▲ up▼ down
12345
GHOST — of you (shino)



 

news maj 52 (*•̀ᴗ•́*)و ̑̑ c'est tout frais ça sort du four, sent cette odeur de pain d'épice
>> lire l'annonce <<


GAME Pour la période de Noël; viens profitez de la magie des fêtes :
>> l'arène de l'hiver <<

classements les résultats de la compétition
>> le tableau d'honneur <<


INFOS des petites précisions ont été apportées
>> aux quêtes <<
& >> l'activité rp <<

EVENT le RE LE PLUS... est lancé, viens vite t'amuser ೕ(•̀ᴗ•́)
>> informations <<


Le Corbeau plus présent que jamais, prends garde à tes secrets
>> son insta<<
& >> son twitter<<
Contexte
Seoul Coeur battant du pays du matin calme, cité aux envies furieuses et aux ennuis décadents. Dans cette ruche d’acier, on se débat, on s’applique éperdument à vivre malgré la nuée d’âmes qui nous entourent. Dans cet univers frénétique, les influences sont multiples, et c'est un tumulte sans fin qui agite les esprits et les corps. Trônant au sommet de cette cité luminescente, les plus grands conglomérats coréens se livrent une lutte mortifère, tandis qu'à leurs pieds, les mortels oscillent entre paix et discordes. Depuis près de soixante-dix ans, les sociétés divisent autant qu'elles rassemblent, semant troubles et espoirs dans leur sillage. On les plébiscite, on les méprise, on les rejette, on les envie, mais en aucun cas elles indiffèrent. Comment ignorer ce microcosme vertigineux, où chacun est acteur d'une guerre qui ne les concernent sans doute pas. Les uns poursuivent leurs aspirations, les autres se résignent à vivre en pions. Les plus impétueux prétendent pouvoir éviter cette inévitable dépendance, mais pour la majorité, impossible de vivre sans se référer à ces grandes unités. Irrémédiablement attirés vers leurs semblables, la population se voit divisée, fractionnée en sociétés mouvantes, envahissantes, unificatrices. Les plus riches s'en pâment tout en craignant le précipice qui les guette peut-être, les plus pauvres s'en irritent mais s'affament à espérer l'envol promis. Tous ne cherchent au fond, que la prospérité et l'exaltation d'une vie un peu moins monotone
Nouveautés  décembre 2020

classement le tableau d'honneur est tombé; viens découvrir si tu fais partie du top 20 dans les classements de fin d'année !

give you love pour clôturer 2020, on a décidé de livrer de l'amour par colis express ! partage ton ode à la joie et offre des jolis cadeaux !

jeux et animations on voulait pas que tu t'ennuies pendant les vacances alors on t'a préparé un petit cocktails de jeux pour t'amuser : le grinch; le père noël a dit, la petite histoire de noël et le sapin n'attendent plus que toi !

news maj 52 (*•̀ᴗ•́*)و ̑̑ c'est tout frais ça sort du four, sent cette odeur de pain d'épice
>> lire l'annonce <<


GAME Pour la période de Noël; viens profitez de la magie des fêtes :
>> l'arène de l'hiver <<

classements les résultats de la compétition
>> le tableau d'honneur <<


INFOS des petites précisions ont été apportées
>> aux quêtes <<
& >> l'activité rp <<

EVENT le RE LE PLUS... est lancé, viens vite t'amuser ೕ(•̀ᴗ•́)
>> informations <<


Le Corbeau plus présent que jamais, prends garde à tes secrets
>> son insta<<
& >> son twitter<<
-30%
Le deal à ne pas rater :
-30% sur le portefeuille Lacoste Chantaco en cuir piqué uni (3 ...
56 € 80 €
Voir le deal

Partagez

 GHOST — of you (shino)


 :: seoul :: Insadong
Lee Mado
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t8585-lee-mado-madmax#266214
hwangsa ≈ they're thunderstorm
UNE P'TITE PHOTO ? :  ⊱ GHOST — of you (shino) KX7Is9A5_o
AVATAR :  ⊱ — lee ji eun (iu)
POINTS :  ⊱ 333
MESSAGES :  ⊱ 1256
NOUS A REJOINT LE :  ⊱ 01/03/2020
AGE :  ⊱ 22
GHOST — of you (shino) Empty
(#) Sujet: GHOST — of you (shino)   GHOST — of you (shino) EmptyJeu 16 Avr - 14:38

GHOST OF YOU

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


L'agacement est tangible dans sa voix, lorsqu'elle recommande un deuxième cappuccino, il y a une moue boudeuse qui flotte sur ses lèvres, le regard empreint de déception devant cette chaise restée désespéramment vide. Les premières dix minutes, ça avait quelque chose de presque charmant, presque parce que malgré tout elle déteste qu'on la fasse attendre Mado, mais son frère s'étant chargé d'entretenir sa patience au fil de ses nombreux manques de ponctualité elle était parvenue (par on ne sait quel miracle) à faire appel à des trésors de self-control pour se persuader que l'attente vaudrait le coup. Passé la demi-heure en revanche, l'acceptable écart avait revêtu des airs d'affront qu'elle peinait à digérer. Soixante-quatre minutes exactement s'étaient désormais écoulées, fucking bitch un soupir exaspéré lui échappe tandis qu'elle check (pour la quinzième fois) son téléphone en vain : ni excuse, ni explication. Pas l'ombre d'un message.

Elle se morigène de lui avoir laissé une unième chance. Elle se morigène d'être venue. Plus encore de n'avoir apporté aucun objet barrière, qui ferait "office de" dans l'espoir de camoufler l'évidence — ça empeste le lapin posé. Comble de l'horreur son maudit passé est juste là, à deux tables à peine d'elle, arrivé un peu plus tôt, ignoré avec grâce - ou du moins c'est ce qu'elle prétend - Shino, assistant à sa débâcle publique. Elle se retient, depuis qu'il a passé la porte, de filer à toute vitesse comme elle a su le le faire jusqu'à présent, mais sa fierté la cloue sur son siège, lui hurle qu'elle serait d'autant plus mortifiée à devoir fuir telle une coupable. A l'intérieur pourtant, elle s'effondre : elle qui se pensait guérie, détachée, forte, « whatever i'm fine » et autres inepties qui volent en un millier d'éclats brisés ; parce qu'il y a quelque chose de monstrueusement douloureux à le savoir assit si proche.

Tragique et surtout tragiquement ironique, il n'empêche que l'expérience le prouve : Shino fantôme vivant dans ses oubliettes depuis des années se manifeste à présent à la moindre occasion, il est là partout et tout le temps, et elle n'en peut plus de le voir Mado, elle ne veut plus. L'abjecte réalisation est d'autant plus apparente aujourd'hui, après l'humiliation qu'elle vient de se manger dans les gencives. Elle se demande si Yoko a exprès décidé de mettre les voiles sans un mot, trop lâche pour la confronter ou si elle a simplement oublié leur rendez-vous, annoncé fièrement dans un foutu message vocal débordant de sentimentalisme. Bon sang ce qu'elle peut être stupide.

N'y tenant plus elle se retourne avec humeur pour découvrir son regard pesant sur sa silhouette, il peut déjà apercevoir les cellules orageuses se former dans ses yeux « T'en mets du temps à boire ton café à "emporter"! » rugit-elle en désignant le gobelet en carton calé entre ses doigts, persuadée qu'il n'a décidé de s'attarder que lorsqu'il l'a aperçu tentant, risiblement, de se cacher derrière ses mèches de cheveux. Va-t-en va-t-en va-t-en qu'elle hurlait en silence, et c'est donc tout naturellement qu'il s'est attablé dans une parfaite nonchalance, celle-là même qu'elle meurt d'envie de lui faire ravaler. Ce qu'elle le déteste.  




CAUSE I KNOW THAT THERE'S GOTTA BE SOMEBODY OUT THERE. THERE'S GOTTA BE SOMEBODY SOMEWHERE WHO NEEDS COMPANY. AND IT'S COMFORTING TO KNOW. I CAN'T BE THE ONLY ONE WHOS'S LONELY TONIGHT. NO, I CAN'T BE THE ONLY ONE WITH NOBODY TO CALL. THIS CITY MAKES ME FEEL SO SMALL.
Weon Shino
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t8769-weon-shino-obiwanshinobi
hwangsa ≈ they're thunderstorm
UNE P'TITE PHOTO ? :  ⊱ GHOST — of you (shino) 5ce07622b2e3d10aa79be916e90a93c7
AVATAR :  ⊱ bang chan
POINTS :  ⊱ 335
MESSAGES :  ⊱ 368
NOUS A REJOINT LE :  ⊱ 27/03/2020
AGE :  ⊱ 23
GHOST — of you (shino) Empty
(#) Sujet: Re: GHOST — of you (shino)   GHOST — of you (shino) EmptyMer 22 Avr - 22:22

GHOST OF YOU

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


Mado.

Il n'aura pas fallu longtemps avant que le regard ne retrouve cette silhouette qu'il pensait avoir oublié ; parce que les traits se sont fondus pour en construire de nouveaux, et le visage, il a changé, si bien qu'il lui aura fallu attendre d'entendre son timbre une première fois pour comprendre qu'il s'agit bien d'elle sous ce faciès qu'il ne reconnait pas. Mais les onyx ne se sont jamais exilés de l'esprit, perles ébènes qu'il a pourtant fui il y a maintenant bien longtemps (trop longtemps) ; pourra-t-il un jour les faire s'envoler ? Car depuis qu'il l'a revu, il n'y a plus qu'elle qui tourmente des pensées qui se bousculent pourtant déjà tant. Mais Mado, elle ne fait que fuir, comme lui il l'a fait. Et n'est-il pas égoïste, aujourd'hui, de refuser de la voir s'évader ? Pourtant, elle ne lui appartient plus ; il ne l'a même jamais possédé, Shino, ou peut-être seulement son cœur si fragile entre des doigts maladroits. Et il a prit peur, a laissé le myocarde s'écraser sans même se retourner pour réparer les dégâts qu'il a causé. Il l'a abandonné.

Mais le voilà Shino, à recroiser une fois de plus cette fille qui ne cessera jamais de lui échapper,  comme si le destin refusait leur désunion. Et il se fait enfant du diable, aujourd'hui, refusant de la voir partir loin de lui, une fois de plus (de trop). Alors, après avoir récupéré le gobelet brûlant, il n’entreprend pas de quitter le café (mais il ne fonce jamais à sa table non plus), il s’installe simplement un peu plus loin, là où les regards pourront toutefois toujours s'effleurer. Et il attend, le portable à la main faisant mine de ne pas intéresser à la scène qui se joue si près de lui. Jusqu'à ce que ce soit elle qui n'en puisse plus ; et la voix s'élève dans un silence qui n'appartient qu'à eux. Il se retient de sourire, le garçon ; et c'est que les prunelles affichent un air de désarrois, comme si les mots n’auraient du lui être adressés, parce que Shino, ce n'est pas pour elle qu'il est là, n'est-ce pas ? « Tu écoutes ce que je dis maintenant ? » Prononcé alors que le corps se mouve pour s'attabler à ses côtés :  le café victime des fureurs précédentes ne le quitte pas, et mieux encore, il en avale une gorgée Shino, sans que le visage ne perde de sa nonchalance habituelle.

Et il l’observe, quelques instants, lui qui n'avait encore eu le temps de le faire plus de quelques secondes (dérobées quand les corps s'étaient rapidement croisés). Puis les yeux s'attardent sur ces mains nerveuses qui emprisonnent un téléphone qui n'aura jamais sonné, aujourd'hui. « Il n'est pas venu, hein ? » Les paroles ne se veulent pas blessantes, car il a été témoin du mal qui s'est emparé de la femme à mesure que les minutes ont défilé. Mais il ne peut s'empêcher d'être soulagé de ne pas l'avoir vu attablée avec un autre. Qu'aurait-il fait Shino ? Qu'aurait-il fait ? Rien du tout. Il aurait simplement commandé son café avant de s'enfuir loin d'eux, la peine au cœur et la rage au ventre d'avoir été trop con il y a de cela des années.  « Tant pis pour lui. » Tant pis pour moi, aussi.

Tant pis pour nous. J'ai tout foiré.

Et la tête bascule en arrière, les mains viennent retrouver le plafond pour étirer les muscles encore endormis du travail de la vielle : car le corps ne se repose que trop peu, et que c'est surement la café posé sur cette table désormais électrique qui le fait tenir debout un peu plus longtemps. Et un soupire s'échappe. Parce qu'il aurait tant à lui dire, à Mado, mais rien ne semble suffire. (J'aimerais que mon regard parle pour moi).

« Tu me détestes toujours autant ? » Qu'il fini par prononcer. Dis moi oui non. Que préférerait-il entendre, le garçon ? Et ce serait probablement plus simple que la haine ait persisté dans le temps, parce que cela signifierait que c'est le moment de la laisser en paix.

Mais Shino, ô Shino, il ne veut plus jamais la voir lui échapper.
Que faire ?
Tu hantes mes pensées
.
Lee Mado
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t8585-lee-mado-madmax#266214
hwangsa ≈ they're thunderstorm
UNE P'TITE PHOTO ? :  ⊱ GHOST — of you (shino) KX7Is9A5_o
AVATAR :  ⊱ — lee ji eun (iu)
POINTS :  ⊱ 333
MESSAGES :  ⊱ 1256
NOUS A REJOINT LE :  ⊱ 01/03/2020
AGE :  ⊱ 22
GHOST — of you (shino) Empty
(#) Sujet: Re: GHOST — of you (shino)   GHOST — of you (shino) EmptyVen 8 Mai - 19:46

GHOST OF YOU

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


Le brasier crépite sous ses yeux, elle se laisse emporter par la rancœur qui gronde et anime les âmes bien trop brisées. Piquée au vif dans la dénonciation évidente de son attention elle se rabroue sur sa banquette de cuir, trop tard, il sait. Ses iris s'écarquillent d'horreur lorsque le corps se mouve pour mieux venir pénétrer son espace vital, imposant une proximité qui la panique aussitôt « Ne t’assois pas là, j'attends quelqu'un. » get out of my sight Mado ne fait pas dans la dentelle. Par choix. Légère et gracieuse sur son bien-aimé terrain scolaire, elle est acerbe et brutale plus ou moins partout ailleurs. Elle a appris par la manière forte à compenser la douceur, les yeux félins, la silhouette fluette, ce truc faussement angélique haï qui donne aux femmes Lee des airs de proie. Si elle est bel et bien née féroce, elle n'a cependant pas toujours porté l'agressivité autour des côtes comme un foutu plastron, non, ça s'est venu avec le temps. C'est une compétence acquise et non innée, les épines qu'elle s'est volontairement fait pousser sur l'épiderme pour empêcher qu'on ne la touche.

Et le problème avec Shino, entre autres, c'est qu'il la connue sans ce foutu attirail, Mado. Quand pour lui encore, elle avait la peau lisse, avant que ses mains ouvertes et suppliantes ne se changent en poings. Avant que chaque mot qui ne lui roule sur la langue soit raillerie ou aboiement. Machinalement, Mado se demande s'il sait, Shino. S'il a conscience de ce qu'elle est devenue. Une collection d'angles et d'éraflures, infusée au ressentiment, à l'hémoglobine et au café froid. Sa réputation de bulldog est pire que notoire, mais l'université est grande. Peut-être qu'il ne sait juste pas en quelle créature s'est transformée la gamine de son adolescence. Mado tique et se renfrogne d'avantage tandis qu'il met des mots sur son infortune, soulignant l'humiliation infligée avec le tact d'un troupeau de buffles ; à sa question elle ne répond qu'un haussement de sourcil mi-dubitatif mi-affligé — les sonorités faussement compatissantes sonnant parjure à ses oreilles "tant pis pour lui" elle l'encaisse comme une attaque, serrant les dents pour s'empêcher de libérer le flot d'amertume qui lui martèle les tempes, elle atténue, tant bien que mal, sa colère par la résignation. Elle a depuis longtemps cessé d'espérer de sa part les paroles qui délaveront sa rancœur, d'attendre quoi que ce soit tout court.

« Je te déteste pas. » menteuse « Je ne pense jamais à toi. » menteuse « Qu'est-ce que tu t'imagines ? Que j'attendais désespéramment ton retour en gribouillant des journaux intimes de ton nom ? » elle cingle laissant sa fierté prendre la main pour mieux retenir les accusations qui se bousculent sur sa langue, « Mais pour qui est-ce que tu te prends ? » elle a envie de lui rire au nez, d'enrayer toute cette rancœur qui la ronge, elle ne veut plus être faible face à lui, se réfugie du côté des apparences pour camoufler qu'encore aujourd'hui, elle a terriblement mal en le recroisant chaque fois, ... ça ne part pas. Depuis trop longtemps.





CAUSE I KNOW THAT THERE'S GOTTA BE SOMEBODY OUT THERE. THERE'S GOTTA BE SOMEBODY SOMEWHERE WHO NEEDS COMPANY. AND IT'S COMFORTING TO KNOW. I CAN'T BE THE ONLY ONE WHOS'S LONELY TONIGHT. NO, I CAN'T BE THE ONLY ONE WITH NOBODY TO CALL. THIS CITY MAKES ME FEEL SO SMALL.
Weon Shino
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t8769-weon-shino-obiwanshinobi
hwangsa ≈ they're thunderstorm
UNE P'TITE PHOTO ? :  ⊱ GHOST — of you (shino) 5ce07622b2e3d10aa79be916e90a93c7
AVATAR :  ⊱ bang chan
POINTS :  ⊱ 335
MESSAGES :  ⊱ 368
NOUS A REJOINT LE :  ⊱ 27/03/2020
AGE :  ⊱ 23
GHOST — of you (shino) Empty
(#) Sujet: Re: GHOST — of you (shino)   GHOST — of you (shino) EmptyMar 12 Mai - 23:28

GHOST OF YOU

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


Ne comprend-t-il pas ? Qu'elle n'est plus. Qu'elle n'est pas. Qu'elle ne sera plus, aussi, cette adolescente à qui il a volé toutes les premières fois. Les premiers touchers, les premiers sentiments. Et l'amour. Toujours l'amour brisé entre des mains qui ne méritaient pas un cœur encore vierge de douleur. La première rupture. Les premiers pleurs. Les premières rancœurs. Et celles-ci ne se sont jamais essoufflées, peut-être même qu'elles vivent encore plus fort maintenant qu'il ose la confronter. Confronter un visage auquel il ne s'est toujours pas adapté, parce que pas même le regard n'a persisté. Il n'y a plus que la voix, bien que plus franche, plus affirmée qu'il y a quelques années. Est-il la raison de ce changement ? Ça semble presque trop égoïste de même y penser, car quatre ans, c'est long. Assez pour changer de vie, d'identité. Il espère pourtant pouvoir toucher de nouveau à ce cœur qu'il sait abîmé. Défensive maladive qui l'empêche pourtant d'y accéder, il sait, au fond, qui se tient en face d'elle. Mots échangés, rumeurs qui circulent sur cette fille que personne n'approche réellement. Une proie qu'il ne faut pas toucher, rose aux épines qui feraient brûler les enfers. Où est donc cette fragilité dont il a été témoin ? Elle n'est plus. Ou peut-être qu'elle est simplement bien trop renfoncée dans la poitrine pour qu'elle ne la laisse ressortir.

Et les mots qui suivent donnent la nausée ; aussi franches que l'oubli, les syllabes brisent le cœur. Parce qu'il aurait préféré être détesté plutôt que délaissé ; c'est que son nom à elle n'a jamais cessé de tourner dans l'esprit. Tout le temps. Quand le regard dévie vers les étoiles, car il les lui aurait toutes offertes, à l'époque, quand il ne s'agissait plus que d'eux. Quand l'odeur de vanille surgit, parfois, parfum d'adolescence qui imbibait ses vêtements et que lui y perdait son visage dedans. Quand il la voit, au détour d'un couloir, jamais trop fréquemment, mais assez pour que ce visage ne lui échappe plus d'un court instant. Mais après tout cela, pour qui se prend-t-il Shino ?

Pour qui est-ce que tu te prends ?

« Personne. » Vérité qui éclate. Il n'est plus personne pour elle, il s'en rend enfin compte. L'a-t-il un jour seulement été ? Si le cœur en est persuadé, l'esprit est confus des aveux qu'il ne sait pas mensongers. Et les souvenirs se mélangent, tout perd de son sens. Pourquoi est-il même ici, à ses côtés ? Et le sourire qui jusqu'ici avait fait vivre les lèvres n'est plus depuis que les mots de Mado ont poignardé le myocarde.  

Le silence.

Un silence où la douleur se fait pourtant entendre. Il faudra du temps avant qu'il n'ose enfin le briser. « Je sais que c'est trop tard pour m'expliquer. » Et pourtant, j'ose espérer qu'il reste un espoir, un dernier que le destin puisse m'accorder. « Je sais pas pourquoi j'espère encore que tu me pardonnes. » Soupir aux nuances de détresse, il ne la regarde toujours pas. Pas encore. Il n'ose pas. Mais prit par un de courage ou peut-être de désespoir, il s'empare de ses iris. Le regard n'est pas celui qu'il a connu, mais c'est le sien, au fond. Elle n'a pas changé. « Si tu me laisse le temps, je peux tout t'expliquer, Mado. J'ai pas eu les couilles y'a quatre ans, mais... » Vulgarité qui ne laisse pas de fin à la phrase. Mais quoi, Shino ? Lui-même ne le sait pas.

Il ne sait pas si, même aujourd'hui, il aura le courage de tout lui avouer.
Lee Mado
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t8585-lee-mado-madmax#266214
hwangsa ≈ they're thunderstorm
UNE P'TITE PHOTO ? :  ⊱ GHOST — of you (shino) KX7Is9A5_o
AVATAR :  ⊱ — lee ji eun (iu)
POINTS :  ⊱ 333
MESSAGES :  ⊱ 1256
NOUS A REJOINT LE :  ⊱ 01/03/2020
AGE :  ⊱ 22
GHOST — of you (shino) Empty
(#) Sujet: Re: GHOST — of you (shino)   GHOST — of you (shino) EmptyDim 21 Juin - 16:41

GHOST OF YOU

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


Son coeur est affreux tumulte dans sa poitrine, elle sent son sang lui remonter dans la bouche, dans les yeux, jusqu'au bout de ses doigts qui empoignent sa tasse avec férocité jusqu'à lui provoquer une vive douleur contre sa pulpe. Rougie d'amertume, de colère et surtout, surtout de honte, shame on me c'est ce qu'elle pense la Lee qui s'en veut de ressentir encore le moindre gramme d'émotions, trop fortes, dés qu'il pose les yeux sur elle, dés que sa bouche s’entrouvre pour chercher les mots qui éteindraient le feu qui crépite sous ses tempes. « En effet. C'est trop tard Shino. » le timbre est dur, braqué, pourtant son corps lui refuse de se mouvoir pour couper court à une discussion perdue qui ne peut que nourrir d'avantage ses ressentiments. Alors pourquoi ? Mado se convainc qu'elle ne cherche là qu'à sauver les apparences, puisque c'est encore la seule dignité qu'il lui reste, pétrifiée dans l'attente, c'est aberrant qu'elle lui laisse encore tant de pouvoir — au mot "pardon" ses lippes se coincent entre ses incisives furieuses, elle ne lui fera pas le plaisir de se donner en spectacle, pas ici pas maintenant. Bêtement suspendue à ses confessions dans l'espoir d'une libération qui tarde à venir - un long silence s'écoule - et la jeune femme soutient son regard, point de rage mais une lueur surprenante d'une presque supplication, celle qui souhaite qu'il mette un terme à l'agonie dont l'incertitude la rend prisonnière. Depuis quatre ans. Son mutisme l'afflige lorsqu'elle croyait ne plus se laisser déborder par une déception à laquelle elle a renoncé avec son départ, qu'importe que ses aveux ne soient qu'insignifiants ou platitudes, mais rien ne vient.

« Qu'est-ce que tu pourrais dire qui pourrait tout arranger ? Vas-y je t'écoute. J'attends. » se reculant sur son siège elle s'enfonce dans le cuir mollasson pour creuser la distance, confronte son regard le défiant de se justifier alors qu'ils savent, elle comme lui, que tout ce qu'il dira restera vain  « J'attends. » elle le presse, sa patience s’exile alors qu'elle le prie de donner un sens à tout ça, il se met à pleuvoir à l'intérieur de sa tête, elle admet son retour ; revenu du pays de ses fantômes. L'aimant du passé se réactive. L'orage magnétique menace, l'appelle. Il emporte toutes les particules de ses pensées. « Pourquoi maintenant ? C'est quoi? Une lubie ? Une espèce de jeu tordu ? Je dois t'accorder mon pardon juste parce que tu me le demandes ? Tu manques vraiment pas d'air ! » elle rit, nerveusement « T'es là à me sortir ton baratin sur la rédemption et ça ne me fait rien. Je sais même plus qui tu es. » elle ferme les yeux un bref instant, comme pour s'échapper de cette réalité égarée dans ses propos, la voilà précipitée dans un passé tourmenté — il n'est désormais qu'un visage de la trahison et des faux semblants, elle qui pensait le connaître, conservait encore (naïvement) les ébauches de bonheur avant l'avalanche de parjures ; elle ne voit plus que la lâcheté de la fuite, les mensonges de sentiments illusoires.






CAUSE I KNOW THAT THERE'S GOTTA BE SOMEBODY OUT THERE. THERE'S GOTTA BE SOMEBODY SOMEWHERE WHO NEEDS COMPANY. AND IT'S COMFORTING TO KNOW. I CAN'T BE THE ONLY ONE WHOS'S LONELY TONIGHT. NO, I CAN'T BE THE ONLY ONE WITH NOBODY TO CALL. THIS CITY MAKES ME FEEL SO SMALL.
Weon Shino
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t8769-weon-shino-obiwanshinobi
hwangsa ≈ they're thunderstorm
UNE P'TITE PHOTO ? :  ⊱ GHOST — of you (shino) 5ce07622b2e3d10aa79be916e90a93c7
AVATAR :  ⊱ bang chan
POINTS :  ⊱ 335
MESSAGES :  ⊱ 368
NOUS A REJOINT LE :  ⊱ 27/03/2020
AGE :  ⊱ 23
GHOST — of you (shino) Empty
(#) Sujet: Re: GHOST — of you (shino)   GHOST — of you (shino) EmptyLun 29 Juin - 2:08

GHOST OF YOU

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


Le temps passe. Mais aucun mot n'est prononcé.
Rien, juste un silence qu'il ne sait pas briser.
Mais Mado est impatiente, Mado ne se laisse pas attendrir par des mots qui ne trouvent pas de sens, tout de suite. Alors elle attaque, elle défend aussi, son coeur qui ne se laisse plus approcher comme il l'avait fait. Les mots sont piquants, ils brûlent l'esprit de leur véracité qui ferait gronder le ciel. Et c'est ça, le pire. Mado a raison. Et Shino, il le sait.

« Arrête. » Mais de quel droit dit lui-t-il d'arrêter ? Car il les mérite, ces mots, il les a tant de fois imaginé, Shino que ça ne devrait rien lui faire de les entendre pour de vrai. Mais la vérité est bien plus douloureuse qu'il ne l'imaginait ; les mots blessent, rongent le coeur lorsque ce sont d'entre ses lèvres qu'ils proviennent. Alors il ose y couper court pour ne pas avoir à les affronter toujours plus, il a peur  d'y faire face car il sait qu'ils sont vrais. « Je sais tout ça. » Il avale dans le vide, gorge asséchée par tout les mots qu'il n'arrive pas à lui conter, et encore une fois, il tente de parler à travers le regard, mais rien n'y fait ; Mado est trop fermée. Il n'arrivera à rien comme ça. Alors le prend le temps de se redresser un peu,  les coudes qui s'appuient sur la table et le crane qui vient s’enfoncer dans des paumes défoncées. « Je devais partir putain. Mais si j'avais pu je serais resté. » Il serait resté sur ce toit, chaque soir avec elle dans ses bras. Il serait resté pour vivre encore un millier de vies à ses côtés. Il serait resté, juste pour la voir grandir à ses côtés, quelques années ou peut-être une éternité. Il serait resté si les péchés n'avaient pas été aussi grands ; et puis trois mois sont passés, et il n'a jamais osé la recontacter, la honte qui bouffait le ventre de l'avoir laissé. Peut-être qu'il aurait du tout lui dire à ce moment là, et ne pas attendre quatre ans, une fois que tout aura été oublié. Mais lui, il n'a jamais pu. Il n'a jamais voulu. Bloqué dans un passé un peu trop lourd à porter, il n'y a qu'elle qui le raccroche à des souvenirs douloureux et immorales. Il n'y a qu'elle et sa présence dont il n'a pu faire le deuil, car elle réussissait à l’apaiser malgré la peur qui tout le temps lacerait l'âme. Elle était là, elle ne l'est plus.  « Avec toi. » Et la confession ne fait pas sens, peut-être même qu'elle n'y croira pas, Mado, car plus rien n'a de valeur entre ses lèvres qui ont bien trop de fois déçues. Aucun mot n'a de l'impact, aucun regard n'a d’intérêt. Il l'a perdu, c'est bien vrai.

« Putain. » Il jure, comme il le fait si souvent, mais le mot prend tout un autre sens en cet instant. Bien plus que de la frustration, bien plus que de la colère ; il se rend enfin compte qu'il a tout gâché après quatre ans de silence et de secret. Parce que tout de suite, elle lui échappe réellement, chaque mot le prouve. Elle est indifférente, et c'est là qu'il sait qu'il ne pourra pas se sauver. « Ça rime à rien tout ça. » Ça n'a jamais eu de sens. Le destin, qu'il aurait aimé dire quelques années plus tôt ; une fatalité, qu'il dirait, maintenant, de s'être pensé invincible, invulnérable. Mado est la preuve vivante que tout peut lui échapper.

Et s'il n'avait pas été si arrogant,
que se serait-il passé ?


Lee Mado
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t8585-lee-mado-madmax#266214
hwangsa ≈ they're thunderstorm
UNE P'TITE PHOTO ? :  ⊱ GHOST — of you (shino) KX7Is9A5_o
AVATAR :  ⊱ — lee ji eun (iu)
POINTS :  ⊱ 333
MESSAGES :  ⊱ 1256
NOUS A REJOINT LE :  ⊱ 01/03/2020
AGE :  ⊱ 22
GHOST — of you (shino) Empty
(#) Sujet: Re: GHOST — of you (shino)   GHOST — of you (shino) EmptyJeu 1 Oct - 18:24

GHOST OF YOU

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩


Les pupilles scintillent sous les vives lueurs d'espoir qu'il lui donne encore à ronger, elle voudrait se détacher aussi aisément qu'elle le prétend mais reste là, immobile de son âme épuisée, ses attentes maculent chaque centimètre de son visage, sa bouche se tord de regrets qu'elle croyait abolis mais qui encore la maintiennent vissée à son siège, l'attente en étendard c'est tout son corps qui se relâche sous l'impulsion d'une déception nouvelle. Quelle ironie ! Shino éparpille les songes de férocité dans les coins les plus reculés de son cerveau, elle ne peut pas se laisser engloutir comme ça, « Tu devais partir ? Qu'est-ce que ça veut dire au juste ? Je comprends rien. » n'est-ce pas ça le réel problème qui les a, et ce dés le début, placés à deux pôles reliés par la seule force de leur désir commun ? L'évidence lutte en elle, fracassée contre les parois de haine l'empêchant de s'attarder sur cette contradiction : elle ne l'a jamais compris. Il porte encore le visage de ses échecs et la tendresse de ses sentiments naissants et pourtant Mado n'a jamais su qui il était, elle se rappelle les évitements et les mensonges, les souvenirs des accidents d'amour lui reviennent comme des vérités oubliées qui remplissent leur rôle de puzzle manquants  — son histoire restée floue sera à jamais une tâche noire supplémentaire dans ce qu'elle figurait autrefois l'expression d'une affection sincère. On ne peut pas aimer quelqu'un qu'on ne comprend pas period. Les couleurs, le vent les voitures et les arbres semblent d'un coup coincés de l'autre côté de la vitrine. Elle ne peut plus rien toucher, voir, entendre. Tout semble figé avec eux dans un passé qui reprend forme, un nouveau contour qui la libère autant qui la torpille « Tu vois, finalement ça n'a pas changé tant que ça, après tout ce temps, tu n'as toujours pas confiance en moi. » les mots sonnent acides entre ses lèvres maquillées d'un sourire triste, elle sait qu'elle ne peut toujours rien attendre de plus, quatre ans et elle n'aura rien d'autre que des excuses dénuées de sens, elle voudrait lui accorder son pardon presque pour se délivrer elle-même de ce joug de l'abandon brutal qu'elle semble subir à chaque fois qu'elle le recroise, Mad sent se former au fond de son esprit les paroles qui pourraient l'alléger, mais quelque chose en elle refuse de les laisser affleurer. Peur de retomber, même de pas très haut.

parce que malgré tout, il lui manque.
il lui manque depuis quatre ans.

Mais elle ne peut pas le lui dire, perdre plus que ce qu'elle lui a déjà donné, à cause de lui elle est devenue ce sécateur vivant capable de découper n’importe quoi et n’importe qui ; malheureusement elle se voit incapable de se couper de lui, la punition est risible, il faut dire que Mado n'a jamais eu cette sorte de panache — accepter la défaite et rebondir. Elle ne sait que triompher, et de ses déboires elle devient prisonnière, elle le sait, derrière ces couches de déni se terre une voix doucereuse de mesquineries, lui soufflant à l'oreille que Shino est et restera une enclume accroché à son cœur en bandoulière.

« Moi c'est ça que je ne supporte plus... » finit-t-elle par cracher dans un soupir, être à la merci de ses mots et ses silences, elle ne peut plus, retrouver cette adolescente qui ne savait que mélanger les rêves et la réalité pour survivre. Elle veut plus, elle veut ce que Shino ne pourra jamais lui céder, la douleur a beau étirer le temps, accélérer les métamorphoses, elle connait les dangers de cette discussion, des regards qu'il lui adresse encore, des craintes fanées qui oppressent ses poumons. Indifférente son expression revêt des airs de mur, la voilà de nouveau fermée (prête à s'effondrer sur ses fondations)  « Je crois qu'on a vraiment plus rien à se dire. » et puisqu'il est désormais évident que Yoko ne viendra pas elle se résigne à affronter sa seconde bavure, elle se redresse, trop rapidement pour ne pas trahir son besoin vital de fuite, et quitte le café sans se retourner.

Un regard en arrière et elle flanche.
Un regard en arrière et elle se perd.





CAUSE I KNOW THAT THERE'S GOTTA BE SOMEBODY OUT THERE. THERE'S GOTTA BE SOMEBODY SOMEWHERE WHO NEEDS COMPANY. AND IT'S COMFORTING TO KNOW. I CAN'T BE THE ONLY ONE WHOS'S LONELY TONIGHT. NO, I CAN'T BE THE ONLY ONE WITH NOBODY TO CALL. THIS CITY MAKES ME FEEL SO SMALL.
Contenu sponsorisé
GHOST — of you (shino) Empty
(#) Sujet: Re: GHOST — of you (shino)   GHOST — of you (shino) Empty
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Le Pacte [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: seoul :: Insadong
Sauter vers: