▲ up▼ down
the best place in the world lies in between our eyes. (ft. Elena ♥ )



 
Le soleil se lève en douceur et les rayons chatouilles délicatement vos bras à nouveau ; le printemps s'installe !
Viens jouer à la roulette florale juste ici !
printemps bien installé ! saison des fleurs et des pluies jolies ☆
VIENS DÉCOUVRIR LES PETITES NOUVEAUTÉS !
(EVENT) Envie d'un événement plein de surprises ? Viens te joindre à l'aventure !
FESTIVAL DE LA RENTRÉE the best place in the world lies in between our eyes. (ft. Elena ♥ ) 359353108
TOUJOURS SUR HM ! Découvre les défis et notre semaine à thème du mois ! the best place in the world lies in between our eyes. (ft. Elena ♥ ) 359353108
Les résultats sont tombés ! Dites-nous TOUT the best place in the world lies in between our eyes. (ft. Elena ♥ ) 359353108 Qui passe son année ? Qui redouble ? Le formulaire se trouve ici
HUNDRED MILES
hundred miles c'est un forum réel asiatique city/universitaire basé à Séouldeux réponses par mois minimum — Avatars occidentaux bienvenus ! — Taille des avatars 200*320pxUne semaine pour finir sa présentation — Pas de prise de tête, rien que du love. That's all folks ٩(^ᴗ^)۶
vote pour hm !
★︎
12.05.19 ➝ Oh my my my ! 34ème maj fleurie pour HM qui affiche quelques nouveautés printanières !
13.04.19 ➝ 33ème MAJ toute fruitée pour le retour des beaux jours ! viens découvrir les news juteuses !
09.03.19 ➝ on accueille la 32ème maj et son design azuré ! viens découvrir les nouveautés !
09.02.19 ➝ installation de la MAJ n.31, avec un codage tout neuf et plein de nouveautés !
09.01.19 ➝ 30ème MAJ de HM ! viens découvrir les nouveautés ICI
01.01.19 ➝ BONNE ANNÉE LES CHATS !! plein de bonheur à tous. ❤︎
08.08.16 ➝ ouverture de hm
han ja
park bo ra
han soo yun
yang noam
team rocket

 :: reste du monde :: Globe Terrestre :: Aéroport International d'Incheon :: Amérique
Partagez

 the best place in the world lies in between our eyes. (ft. Elena ♥ )


Baek Hojoo


Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t5165-baek-hojoo-hawkward_joo
♟I STUDY MADNESS
AGE : 24
AVATAR : oh sehun (exo)
POINTS : 75


NOUS A REJOINT LE : 12/08/2018


MESSAGES : 269


the best place in the world lies in between our eyes. (ft. Elena ♥ ) Empty
(#) Sujet: the best place in the world lies in between our eyes. (ft. Elena ♥ )   the best place in the world lies in between our eyes. (ft. Elena ♥ ) EmptyMar 14 Mai - 16:59
Yellowstone. 2019. Partir aussi rapidement, c’était une véritable folie, mais ça vaut le coup, maintenant qu’on est là. J’ai l’impression de renaître, d’une certaine façon. Comme si rencontrer Elena avait été une façon que la vie avait trouvé pour me dire que je faisais fausse route, qu’il fallait que je change ma façon de voir les choses. Parce que je ne pensais à rien d’autre que ça, observer les oiseaux, les sauvegarder… Au point d’en oublier de me sauver moi-même. J’étais prêt à abandonner tout ce que j’avais, ma sœur, mes grands-parents, mon pays. Puis, j’ai rencontré Elena, l’oiseau de paradis que je n’attendais même pas, et elle m’a fait prendre conscience que je n’étais peut-être pas obligé de tirer un trait sur tout ce que je connaissais pour être heureux. Il y a toujours cette cicatrice à peine fermée, la tristesse que j’éprouve quand je pense à mes parents aujourd’hui disparus, mais c’est une douleur différente, atténuée. Parce que j’ai une autre raison de vivre, aujourd’hui, que de leur rendre honneur.

Et cette raison, c’est elle.

« Viens, je crois que c’est par là ! » Je crois qu’il n’y a pas de mots pour décrire combien je l’aime. En tout cas, pas des mots assez convaincants pour qu’ils franchissent mes lèvres déjà bien économes. Je lui dis, assez souvent pour qu’elle le sache, mais j’ai toujours l’impression que ces paroles ne sont pas suffisantes. Un sourire aux lèvres, je lui fais signe. « J’ai envie de prendre une photo de toi avec la vue ! » Je fais un geste de tête en direction de la vue devant laquelle nous nous trouvons et je désigne mon appareil avant d’enlever la protection de l’objectif. « Tu me dis quand t’es prête, okay ? » Comme d’habitude, on voyage écologique, j’ai mon sac de voyage, où je range tous nos déchets, car je suis outré à chaque fois qu’on croise un endroit où on voit des déchets. C’est honteux. Honnêtement, ça me brise le cœur.



part of your world
Kang Elena


Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t2846-kang-elena-milkyway
QUEEN DU STOP
AGE : 22
AVATAR : cindy mello
POINTS : 88


NOUS A REJOINT LE : 29/04/2017


MESSAGES : 1274


the best place in the world lies in between our eyes. (ft. Elena ♥ ) Empty
(#) Sujet: Re: the best place in the world lies in between our eyes. (ft. Elena ♥ )   the best place in the world lies in between our eyes. (ft. Elena ♥ ) EmptyMar 14 Mai - 19:51
Sécher les cours ? Un tout petit peu. Après tout y avait du temps à perdre. Et si papa disait un truc et bien ça n’y changerait rien. Après tout je ne vivais quasiment plus avec mes parents, j’étais une grande jeune fille désormais, pas vrai ? 22 ans et toutes mes dents. Si je ne voyageai pas maintenant à quel âge le ferait-je hein ? Ok. Bon j’avais déjà voyagé une grosse partie de ma vie. Mais là ce n’était pas pareil, j’y allais en couple. Heureusement que là où on allait, on connaissait du monde. Enfin non, rectifions un peu, on avait été mis en contact avec la sœur du beau-frère du parrain de mon frère. Vous voyez Ren ? Puis son parrain Jaein ? Puis son frère Taein ? Puis le copain de son frère Connor ? Puis sa sœur Eryn ? Tout ça pour qu’elle puisse nous avoir des billets coupe-file pour le parc de Yellowstone et nous avoir une après-midi spéciale avec les chevaux. Est-ce que j’avais abusé ? Oui. J’avais vendu mon âme pour avoir ce laissez-passer. Les haters diront que j’ai aucune notion de l’argent.  C’est pas faux en soi.  J’ai jamais été en manque. Mais je dépense dans ce qu’il vaut la peine. L’argent ça ne fait pas tout. On est que des humains après tout. Et là, ce voyage. C’est comme un retour aux sources pour moi. La nature, les animaux, j’ai besoin de tout ça.  Aujourd’hui c’est donc Yellowstone. Et qui dit Yellowstone dit aussi les geysers et toute la faune et la flore. Vous saviez qu’il y avait des antilopes dans le parc ? Et des élans ? J’espère qu’il y a des bisons. Je pourrais en montrer à mon père comme ça. Il verra enfin sa ressemblance avec l’espèce.  

« Ah ? Me prendre en photo ? Si tu veux ! Mais après c'est à ton tour » je souris grandement. Il est overcute. Les mains dans les poches d’un short que je porte depuis quatre jours maintenant (oui oui je voyage économique), sac à dos dans le dos, je bombe légèrement la poitrine pour poser telle une influenceuse. «attends attends, je fais genre que je pose pas, voilà ! Tu peux me prendre !» et me voilà en train de regarder à l’horizon, feignant de pas savoir qu’on me prend en photo. C’est comme ça qu’il faut faire pour obtenir une photo instagrammable. C’est la société qui le dit. Heureusement que Hojoo est là pour supporter tout ça.

Etant habituée à faire un peu de mannequinat pour ma mère, faire semblant de sourire c’est devenu une marque de fabrique. Mais pour lui, ce sont de vrais sourires, les plus sincères qui soient. Une fois le « shooting photo » fini, je reviens vers mon Baelish national pour regarder avec lui les clichés qu’il vient de prendre. « Pas mal pas mal…je suis presque plus jolie que la vue, nah je dec, t’es vraiment un bon photographe toi» faut dire que le paysage était impressionnant. Encore heureux qu’il existe des lieux comme ça. Des endroits avec un mimimum d’empreinte humaines.  « J’attends de voir un cheval, pour te prendre en photo dessus, ou a coté, tu vas monter du canasson pas vrai ? » Il a interet à dire oui, on a pas pris le full package ticket pour qu’il reste à terre sans avoir monté un poney. Attrapant le bras de mon copain je continue donc de marcher avec lui. C’est lui qui a le plan. Je préfère le suivre, il est meilleur en orientation. Je sais pas pour lui mais à l’heure qu’il est je me sens vraiment dans mon environnement, un peu comme pocahontas avec les amérindiens.  Et son john. Exactement comme elle. « Tu veux que je porte ton sac ? » je demande en essayant de lui retirer une anse de son épaule. Bah ouais. C’est nos déchets à nous deux. Faut partager. Puis à part du déodorant et une bouteille d’eau y a rien dans le mien. Voyagez léger qu’ils ont dit.


Come on, do me some damage
Don’t you see that's okay ? 'Cause you're not, no, you’re not to blame
Baek Hojoo


Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t5165-baek-hojoo-hawkward_joo
♟I STUDY MADNESS
AGE : 24
AVATAR : oh sehun (exo)
POINTS : 75


NOUS A REJOINT LE : 12/08/2018


MESSAGES : 269


the best place in the world lies in between our eyes. (ft. Elena ♥ ) Empty
(#) Sujet: Re: the best place in the world lies in between our eyes. (ft. Elena ♥ )   the best place in the world lies in between our eyes. (ft. Elena ♥ ) EmptyMar 14 Mai - 20:12
J’ai toujours été passionné par la nature, par ce que la Terre a à nous offrir de plus beau. À chaque fois, ça m’attriste de réaliser que l’homme, avec son égoïsme et son avarice, est en train d’épuiser notre mère à tous. J’admets être amateur de technologie, mais je ne suis pas aveugle au point de penser qu’on pourra un jour aller vivre sur une autre planète. Elles sont si loin. Si arides. Hostiles. C’est bien joli, la terraformation, mais ça n’existe que dans les films, à l’heure qu’il est, pas vrai ? En tout cas, je suis plus heureux que jamais à l’idée de me retrouver dans cette région si particulière avec Elena. J’aime découvrir ces endroits où la nature a encore son mot à dire, plus ou moins, et où les choses se passent sans se presser. D’ailleurs, avec Elena, on ne cherche pas à savoir si on a raison ou non, si on va trop vite ou juste comme il faut. Tout ce qui compte, c’est qu’on s’aime, qu’on soit heureux d’être là, de faire ce voyage ensemble. J’aurais pu emmener Suhee, mais ça n’aurait pas été un voyage en amoureux, alors. Après tout, même si ma sœur est l’une des personnes les plus précieuses à mes yeux, je ne suis pas son père, et je ne remplacerai jamais les parents que nous avons perdu. C’est un idéal vain que je m’étais fixé, en essayant à tout prix de devenir chercheur, de trouver un semblant de stabilité. Mais je ne serai jamais à la hauteur. Il faut que j’arrête de me laisser dévorer par cet espoir stérile.

« Je suis pas photogénique. » dis-je en riant un peu, avant de lever l’appareil pour le porter à mon œil. Allez, on prend une photo. Puis je ris à sa réflexion. « Ahahah, t’abuses. » Mais elle est belle. Si belle. Je souris inconsciemment, en prenant plusieurs clichés, que je trouve plus beaux les uns que les autres, parce qu’elle est dessus, parce que je l’aime, parce que je suis plus qu’heureux qu’elle fasse ce voyage avec moi. À vrai dire, le simple fait qu’elle soit à mes côtés suffit à faire de moi l’homme le plus heureux du monde. Il n’y a qu’à voir le sourire crétin que j’arbore à chaque fois qu’elle est à mes côtés. Je crois qu’il ne s’effacera jamais. Du moins, j’ai envie d’y croire. Je n’ai plus été aussi heureux depuis si longtemps.

Quand elle revient près de moi, j’appuie sur le bouton de prévisualisation de l’appareil photo pour lui montrer les quelques clichés que je viens de prendre. Et je souris encore plus, pour moi-même. Elle est si belle. Chaque photo, chaque seconde. J’en perds les mots. « Presque ? Seulement presque ? T’es époustouflante. » Je n’en parle pas souvent, de ce que je pense. Je suis plus silencieux, plus réservé d’habitude. Mais j’ai envie de lui dire. J’ai besoin qu’elle sache. Je sais qu’elle a besoin de savoir ce que je pense. « Merci. » Pour le compliment. Pour tout, en vérité. Je ris un peu à son commentaire. « J’ai comme l’impression que je n’aurai pas trop le choix. » Ça ne m’enchantepas vraiment, je vous avouerai. Je n’ai jamais été un grand fan de chevaux.

Un sourire aux lèvres, je reprends notre itinéraire, le plan en main pour ne pas risquer de nous perdre, et je souris un peu avant de secouer la tête. « Non, ça va aller, t’en fais pas. » J’ai toutes nos affaires, là-dedans. « Profite de la vue au lieu d’essayer de me voler mon sac, là. » Je ris un peu, et je repose les yeux sur le plan. « On n’est pas trop loin d’un geyser, si je ne me trompe pas. Tu veux aller voir ? » Ça doit être tellement impressionnant. Imaginer cette eau, sous terre, sous pression. Ça doit être incroyable à voir surgir, non ? « Après on pourra s’arrêter pour manger, non ? »



part of your world
Kang Elena


Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t2846-kang-elena-milkyway
QUEEN DU STOP
AGE : 22
AVATAR : cindy mello
POINTS : 88


NOUS A REJOINT LE : 29/04/2017


MESSAGES : 1274


the best place in the world lies in between our eyes. (ft. Elena ♥ ) Empty
(#) Sujet: Re: the best place in the world lies in between our eyes. (ft. Elena ♥ )   the best place in the world lies in between our eyes. (ft. Elena ♥ ) EmptyMar 14 Mai - 23:35
Je secoue la tête, dépitée par sa remarque. Je ne comprendrais jamais d’où vient ce manque de confiance. Je sais bien qu’il a pas eu un passé facile. Qu’il a rencontré les mauvaises personnes au mauvais moment. Mais qu’il arrête de dire qu’il n’est pas photogénique. Bon okay j’avoue, il sait pas prendre de selfie donc ça le rend pas forcément photogénique d’un point de vue subjectif. Mais objectivement, j’ai en face de moi un spécimen à épaules carrées d’une rare beauté. Et croyez-moi on en voit pas partout des animaux de ce genre. Mon être à moi. Mon animal à moi. Mon humain à moi. Mon homme à moi. Mon Hojoo à moi. « Moi j’abuse ? je vois pas de quoi tu parles » répondis-je avant de poser de nouveau devant l’appareil. Puis je le rejoins et ce qu’il me dit me fait exploser de rire. Vous savez le rire nerveux. Tellement nerveux que toute ma dentition est exposée et que je lui rigole littéralement au nez. C’est à peine si je vais pas lui croquer le bout du ce dernier. Je ri et ri encore. « Epoustouflante tu dis ? hahahaha époustouflante…wow » la nervosité absolue. J’en rougis. Vraiment. C’est la première fois qu’on me dit ça. Je ne pensais même pas qu’on puisse un jour prononcer ce mot pour décrire une personne. Mais lui il venait de le faire. « C’est gentil mon chat…Mais je suis pas époustouflante…Je suis plus pouf-touflante que poustouflante  si tu veux mon avis » petit clin d’œil face à cette blague même pas marrante avant de venir voler un baiser au garçon furtivement avant qu’on reprenne notre route.

Est-ce que je l’aime ? Oui. Je l’aime à ma manière. Je l’aime pour ce qu’il est, avec ses soit disant défaut et ses soit disant qualités. Je l’aime pour son caractère : etrange. Etrange certes mais au moins on est étrange ensemble.  Le genre de couple auquel on ne s’attends peut-être pas mais qui marche quand même. Pour dire vrai je ne sais même plus depuis quand nous sommes ensemble. C’est comme si dès que nous nous étions rencontrés j’avais compris que je devrais passer un bout de chemin, pour ne pas dire tout mon chemin, avec lui. Comme si je savais qu’il m’apporterait quelque chose. Et puis au final si son énergie m’appelait, si ce truc, cette chose m’appelait ce n’était pas pour rien.

Je ressens juste le besoin d’être avec lui, de le protéger, de faire attention à lui, de le rendre heureux surtout.  Et quoi qu’on en dise c’est dur de rendre les gens heureux, surtout Hojoo. Parce que je sens bien que Hojoo est encore rongé par certains démons qui ne veulent pas vraiment s’en aller. Mais est-ce qu’il souhaite au moins les chasser ? Bonne question. J’en ai strictement aucune idée, et j’ai fini par me résigner. Comme je lui avais dit quelques semaines plus tard, tant qu’il me laissait l’aimer, tant qu’il ne rejetait pas l’expression de mes sentiments, je n’avais rien à redire. Si lui il disait que j’étais époustouflante, alors j’avais le droit de lui dire des jolies choses aussi. « Mais je profiiiite de la vue ! Je te regarde toi ! Regarde-moi cette vue » dis-je avant d’entourer mes bras autour de lui. Ok. Là tout de suite. Je suis une vieille meuf complètement amoureuse. Et j’assume totalement. Wow wow wow faut que mon cœur arrête de s’emballer autant. Je vais faire un avc : affection vraiment colossale.

Ouf. Nous revoilà en train de marcher. Monsieur sidérant me propose qu’on mange ensuite. Je me retiens de lui dire qu’il est un ventre sur patte. Il le sait de toute façon, qu’il est un ventre sur patte, j’ai jamais vu un gars manger autant. Et pourtant il reste skinny. Je sais pas comment il fait. Si je mangeais autant et que je faisais pas un  peu de sport je ne sais pas dans quel état je serai. « Yep ! Je veux bien manger après !! Près du geyser y aura sûrement un endroit où se poser »  J’ai hâte de le voir ce geyser de malheur. Surtout la source avec l’arc en ciel. Il a l’air si beau. Mais surtout irréel. Peut-être que demain on le verra, aujourd’hui il y a beaucoup trop de monde. Faut dire que ce parc est si grand, il faut bien plus d’une semaine pour faire tout ce qu’il y a avoir et encore…il faut les transports. Un peu moins de 900 000 hectares faut pouvoir les parcourir hein. D’après le plan de monsieur et les repères on devrait arriver près d’un geyser après trente minutes de marche. Ça tombe bien on aime marcher. On fait que ça de toute façon : marcher. « Au fait ! la prochaine fois que tu dis que t’es pas photogénique, je te jure que je placarde ton visage sur les murs de la fac, tu verras si t’es pas photogénique ! Non mais regarde ! » Je sors mon portable et ouvre ma galerie pour faire défiler des photos avant d’en trouver une : lui-même « Regarde-moi ça ! Regarde-moi cette beauté des airs ! Pas photogénique ? Bon okay j’avoue tout, toi tu sais pas te prendre en selfie, mais si tu te laissais prendre un peu plus en photos je suis sûre que tu dirais «oh il est bonne » » Je rigole un peu avant de ranger mon portable et de venir embrasser  la tempe de Hojoo. « En tout cas, pour reprendre tes mots, si je suis époustouflante , toi t’es sidérant » Qu'est-ce que j'ai faim n'empêche. Je mangerai bien des ribs. Genre avec plein de sauce bbq Mais bon. Pas certain que Hojoo le végétarien accepte. Haaaa. Things we do for love.



Come on, do me some damage
Don’t you see that's okay ? 'Cause you're not, no, you’re not to blame
Baek Hojoo


Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t5165-baek-hojoo-hawkward_joo
♟I STUDY MADNESS
AGE : 24
AVATAR : oh sehun (exo)
POINTS : 75


NOUS A REJOINT LE : 12/08/2018


MESSAGES : 269


the best place in the world lies in between our eyes. (ft. Elena ♥ ) Empty
(#) Sujet: Re: the best place in the world lies in between our eyes. (ft. Elena ♥ )   the best place in the world lies in between our eyes. (ft. Elena ♥ ) EmptyMer 15 Mai - 15:22
Le grand amour, je n’y ai jamais vraiment cru, avant de rencontrer Elena. J’avais d’autres préoccupations, comme l’éducation de ma sœur, mes propres études. Elle est arrivée comme une bourrasque, non, un ouragan, prête à balayer toutes mes certitudes, à remettre en question le mode de vie que j’avais adopté, depuis quelques années. Il faut dire que j’étais posé, dans mon petit quotidien tranquille, à faire du roller de temps en temps, sans vraiment me prendre la tête. Je bossais à l’aise, chez IKEA, sans forcément me demander ce que j’allais faire, une fois mon diplôme obtenu. Puis, je me suis rendu compte que je ne suis pas prêt à abandonner tout ça. À quitter la Corée du Sud pour partir à la recherche d’animaux à sauver. Pas parce que je ne les aime pas. Pas parce que je n’ai pas envie de préserver la nature. Non, parce que je suis trop attaché à mes origines, à ce que je suis, et que les personnes qui font partie de ma vie ne devraient pas être forcées à me suivre partout, si ce n’est pas ce qu’elles prévoyaient. J’ai envie de rester à Séoul, d’aider Elena à grimper sur l’échelle de la popularité, au moins assez pour pouvoir vivre de sa musique. Parce qu’elle le mérite, qu’elle chante divinement bien. Qu’elle est divine, tout simplement.

Et cela, plus je l’observe, plus je le réalise. Elle est le soleil de ma vie, la raison qui me rend heureux de me lever, chaque matin, depuis que je l’ai rencontrée. Je suis peut-être l’homme le plus niais que cette Terre ait portée, mais je pourrais le répéter à longueur de journée. Elena, c’est cette petite étincelle qui manquait à mon existence, dont je ne pourrais me séparer à aucun prix. Parce que je l’aime. Parce qu’elle est comme une moitié de moi-même que je n’aurais jamais soupçonnée avant de croiser son chemin. J’aime parler avec elle, danser, vivre. Elle me rappelle qu’avant d’être un étudiant, avant d’être un orphelin qui essaie tant bien que mal de donner un semblant de stabilité à sa vie et à celle de sa sœur, je suis un homme qui a besoin de vivre. Alors certes, je ne suis pas le plus expressif de tous, j’ai parfois du mal à accepter certaines choses, certaines conversations, mais je veux faire tout ce qui est en mon pouvoir pour lui faire ressentir cette amour, l’intensité de ce feu qu’elle a allumé en moi, de façon un peu inattendue. Parfois, quand je l’observe, j’espère qu’elle parvient à lire cet amour dans mon regard, dans mon sourire. J’espère qu’elle a conscience que le cœur qui se trouve dans ce torse ne bat pour personne d’autre qu’elle, même si les mots me manquent pour lui dire directement.

Je ris doucement à sa remarque, avant de continuer à prendre des photos. « De ta façon de poser sans vraiment le faire. » Elle est si belle, si parfaite. Cela va bien au-delà de son corps de mannequin. Elle dégage une aura, un charme que je ne pourrais décrire avec des mots. Mais je m’égare encore. Pourtant, c’est ce que je pense quand je la regarde, quand je la vois, souriante, comme si la nature était son élément, une sœur qu’elle n’avait plus vue depuis longtemps, à qui elle fait plus confiance qu’à n’importe quelle autre personne au monde. Et j’aime la voir dans cet état. Il n’y a rien de plus beau, à mes yeux, que de la savoir heureuse. « Quoi, c’est un mot qui existe. » Dis-je en riant de bon cœur, quand je l’entends répéter mes propos. Elle est époustouflante. Elle ne réalise sûrement pas à quel point. « Arrête de dire des bêtises. Tu l’es vraiment. » Et de m’empresser d’ajouter, avant qu’elle ne rebondisse sur mes propos. « Époustouflante, hein. Pas ton invention. » Je réponds brièvement à son baiser, avant que l’on reprenne notre marche, motivé à l’idée de découvrir d’autres recoins de ce parc immense.

Je pourrais passer ma vie entière dans un endroit comme celui-ci, à prendre des photos et admirer des paysages à peine souillés par l’homme. Je suis rassuré de voir que ce genre de lieux existe encore, même s’ils sont de plus en plus rares, en raison de l’exploitation toujours plus grande de la nature par les hommes. Je m’attriste d’imaginer un monde où la Terre n’aura plus rien à offrir, parce que l’être humain l’aura sucée jusqu’à la moelle, sans même essayer de trouver une solution aux problèmes qu’il aura causé. C’est la situation vers laquelle on se dirige dangereusement, et pourtant nous n’avons pas d’autres recherches à faire que de savoir pourquoi il y a des séismes sur la lune. C’est bien dommage.

Alors que nous nous aventurons dans une autre partie du parc, suivant un itinéraire que j’ai soigneusement préparé, comme à mon habitude, de peur de nous perdre et de nous mettre dans une situation délicate, comme ça a déjà été le cas, je m’assure de rester à proximité de ma petite amie. Je ne me le pardonnerais jamais, s’il lui arrivait quelque chose, et je suis rassuré de me dire qu’elle a autant l’habitude que moi de se promener dans ce genre d’endroits. C’est sans doute ce qui me rapproche le plus d’elle : nous sommes semblables, tout en étant différent. Nous nous aimons, d’une façon que personne ne pourra jamais comprendre, j’en suis plus que persuadé. Je réalise chaque jour à quel point je suis chanceux de l’avoir dans ma vie, malgré tout ce qui peut nous opposer, nous pousser à la confrontation, par moments. Parce que notre amour va au-delà de ça. Parce que je l’aime plus que ma propre personne, et que la peur de la perdre est telle que je ferais n’importe quoi pour elle.

Je me tourne vers elle, un rire amusé franchissant mes lèvres à sa réponse. « Mais moi tu me vois tous les jours mon cœur ! » En tout cas, presque tous les jours. Vivre avec elle est sans doute la meilleure idée qui aurait pu me venir, et je ne regrette en rien cette décision, même si certains auraient pu la qualifier de prématurée. Mais on n’est pas dans Black Mirror, les relations n’ont pas de date de péremption. On ne peut pas savoir quand tout va s’arrêter, alors pourquoi devrait-on vivre notre histoire à moitié ? Si ces gens ouvraient un peu les yeux, sans doute comprendraient-ils. Du moins, s’ils essayaient.

Et on continue à marcher, à l’aventure dans les terres sauvages. J’aime bien parfois, me représenter la terre comme elle était avant, ou l’imaginer dans l’avenir. J’aime me représenter des immenses forêts, des plaines arides. J’aime imaginer les créatures qui y vivaient autrefois, gigantesques, majestueuses. C’est impressionnant, dans un sens. Se dire qu’on n’est qu’éphémère, que notre existence est bien brève, une page dans le livre de l’histoire de la planète, si ce n’est qu’une ligne. Et c’est un sentiment que peu de gens comprennent. Cette connexion. Cet amour de la nature. C’est une chose que beaucoup ont perdu, aujourd’hui. Mais il faut que j’arrête d’y songer. Je ne suis pas venu à Yellowstone pour ça. Je suis venu pour profiter de cette nature, pour m’y replonger, pas pour faire son deuil alors qu’elle existe encore.

« Oui, ça ne m’étonnerait pas ! » En général, c’est l’endroit où les touristes s’installent pour casser la croûte, alors nous allons faire pareil. Parce que, malgré mon diplôme fraîchement acquis, c’est bien ce que nous sommes : des touristes. J’aime bien me dire qu’on voyage autant par pur plaisir, et pas pour d’autres raisons. On a tellement d’endroits à voir, tant de choses à faire. Je pourrais passer mes semaines entières à arpenter le globe en compagnie d’Elena, mais je doute que mes professeurs soient ravis d’apprendre que je fais l’école buissonnière pour aller passer mon temps en pleine nature. Mais on s’en fout un peu, parfois. Je crois que Elena m’a appris ça. À lâcher prise. À me laisser aller. À profiter du moment présent. Parce que c’est un truc qu’on oublie facilement, mais qu’elle ne l’oublie pas, elle. J’imagine que, de mon côté, je lui apporte quelque chose aussi. Je l’espère, en tout cas. « Je te défends de faire ça ! » J’aurai l’air ridicule, en plus. Je ris en l’entendant, avant de voir les photos qu’elle me montre. « Oh mais s’il te plaît, regarde ça, là ! » Mon nez, ma bouche. Ce n’est pas beau ! Je grimace avant de secouer la tête. Mais n’ai pas envie qu’elle placarde ma tête partout, alors je vais arrêter d’insister avant qu’elle ne passe à l’acte. « Oh, il est bonne. » Dis-je en riant un peu, en prenant un air un peu ridicule de type dragueur lourdingue. Petit geste de la main à l’appui, je ris encore plus avant de sourire aux propos de ma petite amie et à son baiser. « Et toi intersidérale. » Comment ? Ça ne veut rien dire ? Je m’en fous. Je m’en contrefous. Parce que je l’aime plus que toute chose au monde. J’aimerais rester avec elle durant ma vie entière, et plus encore.

Je souris avant de l’embrasser tendrement, mes mains encadrant son visage, et je dépose un baiser sur son front avant de reprendre ma marche, le plan à nouveau tendu devant moi, le cœur battant. J’ai souvent ces élans d’émotion. Des pics d’amour que je ne peux pas éviter, comme si j’étais condamné à les subir sans jamais pouvoir y faire quelque chose. Détrompez-vous, ça ne me dérange pas le moins du monde. C’est comme une drogue, une dose de bonheur dont j’ai besoin à chaque seconde, malgré toutes les insécurités que je peux éprouver. Je ne sais pas si elle a conscience de la force de mes sentiments, si elle réalise que je l’aime autant, que je donnerais tout ce que j’ai, si cela m’assurait son bonheur et sa bonne santé. Parfois, je me dis que c’est déraisonnable, que je devrais modérer ce cœur qui bat toujours plus fort quand je la vois, cette âme qui vibre à l’unisson avec la sienne, sans relâche, comme si j’avais attendu toute ma vie pour la rencontrer, elle. Elle me rend tellement heureux.

Après quelques minutes de marche supplémentaire, nous arrivons à proximité du site du geyser. J’ai peur de me planter, alors je vérifie une bonne dizaine de fois que nous sommes au bon endroit. Je vois bien quelques touristes, alors j’imagine que c’est juste. Y a même des photographes, sans doute des passionnés qui arpentent le monde à la recherche des meilleures photos, pour parer un compte instagram déjà bien rempli. Je ne vous cacherai pas que je suis un peu comme ça, moi aussi. J’aime immortaliser ce qui ne sera peut-être bientôt plus là. « T’as déjà vu Pompéi, mon cœur ? » Je ne sais pas pourquoi j’y pense. Sans doute à cause de cette histoire de geyser. L’eau qui sort du sol, ça me fait penser aux volcans, ça me fait penser à toutes ces choses incroyables que la terre nous donne. « Oh, faudrait qu’on aille voir les chutes du Niagara aussi, un jour. » Vous imaginez, la grandeur de cet endroit ? Si je m’écoutais, je l’emmènerais faire le tour du monde, sans me poser plus de questions. Pourquoi devrais-je m’en poser, après tout ?



part of your world
Kang Elena


Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t2846-kang-elena-milkyway
QUEEN DU STOP
AGE : 22
AVATAR : cindy mello
POINTS : 88


NOUS A REJOINT LE : 29/04/2017


MESSAGES : 1274


the best place in the world lies in between our eyes. (ft. Elena ♥ ) Empty
(#) Sujet: Re: the best place in the world lies in between our eyes. (ft. Elena ♥ )   the best place in the world lies in between our eyes. (ft. Elena ♥ ) EmptyMer 15 Mai - 23:31
Oh oui oh oui oh oui vas-y embrasse-moi. Oh le bonheur. Qu’il continue. Toute sa vie. S’il faut. Le bonheur vous dis-je. Juste l’embrasser. Sentir ses lèvres contre les miennes. Qu’il ne s’arrête jamais. Je sais pas ce qu’elles ont ses lèvres. Elles doivent être ensorcelées. Car autant Hojoo n’est pas forcément l’homme de la situation pour tout ce qui est sexe. En tout cas pas à l’heure qu’il est. Mais je comprends vu son background. Autant pour embrasser. Je sais pas où il a appris ça. Mais c’est somptueux. A chaque fois qu’il m’embrasse c’est toujours la même magie qui opère. Je vois des étoiles et des paillettes autour de nous. Je me sens m’envoler. Je me sens surtout m’abandonner. Et c’est ça qui me rend folle. Lorsque je m’abandonne à lui. Je pourrais le faire dix fois par jours que je ne regretterai pas une seule seconde. Mon dieu. Embrasseur professionnel attitré. Et merde.  Pourquoi il m’embrasse le front maintenant ? Il pouvait pas continuer sur sa lancée ?  Est-ce que je suis actuellement en train de rager car il a pas continué son baiser  bisou de la mort ? hell yes. Je me voyais littéralement lui rouler le patin de ma vie devant un geyser sauvage surgissant de nulle part, signe de l’excitation montante en nous. Mais non. Il fini avec juste un bisou sur le front. Signe de respect, signe de protection et tutti quanti, et blablablabla oui oui je connais la raison. N’empêche qu’il peut aussi me respecter et me protéger en y mettant la langue. Sale tchoin.  Bon sang que je l’aime. Je l’aime mais je l’aimerai dix fois plus s’il m’avait….bon okay. Faut arrêter. On est là pour admirer la vie, pas pour se bécoter. Pas vrai ? On reprend donc notre marche. Je lui tiens la main, mes doigts entrmêlés aux siens. Oui oui je veux que tous les passant sachent que ce beau gosse est à moi. Que c’est mon mien de moi et à personne. C’est moi qui l’ai trouvé, c’est moi qui le garde. Et il fera de même avec moi. Je suis sienne, il est mien et blablabla.

Il m’arrive souvent de repenser à cette première rencontre, au club de danse. C’était plus un coup de vent qu’une vraie rencontre pour être honnête. Je ne me rappelle même pas que l’on se soit présenté. On a juste attendu que la prof fasse le tour des prénoms, pour que j’enregistre en lowkey son nom dans ma tête. Après tout c’est pas comme si j’avais passé tout le cours  à mater ses fesses et à être méga gênée par le fait de devoir danser en sachant qu’il pourrait potentiellement me regarder. Et puis ensuite le skate park. C’est là que j’ai su. Que j’étais en compagnie du gars le plus cool de la planète. Je me rappelle encore m’être fait cinquante films sur le fait qu’il devait sans doute avoir une petite-amie. Quand j’y repense, j’aurai été content qu’il en ait une, pour qu’il la quitte pour moi. Mais le destin en a décidé et autrement et m’a tout simplement mis en travers d’un homme célibataire. Qu’est-ce qu’il était splendide sur ses rollers. Qu’est-ce qu’il l’est toujours. Bordel c’est pas possible d’aimer autant. Et de le vouloir autant aussi, tout le temps. Toujours vouloir  être avec lui, contre lui, collé à lui. Si je pouvais je le laisserai pas respirer, mais je suis gentille alors je lui laisse un peu d’espace vital. Les haters diront qu’on a été trop vite. Peut-être. Peut-être pas. Le principe de la vie c’est de faire les choses. Après tout, vaut mieux faire quelque chose et le regretter plutôt que de ne pas l’avoir fait, et de le regretter d’avantage. Et à l’heure actuelle emménager avec Hojoo a été l’une des meilleures expériences. Je me sens bien chez lui. Je me sens comme à la maison, en un peu plus libre, parce que j’ai pas les parents sur le dos. Le seul inconvénient c’est que parfois j’ai peur de prendre trop de place. Faut dire qu’on vit aussi avec la sœur de Hojoo, et j’espère que ça l’embête pas trop que je sois là régulièrement. De toute manière, je reviens souvent chez mes parents, lorsque mon lit me manque, ou que mes parents me manquent accessoirement. Parfois ça fini surtout en soirée fajitas, où j’emmene hojoo et sa sœur à la maison, puis après ça, en general je dors dans mon lit, avec monsieur.  

Non définitivement, je l’aime. Okay, je le sais depuis un moment mais voilà, mon cerveau me le répète inlassablement tous les jours. Je l’aime. Point barre. Je l’aime tellement que je le lui dis. Là, que je lui montre des photos de lui pour lui montrer son visage. Lui prouver qu’il est photogénique.  Je l’aime mais par contre va vraiment falloir qu’il arrête avec ça. Je lève les yeux au ciel et m’arrête soudainement en plein chemin pour lui bloquer le passage et venir me coller à lui. Je prends délicatement son visage dans mes mains, appuyant légèrement sur ses joues, collant mon front contre le sien. Et je ferme les yeux un instant. Je profite. De l’avoir tout contre moi comme ça. Il y a du monde certes mais au final ça ne se ressent pas, et il n’y a donc personne pour nous dire que l’on bouche le passage. De toute manière c’est immense. Ils peuvent très bien marcher plus loin. Je reste donc visage collé à celui de mon petit-copain. J’en profite pour caresser ses joues de mes pouces puis je m’amuse à lui faire un bisou esquimau avec le nez. Son nez est parfait. Ses lèvres sont parfaites. Ses lèvres sont parfaites et je passerai ma vie à les mordiller si je pouvais. Son nez est imposant ouais. Faut bien qu’il y ait matière à croquer. Il est beau cet abruti. Il est putain de beau et il n’arrive pas à le comprendre et je ne sais vraiment pas quoi faire pour changer ça. Je continue donc mon bisou esquimau avant de me reculer légèrement pour reprendre la route « c’est vrai que t’es moche ! Déjà j’aime pas tes yeux. On dirait des croissants ou des lunes, je sais pas trop. Puis t’as un gros nez, une grosse bosse, des grosses narines, tout ce qu’on deteste ! Et tes lèvres n’en parlons pas ! Même une feuille de papier ou le cul d’une poule sont plus attrayante ! T’as jamais pensé à les refaire ? Ah ! Puis n’oublions pas tes oreilles franchement ! Des champignons ! Des shitake carrément » Je peux pas m'empêcher de rire face aux conneries que je débite. Peut-être que ça le fera réfléchir ceci dit. Je lui emboîte le pas, me mettant à marcher un peu plus rapidement au fur et à mesure qu’on se rapproche du geyser.  

Sur la route le voilà en train de me poser des questions. « La ville de Pompei ? Non jamais faite ! Par contre j’ai vu Pompei le film avec Jon snow là ehehehe ça c’était interessant ! » petit sourire qui veut tout dire. « Niagara ? Non jamais fait non plus  et toi tu les a faite ?! Maman m’a dit que c’était impressionnant ! On le fera en tout cas !! Je sais pas quand mais on le fera ! Quand tu veux en fait ! Laisse nous juste…économiser un peu haha ! Là où je veux aller c’est en Afrique du sud  pour faire un safari ! » je souri légèrement avant de venir lui embrasser la joue. Bordel qu’est-ce que je l’aime. C’est pas possible d’avoir autant d’amour à déverser pour un seul homme. Un torrent de sentiments inépuisable.  « oh my gooood !! Regarde !!! On le voit !! C’est ….Wow !!! Vite vite ton appareil bébé ! Attends ! Je peux grimper sur ton dos ? Pour mieux voir ? » Oui c’est une tactique pour monter sur ses épaules, j’ai toujours réver de faire ça avec mon copain a coachella, mais vu qu’il y a pas coachella, je propose ici.


Come on, do me some damage
Don’t you see that's okay ? 'Cause you're not, no, you’re not to blame
Baek Hojoo


Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t5165-baek-hojoo-hawkward_joo
♟I STUDY MADNESS
AGE : 24
AVATAR : oh sehun (exo)
POINTS : 75


NOUS A REJOINT LE : 12/08/2018


MESSAGES : 269


the best place in the world lies in between our eyes. (ft. Elena ♥ ) Empty
(#) Sujet: Re: the best place in the world lies in between our eyes. (ft. Elena ♥ )   the best place in the world lies in between our eyes. (ft. Elena ♥ ) EmptyJeu 16 Mai - 20:49
Parfois je me dis qu’Elena en aura peut-être marre un jour, du fait que je ne dise rien. Du fait que je ne sois pas vraiment quelqu’un qui parle, mais plutôt quelqu’un qui agit. Parce qu’elle me parle beaucoup, Elenea. Elle dit ce qu’elle ressent et ce qu’elle pense, elle explique comment elle voit le monde, de la façon la plus pure et séduisante qui existe. J’admire cette façon de faire, chez elle, sans jamais avoir le courage de le faire à mon tour. Les mots pèsent lourd contre ma langue, et j’ai beaucoup de difficulté à partager mes ressentis, à montrer aux autres ce que je vois, la façon dont je le vois. Alors, je trouve d’autres moyens de faire passer ce que j’éprouve : un dessin, un cadeau, un geste envers un autre. Et j’espère que ça suffit, même si je ne suis pas tout à fait confiant.

C’est un peu comme ce voyage, quand on y réfléchit bien. J’adore la nature, m’aventurer dans des endroits où je ne me serais peut-être pas rendu seul, et je le fais avec Elena pour une bonne raison. Je veux lui montrer ça, cette volonté de l’emmener avec moi, peu importe l’endroit où je vais, peu importe les circonstances. Pour le meilleur comme pour le pire, comme on dit ? Je sais qu’on n’est pas mariés, pas encore, mais je compte bien concrétiser ça aussi, un jour, si nous restons ensemble assez longtemps. Si la vie nous donne cette chance incroyable. Enfin, si elle en a envie, elle aussi. Je ne sais même pas ce qu’elle pense du mariage, des unions éternelles. Autant de serments inviolables que certains redoutent. De mon côté, ça ne me fait pas peur. Ce qui me faisait peur, c’était d’imaginer qu’elle puisse refuser mon invitation à vivre avec nous. Mais elle ne l’a pas fait, et je suis sans hésitation l’homme le plus heureux du monde.

« Le cul d’une poule ? C’est un peu rude. » Oui, et c’est pour ça que je rigole comme un imbécile heureux. Pas parce que ça me fait rire qu’elle m’insulte, hein ? En fait, c’est surtout parce que je sens qu’elle ne le pense pas. Enfin, pour les oreilles, j’espère qu’elle ne le pense pas. Je suis déjà assez complexé de ne pas avoir de lobe inférieur, parfois. Je résiste à l’envie de couvrir mon visage, en continuant à rire comme si elle m’avait dit une série de compliments. C’est con, hein ? Je n’aime pas qu’on me complimente, d’habitude, mais j’ai fini par m’habituer, à force de l’entendre. Du moins, en partie. Je ne supporte pas tout. Je me demande si elle a conscience du bonheur qu’elle me procure. Ce sentiment d’avoir trouvé celle avec qui je veux passer le reste de mes jours. Sûrement pas.

« Kit Harington, tu veux dire ? » Ai-je besoin de le préciser ? Une mauvaise habitude de ma part. Je souris. « On devrait y aller, un jour ! Ça m’intrigue vraiment. » Imaginer une ville couverte par les cendres, redécouverte, réexplorée. Ce doit être incroyable. Je me demande parfois comment ils se sont doutés qu’il y avait une ville, là-dessous ? Je veux dire, souvent, c’est à cause de travaux. Mais quand même ? « Paraît que des gars étaient coincés sous les cendres et qu’ils les ont moulés. » Okay, le détail glauque. Romantique comme tout. Je sais. « Non, jamais ! J’ai trop envie d’y aller. » Ma bouche s’arrondit de surprise. « Un safari, vraiment ? On pourra ! » Je suis moins fan de tout ce qui concerne les animaux, car souvent ça perturbe leur environnement. Je crois que c’est peut-être ce qui m’a fait prendre conscience que, après tout, changer d’orientation n’était pas une mauvaise idée.

Je ris un peu quand elle s’émerveille. « J’avoue c’est dingue ! » Je lève mon appareil avant de rire quand elle s’approche. « Mon cœur, tu vas me faire tomber ! » Je dis ça, mais je me fous quand même accroupi pour qu’elle puisse grimper sur mon dos, tout en réglant mon appareil. Je passe mes bras autour de ses jambes, pour bien la tenir, et j’essaie de lever l’appareil à mon œil pour prendre une photo. C’est ça le problème quand ça bouge. Je remercie le dieu numérique qui m’a permis d’avoir ce Reflex. D’ailleurs, faudrait que je pense à m’acheter un vieil argentique. Parce que j’aime ça, les photos argentiques. Comme si j’étais coincé entre deux époques et que j’avais du mal à me défaire des anciennes traditions. Mais c’est pas pareil, avec un appareil photo comme ça. On prend plus de temps pour faire nos photos, on réfléchit mieux. Un peu comme avec les instantanés. « Oh, attends descends deux secondes mon cœur. » C’est vrai que je l’ai pris, lui aussi. Je m’en sers moins, évidemment, vu le prix des pellicules, mais on s’en fout, pas vrai ? C’est fait pour les moments intenses. « Viens, on fait un selfie avec. » À chaque fois qu’on va quelque part, je prends une photo de nous, que je légende au marqueur noir, pour ne jamais oublier les dates et les endroits. Puis, je colle tout ça sur un tableau de liège, à la maison. J’admets être beaucoup plus émotif que ce que je peux laisser penser, par moments. Mais avec Elena, tout est tellement plus facile.



part of your world
Contenu sponsorisé


the best place in the world lies in between our eyes. (ft. Elena ♥ ) Empty
(#) Sujet: Re: the best place in the world lies in between our eyes. (ft. Elena ♥ )   the best place in the world lies in between our eyes. (ft. Elena ♥ ) Empty
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Forge World
» 05. You roxx my World
» Commande Forge World du Père Noël !!!
» Le renouveau de la World War avec Dust Tactics (et AT-43)
» World Tournament 2009 (Qualifications)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: reste du monde :: Globe Terrestre :: Aéroport International d'Incheon :: Amérique
Sauter vers: