▲ up▼ down
12345
ALUNISSONS » MENRA.



 

prend garde à nook ! ~
roulette new horizons ⌒゚(❀>◞౪◟<)゚⌒

(EVENT) HM ft. Animal Crossing !
t'en rêvais ? on l'a fait (*•̀ᴗ•́*)و ̑̑

TOUJOURS SUR HM ! les défis et le mois à thème ont été renouvelés ! ALUNISSONS » MENRA.  359353108

JEU -- viens voir si la pêche est bonne
ou si t'as l'âme d'un traider de navets (/^▽^)/
et viens choisir le rp de la semaine

les MEMBRES EN DANGER, vérifie que t'es pas sur le Death Note de Hm ! (||゚Д゚)
❥ Namaste

hundred miles c'est un forum réel asiatique city/universitaire basé à Séouldeux réponses par mois minimum — Avatars occidentaux bienvenus ! — Taille des avatars 200*320 ou 400*640Une semaine pour finir sa présentation — Pas de prise de tête, rien que du love. That's all folks ٩(^ᴗ^)۶
6 989 pts
ego
9 684 pts
shadow
12 593 pts
student
7 651 pts
citizen

prend garde à nook ! ~
roulette new horizons ⌒゚(❀>◞౪◟<)゚⌒

(EVENT) HM ft. Animal Crossing !
t'en rêvais ? on l'a fait (*•̀ᴗ•́*)و ̑̑

TOUJOURS SUR HM ! les défis et le mois à thème ont été renouvelés ! ALUNISSONS » MENRA.  359353108

JEU -- viens voir si la pêche est bonne
ou si t'as l'âme d'un traider de navets (/^▽^)/
et viens choisir le rp de la semaine

les MEMBRES EN DANGER, vérifie que t'es pas sur le Death Note de Hm ! (||゚Д゚)
-35%
Le deal à ne pas rater :
Pack LEGO Super Mario – La forteresse de la Plante Piranha
32.48 € 49.99 €
Voir le deal

 :: seoul :: Insadong
Partagez

 ALUNISSONS » MENRA.


Liu Meng
Voir le profil de l'utilisateur
Liu Meng
ego ≈ just trust myself
UNE P'TITE PHOTO ? :   ⤳  ALUNISSONS » MENRA.  30cba6396802b2478fbd706a22c17b5d
AVATAR :   ⤳  KIM SEOKWOO (SF9)
POINTS :   ⤳  40
MESSAGES :   ⤳  66
NOUS A REJOINT LE :   ⤳  24/11/2019
ALUNISSONS » MENRA.  Empty
(#) Sujet: ALUNISSONS » MENRA.    ALUNISSONS » MENRA.  EmptyJeu 26 Déc - 3:33

ALUNISSONS

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩

— p’têt bien que meng il est plus dérangé qu’les autres. plus malade, d’une certaine façon – pt’êt bien que meng, c’est ce gars qu’à l’air assez tordu pour te faire changer de trottoir si tu l’connais un peu.
il a la tête de ces meurtriers aux gueules d’ange qu’on aurait défendu s’il avait pas laissé une tâche vermeille dans l’encolure de sa chemise blanche. la marque du diable. le carmin de lucifer. le voilà déployant ses ailes d’acier, sortant tout droit des enfers : il traine sa carcasse de métal le long des routes sans trop savoir ce qu’il fait. y’a eu ce message un peu oublié et il a réellement pensé ne même pas le calculer.
sérieusement ; meng n’est pas le genre à rendre service. plutôt à rire, shooter dans tes affaires alors que t’as déjà le nez par terre, passer son chemin. oublier. parce qu’il oublie toujours ces petits actes d’immondice qui s’amoncellent contre sa peau à la manière d’écorces, ou de boue séchée.
la nécrose ne semble pas avoir fini de le dévorer.

lors qu’il a eu lu ton sms, il a d’abord rit.
y’avait pas grand chose de drôle : hormis peut être imaginer ta tête de six pieds d’long, qui crève la misère à l’idée de devoir appeler au secours la dernière ligne de ta liste de contacts – en admettant au moins que son numéro porte son nom, ou un autre surnom le tirant au ridicule dans un excès de rage sûrement justifié – se demandant ce que le bon dieu lui veut bien pour lui attirer autant de problèmes à la seconde –
nan, vraiment, absolument rien de drôle.
il a d’abord rangé le téléphone dans sa poche, parce que tes problèmes sont loin d’être les siens et que dans ce groupe tout le monde a un peu trop tendance à croire qu’il faut les partager ;
a préféré ignorer durant une fraction de seconde le clapotis infime de la demande au creux de son oreille – presque comme une nuisance, un bruit imperceptible qui demeure tout contre le tympan en promesse suintante d’un regret, sans trop savoir pourquoi ; en tout cas, c’était là.

et lorsqu’il débarque à tes côtés – t’observes de haut en bas, sans prononcer le moindre mot – le malin réapparait à l’ombre de son regard, comme un vice palpable trop difficile à contenir. et meng repart. il ne fait que quelques mètres mais il repart – juste assez pour t’entendre pester contre lui, le monde entier, sa descendance et la génération qui l’a précédé. si tu continues de râler j’vais vraiment te laisser là. sa langue claque, il te lorgne, sans honte – avant d’observer la route d’un air dédaigneux. dans sa tête, il pèse le pour et le contre, s’demande bien pourquoi il a finit par atterrir là, car t’aider ne lui promet aucune rédemption, ni aucune récompense digne de ce nom.
il est là, c’est tout.
il regrette déjà,
un peu, du moins.
bon. j’espère que t’es prête à abandonner ton vélo là parce que franchement, déjà, t’as pas honte de te balader avec ça ? et ensuite parce qu’on a va pas y passer des heures. un temps, alors qu’il te tend son casque sans trop se poser de questions. bon, tu montes, ou t’attends le déluge ? à porter dans ses mots l’averse.




so just pull the trigger.

Ga Mora
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t6287-mora-morarty
Ga Mora
❛ C'ÉTAIT MIEUX MAINTENANT
UNE P'TITE PHOTO ? :   ⤳  ALUNISSONS » MENRA.  Tumblr_orrnwv5Pq51tphvtdo6_r3_250
AVATAR :   ⤳  thi ngoc
POINTS :   ⤳  141
MESSAGES :   ⤳  4506
NOUS A REJOINT LE :   ⤳  10/03/2019
AGE :   ⤳  23
ALUNISSONS » MENRA.  Empty
(#) Sujet: Re: ALUNISSONS » MENRA.    ALUNISSONS » MENRA.  EmptyVen 10 Jan - 22:51

ALUNISSONS

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩

— y a d'abord eu le stress d'arriver en retard, celui qui l'a prise à la gorge et l'a fait s'activer ; pédaler plus vite, tenter une percée dans les rues de séoul pour atteindre la porte-objectif. dans sa frénésie, course contre le temps qu'elle s'est persuadée de pouvoir gagner, un cliquetis désagréable vient perturber son circuit, ses mouvements dans le vide alors qu'elle a toujours les pieds sur les pédales. incrédule, elle baisse le regard et découvre le chaîne qui traîne par terre, la suit désespérément accrochée à sa roue arrière. un juron lancé contre sa destinée -pourrie- et elle relève la tête pour trouver où se garer :
TROP TARD
le devant du vélo percute le lampadaire, l'emmène dans une chute dans le buisson juste à côté ((limite la casse mais fait quand même bien mal)). un passant s'arrête, inquiet, mais fait bien vite envoyé bouler. elle a pas le temps de répondre à ses questions, lui dit juste furtivement que ça va histoire qu'il reparte avant de se relever et de poser son regard sur sa bécane-traîtresse. furieuse, elle attrape le guidon, le remet debout puis le laisse tomber dans les buissons à son tour. enfoiré ! la rage qui parle quand elle réalise qu'elle a laissé tomber dans le feuillage sa boîte détentrice de ses dernières livraisons mais quelle conne ! mora putain ! elle s'agite, ouvre l'arrière de son vélo pour attraper les pizzas tout en s'efforçant d'oublier les branches venues abîmer ses mains glacées.
assises sur le rebord du trottoir, boîtes encore assez chaudes pour éviter de se faire jeter par les clients, elle regarde droit devant elle, les yeux vides. y a pas que la situation de merde qui l'a vidée ce soir, y a aussi la seule solution qu'elle a trouvé. une alternative qu'elle se maudit d'avoir choisie. un supplice que l'ancienne idole goûte à peine -
elle sait que le pire reste à venir.

et il arrive. non pas sur son cheval blanc mais sur son engin à moteur ; vision beaucoup moins romanesque, cramoisie plutôt que rosie. et elle se dépêche de sauter sur ses jambes ((plus vite ça sera fait, plus vite elle sera débarrassée)). un pas pour le rejoindre mais avant même que mora ait pu faire quelconque remarque désagréable, il repart. fait quelques mètres pour s'éloigner d'elle, augmenter sa rage en même temps que la distance entre eux. impatiente, elle tape du pied espèce de sale con ! j'ai pas le temps pour tes conneries putain ! elle devient vulgaire, s'en fiche du regard étonné des gens qui passent à côté ; la haine la fait plisser du nez, transforme ses yeux sombres en véritables lasers. elle le rattrape et ouvre la boîte à l'arrière du scooter de meng pour y déposer ses pizzas tièdes. la gamine veut même pas répondre, préfère l'ignorer - la soirée va être longue. il s'agace aussi, lui fait quelques remarques et notamment sur son vélo hs. mora se pointe juste à côté de lui et pose sur son visage un regard entre lassitude et haine éternelle ma seule honte ce soir, c'est d'avoir dû faire appel à toi. me cherche pas j'suis pas d'humeur. elle attrape son casque, brute, et le pose sur son crâne les gestes grisés de colère. montant à son tour sur le vespa de sous-marque, elle s'arrange pour ne pas le toucher, ne pas s'accrocher à son blason ; elle pourrait attraper sa connerie. sans ajouter un mot, elle lui montre l'adresse de la prochaine livraison. rapidement devant la porte, elle descend presque en courant pour se donner la pizza au client qui lui claque la porte au nez sans oublier de la maudire pour son retard. un doigt d'honneur offert quand il a disparu et mora retourne auprès de son chevalier de fortuite. pas de commentaire, merci. t'avais des livraisons toi avant de rentrer ? non pas qu'elle veuille l'aider mais elle est bloquée avec lui jusqu'à ce qu'ils regagnent la pizzeria.


S A V I N G  S T A R
Liu Meng
Voir le profil de l'utilisateur
Liu Meng
ego ≈ just trust myself
UNE P'TITE PHOTO ? :   ⤳  ALUNISSONS » MENRA.  30cba6396802b2478fbd706a22c17b5d
AVATAR :   ⤳  KIM SEOKWOO (SF9)
POINTS :   ⤳  40
MESSAGES :   ⤳  66
NOUS A REJOINT LE :   ⤳  24/11/2019
ALUNISSONS » MENRA.  Empty
(#) Sujet: Re: ALUNISSONS » MENRA.    ALUNISSONS » MENRA.  EmptyLun 17 Fév - 19:23

ALUNISSONS

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩

— meng il aime jouer avec la dynamite. il aime quand ça crépite, quand ça pète, quand ça laisse une marque de visible, une odeur un peu calcinée – c’est vivant, ça vibre entre les côtes, ça l’fait respirer dans cette vie trop morose.
c’est cet éclat qu’il aime dans ton regard. cette façon que tu as de répondre à ses provocations plutôt que de baisser les yeux semble le raviver un peu – il oublie presque les putréfactions de son coeur qui l’ornent en couronne étrange et fait fuir les âmes oubliées. il s’demande ce que tu vois. un imbécile. un connard un peu trop prétentieux qu’a oublié c’que c’était de fouler le sol de ses deux pieds. et il aime ça.
tu le vois.
c’est tout ce qui lui importe, quelque part.

la brise glacée lui remémore à quel point il déteste déjà ce job. pas à sa place, un puzzle mal emboité – mais qui paye, visiblement, alors il accepte, comme tout le reste. y’a que toi qui lui sert d’animation ce soir. tes insultes explosent à la manière d’artifices dans le ciel brûlé des néons de la cité d’acier – lui donne un peu de couleur, sans pour autant toucher d’une quelconque façon son destinataire. t’as le temps pour quoi d’autre, t’façon ? c’est vrai que t’as l’air très occupée là tout de suite, abandonnée comme un vieux clebs. un sourire s’éclate au rebord de ses lèvres comme une vieille écorchure – il est maladroit, qu’à demi plaisant, mais bien là. invisible au regard alors que tu te places dans son dos, à t’entendre pester comme un vieux cd rayé que tu t’éventres à repasser en boucle en espérant peut-être le faire saturer. c’est vrai que vu la longueur de ta liste de contacts tu avais beaucoup le choix. il ricane, sait ce qu’il dit ; aucun de vous cinq n’a de toute façon réellement envie d’appeler les personnes figurant dans cette liste virtuelle qui n’a pour fonction que de vous rappeler votre solitude continuelle.
parce que personne en a jamais rien à foutre des autres.
c’qu’on peut être égoïstes.
et pour raviver la flamme, alors que ta chaleur brûlante s’installe à ses côtés, il ne peut s’empêcher d’en rajouter. accroche toi bien, on sait jamais, un virage un peu compliqué et j’te laisse sur le bord du trottoir… il ne te laisse même pas le temps de répondre qu’il embraye déjà vers la destination demandée pour te laisser livrer tes pizzas et t’éviter possiblement d’être virée au même titre que lui le sera d’ici quelques semaines. il s’en donne deux tout au plus. nan m’dame, j’ai fini. il t’observe un instant, t’arrêtes dans ton geste alors que tu t’apprêtes à enfourcher de nouveau sa bécane. hop hop hop tu fais quoi ? t’as fini pour ce soir nan ? alors tu remontes pas. il te regarde d’un air tout à fait sérieux, attend que tu flanches avant d’éclater de rire. je te fais marcher t’inquiète. par contre j’ai la dalle. tu m’payes de quoi bouffer au 7/11 ? un peu de charité peut être pour l’enfant déchu.




so just pull the trigger.

Ga Mora
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t6287-mora-morarty
Ga Mora
❛ C'ÉTAIT MIEUX MAINTENANT
UNE P'TITE PHOTO ? :   ⤳  ALUNISSONS » MENRA.  Tumblr_orrnwv5Pq51tphvtdo6_r3_250
AVATAR :   ⤳  thi ngoc
POINTS :   ⤳  141
MESSAGES :   ⤳  4506
NOUS A REJOINT LE :   ⤳  10/03/2019
AGE :   ⤳  23
ALUNISSONS » MENRA.  Empty
(#) Sujet: Re: ALUNISSONS » MENRA.    ALUNISSONS » MENRA.  EmptySam 13 Juin - 14:32

ALUNISSONS

✩ ○.⋆☽ ⋆.○ ✩

— c’est curieux. cette sensation si désagréable à tes côtés. comme si ta présence seule pouvait mettre son être en rage. celle qui s’enflamme d’un coup, une allumette frottée trop vite contre le grattoir ; une simple friction et son corps entier prenait feu. il n’était pas question de ces flammes qui réchauffent le cœur et enserrent l’âme d’une douceur-chauleur. non. c’était plus que ça. quelque chose de plus destructeur, de plus vile.

mais n’es-tu pas
toi-même né dans les flammes ?


enfant des enfers, damné pour ce qu’il est, ce qu’il a fait. jamais tu ne trouveras la paix, pas même au sein de votre réunion pansement qui aide uniquement à se retrouver, mais pas à se pardonner. elle sait mora, se demande pourquoi elle est née à l’envers, les pensées fouillis avant même de savoir mettre des mots sur ce qu’elle ressent – mais l’a-t-elle déjà su ?
et toi, tête brûlée, ne te soucie guère de te cramer un peu plus. jusqu’à ce que la dernière parcelle de ton épiderme soit passée sur le bûcher, tu ne t’arrêteras jamais.
roi des emmerdes.
elle comprend pas comment t’as pu devenir un tel connard, se dit que t’es peut-être juste venu au monde pour faire chier les autres. être cet exemple qu’on sort pour dire « tu vois, t’aurais pu être pire » comme lui. les paroles sont dures, elles pourraient hacher ta chair pour la recracher derrière ; mais elle n’en a que faire. continue de te visualiser comme l’enfer sur terre.

alors dis moi meng,
qu’est-ce qui te fait vibrer ?
en dehors du rôle de bourreau qui te colle à la peau ?
en dehors de cette carcasse froide, taillée dans la lave ?


les questions qu’elle ne posera jamais. par fierté. la gamine ne veut pas montrer son intérêt. la peur de s’attendrir sous tes aveux, de découvrir un être de lumière pourri par la gangrène. alors, dans ce silence qu’elle impose comme réponse à tes railleries, elle espère te faire comprendre qu’elle n’attend rien de toi. à l’exception de ce soir. à l’exception de ses bras, habilement accrochés à tes hanches. proximité inédite qui réserve son lot de nouveautés : ton parfum qui se mélange à l’air, boisé, brut, essence parfaite à ton caractère, ta taille plus fine qu’elle ne l’avait imaginée.
ta taille plus fine qu’elle ne l’avait imaginée ?
non, elle n’y a jamais pensé !

yeux qui se ferment tandis qu’elle se maudit. bien vite, les pizzas sont livrées et alors qu’elle s’apprête à remonter, tu l’arrêtes. le sérieux sur ton visage la surprend une seconde avant que ses perles noires s’assombrissent un peu plus. c’est du foutage de gueule ?! casque dans la main, elle est à deux doigts de le balancer chez les clients pour marquer sa sortie, sa colère. je vais te- ton rire qui vient couper ses menaces, peint ses traits en un tableau de surprise encore une fois. la rage s’atténue (un peu) et elle soupire, regarde ailleurs pour pouvoir réfléchir. bras croisés, elle finit par remettre le casque sur son crâne et enjambe le scoot. ses mains retrouvent tes hanches – tenues plus fermement. ok mais pas celui d’ici. on va ailleurs. prête à se laisser guider dans une aventure à tes côtés ; mais elle n’aura de cesse de le répéter, ce n’est pas par plaisir, jamais.
au pied du 7/11, tu descends et entres sans l’attendre. instinctivement, tu te diriges vers les boissons et prend la fameuse ‘boisson bleue’ de yuta. simple sourire au coin des lèvres, son regard se pose sur toi. je te préviens, la pizzeria ça paye que dalle. donc sois pas bête et choisis pas un truc qui m’coûtera mon salaire. à croire qu’en un claquement de toi, elle peut changer d’humeur, le sourire s’étant transformé en roulement des yeux.


S A V I N G  S T A R
Contenu sponsorisé
ALUNISSONS » MENRA.  Empty
(#) Sujet: Re: ALUNISSONS » MENRA.    ALUNISSONS » MENRA.  Empty
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: seoul :: Insadong
Sauter vers: