▲ up▼ down
12345
blinding lights - nayoung



 

prend garde à nook ! ~
roulette new horizons ⌒゚(❀>◞౪◟<)゚⌒

(EVENT) HM ft. Animal Crossing !
t'en rêvais ? on l'a fait (*•̀ᴗ•́*)و ̑̑

TOUJOURS SUR HM ! les défis et le mois à thème ont été renouvelés ! blinding lights - nayoung 359353108

JEU -- viens voir si la pêche est bonne
ou si t'as l'âme d'un traider de navets (/^▽^)/
et viens choisir le rp de la semaine

les MEMBRES EN DANGER, vérifie que t'es pas sur le Death Note de Hm ! (||゚Д゚)
❥ Namaste

hundred miles c'est un forum réel asiatique city/universitaire basé à Séouldeux réponses par mois minimum — Avatars occidentaux bienvenus ! — Taille des avatars 200*320 ou 400*640Une semaine pour finir sa présentation — Pas de prise de tête, rien que du love. That's all folks ٩(^ᴗ^)۶
6 989 pts
ego
9 684 pts
shadow
12 593 pts
student
7 651 pts
citizen

prend garde à nook ! ~
roulette new horizons ⌒゚(❀>◞౪◟<)゚⌒

(EVENT) HM ft. Animal Crossing !
t'en rêvais ? on l'a fait (*•̀ᴗ•́*)و ̑̑

TOUJOURS SUR HM ! les défis et le mois à thème ont été renouvelés ! blinding lights - nayoung 359353108

JEU -- viens voir si la pêche est bonne
ou si t'as l'âme d'un traider de navets (/^▽^)/
et viens choisir le rp de la semaine

les MEMBRES EN DANGER, vérifie que t'es pas sur le Death Note de Hm ! (||゚Д゚)
-75%
Le deal à ne pas rater :
Plaque Induction Portable Amzchef
42.49 € 169.99 €
Voir le deal

 :: old memories :: Oubliettes, Never Forget :: RPs terminés
Partagez

 blinding lights - nayoung


Lee Hyun Jae
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t6970-lee-hyun-jae-djae-djae#209438
Lee Hyun Jae
student • I STUDY MADNESS
UNE P'TITE PHOTO ? :   ⤳  blinding lights - nayoung 20040911353358863
AVATAR :   ⤳  jb (got7)
POINTS :   ⤳  201
MESSAGES :   ⤳  1123
NOUS A REJOINT LE :   ⤳  01/05/2019
blinding lights - nayoung Empty
(#) Sujet: blinding lights - nayoung   blinding lights - nayoung EmptyMer 4 Déc - 23:14




blinding lights // ft @jung nayoung

Ses doigts avaient glissé sur son téléphone. C’est trop simple, trop naturel. C’était leurs mots qu’ils assemblaient sans le moindre effort, une routine qu’il s’était aménagée qui lui convenait tellement elle laissait de la place, de la liberté, de la manœuvre. Et c’était aussi étrange, un brin déstabilisant dans l’instant. Ses sourcils sont froncés, son regard suit les lettres qu'il efface des dizaines de fois, des fautes qui se suivent les unes les autres pour des phrases écrites dans un coréen correct. Il n’y avait pas de jeu, il n’y avait pas d’attentes, de timing réglementaire à mettre après chaque passage dans sa vie. Il n’y avait pas encore de sujets tabous, il n’y avait pas de malaises lourds de sens. Pas de reproches, pas de cachettes, pas même de doutes. C’est étrange, c’est peu commun, mais c’est suffisant. Effrayant aussi, un peu.

« Ici c'est parfait, personne ne nous verra, par contre tout le monde pourra admirer notre œuvre » Il a tendance à laisser quoi que ce soit venir assombrir ce qui se met en place Hyunjae, mais depuis peu il arrivait à laisser de côté le reste. Pendant de brefs instants qui pouvaient durer des heures, il laissait le compliqué prendre la poussière, le douloureux s'annihiler par ses échanges avec Nayoung mais il n'est pas encore habitué à savourer ces bribes d'air frais qu'elle lui provoquait. Il apprivoise encore l’impression de terminer systématiquement sur une mauvaise note, d’anticiper quoi que ce soit pouvant venir ternir ce qui allait bien, ce qui était si facile à atteindre. Il reprenait là où il avait été forcé de laisser sa vie en suspens, il s’intéressait, il testait, il essayait, il prenait des risques. Alors il y va à tâtons, le pilote automatique vers l’avant. Il a peur, il sait que rien n'est simple, que ça ne l’était jamais, que le statu quo était un mauvais présage et la moindre douleur physique et morale lui rappelait que la Mort le suivait de près depuis qu'il lui avait miraculeusement échappé. Son étreinte brûlante lui avait laissé des marques sur une partie de son corps qu'on lui avait recouvert  par des bandages et des soins douloureux.

« Tiens, mets ça » Son calme lui fait étrangement du bien, sa présence l'aide à se concentrer sur autre chose que la décharge aiguë qui paralyserait presque la moitié droite de son corps et qui prenait toute la place dans son esprit pour s'en envoler la seconde suivante. Il lui tend un masque et aurait très bien pu rester ainsi à scruter les murs, à jouer avec les bonbonnes, à étaler leurs couleurs pour y dessiner de profil un menton velouté et une bouche suffisamment entre-ouverte pour laisser la vie entrer et sortir à son aise. Il se perd dans sa tête où sa douleur ne suffit pas à le brusquer, laisse son bras dériver sur le mur, rien qui le dérange, tout est calme, tout est parfait. « J'ai pas l'habitude d'écouter de la musique quand je dessine parce que je sais pas quoi écouter. Enfin maintenant si ! Mais si je me mets à écouter Queen, ça va me faire penser à toi, et j'aurais du mal à me concentrer » Ses lèvres s'étirent en un sourire et ses prunelles enregistrent chaque parcelles de son visage, chaque détails. Il était bien rare de voir de telles personnes aux traits naturels si fins, épurés, presque frêles, à la limite de la perfection. Des termes qui d’ordinaire n’étaient réservés qu’aux personnages de roman. Pourtant, il s’agissait des qualificatifs les plus appropriés qu’il ait pu penser, sans pour autant la transformer en caricature. Un visage qu'il pourrait bien avoir envie d'immortaliser. « Vas-y essaie, tu peux dessiner ce que tu veux, on va faire en sorte de donner l'illusion que ça sort de là»  

(c) SIAL ; icons – GIZNIEE


Jung Nayoung
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t7778-nayoung-skysplits#235488
Jung Nayoung
underneath it all, we're just savages
UNE P'TITE PHOTO ? :   ⤳  blinding lights - nayoung LfjpKn1r_o
AVATAR :   ⤳  kang seulgi \ red velvet.
POINTS :   ⤳  547
MESSAGES :   ⤳  1640
NOUS A REJOINT LE :   ⤳  21/10/2019
blinding lights - nayoung Empty
(#) Sujet: Re: blinding lights - nayoung   blinding lights - nayoung EmptyJeu 5 Déc - 22:15




blinding lights // ft @lee hyun jae

le chemin égayant qui avait conduit nayoung jusqu'ici parut diablement interminable. elle ne saurait que trop peu expliquer la cause de son impatience mal dissimulée : la nervosité de s’atteler à une tâche qui lui était définitivement inconnue, ou bien, la concrétisation des échanges qu'ils avaient constamment entretenus, elle la tornade attendrissante, lui l’acolyte mystérieux. le plaisir de leurs conversations s'étendait, et un candide engouement s'était installé, plus qu'elle n'aurait osé le prédire. la téméraire demoiselle ne pouvait même s'empêcher de l'avouer secrètement, elle avait sûrement mal jugé le garçon aux premiers abords ; la présomption s'était éclipsée pour laisser place à ce doux sentiment qu'était l'anticipation. une bribe d'un éther nouveau, totalement distrayant, routine réjouissante dans sa vie monotone et insipide. le voile gris demeurait constamment, mais le futur semblait néanmoins lui promettre des couleurs plus vives, réjouissance d'un avenir qu'elle espérait plus allègre. « est-ce que c'est mal ou est-ce que c'est bien ? t'en sais rien, peut-être qu'on va me découvrir un talent pour le street art. peut-être même que je vais faire un truc plus beau que toi et que les gens vont adorer ! » contemplations d'une gamine au culot attachant, le vent du changement apaisait ses maux, réduisait ses pensées douloureuses à l'oubli partiel de ses mésaventures quotidiennes. elle l'observait de loin, gardant un soupçon de distance pour lentement considérer ce qui s'offrait à elle. intéressée, ses pupilles voguèrent en direction de son compagnon de crépuscule, acceptant de porter ce qu'il lui tendait gracieusement. et dès lors, sa méditation naquit à nouveau, imaginant déjà les premières ossatures de sa future œuvre, infimes ébauches de ce qui pourrait, de ce qui se dessinera, sur le mur vide. tableau vierge aux milles possibilités. « je pense surtout que t'as peur que j'occupe un peu trop ton esprit. » rictus satisfait joyeusement dissimulé derrière son masque à la douce idée qu'elle puisse l'empêcher de se concentrer. oh, ce sourire empli de fierté, ce soir, elle le garderait pour elle.

« y'a pas un morceau que t'aimes vraiment beaucoup ? » le silence pouvait aisément s'avérer bienfaiteur mais nayoung, l'éternelle acharnée, ne pouvait concevoir qu'une tâche se fasse sans musique. elle restait persuadée qu'un bon rock des rolling stones, une douce sonate de debussy, ou encore un rap aux consonances urbaines d'eminem pouvait aider à se forger de nouvelles représentations, lentement aider à l’émancipation de l'imagination, et même, brusquer l'agitation des émotions. après tout, la musique était un art à elle seule, et les nuances s'accordaient aussi bien dans les notes qu'avec un pinceau. lui, peintre énigmatique, dénichait son engouement au travers de ses compositions murales, elle, auditrice assidue, gagnait sa force au rythme des genres. « vraiment ce que je veux ? » aventurière d'un soir, fantaisiste éphémère, elle aurait voulu prouver au monde entier qu'elle était capable de faire quelque chose de ses mains. écrire son prénom en immenses lettres capitales, témoigner de sa présence passagère pour les semaines, les années à venir. empreinte indélébile liguée contre ce fléau qu'est le temps qui passe. rédemption pourtant totale, ce n'était pas aujourd'hui qu'elle deviendrait l'effigie du boulevard inconnu. nayoung se contenterait de ses simples initiales, si elle se trouvait une aptitude dissimulée pour l'art de rue... son regard attentif s'attarda bien longuement sur son compagnon de minuit, et sur son sourire nébuleux. un soupçon d'enthousiasme semblait se lire en lui et probablement, des attentes artistiques trop élevées pour le piètre niveau de la belle audacieuse. bonbonne noir corbeau serrée au creux de sa main, nayoung tenta un premier trait d'esquisse. elle ne détournait guère les yeux, flôt d'anxiété submergeant son esprit nuageux à l'idée d'échouer lamentablement son tout premier dessin. « j'ai pas oublié que tu dois me parler de toi. t'étais trop implicite dans tes messages. alors hyunjae, tu ne viens pas de séoul, finalement ? » 

(c) SIAL ; icons – GIZNIEE




many miles from where i'm sleeping you share laughter in the evening as do i, in the great divine

·  .  ✷  ⋆
Lee Hyun Jae
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t6970-lee-hyun-jae-djae-djae#209438
Lee Hyun Jae
student • I STUDY MADNESS
UNE P'TITE PHOTO ? :   ⤳  blinding lights - nayoung 20040911353358863
AVATAR :   ⤳  jb (got7)
POINTS :   ⤳  201
MESSAGES :   ⤳  1123
NOUS A REJOINT LE :   ⤳  01/05/2019
blinding lights - nayoung Empty
(#) Sujet: Re: blinding lights - nayoung   blinding lights - nayoung EmptyVen 6 Déc - 1:45




blinding lights // ft @jung nayoung

C'est étrange, c'est paradoxal, c'est peut-être trop contradictoire, cette sensation de se sentir à sa place, devant les murs de l'hôpital, ce sentiment qui s'évaporait au fil des années, qui s'effritait alors qu'il cherche encore sa place et qu’elle n’était clairement plus à l'université. Le vent qui caresse sa joue, les discussions au loin, et il ne l'a à peine vue, la soirée qui s’enfuit, qui passe trop vite, qui a été d’un calme apaisant pour une fois. Le coin complètement vide, lui et Nayoung partis à la conquête d'une nuit. La tête dans les nuages en permanence, les idées jamais vraiment claires si elles ne sont pas alignées directement sur ses carnets, il fini par laisser à sa compagnie tout le bonheur de mettre un visage sur les quelques détails à peine complets qu'il lui a offert à son sujet. « Si mais... je sais pas vraiment comment écouter une musique » Il ne savait pas vraiment comment s'exprimer, étonné que ses mots l’aient stoppé dans son élan, espérant presque qu’ils servent d’excuse parfaite pour qu’elle lui demande autre chose. Pourtant, il reste et il écoute, il est le moindrement attentif, à peine qu’il sourit, à peine qu’il regarde ailleurs. Et l’espace d’un instant il se dit qu’elle n’est peut-être pas comme les autres, elle ne lui donne momentanément pas l’impression d’être un double des innombrables personnes auxquelles il a eu à faire au cours de sa petite vie. « Oui, lance toi, tu verras comme c'est facile de partir de rien pour faire quelque chose de beau  »

Ce ne sont pas ses blessures qui lui font si mal si fort, si brûlantes au creux de son ventre qui le lui soufflent à l’oreille. Qui lui confirment à quel point il pouvait passer d'un état à un autre. Ses prunelles suivent la silhouette décidée d’une Nayoung justement curieuse. « Pas vraiment  » Il hésite, il se braque un peu, il repense à ces moments à l'école, où tout le monde parle autour de lui, et Hyunjae, qui se remémore les tableaux qui sont accrochés sur tous les murs de la salle de classe. Qui tente de se rappeler de la couleur des livres qu'il a remarqués dans la bibliothèque, les nomme mentalement les uns après les autres, revoie les images des couvertures, les dorures sur les volets. Il pense aux rainures dans le bois du bureau qui siège devant lui, laisse ses prunelles se perdre dans les vagues et les nœuds, sent à peine sa professeure le frapper, l’adulte pris dans son stoïcisme bourré de jugement, l’enfant qui tente d’une voix suppliante de se faire entendre. Il espérait tellement Hyunjae, que les gens l’aiment un peu plus, un peu mieux. Sa mère lui disait qu’ils étaient tous prompts à faire passer le bien-être des uns et des autres avant tout le reste, elle avait une confiance aveugle en tous et chacun ; son cœur se brisant un peu toujours de voir à quel point les tons prenaient en volume, à quel niveau les remarques et l’agressivité dissimulée finissaient par blesser, en profondeur. « J'ai été adopté » C'était la consécration, la confirmation, un petit bout de papier totalement innocent à prime abord, quelques informations à peine, des phrases toutes dictées, les mêmes pour tout le monde sans aucune personnalité, sans aucune chaleur, absolument rien de personnel si ce n’est son vrai nom qu’ils ont allongé pour les besoins administratifs de la cause ; mais c’est aussi son avenir, son rêve, sa vie au complet qui s’étale sur un petit rectangle bleu, tapées et imprimées en série. Son identité, sur une carte. « Là d'où je viens, j'aurais été tué pour avoir écouté de la musique étrangère, surtout américaine »

Il se meut, il tourne la tête, accroche son regard à celui de Nayoung. La pénombre dans laquelle la rue est plongée n'a pas suffit à cacher le voile qui a pris d’emblée ses prunelles, à empêcher de voir ce qui se cachait là, ce qu’il n’avait plus la force de cacher finalement. Et elle est longue, elle est abominable, elle est nocive la seconde qui s’étire, celle de trop, celle où il attend qu’elle parle, qu’elle dise quelque chose, tout en l’appréhendant plus que quoi que ce soit d’autre. Parce qu'il n'a pas réussi à trouver autre chose, parce qu'il n'a pas voulu mentir. Parce qu'il sait pertinemment ce qui arrive, parce qu'il l'a senti et ressentie cette détresse dans ses propres iris y’a des années de ça, des mois. Ça venait, ça repartait, ça restait, ça s’enfuyait, ça se combattait, ça reprenait en puissance, ça s’oubliait aussi, pour mieux revenir quand on ne s’y attendait pas. C’était un aléa d’incertitudes, c’était une loterie de malheurs, c’était l’épée de Damoclès qui restait au-dessus de sa tête un jour, un soir, une nuit. N’importe quand, lorsqu’il commençait enfin à en parler aux autres, qu’il s’était rendu à ce stade, à ce niveau, laissé cette fatalité prendre le pouls sur le reste, eu assez mal pour en finir. « Parfois j'aime cette ville, et parfois je la déteste, alors quand je la déteste, je vais dehors et je la repeins à ma manière, pour l'aimer un peu plus»

(c) SIAL ; icons – GIZNIEE


Jung Nayoung
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t7778-nayoung-skysplits#235488
Jung Nayoung
underneath it all, we're just savages
UNE P'TITE PHOTO ? :   ⤳  blinding lights - nayoung LfjpKn1r_o
AVATAR :   ⤳  kang seulgi \ red velvet.
POINTS :   ⤳  547
MESSAGES :   ⤳  1640
NOUS A REJOINT LE :   ⤳  21/10/2019
blinding lights - nayoung Empty
(#) Sujet: Re: blinding lights - nayoung   blinding lights - nayoung EmptyDim 8 Déc - 3:55




blinding lights // ft @lee hyun jae

la soirée organisée, sujette à leur rencontre définitive, témoin de leur aventure nocturne, s'avérait plus révélatrice qu'elle ne l'aurait pensé. l'impétueuse demoiselle pouvait désormais apprendre les traits de son visage, de sa personnalité façonnée si mystérieusement, signification particulière, une concrétisation de leurs longs échanges virtuels. ça lui procurait un bien fou, ça la consolait secrètement, et elle se disait que peut-être, il était comme elle. peut-être, qu'il en avait eu besoin, d'une façon ou d'une autre, de leurs conversations improvisées sur le téléphone. à deux, partis d'une contestation sur le forum de la radio, pour se retrouver à dessiner à la hâte contre les remparts de cet hôpital...

« hum... je pense qu'avec la musique, on peut s'exprimer autrement. » il y avait des chansons pour chaque émotion. certaines faisaient rire, d'autres permettaient au monde de danser. il y en avait même qui aspiraient aux larmes. « c'est juste que... il y a des choses que tu peux dire grâce à certains morceaux, des choses dont t'as pas forcément envie de parler de vive voix. si tu sais pas comment écouter une chanson... ressens la mélodie, écoute les paroles... regarde les traductions sur internet si t'as du mal avec l'anglais... peut-être que ça aidera. » elle ne pouvait s'abstenir de lui dire ce qu'elle éprouvait. gamine-soleil trop passionnée pour se taire, jeune femme vouant une si grande fidélité à ce sujet sacré, qu'elle pourrait en débattre des heures entières, conter à quel point la musique l'aidait dans sa vie, comblait les trous béants de son âme chagrine et fragile. « bon, t'as peut-être pas envie de parler de musique indéfiniment ! » la bêtise d'un monologue spontané. elle laissait finalement planer un silence agréable, interruption nécessaire dans sa frénésie momentanée.

alors ses mains parleraient à sa place. là sur le mur trop blafard, elle apportait sa touche de tons sombres, inspiration passagère d'une idée qu'elle avait eu à la volée. représenter le saccage qui trônait constamment dans son esprit embrumé. on aurait pu dire que ça ne ressemblait à aucune chose réelle. délire artistique qui n'avait rien à envier aux œuvres abstraites des artistes d'aujourd'hui. et lorsque les paroles du jeune homme résonnèrent jusqu'à ses oreilles elle comprit. nayoung comprit qu'il venait de corée. mais pas de la même que celle dans laquelle elle avait grandi au fil des années. années baignées d'une constante tranquillité dont il n'avait probablement pas profité sur ses terres natales. celle au nord. la différente, le pays qu'ils avaient tant étudié dans les livres d'histoire, le pays qui semblait à la fois si proche géographiquement, et tellement éloigné de sa propre société. les ombres compliquées qu'il avait laissé planer au fil de leurs conversations s'éclairaient finalement. et tout devenait d'un coup, plus évident. oh oui, la demoiselle discernait mieux à présent, pour quelle raison sa culture musicale n'était pas aussi élargie que la sienne. pour quelle raison il n'avait pas voulu se confier par téléphone. pour quelle raison il était demeuré si mystérieux. il n'avait pas eu le choix. et un inattendu sentiment de compréhensibilité naissait dans l'air piquant de la saison hivernale. « ne pas pouvoir écouter la musique qu'on veut... ça doit être... horrible... » la belle tâcherait de lui apporter son aide. il animerait ses soirées à coup de bonbonnes et d'art urbain. elle s'emploierait à lui faire découvrir les innombrables secrets de la musique. les camarades de minuit avaient tant de secrets à apprendre, l'un sur l'autre. « dis-toi que maintenant, tu peux faire tout ce dont t'as envie. » la liberté de goûter aux possibilités infinies était sienne. et nayoung semblait heureuse. pensées réconfortantes d'une destinée sûrement plus prometteuse qu'autrefois pour lui. « tes parents hyunjae, est-ce qu'ils t'aiment ? et est-ce que tu les aimes aussi ? » il avait dû se sentir bien seul, à son arrivée ici. douce appréhension que de savoir s'il était bien traité, si on lui avait prodigué toute l'attention nécessaire plus jeune, si ce merveilleux élan qu'était l'amour ne lui paraissait pas inconnu, tout simplement. un instant, le masque de la jeune femme se souleva pour laisser apparaître un sourire sincère. cadeau éphémère, empli d'une bienveillance qui n'était pas un trait inconnu à nayoung, et qui semblait momentanément éclairer l'obscurité de leur rue dissimulée, bien plus que les néons artificiels des vieux lampadaires. scène angélique d'une fille qui ne le jugeait certainement pas, étant elle-même rongée de regrets constants, mélancolique d'un temps trop éloigné. « rien n'est parfait... mais, c'est bien que t'aies trouvé un moyen de t'émanciper. au diable le reste, à séoul, il faut penser à soi avant de penser aux autres. sauf les potes et la famille, évidemment. »

(c) SIAL ; icons – GIZNIEE




many miles from where i'm sleeping you share laughter in the evening as do i, in the great divine

·  .  ✷  ⋆
Lee Hyun Jae
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t6970-lee-hyun-jae-djae-djae#209438
Lee Hyun Jae
student • I STUDY MADNESS
UNE P'TITE PHOTO ? :   ⤳  blinding lights - nayoung 20040911353358863
AVATAR :   ⤳  jb (got7)
POINTS :   ⤳  201
MESSAGES :   ⤳  1123
NOUS A REJOINT LE :   ⤳  01/05/2019
blinding lights - nayoung Empty
(#) Sujet: Re: blinding lights - nayoung   blinding lights - nayoung EmptyDim 8 Déc - 20:22




blinding lights // ft @jung nayoung

Il n'a jamais partagé son talent, il n'a jamais su l'expliquer, montrer sa passion sans passer pour un simple débutant. Elle découvre son art Nayoung, elle le découvre lui, chacun de ses dessins demeurent être un bout de son âme, une petite parcelle, la seule qu'il ose montrer aux gens. « Oui je vois ! C'est comme le dessin en fait, c'est un art qui se ressent  »  il avait rarement été si honnête Hyunjae parce qu’il était un lâche et un trouillard au fond. Parce que la peur le narguait encore et toujours, parce que peu importe ce qu’il en faisait, de ses envies de violences, il n’en était que plus faible, encore et toujours faible, il le savait. Il risquait de flancher un jour, il pouvait craquer, c’était une question de jours, peut-être de mois, miraculeusement d’années - mais il finirait par sombrer. « bon, t'as peut-être pas envie de parler de musique indéfiniment ! » Il ne la contredit pas, il la dévore des yeux, il ne la contredit pas mais il aurait pu. Il aurait dû. Leurs passions fait leur chemin, pupilles dilatées et cœur qui manque un battement pour multiplier la cadence la seconde d’après. Elle complète sa pensée, elle lui parle de son art à elle, son sujet préféré, lui qui sourit sans même le réaliser, un vrai sourire, un grand qui illumine son visage, chaque parcelle de son regard trop souvent voilé qui font place au bien être, le vrai.

La remarque de Nayoung lui arrache un rire, la nostalgie au bord des lèvres et l’impression qu’elle gratte ce que lui-même a craint pendant des années. Il inspire, soupire, réfléchit un brin. Il ne parlait pas de ça, ou alors, il effleurait le sujet, gardant pour lui son passé comme un trésor maudit, comme son secret, son identité.  « Je m'en rendais pas vraiment compte, je pouvais pas m'imaginer ce qu'on m'empêchait d'avoir » Elle ose Nayoung, elle lui pose la question, celle qu’on retient la plupart du temps à ses côtés, pour d’excellentes raisons. On ne faisait pas exprès pour poser de gaffe, pour lui rappeler ses plus gros bas, pour l’éloigner de potentiels hauts. On ne mettait pas l’index sur les tabous, sur ce qui n’allait pas, ce qui risquait de le braquer, on ne lui demandait presque jamais de l'exprimer à haute voix sous prétexte qu’on craignait la suite, les répercussions. Pourtant, il n’y a rien d’effrayant ni d’effrayé dans la question de son amie, encore moins dans l’intention qu'il y décèle. « Mes parents ? Oui je- je les aime » Et pourquoi ils t'aiment aussi, malgré tout? que son regard crie, lorsqu’il détaille les traits fins de son visage. Il se perd sur ses lèvres rosies par le froid, ils l’aiment ainsi, ils l’aiment tellement et suffisamment fort lorsqu’il se laisse atteindre par tout ce qui peut le blesser, tout ce qui lui fait peur et il ne se déteste qu’un peu plus de leur faire subir tout ce qu’il leur fait maladroitement vivre. Hyunjae qui se déçoit bien plus qu’il ne devrait, et ses parents qui pardonne tout, toujours, qui l’aiment de la bonne façon, de celle qui ne fait pas les comptes, de celle qui ne doute pas, qui pardonne. « Ils m'ont sauvé, ce sont de bonnes personnes»

Il attend Hyunjae, il laisse Nayoung parler, il l’observe, la détaille, l’admire un peu plus. Il aime se voir dans ses pupilles brillantes, il raffole de se découvrir au travers d'elle et le sourire qu'elle lui offre lorsqu'elle enlève son masque le réchauffe alors que la froideur des environs glace leurs joues à foison. « Donc si je comprends bien je dois d'abord penser à toi avant de penser à moi ?» sachant à quel point ses proches étaient au centre de tout son mal-être et de cette culpabilité de ne pas les mériter, de ne pas les considérer comme il le devait, de leur mentir et les tromper qu'il avait traîné sur ses épaules durant toute la tournée, durant toute sa vie. Sachant à quel point elle le soulageait, peut-être pas aujourd'hui, peut-être demain, il trouvera du bon, il trouvera du mieux. « J'étais sûr qu'à deux on allait faire quelque chose de beau » Il lui tend la main pour récupérer la bonbonne, et puis, comme une mélodie, il monte les couches de jet dans les aigus, pour mieux tomber dans les graves et gagner en puissance pendant quelques accords. Pendant lesquels il ne se concentrait sur rien d'autre que son mur. Pendant lesquels il sentait son œuvre à travers ces couleurs. Il vibre, il matérialise un bout de son âme, comme s'il extériorisait ses sentiments, comme s'il entrait dans une sorte de léthargie coutumière. De bulle où il ne souffrait momentanément plus. « Je sais pas si c'est la morphine qui me fait cet effet là, tu vas peut-être trouver ça bizarre, mais j'ai l'impression que j'avais besoin de te rencontrer»

(c) SIAL ; icons – GIZNIEE


Jung Nayoung
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t7778-nayoung-skysplits#235488
Jung Nayoung
underneath it all, we're just savages
UNE P'TITE PHOTO ? :   ⤳  blinding lights - nayoung LfjpKn1r_o
AVATAR :   ⤳  kang seulgi \ red velvet.
POINTS :   ⤳  547
MESSAGES :   ⤳  1640
NOUS A REJOINT LE :   ⤳  21/10/2019
blinding lights - nayoung Empty
(#) Sujet: Re: blinding lights - nayoung   blinding lights - nayoung EmptyVen 13 Déc - 23:33




blinding lights // ft @lee hyun jae

images momentanées de l'enfance difficile qu'il avait dû vivre sans avoir le choix, elle ne pouvait définitivement pas admettre que la musique était sujette à des bannissements, ou considérée comme interdite. au contraire, elle avait toujours pensé que le quatrième art, et même la peinture et le dessin, pouvaient être de ces rares éléments... ceux qui permettaient de rapprocher les gens, et le monde en général. et pour la première fois depuis longtemps, la gamine se sentait anormalement impuissante. mais sa curiosité trop prépondérante, elle dû doucement s'obstiner à ne pas s'attarder sur les souvenirs complexes du garçon. « tant mieux. il faut toujours être bien entouré dans la vie. » les aveux de ce dernier réchauffèrent plus encore l'atmosphère de la soirée, satisfaction authentique d'une bonne nouvelle, égayement furtifs d'une gamine qui ne supportait jamais longtemps la souffrance. alors elle lui rendait son rire en retard, comme une radieuse réponse à ses mots.

« je sais pas, tu me considères comme quelqu'un de proche ? » être le centre de l'attention, pensée réjouissante d'une gamine bien sûre d'elle, confiance accrue dans les secondes qui s'écoulaient lentement devant eux. savoir qu'on pensait à elle enchantait la gamine soleil, et que lui, compagnon de l'obscurité, l'envisageait comme une personne qu'il appréciait. timide non-dit ou assurance prononcée, il lui fit arborer un second sourire, peut-être encore plus sincère que le premier, d'une presque touchante candeur. « hyunjae. ça va sûrement sonner rebelle, mais faut pas que la société nous façonne à son image. » le garçon l'avait déjà vécu une fois, malheureux pour lui s'il ne se sentait toujours pas à sa place sur les terres du matin calme... pourtant, un peu de révolte ne ferait pas de mal à ce monde coréen. ou peut-être qu'elle en ferait trop. vivre dans une civilisation qui ne la laissait pas toujours être ce qu'elle désirait poussait trop souvent nayoung à franchir les limites. indocilité constante, inévitable. « tu t'en fous. tu t'en fous qu'on te juge parce que t'es pas d'ici. parce que t'es différent. Pparce que t'arrives pas à trouver ta place. ce qui compte c'est ce que tu penses toi. moi c'est ce que je fais. » est-ce qu'elle allait bien ? elle le laissait paraître, mais éternelle acharnée, nayoung ne laissait plus personne lui dicter sa conduite. ses mœurs vaillantes étaient présentes depuis qu'elle était enfant, et son état d'esprit si révolutionnaire n'avait fait que croître depuis qu'elle avait vécu une partie de sa vie sur le sol américain, pays aux milles facettes. là-bas, tout était plus libre, moins étiqueté. en corée, tout était très solennel, à son plus grand désespoir. elle souffla vivement, pensées indisciplinées à présent exprimées, comme elle en avait toujours l'habitude. « t'étais prévenu que j'allais voler la vedette à ton babra... barbra, barba. bref, tu sais, l'artiste dont t'avais parlé la dernière fois ! » elle lui rendît malicieusement l'objet qui lui servait de pinceau, et laissa l'artiste expérimenté retourner jouer avec les couleurs, accorder les tons à ses humeurs, accommoder les pigments entre eux. impatience trahissant ses traits aquilins, nayoung était devenue simple spectatrice, et à son immense satisfaction, leur œuvre prenait forme, explosion abstraite de deux esprits combinés. un soupçon de curiosité dans l'air, ses pupilles jonglaient entre les derniers gestes de son interlocuteur et leur propre réalisation murale. « tu dis ça parce que tu m'aimes bien. fais gaffe, la prochaine fois tu seras probablement tombé amoureux. » ironie affectueuse. le destin, c'était un aléa qu'elle concevait avec de plus en plus de difficultés. avec tout ce qu'il lui était arrivé dans son existence compliquée, l'intrépide jeune femme ne savait plus si elle devait y croire ou non. seulement, l’honnêteté presque angélique du garçon la réconfortait. nayoung s'avança doucement, poussée par l'envie folle d'ajouter la touche de fantaisie qui lui était propre. « c'est de plus en plus beau, mais ça pourrait être mieux. » ses mains dérobèrent à la volée une des bonbonnes qui trônaient sur le sol face à elle et, espièglerie passagère, nayoung s'empressa de signer leur tableau mélancolique des initiales de leurs prénoms. la lettre h du garçon, la lettre n de la demoiselle et de deux mots distinctifs. 'h & n were here'. « voilà. comme ça, c'est parfait. »

(c) SIAL ; icons – GIZNIEE




many miles from where i'm sleeping you share laughter in the evening as do i, in the great divine

·  .  ✷  ⋆
Lee Hyun Jae
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t6970-lee-hyun-jae-djae-djae#209438
Lee Hyun Jae
student • I STUDY MADNESS
UNE P'TITE PHOTO ? :   ⤳  blinding lights - nayoung 20040911353358863
AVATAR :   ⤳  jb (got7)
POINTS :   ⤳  201
MESSAGES :   ⤳  1123
NOUS A REJOINT LE :   ⤳  01/05/2019
blinding lights - nayoung Empty
(#) Sujet: Re: blinding lights - nayoung   blinding lights - nayoung EmptyMar 17 Déc - 16:34




blinding lights // ft @jung nayoung

Il sillonne l'endroit comme s'il était à sa place, il rêve éveillé Hyunjae quand les couleurs ponctuent son dessin, quand il observe Nayoung improviser son imagination alors que les conversations ambiantes sonnent comme des bruits qu'il évitera, impossible pour lui de s'y attarder quand son esprit compose de nouvelles œuvres. Mais il est immobilisé dans son élan Hyunjae, quand une tornade américaine l'emporte avec, quand il sent ses blessures devenir de plus en plus douloureuses, des frissons glacés gagnant l'entièreté de son corps. « je sais pas, tu me considères comme quelqu'un de proche ? » Il a les joues rosies par la timidité le gamin, il lève ses yeux noisettes vers elle en réfléchissant, ses mots se perdent sur sa langue et il la détaille des yeux, il la reconnaît sans l'avoir jamais vue. Soudain, le monde entier s'assombrit et plus rien d'autre ne compte que la personne qui se tient devant lui.« Après cette nuit, oui »

Son regard se baisse, il regarde ses mains, il y perçoit tous ses démons, ressens toutes ces épreuves par lesquelles il est passé, par lesquelles il passe encore, parfois. Moins souvent, tellement moins souvent qu’avant, mais quand même. Il voudrait ne pas les reconnaître mais Nayoung touche un point sensible et il ne comprend pas Hyunjae mais comme souvent il se sent dépassé par son propre trouble, ne fait que lui confirmer ce qu'il sait déjà, ce qui l’horrifie de voir se matérialiser à l’intérieur de lui. Ces mots sont bien obsolètes si l’on prend pour acquis toutes les conversations qui se passent à même nos prunelles, si on y voit tout un monde qu’on tente d’ériger, barrières qui faillent à tomber. « Si je pouvais être une personne différente, vraiment, je le serais. Pas parce que je le veux, mais parce qu'ils le veulent tous. Et c'est ça le problème. Je sais que t'as raison, je sais que je devrais ignorer tout ça, c'est ce que j'essaie de faire, mais c'est difficile » et l’air pur qu’il inspire à pleins poumons, chaque détail de cette soirée qu'il mémorise, auquel il se rattachera, parce que maintenant il s’en souviendra. Maintenant, chaque réveil n’était pas juste un ramassis de bribes embrouillées de la veille, de la nuit d’avant. Il avait la mémoire un peu plus fine Hyunjae, il avait le cerveau fatigué mais les idées claires et pour cela, il se réjouissait. Parce que sa vie toute entière n’avait été que coton, qu’il avait oublié, nié, évolué à travers un instant et un autre jamais vraiment certain, pas particulièrement à l’aise de sa réalité, la fuyant si bien et si facilement et si naturellement depuis toujours que son rendez-vous avec la Mort ne lui faisait plus peur.

« Barba » il sourit. Parce qu'il sait qu'ils sont une bonne équipe. Parce qu'il sait qu'elle a tout de l'alliée qui pouvait le remonter à la surface durant des épisodes beaucoup trop sombres pour être seul à les affronter. Et elle est belle Nayoung, elle est belle parce qu’elle est vrai. Parce qu'elle a ce côté resplendissant et son sourire qui n’en finissait plus de briller, Nayoung et son écoute spontanée, son intérêt et sa passion pour la musique qui passe entre ses doigts. Elle est belle Nayoung et Hyunjae s’y perd une seconde ou deux jusqu'à ce qu'elle lui rétorque malicieusement. « Peut-être» C'est le sentiment qu'il a recherché toute sa vie, aussi longtemps qu'il s'en souvienne. Parce que soudain, le monde est devenu calme. Et il se sent en sécurité, dans sa propre tête. « Mais tu sais j’ai du mal à comprendre le principe de l'âme sœur, je trouve que ça met trop de pression sur l’autre, un peu comme si elle devait remplir toutes les cases, tous les besoins, alors que c’est pas possible. Comment on peut aimer sincèrement une personne si on veut juste posséder quelqu'un pour ce qu’elle nous apporte »  il précise, un fin sourire qu’on n’arrive à peine à décrypter, il joue sur les mots, il reprend ceux de son amie, il les tort et les presse et les retravaille. Son cerveau qui joue les contorsionnistes mais jamais vraiment à même de mettre des paroles sur ce qu’il conçoit, sur comment il y pense, comment il tente d’apprivoiser la situation depuis tout ce temps. « Donc je pense que t'as pas trop envie que je tombe amoureux de toi »

Il observe, il a hâte, il attend de voir Nayoung rajouter la dernière touche sur leur tableau, il s'imagine des notes de saxophone, des cuivres qui englobent son esprit toujours un peu embrouillé, toujours un peu envolé. Deux lettres et une phrase écrite en anglais dont Hyunjae eut du mal a en saisir l'essence, mais le résultat final est là, et il ne sait pas si c'est parce qu'ils l'ont crée à l'unisson, mais elle avait raison Nayoung, il était parfa it. « J'suis d'accord» Il revit un peu son amour pour l'art à travers ses yeux à elle, il ne se ferme à aucune option si cela finit par alléger son cœur, si son amitié avec Nayoung ne devrait durer qu'une nuit, il préfère envers et contre tout s’attarder à profiter de l'instant, se permettre de rêver en plein milieu du coin de cette rue qu'ils ont investie, qui est maintenant leur sans la moindre possibilité d’en faire autrement. « Merci d'avoir fait ça avec moi»

(c) SIAL ; icons – GIZNIEE


Jung Nayoung
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t7778-nayoung-skysplits#235488
Jung Nayoung
underneath it all, we're just savages
UNE P'TITE PHOTO ? :   ⤳  blinding lights - nayoung LfjpKn1r_o
AVATAR :   ⤳  kang seulgi \ red velvet.
POINTS :   ⤳  547
MESSAGES :   ⤳  1640
NOUS A REJOINT LE :   ⤳  21/10/2019
blinding lights - nayoung Empty
(#) Sujet: Re: blinding lights - nayoung   blinding lights - nayoung EmptyDim 29 Déc - 12:28




blinding lights // ft @lee hyun jae

la joie dévorait peu à peu son âme engourdie par la mélancolie. ici, sous la voute céleste, la lune les observant de sa lumière scintillante, elle avait la douce impression de se sentir mieux, comme portée par un élan bienfaiteur, qui un instant, lui faisait oublier ses tracas tumultueux de la vie quotidienne. elle était bien comme ça, en compagnie consolatrice, et les aveux du garçon l’encourageaient encore davantage dans son envie d’apprendre à le connaître. « dans ce cas-là, ouais, pense un peu à moi quand même. » contemplations d’une gamine bêtement heureuse, satisfaction nécessaire à sa joie éphémère, elle se réjouissait tendrement, sublimée par la magie de l’audace. « je sais. mais changer parce qu’ils le veulent ça revient à leur donner raison. et ils ont pas raison hyunjae. t’es bien comme tu es déjà en plus. » note positive d’une jeune femme qui parlait comme elle pensait, un peu imparfaitement, un soupçon bienveillant, mais sans le goût de l’inachevé. pas de mensonges, encore moins de non-dits, elle préférait toujours la franchise, son honnêteté prônant de façon constante sur le reste. il lui faisait penser à elle. du moins, une ancienne version de ce qu’elle avait été, fillette anxieuse, perpétuellement envahie par un sentiment d’appréhension, qui n’arrivait, qui ne pouvait se cantonner à la société dans laquelle elle vivait. dans laquelle ils vivaient tous. alors les conseils sortaient comme ils pouvaient, jeunesse dévorée par un empire construit de toutes pièces, qui n’aimait pas la différence. pourtant, il avait encore le choix. le choix d’être, de devenir ce qu’il voulait réellement.

barba. oui. la novice se retînt de rire gaiement, s’esclaffer pour sa bêtise, rigoler pour ses défauts de mémoire, qui, elle ne s’hasardait pas à se l’avouer, la rendait probablement plus attachante encore. pas envie d’éblouir d’intelligence son compagnon de minuit ce soir, nayoung le laisserait lui apprendre le noms de ses artistes favoris, s’il avait envie de la rencontrer, une nouvelle fois. « on verra au prochain rendez-vous. » nayoung jouait hasardeusement avec les mots, la sûreté de ses paroles se reflétant sur son visage parsemé d’une malice passagère. est-ce qu’il y aurait une prochaine fois ? elle prenait gentiment le pari. et s’il tombait amoureux d’elle, nayoung ne se blâmerait pas, ni elle, ni ses charmes exotiques, car au fond, probablement qu’elle le souhait, faire bonne impression. « posséder quelqu’un ? on ne possède pas quelqu’un. je pense que le concept de l’âme sœur se construit au fil d’une relation. y’a pas besoin que ce soit parfait… » et puis, s’il tombait amoureux de la jolie demoiselle, que se passerait-il ?

il la captivait presque autant qu’il l'intéressait. et nayoung s’attachait lentement à lui, au fil des minutes qui défilaient sous leurs yeux, de leurs conversations animées par téléphone, de leur dessin monumental sur ce mur innocent. et ce qui était dorénavant certain, c’est qu’elle ne pourrait définitivement pas oublier cette soirée réconfortante, constellé de découvertes, emplie d’une allégresse tendre, insoupçonnée.

« j’avais envie de faire quelque chose que j’avais jamais fait avant. » et aussi le voir lui, en chair et en os. elle déposa ses iris inspectrices sur les bonbonnes déposées au sol, puis sur leur fresque originale. les empreintes de leur passage étaient désormais scellées, preuve qu’ensemble, ils avaient pu faire quelque chose de beau, d’atypique. les couleurs vives se mélangeant aux tons sombres, l’abstrait dévorant presque le concret. tableau inimitable de deux âmes innovantes, extravagance de quelques heures pour une œuvre qui gouvernerait quelques mois, quelques années. alors, son téléphone immortalisait leur moment de complicité, diapositives indélébiles du temps passé avec lui. et nayoung, dernier sourire sur ses lippes rosées, s’en alla joyeusement s’asseoir contre la paroi qui faisait face à leur production extraordinaire. « viens ici, faut que je te montre quelque chose. » vivement, la fille de busan esquissa un geste l’invitant à la rejoindre. pour encore quelques minutes de plus, volées à la soirée qu’elle souhaitait conclure en beauté.

(c) SIAL ; icons – GIZNIEE




many miles from where i'm sleeping you share laughter in the evening as do i, in the great divine

·  .  ✷  ⋆
Lee Hyun Jae
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t6970-lee-hyun-jae-djae-djae#209438
Lee Hyun Jae
student • I STUDY MADNESS
UNE P'TITE PHOTO ? :   ⤳  blinding lights - nayoung 20040911353358863
AVATAR :   ⤳  jb (got7)
POINTS :   ⤳  201
MESSAGES :   ⤳  1123
NOUS A REJOINT LE :   ⤳  01/05/2019
blinding lights - nayoung Empty
(#) Sujet: Re: blinding lights - nayoung   blinding lights - nayoung EmptySam 4 Jan - 2:27




blinding lights // ft @jung nayoung

« je sais. mais changer parce qu’ils le veulent ça revient à leur donner raison. et ils ont pas raison hyunjae. t’es bien comme tu es déjà en plus. » C'est la première fois qu'il aborde le sujet aussi calmement, avec autant de sérieux. Il se braquait, il s'emportait, il criait, il pleurait, mais jamais il alignait autant de mots sans avoir une sortie de secours à proximité, sans avoir des dizaines de trucs inutiles en aparté qu'il prétexterait être les choses les plus importantes au monde à dire à la place. Il a passé toute sa vie à essayer de séparer cette partie de lui mais c'est comme si elle avait tout empoisonné. Il pense faire ce qui est le mieux pour tout le monde Hyunjae, et puis quand il se regarde, il a tellement de colère. Pas seulement de la colère mais de la rage. Et ça lui fait peur.

Elle lui arrache un sourire, la nostalgie au bord des lèvres et l’impression qu’elle gratte ce que lui-même a craint pendant des années. Il n’est pas pour le moins convaincu de faire les choses bien, il sait qu’il joue contre les règles, qu’il est le mauvais dans l’histoire, qu’il se complaît dans ses tares et ses erreurs. Qu'il en paye le prix. Mais il y voit une distinction Hyunjae il ressent les choses autrement d'ailleurs il se demande très peu ce qui autorise ses aléas, ce qui justifie ses écarts, il ne se penche pas là-dessus parce qu’il sait que dès qu’il ira là, ce sera l’envie de tout annihiler qui prendra le dessus. Qu’il aura envie de chasser ses doutes et ses démons, qu’il trouvera comment se défouler si l’amour et la haine et la rage et l’égoïsme dont il fait preuve ne valent plus la peine. Alors il attend Hyunjae, il laisse Nayoung parler, il l’observe, la détaille, l’admire un peu plus. Il aime se voir dans ses pupilles brillantes, il raffole de se découvrir dans les sourires qu’il lui provoque, son innocence et sa candeur qu’il apprécie plus que jamais, surtout maintenant. Et la chaleur qu’elle dégage alors que la froideur des environs glace leurs joues à foison. « Tu crois à l'âme sœur toi ? » qu’il s’étonne de demander, de longues minutes plus tard, la tête tournée vers Nayoung et le cœur un peu plus entrouvert. Il demande, parce que l’amour pouvait être simple, parce que la passion pouvait être douce, parce qu’il l’avait vécu au tout début Hyunjae, une seule et unique fois, et qu’il s’accrochait à ça plus que de raisons depuis. C’était simple, avant. C’était doux, avant. Ça le serait peut-être un jour, un autre. « J'ai l'impression que l'amour c'est un concept super sombre et que personne n'en parle jamais » Et c’est ça, son drame. De ne jamais avoir pu justifier pourquoi il n'était jamais retombé amoureux depuis. À chaque regard, à chaque sourire, à chaque nouvelle rencontre. Pourquoi il n’est pas moins détaché avec le temps, pourquoi avoir réussi à tourner la page et ne garder que les beaux souvenirs l'avait enfoncé dans une solitude sans fin. La plus belle victoire de sa vie reste son plus grand échec.

« C'est comme si c'était la première fois pour moi aussi » Ses yeux attrapent les siens, il y a un moment où personne ne dit rien, il se laisser aller Hyunjae, il est ailleurs. « J'arrive» qu'il répond d'abord, la pointe curieuse dans sa voix, il aurait presque oublié si ça n'était pas venu d'elle et puis l'impression d'avoir vu quelque chose, dans son regard, une poignée de minutes plus tôt le faisait presque trembler. Ce n'était pas pour rien qu'il avait tenu ses iris en joue pendant quelques secondes, qu'il le faisait encore. Hyunjae qui avait l'habitude d'essayer de lire à travers les gens, Hyunjae qui maintenant évite de le faire pour s'être trop fait mal à travers. Il ne sait pas ce qu'il voit en elle mais il l'a vu, et ça l'intrigue. « Ta fameuse liste ? » son sourcil se hausse de malice, il mime presque l'air taquin qu'elle a, et elle est différente Nayoung, il ne se l'était pas assez dit. Il ne lui dit pas comment elle rayonne son quotidien quand elle lui écrit, il ne lui dit pas à quel point elle l'intrigue quand elle s'emballe, quand elle est curieuse, quand elle rêve à voix haute. Il est bien loin de le faire avec des idées derrière la tête, il est bien loin de vouloir le lui dire pour lancer un flirt éphémère qui ne vaudrait pas la relation qu'ils entretiennent tous les deux, la simplicité qu'ils ont su trouver dans une relation sans ambiguïté. Et sa tête que Hyunjae secoue, ses idées qu'il rattrape, son retour à eux deux et à ce coin de rue qu'ils ont investis.

(c) SIAL ; icons – GIZNIEE


Jung Nayoung
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t7778-nayoung-skysplits#235488
Jung Nayoung
underneath it all, we're just savages
UNE P'TITE PHOTO ? :   ⤳  blinding lights - nayoung LfjpKn1r_o
AVATAR :   ⤳  kang seulgi \ red velvet.
POINTS :   ⤳  547
MESSAGES :   ⤳  1640
NOUS A REJOINT LE :   ⤳  21/10/2019
blinding lights - nayoung Empty
(#) Sujet: Re: blinding lights - nayoung   blinding lights - nayoung EmptyDim 12 Jan - 22:58




blinding lights // ft @lee hyun jae

« c'est grand comme concept l'âme sœur. je sais pas trop... mais je pense quand même que je finirai avec quelqu'un. j'ai pas vraiment envie d'être seule indéfiniment. » un once de candeur pour parsemer le début de nuit nébuleux. unique crédulité qu'elle s'encourageait vivement à accepter. « après, la compatibilité parfaite avec une autre personne, tout ce bordel, j'y crois pas du tout. tu peux pas construire quelque chose de tout beau, tout rose avec un garçon ou une fille. c'est, pas possible. » dédaignant presque l'idéal, la possibilité d'une relation saine et irréprochable, la jeune femme faisait preuve d'une  lucidité et d'une vigilance étonnante. pensées bien matures pour une demoiselle qui prônait toujours la rigolade sur le sérieux. inutile de se leurrer, tout n'était pas comme elle l'entendait depuis qu'elle était petite. sage conscience d'une réalité plus brumeuse. en quelques mots, elle avait détruit l’adolescente, et sa conception de l'amour, l'insouciance. façonée par la réalité, elle ne changerait pas d'opinion. « je pense que ça peut avoir une part d'ombre oui. » si jusqu'ici, les relations amoureuses de nayoung s'étaient terminées positivement, elle en déduisait que le scénario n'était pas le même du côté de son compagnon de soirée. déceptions sentimentales faisaient peut-être partie de son histoire personnelle. oui, l'amour revêtait milles couleurs, et lui, amoureux des palettes, savait mieux que quiconque les innombrables nuances qui existaient. clarté, noirceur, l'amour était un parfait imparfait.

égayer la discussion devenait source de ses priorités, elle qui ne demandait qu'à couronner leur moment d'un voile plus heureux. le front haut, baignée de la lumière de la lune divine, la belle l'appelait à venir la rejoindre. elle prenait goût à la présence du garçon, peu lui importait finalement ses propres démons, seule la fin de leur entrevue originale l'obsédait. et hyunjae, il avait deviné. sa surprise tombait presque à l'eau, mais le sourire de la jeune femme lui, ne se noyait nullement. « je te l'avais promis non ? de refaire toute ta culture musicale ! parce que c'est pas brillant tout ça hein. j'ai failli tourner de l’œil quand tu m'as dit que tu connaissais pas queen. » son exagération paraissait justifiée, nayoung semblait ne pas avoir encore accepté le fait qu'il n'ait jamais entendu parlé des groupes ou chanteurs les plus symboliques. et ses mains savaient à quel point la gamine-soleil avait travaillé dur, écrit des heures entières sur son vieux bureau de fac, pour permettre au garçon de s'ouvrir à de nouveaux horizons, d'entrer dans son monde fabuleux à elle, cette merveille qu'était la musique.

la liste serait bientôt à lui. « mais pour l'instant, je vais te faire écouter quelque chose. » momentanément, lorsqu'il eut approché, ses doigts pianotèrent docilement son propre téléphone et elle laissa la magie opérer. les premières notes débutaient hâtivement, les sons de guitare accompagnant désormais les partenaires de minuit. « another brick in the wall. pink floyd. fucking masterpiece. » anglais prônant sur la langue natale, injure envolée par le rythme, nayoung s'abandonna les bras ouverts dans une once d'adrénaline passagère, euphorie mélodieuse, tornade déchaînée qui levait ses mains vers la voûte céleste, dans les airs, et parfois, les frappaient fougueusement entre elles. « je suis vraiment née dans la mauvaise époque. » rêveries discontinues d'une phase révolue, pourtant gravée à jamais. et la fille de busan dansait librement, tiraillée entre l'idée de passer à un autre morceau qu'elle souhaitait lui faire découvrir, tout aussi mythique, ou de laisser la chanson s'écouler comme elle avait si bien commencé, en beauté.

(c) SIAL ; icons – GIZNIEE




many miles from where i'm sleeping you share laughter in the evening as do i, in the great divine

·  .  ✷  ⋆
Lee Hyun Jae
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t6970-lee-hyun-jae-djae-djae#209438
Lee Hyun Jae
student • I STUDY MADNESS
UNE P'TITE PHOTO ? :   ⤳  blinding lights - nayoung 20040911353358863
AVATAR :   ⤳  jb (got7)
POINTS :   ⤳  201
MESSAGES :   ⤳  1123
NOUS A REJOINT LE :   ⤳  01/05/2019
blinding lights - nayoung Empty
(#) Sujet: Re: blinding lights - nayoung   blinding lights - nayoung EmptyMer 29 Jan - 3:14




blinding lights // ft @jung nayoung

Son visage s'illumine, dès que les premières notes de guitare prennent, dès que la rue entière se tait pour se rapprocher de l’espace de fortune où ils ont posté le duo ce soir, où la voix de l’un murmure les notes de l'autre, il y a un soupir qui part, un sourire aussi. Et son attention qu'il tourne vers le téléphone. C’est la trame sonore à l’atelier d’aussi loin qu'il se souvienne. Ce sont leurs guitares et leurs paroles qui jouent en boucle, qui créent l’ambiance, qui calment aussi, le confort à la clé. Ce sont ses référents, ceux qui commencent sa journée, qui la terminent doucement. Nayoung qui partage ce petit éclat de sa soirée en s’en amusant doucement, ses sourires attendris qui rebondissent sur ses exclamations enfantines. Il a les yeux qui brillent et il le souligne, sa voix à son oreille et son regard sur elle. « Et moi au mauvais endroit»  son visage se tourne vers elle, il hausse ses deux mains avec un sérieux trop forcé pour l’être avant qu’un énième sourire se perde au fil des notes qui s’entament.  Les autres et leur monde, il n'en a rien à faire Hyunjae. Il aime leur bulle à eux. Il aime l'aisance avec laquelle ils sont, il aime les mots qu'ils ne retiennent pas, ni l'un ni l'autre.

Et il s'arrête de penser, il oublie tout, un temps.

Hyunjae qui laisse la musique faire le reste, Hyunjae qui lève plus la tête, Hyunjae qui entre dans la mélodie. Celle qui est entraînante, celle qui lui rappelle ses meilleurs souvenirs, celle qui adoucit un Noël sans neige, celle qui semble être tout ce dont il a besoin. À ses côtés, Nayoung est là, Nayoung qui danse, qui apprivoise les notes avec une aisance et une habitude déstabilisante. C'est comme s'il  n'a pas besoin de rien d'autre que de musique Hyunjae, il pourrait rester dehors toute la soirée, toute la nuit qu'il n'en demanderait pas plus.

Il y avait de ces gens avec qui tout était facile, tout était simple. Des visages familiers sans qu’on les connaisse d’une vie ou d’une autre. Un sourire qui rassure, alors qu’aucune parole n’a été prononcée. Une façon d’agir, des actions qui par leur douceur, leur justesse, soulagent tout de suite le cœur. Nayoung était vive, était présente, était toujours appréciée, jamais déplacée. C’était bien ce qui avait été un support innommable dans les pires moments. Sa simple présence faisait l’effet d’un baume, suffisait à chasser bien des maux d’une main apposée sur l’épaule, d’un regard entendu, d’une écoute impeccable. Et cette tranquillité, cette empathie, c’était probablement ce qu’il l’avait eu à petit feu. Mais on ne pouvait pas être aussi bon, on ne pouvait pas être aussi dénué de la moindre malice et survivre dans ce monde trop facilement. Elle ne forçait rien Nayoung, et pourtant elle arrivait toujours à avoir la parole juste, à tricoter un peu de douceur et de tendresse dans un monde où Hyunjae ne voyait que trop souvent le brutal, l'horrible, le douloureux. Pourtant il comprend, au fur et à mesure des notes de musiques qui s'évadent, que ces mélodies lui permettent d' imaginer un autre monde à sa manière, un univers où il était roi, où il était homme, où il était fou, où il était lui.  

« C'est quoi ton secret Nayoung? Tout le monde en a un.Moi je t'ai dis le mien » Il mentait. Il ne s'était pas encore livré totalement Hyunjae mais il ne se sentait pas capable d'aller plus loin. C'était bien trop difficile. Ça  l'était tellement qu'il en avait des frissons qui naissaient sur sa nuque, des battements irréguliers qui martelaient son cœur. Ses difficultés, sa mère, sa maman, c'était la plus belle histoire qu'il pouvait raconter, celle qu'il avait fantasmé des dizaines de fois et des centaines encore. C'était la plus triste aussi, où il était un raté, un pauvre paumé au cœur brisé et qui ne la méritait pas, jamais. C'était elle et son amour, et sa patience, elle qui voyait au-delà des erreurs par amour, par courage. C'étaient eux et malgré tout l'amour qu'il éprouvait pour ses deux nouveaux repères, il n'y en aurait pas une autre comme elle, jamais. Une seule vie. Une seule chance, une seule mère. « Dis moi quelque chose sur toi avant de partir »

(c) SIAL ; icons – GIZNIEE


Jung Nayoung
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t7778-nayoung-skysplits#235488
Jung Nayoung
underneath it all, we're just savages
UNE P'TITE PHOTO ? :   ⤳  blinding lights - nayoung LfjpKn1r_o
AVATAR :   ⤳  kang seulgi \ red velvet.
POINTS :   ⤳  547
MESSAGES :   ⤳  1640
NOUS A REJOINT LE :   ⤳  21/10/2019
blinding lights - nayoung Empty
(#) Sujet: Re: blinding lights - nayoung   blinding lights - nayoung EmptyMer 12 Fév - 0:04




blinding lights // ft @lee hyun jae

« oui, mais t'es là. c'est probablement le plus important maintenant. » c'était mieux pour lui. mieux pour elle. « nope. en réalité tu me l'a pas dit, j'ai dû le deviner toute seule, c'est pas la même chose. » vérité énoncée du bout de ses lèvres vermeilles, ambiance mutine froissant la tranquillité des lieux. « j'ai pas de secrets, je suis un livre ouvert. » elle mentait aussi nayoung. et si elle s'abstenait méticuleusement de parler de sa situation familiale hors du commun, c'est parce qu'elle était heurtée. chagrin qu'on lui avait affligé et qu'elle ne parvenait pas à oublier. nayoung ne voulait pas abîmer la soirée qu'ils avaient joliment construite ensemble ; consolation d'une demoiselle qui n'aspirait qu'une chose : annihiler ses tracas quotidiens, comme ils venaient de le faire, en concrétisant leurs échanges virtuels en un phénomène plus concret. oh oui. hyunjae, il avait réussi à la sortir de son amertume passagère. insignifiance d'une existence qui vacillait de façon permanente, coexistence troublante de deux personnalités : nayoung la bienheureuse, et nayoung la morose.

sa danse euphorique disparût aussitôt. et alors, elle laissa les dernières notes de musique se clôturer, le silence aimable de l'instant se réveillant à nouveau, comme s'il était inépuisable, finalement. cette dualité qui lui faisait un bien fou. et si sa vivacité était permanente, nayoung était de ces personnes qui néanmoins, appréciait suffisamment les interruptions momentanées lorsqu'elles se présentaient, le mutisme d'un espace, le néant, au moins quelques secondes. elle en profita pour agripper un regard aux étoiles, quelques constellations brillantes se matérialisant délicatement sur la voûte céleste, malgré l'empoisonnement constant des lumières artificielles de la capitale coréenne. et la tumultueuse revenait à elle, échos distrayants de la demande du garçon chatouillant son ouïe, requête qu'elle s’évertuerait à soigneusement détourner, discours prémédité dans son esprit songeur. « quelque chose sur moi... je peux te dire que j'ai bien aimé faire des graffitis. et évidemment, si on se fait coincer par les flics pour avoir abîmé les beaux murs de l’hôpital, je nierai tout en bloc sur mon implication. » une façon de lui dire merci, à sa manière. menace pimentée d'une ribambelle de coups d’œil dérobés en sa direction, et aussi, vers leur œuvre glorieuse. triomphe nocturne des deux individus. « je trouve qu'on forme un bon duo. » peut-être qu'on va bien ensemble, aussi, mais ça, je le garde pour moi. pour l'instant. ses paroles transpirant l'honnêteté s'accentuèrent d'une risette à faire pâlir l'astre de la nuit, affirmation de ce qu'elle éprouvait momentanément, sincérité que nayoung n'avait pu garder pour elle, fière bravoure d'une demoiselle qui ne savait pas (peu) mentir.

« prends soin de toi hyunjae. fais pas trop de conneries. ça serait con que tu sois tout défiguré la prochaine fois que tu m'inviteras. » et elle se délectait de la tendre perspective qu'elle laissait planer dans l'air givré, doux réconfort pour clôturer leur moment. on aurait presque pu déceler sur son visage un clin d’œil adressé à l'égard du voleur de ses étroites pensées, espièglerie qu'elle arborait mieux que quiconque. et en ultime manifestation, sa silhouette pétillante se rapprocha de son voisin, promiscuité augmentée ; témoignage de sa toute dernière envie pour la soirée, celle de lui faire plaisir. nayoung lia sa main à celle de son partenaire de minuit, y déposant la promesse qu'elle lui avait faite auparavant. la liste de ses chansons favorites, comme partie plus personnelle dévoilée à son attention, gamine émerveillée bien trop convaincue qu'il aimerait, qu'il adorerait ce qu'elle lui avait réservé. univers musical coloré que la belle lui offrait désormais, trace indélébile de sa naissante affection et geste final de leur première entrevue.

(c) SIAL ; icons – GIZNIEE




many miles from where i'm sleeping you share laughter in the evening as do i, in the great divine

·  .  ✷  ⋆
Contenu sponsorisé
blinding lights - nayoung Empty
(#) Sujet: Re: blinding lights - nayoung   blinding lights - nayoung Empty
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: old memories :: Oubliettes, Never Forget :: RPs terminés
Sauter vers: