all that glitters -- chanhee



 
HEP POTO, tu veux devenir un king de la roulette ? No prob, viens jouer à la Roulette juste ici !
ALOHA MY PEOPLE, une toute nouvelle MAJ pour faire briller les coeurs des plus doux d'entre vous (soit tout le monde) !
Debout là-dedans, on court choper les PETITES NEWS
Johnny Hallyday kifferait (a) Go te cramer les miches avec le premier évent catastrophe de HM, c'est ICI
Un recensement takes place sur HM, il était temps ! On fait un petit ménage, viens sauver ta peau DIRECTEMENT SUR LE SUJET lovely !


Partagez | 
avatar
AVATAR : lee felix POINTS : 79

NOUS A REJOINT LE : 17/01/2018

MESSAGES : 50

☮ I'M ON MY OWN
Voir le profil de l'utilisateur

Message  Sujet: all that glitters -- chanhee     Lun 9 Avr - 0:31

des fragments d'étoiles


Chanhee. Il est devenu un visage familier au cours de ces dernières semaines, surement apprécié. En tout cas, Yao est toujours content de le voir, même si souvent l’adolescent le pousse plus à faire des bêtises. Sa mère lui a souvent répété qu’il serait bon pour lui de s’ouvrir aux autres et se faire des amis, ce serait une aide incomparable pour apprendre la langue en plus. Son attention est rapidement détournée des livres et avoir quelqu’un à qui il tenait assez pour vouloir communiquer avec et échanger plus de deux pauvres mots serait utile pour l’encourager. Il a bien compris que leur séjour en Corée du Sud ne serait pas de courte durée, autant s’adapter dès le début, malgré la grande difficulté. Ils resteront surement ici pendant des années, peut-être toujours s’il ne guérissait jamais. Yao lève les yeux vers Chanhee et l’observe. Sa jolie tête d’idiot, ses manières lourdes et ses rires. Serait-ce lui la personne qui le pousserait à vouloir plus apprendre, simplement pour mieux le connaitre. Chanhee est le seul qui s’accroche à lui, bien qu’il ne sache pas pourquoi. Yao n’a rien de spécial et au milieu des centaines de lycéens, il est invisible. Il fronce des sourcils, pensif et boudeur, sans réellement savoir pourquoi. Ils ne sont pas spécialement amis, pas un bourreau et sa victime non plus. Yao avait mieux à faire de ses journées que se laisser bully à cause de ses origines, il aurait tôt fait d’en parler à sa mère pour qu’elle vienne faire scandale dans la cour du lycée. Mais Chanhee demeure unique à ses yeux, même s’il ne sait pas comment le montrer. Ce dont il est certain, c’est qu’il pense souvent à lui quand il est hospitalisé et qu’il n’a aucun moyen de le voir. Comme un sentiment de manque. C’est moins bruyant, quand il n’est pas là.

Chanhee le traite de pussy et Yao est simplement surpris qu’il connaisse ce mot et l’insulte qui peut en engendrer, vu son niveau exécrable en anglais. Alors au lieu de se senti vexé, il est presque fier de voir que le plus grand n'est pas un idiot fini. Peut-être qu’il y’avait de l’espoir. Et c’est un simple rire qui maquille ses lèvres avant d’aller prendre son sac. Il aurait pu simplement envoyer un sms à sa jumelle pour qu’elle le lui cherche en quittant le lycée le soir, mais il y’avait quelque chose d’important dedans aujourd’hui. Pour lui, en tout cas.

Il revient vers lui, Chanhee n’a pas bougé d’un millimètre, si ce n’est la présence d’un yaourt à boire dans les mains. Comme toujours, il parle et il parle, flot contant et Yao ne comprend rien. Ils marchent vers l’extérieur, quand brusquement le brun lui tend son yaourt. Yao lève ses grands yeux vers lui de nouveau, hésitant. « C’est pour moi ? » ça en avait bien l’air, et au lieu de continuer à le fixer comme un con (après tout, des deux, c’était censé être Chanhee ça), il attrape timidement la bouteille, petite esquisse souriante sur le visage. « Merci. » La paille trouve rapidement refuge entre ses lèvres et c’est avec plaisir qu’il sirote le yaourt au goût de fraise. Un fruit qu’il aime au point où ça en devenait presque une obsession. Ils continuent de marcher, leurs pas animés par la conversation unilatérale de Chanhee. Il n’y fait pas vraiment attention comme à son habitude avant de remarquer l’air sérieux du garçon, ça l’affole presque et il prend de nouveau un air confus et presque coupable, incapable de comprendre. « J’ai fait quelque chose ? » Un vrai dialogue de sourds.

Il ne comprend pas les mots mais il est assez observateur pour voir que quelque chose a changé chez Chanhee. Il change la main qui tenait son yaourt pour que celle du côté de Chanhee soit à présent libre et il se contente de tenir fermement la manche de son uniforme, façon silencieuse de dire qu’il était là. « Pour pas me perde. » explique-t-il doucement, le regard droit. « You wanna do something ? » Il espère que Chanhee ne lui fait pas rater une journée de cours simplement pour qu’ils s’abiment les baskets à trainer dans toute la ville. Séoul c’est pas un petit village.







☆☆☆ Beerus

◊◊◊





Revenir en haut Aller en bas
avatar
AVATAR : yoo seonho POINTS : 145

NOUS A REJOINT LE : 08/04/2018

MESSAGES : 28

☮ I'M ON MY OWN
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t4176-heo-chanhee-aliente4rs#108502

Message  Sujet: Re: all that glitters -- chanhee     Lun 9 Avr - 0:47

des fragments d'étoiles
   

C’est tellement facile pour toi de t’ennuyer. Ton énergie impossible à canaliser, ta curiosité encore pire, et rien n’arrive jamais à les satisfaire. Pour ça que t’as une tonne de hobbies différents, tous plus différents les uns des autres et où t’es toujours plus médiocre.  Il t’est impossible de te contenir pendant tes heures vacantes au lycée, alors ton attention a tendance à papillonner de chose en chose. Pourtant elle finit toujours par revenir vers la même chose : Yao. Il t’en faut peu pour te divertir et, en même temps, il est difficile de capturer ton intérêt durablement. Pourtant tu ne prends pas la peine de réfléchir ni d’hésiter avant d’accourir vers lui, prêt à lui dédier le reste de ta journée. Parce que c’est mieux que la passer seul. Parce qu’il a rien de mieux à faire non plus et qu’il peut jamais te dire non, parce qu’il est paumé et qu’il comprend rien à ton flot de paroles volontairement dénuées de sens pour mieux le déboussoler et parce que t’aimes bien son air perdu quand il essaie de déchiffrer ce que tu dis.

Peut-être même que tu l’aimes bien, lui. Mais tu te dis que c’est surtout pour tuer le temps que tu l’accostes, te mets à parler de n’importe quoi et le traites sur le champ de pussy quand il ose évoquer les cours, offusqué qu’il songe à les faire passer avant toi (et inquiet qu’il parte et te laisse tout seul). Vocabulaire acquis grâce aux nombreuses heures passées à regarder des compilations de Vine et autres trucs de branleur de la génération Z, l’accès à Internet facilitant ton éducation dans tous les domaines qui ne servent à rien. Heureusement Yao ne semble pas près à t’abandonner et il revient vers toi avec ton sac après quelques minutes pendant lesquelles tu t’es quand même vachement emmerdé, en profitant pour siroter ton yaourt à boire qui te donne des allures de yankee des bacs à sable. Sans doute le meilleur moyen de te décrire. « Bah oui ducon, » affirmes-tu en lui agitant le second yaourt sous le nez pour l’encourager à le prendre, roulant par ailleurs des yeux devant son hésitation stupide (et adorable).

Tu le devances, pressé de quitter l’enceinte du lycée. Les rues de Séoul t’appellent et t’as pas de temps à perdre avant de les rejoindre. Pourtant tu l’ignores pas pour autant, te remettant à bavarder tout seul, conscient qu’il ne comprendra rien, juste pour le fun de le voir confus par ce que tu dis. « Oui. » Tu marques une pause, regardant pensivement au loin alors que tu jettes le yaourt à présent vide par terre. « Tu fais chier. » Tu le regardes avec ton expression faussement sérieuse avant de revêtir un sourire narquois, indiquant que tu plaisantes. T’abandonnes rapidement ton air taquin, cependant, devenant beaucoup plus sérieux quand tu parles de ton anniversaire sans même t’en rendre compte. T’as jamais vraiment porté d’importance à ça mais, depuis que tu t’es retrouvé seul et que t’essaies de te convaincre que ça te fait rien, ça te tient beaucoup plus à cœur.

Alors la main qui s’accroche au bout de ta manche ne te laisse pas indifférent. Tu y jettes un rapide coup d’œil avant de tourner aussitôt la tête de l’autre côté, faisant mine de chercher quelqu’un ou quelque chose au loin juste pour cacher le rouge qui te monte aux joues et le sourire que tu essaies de réprimer. « Je sais pas, » réponds-tu à sa question en un toussotement. T’as pas l’habitude de réfléchir à ce que tu fais, tu t’éloignes juste du lycée et le reste c’est du freestyle. T’as tendance à te laisser emporter par l’environnement, par tes envies, rapidement distrait par quelque chose avant de passer à une autre. « J’aime bien parler aux pigeons. » Tu bats des mains pour imiter le vol d’un oiseau tout en roucoulant histoire qu’il te comprenne, avant d’acquiescer pour montrer ta passion pour cette activité. D’après toi les pigeons sont la seule forme de vie digne d’écouter tes pensées illuminées (insert expanding braing meme) et, en plus, ils peuvent pas te dire de fermer ta gueule, contrairement à ton frère. Une victoire pour tout le monde. « Mais on va pas faire ça. Tu sais pas parler, et en plus ils comprennent pas le chinois. » Ton rictus à présent disparu, tu tournes enfin la tête vers lui, exprimant ta déception avec un air dépité et un haussement d’épaules.

Quand tu passes en mode concentration à la recherche d’un truc à faire, tes sourcils se froncent, exprimant que t’es en train d’utiliser toutes tes capacités cérébrales pour trouver quelque chose. T’as pas l’habitude de faire un tel effort mental et ça se voit. Tu réajustes distraitement ton sac sur ton dos et, quand t’entends des bouteilles s’entrechoquer à l’intérieur, tes yeux s’écarquillent d’un coup et tu t’écries dans une illumination soudaine, « Oh, je sais ! On va dessiner des bites et des têtes d’aliens sur les murs du parc à côté ! » Et, dans ton enthousiasme, tu ne te sens même pas prendre la main de Yao dans la tienne avant de te mettre à courir.

   

   

   
☆☆☆ Beerus

◊◊◊

who cares if the stars are dead
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AVATAR : lee felix POINTS : 79

NOUS A REJOINT LE : 17/01/2018

MESSAGES : 50

☮ I'M ON MY OWN
Voir le profil de l'utilisateur

Message  Sujet: Re: all that glitters -- chanhee     Mar 10 Avr - 0:49

des fragments d'étoiles
   


Il se fait traiter de pussy, sourit à cette simplement appellation sans réellement pouvoir cacher sa surprise que Chanhee connaisse ce genre de mots. Mais il se rappelle bien vite que les gens ont généralement tendance à apprendre les insultes avant tout autre chose dans une nouvelle langue, ce n’était pas le cas pour lui qui n’en connaissait pas encore assez en coréen. Mais ça ne voulait pas dire qu’il en était de même pour Chanhee. Loin de se sentir vexé par ce mot, Yao se contente de chercher son sac à dos, très important, puis suivre aveuglement le garçon. Il n’arrive pas encore très bien à se repérer dans les rues et ruelles de la ville. Toutes se ressemblent et il a beau savoir enfin lire avec plus ou moins de facilité depuis quelques semaines, c’était une toute autre histoire que de donner du sens aux syllabes qu’il arrive à articuler. Son seul salut était l’application de métro disponible en anglais, en dehors de ça, c’était souvent la panique. Il voit à côté l’évolution beaucoup plus rapide de sa sœur, l’envie tout en se sachant incapable de l’égaler. Il préfère se rassurer en se persuadant que c’est uniquement parce qu’il a moins de temps qu’elle pour se concentrer sur la langue. Il sait que ce n’est pas vrai mais c’est réconfortant, comme le yaourt que Chanhee lui tend. Geste suffisant pour lui faire plaisir, simplement parce qu’il y a pensé. Il sourit finalement en voyant une bouteille identique entre les mains du brun. Et c’est avec plaisir qu’il commence à siroter le yaourt pendant le chemin.

Les mots de Chanhee sont un flot lointain, pourtant il tend l’oreille, essaye de capter quelques mots ici et là et faire ses propres conclusions. Tâche ardue et surtout vaine, puisqu’il n’arrive à rien. Mais il sent le ton plus pesant. Il regard le garçon, chacun de ses mouvements. Il se baisse pour ramasser la bouteille que Chanhee a jeté par terre et la lancer au fond d’une poubelle non loin, en même temps que la tienne qu’il venait de finir. Puis sa main trouve refuge contre la manche de Chanhee. Il n’a pas de mots de réconforts à lui offrir, alors pas besoin de parler. Mais le langage du corps était universel, il était certain que c’était la meilleure chose à faire en ce moment.

Il lui demande ensuite s’il avait des plans. Chanhee sèche tellement les cours qu’il doit bien avoir des choses à faire prévus à l’avance en ce genre de situations. Mais il lui semble que ce n’est pas le cas en ce moment. Chanhee s’arrête devant et fait quelques gestes grotesque, le son d’un oiseau quittant ses lèvres. « Ridicule. » murmure-t-il dans sa langue maternelle, le ton rieur et pourtant attendri. Chanhee, c’est vraiment le seul à faire un effort en sa compagnie. Il lui en est reconnaissant, réellement. Il se sent moins seul quand il était là, il a l’impression d’avoir un vrai ami pour une fois, quelqu’un avec qui il adorerait passer toutes ses journées. Pas besoin de longs discours. Les sourires, les gestes, ça lui suffisait largement. Il relève les yeux vers le garçon qui lui donne de nouveau le sentiment de faire une bêtise simplement en existant.

« Doesn’t sound like a good plan. » Mais la main dans la sienne lui fait tout oublier, il pense uniquement à la serrer un peu plus fort, le rouge aux joues et content d’être légèrement en retrait alors qu’il se fait entrainer jusqu’au parc. Petit coin légèrement désert, surement parce qu’il était fait pour les gosses et que ceux-ci devaient être en cours en ce moment. Comme eux, sans l’intervention de Chanhee. « I hardly see you at school, you don’t like it there ? » souffle-t-il quand ils arrivent enfin au parc, sa main se dérobant doucement à l’emprise de Chanhee. Il s’était rendu compte que ses rougeurs et leurs mains enlacées étaient deux facts intimement liées l’une à l’autre. Ses tâches de rousseurs ressortaient horriblement en ce genre de moment ce qu’il préfère éviter. Son regard revient vers les murs emplis de graffiti. Il est certain qu’ils n’ont pas le droit de faire peu importe ce que Chanhee veut qu’ils fassent. 

   

   
☆☆☆ Beerus

◊◊◊





Revenir en haut Aller en bas
avatar
AVATAR : yoo seonho POINTS : 145

NOUS A REJOINT LE : 08/04/2018

MESSAGES : 28

☮ I'M ON MY OWN
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t4176-heo-chanhee-aliente4rs#108502

Message  Sujet: Re: all that glitters -- chanhee     Mar 10 Avr - 3:46

des fragments d'étoiles
   

C’est dingue quand même, à quel point t’arrives à communiquer avec un type qui comprend pas un mot de ce que tu dis. Y’en a tellement d’autres que tu fréquentes, qui parle couramment la même langue que toi, mais y’a jamais la même connexion qu’avec Yao. Évidemment, tu t’en rends pas compte, tu préfères te dire que si tu traînes autant avec lui c’est juste parce qu’il est drôle à étourdir. Mais si c’est à lui que tes journées sont souvent dédiées, c’est pour une raison. Certes, parce qu’il est l’un des seuls capables de te supporter, mais ça marche dans les deux sens. Yao t’irrite rarement, parce qu’il a cette innocence que tu as perdu depuis l’accident. Une boule de douceur dans la rudesse de ce monde, douceur réconfortante et apaisante, un exploit quand on sait à quel point t’es un sauvage incorrigible d’ordinaire.

Et donc, tu n’hésites pas même un instant avant de lui offrir un yaourt à boire – geste rare de ta part – ni à te remettre à parler, encore et encore – cette fois, comportement beaucoup plus habituel. Tes déblatérations sont toujours aussi insensées, sarcastiques et dénuées de sérieux, sauf quand tu mentionnes ton anniversaire, le ton devenant tout de suite plus sérieux. Effet secondaire de penser que tu devras sûrement le passer seul, qui s’estompe rapidement quand tu sens sa main peser sur ta manche. Tes joues s’empourprent aussitôt mais tu ne te débats pas, voulant préserver ce contact coûte que coûte, aussi subtil soit-il. Non, il est beaucoup plus facile de prétendre que ton attention est attirée par autre chose, puis de te ridiculiser avec une piètre imitation d’un pigeon pour illustrer tes propos concernant tes plans. « Chais pas ce que t’as dit mais fais gaffe, quand même. » Toi-même conscient au fond que t’avais l’air risible, mais ça t’importe peu. Encore moins si ça réussit à le faire rire.

« Si si, good plan, justement, » rétorques-tu en le tirant par la main. Tu le contredis et pourtant, t’es d’accord avec lui. C’est de la merde, mais c’est bien ça que tu passes tes journées à faire. T’as complètement perdu la motivation de faire mieux, tu as cessé de viser haut depuis longtemps déjà alors tu te contentes pleinement de tes plans foireux. Ils te rendent la vie beaucoup plus simple, de toute façon. « School SUCKS. » Opinion exprimé sans aucune hésitation avec ton accent le plus exagéré et que tu n’as formé que récemment. Autrefois l’école n’était rien de spécial pour toi, juste un passage obligatoire pour tout le monde, et des fois un moyen de parvenir à tes rêves. Là, c’est juste un calvaire. Un environnement opprimant et beaucoup trop de restrictions pour un gamin comme toi qui estime ne plus rien avoir à perdre, surtout pas son temps dans l’enceinte d’un établissement pareil. Un gamin en colère et esseulé, sa rébellion à la fois un moyen de se défouler et d’attirer l’attention, appeler à l’aide.

Tu n’en dis pas plus, Yao n’a pas besoin de savoir que t’étais assez bon à l’école et que tu commences à saboter volontairement tes performances parce que t’as toujours pas accepté la mort de tes parents. Il ne comprendrait rien et, de toute façon, tu n’en es toi-même pas conscient. À la place, tu te faufiles vers un coin tranquille du parc où tu fais face à un mur déjà semi-recouvert de gribouillis, réfléchissant à l’emplacement et la nature de ton œuvre. Ce n’est qu’au moment où tu lâches ton sac à dos par terre d’une main et essaies  d’en sortir tes bombes de peinture de l’autre que tu réalises qu’elle est toujours liée à celle du chinois. Moment de panique alors que tu te demandes combien de temps vous êtes comme ça, et la sensation de ta main tremblante devient tellement désagréable que tu l’arraches à son emprise avec empressement, en essuyant la sueur sur ton t-shirt. « Lâche ma manche, chuis pas ta meuf wesh… » Murmure semi-exaspéré qui se perd rapidement au fond de ton sac, dont ton matériel sort enfin après quelques instants passés à le fouiller : une bombe verte que tu secoues, ouvres et renifles instinctivement. Puis tu te redresses et imprègnes un pan du mur de la peinture aérosol, dessinant progressivement une tête d’alien très simple mais plutôt réussie. Tu n’as cependant pas l’air satisfait de ton œuvre et, après un court moment de réflexion, tu rajoutes quelques points au milieu du visage de la créature. « Regarde, il te ressemble. » La similarité t’arrache un petit rire, puis un sourire, puis un regard perdu sur le faciès de Yao, d’abord pour t’assurer de la ressemblance puis… juste comme ça. Les yeux qui s’attardent un peu trop sur la constellation de son visage. Puis enfin un raclement de gorge, déclenché par cette chaleur qui ne cesse de revenir dans tes joues et dont tu espères te débarrasser en même temps que tu jettes la bombe au chinois, détournant une énième fois le regard et te grattant la nuque pour te donner un faux air nonchalant. « Tiens, essaie. »

   

   
☆☆☆ Beerus

◊◊◊

who cares if the stars are dead
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AVATAR : lee felix POINTS : 79

NOUS A REJOINT LE : 17/01/2018

MESSAGES : 50

☮ I'M ON MY OWN
Voir le profil de l'utilisateur

Message  Sujet: Re: all that glitters -- chanhee     Mar 17 Avr - 16:08

des fragments d'étoiles
   
Il ne se souvient pas d’avoir déjà eu un ami comme Chanhee, même avant quand il était dans sa petite province en Chine, quelqu’un qui le faisait rire aussi naturellement et battre son cœur aussi étrangement. Il appréciait sa présence, il lui manquait les nombreuses fois où il devait s’absenter des cours pour rester à l’hôpital. Yao ne savait pas depuis quand Chanhee était une motivation pour aller mieux et retourner au lycée le plus vite possible à chaque fois, simplement pour entendre son rire d’idiot et le laisser l’entrainer un peu partout. Surement parce qu’il était le seul à s’attarder sur lui, à le vouloir près de lui alors qu’il ne devrait pas avoir de difficulté à se mélanger avec les autres lycéens, lui au moins parlait coréen, il lui serait plus facile de communiquer avec les autres, se trouver des points communs, faire des trucs d’ados. Mais il était là, comme toujours, à se prendre la tête pour réussir à se faire comprendre tant bien que mal. Surtout mal, parce que Yao était un amas de confusion, de sourcils froncés et de lèvres boudeuses quand ils étaient ensemble. Chanhee racontait souvent n’importe quoi, parlait trop rapidement pour qu’il arrive à déchiffrer plus de quelques pauvres mots au milieu d’un long monologue, mais c’était pourtant des moments que Yao ne voudrait échanger contre aucuns autres. Et après une imitation de pigeon époustouflante, Yao se laisse de nouveau entrainer vers le parc de ce qu’il a compris, main dans la main. Good plan, avait assuré Chanhee, et il veut bien essayer de le croire.

Et school sucks, continue-t-il, une deuxième fois, sous le sourire du chinois, à la fois attendri et moqueur. Lui aussi n’aimait pas particulièrement l’école, encore plus en Corée où les maths et l’anglais étaient les seuls cours qu’il arrivait à suivre assez fidèlement, il ne faisait qu’acte de présence quand il le pouvait pour le reste. Mais il sait que ce n’est pas une raison suffisante pour ne jamais y aller, surtout parce que sa sœur n’hésitera pas à cafter avant même la fin des cours.

Ils sont enfin dans le parc et Yao a à peine le temps de regarder un peu le mur devant eux que Chanhee se dérobe à l’étreinte de leurs mains avec un peu trop d’entrain. Yao mentirait s’il disait que ça ne picotait pas un peu de se sentir rejeté légèrement de cette façon, mais y’a pas mort d’homme quand même. Il s’essuie à son tour la main sur la veste de son uniforme d’un geste mécanique, copiant simplement son ami. « Chu po ta meuf. » répète-t-il en riant avec son accent chinois de Chinois, sans comprendre. Il fait un pas en arrière et laisse Chanhee s’amuser à dessiner sur le mur ce qui ressemblait à un alien, le simple fait de le regarder était divertissant et Yao s’y complait entièrement. « Oh, c’est moi ? » murmure-t-il surpris en voyant les nombreux points sur le visage du dessin. Il sourit doucement, se sentant malgré tout rougir ce qui, comme souvent, avait tendance à accentuer un peu plus ses taches de rousseur. Il ne détourne pas les yeux de Chanhee, dont la couleur des joues fait rapidement concurrence à la sienne. Il finit par attraper maladroitement la bombe de peinture qu’il lui lance puis observe timidement le mur. Ça lui donne bien envie, même s’il n’a pas envie de finir en prison. Sans être très original, il dessine une tête à côté de la sienne supposée être celle de chanhee, puis comme énième taquinerie, entoure les deux dessins d’un grand cœur en riant. « Voilà ! »
   

   

   
☆☆☆ Beerus

◊◊◊





Revenir en haut Aller en bas
avatar
AVATAR : yoo seonho POINTS : 145

NOUS A REJOINT LE : 08/04/2018

MESSAGES : 28

☮ I'M ON MY OWN
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t4176-heo-chanhee-aliente4rs#108502

Message  Sujet: Re: all that glitters -- chanhee     Mar 17 Avr - 18:57

des fragments d'étoiles
   

Tu as une relation conflictuelle avec plein de choses. Par exemple, l'autorité, la mort, l'album Danger Days: The True Lives of the Fabulous Killjoys de My Chemical Romance, les derniers arcs de Naruto... L'école en fait évidemment partie. Avant – c'est-à-dire après l'accident avant, pas avant avant –  il n'y avait pas de conflit, tu détestais ça et puis c'est tout. Mais depuis que t'y as trouvé Yao c'est un peu différent ; tu as beau toujours autant haïr les cours, le système et tous ces trucs qui te tapent sur les nerfs, tu te retrouves souvent à avoir hâte d’y aller. Évitant simplement les salles de classe plutôt que l’établissement tout entier, dans l’espoir de le croiser dans un de ses couloirs quand tu ne vas pas toi-même le chercher en sortie de cours.  Tu n’as jamais fait référence à lui en utilisant le mot ami ni même pensé à lui de la sorte. Pourtant, il s’approche pas mal de la définition. Peut-être pas assez, ou peut-être que votre relation est simplement trop fantaisiste pour y être confinée. Ca sort de l’ordinaire, cette amitié où les deux peinent à se comprendre, n’arrivent même pas à communiquer dans la même langue ni de façon cohésive. Mais ça marche, ça vous suffit et vous continuez à faire l’effort, parce que chacun pense que l’autre en vaut la peine.

Alors même si tu commences à apprécier un peu l’école grâce à lui, tu préfères tout de même le retrouver en dehors. Rien de mieux qu’un parc pour profiter de l’air et continuer à gaspiller vos journées – et sans doute ton futur. Il s’en sortira mieux que toi, tu ne peux t’empêcher de le voir comme une espèce de nerd, élève modèle et assidu, ses allures d’ange te faisant complètement oublier que les barrières de langue rendent sûrement les cours encore plus difficiles  pour lui que pour toi. Il a tout de même l’air beaucoup moins enclin à sécher que toi et tu tires inconsciemment une moue contrariée en pensant que ce sera peut-être la première fois qu’il te suit dans un de tes plans foireux.

Tu n’hésites donc pas à le rassurer qu’il n’est pas si foireux que ça et à le tirer vers les lieux par la main. Main que tu lâches subitement quand tu te rends compte du contact – et de ce qu’il te fait, surtout. Tu regrettes aussitôt ta réaction démesurée et irréfléchie. Elle te fait ressentir un pincement au cœur par peine en pensant à la réaction de Yao, mais aussi par orgueil en le voyant lui aussi essuyer sa main sur son haut. Tu te réfugies dans ton sac à dos à la fois pour en sortir le matériel et pour faire mine d’être vexé, mais tu t’y attardes un peu plus quand son imitation t’arrache un sourire que tu essaies tant bien que mal de réprimer. Tu ne ressurgis qu’avec une bombe dans la main et un visage semi-placide, puis rapidement concentré lorsque tu te mets à gribouiller une tête d’extra-terrestre qui finit par lui ressembler, une fois quelques points rajoutés au milieu de son visage.

Tu ne réponds pas à sa question, occupé à admirer ses tâches de rousseur qui te font rougir, qui deviennent beaucoup plus visibles lorsqu’il rougit à son tour et qui te fait par conséquent rougir encore plus. Le fait qu’il n’ait pas arrêté de te fixer tout le long ne fait qu’en rajouter. À la place, tu lui balances la bombe et détournes le regard comme tu le fais si bien. Qu’il se démerde avec pendant que tu reprends tes esprits. Tu recules un peu, prends un grand souffle aussi discrètement que tu peux (c’est-à-dire pas beaucoup) et croises enfin les bras pour le regarder faire, ton visage se décontractant petit à petit en le voyant s’y essayer. Contrairement à Natalia Kills, you don’t respect creative integrity and intellectual property alors ça te flatte qu’il imite ton dessin, t’arrachant par la même occasion un sourire. Sourire qui s’étire démesurément devant le cœur qu’il ajoute autour des deux têtes, avant de se faner presque aussitôt.  « Vas-y tu fois quoi là ! » Tes bras s’affaissent eux aussi à tes côtés et tu roules des yeux, soupirant profondément comme un gosse dont on vient d’éclater le ballon de foot. Et oui, c’est comme ça que tu réagis à un truc qui te fait tellement plaisir que ça te surprend, à tel point que tu ne sais même pas comment y réagir correctement, au final. C’est trop d’émotions pour toi, vraiment, alors tu lèves la main en l’air comme pour signaler que t’abandonnes puis le dépasses sans lui adresser un regard pour t’installer sur un banc, l’air de faire la gueule alors qu’en fait, tu surchauffes beaucoup trop pour fonctionner.


   

   
☆☆☆ Beerus

◊◊◊

who cares if the stars are dead
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AVATAR : lee felix POINTS : 79

NOUS A REJOINT LE : 17/01/2018

MESSAGES : 50

☮ I'M ON MY OWN
Voir le profil de l'utilisateur

Message  Sujet: Re: all that glitters -- chanhee     Mar 17 Avr - 22:17

des fragments d'étoiles
   



Tous les deux semblent aussi peu doués à cacher leur ressenti et au moment où Chanhee lâche sa main sans la moindre douceur, c’est naturellement qu’il vient essuyer sa paume contre le tissu de sa veste. Il aurait voulu préserver cette main qui avait touché aussi longtemps celle de Chanhee, la garder précieusement contre lui sans plus jamais la laver, comme l’aurait fait une fangirl devant sa célébrité préférée (Justin Bieber), mais c’est tristement qu’il avait effectué le même geste que le garçon, distraitement sans réellement y pensait. Juste parce qu’il avait vu Chanhee faire ça et a l’impression qu’il devait le faire lui aussi, pour prouver il ne savait trop quoi. Il n’a pour autant pas envie que l’ambiance devienne awkward entre eux et il répète comme un perroquet détraqué les derniers mots de Chanhee, sans les comprendre. Mais ça suffit à décocher un petit sourire sur les lèvres de l’adolescent, Yao n’a pas besoin de plus. Il l’observe ensuite faire son petit dessin tranquillement, s’inspirant librement de lui. Si le dessin ressemblait à un quelconque alien qu’on ne pouvait différencier de son semblable, les petits points dont Chanhee lui parsème le faciès sont suffisants à lui faire comprendre qu’il l’avait dessiné, lui. Yao ne reçoit pas la moindre réponse à sa question, mais il n’en a pas besoin, il sait que c’est lui et la seule pensée de Chanhee qui prend la peine de le dessiner et de rendre justice à ses taches de rousseurs l’enrobe d’une douce chaleur. Ils s’observent, sourire timide sur les lèvres du plus petit, mais les joues en feu. Ils ont surement l’air d’idiot, mais heureusement, il n’y a qu’eux deux. C’est un sentiment bizarre, pas désagréable et surtout très récurent. Yao remarque souvent qu’il oublie ce qui l’environne dès que Chanhee est dans les parages, quelque chose de magnétique en lui le poussait à ne vouloir faire attention qu’à lui. Personne d’autre.

Moment arrêté quand Chanhee lui lance une bombe de peinture et qu’il reproduit un dessin assez fidèle à celui de Chanhee, sauf qu’il ne se stoppe pas là, pensant que rajouter un gros cœur était la touche artistique à ne surtout pas oublier. Du coin de l’œil, il aperçoit bien le sourire du garçon s’élargir, belle esquisse sur son visage, et même s’il disparait peu après, c’est une vision que Yao garde en tête. Il rit allégrement, canines apparentes tandis que ses yeux se ferment doucement. « C’est toi, et moi. » répond-t-il dans son coréen d’enfant. Chanhee qui roule des yeux et soupire ne changera rien au fait qu’il est certain que ce dessin lui fait autant plaisir qu’à lui. Yao est surement naïf, mais pas totalement con, du moins pas à un niveau irrécupérable. Il rejoint Chanhee jusqu’au banc, sans s’y assoir, il lui fait plutôt face, ses baskets butant contre celle du garçon. « Chanhee. » Il attire son attention vers lui et glisse son sac à dos vers lui avant de l’ouvrir et y farfouiller pendant quelques secondes, jusqu’à en sortir une petite boite. « Joyeux annarbser…anouversaire ? Anoufersaire !! Hm, happy birthday. » finit-il par lâcher après avoir bien trop galérer, le coréen n’est définitivement pas fait pour lui. Grand sourire sur les lèvres, il lui tend la boite qui contient un bracelet tressé d’où pendouillait un pendentif en forme du poing de hulk, il avait à plusieurs reprises repéré quelques comics dans le sac de Chanhee. Il le laisse ouvrir la boite avant de retrousser la manche de sa veste pour lui montrer un bracelet semblable, de couleur différente, attaché à son poignet. « Tu me laisses te le mettre ? »
   

   

   
☆☆☆ Beerus

◊◊◊





Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message  Sujet: Re: all that glitters -- chanhee     

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
all that glitters -- chanhee
 Sujets similaires
-
» les glitters caniches réalisés par hindy
» ☄ all is not gold that glitters.


 :: seoul :: Jamsil :: Parc
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: