▲ up▼ down
12345
(+16) INSTABILITÉ COSMIQUE // SELF.



 

regarde comme elle est jolie
la roulette fleurie ⌒゚(❀>◞౪◟<)゚⌒

TOUJOURS SUR HM ! les défis et le mois à thème ont été renouvelés ! (+16) INSTABILITÉ COSMIQUE // SELF. 359353108

OBLIGATOIRE ( #`⌂´)/┌┛
le Recensement de 2020 !

tu peux maintenant te promener dans le jardin aux fleurs
et on te propose un petit jeu tranquilou : qui est le plus ? d'HM (/^▽^)/

les MEMBRES EN DANGER, vérifie que t'es pas sur le Death Note de Hm ! (||゚Д゚)
❥ Namaste

hundred miles c'est un forum réel asiatique city/universitaire basé à Séouldeux réponses par mois minimum — Avatars occidentaux bienvenus ! — Taille des avatars 200*320 ou 400*640Une semaine pour finir sa présentation — Pas de prise de tête, rien que du love. That's all folks ٩(^ᴗ^)۶
8 931 pts
ego
12 921 pts
shadow
8 247 pts
student
9 425 pts
citizen

regarde comme elle est jolie
la roulette fleurie ⌒゚(❀>◞౪◟<)゚⌒

TOUJOURS SUR HM ! les défis et le mois à thème ont été renouvelés ! (+16) INSTABILITÉ COSMIQUE // SELF. 359353108

OBLIGATOIRE ( #`⌂´)/┌┛
le Recensement de 2020 !

tu peux maintenant te promener dans le jardin aux fleurs
et on te propose un petit jeu tranquilou : qui est le plus ? d'HM (/^▽^)/

les MEMBRES EN DANGER, vérifie que t'es pas sur le Death Note de Hm ! (||゚Д゚)
-37%
Le deal à ne pas rater :
Promo sur la Trottinette électrique GoRide Pro – Larges roues ...
219.99 € 349.99 €
Voir le deal

 :: old memories :: Oubliettes, Never Forget :: RPs terminés
Partagez

 (+16) INSTABILITÉ COSMIQUE // SELF.


Han I. Ja
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t103-han-ja-hajansky
Han I. Ja
STAFF ✺ ‹ MOTHERFUCKING STARBOY - WOMANIZER IN THE STREETS
UNE P'TITE PHOTO ? :   ⤳  (+16) INSTABILITÉ COSMIQUE // SELF. 7363c5631930d853abadab511e698fbd
AVATAR :   ⤳  bbh ♡
POINTS :   ⤳  507
MESSAGES :   ⤳  26942
NOUS A REJOINT LE :   ⤳  21/07/2016
AGE :   ⤳  25
(+16) INSTABILITÉ COSMIQUE // SELF. Empty
(#) Sujet: (+16) INSTABILITÉ COSMIQUE // SELF.   (+16) INSTABILITÉ COSMIQUE // SELF. EmptyLun 24 Juin - 19:53
(+16) INSTABILITÉ COSMIQUE // SELF. Tumblr_inline_mnqu1iYaMw1qz4rgp
Issun, du haut de son gratte-ciel, voit les hommes s'animer. Il a l'air d'un Dieu, sous cet angle, qui jauge d'un regard scrutateur la plèbe fourmillante sous ses guiboles. Mais ce n'est pas vrai. Il n'y a pas de Dieu plus pur et miséricordieux que le cosmos, et il n'y a pas d'être plus petit et ignorant que lui, pourvu que l'Univers ne le déshérite jamais.
Être insignifiant ne fait pas de vous du rien. En somme, cela fait de vous... quelqu'un. Quelque chose, oui. Une nature condamnée à se rejeter elle-même pour aller au-delà de la réalité. Un frêle embryon du désordre harmonieux qu'est ce monde.
On existe parce qu'on est insignifiant, et on est insignifiant parce qu'on existe.

Il faut qu'il arrête de penser, ça va le tuer, ça va l'amocher plus que ça ne le guérit, et un jour, il va tomber malade, il va succomber aux toxines du serpent qui siffle dans sa tête et il le regrettera amèrement. Il y a déjà un autre lui qui le poursuit, et cet être abject lui formule des incantations qu'il essaye désespérément de ne pas entendre, comme s'il pouvait semer son obscur passé : « je suis toi », « regarde-moi », « tourne-toi », « tu me vois, pas vrai ? », « ils te voient tous, eux », « tu ne sais même pas qui tu es », « accepte ce que je suis ». Comme si.

Plus tard, on dira de lui que c'est un froussard optimiste. La crainte de n'être qu'un résidu d'étoile filante parmi tant d'autres — l'envie de recoudre son coeur — le déni — la honte — l'inexplicable sentiment d'être deux Moi dans un seul corps. Tout ça, dans la finalité, c'est ce qui le pèse, et ce qui lui permet de survivre ; parce qu'alors, des ailes de papier lui poussent, et des mensonges blancs, affreux, s'emparent de son visage et de tout son être, lorsqu'il imite des sourires radieux pour affirmer qu'il est heureux.

SI TU N'ES PAS HEUREUX, POURQUOI NE FAIS-TU PAS DEMI-TOUR, HAN JA ?
Tu crois vraiment que je vais faire demi-tour ? Je suis pas un lâche.
REGARDE...
Je ne sais pas qui tu es, mais tu ne me fais pas peur. Lâche-moi. Lâche-moi, j'te dis.
BIEN SÛR QUE TU SAIS. JE SUIS TOI.
Je.. J'ai pas besoin de toi. Tu es... quelqu'un d'autre. Tu appartiens au passé, et je ne suis plus toi. C'est fini. C'est fini...
TU NE POURRAS PAS ME FUIR POUR TOUJOURS. JE SERAI LÀ, TAPI QUELQUE PART EN TOI. NE M'OUBLIE PAS, OU TU T'EN MORDRAS LES DOIGTS.

Ou tu t'en mordras les doigts,
Ou tu t'en mordras les doigts,
Ou tu t'en mordras les doigts...


Ce sont les messes basses les plus corrosives qui soient, et c'est nul autre que lui qui se les inflige. Non... Pas lui. Quelqu'un qui vient du passé, et qui vient récupérer ce qui lui est du.

Mais même si n'importe qui le pousserait vers la porte d'entrée, même s'il serait aisé de penser qu'il lui faille retrouver ses souvenirs d'autrefois, personne n'est à même de comprendre le fracas qui le percute de l'intérieur. C'est une douleur sourde, lancinante, qui revêt des visions cauchemardesques d'un autre lui s'accrochant à ses bras, et à son cou, ses épaules, tout ce qu'il pourra saisir entre ses mains.

Ses rencontres psychiques ne sont arrivées que deux fois depuis sa sortie de l'hôpital, mais c'est d'ores et déjà quelque chose qu'il se promet de défaire. Cette fois, Issun ne ressemble plus à un Dieu, mais à un héros. La lueur grise dans son regard s'est fanée, et a préféré éclore en un tourbillon chatoyant. Oui, la gaieté qui drape son visage, en ce court instant de balancement dans le vide, c'est tout sauf un mensonge.

Il y arrivera. Pourquoi seulement n'y arriverait-il pas ? Il ne sait pas encore de quoi il est capable, et n'a pas tout à fait eu le temps d'apprivoiser son essence dans son entiéreté, mais rien ne l'empêchera de penser qu'il peut reconstruire son âme. Partir de zéro pourcent permet de progresser plus rapidement qu'à cinquante pourcent — c'est ce qu'un homme qu'il estime énormément lui a inculqué. Il va sûrement souffrir, beaucoup, au point d'en pleurer, au point de se torturer, et peut-être même qu'il sera tenté de céder au mal dans son esprit. Mais, vous savez, lors de son coma artificiel, Ja aurait tout donné pour se sentir autant en vie que lorsqu'on souffre.

Car la léthargie pure est insupportable. Sentir les gens s'affairer autour de soi, entendre les murmures de leurs voix et demeurer incapable d'y répondre. Plonger dans un rêve chimérique des mois durant, sans jamais être certain de la date à laquelle on va pouvoir revenir. Être immobile, pris au piège, comme dans la toile d'une araignée, comme dans une géôle où l'on vous condamne à cauchemarder jour après jour, nuit après nuit, jusqu'à ce que l'on vous jauge assez fort pour vous réveiller, et en sortir.

Il ne souhaite ça à personne.

Il va trouver un moyen de faire taire l'agitateur dans ses pensées, et reprendre depuis le début. De toute façon, a-t-il vraiment le choix ? C'en est assez d'inquiéter Bora et les autres. Sa seule clef de voûte, désormais, c'est d'assumer le sang qui s'est écoulé de son front, et les souvenirs volés en éclat, partis en fumée, dans un grand incendie de néant. Il faudra continuer d'assumer ses plaies d'un terrible acabit, sa joue qui lui fait encore mal mais qu'il n'hésitera pas à rehausser, si c'est pour apaiser Risa, ses tempes qui résonnent sourdement, son oeil masqué honteusement, sa bouche encore tuméfiée et les ecchymoses bleu nuit qui constellent sa peau mortelle, comme une centaine de petites étoiles traîtresses.

C'est étrange, de se dire qu'il ne lui faut qu'une seule seconde pour mettre un terme à tout ça. Il lui suffirait de se pencher rien qu'un peu pour faire taire les picotis qui animent son corps, les secousses de vie qui le noient avec plus d'ardeur qu'un nouveau-né, et la volonté ardue de survivre qu'il s'est forgée en l'espace de seulement quelques jours. Comment appelle-t-on cela, déjà ? L'appel du vide...

Le voyageur contemplant une mer de buildings a le vertige.

Voilà. C'est ça.

C'est un voyage. Et on ne fuit pas les nouveaux voyages.
<


le pauvre clown comique, c'était moi pour de vrai

@Han Soo Yun a écrit:
J'savais qu'on allait la sortir et j'aurais du parier sur toi, le roi des vannes pourries. (+16) INSTABILITÉ COSMIQUE // SELF. 769454579

cadeau de Caro-ange je suis en larmes:
 

cadeau de ma plus belle Coline:
 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: old memories :: Oubliettes, Never Forget :: RPs terminés
Sauter vers: