▲ up▼ down
12345
(✯) bouffon et nymphe



 

news maj 51 (*•̀ᴗ•́*)و ̑̑ c'est tout frais ça sort du four
>> lire l'annonce <<


GAME deux jeux t'attendent ce mois-ci :
>> le tarot <<
& >> le voleur <<

classements les résultats de la compétition
>> le tableau d'honneur <<


INFOS des petites précisions ont été apportées
>> aux quêtes <<
& >> l'activité rp <<

EVENT le Créathon est lancé, viens vite t'inscrire ೕ(•̀ᴗ•́)
>> s'inscrire au concours <<


Le Corbeau plus présent que jamais, prends garde à tes secrets
>> son insta<<
& >> son twitter<<

Le Corbeau plus présent que jamais, prends garde à tes secrets
>> son insta<<
& >> son twitter<<
Contexte
Seoul Coeur battant du pays du matin calme, cité aux envies furieuses et aux ennuis décadents. Dans cette ruche d’acier, on se débat, on s’applique éperdument à vivre malgré la nuée d’âmes qui nous entourent. Dans cet univers frénétique, les influences sont multiples, et c'est un tumulte sans fin qui agite les esprits et les corps. Trônant au sommet de cette cité luminescente, les plus grands conglomérats coréens se livrent une lutte mortifère, tandis qu'à leurs pieds, les mortels oscillent entre paix et discordes. Depuis près de soixante-dix ans, les sociétés divisent autant qu'elles rassemblent, semant troubles et espoirs dans leur sillage. On les plébiscite, on les méprise, on les rejette, on les envie, mais en aucun cas elles indiffèrent. Comment ignorer ce microcosme vertigineux, où chacun est acteur d'une guerre qui ne les concernent sans doute pas. Les uns poursuivent leurs aspirations, les autres se résignent à vivre en pions. Les plus impétueux prétendent pouvoir éviter cette inévitable dépendance, mais pour la majorité, impossible de vivre sans se référer à ces grandes unités. Irrémédiablement attirés vers leurs semblables, la population se voit divisée, fractionnée en sociétés mouvantes, envahissantes, unificatrices. Les plus riches s'en pâment tout en craignant le précipice qui les guette peut-être, les plus pauvres s'en irritent mais s'affament à espérer l'envol promis. Tous ne cherchent au fond, que la prospérité et l'exaltation d'une vie un peu moins monotone
Nouveautés  octobre 2020

Quêtes 9 nouvelles quêtes viennent pimenter votre jeu. Pour t'aider dans tes missions, on te propose également un petit guide des quêtes, pour mieux comprendre comment ça marche.

Nouvel event Le creathon débute en ce mois de novembre, viens constituer ton équipage et essaye de rafler le prix #money #fame event ⊱ creathon

Animations trois animations ce mois-ci, notre indétrônable roulette ; le très mystérieur tarot et le jeu du vol de faciès. De quoi occuper le confinement !

activité rp cette première maj depuis la refonte est l'occasion d'éprouver nos nouveautés. une modification ne passe pas le crash test : l'activité unique pour tous vos persos. On revient donc au système un personnage = un sujet d'activité. Le principe reste le même, mais vous devrez poster un sujet par multicompte dès à présent.

classementle très attendu classement fait son apparition, dans tout ses états, personnages, groupes, personne n'y échappe. Viens le découvrir ici : Classements

un corbeau crownecté le corbeau est un être social, c'est donc tout naturellement qu'il s'est doté d'un compte instagram et twitter

news maj 51 (*•̀ᴗ•́*)و ̑̑ c'est tout frais ça sort du four
>> lire l'annonce <<


GAME deux jeux t'attendent ce mois-ci :
>> le tarot <<
& >> le voleur <<

classements les résultats de la compétition
>> le tableau d'honneur <<


INFOS des petites précisions ont été apportées
>> aux quêtes <<
& >> l'activité rp <<

EVENT le Créathon est lancé, viens vite t'inscrire ೕ(•̀ᴗ•́)
>> s'inscrire au concours <<


Le Corbeau plus présent que jamais, prends garde à tes secrets
>> son insta<<
& >> son twitter<<

Le Corbeau plus présent que jamais, prends garde à tes secrets
>> son insta<<
& >> son twitter<<
Le Deal du moment : -43%
Souris Gaming sans fil Logitech G903 LIGHTSPEED
Voir le deal
84.99 €

Partagez

 (✯) bouffon et nymphe


 :: seoul :: Jamsil :: Résidences
Han Issun
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t103-han-ja-hajansky
En ligne
STAFF ✺ ‹ MOTHERFUCKING STARBOY - WOMANIZER IN THE STREETS
UNE P'TITE PHOTO ? :  ⊱ (✯) bouffon et nymphe 7363c5631930d853abadab511e698fbd
AVATAR :  ⊱ bbh ♡
POINTS :  ⊱ 665
MESSAGES :  ⊱ 28480
NOUS A REJOINT LE :  ⊱ 21/07/2016
AGE :  ⊱ 25
(✯) bouffon et nymphe Empty
(#) Sujet: (✯) bouffon et nymphe   (✯) bouffon et nymphe EmptyMer 29 Juil - 18:33






BOUFFON ET NYMPHE

o o t d ⊱ J'ai tendu des cordes de clocher à clocher ; des guirlandes de fenêtre à fenêtre ; des chaînes d'or d'étoile à étoile, et je danse
✩ ✩ ✩
Le garçon-soleil, astre diurne des plus profondes ténèbres, éclate de rire dans le silence envoûtant de la nuit.
Dans les volutes de son souffle, des atomes d'étoiles et de lucioles inondent sa chambre d'une lumière invisible, porteuse d'espoir. Une clarté uniquement tangible, palpable avec le coeur, avec l'esprit d'un contemplateur.  

Il y a beaucoup de chagrin, dans l'hilarité du vaillant noctambule. Certains pourraient le penser fou, parce qu'il a cet air de clown triste et magnifique, comme ceux des pièces de théâtre loufoques. Mais le pauvre clown comique, c'est lui pour de vrai. Ses émotions se muent en un cyclone dans lequel son coeur fuse intensément, et, là où sa voix commence à dégringoler, des larmes naissent sous ses prunelles qui reflètent le ciel. C'est parce que les bruits, les sons, les couleurs, les souvenirs et les croyances se confondent dans un ultime capharnaüm de sensations poignantes, qui le prennent aux tripes et font de lui l'esclave de sa propre transe.

Autrefois, il aurait eu le cran enfantin de se revendiquer comme le héros de l'intrigue, celui qui émerveille autrui et qui insuffle le bonheur dans le coeur de ses pairs. Mais avec son sourire meurtri, ce sont ses espérances ingénues qui se fanent, criblées de coups de couteau pernicieux – et quand la vie commence à prendre une demi-teinte de trahison, petit héros déchu finit par se méfier de tout, y compris de lui-même.
Stupide arlequin qui se croit trop valeureux.

L'espèce de mal-être au coeur duquel il s'égare dure un temps, car la rareté de ce genre de moment le rend encore plus vulnérable, plus assujetti à un maëlstrom de sanglots. Il a l'impression qu'un fantôme l'étreint tendrement, lui murmurant que tout ira bien – que ses pleurs ne sont pas condamnables, au contraire, et que même les héros tombent pour devenir les spectres de leurs exploits passés. Ça ne lui fait pas totalement du bien, mais ça ne l'anéantit pas non plus ; c'est seulement une saveur douce-amère sur laquelle il se repose, à défaut de pouvoir planer sur une étoile, bien loin des miasmes sentimentaux.

Doucement, ses prunelles – rougies – se rouvrent sur une note qui semble assagie, pour se river à l'orée de sa chambre. Il a envie de jouer un air d'orgue électronique, se perdre dans les mélodies insoucieuses de son adolescence, pour admirer les farandoles de lucioles qui ne viennent que de son imaginaire, et prétendre que ce sont ses notes de musique qui donnent vie aux objets inanimés de son chez-lui. Il l'ignore encore, mais les cieux n'ont jamais été aussi fiers de sa résilience, particulièrement lorsque ses jambes le portent machinalement vers son instrument de prédilection, qu'il s'adonne à faire fredonner lorsque le coeur lui en dit – lorsqu'il sent que ses larmes se sont taries et que son esprit, lui, n'est pas encore en lambeaux (jamais).
Et le voilà, petit prince éméché de féerie, le voilà à faire glisser ses phalanges sur la surface usée des touches bicolores, sous lesquelles se niche un univers-partition qu'il n'ose pas tout à fait réveiller – pas encore, à vrai dire.
Car quelqu'un l'arrête tout juste dans son élan, et qu'il n'a pas envie de faire le mort – pas cette fois.

L'abandon de son orgue se fait à contre coeur, mais la curiosité de savoir qui sonne à sa porte est plus forte, le poussant même à balayer ses dernières larmes d'un rapide revers de manche. C'est peut-être l'appréhension qui obstrue son oesophage ainsi, quand le Han se demande si ce n'est pas lui, ou bien elle ; elle qui lui manque tant, elle dont le doux visage érafle son palpitant de cent coutures malhabiles, chaque fois qu'il a l'audace de se le remémorer. Sa précieuse grande soeur, jadis détentrice de sa timide confiance  ; celle qui lui avait promis de le protéger, et qui lui avait demandé la faveur de la croire, au beau milieu des affres de son amnésie d'albâtre.
À nouveau, le chagrin menace de jaillir.

Finalement, c'est après avoir pris le temps d'arranger ses mèches éparses qu'il ouvre la porte, et qu'un maigre sourire-soleil naît à l'aube de ses commissures, sans même qu'il ne soit forcé. Un poids en moins sur le coeur et un étau d'angoisse qui se desserre, dès lors qu'il reconnaît la silhouette bien trop familière de son invitée surprise : une courbure féminine, ornée de beaux habits soyeux et finement parfumés... mais ce n'est pas celle de sa soeur. C'est la délicatesse pourpre et adorable de Nyra, aux cheveux chocolat et aux joues auréolées d'un fard cerise. On prévient plus ? Il articule d'un ton saturé de malice, ses yeux dévalant les contours de la jeune fille, avant d'enfin souffler ses salutations. Hey. Ni une, ni deux, le grand enfant s'écarte afin de la laisser franchir le seuil, constatant à la volée qu'elle est venue armée de douceurs aux fragrances qui lui plaisent un peu trop. Quelle ironie. Se serait-elle doutée de quelque chose ? Entre, je t'en prie. T'es venue voir ton bon vieux Han Ja, c'est ça ? Et pas avec n'importe quoi, en plus. Il n'y a pas cette trace habituelle d'engouement dans son timbre, qui semble plus rauque et plus éteint que d'habitude. Mais l'attention est suffisamment belle pour qu'il s'en retrouve touché, un peu plus léger – et surtout, la surprise de recevoir Nyra chez lui distille quelques étoiles enchantées sur ses orbes fatigués, de quoi redonner un peu de couleur au gentil clown triste. Ça me fait du bien de te voir, tu sais. À cet instant, il n'y a rien de plus sincère que cette poignée de mots qui flottent dans le néant. C'est peut-être moi que t'as entendu et que t'es venue aider.


CREDITS CODE ; GIZNIEE – ICON ; VOCIVUS, for Hundred Miles ✩ @SEO NYRA




the butterfly represents the talent, the thoughtfulness, and the beauty within the caterpillar.

@Han Soo Yun a écrit:
J'savais qu'on allait la sortir et j'aurais du parier sur toi, le roi des vannes pourries. (✯) bouffon et nymphe 769454579

cadeau de Caro-ange je suis en larmes:
 

cadeau de ma plus belle Coline:
 
Seo Nyra
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t8419-nyra-nyrabelle#258338
byeoljali ≈ when the night comes i break into stars
UNE P'TITE PHOTO ? :  ⊱ (✯) bouffon et nymphe NgXNDV4
AVATAR :  ⊱ PARK SOOYOUNG, ( red velvet )
POINTS :  ⊱ 495
MESSAGES :  ⊱ 13715
NOUS A REJOINT LE :  ⊱ 18/11/2017
(✯) bouffon et nymphe Empty
(#) Sujet: Re: (✯) bouffon et nymphe   (✯) bouffon et nymphe EmptyVen 13 Nov - 0:09






BOUFFON ET NYMPHE

o o t d ⊱ J'ai tendu des cordes de clocher à clocher ; des guirlandes de fenêtre à fenêtre ; des chaînes d'or d'étoile à étoile, et je danse
✩ ✩ ✩
Dais sélénite fixé sur les cieux assombris, il y a l’espoir qui file sous la canopée fleurie de myriade de vives billes, tandis qu’elle devient soudain la jeune fille, s’agitant sous les faisceaux de la grande argentée, en quête de cette âme esseulée. Car, pour cette brise qui s’infiltre dans un palpitant au regard affuté, à l’aura sensible emplie d’intuitions magiques, elle s’éprend d’une inquiétude inexpliquée, celle qui lui fait dire qu’il manque une lueur édulcorée au tableau de ces dernières soirées étoilées. Elle en est même convaincue ; aujourd'hui, le plus joli des joyaux qui orne de nuit la voute noircie de ses rires juvéniles, de son halo fier d’un héros aux épopées insolites, celui qui jaillit d’un sourire transi a disparu à l’agonie de l’astre à l’horizon.

Un vide pèse lourd dans sa poitrine et la question s’enlise dans son esprit ; qu’arrive-t’il au garçon-attraction de mille pensées-papillons?

Et pour les réminiscences juvéniles qui les concernent, une jeunesse passée à la mélodie de leurs rires éternels, elle s’empresse de répondre à cet appel, qu'elle qualifierait d'à l'aide pour son cœur qui se sert alors qu'elle tient au bout de sa main les quelques douceurs que sa propre mère confectionnait pour les deux enfants amateurs de plaisirs éphémères.

Mais c’est alors que sous cette bise nocturne, embaumée des parfums de son enfance, elle se fait amante de ses pensées-averses qui s’éprennent d’elle puis lui déversent les nombreuses interrogations qu'elle aimerait faire taire. Comme elle aurait aimé que la Lune soit sa meilleure compère ; qu'elle lui conte ses pléiades dans quelques sublimes vers, pour qu'elle se fasse poète racontant sa plus belle kyrielle d'espérances sous celle qui rappelle presque chaque soir que demain fleurira à nouveau le Soleil. La chrysalide pulsant en son sein se sert et elle remercierait presque l'inquiétude qui la ronge – lui bat les songes assez fort pour qu'elle en oublie, un temps, les guérillas se déclarant dans son entendement, la folie qui naît juste ici, car, pour un précieux instant, toutes ses pensées se tournent vers lui.

C'est alors que son poing cogne contre la porte de l'antre de son ami et pendant un bref moment, elle prie pour qu'il ne soit pas chez lui – pour qu'il vagabonde sous les lampadaires de la grande ville jusqu'à ce que les premières lumières diurnes se diffusent sur les plus hautes colonnes de béton prônant dans les rues de la capitale. Elle lui laisserait alors ses quelques créations sucrées sur le paillasson, avant de s'en aller, paisible de le savoir vivifié aux effluves de la métropole endormie, sous ces novas préférées, pour l'accalmie qui se profile chez lui à la vue d'une aube grandir.

Seulement il ouvre cette porte, l'accueillant de ce sourire qui peine à tenir sur ses commissures ternies, articulant d'un ton empli d'espiègleries, « On prévient plus ? ». Pourtant, il semblerait presque, qu'à l'entendre, sa propre voix pleurerait l'absence de l'étincelle dans ses syllabes qui d'antan remplissaient les pièces de joie. Cette triste découverte la rend muette, ne laissant qu'un bien discret « Hey » s'échapper à son tour dans l'air, alors qu'il l'invite à entrer. « Entre, je t'en prie. T'es venue voir ton bon vieux Han Ja, c'est ça ? Et pas avec n'importe quoi, en plus. » Que lui arrive-t'il? Au petit prince hardi dont les orbes luisaient la vie à la seule idée d'un infini à explorer, d'une existence à vouer? « Oui c'est pour toi. C'est ceux que ma maman te faisait, tu te souviens? Ceux dont seules les femmes Seo ont le secret. » Ceux qu'elle te confectionnait car elle savait que tu me faisais rire à en oublier la frénésie qui se répandait dans ma tête, tu te souviens? Et elle lui sourit, de ces fragrances mélancoliques qui s'épanchent dans l'atmosphère saturnienne, alors qu'elle s'assied sur le sol de sa chambre, l'invitant à la rejoindre, lui tendant le sac exhalant de douces réminiscences de leur commune enfance.

« Ça me fait du bien de te voir, tu sais. » L'errance s'inscrit sur les prunelles de la cadette alors qu'elle relève la tête pour observer les quelques étoiles phosphorescentes sur le plafond qu'elle aimait à compter pour s'endormir sereinement, lors de ses soirées passées chez lui, quand, soudain, l'évidence envahit son esprit. Alors elle abaisse son regard pour finalement darder ses orbes languis dans les siens. Et ça se brise sous sa poitrine quand elle perçoit enfin, sur le visage de son ami, les aurores boréales contant les insomnies sous ses billes de jais, ses traits aux saveurs de nuits polaires, ses joues effritées de nuances vermeilles. Elle se rappelle ainsi des larmes qui coulaient aux pommettes de l'enfant quand on lui disait qu'il ne pourrait pas sauver l'univers entier par sa seule volonté et d'un geste inné, elle lui frôle, de ses doigts nivéens, ses pommettes luisant des poussières stellaires, « Tu sais Ja, j'ai toujours cru savoir quand tu étais triste, je m'en suis convaincue étant enfant. » Ses commissures s'étirent pour laisser se dessiner sur ses lèvres un sourire pétillant d'apaisement, à la lueur pourtant si affligée, pour l'esprit aimé et fatigué qui se dresse face à elle « Je me suis toujours dit que les étoiles brillaient moins quand tu pleurais. » Son doigt remonte alors au coin de son oeil pour venir cueillir, d'une caresse, une humide perle chimérique.

« Qu'est-ce qu'il y a? » vibrante question qui se compose sur l'air suspendu de l'instant et elle prierait le monde entier d'esquisser une seule joie sincère sur ses lèvres de souverain des astres. À en accabler encore l'existence de l'injustice pour le malheur qu'elle abat sur cet être liséré d'or et de lumière pour tout ce qu'il vouerait à l'univers et ses lumineuses compères.




CREDITS CODE & ICON ; GIZNIEE, for Hundred Miles ✩ @HAN ISSUN




into the woods
gorgé d'espoir, son sourire éclate habillé de son pourpre nectar.





par Caro, la plus jolie des fairy twins, créant perfection à chaque instant ♡:
 


par Sarah, hanini de ma vie, berçant les coeurs avec douceur ♡:
 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: seoul :: Jamsil :: Résidences
Sauter vers: