1234
happy death day ft kiyou <3

i
HUNDRED MILES 2022 © L'ensemble du forum et de son contenu est la propriété de kernel, fayrell, nuits polaires et celestial wonders et/ou des membres initiateurs. Bannière par NUITS POLAIRES et codage réalisé par CELESTIAL WONDERS. Toute copie totale ou partielle est interdite sans accord préalable. merci de respecter notre travail ❤︎



 
⊱ hundred miles c'est un forum réel asiatique city/universitaire basé à Séoulune réponse par mois minimum — Avatars occidentaux bienvenus ! — Taille des avatars 200*320pxUne semaine pour finir sa présentation — Pas de prise de tête, rien que du love. That's all folks ٩(^ᴗ^)۶
Le Deal du moment : -33%
Casque The Mandalorian, Casque électronique ...
Voir le deal
100.99 €

 :: seoul :: Hongdae
Partagez

 happy death day ft kiyou <3


Seo Kenshin
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11927-seo-kenshin-idc99810
ANIMATION ✺ do you want to play a game?
UNE P'TITE PHOTO ? : happy death day ft kiyou <3 45796c6e2e5c17166890bfa16cc22232
AVATAR : TCHOIN CITY ( paraît que c'est affectueux. mdr. )
POINTS : 465
MESSAGES : 2737
NOUS A REJOINT LE : 13/10/2021
AGE : 21
happy death day ft kiyou <3 Empty
(#) Sujet: happy death day ft kiyou <3   happy death day ft kiyou <3 EmptyMar 25 Jan - 1:04

HAPPY DEATH DAY

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩

I feel like 휘
Tra-la-la-la-la-la-la-la-la-la, ha-ha
Happy death day
Happy, happy worst day


Ils laissent derrière eux leur petite bande de potes, un vague geste de la main en guise d’au revoir. Les mètres de distance ont beau augmenté, Shin n’arrête pas sa conversation avec l’un d’eux. Ils se hurlent dessus des « Passe une bonne nuit !Non toi passe une bonne nuit ! Mais elle sera jamais aussi bonne qu’avec moi. DEGAGE !JE T’AIME !  — JE T’AIME ENCORE PLUS ! TU DEVIENS TROP ENVAHISSANT, RENTRE CHEZ TOI ! TU FAIS MAL AUX OREILLES DE KYU ! » Le trouble-fête se fait museler par sa moitié, sa paume devient le réceptacle de ses rires. Il se libère en lui léchant la main, Kyu affiche une mine de dégoût marquée. Ils se chamaillent comme deux frères, Kyu essaie de le mobiliser tandis que Shin lui, essaie de l’attraper pour le compresser d’une étreinte forcée. Dans ce rapprochement, tous deux parviennent à obtenir gain de cause.
Ou presque.
L’enfant terrible se calme oui, mais impossible d’attendre de lui que cet état dure dans le temps. « Kyu ? » Le charme comme accent, il charge ses lèvres d’un sourire comme on charge le barillet d’une arme. Son prénom flotte sans rien d’autre qu’une attente. Il sait créer la famine du désir, le transformer en besoin pour tout et n’importe quoi.
Et là, c’est un peu les deux à la fois.
« T’es jaloux ? » Il lui attrape le bas du visage, le regard planté dans le sien. La buée s’estompe, l’oeil regorge maintenant de sucre pétillant. Il en a sur la langue, il crépite fort aux tympans. « Lui on peut pas trop lui en vouloir sur ses préférences mais me concernant, c’est toi que j’aime le plus. » Un sourire mutin mais trop honnête pour douter de sa parole achève son petit jeu. Ils se disputent à demi pour l’embarras causé, un dégât qu’il adore provoquer chez lui mais qu’il sait aussi très bien arranger.
Il lui raconte ce qu’il a raté quand il a quitté le bar pour prendre l’appel de sa soeur. Une fille le fixait avec insistance jusqu’à ce qu’il remonte le regard sur elle ce qui a souvent comme effet de donner à l’autre le réflexe de le détourner.
Mais il y’a des cas à part, comme Dami ou encore, son premier amour. Elle aussi avait soutenu son regard avec un pouvoir d’attraction dont il se souvient encore aujourd’hui.
« Elle voulait mon autographe. Bon elle m’a reconnu pour ce rôle pourri où j’avais trois lignes de script mais ça m’a fait plaisir. Ça me fait penser que je voulais avoir ton avis pour  HEY ! »
Trois silhouettes masculines se dessinent, un peu floues de par leur pas hagard d'alcoolique et leur dégaine franchement pas engageante si on se fie à leur « hey » qui penche plus vers une caricature de menace qu’un amical début de conversation.
« Hey aussi. » L’insolence à l’état pur, décontractée pour souffler les braises qui commencent déjà à prendre et effrontée pour être sûr que la flamme tienne. « Commence pas à me chauffer. Dommage, parce que ton petit côté sanguin c’est totalement mon genre. » Maintenant qu’ils sont à une distance qui leur permet de distinguer leur visage il peut l’affirmer, il n’a aucune foutue idée de qui ils sont. « Joue pas avec moi, tu sais pas qui je suis. Mais le problème c’est que j’ai pas envie de te connaître mec. Ça doit être le pire jour de ta vie vu que t’as visiblement l’air obsédé par moi. » La colère lui fait franchir la ligne rouge, Shin a juste le temps de pousser Kyu derrière lui avant de se faire choper par la veste. « Tu vas la froisser. Arrête de parler putain, tu sais très bien pourquoi je vais te cogner. Mais si je savais tu serais déjà par terre gros con. » Il le secoue avec une poigne de fer, mais sa tentative d’intimidation échoue. À la place, il ne réussit qu’à le faire rire. Il est même saisi par l’hilarité, l’alcool combiné à la situation absurde lui fait perdre toute notion de danger. « T’as pris un truc ? Même pas, c’est naturel. » L’agacement commence à sourdre de son lien de parabatai. Cette autre partie de lui est sensible à la violence, surtout physique. Ses émotions se diluent aux siennes comme deux gouttes d’un même sang, il perd patience.
Il repousse l’antagoniste en laissant la malice au placard, l'archer congédie le fou mais la folie elle persiste.
« Tu commences à me gonfler, tu me reproches quoi ? — Tu connais une Moon Byeol ?Tu connais toi ? » Il demande à Kyu, qui semble lui non plus ne pas la connaître. «  S’il la connaît pas, moi non plus. — Mon pote t’a reconnu, il sait que c’est toi.Moi quoi ? » Le gars sort son téléphone pour leur montrer la photo de la dite Byeol.
Finalement, oui. Elle lui dit bien quelque chose, c’est même assez frais. Il a des réminiscences de leur nuit qu’il juge moyenne mais la fille elle, était vraiment gentille. Trop à son goût pour sortir avec un débile pareil.
« T’es bien Shin non ? Pourquoi, elle a crié mon nom au lieu du tien ? »  Le coup est si violent qu’il lui brouille la vue assez longtemps pour permettre au petit ami bafoué de frapper à nouveau. Il encaisse comme ça deux autres coups de poing tout aussi agressifs. Il le veut au sol et il lui donnera ce qu’il veut, mais il n’ira pas seul.



†I wanna be your slave, i wanna be your master, I wanna make your heart beat Run like rollercoasters. I wanna be a good boy, I wanna be a gangster. I love you since this morning Not just for aesthetic.I wanna touch your body, So fucking electric.
Jung Mikyu
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t12115-jung-mikyu-bis_kyu#355362
ANIMATION ✺ do you want to play a game?
UNE P'TITE PHOTO ? : happy death day ft kiyou <3 Db592f53b8162b29e00edcbed955fa84
AVATAR : THE FIVE STAR MICHELIN ( skz sunshine ; Lee Felix )
POINTS : 599
MESSAGES : 2725
NOUS A REJOINT LE : 14/11/2021
AGE : 22
happy death day ft kiyou <3 Empty
(#) Sujet: Re: happy death day ft kiyou <3   happy death day ft kiyou <3 EmptyMer 26 Jan - 18:08

HAPPY DEATH DAY

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩

I feel like 휘
Tra-la-la-la-la-la-la-la-la-la, ha-ha
Happy death day
Happy, happy worst day

« — Quoi encore ? articule-t-il entre ses lèvres inversées en une grimace surjouée tandis qu'il frotte sa paume contre son jean pour y estomper les traces de salive laissées dans les rainures de sa peau. Le ton est suspicieux, le regard bifurque en biais vers le rictus malicieux, bien trop familier, il s'attend déjà à la prochaine ineptie, un soupir de lassitude s'échappe de sa gorge quand la question tombe. — De Minjae ? l'absurdité transparaît sur son visage tiré par la fatigue, maintenu éveillé seulement grâce aux liqueurs partagées et à la douce folie contagieuse de Shin. Il sait pourtant l'interrogation vide de sens mais lorsqu'elle se solde par l'assurance de sa préférence il ne peut empêcher la gêne d'affluer en pommade magenta à ses joues, la moue s'affaisse en même temps que les yeux roulent si loin dans leurs orbites qu'ils pourraient se planter dans les nuages. — T'es vraiment trop con ! » la voix maugrée mais l'intention n'y est pas, le coin des yeux se plisse en une expression hilare, les canines se dévoilent enfin bien que les mains le repoussent l'obligeant à lâcher prise. S'en suit quelques chamailleries habituelles mêlées de gloussements sonores. Kyu tente à plusieurs reprises de faire baisser les décibels de son âme jumelle sans grand espoir ni même perspective de victoire -- l'alcool aux veines accentue le processus d'incandescence, la flamme rougeoie de toute sa force brute, on l'entend, on la voit.

Confidences interrompues par des figures étrangères, les lippes s'entrouvrent, l'iris guette la démarche incertaine précisant les silhouettes se découpant dans l'ombre, elles s'approchent et se grandissent. « — Shin, qu'est-ce que t'as fait ? parce que le doute est i n u t i l e pour avoir maintes fois auparavant vécu des scènes similaires, à l'impertinence de son ami de toujours s'ajoute son don presque inné de s'attirer toutes sortes d'ennuis, un art de vivre précoce lorsqu'à peine sorti de l'enfance il le retrouvait après les cours, parfois tout aussi amoché que les héros des mangas qu'ils dévoraient ensemble.
Pas le temps pour d'avantage d'explications, le regard fait des va-et-vient à mesure que les esprits s'échauffent, discrètement les phalanges s'amarrent à la manche de Shin, il tire dessus comme pour l'inciter silencieusement à se taire mais comme d'ordinaire il met de l'huile sur le feu. Les braises prennent plus rapidement que prévu, Kyu perçoit à peine le mouvement d'épaule qui le pousse en arrière, déjà les doigts s'emparent du col pour le secouer dans un but vain d'impressionner. Ce genre de méthode ne marche pas sur Shin, pire encore, elles l'invitent à surenchérir dans la provocation, il le voit faire, le rictus s'accentue dés qu'il parvient à élever le baromètre de la colère voisine, un jeu dont il est seul à connaître les règles et les limites. — Wow wow wow ! Du calme mec, vas-y lâche-le ! » ses paroles ont le même effet qu'un coup d'épée dans l'eau, en vérité, il n'est pas bien sûr que l'autre l'ait même entendu tant son attention toute entière est accaparée par Shin. Il disparaît derrière ses éclats de rire qui à eux seuls envoient valdinguer ses pauvres tentatives de calmer une situation déjà hors de contrôle.

Unième provocation, celle de trop. TOUT EST FLOU. Le premier coup part, la pupille ne quitte pas le poing contracté qui vient se loger en plein dans la figure de Shin (joli coquard), la menace prend forme et les nerfs sont à vifs. CRAC c'est le bruit des os qui s'éclatent contre le bitume -- qu'est-ce qu'il s'est passé ?
 

Le corps bondit ricochet, clef de bras dans le dos de l'assaillant pour le forcer à lâcher prise, ça permet à Shin de se redresser, rien qu'un instant, il ne cherche pas à lui faire mal, seulement à l'éloigner de sa cible, il se débat avec fureur en crachant des injures. Kyu se sent soudainement happé en arrière, ses bras libèrent leur emprise et sa tête heurte à son tour le sol, ça le sonne suffisamment pour brouiller les bruis et les images. Il croit percevoir son nom en filigrane mais la douleur dans son ventre l'éveille à une tout autre réalité -- celle où les acolytes du boyfriend "légèrement" jaloux le ruent de coups de pieds pour l'empêcher de se mêler au duel. Il faut sauver l'honneur, ou plutôt laver l'ego du cocu vociférant sa rage : « — Alors tu la ramènes moins connard de clébard ! Je vais t'éclater ta seule gueule ! Tu pourras plus poser tes mains de gros queutard sur les meufs des autres quand tu ressembleras plus à rien ! »
Le tapage nocturne, par chance, ameute les regards curieux de passants ivres se faufilant à leur tour dans les ruelles à leur sortie du bar. Leur attention inattendue déstabilise juste assez les trois hommes pour que Kyu se relève, dos courbé, plié sur lui-même il reprend difficilement son souffle, suffoque entre deux crachats balancés sur le pavé avant de se jeter sur une poubelle à roulettes non loin de lui. Toutes ses forces sont injectées dans l'attaque -- gloire au tri sélectif ! Il la balance droit sur eux, un hurlement de douleur se coince dans sa gorge, juste sous la pomme d'adam, leur chute lui donne l'occasion d'attraper Shin par la veste alors qu'il paraît à son tour mué d'une furie dantesque « — Shin ! Viens ! insiste-t-il en agrippant son épaule — Viens on s'arrache ! » du coin de l’œil il constate avec effroi que les silhouettes déjà se relèvent prête à fondre de nouveau sur eux, il force Shin à s'éloigner, sa main enserre férocement le poignet pour le traîner dans sa course.
Les pieds s'agitent à toute vitesse, les semelles raclent dans les virages serrés, il entend les cris derrière eux bien décidés à ne pas se faire semer, Kyu n'ose pas se retourner même pour jeter des regards en arrière et vérifier qu'ils ne sont plus dans leur sillage, il a peur de perdre Shin dans ses foulées. Ce dernier, même le visage en sang, traverse les rues à une rapidité impressionnante, petite balle de fusil lancée à travers la nuit qu'ils s'épuiseront à rattraper sans succès.  


 
Where is my angel? The end of a tiring day. Someone come and save me, please. Is overshadowed by a sigh. I guess everyone's happy. Can you look at me? 'Cause I am blue and grey
Seo Kenshin
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11927-seo-kenshin-idc99810
ANIMATION ✺ do you want to play a game?
UNE P'TITE PHOTO ? : happy death day ft kiyou <3 45796c6e2e5c17166890bfa16cc22232
AVATAR : TCHOIN CITY ( paraît que c'est affectueux. mdr. )
POINTS : 465
MESSAGES : 2737
NOUS A REJOINT LE : 13/10/2021
AGE : 21
happy death day ft kiyou <3 Empty
(#) Sujet: Re: happy death day ft kiyou <3   happy death day ft kiyou <3 EmptyMer 2 Fév - 21:21

HAPPY DEATH DAY

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩

I feel like 휘
Tra-la-la-la-la-la-la-la-la-la, ha-ha
Happy death day
Happy, happy worst day


Des plumes ébouriffées volètent de partout, arrachées des omoplates de son alter ego, il en avale quelques-unes de travers. Il s’étouffe avec, c’est plus douloureux encore que les coups qui lui coupent pourtant net la respiration.
La culpabilité cuisante s’enfonce comme un poignard jusqu’à la garde dans sa gorge, la lame fait un tour complet et l’empêche de déglutir quand il l’entend souffrir.
Les émotions migrent et clic, il vrille.
Un incendie noir se pose sur ses cornées aussi fin qu’une feuille de calque. Il corrompt sa vision, lui fait tout voir sous ce prisme de rage incoercible.
Malgré la différence de gabarit pourtant loin d’être en sa faveur, il se relève, porté par la seule force de sa fureur vindicative. Il équilibre la violence reçue, ne perd pas son temps à dépasser la limite du déloyal. Il économise ses forces pour un autre combat.
Laissé à terre sans être mis k.o, il l’abandonne là avec dans les poings des tubes de peinture : jaune, mauve et carmin. Que des couleurs avec lesquelles il veut les repeindre, eux.
Il est freiné par Kyu, son épaule roule sous sa poigne. Hors de question de quitter cet endroit tant qu’il ne lui aura pas fait justice. Il fonce d’un pas déterminé tout droit sur le duo encore sonné de s’être fait percuter par la poubelle. « KYU LÂCHE-MOI BORDEL ! » Ses mains courent sur sa manche gauche, il essaie d’attraper un fragment de raison mais il n’y’en a plus aucun. Ils ont tué le dernier qu'il lui restait en s’en prenant à lui.
En voulant le repousser, il plie d’un geste raide son bras assez haut pour le forcer à lâcher prise mais sa moitié s’y attache. Ils manquent de se rentrer dedans, l’instinct ou autre chose, le force à se détourner de ses cibles pour le regarder.
L’effroi qui crève la douceur réservée de sa paire de Lune en phase pleine fait éclater la planète dont il est natif et ses caractéristiques avec. Jupiter en poussières, il capitule pour restaurer ses orbes et les préserver davantage de dommages.
Il cède à son souhait de repli, sèment leurs opposants par des enjambées rapides.
Élève moyen, il n’excellait qu’en sport ou dans certains cours qui mettaient à l’épreuve son amour déraisonné pour la compétition. Cette course poursuite est une combinaison de ses points forts, il prend un peu d’avance sur Kyu pour leur trouver une issue.
En bifurquant sur sa droite, il se retrouve dans une rue résidentielle avec aucune cachette possible ou presque.
Quand son double parvient à le rattraper, il l’attire vers le sol avec lui pour se glisser à plat ventre sous une voiture. Après s'être assuré que rien ne peut trahir leur présence, il étouffe la respiration saccadée de Kyu contre sa paume, pinçant ses propres lèvres entre elles dans ce même objectif.
Les trois brutes passent à côté d’eux sans s’arrêter mais dans un souci de prudence, ils restent immobiles et silencieux encore une bonne minute avant que Shin n’ose ouvrir la bouche.
« Désolé. » Tempe posée sur son avant-bras, regard tourné vers lui, le tourment qu’il lui a infligé dévaste toutes ses étincelles qui scintillent en gris. Il tend sa main ankylosée par la douleur sur son front, soulève quelques mèches blondes pour évaluer les dégâts. En effleurant une zone sensible il lui arrache une grimace qu’il reproduit lui-même, il a mal où il a mal, faute à cette empathie si particulière que seule se partage les âmes soeurs.
« On va attendre un peu. » L’adrénaline retombe, ses plaies commencent à péniblement l’élancer jusqu’à lui provoquer une migraine qui part de son oeil amoché jusqu’à l’arrière de son crâne et pourtant, ça va.
Les mains abîmées, les ecchymoses, les pommettes éraflées… C’est presque comme des tatouages semi-permanent qu’il a l’habitude de voir s’estomper puis de réapparaître dès qu’il provoque un nouveau tatoueur qu’il aura rendu fou. Celui-ci a été particulièrement coriace mais, ça va.
Parce que Kyu a cette faculté de tout rendre plus supportable rien qu’en étant là.
« Tu te souviens quand je voulais qu’on apprenne à se battre pour que t’impressionne ton crush qui flirtait avec un type qui faisait des sports de combat ? Tu m’avais dit que c’était stupide et je t’avais dit de me faire confiance et ça aussi c’était stupide. » La nostalgie illune ses lèvres fendues. Son goût métallique altère son sourire, un peu crispé, un peu de travers mais tendre dans son avènement.
« Au final on a juste passé nos après-midi devant karaté kid en pensant que ça serait éducatif et que ça ferait de nous des machines mais tout ce qu’on a réussi à faire c’est de retenir les répliques. Lui il a eu la fille mais elle était nulle et en plus elle l’a largué pour un mec encore plus nul qu’elle. » Il a l’expression d’un rêve sur la figure, un du genre qui se touche qu’avec la mémoire. Il émerge en entendant un couple de passants traverser le trottoir, il attend qu’ils passent pour vérifier si la voie est bien libre.
« C’est bon. » Il s’extirpe de sous le véhicule, utilise ensuite la map de son téléphone pour retrouver leur chemin. C’est en le guidant qu’il s’aperçoit qu’il claudique en s’appuyant sur sa jambe valide. « Monte. » Il lui bloque la route, en fléchissant le bas du corps pour lui permettre de monter sur son dos. « Me dis pas non, tu sais que je suis plus têtu que toi. » Après quelques protestations de forme, Shin arrive à ses fins.
L’allure est lente, parce que l’épuisement commence à se faire sentir mais aussi parce qu’ils n’ont pas besoin d’aller plus vite. Il le sent s’assoupir sur son épaule, son corps se décontracte tellement qu’il est obligé de raffermir sa prise. Soit en agrippant plus fermement ses cuisses, soit en le faisant rebondir pour le contraindre à se replacer correctement ce qui a pour effet de le sortir de cet état entre le sommeil et le semi-conscient.
En arrivant à son appartement, ils se font assaillir par Lumos. L'enfant rebelle s’écroule sur le tapis du salon, le labrador se couche sur son buste là où il a particulièrement été heurté pendant la rixe. Il étouffe un cri sourd dans lequel il est difficile de distinguer la douleur, du rire. « Bon chien. » Il lui gratte les oreilles avec un excédent d’affection qu’il lui transmet en caresses. Ce chien c’est aussi le sien et pourtant Kyu en a jugé autrement lorsqu’il est parti.
« Il m’a manqué. » Il pense tout haut, la main enfoncée dans son pelage couleur blé. Peut-être sa manière à lui de demander, pourquoi ? Pourquoi tu l’as emporté ? Pourquoi t’es parti ? Est-ce que t’as pensé à revenir ? Est-ce que tout ce qu’on vit là dépend uniquement de moi ?
Il a envie de savoir mais au fond il connaît les réponses. C’est le genre de vérité qui se tait, qu’on n’a pas besoin d’entendre excepté si on cherche à se faire du mal.
« Dis. Il m’a salement amoché ou je suis toujours beau gosse ? » Toujours étalé avec le canidé en guise de bouillotte, il lui offre son plus beau sourire d’acteur.  



†I wanna be your slave, i wanna be your master, I wanna make your heart beat Run like rollercoasters. I wanna be a good boy, I wanna be a gangster. I love you since this morning Not just for aesthetic.I wanna touch your body, So fucking electric.
Jung Mikyu
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t12115-jung-mikyu-bis_kyu#355362
ANIMATION ✺ do you want to play a game?
UNE P'TITE PHOTO ? : happy death day ft kiyou <3 Db592f53b8162b29e00edcbed955fa84
AVATAR : THE FIVE STAR MICHELIN ( skz sunshine ; Lee Felix )
POINTS : 599
MESSAGES : 2725
NOUS A REJOINT LE : 14/11/2021
AGE : 22
happy death day ft kiyou <3 Empty
(#) Sujet: Re: happy death day ft kiyou <3   happy death day ft kiyou <3 EmptyDim 13 Fév - 4:02

HAPPY DEATH DAY

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩

I feel like 휘
Tra-la-la-la-la-la-la-la-la-la, ha-ha
Happy death day
Happy, happy worst day

« — Nique-toi ! la grimace s'accentue lorsqu'il repousse la pulpe de ses doigts, ils l'effleurent et le brûlent, ravivent la douleur hémoglobine à son front teintant ses mèches d'or d'un cramoisi poisseux. Torse contre le bitume, il étouffe un rire douloureux secouant ses côtes encore trop sensibles, demain son bassin sera sûrement recouvert de bleus, peinture hématome qui virera à toutes les couleurs de l'arc-en-ciel avant de s'estomper. L'insulte est pour autant dépourvue d'agressivité, bien au contraire, il y a dans son ton la volonté de lui faire savoir que tout va bien -- qu'il peut arrêter de s'en vouloir parce que lui ne lui en veut pas un seul instant, pas même un peu.Il faut vraiment que t'apprennes à la fermer. Il préfère enclencher les moqueries, espérant ainsi chasser les étincelles de culpabilité brillant dans les onyx de son double. — T'as l'air d'avoir pris mille fois plus cher que moi je te ferais dire. la paume se saisit des phalanges éraflées qu'il vient lui mettre sous le nez pour appuyer son constat, demain les mains seront ankylosées de ces plaies à vif, la rage s'est imprégnée au derme jusqu'à lui retirer toute perméabilité, il s'est transformé en écailles épaisses. Sa peau de reptile est déjà en train de muer, il le voit dans l'expression de son visage qui s'affaisse dés qu'il amorce un mouvement.
A l'évocation de leurs frénésies adolescentes c'est l'euphorie qui prend tout de même le dessus lorsqu'au travers de ses yeux Kyu aperçoit une nostalgie commune réchauffant l'âtre dans sa cage thoracique. Elle n'est pas triste, seulement bénéfique pour les nerfs abusés se détendant au rythme de leur respiration, c'est comme une vieille chanson, un refrain bien connu qu'ils n'avaient plus prononcé ensemble depuis un long moment. Il revient sans effort, les premières syllabes glissent sur la langue comme un bonbon acidulé, ça pique les premières secondes pour mieux fondre en sirop sucré contre le palais — C'était vraiment stupide. affirme-t-il encore aujourd'hui, comme la plupart de ses initiatives, toujours hâtives, souvent inconscientes dont l'issue se termine la gueule-cassée sous une voiture ou planqués en haut d'un toit. C'est aussi sous ses impulsions qu'ils se sont fabriqués de l'imprévu, du grandiose, avec le stupide venait l'exultation et l'hilarité -- de leurs aventures il a été le créateur le plus assidu, sans lui, il ne goûtait que le plaisir de la tranquillité. Une douceur recherchée mais qui manquait d'une dose d'adrénaline nécessaire à son appréciation. Ce n'est pas uniquement Shin qui lui a manqué, mais tout ce qu'il provoque. — Je les connais encore par cœur : to make honey, young bee need young flower, not old prune. Qu'est-ce qu'on avait saoulé Jaewon avec Mr. Miyagi, tu te rappelles ? Il refuse toujours de voir le film tellement on l'a dégoûté. »

Les rires s'amenuisent essoufflés du chemin de retour, le trajet n'est pas long mais la cadence est ralentie par les blessures qui commencent à prendre le pas sur la liesse. Les bras pendus autour du cou de Shin perdent de leur prise à mesure que les minutes défilent, Kyu se sent lentement happé par la fatigue, elle est plus mentale que physique, s'invite dans ses douleurs profondes piquant sa jambe de lances fantômes. Ça lui rappelle que leurs odyssées folles étaient parfois dangereuses, il ne les regrette presque pas, s'il a choisi de monter sur le dos de Shin ce n'est en aucun cas à cause de sa démarche boiteuse, il a connu pire, elle éveillait à peine quelques fourmillement désagréables à l'intérieur de son genoux. Non. Elle était supportable mais traître, rouvrant au cutter des cicatrices de spleen entre ses fossettes, Shin aurait su en saisir les détails, ravivant ses propres afflictions en une brume épaisse et noire. Le visage enfoncé dans son sweat il peut se laisser aller à ses grisailles sans le contaminer lui, il les ravale à grosses goulées appuyé contre l'épaule de Shin. Les étoiles l'attachent dans leur danse, l'aident à parsemer son esprit de petites lucioles à oubli.

Enfin descendu de son perchoir il s'étire en un bâillement sonore tandis que le canidé les accueille avec la ferveur d'un feu d'artifices, c'est une fanfare d'aboiements qui se précipite droit sur eux. Les commissures se tordent lorsqu'il sent les affres des coups reçus se manifester dans ses muscles endoloris. Il a l'impression d'être un bout de feuille morte recraché par l'hiver qu'on aurait piétiné à tour de rôle. À sa remarque le regard est furtif et aussitôt détourné, le faciès semi-endormi semi-honteux est à moitié caché par la paume qui le masse nerveusement, il se demande s'il attend même une réponse de sa part. Il pourrait lui dire qu'il lui a manqué lui aussi, qu'il leur a manqué, qu'il a regretté son geste à peine la porte passée. C'est faux. Shin saurait qu'il lui ment. Il lui en voulait tellement, tellement qu'il ne pouvait plus penser à lui sans en souffrir le martyr, la géhenne dans sa jambe semblait illusoire à côté des feux de rancune brûlant partout en lui, il ne comprenait pas. Comment l'être qu'il aimait le plus au monde avait pu lui faire ça ? Il comprenait l'accident, il comprenait le hasard, la malchance ou qu'importe comment on appelait cela, mais il ne comprenait pas comment tout ce qu'il chérissait chez lui avait pu construire les limbes dans lesquelles il se retrouvait perdu. C'était ses mains sur le volant, ses pieds sur l'accélérateur, ses rires sur la stéréo à fond. I m p o s s i b l e. Ça ne pouvait pas être lui. Et pourtant ça l'était. Il peinait à exister dans cette nouvelle réalité où Shin avait deux visages : celui de son bourreau et celui de son sauveur. Ils s'affrontaient sans cesse, Kyu n'a toujours pas trouvé le moyen de les faire coexister, il essaye, il apprend. Il sait qu'être à ses côtés peut être un supplice mais il sait encore plus fatalement qu'être sans lui est pire.

« — Un vrai Quasimodo. il attrape la perche tentant un sourire sans joie, une fine ébauche qui manque de justesse, une pâle imitation de liesse. Il le voit faire, signer la trêve avant même de déclarer la guerre, les pas se traînent jusqu'à la cuisine où il se saisit d'un sac de dumplings végétariens surgelés avant de revenir au salon. Il le retrouve cette fois assit sur le canapé, les doigts toujours engouffrés dans la fourrure camel, il lui lance le paquet en s'installant près de lui — Mets ça sur ton œil. Je suis pas sûr que ça t'évite le coquard demain matin mais ça va aider à dégonfler. quand enfin les yeux osent à nouveau le rencontrer, les phalanges se perdent dans sa tignasse décolorée — C'était pas comme pour le tableau tu sais. C'était pas comme ça. raclement de gorge serrée -- il n'a pas pris Lumos pour se venger de lui. Ce n'est pas comme ça que ça c'est passé (c'est ce qu'il a tellement envie de lui dire). S'il a emporté sa lumière c'est parce que c'était la seule qu'il pouvait prendre de lui, au voleur il a volé. Récupérant un morceau d'eux gardé vivace durant l'absence. — Tu fais vraiment ça n'importe comment ! peste-t-il, il récupère la poche congelée d'un soupir attendri — Tu la tiens toute de travers. Tu vas vraiment finir par garder des cicatrices si tu continues à te battre tout le temps et ne pas bien te soigner. minutieusement il presse la glace sous son oeil droit qui commence déjà à virer violacé, de sa main libre il attrape sa mâchoire avec délicatesse, le forçant à courber la tête pour accéder plus librement à son visage. — Est-ce que c'est très douloureux ? » dis Shin, est-ce que tu as encore mal ? Kyu pourrait en pleurer -- d'être si faible, d'être si méprisable. Il veut lui demander ce qu'il aurait fait à sa place. Est-ce qu'il serait parti ? Est-ce qu'il serait resté ? Est-ce qu'il l'aimerait toujours ? Toujours autant ?



 
Where is my angel? The end of a tiring day. Someone come and save me, please. Is overshadowed by a sigh. I guess everyone's happy. Can you look at me? 'Cause I am blue and grey
Seo Kenshin
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11927-seo-kenshin-idc99810
ANIMATION ✺ do you want to play a game?
UNE P'TITE PHOTO ? : happy death day ft kiyou <3 45796c6e2e5c17166890bfa16cc22232
AVATAR : TCHOIN CITY ( paraît que c'est affectueux. mdr. )
POINTS : 465
MESSAGES : 2737
NOUS A REJOINT LE : 13/10/2021
AGE : 21
happy death day ft kiyou <3 Empty
(#) Sujet: Re: happy death day ft kiyou <3   happy death day ft kiyou <3 EmptyMar 15 Fév - 0:08

HAPPY DEATH DAY

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩

I feel like 휘
Tra-la-la-la-la-la-la-la-la-la, ha-ha
Happy death day
Happy, happy worst day

La nuit presque blanche arrosée à la fête joue des tours aux verrous de Kyu. Il a une multitude de serrures impossibles à crocheter mais parfois il laisse traîner les clés exprès pour permettre à Shin de le comprendre ou du moins d’essayer.
Là il expose un tabou qui en cache une nuée d’autres, une sorte de poupée rousse à problèmes que Shin lui-même n’est pas sûr de vouloir ouvrir.
Le paquet de surgelés lui goutte de l’avant-bras lorsque son double s’en saisit pour le rajuster sur le mauve qui lui durcit le regard.
La fonte des glaces continue de couler mais cette fois-ci c’est dans sa paume et c’est son coeur moite qui se verse dans sa manche. Il se donne le tournis en inhalant trop vite son affection, c’est une fragrance volubile à la quantité d’échantillon. De ridicules millilitres d’amour qu’il avait par litres à l’époque où ça ne lui demandait aucun effort de production.
Il incline la tête à sa demande, sa pupille non obstruée observe sa concentration. La courbe de sa bouche qui se tord d’une manière douloureuse et désolée quand il pense appuyer trop fort.
Son myocarde l’adoube dans le plus grand des silences. Il ne se sent pas particulièrement différent, il ne ressent rien de spécial non plus. C’est là depuis un moment alors ça ne change rien, ça allume juste des pensées qui s’éteignent aussitôt comme des petits pétards mouillés.
Il ne sait pas combien de fois c’est arrivé, il ne tient pas les comptes. Ça arrive aussi vite que ça repart, comme un besoin urgent de retour à la normale.
Il lui demande si ça fait mal et il est tenté de répondre oui. Mais il y’a tellement de maux à traiter entre eux… Et les siens ne sont pas sur la liste des priorités.
« Je ferais trop de mal avec des cicatrices, j’en fais déjà assez comme ça. Pour le bien de la nation, je t’engage comme soigneur attitré. » La réplique arrive un peu en décalage, comme une scène coupée au montage qu’on a finalement décidé de rajouter à la toute fin.
C’est mieux comme ça.
Il ne s’embarrasse pas avec les non dits ou les problèmes, c’est le genre de chose qu’il expédie avant même de se laisser le temps de les vivre. Mais avec Kyu c’est différent, sa sensibilité l’expose à des monstres que Shin lui n’a jamais vu.
Il n’a pu que se les imaginer à travers ses yeux ou leurs pensées connectées. Il ignore leurs visages mais il sait ce qu’ils sont capables de faire. Ils lui délabrent l’esprit, dégradent son estime, transforment ses certitudes en doutes, bref.
Shin peut très bien pour eux deux taire quelques plaies ouvertes, les siennes finiront par se refermer toutes seules.
« Tout à l’heure, t’as dit que c’était pas comme le tableau. Ça voulait dire quoi ? »
Fossoyeur de névroses, c’est un job ingrat qu’il peut se vanter de faire mieux que personne. Il lui est déjà arrivé de lui en vouloir au point de lui jeter sa pelle à la tête, de lui hurler « débrouille-toi ! » sans faire demi-tour.
Le plus long ça a été 8.
8 heures, l'équivalent d'une nuit d'ignorance qui a rapidement pris la forme d'une punition à double tranchant.
« J’ai la moitié du visage engourdi à cause de ton truc. »
L’humour est sa tentative de décompression, même s’il est doué ça reste éprouvant. Il ne sait toujours pas s’il veut entendre ce qui est différent entre le tableau et le chien. Ni même s’il est capable de retourner dans leur caveau.
Mais ça fait un peu moins peur de s’y rendre, maintenant qu’il est là.  



†I wanna be your slave, i wanna be your master, I wanna make your heart beat Run like rollercoasters. I wanna be a good boy, I wanna be a gangster. I love you since this morning Not just for aesthetic.I wanna touch your body, So fucking electric.
Jung Mikyu
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t12115-jung-mikyu-bis_kyu#355362
ANIMATION ✺ do you want to play a game?
UNE P'TITE PHOTO ? : happy death day ft kiyou <3 Db592f53b8162b29e00edcbed955fa84
AVATAR : THE FIVE STAR MICHELIN ( skz sunshine ; Lee Felix )
POINTS : 599
MESSAGES : 2725
NOUS A REJOINT LE : 14/11/2021
AGE : 22
happy death day ft kiyou <3 Empty
(#) Sujet: Re: happy death day ft kiyou <3   happy death day ft kiyou <3 EmptyDim 6 Mar - 19:15

HAPPY DEATH DAY

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩

I feel like 휘
Tra-la-la-la-la-la-la-la-la-la, ha-ha
Happy death day
Happy, happy worst day

« — C'est mieux que de te réveiller tout boursouflé au matin ! la poigne est autoritaire forçant le visage à se maintenir dans l'immobilité, les yeux eux se perdent sur la peau à défaut de rencontrer leur reflet, ils accompagnent les gouttes perlant jusqu'au menton, glissent sur le grain de beauté à sa lèvre, caressent l'angle de la mâchoire récalcitrante voulant maintenir un débit de paroles mis à mal par le sac de glace lui mangeant la moitié du visage. Les éclats se dessinent au coin des commissures qui se relèvent pour mieux accueillir les plaisanteries d'usage, elles sont coutumières de ses assauts frivoles, Shin soigne par le rire, incarne ce que la joie et le plaisir ont de plus bruyant, de plus grandiose, de plus spectaculaire. Il est l'écho inlassable des mots et le retentissement du désastre. C'est un désastre qui se veut salutaire, léger, il contraste son propre pouvoir de destruction, celui du silence.
Il n'oublie pas pour autant la question en suspend, elle semble flotter entre eux dans un espace si petit qu'il peut presque la sentir lui chatouiller le bout du nez, c'est un contact électrisant -- quelque peu douloureux mais nécessaire dans tout ce qu'il évoque. Cette intimité [ u n i q u e ] que seul Shin lui permet d'évoquer, seul ce genre de lien permet de telles interrogations.

Le tableau c'était.. Je voulais- je crois que c'était pour te faire mal.

C'est posé. Plus de retour en arrière.

Étrangement, il ne craint pas les mots qui dégoulinent de sa bouche, il les laisse s'affranchir doucement des réserves habituelles - comme avant - c'est un exercice périlleux qui réclame des trésors de concentration, il n'est pas encore tout à fait à l'aise avec cette démarche, tâtonne à retrouver ses marques. Plus il parle pourtant, plus il sent l'envie de continuer. — Lumos c'était pour me faire du bien. il en avait besoin ; comme j'avais besoin de toi essaye-t-il de lui dire rencontrant enfin les deux billes qui le fixent intensément. C'était effrayant de se confronter au paradoxe de la perte qu'il se sentait devoir provoquer tout en regrettant la douleur qu'elle dédoublait en lui-même. — C'était la seule chose qui avait pas... tu sais, changé. » expiration hésitante qui devient presque murmure, ils n'aiment pas en parler, ni lui, ni Shin, mais eux, ils avaient changé, et ils ont continué de changer séparément. Parfois Kyu craint que ce qu'ils sont devenus ne s'accorde plus avec ce qu'ils étaient, il craint la fausse note, la piqûre de rappel d'un éloignement naturel. Lorsqu'il était loin, lorsqu'ils n'étaient rien, il y a avait encore l'espoir, l'incertitude d'un temps figé, d'un futur hypothétique où ils pourraient se retrouver. Aujourd'hui ils sont demain -- s'ils foirent il n'y a aura plus de "plus tard" ; plus tard c'est maintenant, c'est tout de suite, c'est là.

Il se torture certains soirs, à imaginer tout ce qu'il a loupé en plus de deux ans, il y avait les mensonges d'Haneul et il y avait la vie de Shin, deux routes parallèles qu'il peine à mettre en relation, il tente de retracer les moments un à un, récupérer les morceaux de puzzle pour voir enfin le tableau dans son ensemble. Chaque essai se solde par un nouvel échec, il lui manque un tas de pièces et il a peur de les lui réclamer, parce que c'est sa faute s'ils sont désormais ces morceaux épars à remettre dans l'ordre.




 
Where is my angel? The end of a tiring day. Someone come and save me, please. Is overshadowed by a sigh. I guess everyone's happy. Can you look at me? 'Cause I am blue and grey
Seo Kenshin
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11927-seo-kenshin-idc99810
ANIMATION ✺ do you want to play a game?
UNE P'TITE PHOTO ? : happy death day ft kiyou <3 45796c6e2e5c17166890bfa16cc22232
AVATAR : TCHOIN CITY ( paraît que c'est affectueux. mdr. )
POINTS : 465
MESSAGES : 2737
NOUS A REJOINT LE : 13/10/2021
AGE : 21
happy death day ft kiyou <3 Empty
(#) Sujet: Re: happy death day ft kiyou <3   happy death day ft kiyou <3 EmptyMar 8 Mar - 14:41

HAPPY DEATH DAY

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩

I feel like 휘
Tra-la-la-la-la-la-la-la-la-la, ha-ha
Happy death day
Happy, happy worst day

Le tableau c’était un retour de karma, le chien de l’égoïsme mais cette histoire de changement, c’est quoi ?
Lui, n’a pas changé.
Il l’a quitté alors qu’il était le même Shin qu’il revendiquait comme son tout. Le même ami avec le même comportement, avec le même amour, avec tout pareil.
Ce qui a changé en réalité, c’est Kyu. Kyu qui n’a plus été le même, qui est passé de tout à rien, qui a laissé entrer la rancoeur jusqu’à ce qu’elle décompose leur identité commune.

« Tu veux pas sortir ? T’es enfermé depuis cinq jours, ça me rendrait dingue moi. Parce que tu crois que c’est un choix ? » Assis à son bureau, Kyu a la jambe bandée jusque par-dessous son short. Shin lui est au bord de son lit, les mains occupées à jouer avec les béquilles. Ça fait maintenant trois semaines que Kyu est en rééducation, que ça va mieux et paradoxalement aussi, de plus en plus mal entre eux. « Je peux te pousser dans ton fauteuil si t’as trop mal ? C’est pas pour aller loin, juste histoire de prendre l’air. » Il lui tourne le dos sans donner de réponse, à moins que le bruit de son clavier en soit une ?
« On peut rester ici aussi, c’est bien. » tap, tap, tap. « J’ai mis un film sur notre liste, t’as été voir ? » tap, tap, tap. « Ça parle de deux frères tigres qui sont séparés à la naissance et on suit leur vie jusqu’à ce qu’ils se retrouvent. Tu m’en avais parlé y’a un moment. » tap, tap, tap. « C’est pas un spoiler, c’est écrit dans le résumé. » tap, tap, tap. « On peut aussi jouer à lol ? » tap, tap, tap. « Ou… Tais-toi. » Il n’y’a plus de son, ni de lui, ni du clavier. Après une longue et douloureuse minute, il demande. « Tu veux que je parte ? » Après une longue et douloureuse autre minute, il lui répond. « Oui. »
Le chagrin le prend au ventre avant de lui monter aux yeux, il arrive même à en perdre la sensation de ses doigts. C’est comme si on lui avait inoculé un sédatif qui décuple et éteint tout en même temps.
Se lever est laborieux mais ça reste plus facile que s’il le regardait, ou alors c’est peut-être pire ?
Qu’il ne le regarde plus.
Il marque un temps d’arrêt en posant la main sur la poignée, il attend qu’il change d’avis. Qu’il lui dise « c’est pas ce que je voulais dire » ou « pars pas » ou quoique ce soit dans ce genre.
Mais il attend et rien.
Alors il part sans se douter que plus tard, il continuerait d’attendre et qu’il n’y’aurait toujours rien.

L’accident c’est sa faute mais le reste ?
Le problème c’est qu’il a continué de sacraliser quelque chose que Kyu lui, s’escrimait à effacer de son côté.
« Honnêtement, non. Je sais pas. » Je comprends pas, est peut-être plus approprié. « Le tableau et Lumos, même si tu veux pas de mon pardon, tu l’as. Je dis pas qu’à l’époque ça a pas été grave mais passons au-dessus de toute façon on va pas vivre dans le passé. Par contre, je suis pas d’accord. J’ai pas eu l’impression d’avoir été quelqu’un d’autre quand t’es parti, ni même aujourd’hui. Moi j’ai pas changé. »  
On peut remettre en doute la mémoire humaine mais les vidéos, les photos et l'historique de leurs conversations dans son téléphone ne mentent pas. Ce n'est plus le même ou en tout cas, avec lui.
Il est différent.
« Pour ce qui est de nous, oui c’est plus comme avant et ça le sera peut-être jamais. J’en sais rien.» En voulant éloigner la poche de glace de son visage, sa main rencontre celle de Kyu. Il la retire plus vivement que nécessaire, en pleine inconscience, avant de prendre un coin du sachet pour le poser plus loin. « Ce que je sais c’est que j’ai toujours cru en nous, c’est pour ça que j’ai fait Haneul. J’ai longtemps pensé et même encore maintenant qu’on est toi et moi une seule personne et que par conséquent ce que je voulais tu le voulais aussi mais c’est pas vrai ou en tout cas, ça l’est plus. Je sais pas quelle direction tu vois pour nous, moi j’ai pas de plan. Je suis juste heureux que t’aies accepté qu’on puisse se revoir. Et quand parfois… » Un sourire craque sur ses lèvres comme une gerçure qui saigne. « Ça ressemble un peu à ce qu’on avait avant. »
 


†I wanna be your slave, i wanna be your master, I wanna make your heart beat Run like rollercoasters. I wanna be a good boy, I wanna be a gangster. I love you since this morning Not just for aesthetic.I wanna touch your body, So fucking electric.
Jung Mikyu
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t12115-jung-mikyu-bis_kyu#355362
ANIMATION ✺ do you want to play a game?
UNE P'TITE PHOTO ? : happy death day ft kiyou <3 Db592f53b8162b29e00edcbed955fa84
AVATAR : THE FIVE STAR MICHELIN ( skz sunshine ; Lee Felix )
POINTS : 599
MESSAGES : 2725
NOUS A REJOINT LE : 14/11/2021
AGE : 22
happy death day ft kiyou <3 Empty
(#) Sujet: Re: happy death day ft kiyou <3   happy death day ft kiyou <3 EmptyLun 28 Mar - 22:20

HAPPY DEATH DAY

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩

I feel like 휘
Tra-la-la-la-la-la-la-la-la-la, ha-ha
Happy death day
Happy, happy worst day

D'accord Shin... alors, disons que moi j'ai changé. -- c'est ce qu'il hésite à confirmer du bout des lèvres mais c'est déjà ce qu'il insinue - pire - ce qu'il lui reproche à demi-mot. Un froncement de sourcils, léger, dessine la ride du lion entre ses yeux, parce que c'est injuste, parce qu'il est en colère de cette vérité que Shin se refuse à admettre. Il pointe du doigt l'homicide de l'entité commune formée de leurs âmes respectives comme une honte, un défaut à corriger dont Kyu porte la culpabilité. Lorsqu'il en vient à admettre leur individualité si longtemps niée c'est la surprise qui l'assaille d'abord, le soulagement ralentit le rythme cardiaque affolé de cette discussion trop souvent retardée, redoutée dans ce qu'elle pourrait bousculer ; et juste comme ça, juste ses mots, juste son sourire un peu fissuré, aident à grignoter les derrières limites qu'il maintenait dans le doute et l'appréhension de son écoute, de ses regrets, de son amour.

« — L'accident m'a changé, c'est vrai. Mais toi aussi, il t'a changé. On a joué à être "autre chose" pendant deux ans, et ça aussi, ça nous a changé. Il y a toi, y'a Haneul, et quelque chose entre les deux dont j'ai toujours du mal à m'accoutumer. les orbes dévient, incapable d'affronter les siennes, elles cherchent des réponses, un réconfort qu'il ne se sait pas encore en mesure de lui procurer. — Tu dis que tu veux pas vivre dans le passé mais t'arrête pas de vouloir le Kyu d'avant et moi je peux pas te le ramener parce que je suis plus cette personne et... j'ai peur [ t e r r o r i s é ] peur que la version actuelle ne soit pas suffisante, peur qu'elle ne lui plaise pas autant que l'ancienne parce qu'il n'est lui-même pas bien sûr de l'aimer, ( il la déteste )Il s'est passé un tas de trucs en deux ans, un tas- il parle sans le regarder, jette au pied du canapé ces phrases brouillons par lesquelles il peine à transmettre ses pensées, c'est fouillis et pressé, ça se précipite entre ses charnues gercées, comment le lui dire : qu'il étouffait. Au début, tout ce qu'il voulait c'était seulement s'éteindre un peu, pour se soustraire à cette emprise, à cette perte de contrôle, la sensation que sa vie lui échappait, et un jour il a voulu disparaître. Il a même failli réussir -- un presque tour de magie qu'il ne peut se résoudre à lui confier. — Moi sans toi j'étais pas pareil. C'était vraiment différent. Je veux qu'on avance, c'est vrai-je... Je veux qu'on le fasse ensemble et que notre amitié en guérisse mais je vois pas comment on peut si tu continues de prétendre que tout va bien tout le temps, que rien a bougé, qu'Haneul c'était pour nous alors que tu l'as fait pour toi..  que tu me pardonnes tout. »

L'iris est toujours furtive et la voix est plaintive, genoux ramenés contre son torse qu'il compresse de son poids, de ses doigts il emprisonne son corps, s'en sert tout à la fois de rempart et de soutien, le menton prenant appui au sommet de ses jambes « — Je suis désolé... désolé de ne pas être celui d'avant, désolé de t'avoir fait du mal pour me faire du bien, désolé d'avoir ce besoin viscéral d'être rassuré, d é s o l é d'être celui qui ne veut pas être oublié mais t'as fait croire à l'oubli.Je t'aime pas pareil, t'as raison. Mais... mais je t'aime pas moins. »

qu'il ne lui demande pas de lui dire
c o m m e n t
surtout pas
parce qu'à ça
il ne saurait quoi répondre




 
Where is my angel? The end of a tiring day. Someone come and save me, please. Is overshadowed by a sigh. I guess everyone's happy. Can you look at me? 'Cause I am blue and grey
Seo Kenshin
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t11927-seo-kenshin-idc99810
ANIMATION ✺ do you want to play a game?
UNE P'TITE PHOTO ? : happy death day ft kiyou <3 45796c6e2e5c17166890bfa16cc22232
AVATAR : TCHOIN CITY ( paraît que c'est affectueux. mdr. )
POINTS : 465
MESSAGES : 2737
NOUS A REJOINT LE : 13/10/2021
AGE : 21
happy death day ft kiyou <3 Empty
(#) Sujet: Re: happy death day ft kiyou <3   happy death day ft kiyou <3 EmptyMar 5 Avr - 21:35

HAPPY DEATH DAY

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩

I feel like 휘
Tra-la-la-la-la-la-la-la-la-la, ha-ha
Happy death day
Happy, happy worst day


Des entrelacs de pensées s’accumulent jusqu’à le surcharger.
Peu importe les efforts et la volonté, comprendre Kyu on l’a ou on l’a pas.
Et lui ce soir, il l’a plu.
« C’est quoi, quelque chose entre les deux ? » C’est le temps ? Celui qu’il va lui falloir pour se raccommoder à lui ?
Kyu a la confidence parcimonieuse, aussi absconse soit-elle, il est impossible pour lui de lui avouer en retour que ses explications ont la dégaine d’un labyrinthe et qu’il est perdu dedans depuis un bon bout de temps.
Il doit faire le tri dans ses questions pour qu'il ne se braque pas mais encore faudrait-il que lui-même sache par où commencer ?
Il préfère attendre, le laisser aller au bout de là où il veut l’emmener ( peu importe où mais visiblement pas Harry Potter world car ça, il aurait compris. )
« Moi sans toi j'étais pas pareil.Sans toi, je suis pas pareil non plus. » Il le coupe avec la nécessité de le rassurer, de mettre en avant que pour une fois ils se rejoignent sur un sentiment.
Mais il n’est plus très certain de ce qu’il a vraiment voulu dire, ni de comment il l’a interprété maintenant qu’il souligne son égoïsme avec la création de Haneul.
Peut-être qu’il voulait lui dire « tu n’étais pas seul à te sentir incomplet » mais aussi « j’ai besoin de toi. »
J’avais besoin de toi.
« Désolé ? » Il s’enferme dans sa chrysalide, ailes nouées au corps comme deux chaines d’acier. « Kyu. » Il outrepasse les barreaux derrière lesquels il s’est réfugié, se glisse entre les espaces en tirant sur son jean, un petit morceau tout près de sa cheville. « Je te pardonne pas. » Il a dans la voix la bavure d’un sourire, Kyu remonte les yeux sur lui avec un regard qu’il lui connaît bien. C’est celui qu’il a quand il l’agace mais que l’amour plus opaque encore enrobe ses sphères d’un vernis qui discrédite ses mauvais sorts.
« C’est pas ce que tu voulais ? » Les maillons d’acier se cassent pour le repousser, Shin attrape son bras tendu pour le faire basculer contre lui et l’étouffer d’une étreinte forcée.
« J’ai compris ce que tu voulais dire, pas la peine de te vexer comme ça. » Les contractions s’alanguissent, son être s’assouplit à chaque nouvelle expiration comme un retour à la maison après une dure journée. L’échange est palpable de nostalgie avec Kyu qui transmet l’amour sous la plus tendre des formes et Shin avec ses excès d’énergie qui ponctuent les embrassades de pressions d’affection, de mains qui se frottent dans le dos, dans la nuque ou qui décoiffent avec la même espièglerie qu’un baiser volé.
« Merci. » De t’être confié, d’avoir la volonté d’essayer de progresser vers moi, de me pardonner aussi.
Merci d’être là.

Le mouvement de sa mâchoire calée contre son épaule, moule son message à même sa chair.
Le dragon à aux lèvres une récréation de tendresse en l’entendant buter sur ses je t’aime, ils sont d’une cohérence toute relative mais il le reconnaît bien là. Malgré son image d’enfant doux, la communication du coeur à coeur n’est pas un langage avec lequel il est très confiant. Du moins, quand celui-ci exige des notions de vocabulaire plus pointues alors qu’au contraire pour Shin c’est pratiquement une compétence greffée à ses artères.  
« On dirait la fois où je t’ai coaché pour que t’ailles te déclarer à Nayoon mais contrairement à elle, j’accepte tes avances. » Ils redeviennent les deux gosses qui se lançaient leur sac à la tête en pleine rue, prêts à se battre pour de faux pour une remarque ou une plaisanterie qui a chatouillé trop fort la susceptibilité.
« AIE, AIE ! Aaaaaarête ! » Kyu paniqué suspend sa rébellion, affalé entre le canapé et le sol, Shin se tient les côtes là où les paumes du cancer mal luné appuyaient pour l'éjecter du meuble.
Après un « ça va ? » inquiet, l’acteur pantelant joue sa meilleure scène de grand blessé. Ce n’est que lorsque son meilleur ami le relève avec la plus grande prudence du monde qu’il lui souffle aux yeux ses plus beaux éclats de rire. « J’arriverais toujours à t’avoir, c’est dingue. Dans dix ans ça marchera encore, c’est sûr ! »
Encore un déjà vu.
Lui qui passe de la panique à la lassitude affectée et Shin qui panse un jeu qui est allé trop loin d’une pression d’amour abrasive. Il s’attache fort à son corps, lui écrase un baiser brute sur la joue.
« Je t’aime. »  
Ça aussi ça reste à l'identique, ça fonctionne.
Qui sait, dans dix ans aussi ?

Même si c’est pas pareil, ni moins.
Mais différent.
 



†I wanna be your slave, i wanna be your master, I wanna make your heart beat Run like rollercoasters. I wanna be a good boy, I wanna be a gangster. I love you since this morning Not just for aesthetic.I wanna touch your body, So fucking electric.
Contenu sponsorisé
happy death day ft kiyou <3 Empty
(#) Sujet: Re: happy death day ft kiyou <3   happy death day ft kiyou <3 Empty
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: seoul :: Hongdae
Sauter vers: