▲ up▼ down
12345
sunset lover ((al))



 

you're my sunshine ~
ma roulette sunshine ⌒゚(❀>◞౪◟<)゚⌒

TOUJOURS SUR HM ! les défis et le mois à thème ont été renouvelés ! sunset lover ((al)) 359353108

JEU -- les incollables des MVs avec devine le MV
and elle est back back back : la roulette RP (/^▽^)/

les MEMBRES EN DANGER, vérifie que t'es pas sur le Death Note de Hm ! (||゚Д゚)
❥ Namaste

hundred miles c'est un forum réel asiatique city/universitaire basé à Séouldeux réponses par mois minimum — Avatars occidentaux bienvenus ! — Taille des avatars 200*320 ou 400*640Une semaine pour finir sa présentation — Pas de prise de tête, rien que du love. That's all folks ٩(^ᴗ^)۶
6 150 pts
ego
8 106 pts
shadow
11 488 pts
student
6 950 pts
citizen

you're my sunshine ~
ma roulette sunshine ⌒゚(❀>◞౪◟<)゚⌒

TOUJOURS SUR HM ! les défis et le mois à thème ont été renouvelés ! sunset lover ((al)) 359353108

JEU -- les incollables des MVs avec devine le MV
and elle est back back back : la roulette RP (/^▽^)/

les MEMBRES EN DANGER, vérifie que t'es pas sur le Death Note de Hm ! (||゚Д゚)
Le deal à ne pas rater :
ASOS : jusqu’à -50% sur les pièces estivales !
Voir le deal

 :: old memories :: Oubliettes, Never Forget :: RPs abandonnés
Partagez

 sunset lover ((al))


Anonymous
Invité
Invité
sunset lover ((al)) Empty
(#) Sujet: sunset lover ((al))   sunset lover ((al)) EmptyLun 18 Juin - 1:02
l'adrénaline
qui pulse
son sang
l'excitation
qui emballe
son cœur

rejoint
alessa
après
un sms
furtif
envoyé.

« on part en mer,
prépare tes affaires.
»

pas le choix
elles se cassent de là
loin d'ici
de la merde
qui les entoure
loin de la vie
cette sale pute

et c'est pas plus mal
quand t'es
un erreur
quand tu
fais peur.

alors hodge
n'a pas
réfléchit
elle a emmené
un peu d'fric
mais
c'est les bouteilles
d'alcool
qui prennent
le plus de place
dans son sac.

sourire
comme
accessoire
de luxe
et
hurlements
comme option

en bas
de l'immeuble
attend
sa belle
se mord
la lèvre
rien que de penser
rien que d'imaginer
la sensation
des rayons
d'soleil
qui casseront
son visage,
ce soir
qui enflammeront
son cœur,
ce soir.

dépêche-toi !

à peine
la voit-elle
qu'elle prend
sa main
dans la sienne
qu'elle la tire
et marche
avec rapidité
vers un chemin
inconnu
en direction
d'une terre inconnue.

qui sait
comment elles
y arriveront.

l'inconnu
est le dealer
l'adrénaline
la drogue

c'est ça
qui marche,
chez hodge.

c'est ça
qui la rend
si heureuse
en cette veille
de journée
pourrie.

et la tête
qui se tourne
pour contempler
le visage
de sa pupille
la sienne
alessa
sa précieuse
son bijoux
son joyaux.

magnifique.

tu t'es mis sur ton 31 pour moi?

sourire
aux lèvres
et la regarde
une deuxième fois
de haut
en bas.

t'es si belle al !

compliments
si rares
lâchés
à la place
d'insultes
qu'elle a l'habitude
de prononcer.

faut qu'on trouve un taxi direction sokcho. on a...

jette un coup d'oeil
vers son portable
et ignore
les miliers
de notifications
qui noircissent
l'écran.

3 heures avant le coucher d'soleil !

parce qu'elle y tient
plus que tout
à ce coucher
et elle veut alessa
avec elle
à ce moment là.

ce n'est pas
ses pulsions
qui le lui ont dicté
mais son cœur
qui le lui a soufflé.

et la douceur
de sa main
dans la sienne
ses doigts
qui se mêlent
machinalement
aux siens
comme une habitude
sans même réfléchir

l'inconscient
et
l'innocence
de gestes
doux
et
tendres
qui ne s'expliquent
pas
et ne veulent pas
être expliqués.

on veut aller à sokcho !

impolie
elle exprime
son envie folle
à un taxi
qui était garé
sur le bas coté,
penché
à la fenêtre
sans lâcher
la main précieuse
de sa
précieuse.

mais le conducteur
ne semble pas d'avis
à faire 2h30 de route
pour deux gamines
telles qu'elles.

il repart
elle aussi
bredouille
et voit
déjà
le bout de la ville
le bout de seoul.

une demie heure
de marche
sans qu'elle ne prononce
un seul mot
trop calme
pas assez
folle...

pas assez
hodge.

la marche
qui ralentit
quand elles
sortent
de la ville
et que la verdure
se fait
reine
autour d'elles.

voitures
qui gâchent
le paysage
et route
qui ne semble
pas avoir
de fin.

tu verras, c'est magnifique. nathanaël m'avait montré des photos quand il était allé à sokcho avec adam et maman. les couchers de soleil y sont sublimes.


évoque
son frère
le précieux
et le seul
de sa grande
fratrie
qui
la déteste
tant
et qui rend
son existence
insupportable.

sourire
et main
qui tire
alessa
qui la
demande
et la
réclame.

besoin
de sa présence
en ce temps
précieux.

le sien.

et celui
d'alessa
aussi.
Anonymous
Invité
Invité
sunset lover ((al)) Empty
(#) Sujet: Re: sunset lover ((al))   sunset lover ((al)) EmptyLun 18 Juin - 15:11

hodge & alessa

sunset lover


A brûle-pourpoint, les questions menacent de déborder hors de ses lèvres alors qu’elle se présente sur le porche. Hodge est face à elle, étrangement rayonnante en ce beau début de soirée et peut-être que c’est à cause du reflet du soleil sur ses boucles blondes. Peut-être que c’est juste le regard qu’Alessa pose sur elle à l’instant où leurs regards se croisent, l’une la perdant derrière les croissants de lune que forment ses yeux, l’autre lui intimant un ― dépêche-toi ! sitôt qu’elle trouve sa main. La Péruvienne la serre fort dans la sienne et se laisse entraîner. Sans aucune des explications qu’elle escomptait recevoir. Et pour l’instant, elle décide de s’en foutre.

Ses yeux maquillés pour l’occasion se plissent sous le soleil encore brûlant de la fin d’après-midi, ses baskets enfilées à la va-vite se heurtent au sol comme percutées par une sensation nouvelle. Ca fait quelques jours qu’Alessa n’est pas sortie de son dortoir et c’est la première fois depuis un moment que ça lui fait du bien. Le sac sur son dos, bretelle négligemment glissée sur son épaule droite, ne contient qu’un haut de rechange, une bouteille de rhum blanc moitié vide et son éternel sachet de tabac qui renferme secrètement sa précieuse weed. Ce que contient celui de la cadette, elle n’ose pas le demander, se contente de fixer ses boucles, son dos qui se mouve sous sa cadence hâtive. « Mon 31, ouais. T’aurais pu me dire ce qu’on allait faire d’ailleurs, j’me serais mieux habillée. » Tentative qu’elle sait vaine d’avance de soutirer plus d’informations. Au lieu de quoi Hodge continue à se presser devant elle, se retournant brièvement pour la détailler, une nouvelle fois. ― t'es si belle al !

Quand elle se retourne à nouveau, Alessa espère qu’elle ne voit pas le pourpre qui orne ses joues.

« Sokcho ? Tu sais que j’ai pas d’argent ? »

Mais trop tard. Les deux jeunes femmes sont déjà sur le bord de la route du centre-ville, leurs mains unies et lorsque la plus jeune entrelace leurs doigts, elle écrase ses dernières réticences entre leurs paumes. Plus entreprenante, Hodge mène la danse, hèle les taxis. Bras droit fidèle, Alessa veille à ce qu’elle ne se fasse pas écraser. Les déceptions s’enchaînent et les minutes s’égrènent en silence alors que Seoul se signe derrière elles, soleil s’éclipsant derrière ses bâtiments pour les laisser seules face à l’herbe haute des bas-côtés. Le bruit des grillons surplombe leurs pas quand les moteurs s’éloignent et aucun taxi à l’horizon ne daigne s’arrêter pour elles.

tu verras, c'est magnifique. nathanaël m'avait montré des photos quand il était allé à sokcho avec adam et maman. les couchers de soleil y sont sublimes.

T’y es déjà allée, toi ? »

Pensive, Alessa. Pensive, le regard perdu à l’horizon, cherchant ce point de mer décrit par la cadette sans le trouver derrière les nuages et le goudron qui se fondent à distance. Ses pupilles bondissent, reviennent à son dos, à ses courbes, à sa démarche dansante qui ne s’est pas ralentie alors que la sienne se fait moins vive. Un tu m’emmènes où ? reste bloqué dans sa gorge car elle pressent d’avance qu’elle n’en saura pas plus que les autres fois. Comme d’habitude, l’adrénaline bat à ses tempes. Comme trop souvent, c’est grâce à Hodge.

« Hodge », qu’elle appelle finalement, se retrouvant face à celle-ci, rictus bancal et yeux malicieux « on traverse, viens. »

Ensemble elles attendent que les voitures passent pour se frayer un chemin sur la route jusqu’à l’autre côté. Là, Alessa rehausse son sac sur ses épaules et déboutonne les deux premiers boutons de sa chemise, tirant un peu sur son col. « Fais pareil », lui intime-t-elle, et son sourire en coin se reflète dans ses yeux noirs. « T’inquiète, fais-moi confiance. » C’est le sourire aux lèvres, jusqu’aux paupières qu’elle reprend la route, cette fois elle ouvrant la marche à sens inverse, retrouvant rapidement la main de la plus jeune dans la sienne. L’autre, la libre, se tend du côté de la route, s’agitant pour chaque voiture qui prend le large en direction de l’est. « T’as déjà fait du stop par ici ? » La Péruvienne tire un peu plus sur son col, dévoile ses clavicules jusqu’à la naissance de sa poitrine. « Quand on nous prend, on est pas d’ici. Tu parles pas et moi je force mon accent. » Elle adresse un clin d’œil à sa belle, par habitude, par complicité, par affection.

Et quand enfin une famille décide de les prendre, acceptant de les déposer près du centre-ville de Sokcho, chacune feint de somnoler pour éviter les questions, les méfiances, les paiements. Alessa répond brièvement, dans un coréen plus que bancal, aux quelques questions de la maternelle au volant. Elles vont voir un ami, elles viennent des Etats-Unis et sont là en échange. On leur a volé leur argent et papiers dans une soirée la veille. Tandis qu’elle s’efforce de discuter, elle garde un œil sur Hodge, serrée contre elle pour laisser la place au gamin du couple, Nintendo dans les mains et casque sur les oreilles. Le temps passe, un peu lentement, mais elles ont trois quart d’heures d’avance quand la conductrice leur annonce qu’elles approchent de leur destination. « On va l’voir, ton coucher de soleil », glisse-t-elle à l’oreille de Hodge, et cette fois elle le laisse voir. Que c’est pas la dernière fois qu’elle remuera ciel et terre pour elle.
AVENGEDINCHAINS
Anonymous
Invité
Invité
sunset lover ((al)) Empty
(#) Sujet: Re: sunset lover ((al))   sunset lover ((al)) EmptyDim 24 Juin - 23:20
t'y es déjà allée, toi ?

non
jamais
mais
elle sait
elle sait
la beauté
du lieu
grâce à
son frangin
le gamin
nathanaël.

il lui
a montré
les photos
et malgré
la bonne
intention
elle l'a
jalousé.

non.

n'argumente
pas vraiment
et regarde
l'horizon
face à elle.

douleur
du cœur,
ça tu connais,
hein hodge ?

hodge. on traverse, viens.

la belle
la suit
sans broncher
et sent
l'odeur
de son parfum
si doux
qui apaise
son cœur
et guérit
ses maux.

alessa.

la seule.
l'unique.
la pupille.

fais pareil. t'inquiète, fais-moi confiance.

tirée
de ses pensées
regard
qui croise
le sien
et son sourire
son si beau
sourire...

hodge
s'exécute,
et la suit en
serrant
sa main
contemplant
leurs doigts
entrelacés
avant de l'entendre
à nouveau :

t'as déjà fait du stop par ici  ?
je n'ai jamais fais de stop.

pourquoi
en faire
quand on
est blindé
d'fric

et le regard
d'hodge
qui lorgne
sur son
décolleté
la naissance
de sa poitrine.

les sourcils
qui se froncent
le nez
qui se plisse
et le sentiment
de jalousie
de possessivité
qui enferme
son cœur
dans une cage
qui l'étouffe.

tais toi.

quand on nous prend, on n'est pas d'ici. tu parles pas et moi je force mon accent.

hochement
de tête
pour signifier
qu'elle a comprit
et la suit
dans un jeu
d'acteur
qui leur permettent
de trouver
des gens
une famille
qui veut bien
les amener
jusqu'au
lieu rêvé
jusqu'au
paradis.

paradis
qu'elle partagera
avec son ange
qu'elles
atteindront
bientôt
qu'elle savent
près
lorsque
la conductrice
les informe
du peu
de distance
qu'il reste encore
à parcourir...

hodge
laisse
son regard
se perdre
dans la beauté
du paysage
extérieur
et songe
songe
à cette plage
et le coucher
de soleil
à alessa
et
à demain.

à son
anniversaire.

qu'elle partagera
avec sa douce
avec l'unique être
qui lui a permis
de créer son univers
l'unique être
qui lui donne
encore
un souffle
de vie.

un dernier
pour atteindre
leur paradis.

morceau de douceur
qui compose son cœur
et un sourire
qui reprend forme
lorsqu'elle entend
la voix mélodieuse
de sa précieuse :

on va l'voir, ton coucher de soleil.

silence
mais sourire
qui accompagne
celui d'alessa
et la tête
qui tombe
contre son épaule.

le sommeil
la gagne
et elle tombe
finalement,
impuissante,
dans les bras
de morphée.

c'est la voix
de la vieille bic
qui la réveille.

remercie
d'un sourire
faux
d'un signe
de tête
forcé
puis sort
de la caisse
s'étirant
de tout son corps,
le sang
circulant à nouveau
dans chacun
de ses muscles.

j'ai faim...

cherche du regard
une pizzeria
ou quelque chose
qui pourrait
répondre à
son envie
soudaine.

ah là, regarde !

pointe du doigt
un supermarché
mais ne laisse pas
à alessa
le temps
de le voir.

elle prend
sa main
la serre
entrelace
ses doigts
aux siens
puis s’élance
sur le chemin
jusqu'à l'endroit
qu'elle a
indiqué.

pizza ou bonbons ?

question posée
à l'arrivée
lorsqu'elles
franchissent
les portes.

mais hodge
s'élance déjà
dans le rayon
où sont stockés
les sucreries.

il y en a
pour tous les goûts

et pour ceux
qui sont inconnus
à hodge,
ils son t goûtés
sur le moment même.

chope
le premier paquet
qu'elle voit
et l'ouvre
sans même
avoir l'idée
de le payer par la suite.

goûte
un des bonbons
deux
trois
quatre
cinq

puis se tourne
vers alessa
en reposant le paquet
au fond
du rayon.

on devrait voir s'il y a des biscuits ou conneries de ce genre.

ses pas l'emmenèrent
de rayon en rayon
faisant du lèche
vitrine
comme on dit

l'âme enfant
à jamais.
[/quote]
Anonymous
Invité
Invité
sunset lover ((al)) Empty
(#) Sujet: Re: sunset lover ((al))   sunset lover ((al)) EmptyMer 27 Juin - 17:19

hodge & alessa

sunset lover


Sa raison, Alessa a arrêté de l’écouter. C’est son cœur qui parle à sa place et son impulsivité qui dicte ses gestes. Elle fourre mécaniquement ses quelques affaires dans un sac et ne laisse aucune place à sa réflexion lorsqu’elle descend les marches des escaliers du bâtiment deux à deux. On ne dit jamais non à Hodge, de toute façon. Et lorsque l’aînée voit celle-ci lui sourire, une main tendue en sa direction, elle sait qu’elle fait le bon choix.

Le soleil a arrêté de vriller leurs yeux lorsqu’elles atteignent la limite de la ville, à pieds, ignorées des voitures qui prennent soin d’ignorer le duo. — je n'ai jamais fais de stop. La jeune femme la gratifie d’un clin d’œil malicieux, terminant de déboutonner quelques boutons de sa chemise. « Ben tu vas apprendre », déclare-t-elle sans autre préambule. Elle, elle n’a eu l’occasion d’en faire qu’avec Dania, la voiture de son père en panne bien trop loin de leur ville natale et leurs connaissances de la mécanique automobile à dix-huit ans à peine proche de zéro. Elle tente de se souvenir des autres conseils de son ex – tire le t-shirt vers le bas, ça attire toujours les mecs. Fais la touriste, comme ça ils te font pas payer après. Puis garde ton portable, tu sais jamais, préviens quelqu’un. Alessa ne contacte personne. La présence de Hodge suffit à la gorger de confiance. Alors, sa chemise tirée vers la naissance de sa poitrine, cheveux de jais emmêlés par le vent, Alessa tend une main en direction de la route sans trop d’espoir.

C’est une famille qui les ramasse et propose de les emmener à Sokcho. Un gamin aussi renfermé que le mari, les laissant seules à converser avec la mère de famille au volant, dont la conversation tarde à se tarir. Elle ne se tait que lorsque Hodge ne manifeste aucune envie de parler et qu’Alessa l’excuse d’un elle parle pas coréen, on vient des Etats-Unis. Le silence finit par envahir l’habitacle et la Péruvienne resserre sa main autour de celle de la plus jeune. Elle accueille celle-ci sur son épaule, si près de son cou, laisse son souffle chatouiller sa peau. Et quand elle s’endort, se laisse prendre à dessiner des arabesques sur le dos de sa main, toujours se demandant où elle l’emmène, où ça va finir. Si elle a envie que ça se termine. Que ça peut pas être si mal, s’il y a Hodge avec elle.

Une fois dehors, elle la laisse mener la danse, leurs mains toujours entrelacées. La suit et l’observe, sourire remontant les commissures de ses lèvres. Hodge a retrouvé le pétillement dans ses yeux et la hâte de découvrir, la curiosité de tout. Ses lèvres entrouvertes pour chaque découverte. Alessa la suit comme une ombre, admire son profil et dresse le portrait mental de chaque état d’âme qu’elle voit passer. Si belle. Si belle qu’elle voudrait la garder pour elle, entièrement pour elle. « T’as le fric pour tout ça, si on se fait choper, j’imagine », présume-t-elle en doublant sa cadette, attrapant un nouveau paquet pour l’entamer. Sourcil haussé. Pure provocation. Fourrant sa main dans le paquet, elle en prélève un autre, et l’amène aux lèvres de Hodge pour lui faire goûter. « Tiens, goûte comme c’est dégueulasse. » Elle se force à avaler son propre bonbon au café et réprime un rire, refourguant le sachet dans un coin où on n’ira pas le chercher.

on devrait voir s'il y a des biscuits ou conneries de ce genre.

D’un hochement de tête Alessa approuve, lui emboîte le pas et vaque dans les divers rayons. Trouve celui des biscuits, enfin, et alerte son amie, l’attire à sa suite. « T’aimes quoi ? » Elle fait le tour des paquets dont elle commence à connaître le nom. Des biscuits plus ou moins similaires à ceux qu’elle connaît du Pérou, mais sous différents noms. Puis une inspiration : « Attends ! » Elle se saisit du paquet repéré et l’ouvre aussi discrètement possible dans le rayon même. Le carré de gaufre enrobé de chocolat passe discrètement de sa main fermée jusqu’aux lèvres de la plus jeune. Elle s’abstient d’en prendre à son tour et la regarde plutôt mâcher le gâteau trop épais, trop lourd, moqueuse encore. Moqueuse toujours. Sa main ne s’attarde pas sur son menton, retombe contre son flan. « T’es belle », lui laisse-t-elle entendre, toujours sardonique. Retour de dos : « t’as qu’à choisir trois trucs. J’les prends. » La Péruvienne laisse son sac dégringoler de son épaule pour l’ouvrir, y fourrant une main pour vérifier qu’elle avait assez d’argent. Ses doigts passent sur son paquet de clopes, se rassurent au toucher du briquet.

« On n’a qu’à prendre de quoi faire un feu sur la plage. »

Elles ressortent avec un sac plein de courses qui leur serviront probablement à rien. Des gâteaux estimés pas trop mauvais qui les auront écœurées après trois bouchées et du matériel pour le feu, au cas où un briquet et des brindilles suffiraient pas. Une cannette de bière chaude qu’Alessa ouvre dès qu’elles sont sorties pour la tendre à Hodge. Elle, elle sort son briquet et ses clopes et tire cinq bouffées consécutives de celle qu’elle allume. « T’en veux ? » Regard tentateur. Ses mains reviennent derechef à ses lèvres et elle tire à nouveau. Trop vite peut-être. Tant pis. Elle accueille le vent et l’air frais sur son visage, la nicotine jusqu’à sa tête. Un sourire insouciant lui orne les lèvres et si elle pouvait embrasser Hodge ici et là elle le ferait. Juste pour la remercier de l’avoir sortie d’un endroit où elle avait peur de pourrir. « Quarante minutes avant le coucher de soleil. Tu m’amènes au port ? Choper un bateau ? » Regard en coin. Sourire aux yeux.
AVENGEDINCHAINS
Contenu sponsorisé
sunset lover ((al)) Empty
(#) Sujet: Re: sunset lover ((al))   sunset lover ((al)) Empty
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: old memories :: Oubliettes, Never Forget :: RPs abandonnés
Sauter vers: