▲ up▼ down
1234
(seiichi) bring me back to life



 

news MAJ goût pinky milky-way pour te mettre des étoiles dans les mirettes
:. LIRE L'ANNONCE


ROCK PAPER SCISSORS Tu kiffes le hasard ? Viens gagner (ou perdre) des points au jeu du shifumi !
:. PIERRE PAPIER CISEAUX

classements les résultats de la compétition endiablée, santé
:. LES TROIS GRANDS CLASSEMENTS


INFOS des petites précisions ont été apportées
>> aux quêtes
& >> l'activité rp

Le Corbeau plus présent que jamais, prends garde à tes secrets
:. SON INSTA
& SON ANTRE SUPRÊME

SOIRÉES JEUX nous; on est chauds bouillants pour vous organiser des soirées de dinguos ♥️
:. ORGANISATION SOIRÉES & JEUX
Contexte
Seoul Coeur battant du pays du matin calme, cité aux envies furieuses et aux ennuis décadents. Dans cette ruche d’acier, on se débat, on s’applique éperdument à vivre malgré la nuée d’âmes qui nous entourent. Dans cet univers frénétique, les influences sont multiples, et c'est un tumulte sans fin qui agite les esprits et les corps. Trônant au sommet de cette cité luminescente, les plus grands conglomérats coréens se livrent une lutte mortifère, tandis qu'à leurs pieds, les mortels oscillent entre paix et discordes. Depuis près de soixante-dix ans, les sociétés divisent autant qu'elles rassemblent, semant troubles et espoirs dans leur sillage. On les plébiscite, on les méprise, on les rejette, on les envie, mais en aucun cas elles indiffèrent. Comment ignorer ce microcosme vertigineux, où chacun est acteur d'une guerre qui ne les concernent sans doute pas. Les uns poursuivent leurs aspirations, les autres se résignent à vivre en pions. Les plus impétueux prétendent pouvoir éviter cette inévitable dépendance, mais pour la majorité, impossible de vivre sans se référer à ces grandes unités. Irrémédiablement attirés vers leurs semblables, la population se voit divisée, fractionnée en sociétés mouvantes, envahissantes, unificatrices. Les plus riches s'en pâment tout en craignant le précipice qui les guette peut-être, les plus pauvres s'en irritent mais s'affament à espérer l'envol promis. Tous ne cherchent au fond, que la prospérité et l'exaltation d'une vie un peu moins monotone
Nouveautés  février-mars 2021

classement comme tous les mois : les trois grands classements sont affichés. Notez cependant qu’à partir de cette MAJ, ceux-ci seront mis à jour de façon hebdomadaire !

Kai Bai Bo venez découvrir le jeu du mois : le pierre, papier, ciseaux !

roulette notre roulette rétro va-t-elle parvenir à conquérir ton coeur ?

news MAJ goût pinky milky-way pour te mettre des étoiles dans les mirettes
:. LIRE L'ANNONCE


ROCK PAPER SCISSORS Tu kiffes le hasard ? Viens gagner (ou perdre) des points au jeu du shifumi !
:. PIERRE PAPIER CISEAUX

classements les résultats de la compétition endiablée, santé
:. LES TROIS GRANDS CLASSEMENTS


INFOS des petites précisions ont été apportées
>> aux quêtes
& >> l'activité rp

Le Corbeau plus présent que jamais, prends garde à tes secrets
:. SON INSTA
& SON ANTRE SUPRÊME

SOIRÉES JEUX nous; on est chauds bouillants pour vous organiser des soirées de dinguos ♥️
:. ORGANISATION SOIRÉES & JEUX

Partagez

 (seiichi) bring me back to life


 :: seoul national university :: Ville Campus :: Quartier Étudiant
Kwon Yize
Voir le profil de l'utilisateur
hwangsa ≈ they're thunderstorm
UNE P'TITE PHOTO ? :  ⊱ (seiichi) bring me back to life Tenor
AVATAR :  ⊱ choi chanhee (new - the boyz).
POINTS :  ⊱ 155
MESSAGES :  ⊱ 144
NOUS A REJOINT LE :  ⊱ 24/01/2021
AGE :  ⊱ 20
(seiichi) bring me back to life Empty
(#) Sujet: (seiichi) bring me back to life   (seiichi) bring me back to life EmptyJeu 18 Fév - 17:21
bring me back to life // ootd
février 2021

Et si on recommençait tout de zéro ?
Et si on faisait comme si rien de tout cela n’avait eu lieu ?
Et si nous ne nous étions jamais amusés ensemble ?
Et si tu ne m’avais jamais dit je t’aime ?

Les pupilles grandes ouvertes, assis tout droit sur son lit dans le dortoir, Yize sent son cœur bondir sous sa poitrine. La douleur l’envahit, si grande, assiégeant tout sur son passage. Une main se porte à ses lèvres tandis qu’il tiraille sur son teeshirt de l’autre ; comme s’il asphyxiait, comme s’il manquait cruellement d’air. Une seconde, il fixe le mur devant loin, point stable le plus proche, puis il dépose lentement ses pieds nus l’un après l’autre sur le sol pour avancer jusqu’à la fenêtre. Là, perché au quatrième étage, il reprend son souffle et il glisse une main dans sa chevelure rosée.
Heureusement, il est seul dans le dortoir, pour le moment. En revenant faire ses devoirs avant la soirée qu’il a de prévu, il s’est assoupi plus vite qu’il ne l’aurait pensé. Le voilà maintenant plus ou moins déconnecté de la réalité ne pensant cependant plus qu’à une seule et unique personne : Seiichi. Ce garçon qu’il a revu des jours plus tôt, dont les propos se sont heurtés avec fracas contre les siens. Il se mordille la lèvre inférieure, réprimant un frisson en se détachant doucement de la fenêtre. Le temps est humide et les blessures se ravivent. Yize déglutit avant de sentir son téléphone vibrer dans sa poche. C’est un rappel pour ce soir. Il l’étend puis referme la fenêtre en se dirigeant, encore confus, jusqu’à son armoire.
Alors que ses prunelles se perdent dans les différents vêtements, ses pensées ne le lâchent pas d’une semelle. Et si… Avec des si, on pourrait refaire le monde. Mais jamais, jamais, Yize n’a espéré oublier les mots d’amour que son ancien petit ami lui a avoué sur l’oreiller, là, au creux de l’oreille. Il claque la porte de l’armoire pour éviter à ses larmes de couler. Pourtant, Yize, ce soir, c’est bien pour Seiichi que tu te fais si beau. Après tout, le jeune homme lui a dit qu’il se battrait pour le récupérer. En a-t-il seulement la force ? En a-t-il seulement le droit ? La liste des questions s’allonge, les réponses manquant à l’appel.

Un peu plus d’une heure plus tard, enfoui sous un manteau en cuir noir, une écharpe en laine entourant son cou, l’étudiant quitte sa chambre pour rejoindre la fête qui a déjà dû commencer. Il ne sait pas tellement s’il y va pour s’y amuser ou dans l’unique espoir de pouvoir (encore) discuter avec Seiichi. Ils ont beaucoup de choses à se dire, néanmoins, il s’agit aussi de marcher sur des œufs. Et Yize n’a clairement pas décidé de fêler d’autres coquilles.
Les mains rapidement occupées par un verre d’alcool, Yize offre des sourires sur son passage, ne sachant pas toujours de qui il est question. Il aperçoit des amis, se mêle à la troupe, le regard fuyant et les idées perdues dans la foule mouvante. La musique s’étend autour d’eux et son corps réagit tout seul, s’insinuant doucement entre tous ces corps pour y propulser le sien. Son verre a changé, il tient désormais une coupe de vin rouge entre ses doigts fins, précautionneux malgré le monde, pour n’en rien renverser. Et il danse, peu à peu, ses pieds se déverrouillent et il s’abandonne à ce rythme entraînant. Viendras-tu me trouver au milieu de tous ces inconnus ? Ce soir, tu es le chat et je suis la souris. A moins que les rôles ne se soient inversés depuis toutes ces années ?


(C) ETHEREAL


Ryeo Seiichi
Voir le profil de l'utilisateur
heulim ≈ we have art in order not to die from the truth
UNE P'TITE PHOTO ? :  ⊱ (seiichi) bring me back to life Tenor
AVATAR :  ⊱ credit to Luomistaide
POINTS :  ⊱ 39
MESSAGES :  ⊱ 39
NOUS A REJOINT LE :  ⊱ 24/01/2021
(seiichi) bring me back to life Empty
(#) Sujet: Re: (seiichi) bring me back to life   (seiichi) bring me back to life EmptyVen 19 Fév - 9:34

outfit - Allongé sur son lit, un bras cachant son oeil aveugle, il fixait le plafond sans quoi penser. Les jours s’étaient étirées, avaient défilé et pas une seule fois n’avait-il pas pensé à Yize. Il avait longtemps cru qu’ils ne se reverraient plus et qu’il n’avait été que son premier amour. Il était pourtant bien placé pour savoir que Yize n’avait pas été que son premier amour. Il avait été bien plus parce que, sinon, pour quelles raisons repoussait-il les déclarations d’amour auxquelles il avait eu le droit ces cinq dernières années ? Il n’avait pas espéré qu’un jour ils puissent se revoir parce qu’il s’était fait une raison. Leur vie avait basculé du jour au lendemain et pour la énième fois, il n’était pas question de retourner en arrière. Il avait continué sa vie sans lui bien que le poids de la culpabilité se faisait un peu plus lourd chaque jour. Il n’était pas le seul coupable mais il était en partie responsable alors cela le rongeait. Il sentait bien qu’il allait mieux qu’au début mais, doucement, son monde se noircissait. Il perdait le fil et savait que s’il ne faisait rien pour y remédier il chuterait. Sauf que le temps semblait s’être soudainement stoppé depuis ses retrouvailles avec Yize. Et si…?
Il se passa les mains sur le visage et prit une grande inspiration avant de se redresser. Il lui avait dit qu’il se battrait pour lui et qu’il le récupérerait sans même savoir pourquoi il avait prononcé de tels mots. N’était-ce pas l’insulter ? Il ne souhaitait que le bonheur de Yize et si le bonheur de Yize était qu’il ne fasse pas partie de sa vie, le respecterait-il ? Il savait bien que oui mais Yize lui avait bien dit que ce n’était pas de ce lâche dont il était tombé amoureux. Quels effets néfastes le temps avait-il eu sur lui ? Il mordilla sa lèvre inférieure et ragea intérieurement. Il devait se reprendre et montrer qu’il n’avait pas tant changé que cela. Il désirait son amour et ferait tout pour l’obtenir. Par pure égoïsme ? Il se recroquevilla sur lui-même et se balança légèrement d’avant en arrière. Il était fatigué de ce que la vie lui offrait que ce soit bon ou mauvais. Il ne savait plus, il ne savait plus et s’en rongeait les sangs. Une douce main se posa sur son dos et il se crispa.

« Sei, viens, on va prendre l’air. »

Il redressa la tête et regarda son camarade de chambre. Il acquiesça et ils partirent à l’extérieur. En voyant qu’il avait emporté un ballon avec lui, il sourit et le laissa l’entraîner dans une partie de football improvisé à deux. Ils retournèrent à leur chambre en sueur malgré le temps frais et il partit prendre une douche. En fait, cet accident lui avait enlevé son assurance parce que, cette même assurance, il ne l’avait dédié qu’à Yize. Il n’y avait qu’avec lui qu’il était parvenu à être une meilleure personne. Peut-être réussirait-il à redevenir quelqu’un de bien en le retrouvant. C’était lui qui l’avait invité à cette soirée et, bien qu’il douta un instant de ne pas l’y voir, un doux sourire étira ses lèvres quand il le vit danser au milieu de toutes ces personnes.
Yize avait toujours aimé la danse et lui l’avait toujours poussé à partir vers ce domaine. Cela s’était finalement passé différemment mais, contrairement à lui, Yize restait fidèle à lui-même. Il se faufila à travers tous ces corps pour le rejoindre et attrapa délicatement sa main pour le faire tournoyer avant que le regard de l’un n’attrape celui de l’autre.

« Salut, murmura-t-il, ai-je le droit de t’accaparer pour la soirée ? »

Leurs regards se disaient tout. À la fois douloureux et amoureux. Ils se dévoraient et c’était à celui qui se ferait avoir le premier. Yize était aussi beau que le premier jour où il avait pris conscience de ses sentiments pour lui parce que ce n’était pas ce soir où ils avaient couché ensemble la première fois. C’était bien plus tôt alors qu’il ne pensait pas un instant que ce petit bout de crème puisse faire chavirer son coeur.

Even if you’re out of my vision,
It’s okay as long as I can feel you.
I want you to be make me sure
Please get rid of my anxiety


@Kwon Yize
Kwon Yize
Voir le profil de l'utilisateur
hwangsa ≈ they're thunderstorm
UNE P'TITE PHOTO ? :  ⊱ (seiichi) bring me back to life Tenor
AVATAR :  ⊱ choi chanhee (new - the boyz).
POINTS :  ⊱ 155
MESSAGES :  ⊱ 144
NOUS A REJOINT LE :  ⊱ 24/01/2021
AGE :  ⊱ 20
(seiichi) bring me back to life Empty
(#) Sujet: Re: (seiichi) bring me back to life   (seiichi) bring me back to life EmptySam 20 Fév - 6:07
bring me back to life // ootd
février 2021

Il danse Yize, ignorant si ses mouvements sont précis, si ses gestes sont en rythme avec la musique, mais il a l’impression, depuis toujours, de ne pas tellement se tromper. Et, depuis son entrée à l’université, il renoue complètement avec cet art, se permettant de prendre de plus en plus de temps pour l’exercer quand il n’étudie pas, quand il ne travaille pas, quand il ne révise pas. Ses pas sont entraînés par les beats, par ces résonnances qui l’emportent tout entier dans une vague de chaleur et de bien-être. Pourtant entouré par tous ces autres corps mouvants, Yize est seul au centre de la piste de danse, bien enfoui dans son cocon, sa coupe de vin rouge dans son sillage.
Ses prunelles châtaines ne viennent à se rouvrir qu’à l’instant où un contact se fait. Sa main libre est saisie, comme si l’auteur de cette étreinte a vu cette détresse qui hurle de le sortir de cet endroit. Alors qu’un sourire s’étend doucement sur ses lèvres rosées, Yize tourne sur lui-même, s’agrippant à ces doigts qu’il a si souvent enlacés des années plus tôt. Et même si c’est agréable, ça brûle à l’intérieur. Ça le consume si fort qu’il pourrait prendre ses jambes à son cou. Néanmoins, retenu par le regard de Seiichi, il sent ses jambes chanceler, son cœur vaciller. Il se perd un instant dans cette pupille dévorante, à l’âme abandonnée et pourtant si vive.
Lentement, Yize finit par retirer sa main de celle de son interlocuteur qui l’a bien retrouvé au milieu de tout le monde. Parce qu’ils se sont déjà retrouvés une fois, n’en sera-t-il pas de même à chaque fois, désormais ? Son verre à pieds entouré de ses deux mains, il continue de fixer Seiichi, ne sachant pas tellement ce qu’il doit lui répondre. Quand ses joues se colorent de rose et que son cœur bat un peu plus rapidement dans sa poitrine, son esprit lui dicte de ne pas céder. Mais céder à quoi ? Alors le plus jeune réinstitue un effleurement, sa silhouette se rapprochant plus près de celle du brun, son visage à peine plus bas que celui de Seiichi, plus grand. « Je ne suis pas certain que mes amis ne veuillent pas que je retourne auprès d’eux à un moment ou un autre. »
Levant sa coupe à ses lèvres, ses iris rencontrent sans cesse celui de Seiichi avant qu’il ne lui prenne le bras pour quitter la piste de danse où ils ne s’entendent à peine, où ils se font bousculer ; eux, pauvres âmes esseulées. Par chance, une banquette se libère et le plus jeune se hâte de les y entraîner, croisant ses jambes après avoir abandonné son verre. Il retire sa veste en cuir pour la déposer sur la table et son buste se penche vers l’étudiant qui a pris place à côté de lui. Comme sur le ton d’une confidence, il lui déclare à l’oreille : « Merci pour l'invitation. » Il lui sourit d’une tendresse non dissimulée, pourtant songeur de leurs récentes retrouvailles. Et maintenant ?


(C) ETHEREAL


Ryeo Seiichi
Voir le profil de l'utilisateur
heulim ≈ we have art in order not to die from the truth
UNE P'TITE PHOTO ? :  ⊱ (seiichi) bring me back to life Tenor
AVATAR :  ⊱ credit to Luomistaide
POINTS :  ⊱ 39
MESSAGES :  ⊱ 39
NOUS A REJOINT LE :  ⊱ 24/01/2021
(seiichi) bring me back to life Empty
(#) Sujet: Re: (seiichi) bring me back to life   (seiichi) bring me back to life EmptySam 20 Fév - 8:03

outfit - C’était toujours dans ces moments-là qu’on se rappelait les premières rencontres. Il se rappelait de la leur comme si cela datait d’hier et du visage d’enfant de Yize. Jamais un instant n’aurait-il pensé tomber amoureux de lui. Il avait toujours été renfermé, incapable de s’ouvrir au monde. Pourtant, c’était aussi ce qui faisait son charme et il avait toujours exercé une forte force d’attraction sur les autres alors il n’était jamais seul. Entouré, aimé, il charmait les demoiselles de son côté mystérieux sans être attiré par elles pas plus que par les hommes. Seiichi, il vivait sa vie sans se soucier du reste et on pourrait le traiter d’égoïste mais, au fond, il était ce qu’on appelait une personne vraie. Indifférent mais franc et Yize n’y avait pas échappé. Il l’avait longtemps fui pour qu’il puisse le laisser tranquille mais Yize avait persévéré. C’était pour cette raison qu’un jour il l’avait accepté auprès de lui et commencer à être plus qu’un ami. Ils se retrouvaient dès que les cours étaient finis et riaient face à leurs propres bêtises. Ils étaient un peu comme des meilleurs amis sans l’être. Ils se définissaient comme étant devenus bons seulement parce que leurs grands-frères l’étaient eux aussi. Qu’est-ce qu’il leur avait pris un jour d’avoir l’idée d’aller à cette fête d’Halloween et que Yize se travestisse ? Il l’avait longtemps regardé et avait bien vu les regards posés sur lui. À son âge, on se posait des questions, on se demandait vers où aller et Yize avait plus qu’attirer l’attention à cette soirée alors il s’était lui aussi pris au jeu en l’embrassant. Il s’était même laissé emporter par la fièvre ambiante le jour suivant en déclarant qu’ils sortaient ensemble désormais… Non ? Yize n’avait pas refusé. Il se rappelait très bien de la vague de chaleur qui l’avait envahi face à son visage réjoui de la nouvelle aventure s’offrant à eux. Quelle aventure…
Danse encore, Yize. Que je te regarde, que je t’admire, ta grandeur et toi. Si tu peux atteindre le ciel, fais-le pour moi qui suis cloué au sol. C’était ce qu’il avait fini par se dire alors qu’ils rompaient. N’avait-il pas fini par l’emprisonner ? Ils étaient jeunes et ils avaient encore tant à vivre. Cela ne signifiait pas qu’ils devaient se séparer mais peut-être avaient-ils regardé trop loin. Ils auraient dû regarder à leurs pieds avant de pouvoir s’imaginer vivre ensemble toute leur vie. Chaque chose en son temps. Ils avaient été trop vites et étaient tombés. Lourdement. Comme cette main s’échappant hors de son emprise. Son coeur se brisa et il déglutit. Il n’avait plus cette assurance que lorsqu’il était arrivé à cette fête. Il se laissa pourtant entraîner jusqu’à cette banquette et le laissa profiter de sa propre nonchalance. Je t’aime, c’était ce que disait son regard et il savait que Yize avait reçu le message.

« Arrête ou je crois que je serais capable de t’embrasser. »

Sauf qu’il voulait faire les choses bien. Il ne souhaitait pas le brusquer parce que cela le ferait fuir. Il avait émis son désir de le récupérer mais, que désirait Yize ? Lui le désirait tout entier. Son corps, son âme. Son coeur. Ils étaient à la fois si près l’un de l’autre et si loin que c’en était dévastateur. Son corps s’était mis à trembler alors qu’il regardait ailleurs.
Qu’est-ce que ça fait de ne plus voir que d’un oeil ? Mais elle n’était pas là la douleur. Il se fichait bien d’avoir perdu un oeil parce que plus que tout il avait perdu l’amour de Yize. Il lui avait dit qu’il se battrait pour lui mais il était incapable de soutenir son regard. Il n’était qu’un idiot et un fin sourire amère s’étira sur ses lèvres. Il croyait avoir grandi, changé mais il s’était trompé. C’est ça, finis terrer dans ton fichu laboratoire pour que plus personne ne te vois. Il reporta son attention sur Yize et saisit délicatement entre ses doigts l’une de ses mèches de cheveux qu’il amena à sa bouche pour l’embrasser l’oeil à demi-clos.

« Ne crois pas que je ne te vois plus, Yize. »

Il rouvrit son oeil et le regarda tendrement comme il le faisait auparavant. La vie ne leur avait pas fait de cadeaux mais n’était-elle pas en train de leur offrir une seconde chance ?

@Kwon Yize
Kwon Yize
Voir le profil de l'utilisateur
hwangsa ≈ they're thunderstorm
UNE P'TITE PHOTO ? :  ⊱ (seiichi) bring me back to life Tenor
AVATAR :  ⊱ choi chanhee (new - the boyz).
POINTS :  ⊱ 155
MESSAGES :  ⊱ 144
NOUS A REJOINT LE :  ⊱ 24/01/2021
AGE :  ⊱ 20
(seiichi) bring me back to life Empty
(#) Sujet: Re: (seiichi) bring me back to life   (seiichi) bring me back to life EmptySam 20 Fév - 15:44
bring me back to life // ootd
février 2021

« Tu le crois, ou tu en es sûr, Seiichi ? » Parce que dans ton regard, j’y lis une certitude. Et cela ne manque pas de faire battre le cœur un peu plus vite, un peu plus fort. La chaleur semble s’intensifier, aussi, mais Yize choisit de mettre cela sur le compte de l’alcool, de ces deux verres qu’il a déjà bu avant que son interlocuteur ne vienne le trouver. Alors il déglutit, lentement, son regard toujours happé dans celui du brun, s’interrogeant sur la manière dont il doit se comporter face à lui. Les retrouvailles ont été faites, et maintenant ? Qu’est-ce qu’attend vraiment Seiichi en déclarant ces quelques mots ? Serait-ce encore l’un de ces jeux auxquels ils étaient habitués de jouer, des années plus tôt ? Aujourd’hui, pourtant, ils ne sont plus aussi innocents. Les règles n’ont cependant pas tellement changé.
Le jeune homme à la chevelure rose se mordille la lèvre inférieure, se demandant quel goût ont désormais les baisers de son premier amour. Les souvenirs affluent, douloureusement si doux, dans son esprit. Il se revoie, adolescent, succomber à l’arôme que dégageait déjà Seiichi à cet instant, de ses paroles agréables, de ses caresses surprenantes. Avec légèreté, il se rappelle la première fois où ils se sont embrassés, feignant la surprise alors qu’aucune autre issue aurait été possible. Ils sont toujours comme deux aimants, si accrochés l’un à l’autre alors, installé ce soir-là sur la banquette au cœur d’une soirée, Yize tort ses doigts, à la fois gêné et désiré. Désireux.
Ses iris se redressent, son corps frissonne, sous la pulpe des doigts de Seiichi, sous le ton enjôleur que lui offre son aîné. Doit-il se perdre à son tour dans cette étreinte qu’il lui a donné, quelques minutes plus tôt ? Il se consume de l’intérieur, Yize, tétanisé sur place sans savoir pourquoi est-ce qu’il ne l’a pas déjà repoussé. S’il a tant été amoureux de lui, pourquoi Seiichi l’a-t-il abandonné derrière lui ? Seiichi a longtemps été son bonheur, cette petite bulle que Yize a chéri au creux de ses mains fines, la choyant et la protégeant ; jusqu’à ce qu’elle vole en éclats. Il tremble un peu plus avant que ses doigts ne s’acharnent à saisir la main adjacente. Emprisonné dans la prunelle séduisante, il se sent si faible et impuissant. « Embrasse-moi. »
Un ordre qui ne sonne pas tellement certain quand bien même il implose au contact des lèvres de Seiichi sur les siennes. D’elles-mêmes, ses mains viennent se réfugier dans la chevelure du brun, glissant dans sa nuque, encadrant l’arête de la mâchoire du plus âgé. A-t-il le droit de mettre, en plus, tout ceci sur le compte de l’alcool ? Pourtant, il n’est pas saoul, Yize. Il a juste un peu plus chaud, il a juste le myocarde en émoi et l’âme qui s’échappe. Ses lippes trahissent la dualité qui ne se joue plus que très peu à l’intérieur de lui, acceptant d’approfondir ce baiser, les entraînant tous les deux dans un ballet très différent de celui qu’il dansait un instant plus tôt.
Parce que cette danse, il n’est pas seul à la mener. Dans cette danse, Yize est soutenu, autorisant sa douleur à prendre son envol. Dans cette danse langoureuse, ses joues rosissent un peu plus encore et un aérien gémissement s’abandonne dans sa gorge. Il embrasse autant qu’il est embrassé ; embarrassé. Jusqu’à ce que le souffle manque, que les poumons suffoquent et que les regards se décrochent une minute. Fébrile, Yize s’enfonce dans la banquette, ses doigts, nerveux, jouant avec la fermeture Eclair de sa veste en cuir qu’il a ramené vers lui. Les battements de son cœur continuent de s’envoler mais il ose reporter son attention vers Seiichi. « Si tu devais m’emmener ailleurs, ici et maintenant, où est-ce qu’on irait ? »

Promets-moi le bout du monde comme tu as toujours su le faire.
Pour ce soir, je veux bien te croire et espérer encore une fois.
Et après, oui, seulement après, on verra.



(C) ETHEREAL


Ryeo Seiichi
Voir le profil de l'utilisateur
heulim ≈ we have art in order not to die from the truth
UNE P'TITE PHOTO ? :  ⊱ (seiichi) bring me back to life Tenor
AVATAR :  ⊱ credit to Luomistaide
POINTS :  ⊱ 39
MESSAGES :  ⊱ 39
NOUS A REJOINT LE :  ⊱ 24/01/2021
(seiichi) bring me back to life Empty
(#) Sujet: Re: (seiichi) bring me back to life   (seiichi) bring me back to life EmptyVen 26 Fév - 16:41

outfit - Il serait capable de le regarder pendant des heures. Son visage, ses sombres iris captivants, ses lèvres qu’il avait tant de fois embrassé sans jamais s’en lasser, son nez allant parfaitement avec tout le reste et ses doux et soyeux cheveux. Il se perdrait comme tant d’autres fois dans sa contemplation parce que c’était de par son regard qu’il parvenait le plus à lui communiquer son amour. Son amour jamais éteint alors qu’il l’avait cru affaibli pour l’éternité. Désormais qu’il se retrouvait auprès de lui, il prenait conscience qu’il s’était trompé sur toute la ligne et que ce premier amour ne pouvait pas s’envoler loin de lui. Il n’avait pas eu de doutes durant le temps où ils étaient sortis ensemble alors pourquoi en aurait-il aujourd’hui ? S’il avait des doutes, il aurait été incapable de se rapprocher de lui et de l’embrasser.
Leur baiser eut le goût d’antan. De la nostalgie mélangé à un manque profond et irrésistible. Il se laissa submerger par le flot d’émotions qui s’écoula en lui tandis que Yize plongeait ses mains dans ses cheveux avec ivresse. Il n’y avait que lui et personne d’autre. Il retrouvait leur monde qui ne leur appartenait qu’à eux et se moquait bien des regards. Autrefois, ils se cachaient. Ce soir, ils se retrouvaient et ils n’avaient que faire des moeurs. Lui n’avait pas été clair quant à son orientation sexuelle mais il ne fut pas surpris d’entendre des murmures bien que cela lui importe peu. Il ne souhaitait que retrouver Yize et faire son bonheur. Y parviendra-t-il ? Il sentit dans ce baiser de l’amertume et des regrets mais il ne voulut pourtant pas s’en détacher comme si c’était là la seule accroche qu’il puisse avoir avec lui.
Sauf que le baiser prit fin invariablement. Ils se regardèrent profondément dans les yeux et il le voit détourner le regard alors qu’un sourire prit place sur son visage. Ils avaient changé mais n’avaient pas tant changé que ça et ses doigts prirent naturellement place dans ses cheveux qu’il caressa avant de les faufiler dans sa nuque avec aisance pour le sentir frissonner sous son contact.

« À Disney. C’est toujours là où tu as souhaité aller. »

Il vit son regard s’illuminer et n’attendit pas qu’il le lui ordonne pour l’embrasser une nouvelle fois. Il l’aimait à la folie et ça, c’était un fait indéniable. Tant qu’il ne le repousserait pas, tant que son corps de lui-même ne le repousserait pas, il lui prouverait que ses mots n’étaient pas que des paroles en l’air. Yize ne lui avait pas dit ce qu’il souhaitait réellement et son être était en contradiction. Il se torturait à l’intérieur de lui-même et, ça, Seiichi le voyait bien. Lui aussi se torturait car, au fond, il ne savait pas réellement ce qu’il souhaitait. Il s’était écoulé des jours, des mois, des années et ils s’étaient retrouvés abruptement. Il s’était rendu compte de sa propre fragilité et du fait qu’il n’allait pas bien. Il tombait, il s’était écorché et il avait peur d’entraîner Yize avec lui.
Il perçut la tristesse dans son regard et se détacha de lui. Il but cul sec le verre qu’il y avait devant lui et son regard se perdit sur la foule mouvante devant eux. Sa vue réduite en deux et son coeur en miettes, en quoi serait-il capable d’être celui qu’il avait été pour lui quand il était au lycée ? Il avait piétiné sa promesse et il avait fui parce qu’il avait cru. Mais en quoi sa croyance justifiait-elle le reste ? Il s’alluma une cigarette et porta la main à son oeil mort. Mort comme cette partie de lui-même.

« Et toi ?, demanda-t-il en reportant son attention sur lui, Où est-ce que tu m’emmènerais ? »

Son regard se voulut doux mais il fut lui aussi rempli de tristesse. Il esquissa un sourire et tendit la main pour caresser sa joue mais se ravisa. Il l’aimait mais il se sentait tellement indigne de lui.

@Kwon Yize
Kwon Yize
Voir le profil de l'utilisateur
hwangsa ≈ they're thunderstorm
UNE P'TITE PHOTO ? :  ⊱ (seiichi) bring me back to life Tenor
AVATAR :  ⊱ choi chanhee (new - the boyz).
POINTS :  ⊱ 155
MESSAGES :  ⊱ 144
NOUS A REJOINT LE :  ⊱ 24/01/2021
AGE :  ⊱ 20
(seiichi) bring me back to life Empty
(#) Sujet: Re: (seiichi) bring me back to life   (seiichi) bring me back to life EmptyHier à 16:19
bring me back to life // ootd
février 2021

Alors qu’un million de sensations se propagent à travers tout son corps, les lèvres de Yize abandonne ses interrogations pour n’en poser plus qu’une seule. Où est-ce que tu m’emmènerais, Seiichi, ici et maintenant ? Mais il sait qu’il joue, le jeune homme aux cheveux roses. Il joue avec les émotions de son aîné, avec les mots qu’il lui a offert quelques jours plus tôt, au moment de leurs retrouvailles. Parce que Seiichi lui a bien dit qu’il ferait tout pour le récupérer ; et si cela ne signifie pas que les sentiments du brun sont encore bel et bien réels, cela ne signifie rien. La lèvre inférieure mordillée, le cadet remonte ses pupilles sur le visage de son camarade qui lui promet un monde enchanté. Il doit bien s’en apercevoir, Seiichi, de cette lueur dans son regard, de ses joues teintées de rose pour aller de paire avec le sommet de son crâne. « Oh. » Disneyland. Oui, Seiichi se souvient encore de ce cadeau qu’il a demandé un jour pour son anniversaire. Il s’en rappelle avec ferveur et cela touche violemment le cœur du cadet.
Encore, sa bouche est attirée sur celle adjacente et il ne résiste pas, Yize. Ou il ne résiste plus. Ses doigts, hagards, abandonnent la fermeture Eclair avec laquelle il jouait un instant auparavant pour se faufiler sur le bras de l’étudiant à côté de lui, glissant vers sa chemise blanche pour l’agripper avec douceur. L’alcool a des effets bien étonnants, ce soir, n’est-ce pas ? Et tandis qu’il sent la passion d’antan brûler dans son bas-ventre, leur échange est rompu, le ramenant sur terre. Question retournée contre lui et l’évidence s’évade de ses lippes. « Je te ramènerais là-bas, sur cette route, pour que tout cela n’arrive jamais. » Aussitôt, il saisit la cigarette qui se consume dans la main de Seiichi, visiblement sous le choc de ces paroles. Mais qui ne le serait pas ? Yize lui-même a du mal à contenir ce flot d’émotions constant qui le submerge et lui fait boire la tasse.
Pour éviter tout embarras, toute gêne qu’il ne désire pas en cet instant, Yize se lève d’un bond pour entraîner Seiichi à sa suite jusqu’à l’extérieur de la soirée. La musique y tape bien trop vivement, résonnant dans son esprit et toutes ces personnes qui discutent trop fort le fatigue plus que de raison. A vrai dire, le jeune homme enchaîne les services au restaurant japonais chaque jour après ses cours afin de pouvoir payer ces derniers. La cigarette coincée à la commissure de ses lèvres, sa veste dans une main et son autre ayant attrapée celle de Seiichi, il les fait fuir cet endroit épuisant pour goûter à l’air frais de cette fin de journée. La nuit est tombée depuis plusieurs heures maintenant et Yize ne peut réprimer un frisson. Il rend sa barrette de nicotine à son vis-à-vis afin de se couvrir, entourant son corps fin de ses bras.
« Au fait, j’ai appris le japonais grâce à mon boulot. » Il ne sait pas tellement pourquoi il lui avoue ceci. Il en ressent juste l’envie. « Comment va ta famille ? Et ton frère ? » Amusé, Yize a tenté son japonais en espérant ne pas avoir trop un accent à couper au couteau. Il se met doucement à rire alors que ses deux bras se lèvent subitement vers les cieux, sur la pointe des pieds dévoilant un bout de son ventre opale, il désire sûrement attraper l’astre lunaire caché parmi les nuages blancs. « Tu te souviens quand on a voulu essayer de décrocher la lune ? Toutes les cordes et les outils qu’on a dérangé dans ton garage. » Mais elle est toujours là, la lune ; bien fixée tout là-haut, comme veillant sur eux, bien ancrés sur l’asphalte froid. M’attraperas-tu la lune, cette fois-ci, Seiichi ?



(C) ETHEREAL






‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾
In the memories that went so far away that I can’t reach I’m looking for you again under the blue moonlight. I will be the light for you in the dark. ☾☾
Contenu sponsorisé
(seiichi) bring me back to life Empty
(#) Sujet: Re: (seiichi) bring me back to life   (seiichi) bring me back to life Empty
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: seoul national university :: Ville Campus :: Quartier Étudiant
Sauter vers: