▲ up▼ down
12345
reconstruire sur les ruines ((sooja))



 

regarde comme elle est jolie
la roulette fleurie ⌒゚(❀>◞౪◟<)゚⌒

TOUJOURS SUR HM ! les défis et le mois à thème ont été renouvelés ! reconstruire sur les ruines ((sooja)) 359353108

OBLIGATOIRE ( #`⌂´)/┌┛
le Recensement de 2020 !

tu peux maintenant te promener dans le jardin aux fleurs
et on te propose un petit jeu tranquilou : qui est le plus ? d'HM (/^▽^)/

les MEMBRES EN DANGER, vérifie que t'es pas sur le Death Note de Hm ! (||゚Д゚)
❥ Namaste

hundred miles c'est un forum réel asiatique city/universitaire basé à Séouldeux réponses par mois minimum — Avatars occidentaux bienvenus ! — Taille des avatars 200*320 ou 400*640Une semaine pour finir sa présentation — Pas de prise de tête, rien que du love. That's all folks ٩(^ᴗ^)۶
8 931 pts
ego
12 921 pts
shadow
8 247 pts
student
9 425 pts
citizen

regarde comme elle est jolie
la roulette fleurie ⌒゚(❀>◞౪◟<)゚⌒

TOUJOURS SUR HM ! les défis et le mois à thème ont été renouvelés ! reconstruire sur les ruines ((sooja)) 359353108

OBLIGATOIRE ( #`⌂´)/┌┛
le Recensement de 2020 !

tu peux maintenant te promener dans le jardin aux fleurs
et on te propose un petit jeu tranquilou : qui est le plus ? d'HM (/^▽^)/

les MEMBRES EN DANGER, vérifie que t'es pas sur le Death Note de Hm ! (||゚Д゚)
-39%
Le deal à ne pas rater :
Promo sur le Casque sans fil Sony WH-1000XM3
229.99 € 379 €
Voir le deal

 :: seoul national university :: Locaux de la SNU
Partagez

 reconstruire sur les ruines ((sooja))


Han Soo Yun
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t4728-h-a-n-s-o-o-y-u-n-hquinn
Han Soo Yun
STAFF ✺
MISS NOËL 2016
satan's admin
UNE P'TITE PHOTO ? :   ⤳  reconstruire sur les ruines ((sooja)) A939ea5a28db8b836d7281a7574a342b856f483a
AVATAR :   ⤳  Park Hyo Min
POINTS :   ⤳  580
MESSAGES :   ⤳  12996
NOUS A REJOINT LE :   ⤳  25/07/2016
reconstruire sur les ruines ((sooja)) Empty
(#) Sujet: reconstruire sur les ruines ((sooja))   reconstruire sur les ruines ((sooja)) EmptyLun 14 Oct - 11:42
There's nothing you could do or say I can’t escape the way, I love youlune couchée, matin doux-amer. le cœur en alerte ,, sooyun n'a pas l'habitude. de ressentir tant de chose ; en proie plus régulièrement à la panique. petite culpabilité sur le bout des doigts, elle avance dans la ville l'organe en vrac. (oh) ce n'est pas la première fois qu'elle le revoit et la présidente chérit chaque instant où il entre dans son champs de vision -- où elle peut lui parler, lui toucher le bras.
juste pour s'assurer qu'il est là.
qu'il va bien.
qu'il n'a plus rien à craindre, désormais.
elle ne regrette pas. qu'il soit prêt à revenir (enfin !) mais la peur lui enlace les tripes et elle ne sait pas encore comment se démerder, quelles réactions elle peut se permettre et celles qu'elle ne peut réaliser. alors elle ferme les yeux et soupire. elle n'est pas étrangère aux secrets, gamine damnée qui n'a cessé de dissimuler. elle doute pourtant de sa capacité à garder sous silence, le poids qui la ronge et lui tord l'estomac à chaque minute qui avance. finit finalement par se convaincre qu'elle n'a pas le choix ; qu'il a déjà subit un traumatisme assez grave pour les années à venir. alors elle se promet
(en fais le serment, sur sa vie les enfants)
qu'elle enfermera ces maux dans la tombe, ne serait-ce que pour le voir heureux.

et qu'elle ne lui fera découvrir que la beauté du monde. voyez l'ironie de la situation, elle souhaite lui offrir tout ce qu'elle ne parvient pas à saisir. ses pas se pressent, ignore son ventre qui s'emmêle. l'âme qui s'excite, l'esprit qui s'agite ; au final, plus elle s'approche, plus elle oublie.
au diable les soucis, elle n'a que faire des problèmes -- restera l'aveugle tant qu'ils resteront enterré sous terre. elle se murmure délicatement cet engagement à mesure que la maison se dessine sous ses yeux, et plus cette dernière est proche (plus soo ralentit). anciennement antre du diable, elle refuse de croiser les monstres de son passé, bien qu'ils ne soient que chimères de l'univers créé pour elle.

elle s'adosse à un mur -- prenant soin de ne pas abîmer ses vêtements et sort son téléphone pour prévenir son pluton à elle. je t'attends au bout de la rue. tu viens ? moment convenu. c'est la première idée venue ; être celle qui le ramènerait à l'université. quand elle a su, elle sait tout de suite vue à ses côtés, afin de l'accompagner, désireuse de marquer son esprit. elle s'imagine graveur et tatouera dans leurs êtres, le souvenir d'une étape surmonté à deux. frère et sœur, à nouveau reliés. elle craint tant de le perdre à nouveau qu'elle sera là pour colorer la queue du paon de leur existence. que les couleurs et les rires bercent sa vie.  

perdue dans ses pensées, elle revient sur terre lorsqu'elle l'entends s'approcher et soo yun se précipite, se cache et fini par réapparaître derrière son dos. paumes qui se glissent contre ses yeux, lui prive de la vue, elle s'approche et chuchote à son oreille.
« j'ai une surprise, garde les yeux fermés. » assurée qu'il écoutera, ses lèvres s'étirent dans un sourire amusé puis elle se mouve jusqu'à être face à lui, elle a beau être plus vieille que lui, c'est bien lui le plus grand des deux -- la danseuse lève les yeux. « 1, 2... 3, tadaaaaaaam ! »
prenant la pause, elle passait ses doigts sur sa frange, montrant le changement. bien qu'amnésique, elle l'avait vu plusieurs fois avant le changement et toutes les photos qu'elle possédait ne contenait pas ce point. « c'est pour fêter ton renouveau petit frère. » ce nouveau jour, ce nouveau départ. pour lui, pour elle (pour eux).
ne plus penser à cette période sombre.


stellaris



Spoiler:
 


merci de me tag pour tous msg où vous vous adressez à moi reconstruire sur les ruines ((sooja)) 3612205300 je n'ai activé les notifications qu'avec !






MA SARAH DE MA VIE a écrit:
JE SUIS DANS TA VIE, JE SUIS DANS TES DRAPS

MON JANOUILLE a écrit:
ON A TOUS LES DROITS
SURTOUT CELUI D'AIMER SY

Han I. Ja
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t103-han-ja-hajansky
Han I. Ja
STAFF ✺ ‹ MOTHERFUCKING STARBOY - WOMANIZER IN THE STREETS
UNE P'TITE PHOTO ? :   ⤳  reconstruire sur les ruines ((sooja)) 7363c5631930d853abadab511e698fbd
AVATAR :   ⤳  bbh ♡
POINTS :   ⤳  507
MESSAGES :   ⤳  26942
NOUS A REJOINT LE :   ⤳  21/07/2016
AGE :   ⤳  25
reconstruire sur les ruines ((sooja)) Empty
(#) Sujet: Re: reconstruire sur les ruines ((sooja))   reconstruire sur les ruines ((sooja)) EmptyJeu 31 Oct - 21:27

jusqu'à l'université
ft. han soo yun
j'aimerai que tu cèdes à mes propositions, éloignons-nous d'ici ; prends ça comme une mission, devenons invisibles. je lui ai dit "à tout à l'heure", elle a pris ça comme un missile.

ic: pinterest.


outfit

Les jours se sont succédé, ont compté des malaises et des fièvres intenses en filigrane de rictus trop faux ; prétendre être heureux, prétendre ne pas être un insomniaque laissé seul à la nuit tombée, indolent de ses propres cauchemars. Quand on demande à issun le fond de sa pensée, il répond qu'il l'aime, cette vie, les joues dévorées par un sourire gorgé de spectres moqueurs. Les coutures de sa bouche doivent lutter pour ne pas se défaire, sutures-blessures qu'il faut à tout prix arborer avec aplomb, comme un enfant enhardi de bien faire, pressé de piétiner la fleur de ses maux indigestes. Petit prince solitaire passe trop de temps sur sa planète aux innombrables cratères, la lueur vacillante d'un autre lui saccageant l'empyrée de ses yeux d'or. les interrogations se bousculent dans sa caboche comme des atomes impérieux, et ja souffre du maléfice de son bourreau – ombre inquiétante, inconnue, qui plane sur les remparts de ses rêves enfantins. sa sœur et ses vieux amis lui tendent la main, croient pouvoir approcher le pérégrin qui tangue entre deux réalités évanescentes — alors il fuit, peter pan cabossé, joue à un, deux, trois, soleil avec son ombre mouchetée d'étoiles, et sème les petits cailloux blancs qu'on essaie de disséminer pour lui, à la recherche d'un horizon salvateur. un horizon qu'il souhaiterait décocher du bout de ses doigts bandés, comme avec les comètes porteuses de vœux miraculeux.

Mais aujourd'hui encore, ses mains le brûlent de stigmates assourdissants. autour de lui, les minutes s'égrènent comme de futiles corpuscules sablonneux, emprisonnés dans la pendule du temps ; et ça semble si long, si infime, alors que le cadet Han s'applique à changer les pansements de ses avant-bras, coincé entre l'appréhension et l'excitation de la voir. car en ce jour empreint d'astres invisibles, elle vient pour lui, Soo Yun, seule petite étoile parvenant à diffuser sa lumière intrigante. Elle insiste, envoie des messages hebdomadaires — il ne répond pas toujours, laisse souvent ses yeux miroiter pensivement avant d'enjamber des distances sans se retourner, sans lui dire que si, il a tout lu. Ce cocktail de culpabilité et de chaleur humaine lui paraît être si incertain qu'il hésite, se persuade qu'il ne saura jamais comment se comporter correctement, et qu'il finira par la décevoir d'avoir oublié. Mais... mais il y a l'impression idyllique de l'avoir connue à travers les âges, de pouvoir goûter la saveur fraternelle de ses mots virtuels, comme des semblants de pastilles inchangées sur sa langue. oui, le voilà, son remède-douceur qu'il a longtemps banni par simple peur ; tu peux pas lui faire du mal, tu peux pas lui montrer ça.
ça quoi ? — ça toi.

14:36.
afin d'échapper aux pensées-métastases, retourner à l'université s'avère être primordial, pour han ja. non seulement se sait-il être un président responsable, mais s'ajoute à ça le besoin extatique d'étudier et d'enfin se montrer au reste du monde. car au fond, ses absences, c'est du sentiment. c'est la peur juvénile de blesser ses proches et d'anéantir le cœur de sa sœur ; cette sœur auréolée d'un nimbe infiniment plus éclatant que ceux des vrais anges, à la manière d'une fée marraine qui veillerait spontanément sur lui. avec la bonté d'un être aimé, c'est elle qui l'accompagne, et, nappé de ses fidèles écailles courageuses, petit frère perdu se promet de tout faire pour rehausser les lèvres d'une grande sœur abîmée.
c'est ça.
c'est ce qui résonne en contrebas de son être.

14:58.
une fois prêt, ses larges épaules voilées d'un long t-shirt blanc et son jogging sur la taille, le han se fait comète empressée et sort de chez lui d'un pas décidé, conscient que la chair de sa chair ne gravite jamais bien loin de lui. il se le remémore une fois de plus lorsqu'elle lui envoie un message pour le prévenir, ses commissures se rehaussant candidement à cette simple attention ; bien sûr, qu'il vient.

et lorsqu'on croit avoir égaré la toile d'un illustre peintre disparu, deux artistes intemporels se rejoignent pour la redessiner, dans des cacophonies de rires en aquarelle et de mélancolie fraternelle. c'est elle, et son cœur d'enfant touche les étoiles. soo... soo yun-ah. il ne peut qu'articuler son prénom d'un air ébahi, les ténèbres s'abattant sur son monde tandis que son sang jumeau le protège, le protège des faux-semblants, le protège un court instant du mal et du froid. une lueur vermeille fait saigner son palpitant — c'est chaud et étonnamment doux, cette étreinte et cette présence quelque peu rassurante... il se rappelle, maintenant. ja se rappelle mais il garde les yeux clos, curieux de connaître les intentions de sa sœur aussi espiègle que lui. il croit avoir oublié cette sensation désagréable qui lui compressait le thorax, et s'autorise à penser qu'il ne la déçoit pas, qu'il ne la fera plus pleurer, désormais. qu'est-ce que tu m'as ramené, dis ? un vaisseau spatial ? du poulet frit pour me motiver à faire le trajet ? avoue, c'est au moins un des deux ! un éclat de rire lui échappe, franchit ses lippes avec sincérité. à moins... à moins que ce ne soit to— pas le temps d'ouvrir son cœur meurtri, car c'est sa frimousse adorable qui se dessine sous ses yeux inéluctablement baissés. jolie soo yun aux mèches décolorées. parce qu'elle est aussi petite que mignonne, avec sa frange caramel qui lui retombe subtilement sur le front, coiffée d'un volume tendre et plus qu'harmonieux. quel ange gardien lui a fait cadeau d'une sœur aussi belle ? soo yun-ah, ça te va si bien ! han ja s'enlise dans ses sourires francs et coupables d'une trop grande surprise, animé par le renouveau qu'elle lui offre. elle a édulcoré la situation d'un geste si simple, porteur d'une légèreté qui le ravit. en une pichenette agaçante sur le front, il lui inflige le moindre mal pour passer une main affectueuse juste derrière, de quoi lisser sa belle frange de sa paume spontanément protectrice. ça me fait très plaisir de te voir comme ça, je suis honoré. ça te donne un air très doux, tu sais ? hm... oui. fais-moi plaisir, porte-la très longtemps pour moi ! ses traits se pâment d'un rictus-soleil tandis qu'il se meut dans une certaine désinvolture, tournant le dos à la belle pour faire face au chemin. leur chemin. alors, tu viens ? on a un renouveau à fêter, toi et moi. et juste comme ça, il tend une main hésitante vers sa sœur aînée, certain qu'il ne saura plus comment la lâcher une fois leurs paumes entrelacées.

HERESY.


@han soo yun

Spoiler:
 


le pauvre clown comique, c'était moi pour de vrai

@Han Soo Yun a écrit:
J'savais qu'on allait la sortir et j'aurais du parier sur toi, le roi des vannes pourries. reconstruire sur les ruines ((sooja)) 769454579

cadeau de Caro-ange je suis en larmes:
 

cadeau de ma plus belle Coline:
 
Han Soo Yun
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t4728-h-a-n-s-o-o-y-u-n-hquinn
Han Soo Yun
STAFF ✺
MISS NOËL 2016
satan's admin
UNE P'TITE PHOTO ? :   ⤳  reconstruire sur les ruines ((sooja)) A939ea5a28db8b836d7281a7574a342b856f483a
AVATAR :   ⤳  Park Hyo Min
POINTS :   ⤳  580
MESSAGES :   ⤳  12996
NOUS A REJOINT LE :   ⤳  25/07/2016
reconstruire sur les ruines ((sooja)) Empty
(#) Sujet: Re: reconstruire sur les ruines ((sooja))   reconstruire sur les ruines ((sooja)) EmptyMar 3 Mar - 0:00
∷reconstruire sur les ruines!


outfit l'attente est si longue ! elle sent son cœur qui se meurt. qui s'impatiente sous les rayons solaires, les éternels. peur vorace qu'il ne vienne pas, les doutes l'accablent tandis qu'elle se demande, pleine de méfiance ; viendra-t-il ce matin ?
le courage est une charge éphémère. un sentiment qu'on ne contrôle pas vraiment : qu'on oublie bien souvent. qui guette, tapis dans les ténèbres, et surgit de temps à autre. vous savez, le courage est une émotion forte, qu'on ne peut ignorer réellement... mais qu'on ne met jamais bien longtemps à (détruire). alors en ce jour, il y a tant de questions en son âme ; et seule sa venue parviendra à faire taire cet interrogatoire obsolète.

un moment de trouble — à se demander ce qu'elle doit faire.
ô ! que personne ne se méprenne, soo yun sait parfaitement comment agir avec son cadet. elle n'ignore plus qu'elle ne peut que le noyer dans son amour-sauvage, mais se questionne tout de même sur sa façon d'être. c'est la première fois (la première fois !) qu'ils vont se voir; en dehors de l'hôpital. elle aimerait ne pas le mettre mal à l'aise. se comporter (comme ils l'ont toujours fait)// aimerait qu'il sache : que jamais rien ne change-changera pour les han. alors quand elle entends ses pas, quand elle regarde son allure qui se dessine au loin,,
ah, voyez comme elle se cache !

petit nuage, qui redoute la comète. elle se dissimule pour la blague, la petite surprise c'est vrai ; mais un instant durant, elle cache aussi ses larmes. celles qui sont toujours là ! celles qu'on ne voient pas. ces petites perles de sel qui hurlent à tue-tête ; bien fait pour toi ! la présidente inspire puis expire. elle respire l'air pur de son abri et réapparaît derrière l'être lunaire. ses mains qui le plonge dans le néant — ce chaos qui s'éloigne d'eux à mesure que le temps passe.
et le contact de ses paumes contre son visage possède des vertus féeriques qui lui réchauffent le cœur. elle en oublie la colère des mois durant (celle contre la vie ! jamais contre issun) et se laisse envahir par l'amour qu'éveille son petit frère. il n'y a pas plus libérateur, pas plus charmeur : cette impression de revivre, à l'instant précis où leurs épidermes se touchent.

alors soo yun se rappelle,
se souvient de cette étoile nommée ja.


elle se remémore la haine !
et sans l'ombre d'une minute l'annule par tout l'amour qu'il n'a cessé de lui donner. ils avaient tout pour se détester ; des parents déchirés, des histoires mal contées, des informations erronées et pourtant regardez comme ils brillent au milieu de la rue. c'est eux, c'est eux contre le monde entier,
aucune erreur ne parviendra à anéantir un tel lien.
elle le sait à présent, le ressent au plus profond de son âme.

et son sourire s'étire à la douce mélodie qui s'échappe de ses lèvres. la danseuse a toujours été amoureuse, des mots harmonieux du plus petit des deux. c'est le genre de son qu'on souhaite écouter sans interruption. son prénom n'a jamais été plus beau, que prononcé par le jeune han aux milles lueurs de l'univers.
(ce n'est pas la première fois) qu'ils se retrouvent comme ça. à pâques, il y a quelques années ! c'est lui qui venait la protéger du monde ; réclamait son sourire pour sortir de prison. et pourtant, sous les paumes aimantes, l'aînée n'a jamais eu la sensation d'être enfermée. elle voudrait transmettre à son tour : un amour similaire. qu'il ne pense pas un instant, être en danger, quand elle le couve de ses yeux bruns.

ses idées sont belles,
aussi merveilleuses que (lui) ! pour autant, rien de tout ça — rien de sublime. il n'y a qu'elle ! qu'elle et son être, elle toute entière. elle s'offre à son sang, dans la plus jolie des promesses. jure à la terre, au ciel,
à la galaxie,
à l'univers !
d'être entièrement, complètement, (soumise) à l'amour qu'elle lui porte. elle rigole, face à ces mots. rigole face à la vie. s'il le désire, soo yun lui offrira tout ce qu'il désire. et alors, elle se dévoile. qu'il voit le changement, le monde peut changer. il peut évoluer ou régresser; jamais ils ne seront séparés. elle accepte le compliment en rayonnent. ne le quitte des yeux, soulagée (heureuse) qu'il aime. son corps frisonne à sa main sur son front; elle sent les sentiments de leur lien qui parcourent sa personne. elle hoche de la tête et réponds à ses paroles; n'oubliez pas qu'elle jure à tous. « c'est parce que tu mérites toute la douceur du monde ja. » elle effleure son front de ses doigts et ne le quitte du regard. sur le coup elle se dit, elle se dit, qu'il n'est pas permis d'avoir un frère au fantastique que celui-ci. « je la porterais, aussi longtemps que tu l'aimeras, je te le promet. »
qu'il ne cesse jamais de l'aimer.

tourné vers l'avenir,,
il resplendit face au soleil.

les mots-miracles résonnent en son âme. c'est un coup de foudre entre frère et sœur. c'est un renouveau à célébrer, une vie nouvelle pour deux. elle voit la main, celle qui tremble et la compare à ses veines. qui pulsent et s'interrogent; elle pourrait la prendre et marcher avec lui jusqu'à l'université — pourtant.

elle se moque des mœurs !
qu'on les regarde, se foutre des conventions !

elle attrape sa main, dans une caresse de soie et la porte à ses lèvres. dans cet instant intemporel, elle embrasse ses jointures et continue de promettre. « je te fais la promesse d'être toujours là. » les yeux qui se ferment, elle mord sa lippes et empêche ses larmes ! elle n'a que trop pleuré ses mois derniers. « je ne serais jamais en colère. » contre lui, contre la situation. elle haïra probablement toutes les âmes, mais jamais la s i e n n e.

elle rouvre les yeux, sourit au plus jeune— et vient enlacer le cadet (sans lâcher cette main-remède). son front se pose sur son torse et elle se fiche d'être aussi intimement avec un homme ! sa main libre qui resserre son emprise; son souffle qui se pose sur son t-shirt. « tu seras toujours mon petit frère, j'espère que tu le sais ? » et puis, elle relève la tête, sur la pointe des pieds; elle dépose sa bouche sur sa joue dans un baiser léger qui retranscrit tout ce qui les relie. « et je serais toujours ta grande sœur. » tous pourraient s'y opposer ! rien n'y changerait.
« alors... »

elle s'éloigne à nouveau, face à lui. main dans la main (et soo yun ne veut plus le lâcher. « alors ne me quitte jamais ja. »
s'il l'oublie, qu'il se souvienne !
s'il souffre, qu'il la préviennent !

elle ne veut plus perdre personne;
//elle se rappelle de;
de son père.
de jin.
de ces demis.
de gayoung.
de sa mère.
elle est prête à n'aimer personne. à rester seule: et elle en était persuadée. mais sous l'amour de sohan, sous celui de ja, elle réalise ! qu'elle ne veut plus jamais souffrir d'un deuil. « c'est toi et moi, petit frère. toi et moi, contre le monde entier. »

c'est eux;
eux,
eux,,
e u x.

que les dieux en témoignent !
« je t'aime. »
elle est contente de le voir revenir,
s'avance avec lui vers l'avenir.




Spoiler:
 


merci de me tag pour tous msg où vous vous adressez à moi reconstruire sur les ruines ((sooja)) 3612205300 je n'ai activé les notifications qu'avec !






MA SARAH DE MA VIE a écrit:
JE SUIS DANS TA VIE, JE SUIS DANS TES DRAPS

MON JANOUILLE a écrit:
ON A TOUS LES DROITS
SURTOUT CELUI D'AIMER SY

Contenu sponsorisé
reconstruire sur les ruines ((sooja)) Empty
(#) Sujet: Re: reconstruire sur les ruines ((sooja))   reconstruire sur les ruines ((sooja)) Empty
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: seoul national university :: Locaux de la SNU
Sauter vers: