1234
Lim Samran & Nam Atlas ((link))

i
HUNDRED MILES 2022 © L'ensemble du forum et de son contenu est la propriété de kernel, fayrell, nuits polaires et celestial wonders et/ou des membres initiateurs. Bannière par NUITS POLAIRES et codage réalisé par CELESTIAL WONDERS. Toute copie totale ou partielle est interdite sans accord préalable. merci de respecter notre travail ❤︎



 
⊱ hundred miles c'est un forum réel asiatique city/universitaire basé à Séoulune réponse par mois minimum — Avatars occidentaux bienvenus ! — Taille des avatars 200*320pxUne semaine pour finir sa présentation — Pas de prise de tête, rien que du love. That's all folks ٩(^ᴗ^)۶
Le deal à ne pas rater :
Adhérents FNAC : 10€ offerts tous les 100€ d’achat
Voir le deal

 :: Trucs et machins :: Divers
Partagez

 Lim Samran & Nam Atlas ((link))


Invité
Anonymous
Invité
Lim Samran & Nam Atlas  ((link)) Empty
(#) Sujet: Lim Samran & Nam Atlas ((link))   Lim Samran & Nam Atlas  ((link)) EmptyVen 16 Avr - 18:45
FT Noppakao Dechaphatthanakun :: original character
LIM SAMRAN
≋ nom prénom ↝

((Lim)) Trois lettres gravées dans la chair, incrustées à coup de poing par un père dont la violence n’avait d’autre égale que celle du diable. Patronyme au goût amer, odeur putride de tes gênes dysfonctionnels. ((Samran)) nom à la douceur infinie, aux antipodes de la brutalité qui anime ta vie. Choisi par une mère aimante, au coeur fragile et aux yeux gonflés.

≋ âge & date de naissance ↝ Pleurs affamés à la lueur des néons. Triste soir d’hiver, un ((huit janvier)). Tu fais preuve d'une maturité paradoxale du haut de tes ((vingt six)) ans

≋ lieu de naissance & origines ↝ Les cris envoutants qui perçaient le silence de la chambre d’hôpital, traversant le froid impassible de ton premier amour. ((Séoul)). Des yeux en amandes, brillants de défi, d’une tendresse absolue.Les traits délicats, presque féminins. Sourire précieux offert par une mère aux allures de naïade. Mélange de deux cultures ((Corée & Thaïlande))

≋ orientation ↝ ((Célibat)) ancré depuis ton plus jeune âge. Imposé par un corps disgracieux aux courbes trop rondes pour répondre aux monstrueux standards de la beauté. Souvent moqué, et ta dignité spoliée, incapable d’avouer une ((homosexualité)) considérée comme affreuse.

≋ cursus ↝ Etudes terminées. Considéré comme haut potentiel intellectuel tu possèdes un double diplôme en ((commerce international et management)).

≋ métier/job ↝ ((Héritier)) de l'empire familiale. Tu es aujourd'hui à la tête d'une des ((concession automobile)) définie par ce luxe que tu hais tant.

≋ situation financière ↝ Baigné dans la ((richesse)) depuis ta naissance. Esclave des billets. Destiné à faire fructifier cet argent que tu considères comme sale. Le luxe et la richesse en perfusion.
≋ caractère ↝Humain — Fragile — Protecteur - Secret - Sensible - Doux - Timide - Intelligent - Maladroit - Courageux - Obstiné - Tendre - Patient - Méfiant - Loyal - Curieux - Sérieux - Sincère - Vrai - Pur - Complexé -Réfléchi - Humble - Introverti
Playlist/Keywords ↝ écrire ici  
Dreamlist ↝
≋ Titre de la relation ↝ décrire la relation
≋ Titre de la relation ↝ décrire la relation
≋ Titre de la relation ↝ décrire la relation
Âme égarée dans les méandres d’une brutalité incontrôlée. Traumatisme d’une perfection inatteignable. Enfance brisée par une pression sociale et un physique détestable. Une haine de sois-même incrustée dans chacune de tes cellules. Le poison du vice sous l’épiderme. Esprit abimé, disloqué par la médisance qui t’entoure. Un manque de confiance palpable, la crainte de l’abandon. Journées rythmées par l’enfer des repas. Obsession malsaine du moindre gramme ingurgité. La honte collé à la peau, chevillée, à te pourrir l’existence. Sensible, fragile. Le courage coincé dans le fond de la gorge. Douceur extrême, patience intarissable. Bouleversant corps d’un ange brisé par une chienne de vie.


I. Fils de PDG, homme de pouvoir, tu as toujours été sous le joug de ton paternel. Victime d’une asphyxiante pression sociale, imprégnée dans ton éducation à coup de poing et à coup de pied. Une recherche de la perfection pourtant inatteignable. Le Graal.

II. En surpoids et trop intelligent, tu as toujours été la cible des moqueries à l’école. Malmené et rabaissé par les plus populaires, tu as nourri une douloureuse solitude durant des années. Un enfer dont tu ne te plaignais jamais, persuadé de mériter les mauvais traitements infligés.

TW : trouble alimentaire, anorexie
III. Souvent affamé par des régimes drastiques, tu mangeais en cachette dans les toilettes de l’école jusqu’à t’en faire vomir. Un dégoût de toi même qui t’as toujours poussé à dissimuler ta fragilité. Dégringolade dans la profondeur de tes abysses. Un aller sans retour vers le purgatoire. Enfermé dans une anorexie frénétique, tu as vu ton corps changer, le regard des autres s’adoucir. Une impression de valoir quelque chose. Un junkie pour une dose d’amour.

IV. Amour à sens unique. Secret bien gardé. T’as succombé à sa beauté dangereuse. Cliché du mauvais garçon. Fantasme de tes nuits solitaires. Beaucoup trop bien pour toi, tu le regardais de loin. Jusqu’à ce jour. Jusqu’à ce qu’il fracasse ton crâne sur le trottoir. Dix ans de prison. T’as pas voulu porter plainte. Ton père l’a fait pour toi.

V. Plongé dans les études, et dans le sport. Routine installée pour oublier ton coeur brisé. Tout pour l’apparence. Tu suis un planning drastique pour ne pas replonger dans tes vices. Un besoin incessant de bouger pour évacuer tes frustrations, toutes ces douleurs que tu hurles en silence. Tu ne seras jamais assez. Assez beau. Assez intelligent. Assez parfait. Non, tu ne seras jamais assez.

VI. En recherche perpétuel d’un regard de fierté de ton père, tu n’as pas pu refuser de prendre les rênes de la concession, de la filiale coréenne. Pour prouver ta valeur. Prouver que tu en vaux la peine. Que les coups, tu ne les mérites plus. Ton travail, tu le prends au sérieux. T’as enterré tes envies et tes passions. Devenur aujourd'hui pantin d’un père égoïste.  

VII. Ton homosexualité dissimulée, incapable de supporter ton corps, tu refuses le toucher. Souvent séduit par toutes ces filles de bonnes familles. Rejet incessant de leurs avances. Ton père t’as pourtant choisi une fiancée. Tu suffoque. Otage d’un mensonge sans fin.  

VIII. Tu conduis les voitures que tu vends. Addiction à l’adrénaline, la vitesse, synonyme d’une fausse liberté. La seule que t'es capable d'atteindre. T'es qu'un oiseau en cage. Tu as souvent hésité à lâcher le volant. A signer ton arrêt de mort comme ton idole James Dean. T’as pas le courage. Trouillard.

IX. T'as embauché celui qui a causé la plupart de tes cauchemars, les douleurs fantômes qui t'ont gâché la vie. Il te sert accessoirement de garde du corps. On pourrait dire que t'es trop gentil. Mais t'es juste inconscient.

X. Tu mets secrètement de l'argent de côté, tu prépares ta fuite. T'es pas encore prêt à tout lâcher. Mais un jour te le seras. Un jour tu deviendras quelqu'un.
LEE GIKWANG
NAM ATLAS
≋ nom prénom ↝

((NAM))

Ca te plaît parce qu’à l’envers ça fait Man. C’est surtout trois petites lettres que tu portes avec une fierté sans faille. L’héritage de ton père tant aimé. Ton père ce héros déchu.

((ATLAS))

Titan, fils de Japet et Clyménée. Tu portes pas le monde sur tes épaules, juste ton chagrin déjà bien assez lourd. T’es le frère aîné de Thémis et Hélios. Résultat de la fascination de tes parents pour la mythologie.

≋ âge & date de naissance ↝

On te dit souvent que t’as l’air jeune. Trop jeune. Que tu fais pas tes ((VINGT NEUF)) ans. C’est avec une certaine dextérité que tu dégaines ta carte d’identité. Et ouais t’es bien né le ((12 SEPTEMBRE 1992))

≋ lieu de naissance & origines ↝

Tes parents ils ont grandi à ((NEW YORK)). Toi t’y es né. La belle et célèbre New York. Ton grand amour. Physiquement t’as rien d’américain, non, toi t’es ((100% COREEN)). Origines de tes ancêtres. T’aimerais faire un test ADN pour espérer te trouver des gènes hispaniques ou même russes.

≋ orientation ↝

Quand ta mère t’as surpris a fricoté avec le voisin dans la buanderie, elle t’as foutu à la porte. Autant dire que t’as pas compris pourquoi. Ça te semblait logique cette attirance. La même que t’avais ressenti pour Noémie, la capitaine des cheerleader du lycée. Expérience traumatisante. Tu gardes ta ((BISEXUALITE)) comme un précieux secret. Pour te protéger.

≋ cursus ↝

T’as pas de diplômes. Mais si t’avais eu la chance de pouvoir poursuivre tes études t’aurais sûrement été ambulancier ou infirmier.

≋ métier/job ↝

T’as eu la chance d’être pilote professionnel de moto GP. De courir pour Yamaha sous les couleurs de ta mère patrie. Suite à un grave accident t’as du abandonner ton rêve. T’as tout quitté pour prendre ta retraite dans ce pays qui est aussi le tien. Bonjour Séoul. T’as ouvert ton ((SALON DE THE)) dans la capitale. L’Atlas. C’est pas la modestie qui t’étouffe.  Ouvert 24/7 t’accueilles les jeunes sans toits et tu leur offre un travail.

≋ situation financière ↝

T’es ((A L'AISE)). T’as claqué une partie de ton argent dans des vêtements et des tonnes de bibelots inutiles. Aujourd’hui t’es gérant et propriétaire, t’as appris à pas vider tes poches sur un coup de tête. Et puis tu te retrouves avec ton frère et ta sœur à charge. Tu peux pas te permettre de merder.  
≋ caractère ↝ Impulsif - Borné - Passionné - Sûr de toi  - Entier - Immature - Susceptible - Courageux - Ardent - Autoritaire - Caractériel - Méfiant - Casse cou - Enthousiaste - Chaleureux - Charismatique - Bavard - Excentrique - Jaloux - Loyal - Désobéissant - Unique - Tempétueux  - Débrouillard -Tenace - Protecteur
Playlist/Keywords ↝ écrire ici  
Dreamlist ↝
≋ Titre de la relation ↝ décrire la relation
≋ Titre de la relation ↝ décrire la relation
≋ Titre de la relation ↝ décrire la relation
T’étais assis là, sur ce tabouret, à ne pas savoir dans quel sens croiser tes jambes. Tu faisais claquer ta langue contre ton palais. Depuis quand est-ce que t’avais pas vu un journaliste ? T’avais plus l’habitude de ce genre de chose. D’être au centre de l’attention. De répondre à des questions intimes. Tu savais pas vraiment pourquoi tu le faisais. Peut-être pour te souvenir de cette époque ? Celle de tes plus grand succès. Celle où tétais marié à la célébrité. Tu souriais au type en face de toi, tu voyais ses mains trembler. Il était jeune. Un peu impressionné. Il était temps. C’était l’heure de commencer.


I. Bonjour monsieur Nam et merci d’avoir accepté cette interview. Aujourd’hui cela fait cinq ans que vous avez malheureusement arrêté votre carrière. J’aimerais revenir sur vos débuts. Offrir à nos lecteurs une approche plus personnelle et privée de votre vie. Vous avez dédié chacune de vos victoires à votre père. Pouvez vous nous en dire plus sur cet homme que vous semblez tant admirer ?

« Mon père. Je pourrais en parler durant des heures. Il était mon héros. Vous savez, il était pompier. Il a toujours eu ça dans le sang. Ce besoin de venir en aide aux autres. J’étais qu’un gamin et quand je le voyais dans son uniforme, je croyais qu’il était invincible. Qu’il enfilait son costume comme spiderman et qu’il avait des supers pouvoirs. C’était quelqu’un de doux et patient. Quelqu’un de droit qui nous a inculqué le respect. J’avais jamais imaginé qu’il puisse disparaître. Mais un jour tout à basculé. Pour des milliers d’entre nous. Les tours sont tombées. J’ai passé des nuits à ressasser les douleurs d’où surgissait le seul moment que j’aurais voulu oublier. Les cendres qui tombaient sur New York. Les flammes, les carcasses des avions suspendus dans les airs. Ce jour là. J’ai perdu mon père. Ce jour là nos vies ont basculé. Je n’avais que dix ans, mon frère seulement trois. Ma mère était enceinte de ma petite soeur. Je suis triste pour elle, qu’elle n’ait pas eu la chance de le connaître. Alors oui chaque victoire, chaque réussite, chaque pas en avant, je les lui dois.»

II. Est-ce que c’est ce drame qui vous a poussé à être aussi fort psychologiquement ? Est-ce que vous partagiez cette passion de la moto ?

« Honnêtement, il n’a jamais regardé aucune course, il passait son temps à dire que tous ces pilotes étaient dingues, qu’ils mettaient leur vie en jeu. -rires- La vie c’était précieux à ses yeux et il n’arrivait pas à comprendre que l’on puisse décider volontairement de frôler la mort. S’il me voyait… Je me prendrais sûrement un bon coup de pied au cul. La moto, c’était pas un truc de famille. »

III. Alors qu’est ce qui vous a poussé vers cette carrière ?

« J’ai eu des petits soucis familiaux, avec ma mère. On n’était pas vraiment sur la même longueur d’ondes et malheureusement je me suis retrouvé à la rue quand j’avais dix sept ans. Je suis pas un exemple mais j’ai arrêté l’école, j’ai pas passé mon diplôme. J’ai connu la faim. Le froid. Et j’aimerais dire à tous ces jeunes qui se retrouvent dans cette situation que la route est beaucoup trop longue quand on avance sans but. Que les nuits sont dangereuses, que chaque pas nous rapproche d’un aller sans retour. Je voudrais leur dire que la faim rend fou, que le froid paralyse. Je voudrais leur expliquer qu’un soir j’ai croisé la route de quelques types malintentionnés, que j’ai failli en mourir mais que c’était pas ça le plus difficile. Ce qui était vraiment dur c’était d’avoir le courage d’accepter une main tendue. Je voudrais leur dire de ne pas refuser l’aide des autres. J’ai attrapé une main, celle de Richard. Celui qui m’a sorti du caniveau. Celui qui m’a mis sur sa moto et qui m’a tout appris. Il a fait de moi un champion. Il m’a transmis sa passion, ses valeurs. Il a fait de moi quelqu’un de meilleur. C’est un peu un deuxième père. »

IV. En effet vous avez gagné de nombreuses courses, je me souviens encore de certaines. Votre accident à mis fin à votre carrière en pleine essore. Est-ce que vous en avez des souvenirs ? Des séquelles ?  

« Tout s’est passé extrêmement vite. J’ai entendu un gros bruit et j’ai senti que mes freins ne fonctionnaient plus. Le temps que je réagisse la moto s’était déjà fracassée contre les barrières. Je me souviens de la chaleur des flammes. J’ai pensé à mon père à cet instant. J’ai envie de croire que c’est lui qui m’a sauvé. C’est un miracle que je sois en vie. J’ai eu un bras brûlé, j’ai du subir plusieurs greffes de peau. Un traumatisme crânien, mais j’ai jamais été très intelligent alors ça ne m’a pas vraiment affecté ! -rires- Et j’ai eu de nombreuses fractures. Je boite encore un peu et certains jours de pluie ma jambe me fait souffrir. Je suis un miraculé. C’est tout ce qui compte. J'aurais pu me reconvertir en monsieur météo avec mon nouveau talent ! »

V. Cet accident vous a poussé à changer de vie. Changer vos projets. Comment est-ce que vous l'avez vécu ?  

« J’ai passé un moment à broyer du noir, à rejeter ceux qui voulaient m’aider. C’était de longs mois de souffrance, de rééducation, à me dire que ma vie était foutue, que je pouvais plus rien faire. J’avais pas de diplôme et je pouvais plus faire ce que je faisais le mieux. Richard m’a un peu secoué et je me suis servi de ce temps passé à l’hôpital pour réfléchir à un nouvel avenir. En vérité, j’ai tout quitté sur un coup de tête. J’avais besoin d’un nouveau départ. Loin de tous ça. J’ai fui cette ville qui m’avait vu grandir. Survivre. Secrètement, j’ai espéré ne plus jamais y revenir. J’avais voulu oublier tout ce que j’y avais perdu. Les bons souvenirs avaient coulé, laissant à la surface les plus mauvais. J’ai décidé de poser mes valises sur la terre de mes ancêtres. Je parlais vaguement la langue. Mais j’avais de l’argent et c’était suffisant pour ouvrir ce salon de thé. Pour me reconstruire.»

VI. Vous avez pris un virage a 180°, comme se passe cette nouvelle vie ?

« J’ai mis un peu de temps à m’adapter à ce pays, à cette culture qui n’était pas vraiment la mienne. J’ai ouvert ce salon de thé sans avoir aucune compétence en gestion ou même en pâtisserie. J’ai appris à m’entourer des bonnes personnes. J’ai appris à en apprivoiser d'autres, à leur redonner confiance. On a tous le droit à une seconde chance. On fait tous des erreurs. Et je suis là pour soutenir ceux qui veulent réellement s’en sortir. Je me sens utile. J’en ai besoin. Je voudrais que mon père soit fier de moi. Je me sens bien ici. J'ai abandonné mes souvenirs pour m'en sortir. »

VII. Comment vous sentez vous aujourd’hui ? Est ce que que pouvez  pratiquer toujours un peu la moto ?

« Malheureusement je ne peux plus piloter, ma jambe m’empêche de m’assoir correctement sur mon bolide, mais j’ai pas pu m’en séparer. Je perds pas espoir, je me dis qu’un jour j’irais peut-être mieux. J’ai l’impression d’avoir grandi. J’ai laissé l’adolescent en colère derrière moi pour regarder vers l’avenir. J’ai découvert ce que c’était d’avoir des responsabilités. Je suis pas forcément un exemple, mais j’essaye de faire au mieux. »

VIII. Est-ce que vous avez des regrets ?

« J’en ai eu. Sûrement un peu trop. Je me suis lassé étouffer par ces regrets, par mes remords. J’avais l’impression de me noyer et je pouvais pas continuer à m’apitoyer sur mon sort. J’ai besoin de bouger. Ce que je souhaiterais c’est me réconcilier avec ma mère. Je ne sais pas si ça arrivera un jour, si on réussira à se comprendre et à se pardonner. Je ne lui en ai jamais voulu d’être…elle. Froide et étrange. Une femme capable de ramasser un chien blessé mais inapte à prendre ses propres enfants dans ses bras. Je nous laisse du temps. »

IX. En parlant de famille vous n’avez pas encore fonder la vôtre. Vous n’avez pas rencontré la bonne personne ?

« Je suis doué avec une moto, mais je suis pas du tout un expert en relations. Je sais que j’ai toujours été discret sur ma vie amoureuse et je compte bien le rester. C'est un peu mon jardin secret. Et je dois avouer que ça ne fait pas partie de mes priorités. Je n’ai pas vraiment le temps d'y penser depuis que mon frère et ma soeur ont débarqué devant ma porte sans me prévenir en disant, je cite : « Maman est un tyran ». J’avais pas prévu de m’occuper d’eux. Ils sont grands, mais pas très matures. Hélios a vingt deux ans et Thémis dix neuf. Parfois j’ai l’impression de devoir gérer des enfants. -rire- Je suis très heureux de les avoir chez moi, mais je suis moins fan qu’ils aient arrêté leurs études. »

X. Vous avez l’air d’avoir une vie bien remplie. Vous avez sû rebondir malgré les difficultés. Que voulez vous dire à tous ceux qui vous aiment et qui vous ont supporté durant toutes ces années ?

« Je voudrais déjà les remercier de m’avoir soutenu, d’être venu m’encourager sur les circuits. C’est grâce à eux que j’ai pu réussir. Mes victoires leur appartiennent. Je voudrais aussi leur dire de ne jamais se laisser abattre malgré les difficultés. Qu’il faut croire en ses rêves et se battre pour y arriver. Il y aura toujours des obstacles, mais rien n’est insurmontable quand on est entouré des bonnes personnes. »
Invité
Anonymous
Invité
Lim Samran & Nam Atlas  ((link)) Empty
(#) Sujet: Re: Lim Samran & Nam Atlas ((link))   Lim Samran & Nam Atlas  ((link)) EmptyVen 16 Avr - 18:48
FT KAO NOPPAKAO
LIM SAMRAN
RHEE SUA
▸ Connected Friend (f) ⎯ Sua elle t'as un peu sauvé la vie quand elle a eu la gentille de t'expliquer comment fonctionnait ton téléphone. La technologie, c'est pas ton truc. Les smartphones encore moins. T'aime sa gentillesse et son grain de folie. T'aimes le fait qu'elle te fasse découvrir des boissons sans sucre. Tu te sens bien avec elle. Tu te sens pas jugé. T'as l'impression de pouvoir être toi même. Enfin.
YI INH KYANG
▸ first bad love (m) ⎯ Lui c'était le mec cool de l'école. Le bad boy que toutes les fills veulent. Toi aussi t'as succombé à son charme mais t'as jamais osé l'approcher. Lui, il t'as tabassé pour un histoire de jalousie. T'as frôlé la mort. Lui, il a passé dix ans en prison par ta faute. Celle de ton père. Tu pensais pas le revoir. Jamais. Et aujourd'hui il bosse pour toi. T'as l'impression que le destin se fout de ta gueule. Tu sais pas ce qui va se passer. Tu sais pas comment gérer tes émotions.
TAE SANGJUN
▸ Shut the f*ck up (m) ⎯ Il est pas méchant, mais il est doué pour blesser. Pour lancer les petites reflexions qui font mal. C'est pas difficile de deviner tes complexes et lui, il adore te titiller. Tu supportes les remarques sans rien dire. Parce que t'es poli, parce que t'es timide. Mais un jour tu vas craquer. Tu le sais.
Invité
Anonymous
Invité
Lim Samran & Nam Atlas  ((link)) Empty
(#) Sujet: Re: Lim Samran & Nam Atlas ((link))   Lim Samran & Nam Atlas  ((link)) EmptyDim 2 Mai - 13:08
FT LEE GIKWANG
NAM ATLAS
NOM PRENOM
▸ intitulé du lien (f/m) ⎯  écrire ici
NOM PRENOM
▸ intitulé du lien (f/m) ⎯  écrire ici
NOM PRENOM
▸ intitulé du lien (f/m) ⎯  écrire ici
Contenu sponsorisé
Lim Samran & Nam Atlas  ((link)) Empty
(#) Sujet: Re: Lim Samran & Nam Atlas ((link))   Lim Samran & Nam Atlas  ((link)) Empty
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: