▲ up▼ down
12345
'Cause im your Home | Taedong



 

you're my sunshine ~
ma roulette sunshine ⌒゚(❀>◞౪◟<)゚⌒

TOUJOURS SUR HM ! les défis et le mois à thème ont été renouvelés ! 'Cause im your Home | Taedong 359353108

JEU -- les incollables des MVs avec devine le MV
and elle est back back back : la roulette RP (/^▽^)/

les MEMBRES EN DANGER, vérifie que t'es pas sur le Death Note de Hm ! (||゚Д゚)
❥ Namaste

hundred miles c'est un forum réel asiatique city/universitaire basé à Séouldeux réponses par mois minimum — Avatars occidentaux bienvenus ! — Taille des avatars 200*320 ou 400*640Une semaine pour finir sa présentation — Pas de prise de tête, rien que du love. That's all folks ٩(^ᴗ^)۶
6 150 pts
ego
8 106 pts
shadow
11 488 pts
student
6 950 pts
citizen

you're my sunshine ~
ma roulette sunshine ⌒゚(❀>◞౪◟<)゚⌒

TOUJOURS SUR HM ! les défis et le mois à thème ont été renouvelés ! 'Cause im your Home | Taedong 359353108

JEU -- les incollables des MVs avec devine le MV
and elle est back back back : la roulette RP (/^▽^)/

les MEMBRES EN DANGER, vérifie que t'es pas sur le Death Note de Hm ! (||゚Д゚)
Le Deal du moment : -40%
Sosh : forfait mobile 80 Go sans engagement à ...
Voir le deal
14.99 €

 :: old memories :: Oubliettes, Never Forget :: RPs terminés
Partagez

 'Cause im your Home | Taedong


Ai Soren
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t9082-ai-soren-wintersleep#282924
Ai Soren
Toucher les étoiles
UNE P'TITE PHOTO ? :   ⤳  'Cause im your Home | Taedong A232a9395027afca0dc143c35878b658
AVATAR :   ⤳  Subin
POINTS :   ⤳  198
MESSAGES :   ⤳  521
NOUS A REJOINT LE :   ⤳  17/11/2019
'Cause im your Home | Taedong Empty
(#) Sujet: 'Cause im your Home | Taedong   'Cause im your Home | Taedong EmptyMar 21 Jan - 13:41

What do I do? Without you
My heart has no home
I’ve kept my insides empty for you

@Kang Tae Dong
Les jeux d’enfants avaient laissé la place à une vie d’adulte bien rangée, l’incertitude avait laissé sa place à l’amour dans le cœur des deux astres. Amour avoué, partagé, consumé. L’époque où ils partageaient un appartement en toute amitié était si loin, l’époque où la timidité prenait encore possession de leur corps, où les mots peinaient trop souvent à sortir. Ils avaient tant changé, mais ils étaient si heureux. Tout était arrivé si vite, à l’époque. Grossesse qu’aucun d’eux n’avaient soupçonné, mariage précipité et pourtant, aucun regret de s’était fait ressentir. L’appartement avait laissé place à une jolie maison où les deux aînés – jumeaux – pouvaient s’épanouir, grandir en paix loin d’un environnement qu’on aurait voulu trop toxique. Bercé dans l’amour de leurs parents, si pur cet amour qui ne faiblissait pas, malgré les tempêtes, malgré les démons qui revenaient parfois hanter les esprits, époque bien lointaine qu’on tentait d’oublier.

Utopie

Hyojin et Jinho étaient les aînés de la fratrie, deux anges qui étaient arrivés du jour au lendemain sans que les deux amants s’en rendent compte, sans qu’aucun d’eux ne soupçonne quoi que ce soit. Ils étaient leur plus grande fierté, fruit d’un amour si fort, incassable malgré les épreuves. Deux âmes inséparables, qu’on n’aurait jamais souhaité briser. Luna se souvenait encore du jour où elle avait pu les prendre dans ses bras, du sourire de leur père, des larmes qui n’avaient jamais réellement cessé de couler sur les joues. Ils étaient passés de deux à quatre en l’espace de quelques mois, et ensemble ils construisaient leur paradis.

Minjin était arrivé quelques années après les jumeaux pour compléter cet amour qui jamais ne se brisait, qui ne faisait que grandir dans les cœurs de cette famille qui se nourrissait de ce bonheur constant. Il avait fallu faire un peu de place à la maison, organisation plus rude maintenant qu’ils étaient cinq. Jinhwan lui avait été une surprise, mais tout aussi agréable que pour les jumeaux. Personne ne l’avait vu arriver et pourtant, lui aussi était arrivé pour éblouir la vie de ses parents. Deux garçons en plus qui ressemblaient tant à leur père. Fierté de Luna que de voir sa famille grandir et s’épanouir, de voir Teddy heureux. Et il n’y avait rien à dire, il était le meilleur père du monde, le meilleur mari, et jamais elle n’aurait espéré avoir mieux que lui. Il était parfait.

Dystopie

Luna avait toujours rêvé d’une grande famille bercée par l’amour d’un mariage heureux. Luna avait tant offert à Teddy que ça soit en tant que mère comme en tant qu’épouse. Elle n’avait jamais goûté au malheur à ses côtés, pas même à la souffrance d’une femme malheureuse. Luna, petite princesse devenue reine d’un royaume qu’elle partageait avec son époux, sombrait lentement sans le savoir dans la noirceur des limbes qui venait la happer – lentement – pour souiller son cœur comme son âme.

Quatrième grossesse et loin d’être la plus tranquille. Les premiers mois s’étaient passés sans trop d’encombres malgré la fatigue qui se faisait tant ressentir dans le cœur de la mère, mais plus le temps passait et plus sa santé chutait dangereusement. Frappée par cette fragilité, frappée par le diable pour un crime qu’elle n’avait pourtant pas commis, Luna déchantait, Luna faiblissait sous les yeux de son mari inquiet et de ses enfants qui ne semblaient pas comprendre non plus. Les médecins avaient été formels, elle avait besoin de repos, de stabilité, parce que ce bébé en demandait de trop. Luna devait rester enfermée, couchée ou assise durant le reste de sa grossesse, limitant tous les efforts. Et le soleil était en train de mourir, il ne brillait plus. Il tentait en vain de se nourrir de la lumière de la lune, mais rien n’arrivait à lui donner assez de force pour se lever, pour sourire de nouveau. Femme qui avait tant goûté au bonheur, se voyait mourir dans un malheur qu’elle n’avait jamais souhaité, qu’elle ne voyait que dans les pires cauchemars.

Des mois sans même pouvoir sentir la chaleur du soleil sur sa peau pâle, sans pouvoir sortir de chez elle. Lorsqu’elle avait assez d’énergie, elle se permettait de se lever jusqu’au salon. Des mois sans réellement voir ses enfants, sans pouvoir pleinement profiter de son époux qui devait tout gérer. Elle s’en voulait d’être si faible, de ne plus pouvoir profiter de sa famille comme elle le voudrait. Luna voulait retrouver la chaleur des bras de son mari qui n’arrivaient plus à la réchauffer, l’amour de sa famille qui lui manquait. Les larmes coulaient trop souvent à la nuit tombée, lorsque la douleur était trop présente, lové contre un corps qui luttait pour ne pas la briser dans ses bras.

Terme d’une grossesse trop éprouvante, et pourtant aucun signe de ce bébé qui se faisait tant attendre, qui épuisait trop sa mère. Déclencher l’accouchement serait trop dangereux pour Luna, alors elle attendait dans cette souffrance insupportable. Le peu de force qu’elle avait retrouvé en ce jour, elle l’avait utilisé pour se glisser dans les bras de Teddy dans le canapé, où elle était rapidement retombée dans un profond sommeil. Tant qu’elle était dans ses bras, tant qu’il était là, Luna ne sombrerait pas.

Douleur trop dérangeante qui vint sortir la brune de son profond sommeil dans un violent spasme, agrippant fortement le t-shirt de teddy avant de gémir, douleur insupportable qui venait la paralyser. Cet accouchement allait être horrible, trop épuisant pour elle, et elle le sentait à ces premières contractions qui étaient déjà trop violentes pour son corps si faible.

« Le bébé… » Mots prononcés dans un murmure avant que tout en elle hurlait, alors que les larmes dévalaient de nouveau les joues blanches et creusées par la faiblesse de cette grossesse. Luna ne pouvait pas lâcher Teddy, car elle avait trop mal, car il était sa seule force pour ne pas s’écrouler, mais elle savait déjà, Luna savait que rien de bon allait arriver, elle le sentait au plus profond de ses entrailles. C’était la fin.

Code by EXORDIUM.
Anonymous
Invité
Invité
'Cause im your Home | Taedong Empty
(#) Sujet: Re: 'Cause im your Home | Taedong   'Cause im your Home | Taedong EmptyMar 21 Jan - 22:28
You're My Home
☾ & ☼

""

OOTD
     Eclipse totale qui durait déjà depuis plus de cinq années. C'est si peu, cinq ans, comparé à la longévité de l'univers. A la permanence des cieux. Mais les deux astres avaient tant changé en si peu de temps. L'évolution d'un système astral qui en fascinerait la science. Il n'avait fallu de rien, pour que cette amitié à laquelle il tenait tant se transforme en amour insoupçonné. Teddy n'aurait jamais deviné la dose d'amour qu'il était capable de donner. Il avait fallu traverser tant de peines, d'épreuves douloureuses et de surprises désagréables pour en arriver à ce moment. Enfin, Teddy était maître de lui. Et en étant maître de lui, il se faisait chevalier de ceux qu'il aimait.

    Privé de cette puissance extrême qu'est l'amour pendant si longtemps, Luna avait fait découvrir au violoniste le pouvoir qu'il renfermait. Il avait suffi qu'elle lui avoue qu'elle l'aime, pour que tout change en lui. Parce qu'enfin, cette porte s'ouvre. Et tout avait pris une différente saveur. Pourtant accablé de doutes, dans ce mariage qu'il avait précipité, ces jumeaux surprise dont il avait si peur de finir par frapper... Il avait suffi qu'il les voit, que ses longues mains accueille les corps si petits, si faibles qu'il avait aidé à créer, pour que l'évidence lui tombe dessus. Le mariage qu'il a célébré avec Luna n'avait rien de forcé. Les bébés qu'il n'avait pas demandés n'avaient rien à détester. Teddy avait été pris d'un si grand amour pour ces deux êtres qu'il avait créé involontairement qu'il avait enfin compris que rien n'était pardonnable dans ce qu'il avait vécu de ses parents. RIEN n'était une excuse pour faire du mal à un enfant. Des anges si purs. Le violoniste avait eu un coup de cœur pour ses enfants dès qu'il les avait vu. Tous, chacun indépendamment. Que ce soit les jumeaux, bénédictions; Minjin, désiré deux ans plus tard, ou Jinhwan arrivé par surprise un an seulement après; Teddy avait été si fiers, si heureux de les avoir. D'un adulte renfermé et maladroit, il s'était transformé en un père affectueux, souriant, et si libéré.

    Grâce à cela, à cette évidence qu'il a ignorée toute sa vie, Teddy avait enfin coupé les ponts avec sa famille. Il avait gardé son mariage secret, jusqu'à la naissance de ses premiers enfants. Et quand ils sont nés, Teddy était allé voir sa mère. Il lui avait expliqué. D'un simple geste insolent, il lui avait déposé la photo de ses jumeaux et avait dit qu'elle ne les verrait jamais. Devant ses sœurs, il avait enfin brisé ses chaînes. Parce que pour rien au monde il n'aurait laissé son monstre de mère approcher les perfections qu'étaient ses enfants. Alors ce jour là, il avait annoncé son mariage à cette femme métisse que sa mère n'aurait jamais approuvé, la naissance de ses enfants, son déménagement dans une maison perchée sur une colline de Séoul, et simplement l'indépendance qu'il déclarait. Cela avait été compliqué. Taemi avait été choquée, l'avait détesté encore plus. Surtout pour l'effet que cela avait eu sur leur mère. Mais Teddy s'en fichait. Enfin, il respirait, et c'était grâce à Luna.

    Tout s'était apaisé, quand Taemi avait enfin entendu de Taeyeon la vérité sur leurs parents, quand ils s'étaient rapprochés. Et maintenant, Taedong se sentait l'homme le plus heureux. Tout aurait été parfait, entre ses enfants qu'il aimait tant, sa femme qui continuait d'éclairer son âme, et ses sœurs qui comblaient son besoin d'amour familial. Tout aurait parfait si Teddy n'avait pas été égoïste. S'il n'avait pas insisté pour avoir un cinquième enfant. S'il n'avait pas voulu tout faire pour essayer d'avoir une deuxième fille. Parce que maintenant il traversait la pire des épreuves de sa vie.

    Rien n'était pire pour lui que de voir la femme de sa vie souffrir. Luna, la seule femme pour qui il avait eu des sentiments. Elle qui avait tant fait pour lui, qui lui apportait tant. Celle pour qui il voulait rire, celle avec qui il était si fier de partager quoi que ce soit. Elle souffrait tant ces derniers mois. Sa grossesse n'était pas comme les autres. Bien plus pire, alors qu'elle était encore si jeune. Et le pire, le plus horrible dans tout ça, était que Teddy ne pouvait rien faire pour l'aider. Il savait qu'elle souffrait à cause de ce bébé qu'il avait tant rêvé. Cette fille qui grandissait entièrement en Luna. Teddy ne pouvait pas prendre sa peine, faire le travail. Il était obligé de regarder sans pouvoir aider. Et il était obligé de la laisser se reposer. Parce qu'ils ne pouvait pas abandonner. Impossible de faire du mal à ce bébé, impossible de soulager celle qui le portait. Teddy se détestait d'avoir voulu un cinquième enfant. Il se détestait de ne rien pouvoir faire. Il avait l'impression de ne servir à rien. Alors que pourtant, il veillait au grain. Il s'occupait des quatre enfants du mieux qu'il pouvait, avait pris des congés. C'était plus facile en semaine, quand les deux aînés étaient à l'école. Un peu plus compliqué les weekends mais il avait réussi à s'en sortir, et ce n'était pas rare que certains viennent les aider.

    Comme cette dernière semaine. Terme prévu, pourtant aucun signe que leur fille voulait venir au monde. Teddy était inquiet. Beaucoup plus que ce qu'il n'avait laissé paraître. Il se doutait que quelque chose clochait. Au delà que Luna doive rester alitée, il craignait par dessus tout qu'il y ait des complications. Alors il avait tout fait pour s'y préparer. Cette semaine, il avait envoyé les jumeaux chez les parents de Luna (seuls grands parents). Et il avait invité Taemi à venir vivre quelques jours chez eux pour garder les deux petits s'il le fallait. (Taeyeon était mariée et vivait à l'étranger.) Alors, ce jour là, Taemi révisait les cours qu'elle suivait encore dans sa chambre, et Teddy était assis dans le canapé à observer du coin de l’œil ses deux petits garçons qui jouaient dans leur parc. Honnêtement, le père était fatigué. C'était éprouvant de devoir s'occuper de ses quatre enfants tout seul, de devoir gérer leurs finances un peu tendue quand Luna et lui étaient en congés, et simplement de se préparer au pire. Teddy avait si peur de perdre le bébé, mais encore plus de perdre Luna. Il avait éclot grâce à elle. C'était la femme qu'il avait épousée, de son plein gré. Il ne pouvait pas la perdre si tôt. Il ne pouvait pas perdre un ange pour un autre.

    Cependant, il essayait de ne rien montrer. Taedong savait qu'il n'avait pas le droit de se plaindre. Ce n'était pas lui qui souffrait. Ce n'était pas lui qui risquait de se perdre. Alors il se tenait fort, pour sa femme, et pour leurs enfants. Il leur avait expliqué, que leur petite sœur était trop timide, qu'elle avait besoin de passer beaucoup plus de temps avec leur maman. Il essayait de compenser avec sa présence, mais il savait qu'ils souffraient de moins voir leur maman. Tout comme Luna qui souffrait de ne pas pouvoir être avec ses enfants. Elle devait peut être même souffrir de ne pas pouvoir offrir à Teddy l'affection dont il avait tant été habitué. Mais il ne lui en voulait pas. Jamais il ne reprocherait à sa femme d'être trop faible pour l'embrasser. Il était si inquiété. Il n'aimait pas la voir, comme là, marcher jusqu'à lui. Il préférerait qu'elle reste toujours allongée. Mais comment contester, quand elle vivait une bien triste vie? Taedong l'accueille contre lui. Une main qui lui caresse la joue, l'autre posée sur le ventre de Luna, il la laisse s'endormir contre lui. Il aimerait dormir, lui aussi, mais il doit surveiller les autres enfants.

    Somnolence inévitable, lui aussi se fait surprendre par le spasme de Luna. Immédiatement, il tourne la tête vers elle, et il voit, la tâche d'eau qu'elle a laissée sur le canapé. Ce qu'il voit surtout, c'est le sang qui y est mêlé. Ce n'était pas normal, ça il le savait. "Je suis prêt, mon amour. On va y aller doucement, soleil de ma vie." Teddy se penche pour déposer un baiser sur le front de sa femme. Il veut tout faire pour la rassurer alors qu'il est pris d'une panique monstre. "Je t'aime tant." Il la rassure, alors qu'il essaye de la relever doucement. Il ne veut pas qu'elle sache qu'elle perde du sang. "Taemi..?" Il essaye d'appeler sans crier. Mais sa sœur a dû sentir l'urgence du moment, car elle passe sa tête à travers l'embrasure du couloir. Teddy lui articule que c'est grave. "On va à la maternité. Tout va bien se passer." Il se dit à lui même d'un ton peu convaincant. "Reste là avec Min et Hwan s'il te plaît." Il lui demande, comme si ce n'était pas la raison de sa présence.

    Ce fut compliqué, d'emmener Luna dans la voiture. Heureusement, Teddy avait déjà préparé une valise de maternité qu'il avait placé dans le coffre, donc il a pu démarrer sous une dizaine de minutes. Ils ne vivaient pas si loin de l'hôpital, mais Teddy les avait appelé sur la route. Il avait très bien vu que Luna somnolait et il n'était pas sûr non plus que ça soit normal qu'elle tombe endormie alors que les contractions avaient commencées. Grâce à l'appel, Luna avait été prise en charge dès la descente de voiture, et Teddy avait laissé son mini-van en plan pour courir derrière le brancard.

   Salle de travail immédiate, Teddy avait peiné à mettre sa charlotte, ses gants médicaux et tout l'équipement pour pouvoir rejoindre sa femme. Et maintenant il attendait, la main entrelacée dans celle de Luna, la panique le tétanisant et bloquant toute anxiété ou toute larme qui voudrait s'échapper. Mauvais pressentiment, mais le brun ne peut s'y résoudre. Il a besoin de sa femme, peut être plus qu'elle a besoin de lui à ce moment. Frénétiques, les caresses qu'il passe avec son pouce sur sa main. "Je t'aime, Seola." Qu'il répète sans cesse, au fur et à mesure qu'il voit les docteurs s'affairer autour de lui.

Ai Soren
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t9082-ai-soren-wintersleep#282924
Ai Soren
Toucher les étoiles
UNE P'TITE PHOTO ? :   ⤳  'Cause im your Home | Taedong A232a9395027afca0dc143c35878b658
AVATAR :   ⤳  Subin
POINTS :   ⤳  198
MESSAGES :   ⤳  521
NOUS A REJOINT LE :   ⤳  17/11/2019
'Cause im your Home | Taedong Empty
(#) Sujet: Re: 'Cause im your Home | Taedong   'Cause im your Home | Taedong EmptyMar 21 Jan - 23:23

What do I do? Without you
My heart has no home
I’ve kept my insides empty for you

@Kang Tae Dong
Vie idyllique qu’on ne voyait peut-être que dans les livres d’enfants, ceux destinés aux filles qui souhaitaient rêver d’un beau futur avec le prince charmant, la belle fin, cette fameuse phrase « Et ils finirent heureux avec beaucoup d’enfants. » Luna y goûtait pleinement, et peut-être, en avait-elle trop profité. Reine d’un empire qu’elle avait battit avec son mari, homme épousé dans la précipitation à l’annonce de sa première grossesse. Mais Luna ne regrettait rien, car elle l’aimait d’un amour inconditionnel, amour qu’elle ne cessait de lui prouver chaque jour durant. Luna lui avait donné des enfants, une réelle famille, Luna avait récréer des souvenirs pour lui – heureux –, elle l’avait tant aidé à se défaire du poison qui coulait dans ses veines depuis sa naissance, de cette vipère qui lui soufflait les pires tortures dans les oreilles. Rien de tout cela n’avait été simple pour Teddy, il avait tant souffert pour en arriver ici, avec Luna et leurs enfants. Homme qui ne méritait que de goûter au bonheur que sa femme lui offrait sans jamais rien demander en retour, si ce n’était que de le voir heureux.

Elle en avait des souvenirs, Luna, elle en avait tellement avec lui, avec leur famille. Elle se souvenait encore de leur mariage si heureux, de la beauté de cet homme qui était devenu son mari ce jour-là, il était si beau dans son costume, si beau avec leurs enfants dans ses bras, lui qui était terrifié à l’idée d’être comme ses bourreaux. Elle se souvenait encore du jour où elle avait pu lui avouer ses sentiments, mots précieux qu’elle avait tant gardé au fond d’elle – Je t’aime – et qu’elle ne cessait maintenant de dire à son astre. Oh Luna se souvenait de leur rencontre à l’université, de ces jours où la petite étudiante ne trouvait pas son chemin, mais que sa lune elle, l’aidait tant. Elle se souvenait la petite princesse de ces jours de fêtes qui n’étaient pas tendres avec Teddy, qui le faisait tant souffrir. Elle se souviendrait certainement longtemps de ses mains sur sa peau, de sa tendresse comme de sa sensualité, de son amour qu’il murmurait dans ses oreilles et qu’il gravait sur sa pâle peau. Elle se souviendrait de son sourire à jamais – si elle devait partir – et de la douce mélodie qu’était son rire. Du son de son violon qui l’avait tant apaisé et qui encore aujourd’hui, arriver à calmer ses angoisses de femme enceinte. Elle ne pourrait jamais oublier son visage lorsqu’il passait du temps avec leurs enfants, père heureux et fier, père à qui on ne pourrait jamais enlever ses enfants ni même sa femme. Et pourtant, le destin en décidait autrement aujourd’hui, leur vie allait prendre une douloureuse torture en ce jour funeste.

Faible corps qui portait cet enfant tant désiré, petite princesse qu’elle chérissait déjà – et qu’elle voudrait chérir encore –, qui ferait le bonheur de son père, de ses frères et sœurs. Mais Luna ne s’était jamais vu dans cet avenir, Luna était en train de céder face à la douleur que lui infligeait cet enfant, son corps qui s’écroulait à chaque contraction, et ce sang qui ne cessait de couler le long de ses jambes. Elle ne pouvait pas le voir, petit soleil aveugle qui peinait à garder les yeux ouverts dans les bras de sa lune. Elle le sentait seulement, elle savait bien que rien à ce moment-là était normal. Luna pleurait toutes les larmes de son corps, mais elle ne pouvait plus crier, elle se forçait déjà tant à garder les yeux ouverts pour ne pas céder à l’appel des ténèbres. Luna n’entendait plus son époux parler, elle ne savait pas ce qu’il disait, elle ne comprenait pas ces mots qui n’entraient plus dans son corps. Tout n’était qu’un bourdonnement intense, trop intense, et elle était confronté à un silence mortel qui allait tout emporter sur son passage. Luna ne voyait plus tant ses larmes bloquaient sa vue, et elle n’avait pas vu le visage de ses enfants avant d’être emportée dans cette voiture. Incapable de lutter, et pourtant elle puisait dans ses dernières forces. Elle ne le voyait plus, elle ne l’entendait plus, Luna n’avait plus aucun repère dans ce monde qui rejetait son existence pour lui prendre son enfant.

Elle ne savait pas comment elle avait quitté la voiture, elle ne voyait pas comment elle s’était retrouvée dans cette salle si blanche, trop blanche pour ses yeux fragiles, elle ne connaissait pas non plus ses hommes autour d’elles. La prune était prise d’une panique qui la consumait jusque dans ses entrailles, mais il y avait Teddy, il y avait cette main rassurante sur la sienne. Soleil qui retrouva un instant son seul repère dans un univers devenu bien noir. Elle pouvait le faire, n’est ce pas ? Elle trouverait la force, non ? Elle s’en croyait tant capable, de mettre ce bébé au monde sans complications, elle y avait cru pendant quelques secondes avant que son corps ne soit de nouveau secoué par cette douleur insurmontable. Elle savait pourtant bien, qu’elle ne pouvait plus lutter, que c’était trop pour son corps, mais également pour son cœur branché sur ses nombreuses machines. Bruit incessant qui indiquait que la brune vivait encore, et pourtant, le cardiogramme ne cessait de chuter violemment sous les yeux paniqués des médecins. Seule force retrouvée pour agripper fortement la main de l’homme qu’elle avait épousé il y a 5 ans. Dernières forces pour ces dernières paroles à son intention. « J’ai écrit une lettre… » Impossible de parler sans s’essouffler, sans que les spasmes ne reprennent de plus belle pour prendre le contrôle de cette femme qui se consumait rapidement. « Mon ange… » Surnom éternel pour celui à qui on avait arraché les ailes, mais Luna, elle, lui avait donné les siennes pour qu’il puisse de nouveau voler parmi les anges, avec ses enfants. « N’oublie jamais que je t’aime… » Derniers mots avant qu’elle ne s’abandonne à cette souffrance intense qui ne souhaitait pas la laisser en paix, derniers mots avant que les médecins ne doivent sortir l’homme de force du bloc, homme en colère, homme qui supportait toute la douleur de cette perte.

Et Luna s’enfonçait – paisiblement – dans un sommeil à la limite de l’éternel pour permettre à cet enfant de venir au monde sans douleur, enfant qu’elle aurait rêvé d’aimer. Peut-être un jour. Mais le soleil allait avoir besoin de repos, beaucoup de repos avant qu’il ne puisse rouvrir les yeux, avant qu’il ne puisse rayonner comme avant. Blouses blanches qui s’affairaient autour du corps endormi pour s’occuper du petit être qui venait de naître, qui hurlait déjà toute la peine du monde loin du corps de sa mère. Blouses blanches qui avaient pris soin de cette petite perle, si petite qu’il était difficile de croire qu’elle était la cause de tout ce malheur autour d’elle. Perle qu’on avait présenté à son père, inconsolable, qu’on avait forcé à prendre, car elle était là, elle était vivante.

Luna aussi, était vivante, mais son corps lui imposant un trop grand repos loin de son époux, loin de ses enfants, si loin de sa maison. Luna qui était perdue dans un univers si vaste et si sombre, apeurée. Luna, la femme solaire qu’on espérait revoir un jour. Qu’on espérait encore de nouveau. Sourire qu’on espérait tant revoir graver sur ce visage d’ange. Trop loin, seule dans ce froid, Luna n’était plus là.

Code by EXORDIUM.
Anonymous
Invité
Invité
'Cause im your Home | Taedong Empty
(#) Sujet: Re: 'Cause im your Home | Taedong   'Cause im your Home | Taedong EmptyMer 22 Jan - 22:25
You're My Home
☾ & ☼

""

OOTD
     La lune a toujours un côté inconnu, noirceur insoupçonnée sur la face que l'on ne voit jamais. Comme la lune qu'il représente, Teddy a toujours eu une partie de lui que tout le monde a négligé, dans laquelle personne sauf Luna n'a jamais cru. Homme paraissant si fort, réellement si faible, il a toujours eu besoin de Luna beaucoup plus qu'elle n'a eu besoin de lui. La lune brille grâce à la lumière du soleil qu'elle renvoie, et pas l'inverse. C'est pareil pour Teddy, qui n'a jamais vraiment vécu que grâce à l'amour que Luna éprouvait pour lui. La vie avec elle, avait été si compliquée, mais elle avait eu le goût de la vie. Le goût du vrai lui. Il ne pourrait pas dire que c'était facile de vivre sa relation en secret, de continuer de faire croire pendant des mois qu'il était heureux grâce à une autre. C'était si dur, de cacher à sa famille cette grossesse surprise qui le rendait si excité à l'idée de devenir père. Et ça avait été encore plus dur, de devoir couper son grand bonheur à cette partie de lui. Mais jamais, jamais Teddy ne reviendrait en arrière. Avoir Luna avec lui avait été la plus grande découverte de sa vie. Il s'était découvert marrant, attentionné, souriant. Elle avait trouvé en lui cet amour qu'il se croyait incapable de donner comme de recevoir. Et elle lui avait donné les quatre plus grandes merveilles du monde, qu'il s'étonnait de chérir de plus en plus chaque jour. Teddy vivait grâce à elle, parce qu'elle ne se rendait pas compte que pendant vingt-six ans, il n'avait jamais vraiment vécu. Plus qu'un amour passionnel, un amour de nécessité. Ce n'était pas Luna qui se cramponnait à Teddy, là, dans cette salle d'hôpital si oppressante. C'était Teddy qui se cramponnait à la femme de sa vie car il savait que si elle le quittait, il mourrait lui aussi. Panique incontrôlable qui le prend quand il voit son soleil s'éteindre, car il sait qu'il s'éteindra lui aussi. Et ça lui fait si peur, de repartir dans cette peur constante. Il n'a pas envie que ses cicatrices ressortent, il n'a pas envie que la douleur lui revienne, que ses cauchemars le chassent. Il est horrifié à l'idée de se transformer en ce monstre qui passerait la douleur d'une si grande perte sur cet être qui l'a causé. Teddy a si peur de dérailler s'il perdait Luna, qu'il est déjà devenu fou en entendant ces cardiogrammes ralentir de plus en plus. "Tu es la seule que je n'aie jamais aimé, Luna." Teddy répond, en pleurant déjà. Il a envie qu'elle le sache, mais le bip des machines autour de lui font croire qu'elle n'aura même pas entendu. Cela ne peut pas se finir comme ça, pas comme ça. Peut être que Teddy crie, il ne sait pas, tout ce qu'il sait c'est qu'on le pousse hors de la salle, d'une hâte si puissante qu'il en oublie ce que Luna vient de lui dire. Il s'écrie, et en vient même à insulter ces blouses blanches qui le font sortir de la salle. Obscènes, ces mots qui n'ont jamais franchi le vocabulaire du garçon torturé à être bien trop poli. Et pourtant. Tout fuse. Surtout cette demande infâme d'un père qui ne veut pas qu'on lui prenne sa femme. Qui ne veut pas non plus qu'on lui prenne sa fille. On assoit Teddy sur un banc dans le couloir, on lui fait avaler des cachets pour se calmer, mais cela ne peut pas marcher. Larmes encore et encore qui en viendraient à brûler ce corps désormais trop froid, alimenté par un cœur de glace.

    Torrent qui trempe ces joues aux pommettes prononcées. Ce visage qui n'a jamais pleuré en public. Rien ne le calme, rien ne l'arrête, rien ne calme cet esprit qui ne peut se faire à la perte de sa moitié. Rien. A part cette petite bouille emmitouflée que l'ont vient poser dans ses bras. Une petite fille au visage si rond qu'il accueille immédiatement par des baisers d'une précaution extrême. Quelques minutes de vie et il est évident qu'elle sera le portrait craché de sa mère. Larmes qui continuent de couler, mais celles-ci sont plus lentes, celles-ci sont de bonheur. L'enfant est magnifique, et Teddy doit avouer que si elle est en bonne santé, alors il est rassuré. Luna n'aura pas souffert pour rien. Et cet enfant ne vivra pas avec des difficultés non-méritées. Cet enfant qu'il aime déjà d'un amour inconditionnel. Mais Teddy pleure aussi car il ne peut pas supporter l'idée que Luna ait fait autant, sans pouvoir en profiter de cette magnifique conclusion à leur bonheur infini. A quoi cela sert d'avoir des enfants si sa femme ne peut pas profiter de la paix qu'ils leur apportent? Tout se passe si vite, dans cet hôpital. Le moment où il accueille sa fille contre sa peau pour qu'elle s'habitue à son papa, la nouvelle que Luna est dans le coma. Et à partir de là, tout devient lent.

    Traversée d'un monde métaphysique. Teddy se sent hors de lui. Comme si maintenant qu'il savait que Luna n'était plus vraiment là, il ne l'était plus non plus. Pauvre papa était rentré chez lui, avait tout raconté à Taemi. Il avait dû annoncer la nouvelle à sa famille (belle-famille). Il avait dû expliquer à ses enfants. Et comme ça, il avait dû leur faire à manger, les surveiller. Et enfin, il avait pu s'écrouler. Teddy n'existait plus. Si cela ne tenait qu'à lui, il aurait sombré, aussi. Mais il vivait, pour ses enfants. Chaque jour, il s'occupait d'eux, il avait même tenu à reprendre les jumeaux chez lui. Teddy s'oubliait, pour ces enfants qu'il voulait protéger de toute peine. Jamais ils ne souffriraient comme lui avait souffert. Solitude, négligence, préférence. Jamais ils ne connaîtraient ce vocabulaire. Alors tous les jours, Teddy faisait le nécessaire pour qu'ils soient comblés de la présence de leur père. Il s'oubliait, Teddy. Il oubliait de prendre soin de lui, car il concentrait tous ses efforts sur ses enfants. Il les avait amené, tous un par un, à l'hôpital, pour leur présenter leur sœur. Pour qu'ils embrassent leur mère. C'était compliqué pour eux, mais ils sentaient, dans la voix de leur père, qu'il ne fallait pas discuter. Teddy faisait son possible pour passer tous les jours à l'hôpital. Il ne voulait pas perdre espoir, il ne pouvait pas accepter de perdre sa femme. Alors quand il avait trouvé sa lettre, il l'avait laissé là. Il ne voulait pas la lire. Il ne voulait pas savoir à quel point Luna l'aimait parce qu'il se sentait si horrible d'être vivant, alors qu'elle mourrait.

    Balance inéquitable. Pourquoi c'était à elle de s'éteindre alors qu'elle était la source de toute chaleur? Pourquoi c'était lui, qui restait, alors qu'il avait tant profité sans rien donner? Teddy se sentait si horrible d'être en pleine forme, alors qu'il avait toujours profité de la gentillesse de Luna. Il avait profité de son amour. Il s'était bâti grâce à elle, sans jamais vraiment lui rendre en échange. Il l'avait mise enceinte par surprise, il l'avait épousé dans la précipitation, il lui avait donné l'impression de la délaisser par rapport à leurs enfants. Teddy avait toujours tout pris, sans jamais donné. Alors pourquoi, c'était lui aussi qui prenait la vie? Son esprit, sans Luna, sombrait au plus profond des ténèbres, et la chute était si longue, bien plus douloureuse, maintenant qu'il avait été si haut.

     Aujourd'hui encore, Teddy avait réussi à libéré du temps pour rendre visite à Luna. Quelques heures par jour seulement, quand les grands parents ou les tantes venaient surveiller les autres. Teddy s'en voudrait de ne pas assister au réveil de sa femme, même s'il perdait peu à peu espoir. Cela faisait déjà des semaines, et il avait l'impression de ne pas avoir parlé depuis. L'homme de la famille n'avait pas voulu ramener la dernière à la maison, tant que Luna n'y était pas non plus. Alors à chaque fois qu'il venait, Teddy effectuait ce contact peau à peau avec son bébé. Cette fille qui avait tant puisé en Luna. Teddy essayait du mieux qu'il pouvait qu'elle s'habitue à son papa. Et comme il était épuisé, ce jour encore, il s'était endormi en admirant sa fille. Dans cette chambre d'hôpital où dormait encore Luna, il était allongé dans le canapé à côté d'elle. Grâce à ses longs bras il avait une main sur le matelas de celle dans le coma, comme si elle avait glissé hors de la main de sa femme à cause du sommeil et l'autre protégeait le bébé qui respirait tranquillement contre son torse nu. Rien n'aurait pu laisser supposer que Teddy avait quitté son corps ces derniers jours, rien sauf peut être les poils de moustache et de barbe qui avaient poussé de quelques millimètres sans qu'il n'ait pensé à prendre soin de les raser.

Ai Soren
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t9082-ai-soren-wintersleep#282924
Ai Soren
Toucher les étoiles
UNE P'TITE PHOTO ? :   ⤳  'Cause im your Home | Taedong A232a9395027afca0dc143c35878b658
AVATAR :   ⤳  Subin
POINTS :   ⤳  198
MESSAGES :   ⤳  521
NOUS A REJOINT LE :   ⤳  17/11/2019
'Cause im your Home | Taedong Empty
(#) Sujet: Re: 'Cause im your Home | Taedong   'Cause im your Home | Taedong EmptyVen 24 Jan - 19:20

What do I do? Without you
My heart has no home
I’ve kept my insides empty for you

@Kang Tae Dong


I can't let you die without knowing that you are loved. By so many, and so much. And by no one more than me.

Princesse perdue dans les songes, ténèbres où même la lumière n’arrivait pas à transpercer toute cette noirceur qui l’envahissait chaque jour un peu plus, qui venait nécroser son cœur, dévorer son âme jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien de la petite fille qui vivait au fond de ses entrailles. Belle aux bois dormants, protégée par les ronces qui tendait de repousser tout le monde qu’on lui voulait, que son propre corps qui infligeait. Elle ne rêvait plus, elle n’était plus rien, esprit coincé dans un univers si noir, si triste où seuls les pleurs étaient maîtres.

Elle avait tant rêvé d’une vie parfaite, heureuse, une vie d’amour. Elle avait tant espéré que le malheur reste loin d’elle, loin de son mari et loin de ses enfants. Mais finalement, elle était le propre fardeau de sa famille, propre source de malheur dans leur vie qui rayonnait tant. Luna s’en voulait d’être si faible, d’avoir abandonné ce combat qu’elle menait depuis des mois, elle s’en voulait tant de rendre tout le monde si triste. Luna qui ne voulait plus, qui n’arrivait plus à se réveiller malgré les mots de son époux qui résonnait dans cet espace sans lune pour l’éclairer, soleil mort incapable de se réchauffer sans la force de son seul amour.

À jamais seule et pourtant si entourée, le soleil ne pouvait ouvrir les yeux pour constater à quel point il était attendu, à quel point il était aimé. Il ne pouvait plus rayonner comme avant dans cette vie si aveugle, si triste, sans plus aucune saveur.

Souvenirs qui revenaient sans cesse hanter le corps qui dormait paisiblement dans cette chambre. Souvenirs d’une vie espagnole si lointaine où l’air marin venait frapper le doux visage de l’enfant, bercée par la chaleur d’un pays qui rayonnait dans le cœur comme dans les esprits. Souvenirs de ces journées d’été à courir dans les rues ou dans les champs accompagner de sa joyeuse fratrie. Epoque si lointaine qu’elle ressassait sans jamais arrêter. Souvenirs d’une vie dans un nouveau pays, nouvelles traditions et une vie dont elle peinait à s’habituer. Luna n’avait jamais mal vécu ce déménagement, mais tout était si différent de son pays natal, tout était si froid. Chaleur retrouvée à la croisée des chemins, âme en rencontrant une nouvelle sur un coup du hasard, ou peut-être du destin. Souvenirs de ces journées à l’université où la gamine sans repère ne cessait de venir se cacher dans les pattes du garçon qui attisait sa curiosité, qui faisait palpiter son cœur sans qu’elle ne puisse comprendre pourquoi. Séparation de 4 horribles années et Luna qui ne savait pas pourquoi ça lui faisait si mal, pourquoi elle avait presque arrêté de vivre pour un homme qui ne se souviendrait certainement pas de son visage ou de son prénom. Puis elle l’avait retrouvé dans un lieu où elle venait chercher la chaleur de son pays, elle l’avait retrouvé pour ne plus jamais le lâcher. Elle s’était tant battue à ses côtés, pour qu’il s’ouvre à elle, pour qu’il comprenne qu’il pouvait lui faire confiance. Et tout était arrivé doucement, mais elle ne regrettait rien, elle ne regrettait pas ses baisers, ses moments contre lui, passionnés, elle ne regrettait pas ces nuits à le rassurer, ni même ces jours à l’aimer. Elle l’avait épousé, elle lui avait donné tout l’amour qu’il méritait, elle lui avait donné 5 beaux-enfants, petite dernière qu’elle avait tant aimé durant ces derniers mois.

Elle avait eu une belle vie, Luna. Mais elle ne pouvait plus se battre, elle était à bout de force, elle n’avait plus la force de combattre ses propres démons, cette noirceur qui grandissait dans ses entrailles, combat qu’elle devait mener seule dans ce sommeil éternel. Combat que personne ne pouvait percevoir. Espoirs qui s’évaporaient dans ce lieu où elle n’avait aucune conscience du temps, où elle semblait paisible pour ses proches alors qu’une tempête faisait rage dans ses songes. Seule la voix de Teddy lui redonnait parfois assez de force pour continuer, pour se relever, mais elle n’y parvenait jamais, plus le temps passait, et même l’énergie de Teddy ne venait plus jusqu’à son cœur.

Times end, because they have to. Because there's no such thing as "happy ever after". It's just a lie we tell ourselves because the truth is so hard.

Dans les tréfonds des ténèbres, épuisée, le soleil qui ne brillait plus espérait que l’on se souviendrait de lui. Luna espérait que ses enfants pourraient se souvenir de son visage, de son sourire, que Teddy se souviendrait de son amour encore longtemps, même s’il parvenait à retrouver l’amour, Luna serait heureuse mais elle savait au fond d’elle, qu’elle laisserait qu’une amère tristesse dans le cœur de cet homme à qui elle avait donné toute sa vie entière. Luna pleurait intérieurement, elle hurlait de chagrin, mais elle n’y arrivait plus, elle demandait pardon à tous, à ses frères et sœurs, à ses parents, à ses enfants et surtout, elle demandait pardon à l’homme qu’elle avait épousé, à qui elle avait dit oui alors qu’elle portait déjà ses enfants, à l’homme qui l’avait un peu négligé mais qu’elle avait pardonné avant de lui en vouloir. Elle demandait pardon à la terre entière pour avoir été la source de leur malheur.

Main d’un homme qui avait glissé loin de celle de sa femme, chaleur qui avait quitté son corps et qu’elle avait enfin l’impression de ressentir, manque d’un contact qui torturait la brune, bruit incessant de ces machines qu’elle venait entendre, qui venait perturber son sommeil pour la première fois. Doigts inconsciemment à la cherche de ceux de Teddy avant de les trouver à quelques centimètres, serrant ceux-ci si fort, avec le peu de force qu’elle possédait, dans les siens alors que ses yeux, aveuglés par la lumière, retrouvaient un monde qui lui avait été privé pendant si longtemps.

« Tae… Dong… » Voix si faible d’un ange qui revenait à la réalité pour la première fois depuis des semaines, qui déployait lentement ses ailes de peur de les briser de nouveau. Elle le sentait, ce cœur qui battait si fort dans sa poitrine qui venait lui prouver que c’était réel. Luna était vivante.

Code by EXORDIUM.


Spoiler:
 
Anonymous
Invité
Invité
'Cause im your Home | Taedong Empty
(#) Sujet: Re: 'Cause im your Home | Taedong   'Cause im your Home | Taedong EmptyVen 24 Jan - 21:16
You're My Home
☾ & ☼

""

OOTD
     Qu'est ce qu'une lune comparé à un soleil? Un simple astre, dépendant d'un autre, qui ne peut produire de lumière mais seulement la refléter. Dans cette vie, c'est Luna le soleil. Jeune fille au prénom qui ne lui est jamais allé, femme pour laquelle Teddy avait trouvé le nom Seola, reflétant bien plus la lumière qu'elle amenait en lui. C'était facile de penser que c'était Luna qui maintenait Teddy en vie, elle qui créait cette harmonie. Parce que c'était vrai, le violoniste ne s'était senti vivre qu'aux côtés de la demoiselle. Et l'amour qu'il portait à sa femme, de l'extérieur, semblait bien plus faible que celui de Luna pour lui, qui rayonnait à travers tout. Mais Teddy, était la lune. Cette lune qui malgré sa seule capacité à reflétait ce qu'on lui donnait, éclairait les nuits. La lune, astre passif mais qui importait tant. C'était Teddy, dans la vie de Luna, qui était toujours là pour la guider. Présence dans son ciel, silencieuse mais si forte. Teddy qui la rassurait d'une simple caresse, Teddy qui acceptait chaque parcelle d'elle qu'elle lui montrait. C'était lui qui veillait sur elle, de loin, et sur les étoiles qu'elle avait aidé à créer.

    Eclipse parfaite, comme deux âmes sœurs, deux cœurs à l'unisson. Evidemment que tout n'avait pas été rose. Taedong avait été si rempli de peurs, de doutes, qu'il avait été difficile de calmer. Concernant son mariage ou sa capacité à être père. Quand les jumeaux venaient de naître, il a aussi beaucoup délaissé Luna. Mais jamais il n'a cessé de l'aimer. Sa maladroite façon de la remercier; ne pas savoir lui montrer que chaque sourire, qu'il lui adresse ou qu'il adresse à une autre bouille aux yeux bridés, est là grâce à elle. C'est grâce à elle qu'il a des enfants, grâce à elle qu'il se sent assez digne pour les élever. C'est grâce à elle qu'il a repris des kilos, grâce à elle qu'il ne se fait plus de mal avec de l'alcool ou du décolorant pour cheveux. C'est grâce à elle qu'il se sent libre. S'il part en voyage loin d'elle, c'est parce qu'elle l'a rendu assez heureux pour qu'il sache le demander. S'il jogge autour de Séoul sans elle, c'est parce qu'elle lui a redonné le goût de se dépenser. Si il passe autant de temps avec ses enfants, c'est parce qu'il retrouve sa femme dans tous leurs bons côtés, et qu'il ne peut pas se lasser de les admirer. Teddy n'a jamais vraiment délaissé Luna, car elle avec lui à chaque seconde de sa vie.

    Vie qui n'a plus de sens, justement, quand le soleil ne se lève plus. Ce n'est pas juste d'être dans cette nuit perpétuelle. Ce n'est pas juste que ça soit Luna, qui s'éteigne, alors que Teddy donnerait toute sa vie pour que le jour ne prenne jamais fin. Pourquoi lui, quand c'est Luna la plus belle quand elle sourit? Des semaines que le monde de Teddy s'est arrêté de tourner, pourtant il n'arrive pas à l'accepter. Pour ses enfants, il fait comme si de rien était. Le Teddy masqué pour être parfait reprend le dessus. Papa présent, aidant, aimant. Mais si Luna était là, elle lirait parfaitement à travers sa tristesse. Il se bat tellement pour maintenir sa famille en vie. Il n'a pas encore repris le travail, mais il fait tout pour surveiller leurs finances. Il a repris la garde des cinq enfants, maintenant, mais il tente de se libérer pour visiter la cinquième dès qu'il le peut. Sa vie est un manège qui tourne en face de lui, et il ne sait pas comment y remonter. C'est horrible, de vivre sur un simple espoir. D'avoir la femme de sa vie endormie en face de lui. Pourtant il a tout tenté, Teddy, pour lui insuffler de l'énergie. Il a laissé leur famille la visiter, leurs enfants l'embrasser. Il a joué, tant de fois, du violon pour les deux filles. Il a parlé, câliné, simplement patienté. Mais rien.

    Lune qui se fatigue, elle aussi. Car elle ne reçoit plus de lumière, et qu'elle va finir par rendre le peu qu'elle a emmagasiné. Quelques soleils l'aident à ne pas s'éteindre, comme l'étoile qui bave tranquillement sur sa poitrine. Mais jusqu'où peut-il aller sans l'astre qui l'a toujours fait tourné? Main de Teddy qui a glissé hors de celle de Luna alors qu'il s'est endormi. Sa fatigue l'assomme. Pourtant. Il se réveille immédiatement au son qu'il entend. Deux syllabes qu'il connaît tant. Un prénom qu'il a détesté, mais qui, prononcé aujourd'hui est le plus beau du monde. Et il y a cette pression, sur ses doigts, si faible, mais qu'il ressent aussi lourdement qu'une enclume. "Seola." S'écrie-t-il en hâte. Il n'est pas le seul à l'avoir entendue. La petite fille qui se reposait tranquillement sur la poitrine de son papa commence à geindre. Parce qu'elle a les oreilles qui connaissent par cœur le son de la mère qu'elle a absorbé, et qu'elle veut immédiatement s'y replier. Teddy attrape les doigts de Luna, leur pose une pression qui veut tout dire, et les larmes coulent sur ses joues sans qu'il ne s'en rende compte. Sa tristesse et son désespoir coulent d'un coup.

    C'est en la retrouvant que Teddy se rend compte qu'il a vraiment failli la perdre. Revers d'une réalité qui vient le frapper violemment. Il a la respiration qui se saccade, maintenant qu'il comprend que sa femme ne mourra pas. Comme si son moteur se remettait en route. Il a eu l'impression de ne pas être là, de vivre sa vie comme un spectateur. Mais il est là, avec Luna. Ensemble ils se réveillent. Teddy panique un peu, car il a beaucoup de choses à faire. Doit-il l'embrasser, lui présenter leur fille, ou appeler les infirmiers? Comment tout faire sans fatiguer Luna qui a si peu de force? Teddy continue de pleurer, et leur dernier enfant qui geint, elle aussi, le ramène à l'important. "Seola." Qu'il l'appelle encore. "Je t'aime. Je suis si fier de toi." Qu'il dit en premier lieu. Et son bras de libre gardant sa fille bien contre son torse nu, Teddy garde son autre main enlacée avec celle de Luna, et se glisse hors du canapé. Accroupi contre le lit, la tête à la même hauteur que celle de sa femme, il lui dépose un baiser sur les lèvres. "Je te présente ta deuxième fille. Celle qui vit de ton amour autant que moi." Car si Taedong et sa fille ont bien un point commun, c'est qu'ils aiment Luna à en mourir. Doucement, Teddy lâche la main de Luna pour lui déposer leur dernier enfant sur la poitrine. Le premier câlin d'une maman. Il est évident, que la petite arrête de se plaindre quand elle retrouve le cœur de sa maman. Celui qu'elles partagent. Et, de loin, regardant deux des femmes de sa vie, Teddy s'arrête enfin de pleurer, pour sourire à cette vision dont il dépendra jusqu'à la fin des temps.

Ai Soren
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t9082-ai-soren-wintersleep#282924
Ai Soren
Toucher les étoiles
UNE P'TITE PHOTO ? :   ⤳  'Cause im your Home | Taedong A232a9395027afca0dc143c35878b658
AVATAR :   ⤳  Subin
POINTS :   ⤳  198
MESSAGES :   ⤳  521
NOUS A REJOINT LE :   ⤳  17/11/2019
'Cause im your Home | Taedong Empty
(#) Sujet: Re: 'Cause im your Home | Taedong   'Cause im your Home | Taedong EmptyMer 29 Jan - 19:48

What do I do? Without you
My heart has no home
I’ve kept my insides empty for you

@Kang Tae Dong

Chaque étoile que l’on voyait dans le ciel était en réalité morte depuis bien longtemps, ces lumières qui nous accompagnaient au fil des nuits, dans les ténèbres des limbes qu’était cette réalité parfois trop foudroyante, n’étaient plus depuis si longtemps. Quand une étoile mourrait, il n’y avait plus rien à faire, impossible de raviver son éclat si flamboyant, impossible de retrouver la chaleur qu’elle produisait autrefois quand elle était reine dans ce ciel. Le soleil était, lui aussi, une étoile en constante ébullition. Une étoile qui finirait par s’éteindre un jour dans le plus beau des spectacles que l’humanité pourrait connaître. Luna était l’un de ses soleils qui émerveillait le monde de jour en jour, qui permettait de voir la beauté alors que les âmes des êtres étaient déjà si souillées par la souffrance et les tortures qu’on leur infligeait. Mais Luna était en train de s’éteindre, Luna était en train de partir depuis si longtemps. Dès le début de cette grossesse, elle avait tant perdu de son éclat qu’elle ne brillait plus assez pour réchauffer l’existence de son époux. Elle s’en voulait, elle aurait dû être plus forte.

Pourtant, plongé dans ce sommeil si lourd, éternel, le soleil s’était lentement soigné, il avait lentement repris des forces grâce à la présence de cette famille, de ses enfants et de sa lune qui ne l’avait jamais abandonné malgré la noirceur de cette nuit qui peinait à laisser place à un nouveau jour. L’äme qui avançait lentement sur ce chemin plongé dans le noir, sans repère, sans lumière pour lui indiquer la bonne route, c’était le doux son d’un violon, d’une mélodie qu’elle ne connaissait que trop bien, qui lui avait permis d’avancer aveuglement dans ce vide immense qu’étaient ces songes, dangereux et sans pitié. Elle l’avait entendu à travers cet instrument, elle avait entendu son appel, l’appel d’un homme qui pleurait intérieurement, perdu sans son soleil pour l’illuminer.

Faible, petit corps qui revenait bien douloureusement à la réalité, aveuglement par cette chambre si blanche, si inconnue pour sa mémoire qui s’était arrêté à la vision d’un homme dévasté abandonnant son épouse en salle d’accouchement. Incapable de comprendre, incapable de se souvenir de quoi que ce soit d’autre, âme paniquée qui s’était rapidement apaisé au son de sa voix, à la vue de l’homme de sa vie près d’elle et de cette enfant lovée contre son torse. Il ne l’avait pas abandonné, ni elle, ni ce bébé. C’était un doux, léger, sourire qui s’était doucement gravé de nouveau sur ses lèvres figées pendant trop longtemps, sur ce visage trop longtemps dominé par la douleur. Elle sentait son cœur battre à toute vitesse, il venait presque lui dire ‘tout va bien, je continuerai à battre pour eux.’ Car si elle était vivante en ce jour, c’était bien pour cet homme, pour ses enfants, parce qu’elle ne pouvait concevoir une vie loin d’eux, sans eux, elle ne pouvait concevoir leur vie sans elle. La main de Teddy lui avait réchauffé son être, si froid loin de sa lune, lui avait prouvé que tout cela était bel et bien réel. « Taedong… » Voix si apaisée, encore si faible, mais elle regagnait lentement de l’énergie grâce à lui. « Je t’aime… » Il y avait tant de mots bloqués à la frontière de ses lèvres, des mots qu’elle n’avait pas encore la force de dire tant elle était déjà épuisée, des mots qui étaient presque sans importance à cet instant, et le baiser de son époux voulait tout dire. Elle n’avait pas besoin de parler, elle avait seulement besoin de sa présence auprès d’elle. Ses yeux se détachèrent de l’homme pour se poser sur le petit être si bruyant dans les bras de son mari. C’était son enfant, sa fille qu’elle avait tant attendue, sa fille qu’elle avait elle-même fait attendre un mois de plus. Petit être qui se posé contre sa poitrine, petit être déjà bien lourd pour cette femme qui n’avait plus de force en elle, mais pour rien elle monde elle souhaitait la repousser. Mains tremblantes qui se posèrent avec la plus grande des délicatesses sur l’enfant, l’une dans son dos, l’autre sur ce doux visage. « Pardon… De t’avoir fait attendre… De vous avoir fait attendre… » Murmures destinés à sa fille, mais également à sa famille, à Teddy, à ceux qui l’avaient attendu jour et nuit. Elle était si belle cette enfant qui avait déjà le monde à ses pieds, qui charmait sa mère pour la première fois, qui la rendait fière tant elle semblait forte elle aussi. De nouveau apaisée alors qu’elle était bercée par la respiration du bébé contre elle, elle déposa de nouveau les yeux sur Teddy, l’homme de sa vie, avant de sourire une nouvelle fois. « Comment l’as-tu appelé… ? » Elle voulait le savoir, elle voulait connaître le beau prénom que son père lui avait donné, car elle le savait, elle le sentait, c’était le plus beau des prénoms.

Code by EXORDIUM.
Anonymous
Invité
Invité
'Cause im your Home | Taedong Empty
(#) Sujet: Re: 'Cause im your Home | Taedong   'Cause im your Home | Taedong EmptySam 1 Fév - 15:49
You're My Home
☾ & ☼

""

OOTD
      Trois prénoms

    Taedong. Ce prénom qui signifie "tôt" ou plutôt "accélérer" quand il est associé à son suffixe verbal. Prénom qui veut tout dire. Deux syllabes qui servent à rejeter la faute de mauvaises décisions sur la vie d'un innocent. Mariage bancal, précipité, douloureux, imposé sur l'être qui l'a causé. Prénom pourtant si mélodieux, dont la signification n'était pas forcément synonyme de mauvaises choses. Mais prénom annoncé comme une insulte quand il était dicté par tant de haine. Il a fallu du temps, à son propriétaire, pour aimer le son de ces deux symboles. Beaucoup de temps pour que enfin, cette accélération symbolise la rapidité avec laquelle Luna a su allumer en lui des flammes d'un amour qu'il ne s'était jamais cru capable de ressentir. Taedong, celui privé d'amour, mais qui a si facilement appris. Taedong, le prénom de ce mari qui a cru se perdre en même temps que sa femme. Taedong, celui qui a pleuré toute la peine de sa vie sur les cordes de son violon. Qui a aussi crié tout son amour pour son épouse, la femme de sa vie, qu'il ne pouvait pas abandonner sur un lit d'hôpital tant qu'on lui donnait de l'amour. Taedong, qui s'empresse d'embrasser cette silhouette allongée, sans même se soucier de prévenir qui que ce soit tant qu'il n'a pas pu profiter de cette chaleur qui renaît.

    Seola. Pas le vrai, prénom, mais celui que Teddy a pris l'habitude d'utiliser. Contraire phonétique de ce Luna qu'il n'a jamais su accepter. Parce que sa femme est loin d'être une lune, comme lui. Luna est le soleil qui guide sa vie. Celle qui a su lui instaurer de la chaleur, redémarrer son cœur, et qui chaque jour allume son âme meurtrie. C'est grâce à Luna que Teddy a tout appris. A aimer, à se rebeller, à réellement protéger. Son mari lui doit tout, au soleil qui fait brûler son cœur, et celui de ses enfants. C'est Seola qui lui a donné une vraie famille, une où il se sent si accepté. Teddy n'aurait pas pu vivre sans elle, il aurait continué d'élever ses enfants, car il les aime plus que tout et qu'il ferait tout pour eux. Mais en perdant Luna, Teddy aurait perdu une partie de son âme, celle qui fait de lui cet homme si heureux. Et il le sait, que malgré les sourires et le bien-être que ses enfants lui apportent constamment, il n'aurait jamais été aussi heureux que maintenant. Ces cinq têtes d'ange qui représentent l'amour que Teddy a pour Luna; vivre avec eux sans pouvoir partager leurs progrès avec leur mère aurait été si différent. Comme si cela avait perdu son sens. Mais le soleil s'est levé. La dernière s'est calmée. Et Teddy regarde deux des femmes de sa vie avec un sourire aux lèvres et des larmes plein les yeux. "Merci d'être revenue éclairer nos vies. J'avais si peur de la nuit." Teddy murmure doucement, caressant le bras de sa femme alors qu'il est à nouveau accroupi contre son lit. Le visage au même niveau que celui de sa femme, regardant ensemble celui de leur fille. Teddy sait que Luna comprendra ses paroles. Qu'elle saura qu'il a eu si peur de la perdre. Mais il ne veut pas encore employer ces mots. "Je t'aime tant." Il lui répète, alors qu'il déplace sa main pour la poser au dessus de celle de Luna qui est posé sur le dos de leur dernière fille.

    "Soojin." Le dernier prénom. Toujours contenant cette syllabe qu'ils ont choisie ensemble. Pour respecter la tradition de la famille de Teddy, où toute une fratrie se partage un signe. Ils ont choisi Jin, car dans le chinois, le son peut signifier à la fois véritable, et précieux. Comme l'amour que Taedong éprouve pour ses enfants. Et Soo, aussi bien que cela aurait pu être pour le premier sens de cultiver. Cultiver la rareté. Teddy a choisi cette syllabe pour le deuxième sens: longévité. Car il sait bien que la vie de sa femme était si précieuse, et que la vie de sa fille devait l'être encore plus, pour avoir tant eu besoin de s'accrocher à celle de Luna. "Soojin." Il répète. "Précieuse vie." Il explique rapidement, car il sait que Luna, même si elle a fini par s'y connaître, n'était pas spécialement une experte des prénoms coréens comme Teddy. "Je suis si chanceux, d'avoir croisé vos chemins." Il conclue avant de se tourner vers sa femme, et de lui déposer un baiser sur le nez. "Je vais aller prévenir les docteurs. Repose toi." Teddy n'a qu'une hâte: qu'on s'occupe de sa femme pour qu'elle puisse reprendre assez de force pour revenir chez eux. Teddy va appeler ses soeurs, sa belle famille, ses enfants. Il a hâte de prévenir qu'enfin, le soleil est revenu. Mais à travers la fenêtre du couloir, en voyant la luminosité qui se reflète sur le paysage de la capitale, il sait, que tout le monde commence déjà à profiter de cette nouvelle chaleur réapparue.

Ai Soren
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t9082-ai-soren-wintersleep#282924
Ai Soren
Toucher les étoiles
UNE P'TITE PHOTO ? :   ⤳  'Cause im your Home | Taedong A232a9395027afca0dc143c35878b658
AVATAR :   ⤳  Subin
POINTS :   ⤳  198
MESSAGES :   ⤳  521
NOUS A REJOINT LE :   ⤳  17/11/2019
'Cause im your Home | Taedong Empty
(#) Sujet: Re: 'Cause im your Home | Taedong   'Cause im your Home | Taedong EmptySam 8 Fév - 13:45

What do I do? Without you
My heart has no home
I’ve kept my insides empty for you

@Kang Tae Dong

Tout avait été si sombre pour la princesse qui avait tant rayonné avant de sombrer dans un sommeil dont il avait tant peiné à se réveiller, sommeil destructeur qui l’avait privé de sa famille, de Teddy et de ses enfants qui étaient son oxygène, sa raison de vivre et sa motivation. Éloignée de toute cette lumière, de toute cette chaleur, Luna n’avait pas pu les réchauffer en retour de ses rayons, le soleil s’était bien vite endormi, loin des cœurs et loin des bras qui l’avaient toujours attendu. Monde froid qui avait nécrosé son cœur, lui avait rendu son corps si froid et sans vie, monde froid qui l’avait tant fait souffrir alors qu’elle paraissait pourtant si paisible. On avait arraché Luna des bras de son époux, du cœur de ses enfants, durant si longtemps et pourtant, rien ne semblait avoir réellement changé.

Teddy était toujours là, à ses côtés, et sa fille était belle et bien là également. Ses deux précieux anges qu’elle n’avait pu voir, réchauffer, ces dernières semaines. Et elle s’en voulait un peu, d’avoir été si faible, de ne pas avoir pu rassurer son mari, de ne pas avoir pu chérir sa fille dès son premier souffle. Ca tapait si fort dans son cœur qui se réveillait à peine, cœur qui demandait un peu de repos afin de souffler et de reprendre des forces. Mais impossible pour Luna de mettre sa culpabilité de côté alors qu’elle tenait entre ses bras l’enfant qui lui avait demandé tant d’énergie, tant de chaleur, l’enfant à qui elle avait tout donné, et pour qui elle s’était sacrifiée, pour qu’elle vive.

Et c’est aux mots de Teddy que Luna vint enfin prendre conscience de ce qu’elle a pu leur infliger, son absence, le doute et la peur. Teddy avait peur sans elle, sans son soleil pour l’éclairer, autant qu’elle avait peur, perdue dans les limbes sans sa lune comme seul repère. Elle avait tant de fois hurlé son nom, elle avait tant de fois espéré qu’il l’entende à travers ses songes, elle s’était raccrochée aux mélodies de son violon qu’elle entendait de temps en temps. Mais Luna était là, vivante, et prête à rayonner de nouveau. « Moi aussi, j’avais peur… De la nuit. » Sa voix si faible sonnait comme des murmures, paroles que seuls eux pouvaient entendre en toute intimité en ce moment si précieux. Des perles vinrent se loger dans ses prunelles avant de dévaler ses joues qui reprenaient lentement vie grâce à Teddy et leur petite princesse. « Je t’aime tellement, j’ai eu si peur de ne jamais revenir, de ne jamais te revoir, j’ai eu peur de t’abandonner… » Elle peinait à garder son calme, serrant contre elle le petit corps qui respirait et vivait, qui semblait si paisible maintenant qu’il avait retrouvé sa tendre mère. Elle ne voulait plus les quitter, elle ne voulait plus jamais partir loin d’eux, au risque de se déchirer le cœur.

Les yeux rivés sur l’ange contre elle, Luna écoutait les mots de son époux avec attention, venant de temps en temps, essuyer les perles sur son visage. « Soojin… » Répéta-t-elle, caressant du bout des doigts l’ange, de peur de l’abîmer, de la souiller ou de la briser. « C'est parfait, elle est parfaite...» Elle était si précieuse cette vie, oui, deuxième petite princesse de leur empire, l’ange qu’on n’aurait jamais espéré voir un jour, tant cette grossesse avait été compliquée. Mais Luna avait tout fait, tout sacrifié pour elle. Et elle continuerait de se battre, pour elle, pour Teddy et pour leurs enfants qui devaient attendre avec impatience son retour. Baiser déposé sur son nez, Luna en profita pour déposer une main sur le visage de l’homme, l’homme de sa vie. « Mon ange. » Elle voulait le retenir, mais elle ne le pouvait éternellement, elle savait que c’était pour son bien, mais elle n’avait pas envie de quitter sa douce chaleur qui lui redonnait vie. « Je t’aime de tout mon cœur. » Larmes qui dévalèrent de plus belle son visage alors qu’un sourire se gravait sur ses lèvres, avant qu’elle ne le laisse partir, le cœur maintenant moins lourd, l’âme enfin paisible.

Code by EXORDIUM.
Anonymous
Invité
Invité
'Cause im your Home | Taedong Empty
(#) Sujet: Re: 'Cause im your Home | Taedong   'Cause im your Home | Taedong EmptyMer 13 Mai - 17:38
100ed878b7e8192370f6d1ffe0f886ab.jpg b656b43f818167a3c1635295b90bfd8ef737ff00.png
You're My Home
☾ & ☼

""

OOTD
       Perles précieuses d'une lumière nacrée. Elles dévalent les joues d'un soleil, comme si elles pouvaient apaiser le feu qui vient de se raviver. Luna pleure, peut être parce qu'elle prend conscience du trou qu'elle a failli laisser. Mais Taedong ne la laissera jamais se souiller. Jamais, il ne laissera sa femme s'en vouloir de leur avoir tant fait peur. C'est un pouce qu'elle connaît trop bien, un pouce qui n'est doux que grâce à elle, qui vient sécher ses larmes d'une délicatesse que le brun a toujours eue. Et le mari récolte les larmes que lui verse sa femme, parce que ces larmes sont trop précieuses, elles sont celles que Taedong a toujours eu du mal à donner, et elles sont surtout celles qu'il n'aurait jamais pensé pouvoir re goûter.

     Le moment est à la fois doux, précieux, et difficile. Dans des retrouvailles si importantes, il est dur d'ignorer la raison pour laquelle elles sont si intenses. Mais Taedong se veut fort. Il s'est assez inquiété. Il a assez prié. Sa femme est là désormais. Le soleil s'est relevé et il se doit d'aller profiter de cette nouvelle journée qui a enfin commencée. "Ne pleure plus, maintenant." Et l'homme se penche pour embrasser les joues mouillées, puis les lèvres tant désirées. "Je le sais à présent." Et Teddy parle d'un grand sérieux parce qu'il s'en est convaincu. "Rien ne nous séparera." Il lui donne un deuxième baiser, qui dure peut être un peu plus longtemps. "On a été fait pour se rendre heureux. Pour s'apporter de la stabilité, pour se protéger. Et la vie nous a mis tant d'obstacles pour nous rapprocher, qu'elle ne laissera plus rien nous séparer." Et Taedong en est convaincu. L'un comme l'autre, ils ont assez soufferts. Et maintenant, le mari sait que rien ne pourra les déchirer. Ils mourront ensemble, il le sait.

    Et avant qu'il ne parte, avant que Taedong ne prévienne les docteurs du réveil de sa belle, il passe un peu de temps encore à observer sa fille. Il est si heureux. Rien ne le rendra plus heureux que cette famille qui l'aime, et qu'il aime beaucoup plus que tout. "Elle est parfaite, parce qu'elle tient tout de toi." Cela se voit déjà, Soojin sera la copie parfaite de Luna. "Et moi aussi je t'aime. Je t'aime de toute mon âme, de tout mon cœur. Je suis encore totalement et profondément amoureux de toi." Teddy offre un dernier baiser, un baiser pour détourner Luna de ses yeux qui finalement commencent à se mouiller de bonheur et de soulagement. "Et j'aime tous nos enfants." Teddy attrape délicatement sa fille, pour qu'il vienne la déposer dans le berceau installé à côté. "Je ne te remercierai jamais assez de m'avoir tout donné." Et d'une pression sur la main de Luna, il s'en va enfin prévenir ces docteurs. Pour que Luna puisse récupérer le plus rapidement possible. Pour qu'elle puisse enfin, revenir compléter cette famille qu'ils ont créée.

    Pour qu'ils puissent continuer de vivre aussi heureux qu'ils ne l'ont jamais été.

Contenu sponsorisé
'Cause im your Home | Taedong Empty
(#) Sujet: Re: 'Cause im your Home | Taedong   'Cause im your Home | Taedong Empty
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: old memories :: Oubliettes, Never Forget :: RPs terminés
Sauter vers: