 18/11/2017


MESSAGES : 8130


˙☾ de nos tendres mains  Empty
(#) Sujet: ˙☾ de nos tendres mains    ˙☾ de nos tendres mains  EmptyDim 10 Mar - 14:28




Il y a de ce parfum dans l’air, celui qui brouille, celui qui envoûte – endort un temps l’esprit pour celle qu’elle croit ne pas avoir aperçue depuis suffisamment longtemps pour qu’elle en apprécie redessiner les traits sous un regard sincère. Des rencontres sans attache dans les corridors, un effleurement de surface depuis si longtemps constant qu’elle s’en poserait des questions si seulement elle en avait le temps ; si seulement sa course après l'existence n’était pas excessivement indifférente. Mais, assoiffée d'amour, est-ce qu’elle leur dirait pourtant qu’elle aurait préféré en faire autrement? Triste négation en réponse.

Simple rencontre autour d’un projet pour les dorés et elle retrouve celle à qui elle avait prêté jusque là la décision de rester loin d'une sphère-mystère sans inhérence – elle respecterait son choix sans grande résistance – ne faisons-nous pas de même après tout? Alors elle poursuit, sans porter grande importance à la sournoise impression de déceptions agitées tracées sur cette distance placée – l’oiseau de jour trop occupé à chanter les plaisirs dans des rires languides pour celle qu’elle savait ne pas retrouver entièrement aujourd’hui – ou peut-être jamais, voile fin de non-dits, suffisant à détruire. Mais c’est lorsque les futilités s’effacent, s’abandonnent dans des effluves tendres de paroles sans sens, qu’elle finit par apercevoir sur la silhouette mouvante ce qu'on lui dissimulait jusqu'à maintenant – entrevoir les tâches de crépuscules sur l’aurore de sa peau blanche, bien fort, bien loin de la simple maladresse enfantine – si intense qu’un sentiment revers de violence amère l’ébranle à cette seule vision étrangère. Loin de la corrompue curiosité, l’électricité dans son échine frétille au plus elle les trahit – ces baisers brutaux – et d’inquiétude elle se fige ; sa pensée s’empresse de se demander si à être si distante elle n’avait pas manqué à son rôle d’amie vigilante. Sombre découverte et la candide atmosphère de rires s’alourdit sous le joug de sa prompte question dont elle ne regrette aucunement la franchise. « ...Kee? Ils viennent d'où tous ces bleus sur ton corps? » Elle remonte son regard de ces marques couleur nuit dessinées sur ses jambes pour s’ancrer dans la profondeur de ses orbes fatigués – ceux qu'ils ne veulent plus rien lui avouer, glacés sous ce tissage de désillusions dont elle sait en abysse être l'une des principales actrices.

(c) SIAL ; 1st & 2nd icons skate vibe – 3rd icon gizniee
@shim kee young








LA VÉRITÉ RÉTABLIE SUR WANG YULI, PAR ABE RISA:
 
Shim Kee Young


Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t5586-kee-young-sheen_rr
☢ BURNING AMBITION
AVATAR : Jessica Jung
POINTS : 9


NOUS A REJOINT LE : 17/11/2018


MESSAGES : 394


˙☾ de nos tendres mains  Empty
(#) Sujet: Re: ˙☾ de nos tendres mains    ˙☾ de nos tendres mains  EmptyLun 11 Mar - 15:02




# :: à trop longtemps taire une orientation capricieuse, kee young en avait oublié la proximité de deux amies liées. vérité douloureuse qui continue de la maltraiter. châtiment infligé à elle-même, pour sa propre lâcheté. il était si facile de dire ce n'est qu'une erreur de jeunesse par le passé ; qu'il n'y a plus d'excuse à présent. pour la rassurer -- quand ses yeux s'attardent un peu trop sur les formes qui ne devraient nullement éveiller une envie aussi convoitée. soupir bien plus rare que son hétérosexualité, mais qui plonge l'enfant dans une frénésie-venin. au point où la brune ne parvient à se pardonner, à accepter. bloquée dans l'idée que c'est mal. improbable. erreur fatale que d'avoir rêver de son regard. regret dans ses gestes. tandis qu'elles travaillent. forçant la distance ; alimentant l'éloignement ((même en l'ayant sous les yeux sur l'instant)).

la question glace son cœur, comme les coups ont brûlé son corps. à trop se concentrer sur comment se comporter ; ne rien laisser paraître -- ni le besoin de la prendre dans ses bras, ni la peine de s'être trompée à ce point. elle en avait négligé son secret. avait couvert son dos, ses épaules. même ses bras. pour ne pas mesurer les conséquences d'oublier de troquer un pantalon contre sa robe; « ce n'est rien. »
fureur qui s'anime, bousille son esprit malade. ses veines pulsent à telle vitesse qu'elle ne sait plus comment réagir. ignore quoi dire. je suis tombée est un mensonge trop utilisé, pour qu'il puisse leurrer à nouveau. et le silence qui les enveloppe semble la transpercer. la douleur des bleus réanimés, une saveur plus amère à ses côtés. si elle évite d'abord son regard ((premier signe de culpabilité)), elle finit par céder sous la pression de l'atmosphère changée. et ses yeux se posent ailleurs que sur la feuille où elle écrit. s'attardent sur des iris qui ne la quittent pas ; qui la mettent hors d'elle.
f a t i g u é e. exténuée, de ce dans quoi elle est plongée, de ces méprises, de son cerveau éteint qui laisse son cœur faire n'importe quoi. et qui se brise.

« putain arrête ça. » le ton est glacial, autant que l'est les émotions qui la traversent. elle ne supporte pas cette ((humiliation)) situation. « c'est quoi ce regard ? » colère contre inquiétude ; kee injuste s'en prends à celle qui ne veut pas faire comme ils le font tous : semblant. peu habituée à ce traitement. à bout aussi. perdue entre la reconnaissance -- d'avoir vu, d'avoir demandé et l'aigreur d'avoir voulu lui donner ce qu'elle se refusait ; sous simple e r r e u r.
non, la peur que quelqu'un sache.
« fais pas comme si tu en avais quelque chose à faire. »
frénésie-venin.
(c) SIAL ; 1st & 2nd icons skate vibe – 3rd icon gizniee
@wang yuli






YUKEE, LIZZIE DE MA VIE & FLO a écrit:
ON AVAIT PAS DE PAIRING PARCE QU'ON S'ATTENDAIT
Wang Yuli


Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t6282-wang-yuli-tesyulie#190091
✽ FLOWER IN FRENZY
AGE : 21
AVATAR : PARK CHAEYOUNG (rosé – blackpink)
POINTS : 313


NOUS A REJOINT LE : 18/11/2017


MESSAGES : 8130


˙☾ de nos tendres mains  Empty
(#) Sujet: Re: ˙☾ de nos tendres mains    ˙☾ de nos tendres mains  EmptyDim 24 Mar - 18:36




Comment en étaient-elles arrivées là? – Il y avait ces deux âmes égarées dans une fin d’après-midi onirique, puis une seconde se noie pour que frénésie soudaine s’imprime aux iris, poison subtil sur langues déliées s’inflige – déchirure béante caressant les questionnements salis. Le tableau ordinaire prend temps sombre et on y peindrait la naissance d’un éclair – foudre de ce qui tanguait au bord d’un précipice sans fond – vertueux abysses de ce qui se tait à deux, se hurle dans le silence de ce parfum de déception. Et dans l’œil du dense cyclone, on la retrouve ; petite ingénue capricieuse, tranchante à en ignorer comment agir quand on la quémande, ravagée à sa naissance, affres qu’elle porte comme tâche de vin encré sur cœur vilain – difforme et peu serein. Elle découpe inconsciemment les aurores de leurs liens, car elle souhaite anesthésier avant qu’il ne soit trop tard, sans jamais apprendre qu’ils s’éprennent plus vite qu’elle ne le fera jamais – poupée dévastée, malédiction cruelle.

Et pourtant, elle les rencontre toujours, muette droguée – avide d’amour, ces âmes affamées d’attention, trous noirs de ce qu’elle se sait capable d’apporter. Seulement, l'overdose morose ne guette l'ombre d'une âme pour qui toutes habitudes opposent – alors on n'y poserait nulle part le tissage fragile de nos espoirs – précieux de ce qu'il reste en vestiges d'une absence inévitable dont on ne connaît réellement l’entité coupable mais qui s’imprime dans les traits blanchâtres de notre jeune réceptacle. Et elle inspire dans l’affadie mélancoliefilante d’apprivoiser les pièces qui lui manquent quand on ne sait pourtant pas ce qu’ils vendent – mains demandeuses s'éteignant dans l'espace-temps d’un vide encombrant. Et, pendue à la pendule du temps, elle subit en attendant, vit, en l’occurrence, la rage de son amie comme conséquence fatidique et on la prédit volontiers se plonger dans l’océan d’un mutisme coupable, résoudre l’histoire par sa griffant absence, fuir la tempête tant qu’il en est encore temps – quand soudain elle articule de son accent écorché d’impatience tout ce qu’elle reproche à cette destruction de sérénité amère « Je peux savoir ce qu’il te prend? » L’injustice l’effraie, la lame de son comportement la terrorise et elle s’enflamme par simple peur de ce qu’elle inflige à son amie. À quel point avait-elle mal agi pour qu’être aimé se détruise sous le poids de paroles assassines gardées sous silence – non-dits honteux à en exploser l’instant tragiquement. Et elle ne sait plus, ne comprend plus d'où vient cette aigreur ; avait-elle mis doigt sur blessure saignante ou portait-elle encore la dague du crime sanguinaire – un peu des deux qu'elle se rappelle. « Mais arrêter quoi Kee? » Une pause – abasourdissement claquant « Par contre je t'interdis de t'en prendre à moi comme ça. Surtout quand la seule chose que je fais c'est m'inquiéter pour toi. » Elle croit sauver ce qu'il reste, lui supplie de l'oeil de ne pas la forcer à la faire fuir pour le joug qu'elle tente de lui offrir – abjection à l'obtention du titre de fautif quand on a simplement voulu aider personne chérie.

Et soudain son regard se clôt sous les syllabes de trop ; fais pas comme si tu en avais quelque chose à faire, serpent vulnérable au venin comme dernière défense sémantique. Le film de ce qu'on l'a toujours accusée de ne pas être se faufile dans l'esprit et elle respire la calme amertume à saisir qu'il y a deux vérités perfides à la nature de sa douleur vive ; l'exécuteur des morsures  violentes sur son épiderme et à son revers, elle, pour frustration étrangère. Mais elle y joue sa dernière chance, à ne pas trop prendre sur elle, elle demande une dernière fois – pour manifeste d'affection véhémente « Sauf que je te le répète, je m'inquiète et je pense que c'est la preuve même que j'en ai quelque chose à faire, alors cesse de te trouver des excuses et dis-moi d'où viennent ces bleus. » Apaisement sur la quiétude de sa voix – douce mélodie à en étouffer le temps d'un espoir de sérénité leur commune colère. Et il y a la création d’une enveloppe de paix pour les fins doigts qui partent en quête d'une main encore serrée pour ce qu'elle venait de défaire. À ce délicat toucher un peu saccagé, elle exprime sa pensée languide, faite d'amour et de désespoir hypocrite ; caressée de culpabilités passagères, elle supporte l'électricité crispante de cette malmenant agitation. Et, demandeuse de réponses, quémandeuse de lumière sur vérités cachées au regard encore brillant sous les coups de ses frustrantes accusations, elle réclame une raison de ne pas fuir devant la lourde charge d'être condamnable aux yeux de celle qui n'a fait que souffrir – et qu'on aime pourtant, à ne plus en douter sûrement.

Tracés d'illusions oniriques.

(c) SIAL ; 1st & 2nd icons skate vibe – 3rd icon gizniee
@shim kee young








LA VÉRITÉ RÉTABLIE SUR WANG YULI, PAR ABE RISA:
 
Shim Kee Young


Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t5586-kee-young-sheen_rr
☢ BURNING AMBITION
AVATAR : Jessica Jung
POINTS : 9


NOUS A REJOINT LE : 17/11/2018


MESSAGES : 394


˙☾ de nos tendres mains  Empty
(#) Sujet: Re: ˙☾ de nos tendres mains    ˙☾ de nos tendres mains  EmptyJeu 2 Mai - 16:42




# :: la colère a tant explosé, qu'elle en devient à présent muette. incapable de répondre -- de former le moindre mot. cette douleur lancinante qui s'aventure toujours plus profondément. kee young a dit plus qu'elle n'en a jamais pensé, incapable normalement de tant d'amertume. si tôt les paroles prononcées que les voilà regrettées mais dans cette haine feinte survient une détresse farouche qu'elle n'a jamais appris à contrôlé. et dans ce désespoir où elle se noie, elle ne parvient pas à taire le feu qui ravage ses veines.
d'abord blessée par les émotions volées, puis anéantie par les questions importunes qu'elle a toujours fais en sorte de tenir à des mètres d'elle. honte certaine de cette situation torrentielle où son amour propre se perd. où jamais, jamais elle n'a reçu la moindre aide. environnement empoisonné qui n'a cessé de la maîtriser ; de la clouer au sol. emprise certaine sur cette femme-gamine qui ne peut réagir. oh, kee young est dévastée, elle ne sait quoi dire.
ne trouve refuge que dans le tranchant de son animosité et se croit assez virulente pour l'éloigner. persuadée, inconsciemment, que sortir ses phrases pourraient l'aider à taire la révélation qui peine à s'avouer.

la consultante a cru, un instant, de long moment, qu'il y avait tellement plus. entre les deux, une alchimie entre leurs âmes. un quelque chose qui, peut-être, aurait pu marcher -- l'aider à se relever. à se rebeller. ce mal rédempteur. est-ce un sentiment d'amour pur ou l'illusion néfaste d'avoir pensé que sortir de la norme l'éloignerait des shim qui l’assassine. elle-même n'est pas capable de le dire ;; elle aime simplement, plus qu'elle ne le devrait. comme si donner à outrance ses sentiments comblerait la vérité qu'elle n'a jamais été aimé.
qu'importe, au final,
car kee young s'est méprise sur les attentions de son amie.
eh, quelle tragique humiliation // non quelle douleur d'avoir perdu l'affection ultime avant même qu'elle ne soit partagée. elle s'en veut, de tant de bêtise, geint d'être aussi facile. d'aimer et de haïr d'un claquement de doigts (( mais haït-elle vraiment ? elle qui est incapable de médire.

alors elle se tait, comme on lui a toujours appris à le faire. elle serre les poings, clôt parfois le regard. pour ne pas voir le monde dans lequel elle est née. ce qu'elle se désole, souvent, d'avoir un jour ouvert les yeux. n'est pas suicidaire, mais véritable déprimée. quand elle est en proie à des doutes tels que ceux-là. elle ne veut pas entendre pourtant, refuse d'accorder un crédit quelconque ((pas à yuli, mais à la situation)). pourtant chaque mot s'infiltre à son oreille, résonne à l'intérieur de sa tête.
peut-elle dire vrai ?
on lui a si souvent demander, quand elle était enfant, si sa mère l'avait vraiment empoisonné. heureuse au début, qu'on se soucie d'elle, elle a vite compris que seul l'intérêt d'un scandale dans une famille friquée intéressait. qu'en avait-on à faire, de la petite kee young ? tant qu'elle portait de belles robes et souriait, pas besoin de chercher plus loin. qui étaient-ils pour se préoccuper de cette simple héritière. ils n'en avaient rien à faire, qu'elle soit malheureuse.
c'est pareil pour tous, non ?

elle y croit tellement. s'est toujours convaincue que, de tout manière, personne n'agirait si elle répondait. alors, face à des mots si sincères ((et à cette touche suppliante)) la shim ne sait comment faire. peut-elle vraiment espérer que non, elle n'en a pas rien à faire ? elle qui, sans le savoir, à piétiné ses envies les plus secrètes.
amies véritables, elle le souhaite, mais n'est pas sûre que ça en vaille la peine. révéler un secret pareil, pour quelqu'un qui pourrait (à nouveau) disparaître. elle ne se rends pas compte qu'elle est la seule responsable de cet éloignement. qu'elle est la seule à s'enfermer dans cette bulle où, personne n'est capable de l'aimer.

toutes ces illusions volent en éclat lors de ce contact. léger et discret, il dépose pourtant une baume réparatrice sur son cœur meurtri. toute tension semble exploser en son être. elles sont là, toutes les deux, mais kee young ne s'est jamais sentie aussi seule. face à la douleur des révélations. jamais elle n'avait été dans cette position.
erreur de débutante, dans deux domaines bien distincts. ses larmes s'évadent à l'instant même où elle réalise ; à quel point yuli lui est précieuse. elle ne peut pas choisir de l'évincer, sous simple idée de cacher à nouveau le fait qu'elle soit terrorisée. « c'est mon père. » la voix est étranglée, face à cette vérité meurtrière. mais ce n'est pas tant les coups, qui déferlent sur ses joues. plutôt la peur irrationnelle de la perdre, à n'être qu'une misérable enfant sous le joug de son paternel.
« c'est rien, dans deux jours, il n'y aura plus rien. » ah... encore ce même refrain. ce déni certain. qu'on l'achève, qu'elle prie. qu'on la sorte de ce moment où elle suffoque. tête baissée et fierté envolée, kee young n'a toujours été que le reflet d'une enfant épanouie. « pardon... » de lui avoir crier dessus ? d'avoir penser un instant pouvoir lui mentir ? il y a tellement de choses, pour lesquelles elle devrait s'excuser. à son douzième anniversaire, lorsqu'elle s'est réveillée à l’hôpital ; pour la première fois, l'héritière a demandé pardon // pardon pour avoir reçu la vie.
et depuis, elle n'a cessé de mentir, derrière son beau sourire. quelle hypocrisie de s'en être prise ainsi à la belle yuli.
(c) SIAL ; 1st & 2nd icons skate vibe – 3rd icon gizniee
@wang yuli






YUKEE, LIZZIE DE MA VIE & FLO a écrit:
ON AVAIT PAS DE PAIRING PARCE QU'ON S'ATTENDAIT
Wang Yuli


Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t6282-wang-yuli-tesyulie#190091
✽ FLOWER IN FRENZY
AGE : 21
AVATAR : PARK CHAEYOUNG (rosé – blackpink)
POINTS : 313


NOUS A REJOINT LE : 18/11/2017


MESSAGES : 8130


˙☾ de nos tendres mains  Empty
(#) Sujet: Re: ˙☾ de nos tendres mains    ˙☾ de nos tendres mains  EmptyVen 14 Juin - 22:52




« C'est mon père. » – Le soleil sied, le crépuscule comme mélancolie de vie naît sur les deux âmes en peine, de celles qui se taisent pour l’amour torturé du silence, de celles qui s’évadent dans les œillades trop longues pour ne rien signifier – l’explosion inavouée d’une tristesse commune, au nom du paraître absurde, celui qui caresse, celui qui rejette. C’est ce manque de lueur soudain dans ce ciel peu clément qui enveloppe la plus jeune des deux, l’attrape à la gorge pour délicatement en serrer l’espacement quand son regard brillant s’attarde à nouveau sur les tâches de nuit qui redessinent son amie sous une lumière vulnérable ; elle n’aura jamais paru si réelle, le masque fendu en mille morceaux répandus. Mais elle étouffe, se noie dans l’océan d’injustices qu’on lui expose, tenue en alerte par cette seule tension qui s’étend dans sa mâchoire – le cynisme claquant entre ses dents s’agitant pour chacun des coups qu’elle revit – sympathie violente. Tandis qu'elle comprend que ce tableau-désastre se répète depuis plus longtemps que ne se gomme sa présence, crépitent en son encéphale les pensées blessantes, celles qu’on aurait voulu lui dire à lui, à l’artiste qui a peint la résolue peur auprès de sa fille et il y a aussi ces phrases qu’on devrait se déclarer à nous ; qu’une des ecchymoses est placée sur son cœur et qu’on en est le plus tendre auteur.

Et soudain, tout tangue sur l’océan agité de révélations crispantes, plus rien de serein ne s’évade de cette fin de journée qui aurait dû être si simple, plus rien de certain ne s'empêche de s’abandonner aux tremblements de leurs émotions sans fin. Et elle s’aperçoit un peu tardivement que pour toute l’infirmité de son myocarde boitant elle a placé bien plus de souffrance au sein des orbes de l’être aimée, meurtrier rappel du vide qui se meut et se terre dans le fond de l’âme pour en faire remonter toute la bile noire sur les lèvres vibrant la rage de subir ; spectateur de la catastrophe, impuissant enfant. Elle voudrait alors s’empresser de crier qu’elle aurait dû s’en apercevoir plus tôt, qu’elle aurait dû lui en avoir parlé plus tôt, lui supplier pardon de n’être jamais assez ; mais à quoi bon. Maintenant que c’était su, allait-elle pourtant savoir l’arrêter ? Tempête de ce qui a été manqué au fil du temps s’abat avec la force du désespoir, détruisant ceux qui pourraient aimer – hurlant le nom de ceux qui en ont été privés.

« C'est rien, dans deux jours, il n'y aura plus rien. » – mais sa main est liée à la sienne, son point focal s'ancre sur son regard heurté et elle lui refuse la réduction de cette action, doigts serrant ce qu'elle ne voudrait alors ne plus savoir abandonner – le toucher qu'elle souhaiterait remède à cet instant, pleurs versant son retard avec aisance – douleur d'insuffisance. Mais l'essence lui manque, l'attache vouée à être éphémère se rompt et elle glisse sa paume filante sur la joue humide de son amie ; le pouce gommant les perles-souffrance qui y dansent. « Pardon... » Les traits de son visage grondent la demande qu'elle lui murmure doucement lorsque l'amour-passion lui délie la langue pour la sèche commande « Je t'en supplie, tais-toi. » Les yeux suspendus, s'agitent soudain pour la brutalité de sa parole, brusquer être chancelante, elle s'en veut à ne plus pouvoir s'étendre – réceptacle fendu collapse soudain sur le corps blessé de son amie – et les bras l'entourant d'amour tendre, elle souffle sur la mélodie de la peine vibrante « Je t'interdis de minimiser ce qu'il te fait subir, je t'interdis d'un jour penser que tu le mérites, je t'interdis de penser que tu es seule, je t'interdis de demander pardon pour ce que tu vis et je t'interdis de m'excuser d'... » Arrêt abrupt pour la sensation de danser à deux au bord du néant. Danger qu'elle seule a laissé ; créatrice du vide qui la compose, qui la paralyse à cet instant, lorsqu'une sombre vague ravage ses pensées à l'unique vérité ; elle finira seule son existence.

L'étreinte se sert pour la volonté de ne plus lâcher être aimée, abattre un court moment la fatalité dont elle est marquée – solitude agrée, quand lentement l'épaule de son amie s'habille de la froideur des pleurs au doux parfum de peur.

Et je t'interdis de m'excuser d'être aussi entachée également.

(c) SIAL ; 1st & 2nd icons skate vibe – 3rd icon gizniee
@shim kee young








LA VÉRITÉ RÉTABLIE SUR WANG YULI, PAR ABE RISA:
 
Contenu sponsorisé


˙☾ de nos tendres mains  Empty
(#) Sujet: Re: ˙☾ de nos tendres mains    ˙☾ de nos tendres mains  Empty
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nain et armes a deux mains
» Mains froides, coeur chaud.
» (dg) le ciel coule sur mes mains.
» Se pou nou lave men nou souvan pou evite tout kalite maladi.
» De Washington, Préval est retourné bredouille, les mains vides.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: old memories :: Oubliettes, Never Forget :: RPs terminés
Sauter vers: