▲ up▼ down
‹ Café con leche › — ft Yang Noam



 
HEP POTO, tu veux devenir un king de la roulette ? No prob, viens jouer à la Roulette de Lapland juste ici !
Eh twa tu es tré solide, ça te dit d'être mon christmas pudding ?
SONNE LES CLOCHES DE L'HIVER, et entre dans le monde merveilleux du HM hivernal ♥️
JOYEUX NOËL ! une montagne de cadeau, ça te tente ? viens vite T'INSCRIRE AU MARCHE DE NOËL ♥️
TOUJOURS SUR HM ! Découvre les nouveaux défis avec ses éditions spéciales Noël et notre semaine à thème du mois ! : keur:
Tu entends ces hurlements, tous les soirs ?? what sors chasseur, pars à la chasse de Arcana la sorcière à mettre sur le bûcher !


Partagez | 
avatar
AGE : 20 AVATAR : Bae Su Ji (Suzy - Miss A) aka petit boudin perfection T'es moche :) POINTS : 565

NOUS A REJOINT LE : 05/08/2016

MESSAGES : 7221

‹ 365 SO FRESH ☽ MELTED PRESIDENT ›
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t178-park-bo-ra-boraday

Message(#) Sujet: ‹ Café con leche › — ft Yang Noam Jeu 10 Aoû - 20:02

CAFÉ CON LECHE
FEAT YANG NOAM
« Ok ok, mais alors s’ils nous grillent, on fait quoi ? On se tire en courant comme dans les films d’espionnages ? Ils vont pas nous torturer pour qu’on parle pas vrai ? » Son rire s’envole et vient buter contre les murs du métro qu’ils s’apprêtent à quitter. D’ailleurs Bora presse le pas, il fait trop chaud pour rester cloitré dans les tunnels nauséabonds. On se demande plus pourquoi elle a toujours préféré l’hiver. La ville est plus respirable par temps froid. Son regard glisse vers Noam qui marche à ses côtés. Leur petit jeu l’excite beaucoup, et le plaisir fait rosir ses pommettes. Faut dire que c’est drôlement puéril comme idée, elle ne sait même pas qui l’a eu en premier. Ça occupe un après-midi de vacances barbant, puis ça fait longtemps qu’ils ne se sont pas vus, Noam et elle. Ils sortent du métro et elle grimpe les marches quatre à quatre. Il fait encore trop chaud dehors, mais c’est moins oppressant d’être à l’air libre. Bien vite, le brouhaha citadin les rattrape, un concerto de klaxons et de pas sur l’asphalte moite. Y a des gens qui les regardent en passant avec l'air un peu perplexe. Faut dire qu’ils ont une drôle de dégaine, avec leurs casquettes vissées sur le crâne et leurs grosses lunettes de soleil qui leur bouffent la moitié du visage. Ça aussi ça fait partie du plan. Noam a dit que c’était bien d’observer les hommes dans leur milieu naturel, pour les comprendre. Le Yang c’est un peu la référence quand il s’agit de vie de couple. Puisque Yuta et Inseong travaillent au même endroit, un safari au Starbucks s’est imposé de lui-même pour le maitre et le disciple.

Séoul est drôlement vide pendant les vacances, et heureusement. Ils font le chemin jusqu’au Starbucks en papotant. Enfin Bora passe surtout beaucoup de temps à se plaindre de tout et de rien. De la chaleur. Des jours qui passent pas assez vite avant de partir en vacances. Du con devant qui marche au milieu du trottoir et qu'avance pas, qui d'ailleurs se retourne parce qu’elle parle trop fort. Elle baisse les yeux et éclate de rire en le doublant. Toute cette entreprise la met de bonne humeur – et paradoxalement, ça lui donne envie de geindre pour un rien. « T’sais qu’apparemment ils s’entendent pas ? Je sais même pas pourquoi, aucun des deux a voulu m’expliquer. Il te l’a dit Yuta ? » Y avait qu’à les voir à la Neon Party. Deux gros gamins. Heureusement que Noam et elle remontent le niveau. Ça aurait été con de pas s’entendre. D’un autre côté ça aurait pu arriver. La Melted va pas mentir, au début elle lui en a un peu voulu. Beaucoup même. Mais elle a grandi. Ils ont tous grandi, et la rancœur ça s'efface.

Ils arrivent devant le Starbucks. Bora réajuste sa casquette sur ses cheveux, noués en une tresse hasardeuse. « De quoi j’ai l’air ? Ils vont me reconnaitre tu penses ? » Elle s’inquiète un peu que leur plan n’échoue du premier coup. Le menton haut, elle dévisage Noam. « Le tout c’est d’avoir l’air naturel. Attend ! Ils vont nous demander nos noms pour le gobelet. Faut qu’on trouve des pseudos. T’as une idée ? » C’est le détail qui aurait pu tout faire foiré, alors autant prévoir avant de pousser la porte.






◊◊◊



god helps anyone who
disrespected the queen


han ja ruining my life through years:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AGE : 21 AVATAR : kim taehyung (v ; bts) POINTS : 976

NOUS A REJOINT LE : 09/08/2016

MESSAGES : 7279

MODETTE DOUCE ✺ LITTLE YANG BROTHER — I'M DUMBER ❥ UP TO THE LAST DROP
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t126-yang-noam-noamasorusrex En ligne

Message(#) Sujet: Re: ‹ Café con leche › — ft Yang Noam Ven 11 Aoû - 11:56

CAFÉ CON LECHE
FEAT PARK BORA
C’est parti d’une discussion banale, en ce jour d’été qui n’en finit pas. Ça s’est décidé tellement vite qu’on a pas vraiment réfléchi à toutes les issues de secours si jamais notre plan A merde. Alors quand Bora me demande quelle est notre tactique de repli si jamais on s’fait chopper. Je me stoppe net, remonte mes grosses lunettes de soleil (en vrai je les ai piqués à mon père) sur l’arrête de mon nez avant de la regarder, tel Sherlock regarde Waston (pas la version avec Robert Downey Jr. et Jude Law). « De toute façon, s’ils sont en service, ils pourront pas se tirer donc j’pense qu’on pourra partir tranquille ». Je les vois mal nous courir après alors que les clients affluent dans le café. Quoi que, Yuta en serait capable. Mais ne pensons pas à ça, notre plan est infaillible, j’en suis certain !

Les casquettes vissées sur les yeux, les grosses lunettes en place, y’avait aucune chance pour que nos copains respectifs nous reconnaissent du premier coup d’œil. Alors c’est serein qu’on part mener notre supercherie. Au final, ça n’avait rien de méchant, on s’ennuyait tous les deux et l’envie soudaine d’aller observer Inseong et Yuta dans leur habitat naturel (attention, début du documentaire animalier) nous a fait sortir de notre état végétatif. « Ouais, Yuta m’a dit que c’était pas l’amour fou entre eux mais il a jamais voulu me dire pourquoi non plus ». C’est peut-être une histoire de jalousie, vu que Bora est l’ex de Yuta. Enfin j’peux le comprendre. Au début, j’étais un peu pareil mais je connais Bora et son histoire avec Inseong alors maintenant j’suis sûr qu’il se passera rien. Si nos deux idiots prenaient le temps de parler un peu au lieu de se lancer des menaces par le regard, peut-être que ça irait mieux entre eux. Enfin … j’hausse les épaules jetant un coup d’œil sur nos tenues de camouflage. J’ai même pris un coup de soleil sur le bout de nez, quoi de mieux pour jouer les touristes que de ressembler à un touriste ? Bora aussi était parfaite dans son rôle. Qui devinerait que derrière cet accoutrement se trouvait la présidente des Melted ?

C’est avec cette certitude qu’on sort du métro et qu’on arrive finalement devant le café. Soudain, j’suis plus très sûr de la réussite de notre plan. Si ça les faisait pas rire ? S’ils s’imaginaient qu’on était là pour les fliquer et surveiller qu’ils draguaient pas les autres clients et clientes ? Et s’ils nous jetaient dehors ? Ouais enfin techniquement c’est pas possible, on paie, on renfloue les caisses alors ils ont pas le droit. « T’inquiète, personne te reconnaîtra ! » mais en voyant nos reflets dans la vitrine d’à côté, j’me dis qu’on duperait pas un aveugle. Au pire, c’est pas ça qui nous empêchera de les mater regarder. Mais histoire d’être parfaitement au point, faut qu’on réfléchisse à deux trois trucs avant d’entrer. « J’pense qu’il faut prendre des prénoms étrangers ». J’me suis jamais dit qu’un jour je devrais changer d’identité alors réfléchir à un autre prénom, c’est pas facile. J’aurai bien pris celui de mon père mais ce serait trop cramer. Et j’me dis surtout que rester plantés devant la boutique, c’est pas non plus une bonne idée, ça fait suspect. Manquerait plus qu’ils appellent les flics … « Viens on rentre, on décidera le moment venu ! ». Je nous guide jusqu’à l’intérieur du café et j’ai une boule dans le bide qui se forme : c’est à la fois du stress et de l’excitation. J’suis le premier dans la file, laissant un peu plus de temps à Bora pour se décider. Et quand j’espère qu’Inseong prendra ma commande, c’est Yuta qui s’en charge. Damn ! Là, c’est plus la panique qui prend. « Euh bonjour … ». J’ai sorti ça avec un accent dégueulasse d’italien péteux, je sais même pas d’où ça me vient mais tant pis, c’est trop tard. « Je prendre mocha. En gr – grande ! S’il vous plait ». Il me dévisage deux secondes, sûrement trop concentré sur le monde qui arrive derrière nous pour vraiment comprendre. Et maintenant, l’épreuve du nom. « Euh j-je appelle Lorenzo ! ». Je glisse un regard vers Bora en mode « alors ? j’étais comment ? » avec un sourire mal assuré. Je pourrais jamais être espion …





◊◊◊

do you know ? ♒︎ and if you have a minute, why don't we go talk about it somewhere only we know ? this could be the end of everything so why don't we go somewhere only we know ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AGE : 20 AVATAR : Bae Su Ji (Suzy - Miss A) aka petit boudin perfection T'es moche :) POINTS : 565

NOUS A REJOINT LE : 05/08/2016

MESSAGES : 7221

‹ 365 SO FRESH ☽ MELTED PRESIDENT ›
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t178-park-bo-ra-boraday

Message(#) Sujet: Re: ‹ Café con leche › — ft Yang Noam Ven 11 Aoû - 15:34

CAFÉ CON LECHE
FEAT YANG NOAM
Il a raison Noam, ils pourront rien faire contre eux en plein service. Puis ils ne feraient quand même pas de mal à leurs amoureux, si ? Au pire, un petit sms acerbe et une soirée de ronchonnement ne la tueront pas. Ça n’enlève rien à l’aspect au combien divertissant de leur petite entreprise. Il en sait pas plus sur le pourquoi du comment ils s’aiment pas, et Bora hausse les épaules. Elle déteste les conflits, mais finalement elle y peut pas grand-chose, il faudra bien qu’ils se tolèrent. Leurs tenues en tout cas sont parfaites. Bora a même pris soin de mettre une jupe, le genre qu’elle ne porte la plupart du temps que pour sortir avec son copain justement. Il est trop habitué à la voir en jean pour se douter que c’est elle. Tout est calculé. Leur plan est imparable. Elle a quand même un peu peur de ce qu’elle va découvrir. Et si Inseong fait de l’œil aux clientes ? Et s’il a une collègue un peu envahissante ? Il a pas intérêt cela dit. Mais elle a confiance en lui, elle est pas là pour l’espionner. Elle espère qu’il ne le pensera pas non plus, parce que la dernière fois qu’ils ont abordés le sujet de la confiance… ça s’est assez mal passé. Un frisson longe son échine à ce souvenir. Ça ne se produira pas, Bora est sincère, elle veut juste le regarder travailler, jouer un peu avec Noam aussi. C’est innocent, ils le comprendront tous les deux.

« Va pour les noms étrangers. » Elle se dit qu’elle va essayer de parler chinois, ça fera plus réel. Alors en attendant d’entrer, elle rassemble dans sa tête les quelques mots qu’elle a essayé d’apprendre il y a longtemps. A l’époque où elle s’était mis en tête de se barrer en Chine pour retrouver ses grands-parents. En entrant dans le café à la suite de Noam, elle remet sa casquette sur ses cheveux bruns et fixe l’intérieur de la boutique à travers les verres teintés de ses lunettes. Ça rend la scène bien sombre, mais les enlevés mettrait un terme au plan. Il lui faut pas longtemps pour repérer leurs cibles, derrière le bar. Elle est venue ici plein de fois Bora, même si c’est pas le Starbucks le plus proche. Même avant de connaitre Inseong, elle venait voir Yuta parfois. Même si ça vallait pas vraiment le coup de faire autant de métro pour même pas avoir un supplément caramel. Elle est comme ça Bora, elle veut du bien aux autres même si on lui rend pas toujours. Y a pas grand monde à cette heure-ci, et c’est Noam qui commande en premier. Elle grimace en constatant que c’est Yuta qui le sert, rendant disponible Inseong pour s’occuper d’elle. Quand il apparait derrière le bar avec un sourire aimable, elle baisse instantanément les yeux vers ses chaussures, en quêtes des quelques mots de chinois qu’elle a rassemblé en arrivant. Vide intersidéral dans la caboche de l’étudiante, impossible de retrouver un seul terme. « Euh … nihaoo ~ » ça ressemble vaguement à un miaulement, elle rougit comme une folle sous sa casquette. Changement de plan, elle vire vers l’anglais. « Puis-je vous demander some cara- … » Non non. Pas de caramel macchiato. Il sait qu’elle aime trop ça, s’il a des doutes, ça le confortera. « Americano pleasu. Bigu sizu, bigu sizu.  » Ça en revanche, elle déteste. Du café noir sans crème, elle en avale jamais. Il se doutera de rien, c’est sûr. Dans le doute, son regard évite quand même soigneusement celui du Yoo. « My namu iz … Pamela. Pa-me-la. Yes. P. A. M. A. E. R. A. Pamaera. » Il écrit consciencieusement, et putain il est drôlement beau quand il est concentré. Elle se permet de le dévisager pendant qu’il ne la regarde pas, et lorsqu’il lève à nouveau les yeux du gobelet, elle s’empresse de jeter un coup d’oeil vers son comparse, un rictus anxieux tordant ses lèvres. Ils s’en sortent bien elle suppose. Aucun « Bora-ya c’est quoi cette tenue ? » N’a encore volé dans la pièce. Ni de « Yang Noam tu te fous de ma gueule. » d’ailleurs. Elle paye à la hâte, récupère son café, et se permet enfin de respirer lorsqu’elle tourne le dos au bar pour rejoindre Noam. « Au top. Ils se doutent de rien c’est sûr. » Son visage se fend d’un sourire triomphal et elle lui tend une main pour checker.

Une fois installé bien devant le bar pour continuer leur analyse, Bora saisit son gobelet, fièrement marqué de son nouveau prénom – au combien bien choisi. Une grimace déforme sa figure. Un américano, qu’est-ce qu’elle ne ferait pas pour mener à bien sa mission. En grand en plus, full size de café dégueulasse. Pas une goutte de crème. Nada. Elle commence à balancer sachet de sucre sur sachet de sucre pour noyer l’amertume du liquide, avant de lever les yeux vers Lorenzo. « Bien joué l’accent italien, on aurait juré un vrai ! » Elle coule un regard en douce vers les baristas. « J’ai une idée attend. » Elle sort son téléphone et tapote à la hâte un message légèrement suggestif à l’adresse d’Inseong. Puisque le café est presque vide, avec un peu de chance il se permettra de répondre. « Regarde la tête qu’il va faire. » Souffle-t-elle à son camarade.







◊◊◊



god helps anyone who
disrespected the queen


han ja ruining my life through years:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AGE : 21 AVATAR : kim taehyung (v ; bts) POINTS : 976

NOUS A REJOINT LE : 09/08/2016

MESSAGES : 7279

MODETTE DOUCE ✺ LITTLE YANG BROTHER — I'M DUMBER ❥ UP TO THE LAST DROP
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t126-yang-noam-noamasorusrex En ligne

Message(#) Sujet: Re: ‹ Café con leche › — ft Yang Noam Sam 2 Sep - 18:12

CAFÉ CON LECHE
FEAT PARK BORA
J’hésite toujours entre dire que c’est la meilleure idée qu’on ait eue ou bien la pire. C’est un peu quitte ou double cette petite blague innocente. Soit ça les fait rire avec nous, soit on risquait le début d’une troisième guerre mondiale. Autant dire que la première option valait mieux pour nous sinon d’ici la fin de la journée, on serait tous les deux célibataires. Bien qu’avant qu’on en arrive à cet extrême, on a encore une sacrée marge. Du moins, j’espère. C’est tout fiers qu’on pénètre à l’intérieur du café, l’expression posée pour masquer ce mélange d’excitation et de nervosité qui nous grignote un peu plus à chaque pas. Et déjà, le premier défi nous fait face : la commande. Les soirs où Ingrid me demandait de l’aider pour réviser ses scénarios m’auront au moins appris quelques ficelles pour faire que mon jeu soit des plus parfaits. Peut-être que l’accent italien, c’est pas le meilleur choix mais c’est le premier son qui est sorti de ma bouche. J’ai pas eu le temps de réellement réfléchi alors dans l’empressement, Lorenzo est né. A côté, Bora a l’air de s’en sortir aussi bien que moi, c’est-à-dire un peu mieux mais pour l’oscar, on repassera. Pamela, c’est le nom qu’elle s’est choisie avec une intention qui, en tant qu’américain de naissance, me fait doucement rire. Mais suffirait d’un son pour que Yuta me reconnaisse alors je fais semblant de me gratter le nez pour me retenir. L’envie s’intensifie quand elle commence à épeler son nom à Inseong et qu’un R se glisse dans la farandole. Heureusement, ma commande arrive vite et celle de Bora aussi, ce qui nous permet de prendre la fuite rapidement. Mais tout en restant naturel.

Une fois attablés, la pression retombe sans qu’on arrive pour autant à regarder ailleurs. Mais j’me force (aussi canon que mon mec soit dans son uniforme) parce que sinon, c’est le meilleur moyen pour se faire choper. « Tu trouves ? On aurait plutôt dit un mec qui venait de s’faire arracher les dents de sagesse. Et puis Lorenzo … j’ai une tête à m’appeler Lorenzo ? ». Mon regard est attiré par les lettres noires sur le gobelet de ma complice et ce rire-là, je l’étouffe contre mon poing. « Pamaera par contre, ça vient de quel pays ? ». En la voyant rougir, j’en conclue qu’elle a juste fait au mieux. « C’est pas grave, il est pas bilingue ton Inseong de toute façon, si ? ». C’est pour ça que l’anglais, j’m’y suis pas risqué. C’est là que Bora a une autre idée pour les faire tourniquer en bourrique, notamment son copain. Je jubile, en oubliant presque le café entre mes mains. Je la regarde taper son sms et m’esclaffe un peu trop fort quand je lis ce qu’elle lui a envoyé. « T’es sérieuse ? Tu lui demandes de t'envoyer un sexto ? Nan mais c’est pas des choses qui se demandent ça ! ». Après chacun sa méthode, moi j’faisais ça plus subtilement. Je jette un coup d’œil à Inseong et trépigne d’impatience de le voir sortir son téléphone quand il le fait enfin. « Oh my god ! Il est en train de répondre ! ». C’était juste à mourir de savoir qu’il était à côté sans qu’il sache qu’on l’observait. « Dis lui que t’as pas de culotte » que j’lui sors de but en blanc. « Bah quoi ? Essaies tu verras ! ».

Pendant qu’elle procède à un débat interne avec elle-même, je dévie mon intention sur mon mocha encore tout chaud qui n’attend que moi. Et puis là, j’viens de me rendre compte de l’erreur : c’est ce que j’commande TOUT LE TEMPS et ça, Yuta le sait. « No … it’s impossible ». Je secoue la tête pour chasser cette idée avant d'en prendre une lampée mais le doute demeure. « J'aurai dû commander autre chose, c'est sûr qu'il m'a grillé avec ça ! ». Sous le regard de Bora, je lui explique : « Je commande toujours la même chose quand je viens ici et là ... j'ai fait pareil j'ai pas pensé à changer ma commande comme toi ! Après tout, j'suis sensé être italien, ça passe non ? »




◊◊◊

do you know ? ♒︎ and if you have a minute, why don't we go talk about it somewhere only we know ? this could be the end of everything so why don't we go somewhere only we know ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AGE : 20 AVATAR : Bae Su Ji (Suzy - Miss A) aka petit boudin perfection T'es moche :) POINTS : 565

NOUS A REJOINT LE : 05/08/2016

MESSAGES : 7221

‹ 365 SO FRESH ☽ MELTED PRESIDENT ›
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t178-park-bo-ra-boraday

Message(#) Sujet: Re: ‹ Café con leche › — ft Yang Noam Dim 24 Sep - 20:29

CAFÉ CON LECHE
FEAT YANG NOAM
Ils sont si cons, et ça les faire rire en plus. Avec un peu de chance, ça amusera leurs deux camarades. Ils font rien de méchant, pas vrai ? Juste une petite étude. C’est aussi leur droit d’en savoir plus sur leurs copains. Enfin pour Noam c’est pas pareil, Yuta il le connait depuis longtemps. Inseong n’est entré dans la vie de la brune que depuis moins d’un an. Alors elle veut savoir de quoi il a l’air quand elle n’est pas là. Les ragots colportée par Minhee, la petite sœur du concerné, ne lui suffisent plus. Elle veut voir. Honnêtement, la brune a jamais été une très bonne actrice, en revanche elle a de l’imagination. La faute à tous ces romans qu’elle ingurgite depuis qu’elle est en âge de les déchiffrer. Les trucs d’espionnages, les couvertures, elle connait, alors elle se donne du mal pour ne pas se faire repérer. Et tant pis si la tentative et pathétique, ça l’amuse, ça la distrait. Hilare, elle laisse enfin échapper un gloussement quand ils s’installent à table, Noam en tête.

Soulagée, elle écoute d’une oreille « Lorenzo » douter sa performance, tout en vidant son quatrième sachet de sucre dans l’américano aussi noir qu’une nuit sans lune. « Pamela ? Des U.S, je dois te faire un dessin ? Ne me dis pas que t’as pas capté la référence ? » Elle prend un air offusquer en mimant une poitrine d’opulence généreuse avec ses mains. L’embarras la rattrape, et elle s’empresse de dissimuler ses joues cramoisies en se concentrant sur son téléphone. « Je lui ressemble pas hein ? » Elle rigole nerveusement en achevant le sms qu’elle a commencé à taper. « Nan, enfin si, il parle japonais, je crois que sa mère est de là-bas. De toute façon je parle pas un mot de japonais, donc je risquais pas de le tromper. » Noam éclate de rire devant son message lorsqu’elle lui tend le téléphone, et elle lui intime le silence en agitant frénétiquement ses mains devant sa bouche. « Shhhhh tu vas nous faire repérer ! » Ils s’affalent sur la table pour essayer de se faire discret, coulant des regards vers le brun en guettant sa réponse. Qui finit enfin par arriver. Cette fois, son visage entier devient rouge. Elle met quelques secondes avant de s’emparer du téléphone pour ne pas donner de doute à Inseong, puis ouvre le message avec avidité, manquant de pouffer. « Yah, c’est crade. Il sait que je ferais jamais ça ! » Ils se regardent en chien de faïence un instant, et la brune finit par capituler. L’idée de l’asticoter ne lui déplait pas tant que ça. Honteuse, elle grimace et s’applique à touiller la mixture avec assiduité pour se donner une contenance.

Ses yeux roulent vers Inseong, occupé à servir une cliente. Une pointe de jalousie secoue la Melted. Elle est jolie, et il lui sourit. Il est beau, c'est probablement ce que cette nana pense en le regardant, c’est à se demander ce qu’une créature pareille fait avec un troll des montagnes tel que Bora. Il n’y a pas à tergiverser, elle ressemble à rien, même avec ses cheveux coupés au carré. Elle s’est encore bouffé les lèvres, et la rougeur de ses joues leurs donnent un effet marbré. La jupe ne suffira pas à féminiser le tableau. « On va pas si bien ensemble, hein ? Il mérite mieux. » Son nez se fronce et elle rit jaune en replaçant une mèche de cheveux sombre sous sa casquette. Un peu trop vite, sans réfléchir, elle pince la paille entre ses lippes et aspire le liquide sans y penser. Immédiatement, le goût sucré et amer du café agresse ses papilles, et la jeune femme lutte contre un haut-le-corps. « J’ai pris un Americano parce qu’il sait que je déteste ça… » Elle geint et grimace de plus belle, dégoutée. « Mais c’est vraiment dégueu, comment on peut boire ça ? » Dépitée, elle fait tourner le gobelet entre ses doigts, fixant le liquide qui tournoie à l’intérieur. En relevant le nez, elle se rend compte qu’Inseong regarde dans leur direction. De loin, il a l’air un peu rouge. Ou bien c’est son imagination ? Toujours est-il que Bora précipite le verre à sa bouche et avale une grande rasade de café noir pour le défaire de ses potentiels soupçons. Un sourire forcé se peint sur ses lèvres et elle réprime une nausée. Trop. Sucré. Quand il détourne le regard, elle recrache sans élégance le liquide dans son contenant. « Alors Lorenzo-sshi. vous avez quelqu’un dans votre vie n’est-ce pas ? Pouvez vous m’en dire plus sur votre idylle, je suis curieuse, tout comme nos auditeurs. » Lança soudain Bora en lui tendant son poing en guise de micro.                      








◊◊◊



god helps anyone who
disrespected the queen


han ja ruining my life through years:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AGE : 21 AVATAR : kim taehyung (v ; bts) POINTS : 976

NOUS A REJOINT LE : 09/08/2016

MESSAGES : 7279

MODETTE DOUCE ✺ LITTLE YANG BROTHER — I'M DUMBER ❥ UP TO THE LAST DROP
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t126-yang-noam-noamasorusrex En ligne

Message(#) Sujet: Re: ‹ Café con leche › — ft Yang Noam Sam 21 Oct - 18:48

CAFÉ CON LECHE
FEAT PARK BORA
« Pamela Anderson si mais Pamera, ça vient d’où ? ». Je la taquine sur son accent qui a décidé de ressurgir au mauvais moment mais ça a pas eu l’air de choquer Inseong plus que ça, faut croire que des Pamera, il en croise pas souvent. Ce qui est plutôt un avantage pour nous. Pour l’instant du moins. Peut-être qu’au final, on est pas si mauvais que ça et qu’on venait de se découvrir une carrière dans l’espionnage. Pour ce qui est jouer les doublures, c’était encore à revoir. « Non tu lui ressembles pas, du tout même mais c’est pas forcément une mauvaise chose. C’est pas tellement un exemple de beauté ». C’est vrai qu’à une époque, elle faisait fantasmer tous les hommes dans son maillot de bain rouge mais aujourd’hui, les standards avaient changé. Mais faut croire que c’est un truc de filles de toujours se comparer aux autres même aux filles qui leur ressemblent ni de près, encore moins de loin.

La conversation dévie rapidement sur le plan 2.0 que Bora est en train de mettre en place avec Inseong alors qu’il se trouve seulement à quelques mètres de nous. J’avoue, je pensais pas rigoler si fort mais j’ai rien contrôler. Mon self contrôle s’était fait la malle en lisant le sms qu’elle venait d’envoyer à son copain. Je décide de lui proposer autre chose un peu plus risqué et après avoir perdu son air de tomate, elle finit par céder et tape les quelques mots que je lui dicte. J’avais tellement hâte qu’il le lise mais si je continue à regarder dans sa direction trop longtemps, l’effet ne sera pas vraiment celui escompter alors je détourne les yeux sur le panneau en face de moi, où sont listés les cafés du moment. Je reconnais l’écriture de Yuta et ça me fait sourire comme un crétin. Une partie de moi voudrait mettre un terme à tout ça pour pouvoir l’observer en toute impunité (même s’il trouverait le moyen de me traiter de crétin, j’en suis sûr) mais l’autre partie a envie d’aller le plus loin possible dans ce petit jeu. Lorenzo n’allait pas rentrer chez lui de sitôt.

Bora me tire de ma transe avec une petite voix triste. Je tourne la tête vers le comptoir pour comprendre d’où lui vient cette soudaine constatation quand j’aperçois la jeune femme qu’il est en train de servir. « Et alors ? Ça fait quoi si vous êtes pas assortis ? Il t’aime, tu l’aimes, c’est tout ce qui compte. J’suis sûr qu’il s’en fiche aussi et qu’être avec toi, c’est tout ce qui lui importe. Tu devrais arrêter de te dire ce genre de chose et tu verras que ça ira mieux ». Pour appuyer mes paroles, le portable s’éclaire pour lui signaler l’arrivée d’un nouveau message. C’est Inseong qui répond et suffit de voir la teinte cramoisie que prennent ses joues pour avoir des preuves. « Tu vois ! ». J’avale une gorgée de ma boisson qui commence doucement à tiédir entre mes doigts avant de réaliser mon erreur. J’en fais part à Bora qui elle, a pensé à pousser le jeu jusque dans les moindres détails. Ma gourmandise me perdra …

Je pousse mes lunettes un peu plus vers le haut de mon nez en priant pour que mon accoutrement me soit encore un peu utile tandis que j’observe Bora se torturer avec son café mal dosé. « Te rends pas malade, manquerait plus que tu nous claques entre les doigts ». J’écarte le gobelet loin d’elle, l’oubliant au loin ainsi que ses préoccupations, une Bora plus amusée surgissant. La voilà reporter ! « Et bien ma chère Pamera, je suis actuellement sur le lieu de son travail mais comme vous le voyez, ma tenue est loin d’être habituelle. Je suis là en mission d’infiltration. Pour l’instant, nous la menons avec succès mais je crois qu’il serait temps de pimenter un peu le jeu ». Je sors deux billets de ma poche et les fait glisser sur la table jusqu’à elle. « Cap ou pas cap d’aller nous commander des trucs à manger ? Et bien sûr, arrange toi pour que soit Inseong qui reprenne ta commande. P.A.M.E.L.A ! ».





◊◊◊

do you know ? ♒︎ and if you have a minute, why don't we go talk about it somewhere only we know ? this could be the end of everything so why don't we go somewhere only we know ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AGE : 20 AVATAR : Bae Su Ji (Suzy - Miss A) aka petit boudin perfection T'es moche :) POINTS : 565

NOUS A REJOINT LE : 05/08/2016

MESSAGES : 7221

‹ 365 SO FRESH ☽ MELTED PRESIDENT ›
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t178-park-bo-ra-boraday

Message(#) Sujet: Re: ‹ Café con leche › — ft Yang Noam Jeu 26 Oct - 17:49

CAFÉ CON LECHE
FEAT YANG NOAM
Il insiste sur le Pamela, et Bora doit le fixer un long moment pour comprendre la nuance. R. L. Tout ça c’est si conceptuel. Son menton se soulève pour cacher son embarras derrière un masque de dédain. Au moins, c’est original. En effet, elle ne ressemble pas à Pamela Anderson. C’est pas nouveau. Avec son corps d’adolescente, on est loin de la pulpeuse américaine. « Peut-être que je devrais me teindre en blonde ? » qu’elle hasarde en tirant une mèche pour la contempler un instant, ignorant la remarque du Yang. Un rictus déforme ses lèvres à cette idée, et elle a bien du mal à s’imaginer avec une crinière claire. C’est déjà compliqué de s’habituer à sa nouvelle coupe courte.

Un moment, le silence tombe, religieux. Bora a le regard fixé sur son téléphone, guettant une réponse à son sms précédent. Si honteux… et s’il n’aime pas ça ? Au fond d’elle, elle devine que c’est irrationnel. Inseong est loin d’être aussi prude qu’il ne le laisse imaginer, ce qui à son sens est assez surprenant. Lorsqu’elle y repense, elle n’aurait pas parié sur son côté taquin quand elle l’a rencontré la première fois. Drôle de type. Il avait bien ce petit côté pervers, à la prendre en photos à son insu. Mais elle a vite compris qu’il n’en est rien. Il devient hardi quand il a son appareil entre les mains, et c’est son œil de photographe qui parle. C’est une des facettes que la brune apprécie le plus chez lui. Le Inseong passionné. Rêveuse, elle prend conscience qu’elle a levé les yeux pour fixer le barista, et elle se détourne à la hâte, horrifiée à l’idée qu’il puisse l’avoir remarquée. Elle suit du regard la femme qui vient de quitter le comptoir, un brin jalouse de sa démarche altière – et accessoirement du Caramel Macchiato qu’elle tient. Noam ne manque pas l’occasion de la contredire sur ses craintes. Il a raison, c’est une certitude. Mais c’est dur parfois, de passer outre ses complexes qui nous habite depuis tant d’année. « Merci. » Un grognement s’échappe ; intérieurement, elle se répète ses paroles. Il t’aime, tu l’aimes. Et si un jour le Yoo arrête de l’aimer justement ? Qu’est-ce qu’elle fera ?

Bora ravale la boule qui se forme dans sa gorge quand son téléphone vibre. Elle laisse quelques secondes s’écouler pour ne pas éveiller les soupçons, mais n’y tenant plus, elle finit par poser son sac sur la table pour cacher le cellulaire et lire le message. Ses joues commencent à chauffer instantanément devant la réponse, tandis que son visage entier se pare d’une teinte carmin. Si gênant. Un sifflement passe entre ses dents alors que ses doigts impatients se pressent d’écrire une réponse. Noam en profite pour éloigner la mixture immonde qu’elle s’est concocté loin d’elle. « ça serait pas si mal, il viendra peut-être me faire du bouche à bouche. » Son regard coule une nouvelle fois vers le comptoir. Inseong a disparu derrière le percolateur et c’est Yuta qui a pris sa place derrière le comptoir. Il sert un couple, un gobelet dans une main, son marqueur noir dans l’autre. Reprenant le cours du jeu, la voilà qui se transforme en reporter. Au bout de son « micro », le Yang répond à ses questions avec enthousiasme. Ses lèvres s’écartent pour poser une nouvelle question, mais ses yeux tombent sur les billets que le jeune homme a fait glisser jusqu’à elle. Bora hésite, son regard passant de l’argent à son interlocuteur, et elle reprend son poing d’un air boudeur. « C’est un jeu dangereux Lorenzo-sshi. » Qu’elle déclare en fourrant les rectangles de papier dans sa poche. « Deal, puisque c’est toi qui offre. Et arrête de te la péter l'américain, L et R c'est pareil. » Ironique, elle se lève avec précaution, replaçant sa casquette sur ses mèches sombres. « Qu’est-ce que tu prends ? » Sa commande en tête, la jeune femme se dirige vers la file. Elle compte en silence les clients devant elle pour tomber pile sur Inseong quand son tour sera venu, comme l’a demandé son compère. Arrivé devant le comptoir, elle garde volontairement la nuque archée, mimant de contempler les pâtisseries pour dissimuler son visage. « One muffin tchocolaïte-tcheesucake et one piece of the carrotcake pleasu. » Sa voix tremble affreusement. Le brun entreprend de répondre à sa commande, alors que la Melted risque un oeil en sa direction. Il a l’air déconfis, et elle ne peut s’empêcher de constater que son téléphone est posé sur le comptoir. Il doit avoir vu sa réponse sans avoir pu la lire encore. Hilare, elle baisse le menton aussitôt qu’il se reconcentre sur elle, et glisse les billets sur le comptoir pour régler. Il l’a remercie en lui glissant le sachet entre les mains, et leurs doigts s’effleurent. Raide comme un piquet, elle sursaute et file droit vers Noam. « Putain je crois qu’il sait que c’est moi ? On aurait dit qu’il me caressait la main quand il m’a filé le sac ! » Qu’elle chuchote en s’installant précipitamment, manquant de tomber de sa chaise.








◊◊◊



god helps anyone who
disrespected the queen


han ja ruining my life through years:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AGE : 21 AVATAR : kim taehyung (v ; bts) POINTS : 976

NOUS A REJOINT LE : 09/08/2016

MESSAGES : 7279

MODETTE DOUCE ✺ LITTLE YANG BROTHER — I'M DUMBER ❥ UP TO THE LAST DROP
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t126-yang-noam-noamasorusrex En ligne

Message(#) Sujet: Re: ‹ Café con leche › — ft Yang Noam Sam 9 Déc - 12:51

CAFÉ CON LECHE
FEAT PARK BORA
C’est un petit défaut qu’il a, de corriger l’accent des gens qui s’essaient à cette langue d’outre-mer. Il y fait pas vraiment attention, c’est comme un tic qu’il a mais c’est pas méchant, il y fait pas gaffe, c’est son âme d’américain qui parle, ses souvenirs de gamin à sillonner les allées de Los Angeles avec son vélo en regardant derrière lui si Leo le suivait toujours, à chamailler avec ses sœurs dans le jardin ou à observer les nuages avec Ingrid, en se demandant d’où lis venaient, où ils allaient, à quoi ils ressemblaient. Ça lui manque un peu ce jeu-là, ce jeu enfantin qui prenaient fin quand le soleil se couchait. En sortant d’ici, il demandera à sa frangine si elle veut pas se poser avec lui dans l’herbe et prétendre qu’ils ont encore cinq ans. Bora le ramène en 2017, à Séoul, dans le café où ils ont eu la brillante idée de ce canular, leurs copains pris pour cible. Finalement, il peut encore jouer à des jeux débiles mais qui le font bien rire avec sa complice du jour. « Pas sûr que le blond t’aille vraiment » qu’il dit en fixant la mèche de cheveux entortillée entre les doigts de son amie, « tu vas te retrouver chauve avant d’avoir 30 ans si tu commences à les décolorer. Le brun te va mieux. T’as déjà eu les cheveux courts ? » qu’il lui demande en changeant de conversation, oubliant totalement le pourquoi de leur présence ici, entre les douces odeurs du café et les discussions des autres clients.

Bora et lui redeviennent ces deux amis qui bavardent de tout et de rien, de leurs déboires d’adultes encore adolescents, des cours, de la fac, de la vie en elle-même qui file trop rapidement pour qu’ils aient le temps de l’apercevoir réellement. Ils en viennent à parler d’amour et même si Noam a l’air de l’engueuler en lui disant d’arrêter de douter, qu’Inseong l’aime, il la comprend Bora. Combien de fois il s’est posé la question, combien de fois il s’est demandé s’il était la bonne personne pour Yuta, s’il avait tout pour le rendre heureux. Les doutes, ils y peuvent rien parce qu’ils veulent donner le meilleur à chaque fois mais que même le meilleur parait ridicule pour combler les personnes qu’on aime. Noam il se dit que c’est jamais assez ce qu’il donne à Yuta, qu’il aimerait lui donner des milliers de fois plus mais il est encore maladroit avec tout ça, avec cette belle « maladie » qui infecte ses émotions, ses sentiments et fait de tout ça un bordel sans nom qu’il contrôle pas toujours. Mais c’est ça l’amour qu’il se dit, c’est de se dire que de pas avoir toujours les réponses, c’est pas grave.

Les sujets sérieux laissent place à ceux enfantins, leurs âmes d’enfant revenant sur le devant de la scène, comme prêtes à tout retourner dans la pièce. Il se dit qu’elle lui fera payer, de tenter le diable comme il lui demande de le faire mais après tout, ils sont venus là pour jouer, pas pour rester sagement assis à regarder le fond de leurs gobelets, à attendre que les boissons refroidissent. Alors d’un air plutôt fier, il ne trouve qu’à rire aux remarques de sa camarade qui descend de son grand tabouret pour aller se jeter dans la gueule du loup. Elle aurait préféré les bras de son copain mais ça, ce sera pour plus tard. Il observe la jeune femme en étouffant ses ricanements contre son poing, oubliant lui aussi son mocha précédemment commandé. En oublie la chantilly, les saveurs de chocolat qui se mélangent à celles du café. Il se concentre sur Bora jusqu’à ses yeux croisent ceux de Yuta. Il sent le rouge le prendre aux joues et se retourne un peu trop vite pour que ça semble naturel. Il est cuit qu’il se dit, encore plus quand Bora revient en s’exclamant entre ses dents serrées que Inseong la reconnue. Définitivement quand en ouvrant le couvercle de son gobelet, il aperçoit une double dose de crème blanche. Un coup d’œil rapide par-dessus son épaule et ce sourire qui lui fait comprendre que ce soir, ça va être sa fête. Et pas forcément comme il aimerait. Crispé, il attire Bora contre lui et marmonne la mâchoire tremblante sous un rire nerveux : « j’crois que t’as raison, on est repérés … ». Il retient la brune de tomber de sa chaise quand elle s’y installe à nouveau et tous les plans qu’ils avaient élaboré en cas de foirage total du premier, se font la malle de sa cervelle. Il oublie les issues de secours, les échappatoires pourtant si bien rôdés. « Well …  puisqu'on a signé notre arrêt de mort, autant manger notre repas du condamné » qu’il plaisante en déballant les deux sucreries devant eux. « De toute façon, on a plus trop de le choix : soit on continue de faire comme si notre couverture était intacte et ils vont croire qu’on les prend pour des cons – si c’est pas déjà fait-, soit on s’arrête là. Dans tous les cas, on va en prendre pour notre grade. Une dernière volonté avant la sentence ma chère Pamera ? ».





◊◊◊

do you know ? ♒︎ and if you have a minute, why don't we go talk about it somewhere only we know ? this could be the end of everything so why don't we go somewhere only we know ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AGE : 20 AVATAR : Bae Su Ji (Suzy - Miss A) aka petit boudin perfection T'es moche :) POINTS : 565

NOUS A REJOINT LE : 05/08/2016

MESSAGES : 7221

‹ 365 SO FRESH ☽ MELTED PRESIDENT ›
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t178-park-bo-ra-boraday

Message(#) Sujet: Re: ‹ Café con leche › — ft Yang Noam Sam 16 Déc - 14:46

CAFÉ CON LECHE
FEAT YANG NOAM
C’est un drôle de gars Noam. Bora peut pas s’empêcher de ce dire qu’il a une saveur unique. Elle a du mal à l’imaginer de mauvais poil. Autant Yuta et Inseong le sont 360 jours par an, les cinq jours restant étant Noël, leur anniversaire et les quelques jours où ils n’ont pas besoin de se lever de leur lit. Bien sûr elle exagère, mais à peine. Faut croire que c’est son truc à Bora, les tsundere ronchons. D’ailleurs quand on y pense, les deux baristas se ressemblent bien plus qu’ils ne veulent bien l’admettre. Noam lui, c’est l’opposé. Toujours perché, toujours enthousiaste. La Melted l’envie un peu. Elle sait pas vraiment où se situer dans l’affaire. A mi-chemin entre les deux extrêmes probablement. Toujours est-il que ses sorties avec le Yang lui plaisent parce qu’elle ne s’ennuie jamais. Ils plaisantent, papotent comme deux vieux potes, comme s’ils se connaissaient par cœur. Elle se sent libre de faire l’idiote et de poser des questions connes, parce que lui, il ne trouve jamais aucune question conne, sauf celles auxquelles on peut pas répondre. Il est l’image idéale de l’ami d’enfance, et ça a pas vraiment d’importance pour elle, qu’ils se connaissent pas vraiment depuis qu’ils sont gosses, mais plutôt l’adolescence. Il rouspète devant ses considérations capillaires, arguant contre le blond. Bora lâche ses cheveux pour les laisser retourner chatouiller sa gorge. « Non c’est la première fois que je les coupe si court. J’avais envie de faire un truc fou. » ça a pas l’air dingue comme ça, mais pour la petite brune, couper ses éternelles boucles ébènes, c’était une épreuve qu’elle n’est pas peu fière d’avoir passée.

Elle hésite pas à lui faire part de ses doutes. Dans le fond c’est un peu le seul qui comprend vraiment. Inseong, il déteste quand elle fait ça. Il lui reproche à chaque fois ses insécurités, il comprend pas. Et Bora elle comprend parfaitement pourquoi, parce que quand lui-même fait états de ses incertitudes, elle les réfute de la même manière. C’est dur d’être sûr de soi quand on aime, et on a beau assurer à l’autre qu’il pourra rien faire de plus pour nous combler, appliquer le même résonnement à soi-même est pratiquement impossible. Puis Bora, elle est pas sans être marquée par ses histoires d’avant, qui lui ont trop souvent filés entre les doigts alors qu’elle était encore bien trop amoureuse. L’idée que la bulle puisse éclater à nouveau parce qu’elle n’est pas à la hauteur la pétrifie. Peut-être qu’il lui faudrait être plus prudente, sûrement devrait-elle s’attacher moins vite, moins fort. Mais Bora, elle a tellement envie de croire que cette fois c’est la bonne, et elle est tellement heureuse avec Inseong, qu’elle n’a pas envie d’avoir ce genre de doutes.

Chassant ses considérations trop peu réjouissantes, ils en reviennent bien vite au jeu initial, et Bora se laisse tenter par le défi. Ce n’est qu’en revenant avec la commande qu’elle prend conscience de l’idiotie de leur plan. Evidemment qu’il l’a reconnu. Comment pourrait-il en être autrement ? C’est pas comme si une casquette suffisait à dissimuler ses cheveux indiscipline, sans parler du reste de son visage, sa taille, sa voix. Ils sont grotesques, et c’est presque ce qui les fait le plus rire. Elle se tourne vers Inseong, suivant le regard de Noam qui s’est lui aussi dirigé vers le comptoir. Ils semblent les fixer. Ses joues n’en rosissent que davantage lorsqu’elle croise les orbes obsidienne du grand brun. Son expression est indéchiffrable – comme souvent en réalité. Est-ce qu’il serait fâché pour ça ? C’est bon enfant après tout, ils n’ont fait que venir se rincer l’œil… Sauf peut-être si on prend en compte les quelques sms échangés… Noam la rattrape quand, perdue dans ses divagations, elle manque de dégringoler de sa chaise en cherchant à s’y assoir. Lui-même se montre déjà pessimiste en dévoilant les pâtisseries. Bora arbore une moue boudeuse, un peu déçue quand même de constater qu’elle ne sera sûrement jamais une bonne enquêtrice comme Sherlock Holmes. Elle était pourtant prête à changer de vocation un instant plus tôt. Finalement le journalisme semble être une meilleure option. Piquant dans son gâteau du bout de la fourchette, elle enfourne le morceau en écoutant son comparse énumérer leurs solutions. « On peut aussi s’enfuir, changer de pays ? Quelques par où ils ne nous retrouveront pas ? » Qu’elle suggère la bouche pleine, la nuque frémissante comme si le regard d’Inseong était toujours fixé sur elle. « Tu m’emmènerais bien en Italie Lorenzo ? J’adore les pizzas tu sais, et les macchiato seront autrement meilleurs qu’ici par vrai ? » Son index dédaigneux se pose sur le couvercle de son Americano, et ses lèvres se retroussent avec dégoût. En réalité, elle doute que son propre copain ne lui reproche quoi que soit de sérieux. Il va sans doute râler oui, mais rien d’inhabituel, et rien qu’elle ne puisse gérer de quelques baisers tendres et un regard papillonnant. Il pourra toujours s’en servir pour obtenir autre chose qu’elle ne lui aurait de toute façon pas refusé vue la teneur de leurs textos. « Mais quoi, Yuta va te tuer tu crois ? Il va se fâcher ? Désolée si j’avais su je t’aurais pas entrainé là-dedans... »






◊◊◊



god helps anyone who
disrespected the queen


han ja ruining my life through years:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AGE : 21 AVATAR : kim taehyung (v ; bts) POINTS : 976

NOUS A REJOINT LE : 09/08/2016

MESSAGES : 7279

MODETTE DOUCE ✺ LITTLE YANG BROTHER — I'M DUMBER ❥ UP TO THE LAST DROP
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t126-yang-noam-noamasorusrex En ligne

Message(#) Sujet: Re: ‹ Café con leche › — ft Yang Noam Dim 14 Jan - 17:12

CAFÉ CON LECHE
FEAT PARK BORA
Noam il peut pas dire qu’il ait beaucoup d’amies avec un « e » à la fin du mot. En vrai, à part Mimi, il en avait quasi jamais étant gosse. Ingrid e Robyn lui suffisaient et en grandissant, il avait pas vraiment trouvé l’importance d’en avoir. Pour lui, les vrais amis se comptent sur les doigts d’un main, c’est pas la quantité qui compte mais plutôt la qualité. Ça aussi c’est un truc que son père lui a toujours répété ; à bosser dans un milieu de rapaces, il faisait pas confiance à beaucoup de gens mais comme il le dit, ça lui avait permis de comprendre qui serait toujours là pour lui malgré les galères. Alors ses amis là, papa lui a toujours dit qu’il fallait en prendre soin parce qu’on en croise pas dans la rue tous les quatre matins. Alors Noam il s’y accroche, encore plus depuis la fois où il a failli perdre tout le monde. Ses frangins, son copain et Mimi. Ils lui avaient pardonné d’être parti loin sans rien expliquer à personne. Mais Noam il avait besoin de ça pour comprendre tout ce qu’il avait à perdre. Il avait déjà tout mais il avait besoin de prendre du recul pour vraiment en saisir l’importance.

Et il se dit que Bora, malgré son passif avec Yuta, elle fait un peu partie de ces amis qu’il a pas envie de perdre. Noam il a jamais eu besoin de faire semblant d’être un autre et c’est peut-être pour ça qu’il avait peu d’amis mais sa mère lui a toujours dit qu’il était à prendre ou à laisser comme il était. Alors depuis, c’est resté dans un coin de sa tête. Et Bora, elle l’accepte comme il est, elle rentre même dans ses délires, y participe avec un engouement qu’il aurait jamais cru trouver ailleurs qu’en lui-même. Il est content d’être tombé sur ce vieil appareil photo qui lui appartenait. Même s’il se dit qu’un jour ou l’autre, leurs routes auraient fini par se croiser. Et il est sûr qu’ils auraient fini au même endroit, à jouer les espions du dimanche pour épier leurs copains respectifs dans leur milieu naturel. Il rigole Noam, se dit qu’il aurait dû apporter sa caméra ou du moins, en planquer une sous sa casquette pour filmer leur escapade. Mais il est pas vraiment certain que le coup de la caméra cachée remporterait un grand succès auprès de tout le monde. Bora ça l’aurait sûrement emballée mais pour ce qui est des deux autres acteurs de leur petit manège … Il chasse cette idée saugrenue pour se concentrer une fois de plus sur ce qui se passe autour d’eux. Il leur fallait trouver d’urgence un nouveau plan avant que l’un des deux ne se décident à venir les voir pour les démasquer et mettre fin à leur jeu. C’est dommage qu’il pense Noam, d’avoir duré si peu de temps. Mais ça lui confirme qu’en tant qu’agent secret, il est vraiment nul. Mais c’est pas pour autant qu’il arrêtera. La maîtrise vient avec l’entrainement !

Mais bon, ça résout pas vraiment leur problème imminent. « Changer de pays serait une option mais j’suis pas sûr d’avoir mon passeport à jour. Et toi ? ». A la moue qui tord de la visage de la brune, ils avortent le plan de prendre la poudre d’escampette et puis pas sûr que Yuta lui pardonne encore une fois de partir sans prévenir et sans lui. Alors plutôt, il enfourne un grand morceau de pâtisserie, se donne l’air de réfléchir alors qu’il mâchouille la douceur. Mais y’a rien qui traverse son esprit, juste les paroles que Yuta allait probablement lui servir ce soir. « Y’a bien la chirurgie esthétique sinon ? j’ai toujours voulu ressembler à Michael Fassbender ! ou à l’autre acteur dans x-men là … ah ! James McAvoy ! ». Avec des gueules pareilles, il aurait peut-être plus de chance de percer dans le cinéma, même si c’est pas en tant que réalisateur. Là il serait carrément d’accord pour passer devant ! Mais il oublie toutes ses idées u peu ridicules quand il entend Bora s’inquiétait de son sort. Il ne peut s’empêcher de rire, d’être touché même. « Mais non t’en fais pas ! Il m’aime trop pour vouloir attenter à ma vie. Non il va juste me le faire payer … à sa manière ». Et là, le rouge s’empare de son visage parce qu’il sait très bien Noam, ce que ça risque d’impliquer. Alors il change vite de sujet pour faire passer son soudain rougissement pour un coup de chaud impromptu. « Au fait, il a répondu Inseong à ton sms ? Vu qu’aucun des deux n’est venu nous virer ou nous engueuler, tu veux pas qu’on continue pour voir jusqu’où il serait capable d’aller ? Si tu veux, je me sacrifierai pour faire diversion avec Yuta si jamais ça devient trop ... pressé » qu’il ajoute en haussant les sourcils de manière soutenue. « Depuis que t’as parlé de pizza, j’ai envie d’en manger … sinon on les laisse et on va se manger un morceau ? ». Tant pis s'il est même pas encore 17h.





◊◊◊

do you know ? ♒︎ and if you have a minute, why don't we go talk about it somewhere only we know ? this could be the end of everything so why don't we go somewhere only we know ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AVATAR : El kookito POINTS : 882

NOUS A REJOINT LE : 09/08/2016

MESSAGES : 6788

MELTED VICE-PRÉ ☼ SHOT SUPERNOVA
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t129-lee-yuta-everything-is-grey En ligne

Message(#) Sujet: Re: ‹ Café con leche › — ft Yang Noam Dim 14 Jan - 17:25

@Yang Noam a écrit:
Non il va juste me le faire payer … à sa manière ». Et là, le rouge s’empare de son visage parce qu’il sait très bien Noam, ce que ça risque d’impliquer. Alors il change vite de sujet pour faire passer son soudain rougissement pour un coup de chaud impromptu

si tu savais

edit : et nn je pouvais pas com sur skype. skype aspire mon âme et m'éloigne de mon objectif rp tmtc
jtm

◊◊◊

†you see the best of me and you're making me believe that i'm somebody special. i've been losing myself but lately, you got me thinking maybe i got potential to be somebody special  you know.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
AGE : 20 AVATAR : Bae Su Ji (Suzy - Miss A) aka petit boudin perfection T'es moche :) POINTS : 565

NOUS A REJOINT LE : 05/08/2016

MESSAGES : 7221

‹ 365 SO FRESH ☽ MELTED PRESIDENT ›
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t178-park-bo-ra-boraday

Message(#) Sujet: Re: ‹ Café con leche › — ft Yang Noam Dim 21 Jan - 18:56

CAFÉ CON LECHE
FEAT YANG NOAM
Y a des après-midis comme ça, que Bora voudrait jamais voir se terminer. Des petits moments très simples, juste confortable. Assis à une table dans un café choisi au hasard - ou pas, comme aujourd'hui - à papoter de tout, mais surtout de rien. Elle finit par penser que finalement rien n'a d'importance à part ces instants-là, ces petits bouts de néant dans une vie, mais qui contribuent tellement à la rendre meilleure. Qu'importe le désastre de leur expédition, dans le fond, tout le monde savait que c'était une idée pourrie. Pourrie mais drôle à lui en arracher un sourire qui ne disparait pas. Même pas besoin de forcer. Jamais besoin de masque quand ils sont là. Noam, Yuta, Ja, Inseong, enchanteurs capables de faire fleurir des rires au bout de ses lèvres, induisent l'amnésie. Elle le dira pas Bora, ou peut-être à demi-mot, des phrases un peu détournées, comme si ça pouvait les gêner de l'entendre. Mais ils comptent. Chaque jour depuis qu'ils sont entrés dans sa vie, ils ont compté. Et ça continuera. Noam continuera d'être son partenaire de conneries, son alter-ego en blague de couple vaseuse et en confessions intimement amoureuse, brutalement étalée sur le bois de la table sans hésitations. Lui il comprend, il sait comment rassurer, expliquer. Conseils avisés du mentor en romance, habitué des dédales d'un cerveau passionné. Ils jouent comme deux gamins pressés de tester des limites pour mieux les repousser. Et ils savent qu'ils sont démasqués, et ils continuent quand même, désespérés de voir l'aventure se terminer trop vite. Jusqu'à se leurrer eux même. Ignorer le regard lourd de sens que jette Inseong en sa direction chaque fois qu'elle tourne la tête en gloussant, avant de se retourner précipitamment vers Noam. Avertissement ou dépit, elle ne saurait le dire sans croiser ses pupilles, mais elle prend le parti d'en rire. Ils ne font rien de mal, au contraire. Ils taquinent, flirtent tendrement. Et si ça leur permet d'être au plus près de leur moitié, ça leur suffit amplement.

Deux agents secrets ratés qui cherchent à présent une échappatoire à leur sentence. S'expatrier n'est pas une option. « J'ai même pas de passeport. » Grimace à demi dissimulée par un rire désabusé de la gamine qui n'a jamais voyagé. Si ce n'est au travers des divers récits de Noam ou d'un autre. De concert ils enfourne un morceau de gâteau, les réduisant au silence le temps d'une réflexion factice. Nouvelle idée rocambolesque qui fait glousser Bora. « Faisons ça ! Avec un peu de chance ils me feront un prix si je prends une mammoplastie en plus ? J'ai toujours rêvé d'avoir des seins comme Pamera. Et parait que les garçons adorent. Enfin c'est pas à toi que je vais demander, on peut pas dire que Yuta soit gâté sur ce plan… mais je suppose qu'il a d'autre qualité. » Regard appuyé vers l'ex-petit ami en question, toujours obstinément plongé dans le noir de ses cafés. La remarque suivante rehausse lentement ses sourcils, alors que ses prunelles dubitatives coulent lentement vers son compagnon, le menton dans le creux de la main dans l'archétype de la critique silencieuse. « Je ne veux pas savoir de quelle manière tu parles. Never. Ever. » Le courroux aux font de ses orbes d'obsidienne, et le met en garde de ne rien dire de plus. Yuta c'est l'amour de jeunesse, un souvenir de cerisier en fleur, de main qui s'enlacent et ça s'arrête là. L'oubli à ses limites et elles sont atteintes quand Bora essaye d'intégrer l'idée que lui aussi a grandi. Concept qu'elle n'a aucun mal à admettre pour sa part, lorsque ses doigts avides reprennent possession du téléphone à la remarque de son vis-à-vis. Effectivement, il a répondu, probablement alors qu'elle retournait à table avec sa commande. Un sourire étire le coin de sa lèvre, et tapote d'un geste pressé une réponse sur le même ton. « ça ira merci. Pour la diversion je veux dire. Ça serait terriblement inapproprié et c'est mon café préféré, je tiens pas à devoir en changé. » Elle soutient son regard, le menton haut. « Tu es sûr de vouloir laisser ton amoureux avec mon mec horny as fuck parce que je viens de le chauffer par sms à ta demande ? Courageux Yang Noam. Qualité que je ne partage pas. Je dois le surveiller maintenant. » Pour autant elle tapote sur son téléphone pour chercher un numéro dans son carnet d'adresse et le temps à Noam. « On peut toujours se faire livrer la pizza ici. Tiens, commande ce que tu veux, c'est moi qui offre cette fois. »





◊◊◊



god helps anyone who
disrespected the queen


han ja ruining my life through years:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AGE : 21 AVATAR : kim taehyung (v ; bts) POINTS : 976

NOUS A REJOINT LE : 09/08/2016

MESSAGES : 7279

MODETTE DOUCE ✺ LITTLE YANG BROTHER — I'M DUMBER ❥ UP TO THE LAST DROP
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t126-yang-noam-noamasorusrex En ligne

Message(#) Sujet: Re: ‹ Café con leche › — ft Yang Noam Dim 4 Fév - 19:27

CAFÉ CON LECHE
FEAT PARK BORA
« J'ai même pas de passeport ». En plus de faire de mauvais espions, en tant que fugitifs, ils seraient vraiment pathétiques. Ils pourraient toujours s’en aller dans une autre ville si la situation l’exigeait mais le pays est pas très grand et il doute que s’éloigner de quelques kilomètres ne leur garantiront pas la sécurité recherchée. Et puis leur fuite reste hypothétique, ils en sont pas vraiment à se demander si le mieux serait de faire profil bas dans une grande ville pour se fondre dans la foule grondante ou bien de s’isoler dans un petit village reculé du paysage urbain. Puis Noam lui, il a son passeport. « Sache que j’apprécie ton sacrifice » qu’il déclare d’un ton solennel, sa main posée sur l’épaule de sa complice. Il a le regard lointain, faignant la larme à l’œil comme l’acteur amateur qu’il est, se rappelant des deux trois conseils qu’Ingrid lui avait donné. Mais son naturel le rattrape et c’est dans les rires qu’il finit par faire comprendre à Bora que ça lui viendra jamais à l’idée de la trahir. Il est pas comme ça Noam, il est même le genre de gars qui plonge pour les autres, qui s’accuse avant les autres. A l’école, à la maison, il était toujours le premier à dire que c’était de sa faute, que c’était lui le responsable. Et puis encore une fois, tout ça reste hypothétique. Si ça devait lui arriver, il sait pas vraiment ce qu’il serait capable de faire. Discrètement, il marmonne les dents serrées une sorte de formule magique que Mamie et Maman lui avaient appris pour ne pas attirer le mauvais œil et superstitieux comme il est, il appliquait l’incantation au pied de la lettre, trop soucieux qu’un truc lui tombe sur le coin de la tronche ou pire.

Comme pour chasser cette idée stupide, son visage se tord d’une grimace avant de se vêtir à nouveau d’une belle risette quand une fois de plus, il part avec Bora dans un délire sans fin. C’est pour ça qu’il aime passer du temps avec Bora, parce qu’avec elle, il peut partir dans des schémas farfelues, balbutier des fantaisies à longueur de temps sans qu’elle le regarde comme venu d’ailleurs ou qu’elle lui dise de se taire. « Non on peut pas vraiment dire que ce qui m’a plu chez lui, c’est sa poitrine ». Il a déjà eu une relation avec une fille mais c’était pas parce qu’il avait des sentiments pour elle ou qu’elle l’attirait physiquement. Il aurait pas dû faire ça et encore aujourd’hui, malgré les explications et les excuses, ça le pèse. Il a été un connard avec cette fille mais il pourra jamais réécrire l’histoire. Mais il garde ça pour lui, se contente de sourire à Bora en lui répondant : « T’en fais pas, je le gâte avec autre chose ». Diversion, il agite ses sourcils avec un sourire taquin sur le bout des lippes avant de laisser son hilarité exploser devant la moue offusquée de Bora qui lui conjure de ne pas en dire plus alors il rigole seul dans son coin avant de se rendre compte que s’ils voulaient rester discrets, c’était définitivement foutu. Mais tant pis, maintenant leur couverture, c’est plus trop de ça dont il se préoccupe.

Nouvel éclat de rire qu’il rattrape à la volée, étouffe contre son poing. « Au cas où tu l’aurais oublié, ils peuvent pas se supporter alors même sur le point de l’implosion, ça m’étonnerait que ton mec se serve du mien pour défouloir. Ils peuvent déjà pas supporter de respirer à côté de l’autre alors se toucher … Mais j’disais ça pour toi, tu sais pour … ajouter un peu de piment ». Pourquoi ils en sont venus à parler de ça déjà ? Noam, il en est pas trop sûr, pas sûr non plus qu’il ait vraiment envie de remonter la conversation alors il profite de l’offre de Bora pour détourner le sujet, espère même qu’elle ne rebondira pas là-dessus. « Oh tu viens de prononcer LE mot magique ! ». La pizza, c’est presque une religion chez les Yang et personne ne loupe une occasion de s’en régaler. Et vraiment, ce serait un déshonneur de la part de Noam de refuser une invitation pareille. « Mais attends, tu crois qu’on peut se faire livrer ici ? J’veux dire, on risque pas de se faire virer parce que la bouffe vient d’ailleurs ? ». Ils se regardent, calculent les probabilités avant de conclure d’un hochement de tête réciproque que tant pis, la pizza avant tout ! « T’as une préférence ? » qu’il demande à sa camarade, le vendeur à l’autre bout du fil. Ça le surprend même pas quand Noam lui indique le lieu de la livraison, pas plus que l’heure qu’il est. Business is business qu’il se dit en raccrochant, le ventre gargouillant à l’avance. « Tu crois qu’on peut retirer nos casquettes maintenant ? Ou ils vont se vexer qu’’on le fasse sans venir leur parler ? ».





◊◊◊

do you know ? ♒︎ and if you have a minute, why don't we go talk about it somewhere only we know ? this could be the end of everything so why don't we go somewhere only we know ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AGE : 20 AVATAR : Bae Su Ji (Suzy - Miss A) aka petit boudin perfection T'es moche :) POINTS : 565

NOUS A REJOINT LE : 05/08/2016

MESSAGES : 7221

‹ 365 SO FRESH ☽ MELTED PRESIDENT ›
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t178-park-bo-ra-boraday

Message(#) Sujet: Re: ‹ Café con leche › — ft Yang Noam Dim 18 Fév - 22:01

CAFÉ CON LECHE
FEAT YANG NOAM
Sacrifice ? Quel sacrifice. Ils se sont embarqués là-dedans ensemble, ils finiront ensemble. Potence ou torture, ils affronteront ça main dans la main, comme deux détectives fidèles aux valeurs profondément ancrées dans la morale. Pas vrai ? Elle chasse la main de Noam de son épaule, faussement outrée qu’il soit prêt à l’abandonner. « Quelle galanterie. Abandonner une femme faible et vulnérable à ces deux rapaces avides de vengeance. » Elle coule un regard vers les deux baristas qui en réalité semblent plus absorbés par leurs clients que par leur désir de vendetta. En fait, elle commencerait presque à se demander s’ils ne sont pas en train de bouder. Une vague de chaleur s’empare de ses joues et de sa poitrine. S’ils le prennent mal ? S’ils sont vexés par leur blague ? C’est pour rire, ils le comprennent pas vrai ? Inseong ne répondrait pas ainsi à ses sms s’il n’était pas pris dans le jeu, n’est-ce pas ? Un doute cruel lui tord les entrailles, que la jeune fille étouffe en avalant un morceau de pâtisserie avec anxiété.

Faut se reprendre Bora, le jeu n’est pas fini tant qu’il n’est pas fini — bien qu’elle soit parfaitement consciente que cette phrase n’a aucun sens. La conversation ne dévie pas nécessairement vers un sujet plus plaisant cependant. Elle commence à s’agiter, mal à l’aise. Y a des choses qu’elle préfère ignorer venant de Noam et Yuta. Ce sont ses amis d’enfance, une part de son innocence, et elle tient à ce que ça reste comme ça. « Tant mieux pour vous alors, continue de le gâter, mais je tiens à garder mon innocence. » Dixit la fille qui envoie des sextos à son copain en plein milieu de son lieu de travail. N’empêche qu’elle ne peut pas retenir son hilarité, transmise par le Yang qui se marre en face d’elle. Cette situation toute entière est absurde, autant que la casquette qu’ils gardent vissés sur le crâne, et que ces lunettes de soleil qui lui font voir le starbuck plongé dans une pénombre indigo. Deux gamins bien trop fiers d’eux, qui rigole un peu fort dans un café branché. Les deux melted détonnent un peu.

Noam semble beaucoup plus optimiste qu’elle quant à la probabilité que les deux garçons ne se tombent dans les bras dans l’arrière-boutique sitôt que les deux gosses qui leur servent de petit-amis auront passé la porte. Peut-être parce que lui n’a jamais vu son pire ennemis devenir son plan-cul le plus régulier. Elle grimace en repensant à toutes ces fois où les disputent avec Nam Woo ont dérapés. A croire qu’ils pouvaient pas empêcher ça, comme si haine et passion s’entrechoquaient inlassablement, sans qu’on puisse distinguer une quelconque frontière. « Honnêtement, on sait jamais, vaut mieux les surveiller, et s’ils étaient aussi bons acteurs que nous, si ça se trouve, ils se jouent de nous avec leur pseudo-haine. » Elle n’en croit pas un mot, principalement parce qu’elle a autant confiance en Inseong qu’en Yuta, et sans doute aussi parce qu’une rage pareille ça se simule pas. « Mais y a pas que Yuta, y a tout un tas de jolies clientes dont je dois me méfier, tu crois pas ? » Joueuse, elle se penche de côté, fixant son regard sur son petit-ami, faignant de ne plus vouloir le lâcher des yeux. « Regarde celle-là, je rêve où il a maté son décolleté ? » Bora se redresse, toujours emportée dans sa jalousie factice. « Retiens moi, je vais lui arracher les yeux et les manger ! »

Elle fait mine de se lever, sauf que le regard inquisiteur d’Inseong lancé en sa direction la force à se rassoir, penaude. Le jeu n’est pas fini. Mieux vaut se concentrer sur la pizza, c’est moins dangereux. « Évidemment qu’on va se faire livrer ici, faut quand même qu’il y ait un avantage à se taper les baristas non ? » Elle ricane avant de se taire lorsque la voix du vendeur résonne dans le micro du téléphone. « Margarita ? Ou Régina, ce que tu veux, j’aime tout. » Pendant qu’il finalise la commande, elle s’affaisse sur la table, calant sa tête entre ses bras croisé pour observer Yuta et Inseong derrière leur comptoir. A la question de son compagnon, elle retire enfin ses lunettes et sa casquette, libérant sa chevelure sombre qui reprend sa place dans sa nuque. « Ils seront pas fâchés par vrai ? Ils vont comprendre que c’était qu’un jeu ? » Qu’elle demande, levant un œil vers Noam. Ils pourraient aller les voir maintenant, mais quelque part elle craint un peu les remontrance, et l’idée de se faire afficher devant l’immense file de client qui longe la caisse ne lui plait pas vraiment. « On ira les voir quand y aura moins de monde, on va pas les interrompre maintenant. Si ? »





◊◊◊



god helps anyone who
disrespected the queen


han ja ruining my life through years:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AGE : 21 AVATAR : kim taehyung (v ; bts) POINTS : 976

NOUS A REJOINT LE : 09/08/2016

MESSAGES : 7279

MODETTE DOUCE ✺ LITTLE YANG BROTHER — I'M DUMBER ❥ UP TO THE LAST DROP
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t126-yang-noam-noamasorusrex En ligne

Message(#) Sujet: Re: ‹ Café con leche › — ft Yang Noam Sam 24 Fév - 12:50

CAFÉ CON LECHE
FEAT PARK BORA
« Rapaces avides de vengeance … dis tu trainerais pas en secret avec ma frangine ? » parce que quand il est écoute Bora, il a parfois l’impression d’entendre Ingrid. Avec sa tendance à tout exagérer avec cet air dramatique qu’elle pratique depuis aussi longtemps qu’il s’en souvient ou sa posture voutée avec les épaules qui se secouent de sanglots imaginaires. Si elles se connaissent pas encore, Noam il était sûr qu’elles s’entendraient parfaitement bien. Il craint même pas que le caractère volcanique de sa sœur fasse fuir la brune. Mais en y réfléchissant un peu mieux, il se dit qu’au final, c’est pas si grave qu’elles se connaissent pas plus que ça. Il imagine déjà ce que ce serait d’avoir les deux en face de lui, à se sortir des tirades dignes des plus grandes tragédies. Lui ça le ferait rire, avec sa caméra pointée sur les filles pour capturer cette comédie dramatique. Peut-être qu’il leur proposera ça quand ils s’ennuieront lors d’une prochaine après-midi.

En attendant d’élaborer leur prochaine sortie, il se concentre à nouveau sur le moment présent et la conversation actuelle qui lui le fait sourire mais qui a le don de gêner de sa camarade. En même temps, il est pas sûr qu’à sa place, il apprécierait pas vraiment de savoir des détails intimes sur la vie de son ex. S’il peut vraiment l’appeler ainsi. C’est pas non plus un truc dont il a envie de parler, encore moins envie d’y penser. Alors plutôt que de renchérir sur le rouge cramoisi qui prend les joues de sa complice, il se contente de sourire en répliquant : « Ok, j’’arrête de m’en prendre à ton innocence » bien qu’il soit persuadé que sa soit-disante innocence, c’est pas de sa faute à lui si elle en a perdu les pétales. Mais il se garde bien de lui dire. Au lieu de ça, la conversation dévie sur la relation entre Inseong et Yuta. C’est vrai que la raison de leur animosité l’un envers l’autre lui échappe encore mais il a jamais osé en savoir plus. Il en sent pas vraiment le besoin faut dire, tan qu’ils en viennent pas à se taper sur la tronche. Il glisse d’ailleurs un regard vers eux à ce moment-là mais à part s’ignorer royalement ou se passer les commandes des clients, la communication frôle le niveau zéro. Ça le rassure dans un sens, il a pas vraiment envie de les voir se foutre sur la tronche. Devant les clients, ce serait pas très pro. Puis il a pas trop envie de ramener un Yuta amoché et énervé à la maison. « Oh ça m’étonnerait. Yuta quand il aime pas, c’est pour de vrai ». C’est pour ça qu’il doute pas que s’il en avait l’occasion, son copain se gênerait pas pour envoyer son poing dans la gueule à Inseong. Et vice-versa. D’un côté, il préfère ça plutôt qu’ils se roulent des patins derrière le comptoir. Et puis comme lui, il est sûr que Bora préfère avoir son mec rien que pour elle.

Juste au moment où il se dit ça, la brune se lève de son siège avant de se rasseoir tout aussi vite, sa colère retombée comme un soufflé. « J’ai pas vu où se sont posés ses yeux mais je pense pas que c’était sur son décolleté » et après tout si c’était le cas, ça n’aurait été qu’un accident non ? Il en sait rien en fait, il regarde pas la poitrine des filles. Tout ce qui l’intéresse à ce moment précis, c’est la pizza qu’il a hâte de dévorer. La commande passée, il raccroche en reprenant le fil de la discussion tout en retirant enfin son attirail de super espion, sans pour autant oser un regard vers son petit ami. Comme Bora, il se demande comment leur supercherie va être entendu par les deux autres garçons. « Oui, on ira se faire pardonner. Même si je pense qu’on a été grillés depuis qu’on est rentrés … un bout de pizza et on oublie tout non ? ». Pour Noam la pizza c’est magique. Chez lui, il a vu des conflits entre ses frangines se régler après une part alors si en ajoutant des sourires désolés, ça devrait marcher non ?

Les deux compères patientent pour leur récompense d’un dur labeur quand un gars, vêtu d’une casquette rouge débarque en criant pratiquement leurs noms d’emprunt. Bien évidemment, ça passe pas inaperçu et tout le monde les regarde, y compris leurs deux chéris. « Bon là au moins on est sûrs d’avoir été repéré… » qu’il baragouine entre ses dents à l’intention de Bora. Il sait pas pourquoi il reste discret alors que y’a plus vraiment de raison de le rester. Tant pis, ils auront au moins leur pizza ! Le livreur repart une fois son du payé, laissant les deux comparses savourer leur défaite. Enfin sis la défaite à le gout de bacon, de pepperoni et de sauce tomate, Noam il veut bien en manger tous les jours ! « Festoyons à notre collaboration ma chère amie ! ». Et c’est sur ces bonnes paroles qu’il offre à sa camarade, la première part symbolique.





◊◊◊

do you know ? ♒︎ and if you have a minute, why don't we go talk about it somewhere only we know ? this could be the end of everything so why don't we go somewhere only we know ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: ‹ Café con leche › — ft Yang Noam

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
‹ Café con leche › — ft Yang Noam
 Sujets similaires
-
» yang noam
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]
» ♣ Le café, ça tache ? | Alix & Ewen
» Le pot de mayonnaise et les deux tasses de café...
» Café renversé,aquarium, asticots, moisissures...


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: