▲ up▼ down
12345
after hours (flashback) - nyra



 

you're my sunshine ~
ma roulette sunshine ⌒゚(❀>◞౪◟<)゚⌒

TOUJOURS SUR HM ! les défis et le mois à thème ont été renouvelés ! after hours (flashback) - nyra 359353108

JEU -- les incollables des MVs avec devine le MV
and elle est back back back : la roulette RP (/^▽^)/

les MEMBRES EN DANGER, vérifie que t'es pas sur le Death Note de Hm ! (||゚Д゚)
❥ Namaste

hundred miles c'est un forum réel asiatique city/universitaire basé à Séouldeux réponses par mois minimum — Avatars occidentaux bienvenus ! — Taille des avatars 200*320 ou 400*640Une semaine pour finir sa présentation — Pas de prise de tête, rien que du love. That's all folks ٩(^ᴗ^)۶
6 150 pts
ego
8 106 pts
shadow
11 488 pts
student
6 950 pts
citizen

you're my sunshine ~
ma roulette sunshine ⌒゚(❀>◞౪◟<)゚⌒

TOUJOURS SUR HM ! les défis et le mois à thème ont été renouvelés ! after hours (flashback) - nyra 359353108

JEU -- les incollables des MVs avec devine le MV
and elle est back back back : la roulette RP (/^▽^)/

les MEMBRES EN DANGER, vérifie que t'es pas sur le Death Note de Hm ! (||゚Д゚)
-55%
Le deal à ne pas rater :
Remise de 50% sur le tractopelle de chantier à construire MECCANO
10 € 22 €
Voir le deal

 :: seoul :: Jamsil
Partagez

 after hours (flashback) - nyra


Lee Hyun Jae
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t6970-lee-hyun-jae-djae-djae#209438
Lee Hyun Jae
ego ≈ just trust myself
UNE P'TITE PHOTO ? :   ⤳  after hours (flashback) - nyra 20040911353358863
AVATAR :   ⤳  jb (got7)
POINTS :   ⤳  439
MESSAGES :   ⤳  1105
NOUS A REJOINT LE :   ⤳  01/05/2019
after hours (flashback) - nyra Empty
(#) Sujet: after hours (flashback) - nyra   after hours (flashback) - nyra EmptyLun 24 Fév - 2:59




my heart belongs to you, i'll risk it all for you
your body next to me is just a memory

Ce soir n'avait rien d'un soir différent, si ce ne sont les horreurs de plus en plus fréquentes et de plus en plus crève-cœur que la télé renvoyait parmi cette gigantesque réception qu'accueillait l'un des hôtels les plus luxueux de la capitale. Ils n'avaient rien fait de plus que d'habitude, de moins non plus les Lee. Rien d'additionnel au compteur, rien d'inhabituel, rien qui sorte de leur routine presque calculée quoi qu'inégale, à la famille atypique. Hyunjae jouait avec son appareil photo, capturant près de 2000 convives comme des lions en cage. Certains lui avaient probablement posé des questions, il avait mis un temps beaucoup trop long pour y répondre, son esprit qui restait toujours diffus, difficile à atteindre lorsqu'il avait son appareil entre les mains. Les rires fusaient, les discussions aussi. Si on oublie les paparazzis et journalistes présents pour l'occasion en tant qu'envoyés spéciaux, de nombreuses célébrités, de la chanson, du 7è art, de la photographie, de la peinture, des médias, de la mode étaient présents. L'opulence était omniprésente, même parmi les invités. Il n'était pas à sa place Hyunjae. Déception envers lui-même, déception envers ses parents, quand ils quittèrent finalement la pièce sous une nouvelle acclamation - et que lui, l'inutile, le dépassé, le fils adoptif raté en constant essai d'avancer sans pour autant être à l'abri de reculer, il était resté planté au milieu de l'immense sale, il y était resté si longtemps qu'il avait observé tellement de gens magnifiques avec leurs belles parures et costumes, robes et tailleurs. Ils mangent du bout des dents les canapés mis à leur disposition, ils boivent des coupes de champagne, en abondance, comme si c'est normal, comme si cette profusion était parfaitement normale; d'ailleurs elle l'était. Pour eux, présents, ça l'était, comme pour lui et pourtant, il n'aimait toujours pas ça. Il ne fait parti véritablement de ce monde qui dégouline d'argent et de corruption que depuis quelques années, et il a déjà envie de le fuir. À peine reconnu qu'il n'en peut déjà plus.

L'enthousiasme ne venait pas, bien sûr. Quand il avait tout fermé, quand le bordel des dernières années continuait de traîner dans son sillage. Il avait tenté de peindre, de dessiner, de grapher, de penser à autre chose, mais tout tournait si vite dans sa tête que ce sont bien vite ses idées noires qui ont eu raison de lui. Et Hyunjae qui s’assoit nonchalamment sur une chaise au milieu de la foule, et il y croit quand ses paupières se ferment. Une inspiration plus tard et il est ailleurs, lâchement. Il est ailleurs que dans une fête qui n'en a que l'apparence, il est ailleurs que dans une famille qu'il n'arrive pas à gérer malgré tous ses efforts désarticulés. Il est ailleurs, là où ses colères n'accompagnent pas chacun de ses mots ni chacun de ses gestes, il est ailleurs et il déteste ça. D'ordinaire il en aurait rêvé, de fuir. L'égoïste utopiste, celui qui croit que de jouer à l'autruche constamment est meilleur remède que le temps en lui-même. D'ordinaire il aurait pensé à se fermer complètement, à réduire sa douleur, à calmer les ardeurs en n'étant que la figure ambiante, celle qui ne prend aucune décisions, celle qui subit.

Pourquoi est-il ici avec ce costume hors de prix ? Il ne connaît que très légèrement l'hôte. Une honte? Hyunjae l'assume parfaitement. D'ailleurs qui peut se vanter d'être connu intimement par plus de 2000 personnes ? Et tout cela pourquoi? Parce qu'en dépit de sa conscience, il fait parti de ce monde. Et dans quelle mesure ; probablement la plus humiliante et dégradante à ses yeux. Ce soir, en plus d'être « le fils de », Hyunjae est photographe. Il immortalise sur papier glacé leur êtres, leurs âmes... ? Il laissa échapper un rire. Il ne fige sur sa pellicule que des masques. Que des voiles. Il sert à les rendre beaux, à gonfler leurs ego déjà disproportionnés. Il est le bouffon des riches, le faire-valoir des idolâtrés. L'espace d'un instant, ils le rendent utile. Ils lui donnent une existence. À leurs yeux. Aux yeux du monde. À ses yeux. Il devrait leur être redevable.

Il se replace doucement sur sa chaise Hyunjae, se racle la gorge au passage, ses prunelles se vissent au mur devant lui, à la fenêtre qui laisse voir la nuit sombre, les bribes familières d'un soleil à l'horizon à travers la tempête. Il fatigue. Le sommeil qu'il a depuis longtemps sous-estimé Hyunjae, quand les insomnies ont fait de lui celui qu'il est aujourd'hui. La nuit, il vivait le plus beau comme le plus horrible. La nuit il créait, la nuit il s'enlisait, la nuit il imaginait, la nuit il pleurait. Et voilà qu'il s'ouvrait un peu, juste un peu. Il est fatigué. Il étouffe. Il veut partir. Il est parti. Son appareil resté à sa place au milieu de la chaise, lui s'aventurant hors de cette jungle, dans un endroit bien plus paisible, bien plus calme, jusqu'à ce qu'il puisse enfin se laisser aller.

Il soupire. Encore. Et encore. Ses yeux se perdent dans l'infinité du firmament. Si seulement il pouvait les rejoindre ces étoiles. Leur éclat était sincère et naturel. L'une d'elle, la plus brillante, se détacha des autres pour s'envoler ailleurs. Il suivit des yeux sa chute vers la Terre, jusqu'à ce qu' il LA vit, face à lui. Il sut instinctivement qu'elle était différente. Son être entier frémit. Peut-être était-ce dû au froid de la nuit, mais il en doutait. Il la fixe de nouveau, lui qui venait de desserrer le nœud de sa cravate qui pendait lâchement autour de son cou et avait détaché les premiers boutons de sa chemise blanche. « Désolé je... je pensais pas tomber sur quelqu'un ici»
(c) SIAL ; icons – GIZNIEE


Seo Nyra
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t8419-nyra-nyrabelle#258338
En ligne
Seo Nyra
⊱ YOU COULD BE KISSING MY FRUIT PUNCH LIPS IN THE BRIGHT SUNSHINE
UNE P'TITE PHOTO ? :   ⤳  after hours (flashback) - nyra M9zwVXlS_o
AVATAR :   ⤳  PARK SOOYOUNG, ( red velvet )
POINTS :   ⤳  479
MESSAGES :   ⤳  12310
NOUS A REJOINT LE :   ⤳  18/11/2017
after hours (flashback) - nyra Empty
(#) Sujet: Re: after hours (flashback) - nyra   after hours (flashback) - nyra EmptySam 21 Mar - 15:20




my heart belongs to you, i'll risk it all for you
your body next to me is just a memory

Chemin clairsemé de pensées liées pour cette nuit tombée, l’heure où doucement les rues se vident, anéantissent la dernière âme au bord du précipice sous un sommeil languide pour laisser les plus effrontés et les esseulés s’enticher du silence semé par les oiseaux endormis – quitter la cacophonie qui chante la vie pour s’immerger sous la carcasse lisse de leurs songes pleurant l’insomnie. Un bain de magie pour ce qui se plaît à se révéler seulement dans l’obscurité, aimée des êtres oubliés, adorée des cœurs anéantis. Et les cristaux au Ciel qui lentement se mettent à jaillir le trésor de leur soudaine accalmie, libérés des regards indiscrets – de cette lumière artificielle, insipide qui s’immisce sur la rétine pour en faire oublier les lueurs salvatrices de celles qui brillent plus haut –– de ce qui se fait d’en haut. Et elle fuit tout résidu de cette folie diurne, pour se réfugier sous la canopée verdoyante, couvercle nocturne, ici, sautant de pavé fleuri en pavé boisé, pour s’enquérir de la grande Nature seulement. Elle a l’air de danser sous la lune solitaire, de ses prunelles vitrées d’une joie juvénile, au rythme d’une kyrielle de cris cognitifs ; car il n’y a ni quiétude, ni soudure aux affres qui délicatement l’enjolivent sous ses traits d’être solaire. Car c’est l’égarement qu’elle vient quérir dans ces fonds denses en arabesques, chatoyant des malachites assombries, infinis. C’est le tissage de ses pensées qu’elle tente de fuir dans cette frénésie de nuit, à la berceuse des feuillages riches, jusqu’à l’aube courir dans ces bois sans fin – trouver un seul songe certain.

Mais des brindilles se brisent sous des pas qui ne sont pas les siens et la fille candide ralentit à l’idée qu’il se pourrait qu’une nuit son escapade ne soit désolée – un temps se demander si ce n’est pas son esprit fatigué qui fait avancer cette silhouette chimérique dans ces bois endormis. Serait-il venu pour l’aider à signer l’armistice du conflit qui se déclare depuis une vingtaine d’années dans son crâne épuisé ? Car dans cette brume que l’aurore fait lever avant sa venue, elle distingue ses quelques traits perdus, presque haletant, le cou dégager d’un costume asphyxiant et il a l’air aussi vaincu que fort, pour en déclarer encore « Désolé je... je pensais pas tomber sur quelqu'un ici. » Et elle l’observe pour s’approcher encore de quelques pas audacieux, les orbes luisant une soudaine supplication à sa voix sonnant une comptine enfantine qu’elle avait pour habitude d’entendre avant de s’endormir. Captieuses mélodies émanant de ses cordes vocales font briller ses billes transies, celles qui épanchent sur son visage à lui, qu’une lune amie éclaire de ces faisceaux magiques, une curiosité vive. « Vous aussi vous venez fuir quelque chose ? » Et elle finit par sourire, laissant le paysage assombri faire briller les joyaux prônant à ses lèvres amarantes, la poussière de fée aux joues rebondies d’enfant tendre. « C’est la première fois que je vous vois ici, mais si vous venez fuir quelque chose, je suis sûre que cet endroit vous y aidera ! » Et à le regarder ainsi d’aussi près, elle s’éprend de son aura conciliante, celle qu’il émane de son corps tout entier – halo singulier qu’elle a connu d’antan ; dans ses oniriques épopées qu’elle se contait à elle, enfant, au crépuscule levé, pour se rassurer de ces quelques illusoires amitiés bien filées dans des rêves éveillés qu’elle a aimés. Mais elle ne sait déjà plus quitter cette obsédante pensée d’un idéal né, celui qu’elle a créé des années auparavant, sans conscience d’un véritable esprit existant. Et à cette seule féerie, elle cède son irréalisable envie, quand la brume alanguie tente d’embrumer ses iris fiévreux aux reflets souvenirs ; pourvu que ce soit vraiment lui.

« Pardon, mais… On se connaît, non? » demande-t-elle, faiblement, pour l’idylle qu’il chante de sa voix seulement ; le faire parler un peu plus longtemps encore – apaiser ses affres au diapason de ses mots seulement. Car il se dessine sous l’esquisse d’un compagnon qu’elle a adoré pendant trop longtemps et elle comprend qu’elle pourrait s’endormir à ses côtés jusqu’à la fin de ses jours, effacer l’ardoise de ses pensées assassines parce qu’il est son étoile salvatrice.
(c) SIAL ; icons – GIZNIEE








par Sarah, hanini de ma vie, berçant les coeurs avec douceur ♡:
 
Lee Hyun Jae
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t6970-lee-hyun-jae-djae-djae#209438
Lee Hyun Jae
ego ≈ just trust myself
UNE P'TITE PHOTO ? :   ⤳  after hours (flashback) - nyra 20040911353358863
AVATAR :   ⤳  jb (got7)
POINTS :   ⤳  439
MESSAGES :   ⤳  1105
NOUS A REJOINT LE :   ⤳  01/05/2019
after hours (flashback) - nyra Empty
(#) Sujet: Re: after hours (flashback) - nyra   after hours (flashback) - nyra EmptyVen 27 Mar - 12:14




my heart belongs to you, i'll risk it all for you
your body next to me is just a memory

Son esprit est distrait. Le parfum de cette inconnue fait son chemin de l’air ambiant à ses narines, réchauffe son souffle, allège ses mots ; lentement, sans qu’il le réalise, sans qu’il s’en étonne, ses yeux brillent.  « Dans mon cas, je dirais que ce quelque chose s'apparente plutôt à des personnes » Il y avait cette douceur dans les yeux bruns de cette fille, ce côté rêveur, lunaire, cette part d’enfance toujours fermement vissée à l’âme qu'il pouvait ressentir jusque dans ses tripes et que la vie s’emploierait plus tard à mettre à mal. Oui, il y avait tout ça dans son regard comme un reflet de son cœur tendre, et ça transparaissait dans tout son être. Mais à l’instant même où ses yeux noirs se posèrent sur ce visage, aussi lumineux que la lune était grise cette nuit-là, il eut la sensation que ces grands yeux brillants et ce sourire se gravèrent sur son cœur, comme à jamais indélébiles. Hyunjae en fut intérieurement tout à fait chamboulé, lui qui n’avait connu sentiment comparable qu’une fois seulement auparavant, le jour où ses parents l'ont adopté. Si bien qu'il ne put s’empêcher de passer une main dans ses cheveux, un réflexe qui trahissait souvent ses états d’âmes pour qui prêtait un tant soit peu attention à ce genre de détails. Une aventure… Inconsciemment, dans l'esprit du jeune homme ce mot se teintait aussitôt des couleurs des histoires et contes que son père lui racontait lorsqu’il était plus jeune, son imagination fertile et sa curiosité faisant le  reste, il n’aurait pas été surpris de voir apparaître des créatures étranges ou des anges juste derrière lui. Après tout, il y en avait déjà bien un juste devant lui. Oui, c'est vrai, ça ressemblait à une aventure.

Une délicate odeur d’herbe et de pierre humides flottait dans l’atmosphère, portée par un vent léger et doux. La lune s'imposait de plus en plus fièrement, doucement mais sûrement, laissant place à quelques timides rayons lunaires qui semblaient s’amuser à effleurer la rosée du soir afin de les faire scintiller, comme autant de précieux et fragiles joyaux. Hyunjae ne se lassait pas de ce spectacle éphémère d’une forêt luisante en soirée. Il lui semblait que cela donnait un petit quelque chose d’irréel au paysage, une petite touche de magie. Pourtant, pour une fois, c’était un autre spectacle qui captivait bien plus encore son attention. « Pardon, mais… On se connaît, non? » Un peu trop rêveur, il a besoin d’un instant pour remettre ses idées en place et assimiler la question de son interlocutrice. Question qui ne manque pas, au demeurant, de surprendre Hyunjae. Jamais il n’a rencontré quelqu’un avec une aura aussi éthérée, aussi douce et aussi envoutante que la sienne. Et pourtant… pourtant quelque chose chez elle lui était également étrangement familier. Comme si quelque part il avait déjà croisé ces yeux rêveurs, ce sourire un peu timide, cette âme mystique prodigieusement libre et vulnérable. « Peut-être... mais je ne pense pas, je m'en souviendrais si c'était le cas »  et le voilà qui se perd à nouveau dans ses pensées le cœur un peu plus heureux qu'elle en fasse partie.  « Qu'est-ce que tu fuis? » Était-elle seulement réelle ? Son étoile filante l’avait mené jusqu’à elle mais il ne serait pas étonnant que cette soirée lui avait fait perdre l’esprit. Il s'approche nonchalamment pour lui murmurer ensuite ces mots d'un souffle chaud qui caresse son oreille ; « C'est comme si tu étais... Tu es... Comme moi. Tu.... tu n'es pas ici actuellement. Nous n'y sommes plus. Nous n'y serons jamais.» Elle le décontenance encore. Comme si à chacun de leurs regards échangés, ses yeux avaient une faculté occulte de transpercer son âme et de lire en lui. Dans le fond, ça le mettait mal à l’aise. Enfin ça devait. Mais étrangement pas tant que ça, voire pas du tout. Non lui ça l'arrangeait, parce qu'il avait le pressentiment de cette capacité également. Un sentiment de la connaître depuis plus longtemps qu'il n'était le cas. Et il aime cette idée Hyunjae, il aime cette sensation de déjà-vu, cette sensation de l'avoir déjà connue, et aimée. Qu'importe ce qui les unissait, dans le monde indiscernable du subconscient et du métaphysique. Il n'y avait jamais cru... Pourtant dans le cas présent il s'y était résolu sans aucune réticence.

Sans savoir pourquoi, il est certain qu’il y avait quelque chose ici, quelque chose de plus, comme il se surprend à adorer ces drôles de hasards qui semblent lourds d’un sens caché, il ne pouvait pas en être autrement. D'ailleurs, est-ce que le monde la voyait comme lui actuellement ? Il espérait que non. Intérieurement, il ne voulait que cette vision si intimiste de cette jeune femme ne lui appartienne qu'à lui seul, et à personne d'autre. Il se rapproche encore un peu plus, ses yeux encrés dans les siens.« Qui es-tu ?»
(c) SIAL ; icons – GIZNIEE


Contenu sponsorisé
after hours (flashback) - nyra Empty
(#) Sujet: Re: after hours (flashback) - nyra   after hours (flashback) - nyra Empty
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: seoul :: Jamsil
Sauter vers: