viridity: n. naive innocence (erynn)

 

YOOOO, on se sent d'humeur diabolique ? Pas de problème, viens jouer à la Roulette d'Halloween juste ici ! N'oublie pas non plus la Banque à Points !
EVENT COMME AVANT. Sois un dingue et participe au BAL COSTUMÉ, dans l'horreur et dans les rires !
V16 de Hundred Miles, déjà ? Allez, viens prendre part à la fête maccabre, et découvre toutes les petites news en direct ! CHECK L'ANNONCE
en avant première sur HM, le LOUP GAROU GRANDEUR NATURE trouve vite les loups !


Partagez | 
avatar')">
AVATAR : minhyuk (monsta x) POINTS : 304

NOUS A REJOINT LE : 11/11/2016

MESSAGES : 1469

☢ BURNING AMBITION
Voir le profil de l'utilisateur

Message  Sujet: viridity: n. naive innocence (erynn)     Dim 23 Juil - 17:31

VIRIDITY: N. NAIVE INNOCENCE
This isn't what I wanted to be I never thought that what I said would have you running from me Like this
Le soleil qui filtre à travers les carreaux de l’amphithéâtre, et Hansol qui crève d’envie de sortir de là au plus vite. Il fait chaud, il fait beau – c’est pas un jour pour rester derrière les carreaux. Il s’impatiente, il tape du pied, fait des châteaux avec ses surligneurs qu’il regarde s’écrouler, avant de laisser son menton tomber entre ses bras croisés dans un soupire exaspéré. Et en plus, il a faim.

L’estomac qui grogne comme pour confirmer sa pensé, et l’impatience qui croie d’autant plus à l’idée que ce midi il a rencard avec une demoiselle blonde et lumineuse. Cela faisait quelques jours qu’il n’avait pas réussi à faire mieux que de la croiser dans un couloir sans jamais pouvoir l’intercepter dignement, la première année apparaissant chaque jour un peu plus occupée et dieu que ça le frustrait quand il avait l’impression qu’on l’évitait.

Alors cette fois, il ne t’avait pas laissé le choix – rendez-vous ce midi au restaurant de ramen, c’est même lui qui invite dans son immense magnanimité. Sourire satisfait au bout des lèvres, il jette un dernier coup d’œil à son portable – plus que cinq minutes – pour vérifier que tu ne comptes pas te retirer au dernier mot. Sache qu’il ne te laissera pas faire – qu’il a déjà couru après d’autres pendant près d’un an avant de pouvoir les intercepter, mais qu’il laisse jamais tomber. Alors s’il s’agit aujourd’hui de simplement te courser à travers l’université, tu comprendras que le sans-gêne qu’il est n’en est nullement apeuré et qu’il mettra ses menaces à exécutions sans regret. Si tu viens pas prépare toi à des représailles de qualité, on me la fait pas à moi tehe., qu’il avait écrit dans un sms, sur le ton de la plaisanterie, empreint d’innocence à ses yeux – il avait pas vraiment d’idée de représailles à exécuter, mais s’il le fallait, il improviserait.

Et si à tes yeux, éventuellement, ce sms peut paraître moins innocent qu’il ne l’est, il n’en a pas conscience. Car il n’a aucune idée des raisons qui t’ont poussé à prendre tes distances envers le le soleil en personne – qui ose s’écarter du soleil, tu sais pas que c’est vital dans une vie ? Outrageant, outrageant, il te l’a écrit ça aussi dans un sms. Il tapote du bout des doigts sur la table quand la sonnerie retentit enfin et qu’un sourire vainqueur se dresse sur sa tronche. Enfin.

D’un geste du bras, il fait tomber toutes ses affaires dans son sac, range son pc avec un peu plus de précaution que le reste malgré tout, glisse sa casquette sur sa tignasse bleue et file à la suite des étudiants vers la sortie. Dehors, il se sent revivre un peu – Hansol il est pas fait pour rester dedans, ça le rend claustro, ça le rend malade. Inspiration, expiration – et il revit. L’été c’est sa saison, c’est là où il brille le plus fort – généralement là où il est le plus bruyant, le plus extravagant aussi. Y’a plus rien pour l’arrêter, il faut qu’il soit d’autant plus visible pour rivaliser avec la luminosité de l’astre-tournesol, le vrai, l’orignal.

Détour rapide pour acheter un bubble tea à siffler sur le chemin – une deuxième paille piquée en douce au cas où t’en veuilles aussi, si ô grand jamais il l’a pas fini avant d’arriver – et il se pointe devant le restaurant avec un retard minime (retard quand même), l’estomac rugissant et prêt à dévorer à peu près tout ce qui lui tomberait sous la main, quand il t’aperçoit un peu plus loin et te fait de grand signes de la main au cas où il soit pas assez voyant avec sa gueule de con et son sourire de bouffon.

« Erynn yaaah ! Tu m’attendais, ça fait longtemps que t’es là ? Il me reste du bubble tea, t’en veux ? » Et comme à une gosse, il t’ébouriffe les cheveux d’une main, naturellement tactile et enfantin – comme si y’avait pas eu des jours de silence, comme s’il s’était pas demandé si y’avait un truc qui clochait. Parce qu’il veut toujours y croire lui, au monde parfait, il veut toujours croire que t’avais peut-être été, réellement, excessivement occupée.



◊◊◊

(( WE'VE BEEN MAKING SHADES OF PURPLE OUT OF RED AND BLUE ))
Revenir en haut Aller en bas
avatar')">
AGE : 18 AVATAR : Kim Yerim – Yeri des Red Velvet POINTS : 544

NOUS A REJOINT LE : 15/07/2017

MESSAGES : 797

☢ BURNING AMBITION
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t2540-jung-erynn-ellery

Message  Sujet: Re: viridity: n. naive innocence (erynn)     Dim 30 Juil - 3:51

VIRIDITY: N. NAIVE INNOCENCE
Les yeux rivés sur son téléphone, Erynn bataillait entre plusieurs émotions. Devait-elle être heureuse à l'idée de retrouver le rayon de soleil sur pattes qu'était Hansol? Ou devait-elle être en colère face à la maladresse de celui qui causa le malheur de sa famille un an plus tôt? Ou il était plus judicieux et plus mature de jouer la carte de l'indifférence, verrouiller son portable et faire comme si jamais elle n'avait reçu d'invitation à manger des ramen. Elle n'était ni heureuse ni en colère ni même indifférente et pourtant tout à la fois. Elle était perdue. Le regard vide de compréhension parcourant une énième fois la série de messages envoyés, comme si, à la cinquième lecture, ils lui apporteraient la marche à suivre, ce qui lui fallait faire. Pourtant, à la sixième lecture, rien ne changeait; sa commissure s'élevait toujours au premier message qui n'était qu'une salutation, ses sourcils se fronçaient à l'évocation d'un repas en sa compagnie et, finalement, sa tête marquait un geste de recule lorsque venait la douce menace. « Si tu viens pas prépare toi à des représailles de qualité, on me la fait pas à moi tehe. » Elle aurait tant voulu rire à la lecture de cette phrase. Mais elle n'y parvenait pas. Peut-être parce qu'elle savait ce qu'elle savait aujourd'hui et que, malheureusement pour Hansol, sa petite blague menaçante prenait un peu plus de son sens qu'elle n'aurait initialement dû. Ou peut-être que c'était parce que, pour la première fois depuis trop longtemps, elle remarquait qu'elle l'évitait. Elle l'évitait le plus possible et ce, sans même s'en rendre compte. Alors qu'elle se questionnait sur la raison de son éloignement, une seule réponse-question lui sembla plausible. Elle ne savait toujours pas pourquoi. Dans quel but avait-il attenté à sa famille et à celle d'une autre?
À ce moment précis, l'incompréhension l'opprimait si fort qu'elle n'arrivait à laisser de la place ni à la colère, ni même à la déception. Cependant, elle devait l'être. Elle devait être déçue d'Hansol. Lui qui avait entaché l'image parfaite de sa famille, lui qui avait fait le malheur de sa mère, de son père et de sa sœur durant quelque temps, lui qui avait presque mis à mal la carrière d'un idol promettant sans raison apparente. Il lui fallait des réponses pour l'éclairer sur ses sentiments, sur ce qu'elle devait ressentir face à tout cela, face à Hansol.

Elle était debout, là, devant ce restaurant où il lui avait donné rendez-vous. Elle y était et pourtant, elle ne comprenait pas ce qu'elle y faisait; elle n'avait ni envie de manger, ni même, en toute vérité, envie de voir Hansol. Mais elle était bel et bien là, opprimée par la chaleur, tandis que les cinq minutes de retard du jeune homme lui paraissaient être des heures, sans que pourtant, ce temps ne lui suffît à trouver ce qu'elle voulait lui demander ou même ce qu'elle voulait entendre de lui. Elle était pleine de questions, mais aucune ne se coordonnait.
Puis, il apparut, sourire béa aux lèvres, l'aura d'une joie de vivre qu'il partageait avec elle, lui arrachant un demi-sourire sur ce minois occupé par l'incompréhension. Et, pendant presque un instant, elle aurait pu oublier toutes ses questions en se remémorant le bonheur que cet être extraordinaire qu'était Hansol avait pu lui apporter. Elle aurait pu se laisser attendrir face aux gestes affectifs du jeune homme. Et à vrai dire, à ce moment précis, elle en mourrait d'envie, mais trop vite, ses questions revinrent et un mouvement de recul arrêta net ce qui aurait pu la faire vaciller dans l'ignorance à nouveau, s'abandonnant toute entière au soleil qu'il était.
Tandis que ses yeux le fixaient, emplis d'une si forte incompréhension que l'on aurait pu douter que ces deux-là se connaissaient déjà, ils parcouraient les traits son visage comme s'ils ne les avaient jamais vus, comme si Erynn ne le connaissait pas.
Sans prévenir et presque trop sauvagement pour les deux douceurs qu'ils étaient, elle lui lança la question qui était revenue sans cesse sur la pile de points d'interrogation qu'était son esprit actuellement: « Pourquoi tu as lancé cette rumeur sur moi il y a un an? »



◊◊◊

De Satan ou de Dieu, qu'importe ? Ange ou Sirène,
Qu'importe, si tu rends, - fée aux yeux de velours,
Rythme, parfum, lueur, ô mon unique reine ! -
L'univers moins hideux et les instants moins lourds ?
– Baudelaire
QUEEN DU STOP SAID:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar')">
AVATAR : minhyuk (monsta x) POINTS : 304

NOUS A REJOINT LE : 11/11/2016

MESSAGES : 1469

☢ BURNING AMBITION
Voir le profil de l'utilisateur

Message  Sujet: Re: viridity: n. naive innocence (erynn)     Mar 24 Oct - 14:52

VIRIDITY: N. NAIVE INNOCENCE
This isn't what I wanted to be I never thought that what I said would have you running from me Like this
Insolente désinvolture, désinvolte insolence – le sourire-soleil radieux au bord des lippes, et des étincelles au creux de ses iris. On le dit doué d’un je-m’en-foutisme horripilant, on lui reproche souvent cette attitude trop dégagée. C’est irritant, frustrant – ça donne envie de lui donner des claques, et ça l’empêcherait pourtant toujours pas de se marrer. Insolente désinvolture quand il se présente à toi, sous le soleil de cette fin d’été encore chaleureuse, le bide déjà explosé par son bubble-tea (mais pas rassasier pour autant, faut pas déconner) – osant même, ô grands dieux, t’en proposer.

Il ne percute pas immédiatement ce qu’implique ta question – froncement de sourcils, il fait exploser une nouvelle perle de sirop entre ses dents, mais y’a son sourire qui s’efface en un instant-éclair. Y’a un peu cette sensation de se prendre un léger mur dans la gueule alors que lui, il voulait juste bouffer des ramens. Et il aime pas trop les murs entre lui et la bouffe. Mais l’air contrit ne lui va pas, il ne reste jamais très longtemps sur son visage : alors il se détend aussi vite qu’il s’est étonné, l’insouciance qui finit toujours par le rattraper comme un boulet de canon. « Yaaah, on t’a jamais appris à dire bonjour ? » puérile remontrance, le ton est chaleureusement espiègle – puis le voilà qui passe un bras au-dessus de ton épaule dans une étreinte fraternelle, incapable de renoncer à sa tactilité envahissante. « Ya know what ? Si on parlait à l’intérieur ? » et c’est pas comme s’il te laissait le choix : il t’entraîne déjà dans le restaurant, le pas décidé, en direction d’une table un peu à l’écart (peut-être parce que, inconsciemment, les pièces du puzzle s’étaient doucement assemblée dans son esprit – peut-être parce que, sa douce puérilité ne lui ôtait pas tout sens de ses responsabilités).

Sans plus de cérémonie, hormis celle de tirer ta chaise (et priant pour que tu sois pas de celles qui ramène le débat : « masochisme ou galanterie » à table aujourd’hui) pour t’inviter à t’installer, il se laisse tomber sur sa propre chaise, en face de toi. Il se laisse retomber contre le dossier, le sourire toujours flottant au bord des lippes (frustrant, frustrant), puis glisse ses mains derrière sa tête. Pose détendue, peut-être effrontée à tes yeux mais il te l’assure : ce n’est pas son but. Et c’est en glissant son regard dans le tien, qu’il soupire finalement : parce qu’il le sait que ça te tracasse, et qu’il le comprend, sûrement d’un côté. Il est rien de plus que le sale gosse qui se laisse toujours flotter à côté de la plaque des réalités, après tout – et que ça fait pas si longtemps que ça, qu’une situation similaire lui est arrivée. C’est presque de l’ordre de son quotidien après tout – le hic, c’est qu’avec ses proches, il sait pas comment le gérer. « Laisse-moi deviner, tu parles de cette histoire de couple qui est passée dans les journaux, pas vrai ? » Il secoue sa tignasse d’une main agacée, trépignante – il aime pas la lourdeur des discussions sérieuses, des règlements de comptes ou peu importe comment tu souhaites appeler ça. Ses mains glissent les long de son visage, et il les laisse finalement retomber sur sa poitrine, les bras croisés. « Tu savais vraiment pas que c’était moi ? » Et c’est naïf peut-être comme question, mais ô combien véridique. Tout ce temps passé à tes côtés sans t’en parler, c’était pas pour davantage te blesser – c’était rien de plus qu’une erreur de jugement. Il croyait que tu savais, que tu t’en fichais – et jusque-là il voyait aucune raison de vouloir évoquer ce sujet en particulier.



◊◊◊

(( WE'VE BEEN MAKING SHADES OF PURPLE OUT OF RED AND BLUE ))
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
viridity: n. naive innocence (erynn)
 Sujets similaires
-
» ♦ Gabrielle de Vendôme ▬ « Une fille pure, si naïve et angélique va voir quelques plumes tomber de ses ailes. »‏‏‏‏
» Présentation de la jeune et naïve pousfsouffle que je suis [
» [RP Hentaï -18] [•] Le retour des Ramens.
» Luna Burrell ♦ Naive and cute little girl.
» les peintres peu connus


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: