▲ up▼ down
Il faut qu'on parle || PV Min Woo



 
Le soleil se lève en douceur et les rayons chatouilles délicatement vos bras à nouveau ; le printemps s'installe !
Viens jouer à la roulette florale juste ici !
printemps bien installé ! saison des fleurs et des pluies jolies ☆
VIENS DÉCOUVRIR LES PETITES NOUVEAUTÉS !
(EVENT) Envie d'un événement plein de surprises ? Viens te joindre à l'aventure !
FESTIVAL DE LA RENTRÉE Il faut qu'on parle || PV Min Woo 359353108
TOUJOURS SUR HM ! Découvre les défis et notre semaine à thème du mois ! Il faut qu'on parle || PV Min Woo 359353108
Les résultats sont tombés ! Dites-nous TOUT Il faut qu'on parle || PV Min Woo 359353108 Qui passe son année ? Qui redouble ? Le formulaire se trouve ici
HUNDRED MILES
hundred miles c'est un forum réel asiatique city/universitaire basé à Séouldeux réponses par mois minimum — Avatars occidentaux bienvenus ! — Taille des avatars 200*320pxUne semaine pour finir sa présentation — Pas de prise de tête, rien que du love. That's all folks ٩(^ᴗ^)۶
vote pour hm !
★︎
12.05.19 ➝ Oh my my my ! 34ème maj fleurie pour HM qui affiche quelques nouveautés printanières !
13.04.19 ➝ 33ème MAJ toute fruitée pour le retour des beaux jours ! viens découvrir les news juteuses !
09.03.19 ➝ on accueille la 32ème maj et son design azuré ! viens découvrir les nouveautés !
09.02.19 ➝ installation de la MAJ n.31, avec un codage tout neuf et plein de nouveautés !
09.01.19 ➝ 30ème MAJ de HM ! viens découvrir les nouveautés ICI
01.01.19 ➝ BONNE ANNÉE LES CHATS !! plein de bonheur à tous. ❤︎
08.08.16 ➝ ouverture de hm
han ja
park bo ra
han soo yun
yang noam
team rocket

 :: old memories :: Oubliettes, Never Forget :: RPs abandonnés
Partagez

 Il faut qu'on parle || PV Min Woo


Invité
Anonymous


Invité
Il faut qu'on parle || PV Min Woo Empty
(#) Sujet: Il faut qu'on parle || PV Min Woo   Il faut qu'on parle || PV Min Woo EmptyJeu 22 Nov - 18:29
Il faut qu'on
parle
Aperçu de la tenue

Wei Min avait quitté Séoul quelques jours, ayant besoin de repos, de s’éloigner de la folie des fiançailles, de la haute société qui l’insupportait. Elle n’avait pas vraiment son mot à dire sur son futur mariage, mais elle se retrouvait impliquée dans les préparatifs malgré elle. Que ce ne soit les mesures de la robe, les changements incessants apportés au design, les gens qu’elle n’avait pas envie de voir qui venaient tous vers elle. La taïwanaise se languissait de travailler, mais ne pouvait toujours pas se le permettre, sa médication lui embrouillant encore un peu trop le jugement pour qu’elle puisse avoir autant de responsabilités sur les épaules. Elle avait pensé se prendre un petit chien, mais avait fini avec un joli aquarium rempli de poissons multicolores. Ils lui rappelaient les couleurs qu’elle voyait au quotidien à l’étranger, cette vie libre qui lui manquait et… elle n’avait pas besoin de les sortir pour leurs besoins. Non, elle n’était pas princesse au point de ne pas prendre un chien pour une raison aussi basique, mais bien parce qu’avec ses rendez-vous médicaux, sa santé qui n’était pas au beau fixe… L’animal souffrirait peut-être de ne pas pouvoir sortir régulièrement. Parce que non, si elle s’en prenait un, ce n’était pas pour le faire sortir par une autre personne… Wei Min ne comprenait pas trop pourquoi les gens prenaient un chien, si c’était pour ne pas s’en occuper et payer une tierce personne pour lui donner de l’affection. Elle y pensait encore, alors qu’elle passait devant cette animalerie qui avait mis d’adorables petits chiots dans sa vitrine.

La taïwanaise venait de rentrer de Busan, ville où elle avait grandi avec sa mère pour qui elle nourrissait tant d’affection. Elle avait voulu se rappeler un peu pourquoi elle se pliait tant aux caprices de son père, même s’ils allaient à l’opposé complet de sa volonté. Weiwei ne cessait de se répéter qu’elle restait puisque sa condition était mieux traitée ici, son médecin était un vieil ami en qui elle avait une confiance aveugle et la Corée du sud a de meilleurs accès aux médicaments et technologies avancées. Elle se disait aussi que c’était ce que sa mère aurait voulu, mais… l’était-ce vraiment ? Certes, celle qui était son idole avait toujours tout fait pour faire avancer la carrière de son mari et avait demandé à sa fille de continuer à rendre fière sa famille… Cependant, lui aurait-elle demandé de faire un tel sacrifice ? Wei Min n’en était pas aussi certaine que son cher paternel. S’éloigner de lui, retourner dans ce manoir qui avait été sien pendant toutes ces années et retrouver ces souvenirs qui étaient si loin dans sa mémoire… La jeune médecin n’avait pas que renoué qu’avec ses racines, elle avait aussi appris certaines choses qui lui avaient échappé. Peut-être même qu’on les lui avait caché pour la protéger ou elle ne savait pas trop quoi. Elle avait ainsi appris pour l’expérience traumatisante que son ami de l’époque avait vécu. Une ancienne connaissance commune demandait comment il allait, puisqu’ils avaient dû avoir garder contact, non? Wei Min n’avait pas été impliquée dans cette histoire et ils avaient été de bons amis, non ? Elle aussi avait pensé qu’ils avaient été de bons amis, mais pas si bon que ça. Il avait simplement disparu du jour au lendemain, elle avait pensé qu’il s’était lassé de la gamine en détresse qu’elle était et l’avait jeté. Mais… peut-être pas.

Lui aussi avait vécu une difficile épreuve. Il devait avoir jugé leur douleur incompatible ou peut-être qu’il s’était juste refermé… Elle n’en savait rien. Wei Min n’avait pas nécessairement envie de se replonger dans cette époque, surtout pas maintenant, mais… avec sa meilleure amie qui avait eu l’idée de s’enticher de lui, avait-elle vraiment le choix ? Le mannequin lui avait parlé du restaurant où il aidait son père, c’était donc là qu’elle s’était rendue avec… l’appréhension de l’y retrouver. Elle ne savait pas ce qu’elle lui dirait, ni comment aucun des deux pourraient réagir. C’était juste… une étrange situation malaisante, mais elle se devait d’être adulte et la traverser. Nerveuse, elle posa sa main sur la poignée de porte du restaurant et la poussa doucement pour entrer. Elle inspira puis soupira pour se donner du courage, serrant un peu plus la petite boîte qu’elle avait apporté. Oui, c’était idiot de venir dans un restaurant avec des trucs à manger, mais par le passé, chaque fois qu’ils faisaient la paix… ils mangeaient la même chose. Or, en souvenir d’une époque plus douce et en voulant arranger les choses, elle n’avait pas pu penser à autres choses. Wei Min demanda au serveur si Min Woo était bien présent aujourd’hui, puis l’attendit, espérant que ce ne serait pas aussi désagréable que la première fois qu’ils s’étaient revus après toutes ces années…

Min Woo-ssi… il faut qu’on parle. Faisons la paix... » dit-elle, en le voyant finalement.

La taïwanaise lui tendit sa petite boîte, essayant de faire un geste pour approuver ses bonnes intentions.

People are so annoying... but you gotta deal with them
Pando
Invité
Anonymous


Invité
Il faut qu'on parle || PV Min Woo Empty
(#) Sujet: Re: Il faut qu'on parle || PV Min Woo   Il faut qu'on parle || PV Min Woo EmptyVen 23 Nov - 20:27
L’amitié, qu’est-ce que c’était vraiment ? Min Woo n’aurait certainement plus été en mesure d’en donner une définition exacte aujourd’hui. Il ne le savait plus. A l’époque, il aurait déclaré sans l’ombre d’un doute que c’était avoir quelqu’un sur qui comptait à n’importe quel heure de la journée ou de la nuit, quelqu’un avec qui on s’amusait et on s’entendait, quelqu’un qui nous comprenait autant qu’on le comprenait… C’était se soutenir dans les bons comme dans les mauvais moments, être toujours là l’un pour l’autre quoi qu’il arrive. Peut-être était-ce lui qui avait été trop bon autrefois mais aussi trop naïf, accordant une confiance aveugle à des personnes qui au bout du compte n’en valait la peine. Depuis ce jour-là, il n’avait plus été capable de décrire ce qu’était réellement censé être une amitié. C’était devenu quelque chose d’éphémère à ses yeux, quelque chose en quoi il ne croyait plus qui l’avait obligé à descendre de son petit nuage. Son sourire radieux et innocent de l’époque n’existait plus, il s’était renfermé sur lui-même, construisant des barrières entre lui et tous ceux qui essayaient de s’immiscer un tant soit peu dans son existence. Certainement que les personnes qui l’avaient connu auparavant ne le reconnaîtraient plus aujourd’hui et ne comprendraient pas non plus comment un garçon aussi gentil que lui avait pu tourner de cette manière. Il ne cherchait pas à ce qu’on se mette à sa place ou qu’on le comprenne, il souhaitait simplement qu’on le laisse tranquille. Contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, il n’était pas triste de la vie qu’il menait, la solitude ne le dérangeait pas puis il avait malgré tout des proches sur qui il pouvait compter en cas de besoin. Son père ne l’avait jamais abandonné, se battant corps et âme pour son bonheur et rien que ça, cela lui était déjà amplement suffisant.

Nul doute que Min Woo ne s’attendait pas à ce qui allait se passer aujourd’hui, jamais il n’aurait pu le concevoir. La raison pour laquelle il avait entamé cette journée comme sa bonne routine habituelle quand il ne travaillait pas et qu’il décidait de venir aider son père au restaurant. Débarrassant une table qu’il nettoya rapidement ensuite, il s’échappa dans la cuisine où il déposa toute la vaisselle sale, discutant quelques instants avec son père qui s’y trouvait. Il ne put toutefois pas en profiter trop longtemps que le nouveau serveur engagé récemment était venu le voir, rétorquant qu’il y avait une jeune femme qui le cherchait. Sa réaction fut machinale, ses yeux se dressant aussitôt vers le ciel avant qu’un soupir ne traverse la commissure de ses lèvres. Qu’est-ce qu’on lui voulait encore ? Il ne s’y rendit cependant pas de suite, terminant rapidement la conversation qu’il avait entamé avec son géniteur avant de finalement retourner dans la salle principale.

Torchon soigneusement posé sur son épaule, ses yeux vaquèrent dans la pièce à la recherche de la personne qui l’avait demandé et quelle ne fut pas sa surprise en remarquant son amie d’enfance. Qu’est-ce que… Le serveur s’était attendu à tout sauf à elle. Leurs chemins s’étaient déjà recroisés depuis cependant tout avait changé entre eux, plus rien n’était pareil et principalement parce que lui-même n’était plus celui que Wei Min avait connu. Probablement qu’elle n’avait pas compris, qu’elle lui en voulait d’être parti sans plus jamais donner de nouvelles mais aussi d’avoir autant changé et de s’être adressé à elle avec tant d’indifférence et de froideur. Lui qui était si chaleureux autrefois, cela avait dû en étonner plus d’un… Seulement, il n’avait pas eu le courage, pas même la force, d’expliquer ce qu’il avait traversé, le pourquoi à cette période, il s’était enfui en oubliant tout le reste. Il n’était qu’un jeune garçon, qu’un adolescent qu’on avait traumatisé et à qui on avait laissé une blessure indélébile qu’il ne serait jamais en mesure d’effacer. Ce n’était pas tant ce qu’il avait vécu qui l’avait marqué, pas le fait d’être enfermé ou de mourir de froid sans pouvoir dire clairement quel jour il était… C’était la trahison de ses deux plus proches amis en qui il avait une confiance aveugle. Assurément que dorénavant, les séquelles que cet incident avait laissé sur son cœur resteraient gravés pour toujours… Il se connaissait assez pour savoir que plus jamais il ne serait capable d’accorder sa confiance entière à quelqu’un. Il n’était plus aussi fou pour donner tout de lui à une personne dont il n’était pas certain qu’elle en vaille la peine.

Ses prunelles s’étaient égarés en direction de la jeune femme, tout d’abord en silence, tandis qu’il l’observait elle ainsi que la boîte qu’elle lui avait amené. Evidemment que non, Min Woo ne saisissait rien à un tel revirement de situation. « Qu’est-ce qu’il te prend tout à coup ? » L’interrogea-t-il de son ton neutre, aucune émotion se reflétant sur sa figure alors que ses doigts s’emparèrent malgré tout de l’objet qu’elle lui tendait.  D’un geste de la main il indiqua de s’asseoir sur l’un des tabourets avant de lui-même s’installer face au comptoir, ouvrant ainsi la boîte qu’elle avait amené. « Pourquoi cette soudaine envie de faire la paix ? » Son regard se planta dans les siens à ses propos sans qu’il n’ajoute quoi que ce soit d’autres. Il était bien tout seul donc non, il avait beau retourné encore et encore la chose dans son esprit, il ne comprenait pas.

code par me'ow
Invité
Anonymous


Invité
Il faut qu'on parle || PV Min Woo Empty
(#) Sujet: Re: Il faut qu'on parle || PV Min Woo   Il faut qu'on parle || PV Min Woo EmptySam 24 Nov - 20:55
Il faut qu'on
parle
Aperçu de la tenue

Les gens font toutes sortes de choix plus ou moins logiques dans leur vie. Encore plus de choix plus ou moins réfléchis… Celui-ci était sensé l’être, mais Wei Min restait plutôt incertaine quant à comment l’exécuter et agir. Était-ce la bonne chose que de retourner vers lui et lui tendre une main, après avoir appris ce qui avait dû le changer et donc expliquer son comportement ? Il n’avait visiblement jamais vraiment eu envie de la revoir. La jeune femme n’avait jamais été la plus difficile à trouver, en tant que fille d’un politicien, ses faits et gestes étaient toujours assez surveillés par la haute société, prête à la juger sur la moindre respiration de travers. La médecin était plus libre lorsqu’elle était à l’étranger, loin de cette loupe qui la brûlait incessamment. Ce n’est pas pour rien qu’elle se plaisait tant à quitter le pays, elle pouvait être… normale et tranquille, se consacrer à son travail sans avoir cette pression inutile. Ses amis en Corée étaient rares, peut-être trop dans les circonstances actuelles. Ce n’était cependant pas pour ça non plus qu’elle revenait vers lui. Ce n’était pas pour lui demander du support dont elle aurait pourtant eu besoin. Weiwei ne savait pas trop si elle faisait ça pour So Youn uniquement. Il serait débile de nier qu’elle s’inquiétait pour sa meilleure amie qui était trop fragile pour supporter de se faire briser par une nouvelle histoire. Cependant, une partie d’elle s’inquiétait aussi pour Min Woo, cet idiot. Oui, oui, elle pouvait l’insulter dans sa tête, autant qu’elle en avait envie, ça lui apprendrait à l’avoir blessé et ensuite ignoré sans s’expliquer ! Ça se prétend être un humain, mais ça n’assume pas ses actes ! Wei Min lui en voulait. Plus de l’avoir laissé tomber à l’époque, ça, elle pouvait comprendre maintenant… mais pour la manière dont il avait agi avec elle, des années plus tard. C’était lui qui avait disparu et qui l’avait traité comme un torchon après, mais c’était elle qui allait vers lui pour faire la paix. Rien ne semblait faire de sens depuis son retour en Corée, vraiment. Pas étonnant que les gens de ce pays ne perdent la tête s’ils vivent ça tous les jours durant des années…

Enfin, Wei Min tentait de rester positive en attendant que monsieur ne se daigne à venir la retrouver. Peut-être qu’elle dérangeait. Elle venait le voir alors qu’il travaillait au restaurant, pas pendant qu’il était libre… Sauf que bon, comment aurait-elle pu faire autrement ? Elle n’avait aucune idée d’où le trouver… La taïwanaise essayait de ne pas se sentir trop coupable, elle tentait de faire la bonne chose, même si les conditions n’étaient pas idéales. Si elle avait su où le retrouver pendant qu’il avait congé ou à quel moment venir pour ne pas arriver comme un éléphant dans un magasin de porcelaine, elle aurait fait autrement. Le voilà qui arrivait. Il ne gagnerait probablement pas le titre de “monsieur sourire” cette année… Wei Min fut cependant rassurée qu’il ne tourne pas les talons en la voyant. C’était déjà un début.

Qu’est-ce qu’il te prend tout à coup ? »

Je pense au futur de mes enfants par procuration... » marmonna-t-elle sérieusement.

Ce n’était pas la seule raison, mais c’était la plus facile à admettre d’emblée. Min Woo ne comprenait toutefois peut-être pas de quoi elle parlait… So Youn lui avait-elle déjà parlé d’elle ? Wei Min en doutait. Celle qu’elle considérait comme la moitié de son coeur, comme sa soeur, sa meilleure amie, un ange envoyé pour l’empêcher de devenir folle dans cette ville de cinglés… devait avoir eu des coeurs à la place des yeux et plus grand-chose dans la tête en face de Min Woo. La taïwanaise prit une profonde inspiration, jetant un rapide coup d’oeil au tabouret avant d’y prendre place.

Pourquoi cette soudaine envie de faire la paix ? »

Ce serait bien d’avoir au moins un truc qui fasse du sens dans ma vie en ce moment... » admit-elle avec un rire nerveux, en détournant le regard.

Wei Min ne lui disait pas ça pour s’attirer sa pitié, ni même pour tirer quoique ce soit de cette réponse. C’était juste… la vérité. Elle soupira puis retourna les yeux vers lui.

En vrai… je dis faire la paix… mais… je ne me rappelle pas qu’on se soit pris la tête ? Je n’avais pas conscience du froid entre nous… avant… récemment ? » admit-elle, hésitant un peu sur comment dire les choses. « Je n’ai pas compris ce qui est arrivé, à l’époque. Je n’ai pas compris quand on s’est revus non plus… puis… j’ai été à Busan… et je crois que j’ai compris ? » ajouta-t-elle, espérant qu’il ne le prendrait pas mal.

Elle ne cherchait pas à l’attaquer, mais juste à dire… doucement les choses.

People are so annoying... but you gotta deal with them
Pando
Invité
Anonymous


Invité
Il faut qu'on parle || PV Min Woo Empty
(#) Sujet: Re: Il faut qu'on parle || PV Min Woo   Il faut qu'on parle || PV Min Woo EmptyMar 27 Nov - 18:41

Parler du passé lui était impossible. C’était un sujet qui malgré les années qui s’étaient écoulées restait toujours aussi sensible. Il n’aimait pas parler de cette époque, se braquait la plupart du temps qu’on essayait d’aborder une telle discussion et se montrait encore plus froid qu’il ne l’était habituellement. Quoi qu’on dise, peu importait ô combien on pouvait être fort de caractère, il y avait certainement chose qu’on préférait taire pour toujours et ne jamais avoir à ressortir. Oui, lorsqu’il avait revu Wei Min, il aurait pu s’excuser et s’expliquer toutefois, aussi cruel soit-il, il n’en avait pas eu envie. Min Woo n’était plus cet adolescent de l’époque, il avait énormément changé et d’une certaine manière, sans qu’elle ne le souhaite réellement, elle lui rappelait tout ce qu’il espérait oublier. Il ne cherchait plus à sociabiliser comme auparavant, il fuyait les liens, l’attachement et c’était le pourquoi il n’avait pas cherché à être agréable avec elle… Elle n’était pas fautive, c’était simplement lui qui était devenu une toute autre personne et pour être en mesure de comprendre chacune de ses décisions, il fallait savoir se montrer patient, très patient. Il ne demandait pas à son amie d’enfance de se mettre à sa place, pas même de le comprendre, toutefois si désirait savoir pourquoi il s’était adressé à elle de cette façon lors de leur dernière retrouvaille, elle n’aurait pas d’autres choix. Peut-être devait-elle tout simplement se rendre à l’évidence que ce camarade qu’elle avait connu auparavant n’était plus.

S’installant sur un tabouret, il l’avait regardé sans sourcillé, sans éteindre cette lueur qui le catégorisait désormais alors qu’il ne discernait pas vraiment la situation. Pourquoi Wei Min venait-elle soudainement le voir soit disant pour faire la paix ? Il n’avait jamais eu la réelle impression d’être fâchée avec elle, simplement que tous deux avaient choisi de prendre des chemins différents… il ne lui avait jamais souhaité malheur, espérant même quelque part qu’elle soit heureuse dans la vie qu’elle menait à présent et qu’elle puisse réussir dans chaque tâche qu’elle accomplissait. Ce n’était pas parce qu’il avait été désagréable avec elle, parce qu’il l’avait rejeté, qu’il la détestait. Elle avait été son amie et aussi désolé qu’il puisse être, tous les bons moments qu’il avait passé à Busan, il n’était plus en mesure de s’en rappeler. Dés qu’on mentionnait sa ville natale, les seules souvenirs qui tournoyaient dans son esprit étaient les chuchotements de ses camarades, la décision qu’ils avaient prise et leur trahison abominable. Wei Min n’était peut-être pas comme eux, cependant cela faisait longtemps que Min Woo avait abandonné l’idée d’accorder sa confiance à qui que ce soit… Si une partie de lui pensait à elle, l’autre ne la voyait plus que comme une étrangère, l’associant automatiquement à ce passé qui l’avait meurtri.

Son sourcil s’arqua machinalement à sa rétorque, ne saisissant aucunement ce que son interlocutrice racontait. Des enfants par procuration ? Qu’est-ce que c’était que cette histoire ? Une question que le garçon avait préféré garder pour lui, appréhendant probablement la réponse que la jeune femme aurait pu lui donner. Ses doigts s’emparèrent des deux paires de baguettes qui se trouvaient dans la boîte, déposant celle de sa camarade en face d’elle, prenant ensuite les siennes. Si on prêtait un peu plus attention à ses actes, on remarquerait certainement à quel point ses gestes contrastaient constamment avec son attitude. Il avait beau être froid, désagréable, semblant peu enclin à la conversation, il restait attentionné. Wei Min avait apporté à manger, comme au bon vieux temps, et il n’avait pas l’intention de gaspiller, pas même de tout prendre pour lui seul. Ce genre de choses se partageaient. Ses yeux n’étaient pas dirigés vers elle quand elle parlait néanmoins il écoutait sérieusement chacun de ses mots et ce, même s’il n’en donnait pas réellement l’impression. Hors, il le prouva quand, s’apprêtant à avaler un morceau de nourriture, ses baguettes cessèrent tout mouvement à la fin de ses explications… Il n’avait pas été capable d’effectuer quoi que ce soit pendant plusieurs secondes, bloquant sur les mots qu’elle avait prononcé, refusant catégoriquement d’aborder ce sujet. Il ignorait ce que Wei Min savait cependant le sous-entendu était assez clair… A l’époque, son histoire avait été retransmise au média, mentionnant son kidnapping à lui ainsi que ses deux amis… Quand on l’avait retrouvé, c’était également passé aux informations locales sans pour autant donner trop de renseignements sur son état. Pour la sécurité de ses amis qui avaient subi un lourd choc également, manipulé psychologiquement par un criminel fou, leurs actes n’avaient évidemment pas été révélé publiquement.

En silence, ses prunelles s’égarèrent finalement en direction de sa vis-à-vis alors que d’un geste sec – plus qu’il ne l’aurait voulu – il claqua ses baguettes contre le comptoir. « Je n’ai pas envie de parler de ça. » Le ton glacial qu’il employait montrait clairement sa réticence à se lancer dans cette pente. Il n’avait rien contre la présence de Wei Min ici, il n’avait rien contre le fait de converser avec elle si elle le désirait et le supportait cependant il le refusait si c’était pour se remémorer de tels souvenirs. « Il n’y a pas de froid entre nous. J’ai changé, c’est tout. » Sa façon de lui faire comprendre qu’il ne lui avait jamais reproché quoi que ce soit, qu’il était le principal fautif dans cette histoire et qu’il ne la détestait pas non plus. Peut-être aurait-il du la prévenir à l’époque, peut-être aurait-il dû prendre des nouvelles cependant à ce moment-là, tout ce qui l’importait était de partir loin, très loin, et d’oublier cette ville qui l’avait vu naître.  

code par me'ow
Invité
Anonymous


Invité
Il faut qu'on parle || PV Min Woo Empty
(#) Sujet: Re: Il faut qu'on parle || PV Min Woo   Il faut qu'on parle || PV Min Woo EmptyMar 26 Fév - 23:48
Il faut qu'on
parle
Aperçu de la tenue

Ses enfants par procuration, qui n’existaient d’ailleurs même pas encore, étaient une de ses raisons de revenir vers Min Woo. Elle ne l’avait pas fait jusqu’ici, ne pensant pas rester assez longtemps dans ce pays qu’elle n’arrivait pas à affectionner comme sien. À quoi bon venir déranger le quotidien d’une personne, si c’est pour simplement venir tout chambouler et repartir rapidement ensuite ? Wei Min avait déjà été surnommée « la tornade », mais c’était dans d’autres circonstances et elle ne tenait pas à ce que ce joyeux surnom ne soit déformé. Or, les choses ne se passaient absolument pas comme prévu. Sa santé restait fragile, elle ne pouvait pas encore reprendre le travail, son jugement étant quelque peu altéré par certains de ses médicaments… et son cher paternel lui avait trouvé le Ken parfait. Enfin, c’était ce qu’il disait, oubliant que sa progéniture n’était pas une Barbie taïwanaise. Le médecin ne se présentait pas dans ce restaurant avec les espoirs naïfs de retrouver son lien d’antan avec son aîné, il ne faut pas non plus pousser mamie dans les orties. Elle se permettait cependant d’espérer pouvoir… réparer les choses, lui offrir son soutien, s’il en avait besoin, pendant qu’elle était là. Puis, il faut l’admettre, un visage familier et sympathique ne lui ferait pas de mal dans son entourage ! Wei Min pensait pouvoir comprendre pourquoi il avait changé… après avoir été à Busan et avoir entendu tant d’histoires. Son vieil ami n’avait pas eu une vie de rêves, apparemment et la taïwanaise ne pouvait s’empêcher d’en être désolée pour lui. Elle était contente, cela dit, puisqu’il semblait bien se débrouiller malgré tout et elle se disait qu’il devait avoir une vie qui lui plaisait malgré tout. S’il était si malheureux, l’étrange personnage que lui dépeignait So Youn ne pourrait pas être réel.

Le sujet restait plutôt délicat et Weiwei ne savait pas trop comment l’aborder. Elle ne pouvait pas débarquer en mode bourrin et lui demander si ça voulait dire qu’il ne possédait pas de congélateur et qu’il n’arrivait pas à voir de la crème glacée sans frôler la crise de panique. De plus, c’était assez exagéré comme histoires… Les gens avaient de ces imaginations quand-même. Parce que oui, elle en avait entendu de toutes sortes à Busan, même si au final, elle avait préféré faire confiance aux archives de la bibliothèque pour savoir le fond de cette histoire. Ce ne fut pas la première chose qu’elle lui dit, prenant le temps de tenter de bien commencer les choses en lui offrant la paix à l’ancienne. Elle avait été agréablement surprise qu’il ne l’accepte si facilement. D’autant plus qu’il lui avait donné la première paire de baguettes. Certaines choses ne changeaient apparemment jamais… Un petit sourire touché étira ses lèvres à cette pensée. Aussi stupide que ce soit, elle s’en sentait un brin soulagée, quelque part. Ce n’était pas une preuve irréfutable qu’ils pourraient redevenir amis, elle le savait, mais elle le prenait comme un signe de plus qu’il n’était pas complètement fermé à sa compagnie. Elle grimaça en le voyant ainsi s’arrêter dans son mouvement. Wei Min se doutait qu’il ne s’agissait pas de son sujet de conversation favori, mais elle avait osé qu’il ne le prendrait pas trop mal. Là, elle ne savait pas trop comment il gérait l’information… La jeune femme sursauta, fermant les yeux et se reculant légèrement, en réaction spontanée au fait qu’il fit claquer les baguettes contre le comptoir. Elle détestait réagir ainsi, avoir peur au moindre bruit ou geste brusque, depuis le fameux incident, mais elle n’y pouvait rien.

Je n’ai pas envie de parler de ça. Il n’y a pas de froid entre nous. J’ai changé, c’est tout. »

Je ne disais pas ça pour te forcer à en parler… C’était plus… » commença-t-elle avant de s’arrêter, soupirer et chercher comment dire les choses. « Ne t’inquiète pas, je ne dirai plus rien sur ça… Tu peux manger en paix ~ » reprit-elle, esquissant un sourire qui se voulait rassurant.

Weiwei hocha doucement la tête, souhaitant lui montrer ses bonnes convictions et prit une bouchée, se félicitant en silence pour ses talents culinaires.

Tu dois te demander pourquoi j’ai dit que je venais pour mes enfants par procuration, non ? » demanda-t-elle sur un ton taquin, essayant d’alléger l’ambiance.

People are so annoying... but you gotta deal with them
Pando
Contenu sponsorisé


Il faut qu'on parle || PV Min Woo Empty
(#) Sujet: Re: Il faut qu'on parle || PV Min Woo   Il faut qu'on parle || PV Min Woo Empty
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Il faut qu’on parle[...] ||Kaitlin & Harley||
» Il faut qu'on parle [Magie Noire]
» "Je crois qu'il faut qu'on parle" [Samaël & Juliet]
» Il faut qu'on parle - Gwen
» Pourquoi organise-t-on tant d'elections en haiti?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: old memories :: Oubliettes, Never Forget :: RPs abandonnés
Sauter vers: