bruised ((nina))



 
HEP POTO, tu veux devenir un king de la roulette ? No prob, viens jouer à la Roulette juste ici !
LATATA IS IN DA PLACE, c'est les bonnes vibes qui te guettent ! <3 Mois de Mai, et on peint du bonheur everywhere.
Go go PAR ICI, BAE
Johnny Hallyday kifferait (a) Go te cramer les miches avec le premier évent catastrophe de HM, c'est ICI


Partagez | 
avatar
AGE : 25 AVATAR : jang hyunseung POINTS : 8

NOUS A REJOINT LE : 01/05/2017

MESSAGES : 957

☢ BURNING AMBITION
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t1967-bakh-ah-ren-rain_king

Message  Sujet: bruised ((nina))     Mar 1 Mai - 20:24




oh, little darling, atlas has nothing on you ;
you are all old aches
and forced bravado

Septième année. Nouvelle année. Et ses problèmes qui vont avec. Nouvelle année et ses habitudes aussi. La présence d’Ahren dans les bâtiments de l’université, un des ateliers à son nom comme toujours, ses toiles éparpillées dans celle-ci, un méli-mélo qui n’a du sens que pour lui. Nouvelle année, un bonjour dans l’atelier de Boo, s’assurer qu’il est vivant, lui promettre qu’il sera celui qui s’occupera de son prochain tatouage. Nouvelle année, et Lijuan qui passe souvent dans son local lors de ses pauses, lorsqu’elle n’est pas avec ses amis. Il l’accueille toujours de la même façon, douces habitudes entre eux, qui laisse la jeune femme aux lèvres rougies de baisers et à la gorge délicatement marquée par ses soins. Toujours possessif. Surtout avec elle. Toujours le même aussi. Ce n’était pas une nouvelle année scolaire qui allait le changer. Non. Nouvelle année et ses problèmes. Pas vraiment des problèmes dans un sens. Non. Toujours les mêmes têtes dans les couloirs, toujours les mêmes regards, les mêmes murmures. Sur sa dernière exposition, sur son garage, sur ses voitures de luxe. Mais rien vraiment pour enticher cette réputation de petit bourgeois populaire qu’il avait à la fac. Et Dieu seul sait qu’il n’avait pas de masque ni rien. Mais à croire que rejeter une fille entre deux cours et l’envoyer sur les roses dans un bar ça n’avait pas la même signification.

Il y en avait une qu’il aurait envoyé sur les roses et plus si affinités aussi. Nina. Jolie demoiselle. Un peu trop jolie. Mais il l’avait en horreur et c’était réciproque. Haine partagée. Non pas qu’il la haïssait. Mot incorrect. Juste ça ne collait pas entre eux. Non pas parce que c’était une fille même si ça jouait pour beaucoup.  Trop. C’était autre chose. Quelque chose chez Nina qui lui donnait envie de la chercher, de l’affronter. De voir où se trouvait ses limites. C’était vicieux. Il était quelqu’un de vicieux, pas forcément mauvais. Juste … Joueur. Vicieusement. Comme un chat avec ses proies. Comme un requin aussi. Cette tendance à s’attaquer aux faiblesses. À s’acharner sur un point particulier. Et avec Nina c’était ça. Juste ça. De nuit surtout. La nuit, ils s’acharnaient, l’un contre l’autre, la répartie de la jeune femme certaine. Comme un jeu. Une horlogerie bien huilée. Les coups sous le seul regard accusateur des étoiles. Et la journée … La journée c’était plus tranquille. Des sous-entendus acides et l’impression qu’ils pourraient s’entendre. Mauvaise impression. Et pourtant on leur demandait souvent. S’ils s’entendaient. Non bien sûr que non. Mais les réputations se mêlaient, enfants d’une bourgeoisie certaine, même si Ahren n’en avait pas le profil.

« Nina, panne de réveil que t’as pas eu le temps d’être potable ? » Phrase assassine. Le contexte est souvent le même. Ahren qui commence. Qui la cherche. Et Nina qui fonce, toujours. Tête la première. Ils sont fait pour se battre, se chercher, se trouver. Il n’y a que le décor qui change. Et pour cette rencontre, c’est la cafeteria, la main du peintre enroulé autour du poignet de Nina, la séparant de ses amis tandis qu’elle quittait la salle. Le décor changeait. Pas forcément la raison de ces échanges. Juste l’ennui d’Ahren et son envie de se battre. Violence dans son sang. Et rien. Rien pour l’arrêter. Mieux valait les mots que les poings après tout.



(c) SIAL ; icons tweek ; quote ashevernon

◊◊◊


i could call this body of mine magic, but really, it’s all talk.
legend. old wives tale

we’ll just keep hurting (ourselves) till it works.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AVATAR : kim lip POINTS : 153

NOUS A REJOINT LE : 15/02/2018

MESSAGES : 221

☢ BURNING AMBITION
Voir le profil de l'utilisateur

Message  Sujet: Re: bruised ((nina))     Mer 16 Mai - 4:16




oh, little darling, atlas has nothing on you ;
you are all old aches
and forced bravado

Aux détours d’une nouvelle année prenant doucement son cours, Nina retrouve les éternels amphithéâtres, les longues heures à étudier sur les bancs de la fac et les trop courtes, à son goût, passées à tenir une caméra entre ses mains ; elle se délecte de la présence des mêmes rires autour d’elle, dans la délicate effervescence de ce qu’on leur assure être leurs plus belles années. Nina y songe parfois, notamment lors de ces journées esquissées sans prétention qui semblent presque gommer leurs frasques nocturnes – les plus belles années ne se dressent alors que comme un paradoxe de velours, enveloppant sournoisement les jeunes âmes.

Nina y songe aujourd’hui, sirotant un jus de fruit au sortir de la cafétéria – rien à l’horizon ne semble pouvoir entacher les plus beaux jours de sa vie. Suspendue au bras de Byeol, son tendre et cher joyau, le rire qui s’écoule comme du cristal d’entre ses lippes doucement rosées et le palpitant léger ; dans la délicatesse de leurs jours, pour mieux dissimuler les aspérités de ses nuits. Pourtant, tout semble toujours la rattraper – et cette fois, c’est la morsure d’une remarque acide, aux accent assassins, qui vient la happer. « Ahren. », elle persifle entre ses lèvres. Ahren, sans provoquer de surprise chez elle, seulement des tensions et du venin qui se réveille contre son palais. « C’est marrant, la dernière fois qu’on s’est vus, j’avais cru comprendre que tu préférais plus me- » Mais il est déjà trop tard, cette fois ce sont ses doigts qu’il enroulent autour de son poignet dans une prise ferme, l’attirant déjà à l’écart des regards inquisiteurs de ses amis. Il s’agit d’un chassé-croisé funeste qui ne leur offre aucun répit depuis quelques temps désormais, et qui ne se poursuit sous aucun principe doué de sens, si ce n’est leur aversion réciproque et issue de leurs préjugés et égos trop grands pour leur offrir l’espoir d’une cohabitation. Il s’agit d’âmes qui auraient dû ne jamais se croiser en dehors des bancs de l’école, peut-être, pour faciliter les choses – mais il en a été autrement, à mi-chemin entre leurs nuits respectives, à se glapir dessus tels des animaux trop méfiants.

« Lâche moi. », elle scande, détachant les syllabes d’un ton qui se durcit, le poignet qui s’agite sous la prise de l’étudiant en art. Elle ne l’apprécie guère, et méprise d’autant plus son manque de manières – ses regards hautains, son assurance trop grande, et son comportement avec la gent féminine. « Qu’est-ce que tu veux ? »


(c) SIAL ; icons tweek ; quote ashevernon

◊◊◊

SUR TES BAS RÉSILLES, FAIS QU'TON CŒUR GRÉSILLE ; BRÛLE DANS TES DEUX YEUX, TES YEUX DESIREUX
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
bruised ((nina))


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: