▲ up▼ down
Notes pour trop tard — jinsun <3



 
HEP POTO, tu veux devenir un king de la roulette ? No prob, viens jouer à la Roulette juste ici !
LIPSTICK CHATEAU WINE BIT COOOOLOR ♪ La voilà, la famosa MAJ d'automne qu'on attendait tous !
VIENS PAR ICI, c'est tout plein de douceur et de caramel just for u ♥️
Wingardium Leviosa ! un peu de rêve et de magie, ça te tente ? viens vite T'INSCRIRE A L'ECOLE DES SORCIERS ♥️
NOUVEAUTÉS SUR HM ! Découvre les défis et nos semaines à thème : keur:
Tu entends ces hurlements, tous les soirs ?? what sors chasseur, pars à la chasse de Arcana la sorcière à mettre sur le bûcher !


Partagez | 
avatar
AVATAR : El kookito POINTS : 87

NOUS A REJOINT LE : 09/08/2016

MESSAGES : 6173

MELTED VICE-PRÉ ☼ SHOT SUPERNOVA
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t129-lee-yuta-everything-is-grey

Message(#) Sujet: Notes pour trop tard — jinsun <3 Mer 26 Sep - 13:30





T'es plus intelligent qu'avant mais t'es toujours très con. T'es trop sensible, tu vis tout comme une agression. Demande à un fou s'il est fou et tu verras c'qu'il t'répond — Orelsan

On se dévisage, moi son gobelet dans la main avec son nom qui bave parce que j’ai posé ma paume sur l’encre encore humide, lui qui me commande son café. « Ça sera tout ou vous désirez autre chose ? » Parfaits inconnus, c’est notre nouveau rôle. On enterre celui de quand on était gosse, qu’il était Jinsun et moi Yuta. Maintenant c’est le gars du comptoir et moi le barista pas sympa qui tire la gueule avec son nom sur la paume — L’idée de l’avoir dans la peau ça a quelque chose qui me dérange, comme une étiquette qui gratte la nuque mais là, la sensation se répand insidieusement dans tout le corps. « Si c’est tout allez sur le côté, on vous appellera quand votre boisson sera prête. » J’enchaine avec un nouveau client, forçant l’amabilité pour qu’il comprenne que c’est lui le souci.
Pourquoi ça serait moi d’ailleurs ? « ne jamais se remettre en question, c’est tellement intelligent... » me souffle la petite de voix dans ma tête qu’avant je faisais taire en soirée, sous les lumières blafardes d’un bar miteux ou colorées d’une boite à la mode. Peu importe l’endroit, c’était la dose de morphine liquide au fond du verre qui importait mais maintenant j’entends cette putain de voix à qui je réponds « ta gueule, c’est sa faute » car c’est toujours la faute des autres.

Un quart d’heure plus tard, je retire mon tablier pour aller fumer à l’arrière du Starbucks. Je le vois d’où je suis, qui glisse sur les pages de son feed insta à l’aide de son pouce. Il se sent observer, se tourne vers moi, je feins d’embrasser la rue du regard.
Il bouge, pourquoi il bouge. Pourquoi il s’approche. Pourquoi il est devant moi.  Il me demande si je me souviens d’un soir où il m’a ramené chez moi, je lui crache de pas prendre ses rêves pour des réalités. Qu'y’a que dans un monde parallèle où il serait le seul humain sur terre ( et encore ) que j’envisagerai peut-être de rester plus de cinq minutes dans la même pièce que lui alors, le faire entrer dans mon appart ? J’pense que je m’en souviendrais. Il précise gêné que j’avais un peu bu, j’écrase le cylindre bicolore de mon talon, la tornade au ventre. « Qu’est-ce que tu veux ? Du fric pour que je te récompense d’avoir été chevaleresque une fois dans ta vie ? T’es mal tombé et si tu t’attends à un merci, t’es même plus au sol gars, t’es sous le goudron. Nous c’est du passé, j’ai pas besoin de mec prêt à me planter un couteau dans le dos dès que je baisserai ma garde. Et t’es ce genre de dude, crois pas j’ai pas oublié ce que t’as fait y’a dix ans et j’oublie pas non plus notre petite guerre qui a duré des années. En m’ayant aidé une fois, tu penses que ça rachètera tout ? Bah c’est pas le cas, j’avais confiance en toi mais maintenant c’est mort. Essaie peut-être d’acheter l’amitié de Noam en allant sortir son chien si t’es en manque d’amis et encore je te le déconseille. »

(c) SIAL ; icons pinterest



◊◊◊

†You see the best of me And you're making me believe That I'm somebody special. That I'm somebody, ya I'm somebody that I don't have to settle not for nobody. I've been losing myself but lately, You got me thinking maybe I got potential To be somebody special you know.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AVATAR : jimino des biti s POINTS : 0

NOUS A REJOINT LE : 10/08/2018

MESSAGES : 90

☢ BURNING AMBITION
Voir le profil de l'utilisateur

Message(#) Sujet: Re: Notes pour trop tard — jinsun <3 Ven 5 Oct - 22:00





T'es plus intelligent qu'avant mais t'es toujours très con. T'es trop sensible, tu vis tout comme une agression. Demande à un fou s'il est fou et tu verras c'qu'il t'répond — Orelsan

et ça nécrose dans mon estomac, ronge les bords et les revers comme si j'avais pour compagnie un cruel ver solitaire. il mange tout, pour me faire sentir néant, comme il le fait tout le temps. nausée qui me prend quand je croise son regard, parce que je dois affronter toute notre histoire en face, celle que j'ai parsemé de ma lâcheté, que j'arrive pas à effacer. le carmin qui monte vite aux joues, je sais pas jouer au jeu des inconnus, je suis maladroit et mon aorte sincère vomit les pires expressions qui me définissent :  mes lèvres que j'ensanglante et les orbes qui s'arrondissent, et c'est devant ceux de yuta je me sens pris sous le joug du fautif. et je balbutie, balbutie, (joue le jeu comme un abruti)

la boisson insipide alimente la gêne, j'ai le corps encore plus nerveux, lourd de songes pluvieux. ça se déverse, encore et encore, les souvenirs m'engloutissent, à torrents terrifiants. mes rétines s'éreintent sur l'écran, pour feinter une occupation au yeux des gens (il me regarde sûrement pas, en plus, ces gens)

mais je le revois, la fumée flottante et l'humeur massacrante. et j'ai du mal à le détester, parce que j'arrive même plus à me souvenir pourquoi tout ça a commencé. mémoire fragile, mais j'ai souvenir de la soirée d'automne où on reniflait dans nos capuches, et mes jambes qui ont décampé en dépit de l'amitié. je me souviens aussi de la nuit où yuta n'allait pas bien, épanché de toute une tristesse que je ne lui connaissais pas. quand je l'ai aidé à s'allonger dans son lit, il m'a dit des trucs un peu aigris, mais j'ai juste pris ça pour un " merci."

ce maigre espoir me fait tanguer jusqu'à lui. il est de ceux que je prends avec des pincettes, ceux qui ont la bougeotte tandis que j'ai désespérément besoin d'une accroche. quand autrefois j'ai adoré sa nervosité débordante, je la déteste maintenant ; parce que j'ai peur du moindre coup de vent. alors je lui demande s'il va mieux depuis le soir où je l'ai ramené, et s'il se souvient. mais yuta a la rancoeur qui s'échappe de ses lippes, et elle m'enserre comme deux griffes. et puis quand sa clope s'effondre et meurt sur le trottoir, on s'engouffre dans les abysses.

j'ai peur, j'ai peur de tout perdre, dans le fond, mais c'est déjà fait, et ses paroles réveillent la rengaine qui hiberne dans mes entrailles, ensevelies par les années, à peine cicatrisées. (j'en ai tout plein, de ces cicatrices pas rebouchées) sous la colère, les souvenirs, les miettes d'années, j'ai les larmes qui menacent d'arriver alors j'abrège en répondant, la voix d'un écho éprouvant.

« T'es pas obligé de me parler comme si j'étais la pire des merdes, t'en as conscience ? T'es vraiment qu'un gamin yuta, fais pas comme si c'était que de ma faute tout ça, et qu'à la base, notre petite guerre, c'est pas toi qui l'a commencée. Pour l'histoire des flics je sais plus comment m'excuser, je l'ai fait mille fois, et je m'en veux toujours mais tu me pardonnes pas. Et je t'en veux toujours aussi pour toutes les crasses que tu m'as faite, que le collège ait été un enfer quasiment par ta faute. Je t'en veux pour toutes ces années gâchées. Mais l'autre soir, ça a changé. Je suis trop naïf, t'étais bourré, et j'ai espéré qu'on puisse oublier. »

j'ai la langue qui picote, et je nous revois gamins, avec noam, trio un peu bancal. à ces années perdues ; mais je suis en colère pour tout ce que j'ai (on a)  vécu. pourtant la honte m'atrophie quand je repense à mes torts (nombreux, nombreux, nombreux)

« On en a fait autant l'un que l'autre. Je viens pas pour gratter l'amitié, c'est juste que ça me pèse depuis longtemps, j'arrive pas à m'en débarrasser, et je voulais juste te parler. »

 

(c) SIAL ; icons pinterest


Revenir en haut Aller en bas
avatar
AVATAR : El kookito POINTS : 87

NOUS A REJOINT LE : 09/08/2016

MESSAGES : 6173

MELTED VICE-PRÉ ☼ SHOT SUPERNOVA
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t129-lee-yuta-everything-is-grey

Message(#) Sujet: Re: Notes pour trop tard — jinsun <3 Jeu 8 Nov - 13:18





T'es plus intelligent qu'avant mais t'es toujours très con. T'es trop sensible, tu vis tout comme une agression. Demande à un fou s'il est fou et tu verras c'qu'il t'répond — Orelsan

Jinsun est secoué quand il dénonce tout ce que je lui ai fait, tout ce qu’il m’a fait. C’est comme une tempête automnale et ses maux les feuilles brunies qui m’atteignent et qui tombent à mes pieds. Sauf que quand une feuille tombe d’un arbre elle est morte, ses mots à mon oreille raisonnent avec tout autant de vie. Je siffle entre mes dents quand je l’entends dire que j’ai été le grand méchant monstre qui a pourri ses années collège, comme s’il m’avait jamais rendu l’appareil. « Je suis le cause du mess que t’es aujourd’hui ? Wow, je taperai bien dans les mains en slow motion pour la saynète que tu viens de m’offrir mais j’ai pas envie d’applaudir le moindre truc qui sortira de ta bouche. » Il fait un pas en avant, j'en fais dix en arrière parce que je ne veux rien entendre. Une danse protectrice pleine d’animosité, en reculant toujours et encore, je ne lui laisse pas de seconde chance.
Celle de me vaincre encore une fois.

Réminiscences couleur sépia,
10 years ago.

« On pourrait aller au planétarium, t’en penses quoi Noam ? » Je mâchonne bruyamment mon chewing-gum, faisant basculer de la pointe de mon pied d’avant en arrière mon skate qui à chaque lâcher prise cogne de façon vindicative l’asphalte. Leur complicité nouvelle, celle qu’avant je n’avais qu’avec Noam me dérange. Jinsun est apparu de nulle part à un cours de math il y’a quelques semaines, il a choisi de prendre la place libre à côté de moi. Je m’étais tout de suite senti envahi par lui sans trop savoir pourquoi ( peut-être que j’avais déjà anticipé le fait qu’il allait me remplacer, quelque chose dans son sourire ou son attitude. J’sais pas trop, je l’ai juste senti. ) On a vite sympathisé malgré mon hostilité du début, celle que j’ai à chaque nouvelle première rencontre. Puis cours après cours on a fini par être amis, je l’ai présenté à Noam et c’est là que tout a commencé à déconner. C’était des petits trucs, rien en soi mais ça me donnait l’impression d’être mis à l’écart. Ça allait d’un film que j’avais prévu de voir avec lui qu’il avait finalement vu avec Noam, il s’excusait d’avoir oublié et je faisais comme si c’était pas important. C’était qu’un film, c’était pas comme si ça avait été le point d’ancrage de notre amitié. Vous savez celle du début, où on cherche nos points communs pour jauger à quel point nos centres d’intérêt peuvent se rejoindre. Bah ce film, le second d’une saga qu’on adorait tous les deux c’était pourtant un peu ( beaucoup ) le cas. Y’avait aussi les blagues qu’ils étaient les seuls à pouvoir comprendre et quand ils m’expliquaient ils y parvenaient pas parce que « fallait être là pour que ça ait du sens. »  Ils ont une connexion que j’arrive pas à avoir avec Jinsun et plus ça va, moins j’ai envie d’essayer de la renforcer. « Non le planétarium c’est notre truc à Noam et moi, j’veux pas que tu me voles aussi ça. » Noam, littéralement entre nous deux essaie de dédramatiser la situation. Il me dit qu’y aller une fois avec Jinsun ça en fera plus « notre truc », que ma façon de pensée est un petit peu égoïste et puérile ( il le dit avec ses mots à lui alors c’est moins dur mais le sens reste le même. ) « Vous avez qu’à y’aller tous les deux si t’y tiens temps, moi je vais aller voir Mimi. » Noam pose un pied sur ma planche pour m’empêcher de partir, je le repousse, lui arrache mon skate et décide de m’en aller.

Fin du voyage dans le temps,
Right now

J’ai dit que je savais pas trop pourquoi j’ai senti dès le début qu’avec Jinsun ça passerait pas, j’ai menti. Je le trouvais plus drôle que moi, plus intéressant, meilleur en cours, meilleur en tout. Il arrivait même à lire plus vite que moi et à capter l’attention de MES amis avec n’importe quelle histoire, même si elle était ennuyeuse il arrivait à la rendre épique parce que c’était lui qui la racontait.
Je savais que ça passerait pas avec lui parce que je l’enviais. J’étais jaloux et phobique à l'idée qu’il me vole le squad et Noam, ça m’a rendu agressif et stupide. Dix ans après j’en suis toujours au même point, je sais vraiment plus quoi penser de tout ça puis surtout, de moi.

Je regarde ma montre, elle m’indique que ma pause est terminée. Je réfléchis, mes pensées sont des pièces de différents puzzles et elles n’arrivent pas à s’entendre, trop différentes les unes des autres, elles forment un rien et me laissent seul avec la décision suivante. « Je finis à dix-sept heures, si tu veux tant parler que tu le dis, t’as qu’à m’attendre ou me rejoindre après. » Petite brèche que je laisse ouverte et qu’au fond de moi, étrangement, j’espère qu’il empruntera.  
(c) SIAL ; icons pinterest



◊◊◊

†You see the best of me And you're making me believe That I'm somebody special. That I'm somebody, ya I'm somebody that I don't have to settle not for nobody. I've been losing myself but lately, You got me thinking maybe I got potential To be somebody special you know.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: Notes pour trop tard — jinsun <3

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Notes pour trop tard — jinsun <3
 Sujets similaires
-
» apres l' heure, c'est trop tard
» europe ❖ je voulais être seule mais trop tard, j'étais déjà née.
» Trop tard ...
» Il n'est jamais trop tard pour vivre ses rêves [ Étoile Brillante ].
» Il est trop tard pour travailler. [pv Montgo/Seb/Mel]


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: