▲ up▼ down
12345
là, sous ta poitrine, je cogne pour t'abîmer (mado)



 

news maj 51 (*•̀ᴗ•́*)و ̑̑ c'est tout frais ça sort du four
>> lire l'annonce <<


GAME deux jeux t'attendent ce mois-ci :
>> le tarot <<
& >> le voleur <<

classements les résultats de la compétition
>> le tableau d'honneur <<


INFOS des petites précisions ont été apportées
>> aux quêtes <<
& >> l'activité rp <<

EVENT le Créathon est lancé, viens vite t'inscrire ೕ(•̀ᴗ•́)
>> s'inscrire au concours <<


Le Corbeau plus présent que jamais, prends garde à tes secrets
>> son insta<<
& >> son twitter<<

Le Corbeau plus présent que jamais, prends garde à tes secrets
>> son insta<<
& >> son twitter<<
Contexte
Seoul Coeur battant du pays du matin calme, cité aux envies furieuses et aux ennuis décadents. Dans cette ruche d’acier, on se débat, on s’applique éperdument à vivre malgré la nuée d’âmes qui nous entourent. Dans cet univers frénétique, les influences sont multiples, et c'est un tumulte sans fin qui agite les esprits et les corps. Trônant au sommet de cette cité luminescente, les plus grands conglomérats coréens se livrent une lutte mortifère, tandis qu'à leurs pieds, les mortels oscillent entre paix et discordes. Depuis près de soixante-dix ans, les sociétés divisent autant qu'elles rassemblent, semant troubles et espoirs dans leur sillage. On les plébiscite, on les méprise, on les rejette, on les envie, mais en aucun cas elles indiffèrent. Comment ignorer ce microcosme vertigineux, où chacun est acteur d'une guerre qui ne les concernent sans doute pas. Les uns poursuivent leurs aspirations, les autres se résignent à vivre en pions. Les plus impétueux prétendent pouvoir éviter cette inévitable dépendance, mais pour la majorité, impossible de vivre sans se référer à ces grandes unités. Irrémédiablement attirés vers leurs semblables, la population se voit divisée, fractionnée en sociétés mouvantes, envahissantes, unificatrices. Les plus riches s'en pâment tout en craignant le précipice qui les guette peut-être, les plus pauvres s'en irritent mais s'affament à espérer l'envol promis. Tous ne cherchent au fond, que la prospérité et l'exaltation d'une vie un peu moins monotone
Nouveautés  octobre 2020

Quêtes 9 nouvelles quêtes viennent pimenter votre jeu. Pour t'aider dans tes missions, on te propose également un petit guide des quêtes, pour mieux comprendre comment ça marche.

Nouvel event Le creathon débute en ce mois de novembre, viens constituer ton équipage et essaye de rafler le prix #money #fame event ⊱ creathon

Animations trois animations ce mois-ci, notre indétrônable roulette ; le très mystérieur tarot et le jeu du vol de faciès. De quoi occuper le confinement !

activité rp cette première maj depuis la refonte est l'occasion d'éprouver nos nouveautés. une modification ne passe pas le crash test : l'activité unique pour tous vos persos. On revient donc au système un personnage = un sujet d'activité. Le principe reste le même, mais vous devrez poster un sujet par multicompte dès à présent.

classementle très attendu classement fait son apparition, dans tout ses états, personnages, groupes, personne n'y échappe. Viens le découvrir ici : Classements

un corbeau crownecté le corbeau est un être social, c'est donc tout naturellement qu'il s'est doté d'un compte instagram et twitter

news maj 51 (*•̀ᴗ•́*)و ̑̑ c'est tout frais ça sort du four
>> lire l'annonce <<


GAME deux jeux t'attendent ce mois-ci :
>> le tarot <<
& >> le voleur <<

classements les résultats de la compétition
>> le tableau d'honneur <<


INFOS des petites précisions ont été apportées
>> aux quêtes <<
& >> l'activité rp <<

EVENT le Créathon est lancé, viens vite t'inscrire ೕ(•̀ᴗ•́)
>> s'inscrire au concours <<


Le Corbeau plus présent que jamais, prends garde à tes secrets
>> son insta<<
& >> son twitter<<

Le Corbeau plus présent que jamais, prends garde à tes secrets
>> son insta<<
& >> son twitter<<
Le deal à ne pas rater :
Achetez une seconde manette DualSense pour la PS5
69.99 €
Voir le deal

Partagez

 là, sous ta poitrine, je cogne pour t'abîmer (mado)


 :: seoul national university :: Locaux de la SNU :: Bibliothèque Universitaire
Shin Yoko
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t8758-yoko-yoskoll
geulimja ≈ better a monster than an arrogant god
UNE P'TITE PHOTO ? :  ⊱ là, sous ta poitrine, je cogne pour t'abîmer (mado) 09ec74b9bcdc5bbb58796b91be1ab6e3
AVATAR :  ⊱ nana komastu
POINTS :  ⊱ 76
MESSAGES :  ⊱ 1675
NOUS A REJOINT LE :  ⊱ 24/03/2020
AGE :  ⊱ 24
là, sous ta poitrine, je cogne pour t'abîmer (mado) Empty
(#) Sujet: là, sous ta poitrine, je cogne pour t'abîmer (mado)   là, sous ta poitrine, je cogne pour t'abîmer (mado) EmptyDim 26 Avr - 1:01
là,  sous ta poitrine,
je cogne pour t’abîmer


✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩




les portes s’ouvrent sur une silhouette qui ne les franchit pas souvent ; pour preuve la nonchalance avec laquelle elle les laisse claquer derrière elle. yoko, lunettes noires au bout du nez, deux bouquins sous le bras, poings serrés qui disparaissent dans les poches béantes d’une veste miteuse, avale les quelques mètres qui séparent le seuil de la bibliothèque du bureau des renseignements.

« bonjour, c’est pour un retour. »

et elle voit bien, au soupir du bonhomme qui s’empare des livres qu’elle lui tend, qu’elle l’emmerde déjà. peut-être sa dégaine. peut-être sa voix, ou juste sa gueule qui lui revient pas. elle présente la carte d’étudiant de sanji et pendant un moment le type se met à pianoter -- et le regard de la jeune fille dérive sur les têtes brunes affairées.


oh, pas longtemps !
juste assez pour accrocher deux orbes
là-bas, en bout de table
((deux revolvers chargés))


mado. évidemment.

et comme si son cœur n’avait raté un battement, la grande actrice esquisse un sourire, tire sur ses lunettes du bout d’un doigt pour mieux lui couler un regard amusé. ah, mado ! c’est un oscar qu’elle mérite, pour l’assurance avec laquelle elle dévale bientôt l’allée jusqu’à ce joli brin de femme. un oscar, pour le franc sourire qu’elle adresse lorsqu’elle pose une fesse en coin de table. elle-même voudrait y croire -- que toute la désinvolture qu’elle affiche suffira à abroger leurs travers, malgré le poids de ce silence mortuaire.

« eh mad, ça bosse ? »

d’un geste approximatif, elle soulève le bouquin dans lequel est plongée son amie ((quoiqu’elle soit)), et les yeux plissés, déchiffre la couverture comme si ça l’intéressait vraiment.

« ça a l’air chiant. » triste verdict. « toute façon c’est l’heure de la pause, tu viens ? j’vais rejoindre ingrid à la cafète. »





Lee Mado
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t8585-lee-mado-madmax#266214
hwangsa ≈ they're thunderstorm
UNE P'TITE PHOTO ? :  ⊱ là, sous ta poitrine, je cogne pour t'abîmer (mado) KX7Is9A5_o
AVATAR :  ⊱ — lee ji eun (iu)
POINTS :  ⊱ 199
MESSAGES :  ⊱ 1153
NOUS A REJOINT LE :  ⊱ 01/03/2020
AGE :  ⊱ 22
là, sous ta poitrine, je cogne pour t'abîmer (mado) Empty
(#) Sujet: Re: là, sous ta poitrine, je cogne pour t'abîmer (mado)   là, sous ta poitrine, je cogne pour t'abîmer (mado) EmptyMar 5 Mai - 16:29
là,  sous ta poitrine,
je cogne pour t’abîmer


✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


Elle s'en fiche Mado.
Litanie de l'indifférence qui se répète depuis ce jour-là.

Les yeux rivés sur son Précis de procédure pénale il lui suffit pourtant d’apercevoir sa silhouette longiligne pénétrer son royaume du silence pour sentir ses fondations s'effondrer. Le rendez-vous avorté et toute cette déception amère contre laquelle elle ne peut rien lui remonte dans la gorge, heures de l'attente et d'une humiliation décuplée — les souvenirs niés l'assaillent tant son image s'impose à elle de la plus pernicieuse des façons, tentative d'un déni vain, comme le soir qui a suivi.    

Grandes goulées de l'air vicié et tiède de l'avenue et c'était plus fort qu'elle, elle avait envoyé de toutes ses forces son portable s'écraser contre le macadam. Ça fit du bien, ce fut cathartique, mais pas assez, jamais assez. En rentrant dans le bar, naviguant entre la masse dense des corps salés, impossible de retrouver Ingrid. Mais il y avait la mauvaise sangria bon marché et l'impression d'avoir désamorcé une bombe. Loin de son amie, du regard moitié empathie moitié moqueur de Shino qui avait assisté un peu plus tôt à sa déconvenue publique, loin de son portable fissuré, écorché, hors service comme une foutue métaphore de son propre myocarde. Loin de Yoko aussi, apparemment. Et de ses messages laissés en vu comme un foutu rappel de son insignifiance. Tout allait mieux. La rage s'était distillée dans le vin sucré. Tout allait bien.

Elle s'en fiche Mado.
Les yeux rivés sur ceux de la japonaise, apparition blasphématoire droit devant elle ses doigts se crispent sur la reliure en cuir de son pavé poussiéreux.
Mais si elle ne s'en fichait pas ?

Elle s'avance,
s'avance,
s'avance,
et finit par s'échouer devant elle, rictus insolent qu'elle lui adresse alors, Mado ne peut empêcher la colère poindre au creux du palpitant, sa lèvre frémit d'irritation, elle la maudit pour son timing des moins opportun et plus encore pour l'audace qui semble la narguer. La familiarité du surnom, presque amusant dans la bouche de son frère, prend des allures injurieuses dans celle de Yoko, la nonchalance du ton lui écorche les oreilles, la légèreté de ses manières l'offusquent d'avantage dans sa froideur de surface you must be kidding me ! —  elle n'a pas le temps de réfléchir - ce qu'elle aurait, du reste, refusé de faire - qu'elle est déjà sur ses pieds, le livre brutalement refermé devant elle « Où t'as vu que je voulais aller où que ce soit avec toi ? » la question est brutale, cinglante : Dégage que ses orbes furieuses hurlent « Tu manques vraiment pas d'air ! » l'agacement est tangible dans sa voix, c'est un ricanement acide, dégoûté, terriblement aigri qui s'échappe malgré elle, elle ne veut pas avoir cette discussion Mado. Lui montrer à quel point ça l'a touché, à quel point ça la touche encore. « Je te propose plutôt de retourner à ce que tu sais faire de mieux : m'ignorer. » son pas est rageur lorsqu'elle creuse la distance pour éviter de la laisser empiéter son espace vital, elle préfère s'échapper entre les étagères de livres à perte de vue.




CAUSE I KNOW THAT THERE'S GOTTA BE SOMEBODY OUT THERE. THERE'S GOTTA BE SOMEBODY SOMEWHERE WHO NEEDS COMPANY. AND IT'S COMFORTING TO KNOW. I CAN'T BE THE ONLY ONE WHOS'S LONELY TONIGHT. NO, I CAN'T BE THE ONLY ONE WITH NOBODY TO CALL. THIS CITY MAKES ME FEEL SO SMALL.
Shin Yoko
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t8758-yoko-yoskoll
geulimja ≈ better a monster than an arrogant god
UNE P'TITE PHOTO ? :  ⊱ là, sous ta poitrine, je cogne pour t'abîmer (mado) 09ec74b9bcdc5bbb58796b91be1ab6e3
AVATAR :  ⊱ nana komastu
POINTS :  ⊱ 76
MESSAGES :  ⊱ 1675
NOUS A REJOINT LE :  ⊱ 24/03/2020
AGE :  ⊱ 24
là, sous ta poitrine, je cogne pour t'abîmer (mado) Empty
(#) Sujet: Re: là, sous ta poitrine, je cogne pour t'abîmer (mado)   là, sous ta poitrine, je cogne pour t'abîmer (mado) EmptyMer 6 Mai - 0:16
là,  sous ta poitrine,
je cogne pour t’abîmer


✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


et peut-être qu’elle y croyait, lorsqu’elle approchait la gamine, ses yeux aussi rieurs que les siens assassins, qu’une petite comédie suffirait à balayer leurs étreintes aux airs de cocktail-molotov. que si elle agissait comme s’il ne s’était ((rien)) passé, mado lui emboîterait le pas et cet entracte n’aurait jamais existé. les belles fables dont elle se berce ! comme si le monde allait ployer pour ses désirs égoïstes ; si tel miracle était possible disparaîtraient les milles courbes indolentes qui dansent à la nuit tombée, projetées sous le voile de ses paupières dès que les voilà closes… adieu, succubes aux regards ourlés de tendresse ! adieu à vos bouches incandescentes sur ma peau brûlante !

si seulement elle le pouvait, elle enfouirait les fantasmes de morphée aux côtés des souvenirs de cette unique soirée -- six pieds sous terre.

mais elle est là, plantée devant la tentatrice, à essuyer un reproche qu’elle espérait naïvement étouffer par ses sourires. yoko n’est peut-être pas douée pour capter les sous-titres, mais le regard de mado est d’une rare éloquence, et l’invitation à se faire foutre s’en fait palpable. sourcil haussé, la jeune femme se redresse et se renfrogne. que mado s’énerve, c’était à prévoir -- à chaud ! pas une semaine après ! à croire que tous ses efforts pour l’éviter n’ont pas eu l’effet escompté.

elle la regarde détaler, furieuse, et laisse filer un sifflement lourd de sarcasme. « c’est bon, t’as fini ? » qu’elle lance, rasant les rayons pour l’y poursuivre. « c’est quoi le problème ? depuis quand ça t’emmerde qu’on parle pas ? ça t’a jamais empêchée de bouffer un sandwich avec moi. » grognement, et elle la rattrape, une main se refermant sur l’épaule de la juriste. « mad. » elle l’arrête, vrille ses prunelles dans les siennes, sourcils froncés. « j’veux pas de problème entre nous trois. »

j’veux que ça soit comme avant.
toi
moi
ingrid

ou même sans ingrid
qu’on puisse se regarder sans que ça fasse mal.



Lee Mado
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t8585-lee-mado-madmax#266214
hwangsa ≈ they're thunderstorm
UNE P'TITE PHOTO ? :  ⊱ là, sous ta poitrine, je cogne pour t'abîmer (mado) KX7Is9A5_o
AVATAR :  ⊱ — lee ji eun (iu)
POINTS :  ⊱ 199
MESSAGES :  ⊱ 1153
NOUS A REJOINT LE :  ⊱ 01/03/2020
AGE :  ⊱ 22
là, sous ta poitrine, je cogne pour t'abîmer (mado) Empty
(#) Sujet: Re: là, sous ta poitrine, je cogne pour t'abîmer (mado)   là, sous ta poitrine, je cogne pour t'abîmer (mado) EmptyDim 10 Mai - 18:10
là,  sous ta poitrine,
je cogne pour t’abîmer


✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


Ses mots en tempête s'emballent et se heurtent à la frêle silhouette qui vacille dangereusement sous les rafales impétueuses. Elle l'a sent alors qu'elle s'arrache à ce simulacre qu'elle a tenté mille et une fois d'effacer. Mais l'insolente la suit dans sa fuite stratégique et redouble d'audace, c'est recoloré de sa rancœur étouffée qu'elle l'affronte malgré elle, se renfrognant à chaque inspiration. Elle l'avale par le nez, toute la déception jusqu'alors niée pour mieux s'inventer des histoires, des excuses, trouver des justifications au rejet qu'elle ne peut pas encore, tout à fait, assumer.

« C'est quoi le problème ? » haussement de sourcil presque incrédule, elle répète pour mieux assimiler, mieux s'en gargariser, « Et bien les choses changent vois-tu. Peut-être bien que j'ai plus envie de "bouffer un sandwich" avec toi. » elle assène d'une froideur sans pareil, elle cherche à tout prix à camoufler les maux derrière les mots — la vérité c'est qu'elle pensait naïvement, elle le réalise, que les choses seraient différentes cette fois, les reproches se parent d'une fierté meurtrière, d'une volonté de blesser à peine voilée. Comme un reflex de survie. Elle se sent terriblement stupide, Mado, d'avoir cru à plus, d'avoir prêté une signification chimérique à ce baiser qui, elle en prend pleine conscience désormais, n'était rien de plus qu'une étreinte alcoolisée embrumé d'un désir éphémère. Plus encore qu'à Yoko c'est à elle-même qu'elle en veut, de sans cesse retomber dans les mêmes travers, habitudes épuisantes qui la happent par vague - pitoyable. Elle déglutit de lassitude.

Ses doigts se referment sur elle et lorsque sa voix prononce son nom elle s'arrête, son regard vient glisser jusqu'au sien ; elle s'en rappelle, de la première fois qu'elle l'a vu Yoko. Elle avait ce regard un peu belliqueux qui lui a fait chavirer le cœur. Il le fait encore, un peu. Monter dans sa poitrine cette envolée de papillons colorée.

Il suffit qu'elle parle pourtant pour qu'aussitôt les représailles grognent et lui remontent dans le gorge, au creux de sa cage son myocarde se débat secoué d'une amertume jusqu'alors muette, censurée par les autres émotions qu'elle sait d'ordinaire si bien lui insuffler « C'est donc ça qui t'inquiète ? » un rire acide lui échappe, il se fracasse lourdement contre son épaule qu'elle fait rouler pour se dégager de son contact, « Je dirais rien de notre petit secret à Ingrid. Tu peux dormir sur tes deux oreilles. » le timbre bardé de sarcasme, elle promet de garder le silence, plus qu'une loyauté absurde elle ne peut admettre à voix haute sa désillusion violente. « Et fais moi une fleur, à la prochaine soirée que tu fais ne m'invite pas. Ce petit jeu du chaud-froid ça ne m'amuse plus du tout. » elle termine d'un soupir exaspéré, ses yeux lançant des poignards au visage de Yoko.

Elle ne sait pas sur quel pied danser Mado.
Et elle le déteste, ce sentiment d'imprévisibilité qui s'abat sur elle lorsqu'elle est avec elle.
Son besoin de contrôle la fustige de reprendre le dessus.



CAUSE I KNOW THAT THERE'S GOTTA BE SOMEBODY OUT THERE. THERE'S GOTTA BE SOMEBODY SOMEWHERE WHO NEEDS COMPANY. AND IT'S COMFORTING TO KNOW. I CAN'T BE THE ONLY ONE WHOS'S LONELY TONIGHT. NO, I CAN'T BE THE ONLY ONE WITH NOBODY TO CALL. THIS CITY MAKES ME FEEL SO SMALL.
Shin Yoko
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t8758-yoko-yoskoll
geulimja ≈ better a monster than an arrogant god
UNE P'TITE PHOTO ? :  ⊱ là, sous ta poitrine, je cogne pour t'abîmer (mado) 09ec74b9bcdc5bbb58796b91be1ab6e3
AVATAR :  ⊱ nana komastu
POINTS :  ⊱ 76
MESSAGES :  ⊱ 1675
NOUS A REJOINT LE :  ⊱ 24/03/2020
AGE :  ⊱ 24
là, sous ta poitrine, je cogne pour t'abîmer (mado) Empty
(#) Sujet: Re: là, sous ta poitrine, je cogne pour t'abîmer (mado)   là, sous ta poitrine, je cogne pour t'abîmer (mado) EmptyLun 11 Mai - 23:07
là,  sous ta poitrine,
je cogne pour t’abîmer


✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


mais parler à mado quand ses yeux poignardent c’est comme crier sous l’orage. et courir après elle, s’enfoncer au creux des livres, c’est chasser le vent à coups d’épuisette, avec cet air ahuri qui ne sied qu’aux gosses. c’est qu’elle doit passer pour une conne, yoko ; ses pieds qui la pressent à la suite de celle qu’elle a soigneusement ignorée jusqu’alors, ses sourires absurdes et sa désinvolture de façade. mado a bien raison de prendre ses jambes à son cou, livrant l’actrice au piège de sa propre mascarade.

le palpitant s’emballe sous les reproches assenés -- gonfle, gonfle à s’en faire lourd, gonfle à exploser, et les comètes dans ses orbes s’éteignent, minois tranché d’un aigre sourire. la fierté l’enracine autant que la lâcheté lui hurle de s’enfuir. si elle avait une once de courage elle lui attraperait les mains, ou la taille, elle étoufferait cette langue de vipère à même sa bouche pour y faire crever toute rancœur. là, entre les manuels et les atlas, elle fermerait les yeux et prétendrait qu’elles ne sont que deux, elle effacerait du bout des lèvres une semaine entière de silence… non ; si elle avait une once courage, elles n’en seraient pas là, à se prendre la tête pour une si jolie parenthèse. la vérité, c’est que yoko se cache derrière l’euphorie d’une soirée où tout semblait possible pour justifier ses armes rendues.

qu’il était doux, l’abandon au péché ! il a laissé sur sa langue un goût capiteux. à trop la contempler par la fente de ses paupières, elle ne voit bientôt plus que ça : sa belle bouche aux mots bien laids, l’épaule qui roule sous ses doigts, dénudant quelques secondes la clavicule qu’elle effleurait cette nuit-là. et puis elle l’écoute plus, elle parle par-dessus elle, ses yeux rivés à ses lèvres comme si ça faisait taire les éclairs de ses yeux. « je m’en fous putain, dis-lui ce que tu veux à ingrid… » elle secoue la tête -- soupir exaspéré. « mais tu t’attendais à quoi sérieux ? tu voulais une demande en mariage ? on était torchées, faut te détendre. ça veut rien dire. »


ça veut jamais rien dire quand on boit, hein ? pas vrai ?
moi ça m’a jamais vraiment rien fait.

sa main la démange, à présent vide de toute emprise ((c’est exactement ça ; mado lui file entre les doigts)) alors elle l’enfonce dans une poche, s’adosse à l’étagère avec la même nonchalance que module sa voix. « je vais continuer de t’inviter, et toi quand t’auras fini de faire la gueule tu viendras et on recommencera pas. on se fera une bataille de pouces. » elle lève les yeux, accroche les siens juste un peu, le temps pour un rictus d’éclipser sa mine blasée.




Lee Mado
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t8585-lee-mado-madmax#266214
hwangsa ≈ they're thunderstorm
UNE P'TITE PHOTO ? :  ⊱ là, sous ta poitrine, je cogne pour t'abîmer (mado) KX7Is9A5_o
AVATAR :  ⊱ — lee ji eun (iu)
POINTS :  ⊱ 199
MESSAGES :  ⊱ 1153
NOUS A REJOINT LE :  ⊱ 01/03/2020
AGE :  ⊱ 22
là, sous ta poitrine, je cogne pour t'abîmer (mado) Empty
(#) Sujet: Re: là, sous ta poitrine, je cogne pour t'abîmer (mado)   là, sous ta poitrine, je cogne pour t'abîmer (mado) EmptySam 23 Mai - 19:16
là,  sous ta poitrine,
je cogne pour t’abîmer


✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


Incapable d'affronter son regard elle esquisse un sourire forcé face à ses soupirs las, ses iris tremblent sous le poids de la déception, Mado accuse les vérités qu'elle préférait alors voiler. Peut-être était-ce plus simple lorsque Yoko l'ignorait encore, lorsqu'elle pouvait se raccrocher à l'espoir d'un malentendu, et les erreurs s'enchaînent, et les preuves se multiplient, elle qui refusait de voir cesse enfin de croire.

D'instinct elle recule, un pas.
Puis deux.
Tout son corps se mouve sous l'offense infligée de plein fouet.
Pire qu'un coup dans les côtés.
Ses aveux tranchent bruyamment, creusant une plaie béante de désappointement.

Le doute la prend aux tripes, c'est vrai à quoi s'attendait-elle ? à un peu plus d'égards, semble-t-elle prononcer tacitement — mais elle n'est pas bien sûr elle-même de mériter plus que le temps que Yoko a déjà perdu avec elle, elle détourne aussitôt les yeux pour masquer son désarroi, ses pensées gambergeant vers les rappels d'un passé qu'elle peine à transformer. Shino et sa lâcheté de l'affronter, désillusions amères d'une première idylle idéalisée, Yejin et son intérêt feint reporté sur son frère un instant détesté dans ce vol qu'il ignorait alors. La revoilà devant l'évidence de ses affections empruntées, factices, qui cette fois encore lui rient au nez, ses joues rougies par la colère ne décolorent pas, la honte de son fourvoiement remplaçant l'acidité courant ses veines.  

ça veut rien dire
ça veut rien dire

ça lui tourne en boucle dans la tête, et sonne comme une odieuse trahison.

Yoko parvient à la convaincre sans plus d'efforts que l'humiliation infligée découle de ses propres méprises, que la fureur la dessert plus qu'elle ne la protège - t o u t est dans sa tête - elle se répète avec l'ultime conviction que les astres tatoués sur sa chair cette nuit-là ne sont en rien de plus que l'oeuvre des potions festives : calm down. Elle n'a pourtant pas le cœur à ébaucher ne serait-ce qu'un sourire à la pseudo-plaisanterie, bombe désamorcée, les réflexes demeurent défensifs « Je m'en fiche du baiser t'as raison ça ne voulait rien dire. Mais arrête d'ignorer mes messages, et me pose plus de lapin. J'ai pas que ça à foutre de t'attendre toute l'après-midi comme une conne dans un café. » les canines se plantent dans la pulpe de sa lèvre à la seconde où elle réalise les paroles échappées. Yoko a-t-elle compris ? Ou n'a-t-elle pas relevé la confession derrière les reproches ?

Prêcher l'indifférence, le i got my own back, l'importance du respect et, pour une foutue fois, se l'accorder à elle-même. Ce n'est pas la première fois qu'elle se fait la réflexion. Elles sont si faciles, les résolutions. Elles sentent bon la lavande et la dignité - mais elle a ce visage, Yoko, elle a cette voix, elle a ces lèvres qui se retroussent dans ce putain de rictus railleur pour lequel elle la suivrait quand même à ces foutues soirées qu'elle déteste - dès qu'elle aura fini de râler. « Bon. » le ton est dur dans l'amorce de sa réédition, « On va le manger ce sandwich ? Les gargouillements de ton estomac sont si bruyants que la bibliothécaire va finir par nous virer. » et juste comme ça, Mado cède, encore une fois.

Elle n'attend pas sa réponse qu'elle glisse entre les étagères noyées sous les bouquins direction la sortie, à peine les portes passées elle se retourne pour vérifier que Yoko est bien dans son sillage, qu'elle est toujours là.



CAUSE I KNOW THAT THERE'S GOTTA BE SOMEBODY OUT THERE. THERE'S GOTTA BE SOMEBODY SOMEWHERE WHO NEEDS COMPANY. AND IT'S COMFORTING TO KNOW. I CAN'T BE THE ONLY ONE WHOS'S LONELY TONIGHT. NO, I CAN'T BE THE ONLY ONE WITH NOBODY TO CALL. THIS CITY MAKES ME FEEL SO SMALL.
Shin Yoko
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t8758-yoko-yoskoll
geulimja ≈ better a monster than an arrogant god
UNE P'TITE PHOTO ? :  ⊱ là, sous ta poitrine, je cogne pour t'abîmer (mado) 09ec74b9bcdc5bbb58796b91be1ab6e3
AVATAR :  ⊱ nana komastu
POINTS :  ⊱ 76
MESSAGES :  ⊱ 1675
NOUS A REJOINT LE :  ⊱ 24/03/2020
AGE :  ⊱ 24
là, sous ta poitrine, je cogne pour t'abîmer (mado) Empty
(#) Sujet: Re: là, sous ta poitrine, je cogne pour t'abîmer (mado)   là, sous ta poitrine, je cogne pour t'abîmer (mado) EmptyLun 25 Mai - 21:09
là,  sous ta poitrine,
je cogne pour t’abîmer


✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


cacophonie d’un mensonge éhonté. les astres éclatés au sel de leurs peaux étaient défunts, tombés au hasard de la nuit sur leurs gorges, leurs cous, sur leurs lèvres rougies comme des étoiles filantes ! est-ce que c’est pas évident ? est-ce qu’elle doit se justifier, vraiment ? d’avoir préféré, dans une poignée de minutes où le monde semblait flou, la bouche d’une amie aux serres qui l’agrippent la nuit ? parce que si c’était si bon, si ça avait sur sa langue un putain de goût de paradis c’était bien pour ça, pas vrai ? c’est que dans leur ferveur il n’était question ni d’opportunité ni d’argent, simplement de deux corps échauffés dont les gestes malhabiles célébraient un semblant de liberté.

alors pourquoi ; ce regard brisé ? l’espace d’une seconde on pourrait jurer qu’il y vacille une lueur que connaît bien yoko. celles qu’ont les gens déçus que l’on a blessés. mado détourne pourtant les yeux, soustrait à l’actrice une vision qu’elle refuse de comprendre. elle n’a rien fait de mal, hein ? c'était trois fois rien ? c’est bien mado qui s’enflamme à tort -- l’alcool pour unique responsable de leur sort. la preuve : elle admet ! et après cette confirmation bienheureuse la confession ne paraît plus qu’un détail ; yoko ne laisse filer qu’un rire nerveux, comme la ponctuation hasardeuse à une simple exagération.

« ça marche, je ferai plus attention. » le sourire est sincère, la promesse un peu moins. pour peu qu’elles retombent dans leurs jolis travers yoko pourrait bien recommencer son manège… pourtant dieu sait qu’elle ne cherche pas à mal ! mais pour la douceur de telles mains elle irait s'abreuver à la source de tout sacrilège.

pour l’heure la voilà victorieuse, minois fendu d’un sourire ravi alors que mado rend les armes. « j’arrive ! » lance-t-elle à sa suite, un peu fort exprès pour les presser à détaler avant de s’attirer les foudres des plus studieux. le temps de jucher ses lunettes noires sur son nez, elle presse le pas et rattrape la plus jeune. « allez, pour la peine c’est moi qui régale. » glissé dans un rire étouffé, laissant derrière elles les portes claquer.





Contenu sponsorisé
là, sous ta poitrine, je cogne pour t'abîmer (mado) Empty
(#) Sujet: Re: là, sous ta poitrine, je cogne pour t'abîmer (mado)   là, sous ta poitrine, je cogne pour t'abîmer (mado) Empty
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rose Ecarlate - Forum RPG hentaï [pour public averti]
» [UPTOBOX] Torpilles sous l'Atlantique [DVDRiP]
» Quand deux corps s'enflâme [Pv Mafuyu Nekokami ][Hentaï]
» Sous un cerisier sans fleur [Hentaï] [PV Gak']
» Un peu de hentaï pour un ado de 15

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: seoul national university :: Locaux de la SNU :: Bibliothèque Universitaire
Sauter vers: