▲ up▼ down
12345
are you death or paradise? (nyra)



 

news maj 51 (*•̀ᴗ•́*)و ̑̑ c'est tout frais ça sort du four
>> lire l'annonce <<


GAME deux jeux t'attendent ce mois-ci :
>> le tarot <<
& >> le voleur <<

classements les résultats de la compétition
>> le tableau d'honneur <<


INFOS des petites précisions ont été apportées
>> aux quêtes <<
& >> l'activité rp <<

EVENT le Créathon est lancé, viens vite t'inscrire ೕ(•̀ᴗ•́)
>> s'inscrire au concours <<


Le Corbeau plus présent que jamais, prends garde à tes secrets
>> son insta<<
& >> son twitter<<

Le Corbeau plus présent que jamais, prends garde à tes secrets
>> son insta<<
& >> son twitter<<
Contexte
Seoul Coeur battant du pays du matin calme, cité aux envies furieuses et aux ennuis décadents. Dans cette ruche d’acier, on se débat, on s’applique éperdument à vivre malgré la nuée d’âmes qui nous entourent. Dans cet univers frénétique, les influences sont multiples, et c'est un tumulte sans fin qui agite les esprits et les corps. Trônant au sommet de cette cité luminescente, les plus grands conglomérats coréens se livrent une lutte mortifère, tandis qu'à leurs pieds, les mortels oscillent entre paix et discordes. Depuis près de soixante-dix ans, les sociétés divisent autant qu'elles rassemblent, semant troubles et espoirs dans leur sillage. On les plébiscite, on les méprise, on les rejette, on les envie, mais en aucun cas elles indiffèrent. Comment ignorer ce microcosme vertigineux, où chacun est acteur d'une guerre qui ne les concernent sans doute pas. Les uns poursuivent leurs aspirations, les autres se résignent à vivre en pions. Les plus impétueux prétendent pouvoir éviter cette inévitable dépendance, mais pour la majorité, impossible de vivre sans se référer à ces grandes unités. Irrémédiablement attirés vers leurs semblables, la population se voit divisée, fractionnée en sociétés mouvantes, envahissantes, unificatrices. Les plus riches s'en pâment tout en craignant le précipice qui les guette peut-être, les plus pauvres s'en irritent mais s'affament à espérer l'envol promis. Tous ne cherchent au fond, que la prospérité et l'exaltation d'une vie un peu moins monotone
Nouveautés  octobre 2020

Quêtes 9 nouvelles quêtes viennent pimenter votre jeu. Pour t'aider dans tes missions, on te propose également un petit guide des quêtes, pour mieux comprendre comment ça marche.

Nouvel event Le creathon débute en ce mois de novembre, viens constituer ton équipage et essaye de rafler le prix #money #fame event ⊱ creathon

Animations trois animations ce mois-ci, notre indétrônable roulette ; le très mystérieur tarot et le jeu du vol de faciès. De quoi occuper le confinement !

activité rp cette première maj depuis la refonte est l'occasion d'éprouver nos nouveautés. une modification ne passe pas le crash test : l'activité unique pour tous vos persos. On revient donc au système un personnage = un sujet d'activité. Le principe reste le même, mais vous devrez poster un sujet par multicompte dès à présent.

classementle très attendu classement fait son apparition, dans tout ses états, personnages, groupes, personne n'y échappe. Viens le découvrir ici : Classements

un corbeau crownecté le corbeau est un être social, c'est donc tout naturellement qu'il s'est doté d'un compte instagram et twitter

news maj 51 (*•̀ᴗ•́*)و ̑̑ c'est tout frais ça sort du four
>> lire l'annonce <<


GAME deux jeux t'attendent ce mois-ci :
>> le tarot <<
& >> le voleur <<

classements les résultats de la compétition
>> le tableau d'honneur <<


INFOS des petites précisions ont été apportées
>> aux quêtes <<
& >> l'activité rp <<

EVENT le Créathon est lancé, viens vite t'inscrire ೕ(•̀ᴗ•́)
>> s'inscrire au concours <<


Le Corbeau plus présent que jamais, prends garde à tes secrets
>> son insta<<
& >> son twitter<<

Le Corbeau plus présent que jamais, prends garde à tes secrets
>> son insta<<
& >> son twitter<<
Le Deal du moment :
AUKEY Écouteurs Bluetooth 5 sans Fil – ...
Voir le deal
20.71 €

Partagez

 are you death or paradise? (nyra)


 :: seoul :: Jamsil :: Résidences
Lim Sang Ook
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t7990-lim-sang-ook-imsangoku
geulimja ≈ better a monster than an arrogant god
UNE P'TITE PHOTO ? :  ⊱ are you death or paradise? (nyra) 45a8fd02f865fe35c005a13ea6bc498e
AVATAR :  ⊱ seo kang joon
POINTS :  ⊱ 0
MESSAGES :  ⊱ 1158
NOUS A REJOINT LE :  ⊱ 17/11/2019
AGE :  ⊱ 27
are you death or paradise? (nyra) Empty
(#) Sujet: are you death or paradise? (nyra)   are you death or paradise? (nyra) EmptyDim 16 Fév - 18:42
∷are you death or paradise?


Fool me once, fool me twice

Are you death or paradise?

Now you'll never see me cry

There's just no time to die



heures sacrées s’égrainent sans bruit, rayons mordorés que filtre un volet fatigué s’écrasent sur le front du gamin assoupi. parfois, pour troubler le précieux sommeil, des moteurs retentissent depuis les ruelles ; et sangook soupire, grogne et tourne sur lui-même. éloignez donc toute vie ! si longue fut la nuit ! pour que le lim reprenne son souffle, et que la matinée écoulée il retourne à son devoir de pompier, à ses horaires absurdes et ses gardes éprouvantes. il n’y a de vide que ses poches, et le temps qui toujours s’enfuit…

et ce repos ((bien qu’éphémère)) il le bénit -- jusqu’à ce qu’un claquement familier le fasse émerger. depuis sa chambre il distingue des pas qui se pressent du couloir à la chambre voisine, celle du cadet disparu. un œil, puis l’autre ; à grand peine l’aîné chasse chimères et morphée.

et si
((et si))
c’était lui ?

l’espoir fleurit entre deux bâillements ; si c’était hyosonn, la sale gosse n’aurait pas manqué de glisser un œil dans l’embrasure de sa porte, faisant grincer les gonds jusqu’à ce qu’il l’envoie bouler ((ou lui propose d’entrer)) ! de gestes gauches, le garçon se redresse, enfile un tee-shirt dans un semblant de pudeur.

« nam ? » appelle-t-il ; nervosité tout juste voilée par la somnolence.

pas de réponse. gamin s’interroge de plus belle. si c’était lui ? il n’a rien préparé : pas de mots, pas d’excuses, rien pour sauver leur relation pourrie jusqu’à la moelle. soupir -- tant pis. ses pas l’emmènent seuls à sa porte.

« nam, c’est toi ? » lance-t-il encore, sans oser s’imposer au-delà du couloir. « tu… ça va ? qu’est-ce que… »

qu’est-ce que tu fais là ? qu’il voudrait lui dire. mais il ravale ses mots, de peur que les choses empirent. le gosse est chez lui ((chez eux)) et c’est tout ce qu’il veut lui faire savoir.

« tu sais, je suis désolé pour la dernière fois. j’aurais dû te prévenir que je passais. et je suis désolé qu’on ait pas pu… s’écouter. enfin, j’avais encore plein de choses à te dire et j’ai pas su le dire comme il faut.  »

y a des silences qui font mal --

dos qui se pose contre le mur, tout près de la porte.

« eh gamin. tu m’écoutes ? »


:copyright: celestial wonder for hundred miles only.


kράτος - - dans nos yeux vitreux, rien n'effacera la buée ; il y a cette envie de tuer qui reviendrait à faire comme eux
Seo Nyra
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t8419-nyra-nyrabelle#258338
byeoljali ≈ when the night comes i break into stars
UNE P'TITE PHOTO ? :  ⊱ are you death or paradise? (nyra) NgXNDV4
AVATAR :  ⊱ PARK SOOYOUNG, ( red velvet )
POINTS :  ⊱ 495
MESSAGES :  ⊱ 13715
NOUS A REJOINT LE :  ⊱ 18/11/2017
are you death or paradise? (nyra) Empty
(#) Sujet: Re: are you death or paradise? (nyra)   are you death or paradise? (nyra) EmptyDim 16 Fév - 21:23
∷are you death or paradise?


Fool me once, fool me twice

Are you death or paradise?

Now you'll never see me cry

There's just no time to die


Danse frénétique au creux de cette matinée dorée, au seul tempo de ses petits pas pressés, gagner la maison de son ami pour lui ramener ce livre tant demandé. Pénétrer l'antre des Lim et sous cette canopée familière, s'extasier un moment de ces ( / ses) seuls effluves embaumants à la caresse d'une rassurante nostalgie – mélodie de souvenirs qu'on aurait préféré chérir à l'infini sans jamais ne les rendre tristes.

mais il n'y a pas de temps,
crispante devient l'ambiance ; trachée serrée
et l'ouragan se lève à la strate de sa pensée,

Alors elle s'empresse de gagner la chambre de l'acolyte au livre dont on lui a indiqué la cachette – à la compagnie de sa psyché grouillante de songes naissants, de ceux qui le redessinent, onirique, dans l'espace du domicile ( vide ). Et lorsqu'elle trouve enfin le bouquin, persuadée que l'accalmie est à venir, le plancher vieilli grince sous des plaintes rythmées jusqu'à l'enlacer d'une soudaine immobilité.

il m'a dit qu'il n'y aurait personne,
ce n'est pas lui,
c'est hyosonn, ça ne peut être qu'elle.

Fantasmagorie au sillage de sa conviction, elle se laisse bercer par la seule conclusion qui ne puisse l'affaiblir ; laisser jaillir de toute son énergie cet espoir édulcoré encore un temps, tant que l'aphasie s'éprend de son corps maintenant paralysé.

Mais fatalement le grondement de sa voix résonne sur des notes lénifiantes et elle expire le dernier souffle portant l'espérance car tendrement déjà se glisse un sourire candide sur ses lèvres rougies – ça faisait ( si ) longtemps. L'accord singulier de tous ces mots qu'ils se sont partagés d'antan parcourt son encéphale dans des échos irréguliers et un voile se dépose sur sa lucidité, laissant ses paroles se brouiller dans une brume lourde de formules qui au présent n'ont plus de sens. Et elle retrouve l'espace d'un instant à ses airs enchantants, les chimères qui la berçaient autrefois, les convictions qui dans des étreintes l'apaisaient de nombreuses fois.

« eh gamin. tu m’écoutes ? »

Réveil amer de ses réminiscences fantastiques et, à ce rappel qui frôle l'air, elle quitte le mirage de ses rêves pour faire face à la réalité ; elle ne pourra pas fuir éternellement. Alors, résolue à le rendre réel, elle se relève pour quitter la pièce.

« Désolée, Nam m'a dit qu'il n'y aurait personne.. Je suis venue chercher quelque chose pour lui. »

Sa parole s'enlise dans sa pensée lorsque, enfin, ses prunelles redécouvrent ses traits tant aimés qu'elle avait pour habitude d'embrasser ; et il est si beau avec son aura protectrice, sous ces reflets perlés qui s'éprennent de sa pommette qu'elle aimait colorier de ses lèvres teinte cerise. Et naïve, pour cet illusoire amour disparu – familiarité déconstruite, elle adoucit sa voix, tandis que ses joues enfantines accueillent un sourire aux lueurs mutines.

« Ça faisait longtemps... »

Ses orbes luisent une affection qu'elle lui dévoue toujours – libèrent une myriade de papillons dans le fond de ses pupilles qu'elle lui voua un jour et sous un désir empreint de mélancolique, elle darde dans son regard l'envie d'être dans ses bras.
Car il lui a tant manqué, devrait-elle vraiment s'en cacher ?


:copyright: celestial wonder for hundred miles only.


into the woods
gorgé d'espoir, son sourire éclate habillé de son pourpre nectar.





par Caro, la plus jolie des fairy twins, créant perfection à chaque instant ♡:
 


par Sarah, hanini de ma vie, berçant les coeurs avec douceur ♡:
 
Lim Sang Ook
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t7990-lim-sang-ook-imsangoku
geulimja ≈ better a monster than an arrogant god
UNE P'TITE PHOTO ? :  ⊱ are you death or paradise? (nyra) 45a8fd02f865fe35c005a13ea6bc498e
AVATAR :  ⊱ seo kang joon
POINTS :  ⊱ 0
MESSAGES :  ⊱ 1158
NOUS A REJOINT LE :  ⊱ 17/11/2019
AGE :  ⊱ 27
are you death or paradise? (nyra) Empty
(#) Sujet: Re: are you death or paradise? (nyra)   are you death or paradise? (nyra) EmptyLun 17 Fév - 11:41
∷are you death or paradise?


Fool me once, fool me twice
Are you death or paradise?
Now you'll never see me cry
There's just no time to die



symphonie des silences ;
c’est chaque fois la même souffrance.

ne faut-il donc qu’un mur pour soutenir l’aîné ? lui qui perd toute contenance face au mutisme du frère tant aimé ? yeux se closent et sous le voile des paupières encore lourdes de sommeil le sourire de nam prend des airs d’utopie, invention créée de toutes pièces par la candeur de ses espoirs trahis. pas de réaction -- ça lui fait un mal de chien, au garçon, comme si son être s’en trouvait béant, décharné sans pudeur, ses excuses impuissantes et son myocarde sanguinolent. qu’il est dur d’être sincère lorsqu’on ne sait bien parler ! qu'il est dur d’être un frère pour celui qui s’obstine à le repousser !

attisée par la peine, l’envie de durcir le ton, de secouer le marmot jusqu’à ce qu’il daigne adresser un seul pardon ((de gré ou de force, qu’importe !)) mais soudain, les pas s’approchent de la porte ! sang se redresse, prêt à faire face au cadet, mais la voix qui s’élève n’a rien de celle qu’il lui connaît.

« désolée, nam m'a dit qu'il n'y aurait personne.. je suis venue chercher quelque chose pour lui. »

ah !
cœur a raté un battement
si tendres sont ces accents !
doux, sucrés comme baisers en kyrielle
comme ces innombrables souvenirs qu’il a d’((elle)) ;
n y r a

le mirage se profile dans un présent suspendu, soleil figé par-delà les splendeurs du monde entier pour faire de ce seul instant le mémento d’un amour perdu. éréthisme à la vue de sa silhouette qui avance, éréthisme lorsque d’ombre elle se mue en réalité ! le pire, sans doute, sont ses yeux qui ne peuvent la quitter.

« nyra… »

le fauve de ses iris s’illumine d’émotions versatiles ; mais qu’elle est belle entre ces murs ! minois fragile de tendresse, regard alangui sous l’ourlet de ses cils… la surprise passée, ne subsiste qu’un instinct des plus primaires : l’enlacer.

« ça faisait longtemps... »

l’esquisse de ses lèvres carmin lui fait plus mal qu’un coup de poing.

pourquoi tu souris, nyra ?
pourquoi t’es si jolie quand t’es même plus à moi ?

le lait de sa peau appelle aux caresses, la masse d’ébène sur ses joues, ses épaules et son dos, des baisers sans confesse. qu’il serait doux de se plier au désir de ses orbes ! il connaît cet éclat par ((cœur)) : la belle se languit de ferveurs. pourtant sangook, incapable d’ébaucher le moindre mouvement en direction la ((divine)) apparition, se contente d’hocher la tête. oui, ça faisait longtemps…

« je… je pensais pas te revoir ici. »

aveu malheureux. le garçon a tiré un trait sur leurs amours décousues, sur le tumulte de leurs passions n’ayant pour destin que chaos et perdition.

« tu as trouvé ce qu’il te fallait ? »

il voudrait que ça sonne comme une invitation à partir, quitter les lieux pour ne plus ((jamais)) revenir, mais dans sa voix, dans ses yeux, il sait pertinemment qu’elle décèle l’envie qu’elle s’attarde juste un peu…

« pour nam… est-ce que ça peut rester entre nous ? » prière qu’elle devrait comprendre, elle qui a recueilli chacune de ses confidences. « est-ce qu’il va bien ? »

est-ce que tu vas bien ?


:copyright: celestial wonder for hundred miles only.


kράτος - - dans nos yeux vitreux, rien n'effacera la buée ; il y a cette envie de tuer qui reviendrait à faire comme eux
Seo Nyra
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t8419-nyra-nyrabelle#258338
byeoljali ≈ when the night comes i break into stars
UNE P'TITE PHOTO ? :  ⊱ are you death or paradise? (nyra) NgXNDV4
AVATAR :  ⊱ PARK SOOYOUNG, ( red velvet )
POINTS :  ⊱ 495
MESSAGES :  ⊱ 13715
NOUS A REJOINT LE :  ⊱ 18/11/2017
are you death or paradise? (nyra) Empty
(#) Sujet: Re: are you death or paradise? (nyra)   are you death or paradise? (nyra) EmptySam 21 Mar - 15:20
∷are you death or paradise?


Fool me once, fool me twice

Are you death or paradise?

Now you'll never see me cry

There's just no time to die


Mensonge aux acoustiques de leurs voix, il y a trop de non-dits en l'espace d'un battement de cils, car à le regarder ainsi, c'est leurs souvenirs finis qu'elle lui conte à la lueur de ses iris ; fille amourachée pour ce qui les relie à jamais –– s'ils ne l'oublient, à la folie. Et l'ouragan de cet instant ébranle Atlas qu'elle condamne à porter sur ses épaules les vestiges d'un amour transi, à l'allure défraîchie, elle qui s'est soumise à la faiblesse de ce moment avant lui. Car elle a l’esprit fragile face à celui dont elle rêve de nuit parfois des plus jolies lubies, des plus agréables mélodies sur des formules promises –– réminiscences anéanties pour toute la mélancolie qu’il dépose sur son prénom. Tableau envoutant de ses lèvres qui se meuvent pour la nommer, lui faire gage de ne pas l’avoir encore oubliée, quand pourtant en aquarelle se dessine un océan d’insomnies, sous ses yeux pochés de fatigue, ceux dans lesquels elle noie, vacillante, ses prunelles emplies d’ivresse et d’envie.

« Je… je pensais pas te revoir ici. »

Mais pourquoi lui refuse-t-il la caresse? Ne voit-il donc pas le désir qui se déverse dans les sillages de son visage? La rejetterait-il? Phobique présage et elle se fige, la candide enfant, face à celui qui ne veut plus la reconnaître.

« Pourquoi? C’est décevant, Sangook..? »

Presque électrique elle rit, plasma crépitant sur sa voix alanguie, car à cette seule distance gardée, elle se souvient de tout ce qu’il les séparait d’antan. De ce qu’il la prive encore, elle se remémore ce qu’il ne comprenait pas avant. Jusqu’à en recompter le nombre de perles qu’elle a laissées s'écouler pourtant. Et cette tension s’épanche dans ses joues rougies, quand dans les frondaisons de sa raison, tout se brouille un temps.

« Oui, c’est tout bon, j’ai tout. »

Qu’elle lance en glissant le bouquin dans son sac. Pourtant elle s’enracine entre ces murs, son antre – chez lui, car ce sont ses orbes conciliants qui l’invitent à danser à deux pas du vide –– qui l’y immobilisent, avec lui. Déclarations muettes qui la grisent un peu trop, peut-être – jusqu’à attraper l’une de ses grandes mains qu’elle avait pour habitude d’avoir sur elle. Manie qu’elle garde pour lui ; parcourir de ses fins doigts les sillons de sa paume durcie, tandis qu’elle tente d’apaiser son âme de grand lion malhabile.

« Je dirai rien, tu sais bien. Mais il va me demander s’il y avait quelqu’un, je vais pas pouvoir lui mentir. »

Et elle poursuit, sur un air scintillant l’absolution pour son sourire qui écoule un pardon à sa teinte vermeille, ses doigts peignant à l’acrylique transparent une apaisante merveille.

« Disons qu’il s’occupe ? C’est… Nam. Mais si tu veux mon avis, ça serait bien que tu lui dises ce que je viens d’entendre. Peut-être que tu ne sais pas le comprendre, mais lui a besoin de savoir. » Incapable de s’affranchir de l’inquiétude qui la guide, elle lance. « Et toi alors? Est-ce que tu vas bien..? »

Laisser pour vide, soudain, sa main – lui demander pour la délicatesse de l’acte, quand la réponse se lit sur les plies de son visage d’esprit épuisé, la lueur de sa peau peignant avec le Ciel un camaïeu orangé, terni par l’essoufflement de l’aîné à la carrure trop chargée. Et elle l’a aimé pour ce large dos qui semble capable de tout supporter, protéger les êtres aimés – ah mais que voilà! sa paume délicate qui se glissent le long de son bras, pour venir se loger sur son épaule de héros essoufflé! Il en a trop supporté et elle sait qu’elle lui en a fait endurer. Mais qu'est-ce qu'elle l'a aimé et elle aurait aimé savoir le soulager.

« Dis-moi que tu vas bien..? »

Dis-moi que ça fait plus mal?
Dis-moi que tu m’as pas oubliée?



:copyright: celestial wonder for hundred miles only.


into the woods
gorgé d'espoir, son sourire éclate habillé de son pourpre nectar.





par Caro, la plus jolie des fairy twins, créant perfection à chaque instant ♡:
 


par Sarah, hanini de ma vie, berçant les coeurs avec douceur ♡:
 
Lim Sang Ook
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t7990-lim-sang-ook-imsangoku
geulimja ≈ better a monster than an arrogant god
UNE P'TITE PHOTO ? :  ⊱ are you death or paradise? (nyra) 45a8fd02f865fe35c005a13ea6bc498e
AVATAR :  ⊱ seo kang joon
POINTS :  ⊱ 0
MESSAGES :  ⊱ 1158
NOUS A REJOINT LE :  ⊱ 17/11/2019
AGE :  ⊱ 27
are you death or paradise? (nyra) Empty
(#) Sujet: Re: are you death or paradise? (nyra)   are you death or paradise? (nyra) EmptyVen 27 Mar - 13:03
∷are you death or paradise?


Fool me once, fool me twice
Are you death or paradise?
Now you'll never see me cry
There's just no time to die



« pourquoi? c’est décevant, sangook..? »

les sourcils se froncent à peine ((juste assez)) aux mots qu’il a peur de comprendre, au rire qu’elle laisse filer et qui n’a pour écho qu’une vieille amertume. nyra sous ses orbes est un souvenir drapé de tendresses immolées ;

envolées cruelles à ses lippes vermeilles
dont il tait la seule réponse qui lui vient :

((si tu savais
ô combien
je t’attendais))

« oui, c’est tout bon, j’ai tout. »

et tout lui semble lointain, jusqu’à cette main qu’elle emprisonne de ses serres divines. fallait-il qu’elle garde tout de ses douceurs assassines ? lointain ! le temps où elle pouvait de cette nonchalance glisser ses doigts entre les siens, car le geste exhale aujourd’hui les délicieux frissons de l’interdit. l’enchanteresse n’en est que plus désirable, ainsi drapée de la candeur mystique qu’il aimait célébrer du bout des lèvres.

dans son trouble pourtant, c’est d’abord à nam kyu que vont ses inquiétudes, à ce qu’elle pourra bien lui dire de ses confidences naïves au pas d’une porte close, à son ego trop fier de savoir son aîné prêt à formuler des excuses… il hoche la tête, doucement, comme s’il ne les écoutait pas vraiment ((ses jolis mots)) : pour le rassurer, elle en ferait toujours trop.

« je… »

il fixe leurs mains, les arabesques qu’il jurerait discerner, tracées à l’encre indélébile de sa mémoire amourachée de son moindre souffle.

« j’essayerai. » concède-t-il. « c’est juste… de plus en plus difficile de le croiser. »

les mots peinent à éclore lorsqu’elle est tout ce qu’il veut voir, quand il ne veut que supplier qu’elle parle encore pour qu’il se repaisse des accents délicats qu’il lui arrive d’écouter en boucle certains soirs -- au hasard de vieux messages sur son téléphone, de vidéos toujours trop courtes où son rire résonne.

« et toi alors? est-ce que tu vas bien..? »

« nyra… »

son regard se dérobe un instant, dans une tentative ((vaine)) de réprimer l’envie d’attirer plus près ses courbes de sirène. si seulement il n’y avait pas cette tendresse immense pour consumer ses prunelles, ni sur son bras cette caresse cruelle… sa sollicitude est une bouffée d’air frais dans une apnée de tourments, son minois levé vers le sien un astre auquel s’échauffe le palpitant.

« dis-moi que tu vas bien..? »

« je peux, si tu tiens à l’entendre. »

rire. quelques notes dissonantes lorsque ses doigts entourent une mèche volage. la tentation est grande de plonger dans cette cascade noire ; mais pieuse est la main qui effleure son visage.

« je ne compte pas me plaindre, de toute façon. tu ne me dois plus rien. surtout pas m’écouter critiquer nam… ou te dire que tu me manques, que je pense toujours à toi. »

((ah zut))
vilain coloriage a débordé ;
sa paume sur la joue nivéenne s’est posée.

« je sais plus comment on fait sans toi. »


:copyright: celestial wonder for hundred miles only.


kράτος - - dans nos yeux vitreux, rien n'effacera la buée ; il y a cette envie de tuer qui reviendrait à faire comme eux
Seo Nyra
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t8419-nyra-nyrabelle#258338
byeoljali ≈ when the night comes i break into stars
UNE P'TITE PHOTO ? :  ⊱ are you death or paradise? (nyra) NgXNDV4
AVATAR :  ⊱ PARK SOOYOUNG, ( red velvet )
POINTS :  ⊱ 495
MESSAGES :  ⊱ 13715
NOUS A REJOINT LE :  ⊱ 18/11/2017
are you death or paradise? (nyra) Empty
(#) Sujet: Re: are you death or paradise? (nyra)   are you death or paradise? (nyra) EmptyMer 3 Juin - 22:48
∷are you death or paradise?


Fool me once, fool me twice

Are you death or paradise?

Now you'll never see me cry

There's just no time to die


Mi-damnés, mi-rescapés de leur histoire aux mille périples romantiques, il y a des langages qui ne connaissent pas l’abîme, des conversations qui s’étendent à l’infini dans l’obsidienne de ses prunelles, sur l’opaline de son sourire. Et elle se souvient à chacune de ses pierres magiques, à chacun de ses traits rassurants la cause de son amour transi pour lui – pour ce chevalier déchu d’un conte à la poésie fantastique.

« Je… j’essayerai. C’est juste… de plus en plus difficile de le croiser. »

Qu’y a-t-il dans l’hypnose de nos mains qui te fasse vaciller – perdre le chemin de tes mots incertains? Serait-ce les souvenirs qu’elles recomposent, du temps où l’on était bien?

« Nyra... »

Elle sonne encore. La mélopée grave de son prénom, sur une tendre mélodie sans proses, se dessine sur ses lèvres fascinatrices qu’elle se revoit embrasser avec tout l’amour qui la compose. Scintillante poussière de fée s’épanche sur ses joues juvéniles quand elle s’espère déjà contre lui – à sa main sur son épaule, venir lui quérir quelques douceurs languides.

Mascarade aux réminiscences nitescentes, érosion des souffrances – et le mensonge est splendide quand le prix ultime semble invisible. Elle arbore une candide apparence pour son envie-caprice d'être à nouveau à lui. Sans tout ce qui les a fait dépérir, garder en silence le moment, lui plaire le temps d'un instant à ses doigts glissant sur sa peau, sans se faire prendre à sa parole qu'il n'a jamais su comprendre.

« Je peux, si tu tiens à l’entendre. »

Il y a son rire qui résonne, qui la ramène dans les frondaisons de sa raison ; lui rappelle qu'à trop venir à lui, elle pourrait faner la délicatesse qui les lie ainsi. Mais il vient, de ses doigts de peintre, dégager son visage rosé à la douceur de son geste. Enivrante effervescence que sa subtile caresse fait fleurir et, à ces seules merveilles, elle succomberait à ses lèvres vermeilles – éclosions de sensations. Seulement il poursuit ;

« Je ne compte pas me plaindre, de toute façon. Tu ne me dois plus rien. Surtout pas m’écouter critiquer Nam… ou te dire que tu me manques, que je pense toujours à toi. »

Altération et tout tombe! Il a usé des mots fatidiques, ceux qu'on osait plus dire car on les sait nocifs aux dernières fibres de raison qui subsistent. Il l'incombe d'une volonté qui se fait irrepressible, un besoin d'être pour lui ce dont il a envie et la lutte est vaine quand, de sa paume, il vient pocher sa joue d'enfant esseulée.

« Sang, qu'est-ce que tu fais..? » qu'elle tente de s'exprimer.

Et les orbes se parent de leurs lueurs suppliques – capiteuses et alanguies quand ils le regardent ainsi – car il n'y a que lui. La mélancolie envahit les sillages de ses songes déconstruits pour sa main qui se joint à la sienne sur sa joue nivéenne et il n'y a rien de fantomatique à ce toucher – combien de nuits en avait-on seulement rêvé? Onirisme réel qu'elle exprime sur son sourire brillant des fragments séraphiques.

« Je sais plus comment on fait sans toi. »

Harmonie précieuse qu'il fait sonner, habile, de ses mots fatals de condamné d'une indigence sentimentale. Et elle aurait cédé si seulement un tendre baiser n'aurait pas causé les affres de mille lames aiguisées. Alors elle lui prend la main, celle lovant sa pommette colorée de quelques nuances carmin, pour venir déposer un pétale rougeâtre de ses lèvres cinabre sur sa paume de prince aux trop nombreux combats.

Et la faveur se poursuit lorsque, élevée sur la pointe de ses pieds, elle vient l'entourer de ses bras de nymphe, faire remonter ses doigts, à son dos, à sa nuque – oserait-elle plus loin?

« Jamais tu n'auras à faire sans moi... Jamais j'ai voulu faire sans toi. »

Et la mélodie de ses cordes vocales font résonner le requiem de leur histoire,
lorsque ses courbes ondoyantes viennent le rejoindre.


:copyright: celestial wonder for hundred miles only.


into the woods
gorgé d'espoir, son sourire éclate habillé de son pourpre nectar.





par Caro, la plus jolie des fairy twins, créant perfection à chaque instant ♡:
 


par Sarah, hanini de ma vie, berçant les coeurs avec douceur ♡:
 
Lim Sang Ook
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t7990-lim-sang-ook-imsangoku
geulimja ≈ better a monster than an arrogant god
UNE P'TITE PHOTO ? :  ⊱ are you death or paradise? (nyra) 45a8fd02f865fe35c005a13ea6bc498e
AVATAR :  ⊱ seo kang joon
POINTS :  ⊱ 0
MESSAGES :  ⊱ 1158
NOUS A REJOINT LE :  ⊱ 17/11/2019
AGE :  ⊱ 27
are you death or paradise? (nyra) Empty
(#) Sujet: Re: are you death or paradise? (nyra)   are you death or paradise? (nyra) EmptySam 6 Juin - 20:43
∷are you death or paradise?


Fool me once, fool me twice
Are you death or paradise?
Now you'll never see me cry
There's just no time to die



le cœur balance entre deux silences ; valse fragile de ses amandes brunes qui de sa bouche à ses yeux errent en quête de quelques images, quelques éclats souvenirs de la femme qu’elle était lorsqu’il la tenait pour sienne.

et à trop la regarder il perd le fil de leur conversation. il oublie pourquoi elle est là, avec ses grands yeux, leurs étoiles, avec ses sourires aux charmes de sirène. elle paraîtrait une ombre projetée sur la toile de ses nuits en pointillés, figure éthérée tout empreinte de la douceur qu’elle avait pour lui ((autrefois)). s’il n’y avait sa joue au creux de sa paume, leurs dermes effleurés d'une tendresse réminiscente d’autres étreintes, il pourrait jurer qu’il dort encore ; que le regard dont elle le berce n’est qu’une cruelle illusion, fantasme exaspérant d’un subconscient qui oscille entre rêve et cauchemar.

« sang, qu'est-ce que tu fais..? »

parle, divine ! le garçon lui renvoie son sourire, se noie dans ses prunelles de madone ! elle a toujours eu cet étrange pouvoir, vous savez -- suspendre le temps jusqu’à ce que le monde cesse de tourner, raviver des mélodies perdues qu’il aime cueillir à même ses lèvres. dieu qu’il aimerait la haïr ! rompre le sortilège dont son aura l’emprisonne ! mais la vérité muse dans tout ce qu’elle exhale : nyra lui manque, et avec elle leurs sourires complices, leurs confidences nocturnes, leurs caresses lorsqu’elles ne prenaient pas ces airs de désespoir, leurs baisers lorsqu’ils ne frôlaient pas simplement ses doigts…

étau d’un myocarde malmené ; la ferveur qu’elle appose sur sa paume ne fait que raviver la peine d’une proximité perdue. ce seul geste, dans toute sa délicatesse, lui crie qu’ils n’ont plus droit aux folies qui embrasaient sa poitrine à le rendre fou. alors les doigts qu’elle glisse sur son dos se font torture, à laquelle il succombe volontiers.

« jamais tu n'auras à faire sans moi... jamais j'ai voulu faire sans toi. »

la succube aux airs de nymphette l’enlace et sangook ne peut que river une main à cette taille qu'il aimait empoigner et prendre en coupe, de toute la largeur de sa paume, la tête qu’elle vient nicher contre lui. ah… il donnerait tout pour s’oublier entre ses bras. s’il fermait les yeux, elle pourrait bien éclipser morphée. doucement, il la presse, juste assez pour que ses vêtements viennent chercher contre les siens quelques notes de son parfum.

« nyra… »

le souffle est rauque, s’échoue contre le front d’opaline. un instant, ses lippes s’attardent sur sa peau.

« rentre chez toi. s’il te plaît. »

sa voix vient chercher des notes plus graves qu’à l’accoutumée, chaudes pourtant, quand sa main quitte la hanche gracile pour encadrer son visage de poupée. s’il la prie de partir leurs regards se surprennent encore à conjuguer ensemble le verbe aimer.

« ne rends pas ça plus difficile que ça ne l’est. »


:copyright: celestial wonder for hundred miles only.


kράτος - - dans nos yeux vitreux, rien n'effacera la buée ; il y a cette envie de tuer qui reviendrait à faire comme eux
Contenu sponsorisé
are you death or paradise? (nyra) Empty
(#) Sujet: Re: are you death or paradise? (nyra)   are you death or paradise? (nyra) Empty
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Requiem for a Dream [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: seoul :: Jamsil :: Résidences
Sauter vers: