▲ up▼ down
(+18) sublime mascarade. (jeno)



 
à vos risques et périls ! une roulette de la mort un peu particulière !
APRÈS UNE PAUSE BIEN MÉRITÉE, DÉCOUVRE LE NOUVEL EVENT CATASTROPHE DE HM !
TOUJOURS SUR HM ! es défis et la semaine à thème ont été renouvelé ! (+18) sublime mascarade. (jeno) 359353108
nouveautés sur Hundred Miles !
Découvre les codes promotionnels et viens réclamer tes lots ! un résumé du sondage est également disponible.
continuité de l'animation SUPER(H)M et le sujet d'anniversaire toujours ouvert, n'hésite pas !
Présentation des petits derniers sur hm ! viens en apprendre plus sur les dernières bouilles validées et n'oubliez pas de passer sur les med
NEW
la roulette rp fait son apparition ! les inscriptions sont actuellement ouvertes pour tous ceux cherchant un rp !
HUNDRED MILES
hundred miles c'est un forum réel asiatique city/universitaire basé à Séouldeux réponses par mois minimum — Avatars occidentaux bienvenus ! — Taille des avatars 200*320pxUne semaine pour finir sa présentation — Pas de prise de tête, rien que du love. That's all folks ٩(^ᴗ^)۶
vote pour hm !
✿︎
13.10.19 ➝ halloween is coming, et pour l'occasion, HM revêt son costume d'ombre. bienvenue à la MAJ n.39 et à ses nouvautés dantesque !
14.09.19 ➝ elle est là, la maj peachy n.38 qui sent bon le road trip automnal ici !
16.08.19 ➝ 37ème MAJ qui marque également les 3 ans du forum ! Viens mater les news ici !
08.08.19 ➝HM fête ses 3 ans ! merci à tous pour cette belle aventure qui se poursuit !
16.07.19 ➝ C'est la 36ème MAJ, façon summer night festival pour HM! les feux d'artifice c'est par ici !
16.06.19 ➝ 35ème MAJ, HM is a jungle pour ce mois de juin ! les news c'est ici !
12.05.19 ➝ Oh my my my ! 34ème maj fleurie pour HM qui affiche quelques nouveautés printanières !
13.04.19 ➝ 33ème MAJ toute fruitée pour le retour des beaux jours ! viens découvrir les news juteuses !
09.03.19 ➝ on accueille la 32ème maj et son design azuré ! viens découvrir les nouveautés !
09.02.19 ➝ installation de la MAJ n.31, avec un codage tout neuf et plein de nouveautés !
09.01.19 ➝ 30ème MAJ de HM ! viens découvrir les nouveautés ICI
01.01.19 ➝ BONNE ANNÉE LES CHATS !! plein de bonheur à tous. ❤︎
08.08.16 ➝ ouverture de hm
han ja
park bo ra
han soo yun
yang noam
the avengers

 :: old memories :: Oubliettes, Never Forget :: RPs terminés
Partagez

 (+18) sublime mascarade. (jeno)


Aller à la page : 1, 2  Suivant
Lin Veo


Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t7076-lin-veo-linveo
highway to heaven
AVATAR : xukun.
POINTS : 0


NOUS A REJOINT LE : 20/04/2019


MESSAGES : 113


(+18) sublime mascarade. (jeno) Empty
(#) Sujet: (+18) sublime mascarade. (jeno)   (+18) sublime mascarade. (jeno) EmptyDim 28 Avr - 15:01




I know the games that you play
Try to act like you don't want me but we got that crazy connection.
When it's good, feels so good and even when its bad it's still pretty amazing.

I know I should leave you for good but I'm keeping you around. I guess I'm going crazy, I guess I'm going crazy...


Belle soirée pour le sang chanceux, le sourire hypocrite se nourrissant des différentes belles paroles, toutes finalement semblables répétées jusqu’à ce que l’horloge sonne le début des festivités. Belle soirée pour les hommes et femmes aux billets de couleurs, les plus belles robes, les plus beaux costumes. Mais aucun ne surpassant celui qu’il s’efforçait de ne pas chercher du regard, fine silhouette qu’il se rappelle encore, partageant son lit, souillant les draps de satin. La lourde respiration qu’il s’impose dans le vain espoir de calmer le poids inconnu logeant depuis ce fameux jour dans son ventre. Le verre en cristal qu’il ramène lentement à ses lèvres, la posture visiblement trop nonchalante pour l’être réellement, la moue ennuyée, Veo semblait vouloir se fondre dans le mur où son dos était appuyé. Cette célébration et ses sourires pour des fiançailles servant à sauver le bateau à la dérive servant d’entreprise de son paternel. Cela faisait bien longtemps que le seul fils de la famille Lin avait perdu le peu de respect qu’il avait eu pour lui. En avait-il même déjà ressenti à son égard ?

« Même pas foutu de s’occuper de sa propre entreprise… » Murmure haineux soufflé au-dessus de son verre avant de le finir d’une traite, yeux perçants fixant la silhouette du directeur Lin. Pauvre homme rempli de défauts amassant la malchance, le point final à son histoire, ce sera son fils lui-même qui la lui mettra, le sourire aux lèvres. Aussi cruel, autant qu’ils l’avaient été envers lui. Orbes froides détaillant le monde l’entourant de la même manière. Jusqu’à ce qu’un costume en particulier attire son regard. Mécaniquement, son corps se remet en marche avant de s’enraciner au sol brusquement. La gorge sèche, il redevenait l’enfant perdu n’osant prononcer le moindre mot. Tellement subjugué par celui qu’il n’avait plus vu, comme si les semaines passées sans lui revenaient désormais comme plusieurs années. L’esprit vagabondant, son corps se tend directement à la main se posant doucement sur son épaule.

« Pourquoi ne vas-tu pas saluer ton ami… Jeno c’est cela ? Cela fait un moment qu’il ne vient plus à la maison d’ailleurs, invite-le prochainement Veo. Vous vous connaissez depuis si longtemps. » La main descendant le long de son bras, tellement comme un geste qu’une mère aurait pour son fils, Veo devait lui accorder ça. Madame Lin était douée. Faire semblant de connaître ses amis jusqu’à sa couleur favorite, une splendide carrière d’actrice s’ouvrait pour toutes les femmes présentes dans ce lieu.

« Oui mère. »

L’envie de rire amèrement devant son jeu d’acteur plutôt bon en même temps que son ventre qui se retourne à l'idée qu'il tienne cela d'elle. Pas plus de quelques secondes en la compagnie de la femme qui lui avait donné la vie, il s’éclipse vers l’invité. Pas plus grand que lui, visage aux traits fins légèrement crispé, toutefois Jeno restait élégant, comme toujours.

« Bonsoir, Jeno. » Souffle à la limite du mielleux se mêlant à son visage détendu. Ça contraste avec son esprit en désordre de le revoir dans ces conditions. Énième coupe de champagne qu’il récupère gracieusement lorsqu’un serveur passe en coup de vent, gestes experts montrant les années à vivre dans ce milieu. Grande mascarade réunissant les plus dangereux des reptiles, là où seuls les coups bas étaient appréciés. Il fallait faire tomber avec élégance, faire comprendre avec les yeux, accepter avec un sourire.   

(c) SIAL ; icons prima luce


Moon Jeno


Voir le profil de l'utilisateur
the cold paradise
AVATAR : yanjun bb
POINTS : 2


NOUS A REJOINT LE : 19/04/2019


MESSAGES : 168


(+18) sublime mascarade. (jeno) Empty
(#) Sujet: Re: (+18) sublime mascarade. (jeno)   (+18) sublime mascarade. (jeno) EmptyDim 28 Avr - 23:38




I know the games that you play
Try to act like you don't want me but we got that crazy connection.
When it's good, feels so good and even when its bad it's still pretty amazing.

I know I should leave you for good but I'm keeping you around. I guess I'm going crazy, I guess I'm going crazy...


Let me hold you
For the last time
It's the last chance to feel again

Envies insatiables d’être n’importe où ailleurs qu’ici. Les lèvres qui s’étirent d’un mouvement mécanique lorsque des salutations s’imposent, mais le regard vide. Tu te fonds dans cette foule d’hommes et de femmes bien habillés et aillant sorti leur plus beau costume pour l’occasion. Le milieu social que tu chérissais tant en le ventant auprès de ceux qui n’avaient pas eu la chance d’y venir au monde, faisait aujourd’hui naître en toi le dégoût le plus profond. Mensonges et artifices, tous réunis pour célébrer une union qui pourtant t’avait tout pris.

Tu avais tenté d’inventer des excuses pour éviter de venir, mais aucune n’avait convaincu tes parents. En plus de l’importance de l’image que ta famille devait montrer pour se faire voir, tu étais un des plus proches amis du fiancé. Tu devais être là. C’était un devoir.

Supercherie.

Mais tout ce qui se passait n’était-il pas déjà prévu ? A quoi est-ce que tu t’attendais au juste ? Veo destiné à se marier à une belle femme de la haute société coréenne. Elle lui donnerait des enfants, sa descendance. Elle pouvait lui offrir tellement de choses que toi tu ne pouvais pas. Au fond, rien n’était surprenant. Votre relation était sans doute prédestinée à cette fin-là. Et tu ne pouvais rien y faire.

L’attention porté sur le buffet, tu n’avais trouvé que cette échappatoire pour supporter ces quelques heures de torture.  Faire une apparition, saluer certaines personnes, puis repartir. Sans le croiser, sans devoir lui parler, sans devoir poser ton regard sur Veo et la femme à qui il s’unissait.

Si seulement cela avait été possible.

Tu avais réussi à l’éviter depuis ton arrivée, mais tu n’avais pas besoin de lever la tête pour savoir que c’était lui. « Bonsoir Jeno. » Ses mots te font mal tant il a l’air à l’aise avec la situation. Pourquoi ne cherchait-il pas à t’éviter lui aussi ? N’était-il pas assez satisfait comme ça ? Tu le regardes en essayant tant bien que mal de cacher tes émotions. Tu ne voulais pas lui offrir cette victoire. « Bonsoir Veo. » Élégance et beauté sans pareils, ton amant t’avait quitté depuis quelques jours seulement et déjà tu mourrais d’envie de le retrouver. Tu mourrais d’envie de le toucher, de l’embrasser, de n’avoir que rêver ses paroles ce fameux soir-là. « Tous mes vœux de bonheur. » Tu lui dis sans le penser une seule seconde. « C’est ce qu’on dit dans ce genre de situation, je crois ? » Tu vins porter ton verre au sien pour trinquer. « Félicitations Veo… » Incapable de le regarder dans les yeux, tu bus ton verre d’une traite avant de le reposer sur un plateau.

Tu pouvais essayer d’agir en te montrant détaché, la vérité c’était que la douleur dans ta poitrine depuis que tu avais appris ses fiançailles ne s’était jamais arrêté, même pas un instant. Tu n’avais fait que penser à lui, à vous, à ce que vous étiez ensemble. Cruelle fatalité qu’une vie d’enfant héritier. Tu l’aimais, tu pensais que lui aussi. « Qu’est-ce qu’on était au juste… » Tu chuchotes comme pour toi-même. Tu ne veux pas croiser son regard.

But you broke me
Now I can't feel anything
  

(c) SIAL ; icons prima luce


Lin Veo


Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t7076-lin-veo-linveo
highway to heaven
AVATAR : xukun.
POINTS : 0


NOUS A REJOINT LE : 20/04/2019


MESSAGES : 113


(+18) sublime mascarade. (jeno) Empty
(#) Sujet: Re: (+18) sublime mascarade. (jeno)   (+18) sublime mascarade. (jeno) EmptyJeu 2 Mai - 19:52




I know the games that you play
Try to act like you don't want me but we got that crazy connection.
When it's good, feels so good and even when its bad it's still pretty amazing.

I know I should leave you for good but I'm keeping you around. I guess I'm going crazy, I guess I'm going crazy...


Toujours là à faire frissonner son cœur de la plus langoureuse des manières, ne pouvant qu’utiliser ses yeux pour s’abreuver de la beauté de son cher et tendre partenaire. Douce torture de ne pouvoir le toucher, rien que par les centaines d’yeux vicieux dans la salle bondée d’hypocrisie. Force presque insoutenable alors qu’il rencontre les orbes qu’il arrive si bien à déchiffrer, cet air blessé qu’il n’arrive pas à mettre de côté. S’il pouvait pour juste une seconde embrasser ses lèvres rubis et lui révéler cette horrible mascarade dans laquelle on l’avait poussé. Le corps plus calme lorsqu’il est près de lui, l’âme trop sombre qui s’apaise en face de sa jumelle, Veo ne pouvait pas s’empêcher d’apprécier ce moment égoïstement. Plaisir coupable qui s’enfuira dès que Jeno disparaîtra.

« Bonsoir Veo. »

Oh qu’il aimerait lui dire, voir son visage s’éclairer comme il le faisait avant que tout ne s’effondre, ne laissant que les ruines de ses derniers mots, que l’absence de l’autre. La main qui démange de venir se poser sur sa joue, comme la dernière fois qu’ils s’étaient vue. Ce soir encore Veo ne tentera rien, et c’est ce qui alourdissait un peu le poids logeant dans son ventre. Il se demandait parfois si on pouvait voir la tension pesante entre Jeno et lui, si papable à chaque fois qu’ils entraient en contact depuis leur première rencontre. Léger sourire qu’il sait ne donner qu’à lui, alors que son cœur lui fait mal de ne pas pouvoir l’approcher plus. L’étirement de ses lèvres donnant un air un peu trop innocent au cœur sombre qu’il détenait, à la violence de ses tourments qu’il maintenait dans les profondeurs de son être. Sourire qui s’éteint au fur et à mesure qu’il entend Jeno, le visage retrouvant presque cet air glacial qui le caractérise tant généralement, mais jamais avec lui.

« Pas la peine. Je ne pensais pas recevoir ce genre de paroles de ta part aussi, Jeno. » Le ton calme frigorifiant, presqu’en un murmure. « Félicitations » qu’il montre comme des insultes, paroles vides de sens et de sincérité. Aucune volonté de s’enfoncer dans cette mascarade, cette pièce de théâtre aux personnages pitoyables.

« Dois-je jouer le jeu et faire semblant avec toi aussi, Jeno ? » Son visage légèrement penché sur le côté comme dans l’attente d’une réponse qu’il n’attend pas réellement. La rancune mélangée à cette colère froide qu’il transporte en lui depuis que Jeno lui avait dit de partir sans même qu’il n’ait le temps d’en dire plus, d’expliquer qu’il n’était qu’un sacrifice, que sans ça les chances qu’il reprenne une entreprise devenait plus mince. Pas près de la faillite, mais assez affaiblie pour qu’on doive faire une alliance de taille, Veo aurait aimé croire qu’il aurait pu surmonter ça sans se marier.

« Qu’est-ce qu’on était au juste… »

Son souffle qui se coince dans sa gorge alors qu’il se demande presque avoir bien entendu. L’envie si puissance de le secouer, de lui dire d’arrêter de tout remettre en question. Il avance jusqu’à se tenir à quelques centimètres, l’esprit bien loin de se soucier des regards indiscrets, les gestes pas assez bizarres pour ceux étant habitués à leur complicité.

« On était bien jusqu’à ce que tu me dises de dégager Jeno. » Murmure remplie de reproches, trop de rancune dans la voix pour qu’il puisse tout expliquer ce soir, l’envie malsaine de le voir souffrir autant que son propre cœur s’arrachant de sa poitrine à chaque respiration depuis leur séparation. Presque au bord de la crise depuis leur dernière rencontre, Veo se raccrochant à cette soirée depuis des semaines pour ne pas laisser son esprit s’égarer et laisser la rage qui l’habite détruire le mobilier.

« Regarde-moi. Jeno. »

Son prénom comme une supplique, Veo pourrait le répéter jour et nuit si ça pouvait remonter le temps. Appellation qu’il prend plaisir à redire à chaque fin de phrase, sachant l’effet qu’il provoquait à son amant. Cette fois-ci avec plus de douceur que précédemment, le prénom roulant sur sa langue en un souffle bien trop lascif

(c) SIAL ; icons prima luce


Moon Jeno


Voir le profil de l'utilisateur
the cold paradise
AVATAR : yanjun bb
POINTS : 2


NOUS A REJOINT LE : 19/04/2019


MESSAGES : 168


(+18) sublime mascarade. (jeno) Empty
(#) Sujet: Re: (+18) sublime mascarade. (jeno)   (+18) sublime mascarade. (jeno) EmptyMar 7 Mai - 19:14




I know the games that you play
Try to act like you don't want me but we got that crazy connection.
When it's good, feels so good and even when its bad it's still pretty amazing.

I know I should leave you for good but I'm keeping you around. I guess I'm going crazy, I guess I'm going crazy...


Caprices, désirs dérisoires et plaintes d’un enfant jamais content de rien. Un enfant à qui on a tout cédé, qui a toujours eu tout ce qu’il désirait si ce n’est l’amour de ses parents. Ce même enfant maintenant grandi par les années, qui n’a pas laissé tomber ses habitudes d’enfant gâte, mais que pourtant le regard d’un autre a réussi à changer. Parce qu’il n’y avait plus uniquement Jeno qui comptait, il n’était plus question de sa petite personne comme centre du monde. Il était devenu plus que ça, il était devenu quelqu’un de meilleur. Avec Veo.

Shall I stay
Would it be a sin
If I can't help falling in love with you

Mais ça aussi finalement tu ne pouvais pas l’avoir. Toutes les choses que tu avais le plus désiré dans ta vie n’avait cessé de t’échapper. L’attention et l’amour de papa et maman, et aujourd’hui c’était lui qu’on t’enlevait.

« Dois-je jouer le jeu et faire semblant avec toi aussi, Jeno ? » Tu ne réponds pas, tu fuis ses yeux qui toujours t’électrifient et te transpercent. Ses yeux qui ont eu raison de toi à tant de reprises. Désormais ils seraient posés sur une autre personne que toi, une personne qui partagera la vie de celui que pourtant tu aimes et dont tu pensais l’amour réciproque. Les mots sortent tout seuls, tu poses une question sans réellement en attendre une réponse. Tu ne savais plus ce que tous ces mois passés ensemble signifiaient. Rien ? Pourquoi t’avoir fait goûter à ces jours heureux pour aujourd’hui t’en priver à tout jamais ? Ton regard croise à nouveau celui de ton ancien amant lorsqu’il s’avance vers toi. Tu voudrais reculer, mais la table derrière vous t’en empêche. La proximité te met mal à l’aise, comme si elle te narguait.

Veo était si proche, mais malgré cela vous n’aviez jamais été aussi loin l’un de l’autre.

« On était bien jusqu’à ce que tu me dises de dégager Jeno. » Tes sourcils se froncent tandis que tu refuses encore d’affronter ses iris. Les souvenirs refont surface et la douleur que tu avais tenté d’enfouir en vain serre ton cœur encore fois. Lorsque Veo t’avait annoncé ses fiançailles tu ne lui avais laissé le temps de rien, lui demandant simplement de s’en aller. Tu n’avais pas envie d’entendre un mot de plus. Parce qu’il avait déjà tout détruit. « Regarde-moi. Jeno. » Comme si ton corps était fait pour lui obéir, tu relèves la tête pour lui faire face luttant contre l’envie de poser ton regard sur ses lèvres dont la proximité était une torture. « Alors c’est de ma faute ? » Tu lui demandes presque trop sincèrement. « C’est de ma faute si on est dans cette situation ? » Tu sais que l’endroit et le moment n’est pas le plus opportun pour avoir cette discussion, mais tu ne pouvais pas supporter que Veo rejette la faute sur toi. Qu’est-ce que tu aurais dû faire ? Qu’est-ce qu’il aurait voulu que tu lui dises ? Que tu essaies de comprendre calmement ? Que tu fasses comme si ce n’était pas si important ? Comment est-ce qu’il pouvait insinuer que tu y étais pour quelque chose ? « Je te rappelle que c’est toi qui nous laisses tomber. C’est toi qui te fiances ! C’est toi qui m’abandonnes… » Tu le repousses, refusant de rester en face de lui une seconde de plus. « Comment est-ce que tu peux être aussi calme ? Tu vas te fiancer Veo. Tu vas t’unir à quelqu’un. Te marier. Avoir des enfants, une vie de famille. » Tu dis tout ça en ayant du mal à croire en tes propres paroles. La situation te dépassait complètement. « C’est peut-être mieux. Je n’aurais pas pu t’offrir tout ça de toute façon. » Vérité que tu aimerais tellement pouvoir réfuter.  

  

(c) SIAL ; icons prima luce


Lin Veo


Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t7076-lin-veo-linveo
highway to heaven
AVATAR : xukun.
POINTS : 0


NOUS A REJOINT LE : 20/04/2019


MESSAGES : 113


(+18) sublime mascarade. (jeno) Empty
(#) Sujet: Re: (+18) sublime mascarade. (jeno)   (+18) sublime mascarade. (jeno) EmptyLun 20 Mai - 0:07




I know the games that you play
Try to act like you don't want me but we got that crazy connection.
When it's good, feels so good and even when its bad it's still pretty amazing.

I know I should leave you for good but I'm keeping you around. I guess I'm going crazy, I guess I'm going crazy...


La rencontre de ses yeux où l’étincelle a disparu enlève la satisfaction de le voir répondre à sa demande. La malice qu’il aime tant, ce regard hautain avec l’arrogance jusqu’au fond de ses entrailles, celle-là même qu’il a appris à aimer plus que de raison. Désormais face à un regard effacé comme s’il avait déjà abandonné, cauchemar bien réel dont il espère tout de même se réveiller. Comme s’il regardait un inconnu au lieu du Jeno au sourire vainqueur, la confusion l’étreint alors qu’il reste bloqué sur cette image aux couleurs trop fades.

« Alors c’est de ma faute ? » Soupir profond passant d’entre ses lèvres charnues alors que l’envie de passer la main dans ses cheveux impeccablement coiffés lui ronge le bout des doigts. La frustration de la situation qu’il ne peut pas régler, pas maintenant alors que les fiançailles viennent d’être annoncées. Alors que tous les regards reviennent toujours sur lui, attendant le moindre faux-pas. « C’est plus compliqué que ça Jeno… »
Tellement plus compliqué qu’une bague de fiançailles, les enjeux de cette association bien moins touchants. Alors il regardait Jeno comme un homme à sa bouée de sauvetage, pour pas perdre son calme, pour pas tout lui dire et exploser.

« Je te rappelle que c’est toi qui nous laisses tomber. C’est toi qui te fiances ! C’est toi qui m’abandonnes… » Le cœur qui rate un battement alors que son visage exprime pendant une seconde la surprise de se faire repousser avant de se durcir. Son poing qui se renferme violemment jusqu’à blanchir ses jointures alors que l’envie sourde de tout casser traverse pendant quelques secondes ses veines. De la colère à la peine de ne pas pouvoir le toucher, de ne pas pouvoir s’approcher assez près pour sentir son odeur, l’envie d’être partout avec lui sauf ici.

« C’est toi qui m’as repoussé la dernière fois et tu recommences ce soir. Pas moi. » La voix dangereusement basse manifestant son mécontentement. Mauvaise foi de ne pas vouloir comprendre son erreur, son discours trop brutal qui avait sonné comme un au revoir.

Au fond, il le savait. Il avait merdé.

« Comment est-ce que tu peux être aussi calme ? Tu vas te fiancer Veo. Tu vas t’unir à quelqu’un. Te marier. Avoir des enfants, une vie de famille. » Le bruit des verres et des rires comme musique de fond devant la confrontation des cœurs blessés. Rien qu’un coup d’œil vers Jeno et Veo sent la situation qui lui échappe devant cette réalité cruelle qu'il lui dépeint brutalement. La seule pensée de ce futur lui fait monter la bile alors que la cruelle vérité s’inscrit sur son visage comme une claque. Impossible et pourtant, ils en étaient là. Champagne vidé dans les verres étincelants accompagnés de murmures et de félicitations. Le visage perturbé et l’esprit troublé. Il était prisonnier sans personne pour l’aider, la bague déjà prête à épouser son doigt.

« C’est peut-être mieux. Je n’aurais pas pu t’offrir tout ça de toute façon. » Éclat blessé qui passe quelques secondes sur son visage avant de disparaître, alimentant les douleurs et les blessures internes de son esprit tourmenté. L’envie de le supplier de pas partir, de pas le laisser ici. « Jeno.. » Murmure brisé qui s’échappe sans qu’il s’en rende compte. L’enfant en lui qui prend vie, ouvrant la bouche pour l'a refermer ensuite, pas capable de continuer et mettre sa fierté de côté, pas capable de montrer à Jeno le mal qu’il pourrait lui infliger. L’homme Lin pas si impassible que ça devant la moitié de son âme, un peu plus et il se mettrait à genoux pour lui.

Un coup dur qu’il comprend comme un énième rejet, inspirant pour reprendre contrôle de son esprit et corps réclamant Jeno et les repoussant le plus loin possible, essayant de fermer son cœur pour ne pas se demander comment ils en étaient arrivés là. Si loin et brisés, l’un sans l’autre.

« Si tu m’avais laissé m’expliquer, on n'en serait pas là aujourd’hui, mais ce n’est ni l’heure ni le moment d’aborder ce sujet. »
Paroles délibérément froides, Veo reprenant son masque quelques secondes avant de s’en vouloir, culpabilisant de vouloir lui faire du mal autant qu’il souffrait présentement. Énième soupire quoiqu’un peu tremblant cette fois-ci, l’envie de sortir d’ici, de laisser éclater ses émotions brutalement et ne rien ressentir, comme avant. Juste la rage, la colère. Pas le sentiment de pouvoir se briser par un seul mot de plus, faiblesse d’aimer trop sans pouvoir le faire librement. Coincé.

« Reprends-toi, calme-toi. »

Souris-moi.

Aime-moi.


Les mots qui restent coincés dans le bas de sa gorge alors que ses yeux crient la vérité cachée, celle qu’il ne peut pas montrer.
La phrase qu’il énonce autant pour Jeno que pour lui, pour pas éclater en mille morceaux sans possibilité de retour en arrière.

Mais impossible d’arrêter son esprit de tourbillonner, d’imaginer le pire, les regards en coin appréciant la carrure de ce qui était sien. Jalousie empoisonnant ses veines, brûlant sa gorge alors qu’il prend une énième coupe de champagne dans l’espoir de se calmer, lui et le feu glacial de sa possessivité.

« N’étant plus disponible désormais, qu’est-ce que tu comptes faire ? Trouver quelqu’un d’autre ? »





Comme une parenthèse, une pose une trêve, un vide ou je me noie
Comme l'amour en rêve sans interdit sans règle ne plus penser qu'à ça
Et comme un sacrilège assouvir le cortège de mes désirs de toi
Et j'arrête le temps respire a contre temps ne respire presque pas
 
(c) SIAL ; icons prima luce


Moon Jeno


Voir le profil de l'utilisateur
the cold paradise
AVATAR : yanjun bb
POINTS : 2


NOUS A REJOINT LE : 19/04/2019


MESSAGES : 168


(+18) sublime mascarade. (jeno) Empty
(#) Sujet: Re: (+18) sublime mascarade. (jeno)   (+18) sublime mascarade. (jeno) EmptyLun 20 Mai - 1:52




I know the games that you play
Try to act like you don't want me but we got that crazy connection.
When it's good, feels so good and even when its bad it's still pretty amazing.

I know I should leave you for good but I'm keeping you around. I guess I'm going crazy, I guess I'm going crazy...


Brisés. Comme l’impact sur le sol de tout ce que vous aviez bâti ensemble qui s’effondre péniblement devant vos yeux impuissants. Incapable de changer le futur auquel vous étiez destinés. Triste fatalité que tu voudrais n’être qu’un mauvais rêve.

« C’est plus compliqué que ça Jeno… »
Mais toi tu voudrais que ce soit simple.

Si seulement il suffisait que vous vous aimiez. Si seulement les sentiments que vous ressentiez l’un pour l’autre étaient les seules qui comptaient. Douleur insoutenable dans la poitrine, lequel de vous souffrait le plus ? Personne ne saurait le dire. Abandonné par celui qu’il avait aimé dès les premiers instants ; contraint à quitter celui a qui il avait confié son cœur. Amour impossible, amour dévastateur. Un seul être capable de calmer la colère qui sévit dans ta poitrine, le même être qui en est responsable. Veo. Veo t’avait laissé tomber. Tu lui faisais confiance, tu l’aimais. Et il t’avait abandonné. « C’est toi qui m’as repoussé la dernière fois et tu recommences ce soir. Pas moi. » Tu essayes de rester impassible, de cacher l’effet que ses mots avaient sur toi. Tu avales difficilement ta salive, tu te mords la lèvre pour garder le contrôle sur tes émotions. Comment Veo arrivait à remettre la faute sur toi alors que tu n’étais qu’une victime de ses insatiables ambitions.

Il avait toujours été comme ça. Même si avec toi il avait eu l’habitude de laisser tomber le masque, d’abaisser les défenses dont il s’habillait devant tous les autres. Il avait toujours été comme ça. Et tu l’aimais quand même. Aujourd’hui tu avais l’impression que tout te retombait dessus. Tu voudrais tout envoyer valser, tu voudrais quitter cette pièce. Tu voudrais être loin de Veo parce que tu ne savais pas combien de temps encore tu pourrais tenir. Tu lui dis que ce sera sans doute mieux comme ça. Que tout ce que sa fiancée lui offrira, toi tu n’aurais pas pu les lui offrir. Les mots que tu laisses t’échapper écorchent ton cœur plus sensible que jamais.

Tu aurais voulu te battre pour Veo. Ne pas accepter le destin duquel il était le héros. Tu aurais voulu avoir le courage de le faire, mais tu t’étais résolu. Parce que t’avais beaucoup trop peur. Trop peur qu’il finisse quand même par te quitter, que tes efforts soient vains. Le quitter avant qu’il ne te quitte. Toi aussi tu n’étais pas totalement innocent. « Jeno... » Parole que tu aimais entendre lorsqu’elle se frayait un chemin entre les lèvres de ton amant. Maintenant entendre ton prénom sonnait comme une torture. Tu refuses toujours de croiser son regard, t’écartes et voudrais le laisser-là. Mais il n’a pas fini de te supplicier. « Si tu m’avais laissé m’expliquer, on n'en serait pas là aujourd’hui, mais ce n’est ni l’heure ni le moment d’aborder ce sujet. »

Perdu entre tristesse et colère, tu maudits les événements et surtout l’endroit dans lequel vous vous trouvez. Qu’il t’explique ? Qu’avait-il de plus à dire ? N’allait-il pas se fiancer avec une autre ? Qu’est-ce qui pouvait bien changer ta perception de la situation ? « Et quand est-ce que ce sera le moment ? Entre le choix du costume pour le mariage et celui du gâteau ? A ce moment-là tu penses avoir du temps à m’accorder ? » Mots vindicatifs, tu recroises ses pupilles que tu foudroies comme tu le peux. N’était-il pas conscient de ce qu’il faisait ? De ce dans quoi il s’embarquait ? Beaucoup de reproches te passaient par la tête, mais tu étais d’accord avec lui sur un point : ce n’était pas le moment, ce n’était pas l’heure, ce n’était pas l’endroit. « Reprends-toi, calme-toi. » Comme s’il parlait pour vous deux. Tu vois l’homme qui partageait tes draps quelques jours auparavant commencer à perdre patience, à perdre son calme pourtant légendaire. C’était l’effet que tu lui faisais. Mais c’était pourtant la fin.

Tu respires un grand coup pour te calmer comme ton amant te l’avais presque ordonné. Tu prends aussi une autre coupe de champagne et aurais sûrement intenter de t’éclipser si ce n’était l’occasion pour Veo de te provoquer à nouveau. « N’étant plus disponible désormais, qu’est-ce que tu comptes faire ? Trouver quelqu’un d’autre ? » Tu le regardes silencieux voulant paraître insensible à ses propos. Trouver quelqu’un d’autre ? Le simple fait d’y penser était déjà insoutenable. Tu fronces les sourcils en portant la coupe à tes lèvres. « Oui. » Non. « Il faut bien, pas vrai ? Te remplacer. » Jamais.

Arrête-moi.
Reviens-moi.
Ne t’en va pas.

« Trouver quelqu’un d’autre pour partager mes nuits. » Ton regard défiait le sien. « Je ne pense pas que ça posera un problème. »




L’envie de m’éloigner de toi.
Et me larmes, et mes armes
Sont ma peine, ma peine plus que la haine
Et mes larmes, mes larmes
Dieu que j’ai mal.
 
(c) SIAL ; icons prima luce


Lin Veo


Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t7076-lin-veo-linveo
highway to heaven
AVATAR : xukun.
POINTS : 0


NOUS A REJOINT LE : 20/04/2019


MESSAGES : 113


(+18) sublime mascarade. (jeno) Empty
(#) Sujet: Re: (+18) sublime mascarade. (jeno)   (+18) sublime mascarade. (jeno) EmptyLun 20 Mai - 14:47




I know the games that you play
Try to act like you don't want me but we got that crazy connection.
When it's good, feels so good and even when its bad it's still pretty amazing.

I know I should leave you for good but I'm keeping you around. I guess I'm going crazy, I guess I'm going crazy...


Les mots sortent comme des poignards ensanglantés, lame bien aiguisée, prête à persécuter les cœurs mal en point. Jalousie enflammant ses sens sans qu’il ne puisse rien en faire à part faire du mal. Les mots sortent, déchirant l’organe tressautant irrégulièrement dans sa poitrine, douleur d’un monde où ce qu’il pensait sien toucherait un autre que lui. L’espoir qu’il n’en fasse rien, prenne sa main en murmurant les paroles moqueuses dont il a l’habitude. Veo n’était pas romantique, carapace faite de glace s’entrechoquant avec les émotions bouillonnantes de Jeno. Aucune promesse pleine de fleurs et de niaiseries, juste la passion d’un amour qu’on dit anormal, serment dans leurs maigres sourires et dans la puissance de leurs baisers.

Lorsqu’il se réveillera, migraine frappant chaque parcelle de son esprit alors qu’il se remémorerait la faiblesse de leur échange qui ne leur ressemblait pas. Deux âmes remplies de fierté et d’arrogance en plein instant de faiblesse, les armures jetées sur le bas-côté pendant qu’ils pleurent leur séparation. Lorsqu’il se réveillera la chambre auparavant rangée, dévastée par sa rage de la perte de son âme.

« Oui. »
Comme figé devant l’improbable, les yeux dévisageant celui qu’il considère toujours comme son amant, cherchant la vérité dans son regard glacé sans rien trouver. Respiration qui s’accélère aux images de son imaginaire, le traître, torturant son esprit agité par ce qu’il pensait impossible. Le visage inexpressif la seconde d’après, juste la colère froide au fond de ses orbes, glaçant ses entrailles pendant qu’il imagine Jeno le tromper avec un autre. Trahison au goût amer qu’il peut désormais expérimenter. Malheureuse situation alors que lui-même aurait jamais pu toucher sa fiancée sans le voir.

Sourire sans joie qu’il arrive à placer sur son visage, intérieurement détruit par la jalousie sans pouvoir rien y faire, sans pouvoir crier et lui interdire de partir loin de lui. Parce qu’il était bon pour lui, calmant sa rage, apaisant la colère et la frustration sans même le savoir.
Pourtant son corps presque tremblant de rage contenue montre le contraire. Ce soir ils se déchiraient, montrant à quel point ils pouvaient se faire du mal, et malgré tout Veo en appréciait chaque secondes. Parce que c’était Jeno.

Mais son esprit ne pourrait pas supporter un mot de plus que cette affirmation vengeresse, pas alors qu’il sent à peine le verre dans ses mains se fissurer.

« Il faut bien, pas vrai ? Te remplacer. Je ne pense pas que ça posera un problème. »
Le verre éclate sous la pression de ses doigts maintenant ensanglantés. Morceaux de verre s’enfonçant dans sa peau, douleur minime par rapport aux mots de Jeno.
Un cri près de lui et le masque bien en place une fois de plus, surprise feinte alors qu’il regarde sa main à l’apparence douloureuse.
« Monsieur Lin ! Vous allez bien ? Voulez-vous que je vous accompagne pour soigner votre main ? »

Regardant le serveur affolé commençant à ramener l’attention vers lui, il se rapproche doucement, un sourire dénué de sincérité, comme il en avait toujours été.
« Ce ne sera pas la peine, Jeno va m’accompagner si ça peut vous rassurer. Le verre devait déjà être cassé lorsque j’ai dû le prendre. »

À peine quelques mots échangés et les conversations reprenaient de plus belle, les rires aiguës faisant deviner combien de coupes avaient été avalées pendant qu’il traversait la foule. Sûr que Jeno le suivait, peut-être avait-il des doutes sur sa fidélité, mais l’amour dans ses yeux les faisait toujours briller, renforçant l’espoir dans le creux de son ventre. Il lui ferait se souvenir.
Souvenir de ce que personne d’autre que lui ne pourrait lui donner.

Longeant les longs couloirs, prenant la première salle vide sans s’y enfermer, le son des pas derrière lui, le rassurant sur sa venue. Comme s’il avait fait ça toute sa vie, prenant les outils nécessaires à l’extraction des bouts de verres se fondant sous sa peau. Douloureuse réalité que ça arrivait souvent en regardant les nombreux bandages et outils en tout genre de la grosse armoire luxueuse, mais pas comparable à ce qu’il avait chez lui. Chaque pièces équipées de désinfectants et bandages en tout genre, produits pharmaceutiques rivalisant avec les plus grand hôpitaux. Comme s’il avait prévu un débordement, sa demande personnelle de prévoir le nécessaire dans chaque salle de bains entourant la salle de réception réservée pour la soirée.

Veste retirée et les manches de sa chemise relevée jusqu’à ses avants-bras, sa main en sang qu’il regarde sans rien ressentir avant d’observer Jeno. Pulsion de son corps, en un clin d’œil à quelques centimètres de son amant avant de s’emparer brutalement de ses lèvres. Baiser cruel alors qu’il le rapproche un peu plus de sa seule main valide. Baiser où il reprend vie alors qu’il s’oblige à ne pas vouloir plus, pas maintenant.
« Tu penses pouvoir le faire ? Me remplacer. » Le ton presque hypnotique accompagnant son visage charmant comme il savait si bien le faire. Son pouce caressant la joue rougie par l’étreinte sulfureuse alors qu’il ferme à clé la salle de sa main sanglante sans en ressentir une once de souffrance.  
 

(c) SIAL ; icons prima luce


Moon Jeno


Voir le profil de l'utilisateur
the cold paradise
AVATAR : yanjun bb
POINTS : 2


NOUS A REJOINT LE : 19/04/2019


MESSAGES : 168


(+18) sublime mascarade. (jeno) Empty
(#) Sujet: Re: (+18) sublime mascarade. (jeno)   (+18) sublime mascarade. (jeno) EmptyLun 20 Mai - 23:37




I know the games that you play
Try to act like you don't want me but we got that crazy connection.
When it's good, feels so good and even when its bad it's still pretty amazing.

I know I should leave you for good but I'm keeping you around. I guess I'm going crazy, I guess I'm going crazy...


Mots que tu veux blessants : oui, tu le remplaceras par un autre. C’était sans doute tout ce qu’il méritait. Convaincu de devoir lui faire autant de mal qu’il t’en faisait en se fiançant à une autre, tu ne cherches que vengeance et provocation pour supporter ta peine. Tes paroles sortent tranchantes, froides, étonnement sûr de toi. Tu soutiens son regard, le défi. Presque satisfait de voir ton amant se décomposer devant toi, ton sourire n’a pas le temps de naître avant que la coupe de Veo se brise entre ses doigts. Tu fronces les sourcils, perdu entre la sincérité de celui que tu aimes et son jeu d’acteur lorsque l’attention est portée sur lui et sa main ensanglantée. Le serveur s’affole cherchant un moyen d’être utile à Veo. Scène dont tu n’es que spectateur, tu essayes de cacher l’inquiétude que tu ressens pourtant pour ton bourreau. « Ce ne sera pas la peine, Jeno va m’accompagner si ça peut vous rassurer. Le verre devait déjà être cassé lorsque j’ai dû le prendre. » Ses paroles te surprennent, mais tu n’oses pas le contredire. « Oui. » Tes yeux ne quittent pas sa main dont le sang s’échappe et sans réfléchir davantage tu te contente de le suivre silencieusement dans une pièce où vous pourriez vous occuper de sa blessure.

Rancœur, colère et tristesse : aucune de ces émotions-là n’était plus forte que l’amour que tu ressentais pour Veo. Et cette terrible vérité ne fait que te rendre plus pathétique encore. Quelques instants auparavant tu clamais fièrement pouvoir le remplacer, et il avait suffit d’une seconde pour te faire ravaler tes mots. Châtiment que d’aimer une personne destinée à s’en aller.

C’est parce que tu l’aimes que tu souffres autant de le voir s’éloigner. Et dans toutes ces provocations à son égard, tu espérais y trouver un peu de réconfort.
Peut-être qu’en aimant trop on se fait du mal.

Tu suis le blessé dans les couloirs, sans un mot. Il entre dans une salle dans laquelle tu ne tardes pas à le suivre. Les yeux toujours rivés sur lui aucun son ne parvient à sortir tandis qu’il s’occupe de ses plaies comme s’il en avait l’habitude. Tu voudrais le faire toi, lui faciliter les choses. Tu voudrais t’occuper de lui. Lui demander s’il avait mal, souffler sur sa blessure en appliquant un désinfectant. Tu voudrais poser tes mains sur la sienne, lui offrir un semblant de réconfort même s’il semblait ne pas sentir de douleur.

Mais tu ne fis rien.

Pourtant ton regard inquiet trahis ton impassibilité. Tu t’approches de ton amant et au même moment rencontres ses iris sombres qui te coupent le souffle. Océan obscur dans lequel tu pourrais te noyer des heures durant. Les mots n’ont pas le temps de passer la barrière de tes lèvres que Veo s’en empare violemment dans un mouvement rapide. Hypnotisé par son être tout entier, tu te laisses dominer par ton amant, incapable de le repousser. La distance entre vous se réduit encore lorsqu’il te rapproche de lui. Tes lippes captives en demandent plus, mais Veo met fin à votre baiser. « Tu penses pouvoir le faire ? Me remplacer. » Enchanté par son regard, tu ne vois plus que lui. Comment imaginer un monde dans lequel Veo ne partagerait pas ta vie ?

L’univers était contre vous. Contre votre amour. Contre votre couple.
« Non Veo… »
Il tentait de vous séparer.  

« Et j’en ai pas envie... » Tu souffles avant de t’échouer contre ses lèvres à nouveau. Diablesses tentatrices, l’idée qu’elles te soient prises et qu’une autre les possède te dévaste. Tout était à toi, et tu ne voulais rien céder à personne. Veo t’appartenait tout entier, tout comme tu lui avais cédé chaque partie de ton être. « Est-ce qu’elle va me remplacer ? » La personne avec qui il se fiançait. Tes bras s’enroulent autour de son cou et tu plonges à nouveau dans ses yeux.  

Mais derrière cette porte et dans cette pièce dans laquelle vous étiez enfermés,
L’univers vous offrait un instant.

Veo souriant et heureux avec une autre personne que toi, image insoutenable pour ton esprit effrayé à l’idée qu’il t’abandonne. S’il n’en avait pas envie, alors qu’est-ce qui le poussait à devoir accepter ? « Dis-lui non. » Tu ordonnes. « Pour moi. » Tu tentes ta chance. Demande naïve, comme si la vie à laquelle vous étiez tous les deux destinés était aussi simple. Tu ne lui laisses pas le temps de répondre avant de reprendre possession de ce qui t’appartenait. Lèvres contre lèvres. « Veo… » Tu murmures suppliant.

 

(c) SIAL ; icons prima luce


Lin Veo


Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t7076-lin-veo-linveo
highway to heaven
AVATAR : xukun.
POINTS : 0


NOUS A REJOINT LE : 20/04/2019


MESSAGES : 113


(+18) sublime mascarade. (jeno) Empty
(#) Sujet: Re: (+18) sublime mascarade. (jeno)   (+18) sublime mascarade. (jeno) EmptyLun 3 Juin - 20:55




I know the games that you play
Try to act like you don't want me but we got that crazy connection.
When it's good, feels so good and even when its bad it's still pretty amazing.

I know I should leave you for good but I'm keeping you around. I guess I'm going crazy, I guess I'm going crazy...


Quelques secondes de pur bonheur qu’il se remémorerait dans son esprit rageur, seul moment récent apaisant où tout disparaît. Tout pour ne rester qu’eux. Mais bien vite tout revient, bonheur écourté par la cruelle réalité qu’est devenue sa vie, un combat entre le cœur et la raison qu’il n’aurait jamais pensé affronter un jour. « Non Veo… Et j’en ai pas envie... » Sourcils qui se froncent alors que différentes émotions contradictoires l’enveloppent. Question qu’il s’imaginait sans réponse, sans cette honnêteté qui le laissait sans voix alors que Jeno reprenait ses lèvres. Veo avait déjà imaginé le visage outrée de son amant devant sa question insolente avant qu’une bataille ne prenne place. Pas cette franche déclaration, pas ce déluge d’émotion heurtant son cerveau. Plus aussi proche de lui, le besoin d’espace se fait sentir devant cette affirmation inattendue alors que tout était déjà détruit. Incompréhension entre son cœur et son cerveau, jamais en accord. L’organe qui bat donnant des informations indéchiffrables à son cerveau gelé par la peur. L’héritier Lin presque en panique intérieur devant les sentiments de son amant, préférant ignorer égoïstement la chose.

« Est-ce qu’elle va me remplacer ? » Soupir fatigué accompagnant la tension se logeant dans ses muscles, raidissant ses épaules alors que les bras de celui qui autrefois partageait pratiquement sa vie les collent de nouveau. Rire ironique accompagnant le marmonnement de ses lèvres rougies par les baisers. « C’est vrai que depuis le début de cette soirée je n’ai pas quitté cette femme, tellement que je l’ai emmenée dans la salle de bain pour avoir un peu d’intimité avec elle. En me blessant au passage, c’est vrai. » Sourire fatigué à la fin de son monologue insensé témoignant de ses nerfs qui lâchaient, prenaient le large pour ne plus revenir avant un moment.

« Dis-lui non. Pour moi. »
Le fond de son âme peiné par l’espoir qu’il lit dans ses yeux à cause de son plaisir égoïste, l’un de ceux qu’il ne regrettera jamais. L’envie de soupirer encore une fois lui serre la gorge en même temps que les mots qu’il aimerait sortir. Réconfortant, le genre de mots pleins d’espoir qui le ferait sourire, ceux qu’il disait pas souvent parce qu’il était pas vraiment le plus tendre des hommes. Personnage orgueilleux rempli de passion et de désir, l’homme aventureux et brutal incapable de se faire aimer normalement, incapable désormais d’en accepter la couleur. Couleur que semblait vouloir lui donner Jeno, couleur qu’il avait détesté depuis tout petit en regardant l’amour des parents à leurs enfants à la sortie des écoles. Esprit tellement tourmenté qu’il participe à peine au baiser, impossible de profiter.

« Veo… »

Frustration qui l’emporte sur l’inconfort de cette situation, cheveux presque décoiffés quand sa main vient rageusement les rencontrer, s’éloignant de nouveau de Jeno pour marcher dans la salle de bain comme un lion en cage. « Jeno réfléchit deux secondes et arrête de te laisser emporter par tes putains d’émotions. Je t’ai déjà dit que si c’était si facile jamais j'aurais été ici avec tous ces gens et..elle. Jamais. »

Souffle court, colère dans les paroles qu’il crache, les yeux d’un animal piégé. Le corps épuisé qui s’affale sur la chaise, le visage renversé vers le plafond. Plusieurs minutes s’écoulent, Veo en panne de courant, son corps et le cerveau répondant plus, voulant juste tout arracher. Ses mots trop violents qui reviennent et l’amère culpabilité qui vient lui lacérer une fois de plus son organe. Souffle las alors que ses mains viennent rencontrer son visage. « Écoute, je suis désolé Jen’. Rien de toute cette merde n’est de ta faute. Rien de tout ça… » Phalanges quittant sa face calmée alors qu’il regarde le brun, tendant sa main vers lui.

« Viens-là… »
Homme presque bipolaire, rejetant puis demandant des marques d’affection comme un enfant capricieux qu’il ne pensait plus être depuis longtemps. Demandes et incartades qu’il a appris à refouler depuis le plus jeune âge, alimentant sa rage intérieur. À part avec Jeno, il redevenait l’enfant incompris et peureux. 
 

(c) SIAL ; icons prima luce


Moon Jeno


Voir le profil de l'utilisateur
the cold paradise
AVATAR : yanjun bb
POINTS : 2


NOUS A REJOINT LE : 19/04/2019


MESSAGES : 168


(+18) sublime mascarade. (jeno) Empty
(#) Sujet: Re: (+18) sublime mascarade. (jeno)   (+18) sublime mascarade. (jeno) EmptyJeu 11 Juil - 22:19




I know the games that you play
Try to act like you don't want me but we got that crazy connection.
When it's good, feels so good and even when its bad it's still pretty amazing.

I know I should leave you for good but I'm keeping you around. I guess I'm going crazy, I guess I'm going crazy...


Supplications sourdes. Seule la réponse que tu voudrais recevoir de celui que tu aimes réussirait à se faire entendre par ta personne capricieuse. Refusant une dernière fois le destin auquel vous n’aviez pas d’autre choix que de faire face, tu finis par demander à ton amant ce que tu savais impossible. Peut-être pouvait-on lire dans tes yeux une lueur d’espoir, vaine.

 
Tes bras s’enroulent autour du cou de Veo et tu ne quittes plus son regard tandis que les mots interdits passent tes lèvres. Qu’il lui dise non. Qu’il le fasse pour toi. Égoïsme qui met celui que tu aimes au pied du mur, mais tu ne flanches pas. Tu captures celles qui t’appartiennent et que tu ne voudrais céder pour rien au monde, mais la réalité te rattrape rapidement. Veo rompt votre étreinte en s’éloignant de toi. Tu le regardes silencieux, incapable de dire quoi que ce soit qui pourrait vous sortir de cette situation. Sa réaction n’était pas celle que tu aurais voulu voir après la demande que tu lui avais faite. Mais encore une fois : à quoi est-ce que tu t’attendais au juste ?
 
Le torturé tourne en rond et tu attends que te tombent dessus ses paroles que tu savais d’avance destructrices. « Jeno réfléchit deux secondes et arrête de te laisser emporter par tes putains d’émotions. Je t’ai déjà dit que si c’était si facile jamais j'aurais été ici avec tous ces gens et..elle. Jamais. » Tu pensais connaître ton amant autant qu’on pouvait connaître quelqu’un. Tu pouvais lire dans ses yeux, dessiner chaque trait de son visage et deviner ses intentions. Tu t’attendais à ses mots crus, mais les entendre ne te faisait pas moins mal pour autant. Tu jettes un dernier regard à Veo avant que tes iris rencontrent le sol, lèvres serrées. Tu t’assois sur le rebord de la baignoire et réfléchis quelques instants. Tu voudrais pouvoir répondre quelque chose, mais chacun de ses mots durs raisonne dans ta tête et fait naître en toi un sentiment insoutenable : la culpabilité.
 
Si c’était si facile, si simple que ça de dire non : il l’aurait fait. Si tout dépendait de lui rien ne se serait passé comme ça et vous n’auriez jamais été dans cette situation. Ce que tu lui demandais était injuste et tu le savais. « Écoute, je suis désolé Jen’. Rien de toute cette merde n’est de ta faute. Rien de tout ça… » Tes yeux rencontrent à nouveau les siens et tu hésites un moment en fixant la main qu’il te tend. « Viens-là… » Sur ses mots tu te relèves incapable de résister à l’appel d’affection de Veo. Toi aussi t’en avais besoin. Tu prends d’abord sa main avant de la lâcher pour t’enfouir dans ses bras, visage contre son épaule.
 
« Alors c’est fini ? » Et la colère, et le ressentiment. Tout n’était que futilité devant la poignante vérité. S’il ne voulait pas la quitter, alors c’est toi qu’il quittait. Il ne pouvait pas avoir les deux. « On ne peut vraiment rien y faire ? » Gorge serrée. « Pourquoi ? J’ai besoin de savoir. » Pourquoi elle, pourquoi lui. Qu’est-ce qui devait les lier au point de devoir célébrer une union aussi vite ?
 
Sentiment d’inachevé, d’incomplet. Ils vous arrachent ce que vous n’aviez pas encore terminé de construire ensemble et tu ne peux même pas protester. Enfant roi qui n’a eu de cesse d’écouter ce que tes parents dictaient pour toi, aujourd’hui tu vouais une haine au système dans lequel tu avais bercé toute ta vie.
 
Parce qu’on vous a appris à suivre les directives.
Parce qu’on vous a appris l’importance des ambitions de la famille, de son pouvoir.
Ce que veut papa, ce que veut maman.
Parce qu’on vous a appris que ce que vous désiriez réellement n’avait pas d’importance.
 
« Je t’aime Veo. » Mais ils s’en foutent. « Ça devrait compter, non ? »

 

(c) SIAL ; icons prima luce


Lin Veo


Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t7076-lin-veo-linveo
highway to heaven
AVATAR : xukun.
POINTS : 0


NOUS A REJOINT LE : 20/04/2019


MESSAGES : 113


(+18) sublime mascarade. (jeno) Empty
(#) Sujet: Re: (+18) sublime mascarade. (jeno)   (+18) sublime mascarade. (jeno) EmptyMar 16 Juil - 1:11




I know the games that you play
Try to act like you don't want me but we got that crazy connection.
When it's good, feels so good and even when its bad it's still pretty amazing.

I know I should leave you for good but I'm keeping you around. I guess I'm going crazy, I guess I'm going crazy...


Les deux corps qui se retrouvent de nouveau pour s’emboîter à la perfection. Combinaison harmonieuse apportant un sentiment de complétude puissant, le genre à vous faire tourner la tête. Pas besoin de chercher bien loin, Veo savait très bien ce que ça voulait dire au fond, alors que ses mains s’approprient la taille fine, rapprochant un peu le corps tant désiré. Pas moyen qu’il assume au grand jour son amour alors qu’il allait le perdre, il le savait. Le cœur décongelé par la tendresse d’une seule personne qu’on semblait vouloir lui enlever à jamais, souffrance interne manquant de faire déborder le vase. Pas devant Jeno, le prénom magique qui apaise sa conscience instable et conflictuelle. Inspirant encore une fois son odeur, le nez plongé dans sa nuque offerte qu’il ne manque pas d’embrasser, s’excusant par ce geste de son attitude et de ses mots brûlants. Là, assis sur la chaise, entourant possessivement le prince accablé sans rien pouvoir faire d’autre.

« Alors c’est fini ? » Silence pesant parlant de lui-même, chargeant son cœur de sentiments parfois inconnus par son inexpérience, faute de son éternel mutisme envers tous sauf lui. Pas envie de connaître lui-même la réponse, encore moins de le prononcer pour garder ce vain espoir qu’un jour tout ira mieux. Qu’un jour cette bague n’existe plus. Parler devenait difficile lorsqu’on cherchait à oublier, pourtant la question fatidique retombe pour briser le silence.

Pourquoi ?
Pourquoi tout ça ?
Douleurs et larmes engourdissant l’esprit peiné, le cœur souffrant au bord de succomber pour de bon, le sang qui pulse par la peur d’être abandonné encore une fois.

« J’ai pas envie d’en parler maintenant. Si je le dis… Alors je devrais pleinement accepter cette vérité. Et ne plus espérer que ce ne soit qu’un cauchemar. » Rire sans joie résonnant entre les quatre murs. « Pathétique, n’est-ce pas ? » le sérieux de ses paroles bloque le rire nerveux, l’esprit maintenu en place par il ne savait quel moyen. La seule façon de s’en sortir était de prétendre aller bien, profiter des derniers moments restant avant qu’on vienne les chercher pour revenir se faire empoisonner de regards curieux et de sourires hypocrites. Ce monde détestable que Veo avait appris à supporter en présence de Jeno. « Je t’aime Veo. Ça devrait compter, non ? » Déclaration inattendue qui donne des palpitations à son cœur morne, vibrant de contentement avant de se fissurer d’angoisse. Peur du changement s’il s’éloigne trop, peur de le voir heureux avec un autre. Le temps s’arrête quelques secondes, moment privilégié où il essaye de lui dire combien son amour est précieux, le regard laissant entrevoir toute la faiblesse de ses émotions trop fortes brûlant ses poumons. « Ça compte pour moi. » Mais pas pour les autres. Murmure déraillé par la sincérité, presque timide dans l’acceptation des sentiments de sa moitié. Déclarations ni trop rares ni trop habituelles qui lui faisaient toujours cet effet bizarre dans la poitrine, le sentiment d’avoir gagné quelque chose de trop précieux pour pouvoir vraiment le mériter. Le temps passe malgré tout trop rapidement, sa montre le rappelle à l’ordre pendant que l’aiguille continue sa route.
« Il nous reste à peu près cinq minutes avant qu’on vienne nous chercher… » Soupir fatigué aux lèvres alors qu’il revient placer une main protectrice sur sa taille fine, son dos colle la chaise pendant que ses yeux cherchent ceux de son amant, à la limite de lui demander de l’enlever et de l’emmener loin. « Qu’est-ce que tu veux faire ? » l’esprit tordu qui commence à imaginer la douce tortue de le goûter en seulement cinq minutes, désir dans ses yeux qu’il cache en observant le plafond. 
 

(c) SIAL ; icons prima luce


Moon Jeno


Voir le profil de l'utilisateur
the cold paradise
AVATAR : yanjun bb
POINTS : 2


NOUS A REJOINT LE : 19/04/2019


MESSAGES : 168


(+18) sublime mascarade. (jeno) Empty
(#) Sujet: Re: (+18) sublime mascarade. (jeno)   (+18) sublime mascarade. (jeno) EmptyMar 16 Juil - 23:58




I know the games that you play
Try to act like you don't want me but we got that crazy connection.
When it's good, feels so good and even when its bad it's still pretty amazing.

I know I should leave you for good but I'm keeping you around. I guess I'm going crazy, I guess I'm going crazy...


Etape une : Choc, déni.

Veo se marie. Les mots s’échappent. Son regard, le ton de sa voix. Il est sérieux. Il dit la vérité. Et toi tu restes immobile, incapable de rien face à cette terrible nouvelle. Tu ne voulais pas y croire au début. Tu refusais d’accepter l’idée que le monde puisse te faire ça, qu’il puisse t’enlever ton amant, ton amour. Peut-être que tu avais mal entendu, mal compris, mal interpréter. Veo se marie, et pas avec toi.
 
Etape deux : Colère.
Tu le défies, le repousses, l’évites. S’il s’en va, s’il t’abandonne alors c’est de sa faute. Ressentiment, rancœur envers l’homme que pourtant tu aimes sincèrement. Tout déverser sur lui parce que tu ne sais pas quoi faire d’autre. En colère contre lui, contre elle, contre eux, la terre entière. En colère contre toi-même : pourquoi t’être attaché ? A quoi est-ce que tu t’attendais ? Une belle histoire ? Tout ce que tu espérais secrètement n’était que chimères. La vérité vous avait rattrapés et avait fait de vous des victimes d’une fatalité incontestable.
 
Etape trois : Négociation.
Dis-lui non. Dis-leur à tous que tu m’appartiens. Tu cherches ses yeux, tu cherches une connexion, qu’il puisse lire en toi et deviner tes intentions. Tu voudrais que Veo te choisisse toi, qu’il aille contre le reste du monde. Tu exiges, tu demandes, tu supplies. Les mots te manquent, se confondent, se perdent.
 
Etape quatre : Douleur.
Tu finis par lui demander, attristé. Est-ce que c’est fini ? Tu voudrais l’entendre de sa bouche. Non, en fait tu ne voudrais pas l’entendre du tout, mais tu sais qu’il n’a même pas besoin de répondre. Tu connaissais déjà la réponse. Ce que tu ne savais pas en revanche c’était pourquoi. Pour quelles raisons est-ce que tu devais renoncer à votre couple ? Pour quelles raisons est-ce que tu devais laisser celui que tu aimes à une autre ? Pourquoi ? Tu avais besoin de savoir. « J’ai pas envie d’en parler maintenant. Si je le dis… Alors je devrais pleinement accepter cette vérité. Et ne plus espérer que ce ne soit qu’un cauchemar. » Tes iris rencontrent celles de ton amant lorsqu’il prononce ces mots. Lequel d’entre vous vivait le plus mal cette situation ? Tu portes la paume de ta main à sa joue. « C’est tout sauf pathétique. » Tu souffles doucement avant que les trois mots magiques passent tes lèvres comme une vérité absolue. Tu l’aimais, tu l’aimes toujours même maintenant et la réalité c’était que tu ne t’imaginais pas une seconde ne plus l’aimer un jour. « Ça compte pour moi. » Peut-être que c’était ça le plus important ?
 
Que vous vous aimiez.
Envers et contre tout.
Même si le monde entier ne voulait pas le prendre en compte.
 
Tu souris en posant ta tête sur le torse de Veo. Devenu presque timide face à la déclaration que tu viens de faire à ton amant, tu restes silencieux.
 
Veo te ramène sur terre lorsqu’il te fait remarquer que vous n’aviez plus beaucoup de temps avant qu’on vienne vous chercher. Vous aviez fini par oublier tout ce qui vous entourait, mais derrière la porte il y avait le monde réel. « Cinq minutes… » Tu répètes avec une mine contrariée. Tu sens la main de Veo se nicher sur tes hanches pour te porter encore plus proche de lui. Le regard pénétrant de ton amant t’intimide presque quand tu crois savoir ce à quoi il aimerait consacrer les quelques minutes qui vous restait. « Qu’est-ce que tu veux faire ? » Tu fuis ses yeux en gardant ton attention sur son torse avant de finalement prononcer quelques paroles.
 
Etape cinq : Acceptation.
 
« Une dernière fois… »
A califourchon sur les genoux de Veo, tu plonges ton regard dans le sien en t’approchant toujours plus de lui, à quelques centimètres de prendre ses lèvres.
« Je te veux, une dernière fois. » Avant qu’on nous sépare. Avant que tu t’en ailles. Avant que ce soit elle qui partage tes nuits.

 

(c) SIAL ; icons prima luce


Lin Veo


Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t7076-lin-veo-linveo
highway to heaven
AVATAR : xukun.
POINTS : 0


NOUS A REJOINT LE : 20/04/2019


MESSAGES : 113


(+18) sublime mascarade. (jeno) Empty
(#) Sujet: Re: (+18) sublime mascarade. (jeno)   (+18) sublime mascarade. (jeno) EmptyMer 17 Juil - 23:57




I know the games that you play
Try to act like you don't want me but we got that crazy connection.
When it's good, feels so good and even when its bad it's still pretty amazing.

I know I should leave you for good but I'm keeping you around. I guess I'm going crazy, I guess I'm going crazy...


Veo regarde le plafond, distraction silencieuse pour essayer d’oublier de penser, d’arrêter de vouloir le toucher. Torture qui lui fait imaginer bien des choses, tout ce qu’il voudrait faire sans vraiment le pouvoir. Sa conscience le retient ainsi que les circonstances de leur présente situation suffisent à ce que ses mains reposent sur la taille fine de Jeno sans rien faire de plus. Il essaye de déchiffrer le visage insatisfait sans rien y comprendre, dans l’attente d’une réponse pendant que ses pensées redeviennent plus chastes. Rien que l’idée de le tenir dans ses bras quelques minutes de plus suffise à l’homme condamné, à sentir son parfum en espérant qu’elle s’imprègne à jamais sur lui. « Une dernière fois… » En un clin d’œil, les lèvres de Jeno sont près des siennes, doux supplice qu’il accepte sans poser de question, seulement une œillade étonnée en voyant son regard si déterminé. Dans l’attente d’en savoir plus Veo retrace les traits harmonieux du visage en face de lui, habitude qui bientôt ne restera qu’un souvenir, le bonheur éparpillé.
« Je te veux, une dernière fois. » Surprise se manifestant par son sourcil relevé, seulement quelques secondes avant qu’un petit sourire, de ceux qu’il lui réserve, apparaisse sur son visage habituellement inexpressif. Le comportement adorable de son amant qui abaisse les dernières barrières de réticence pour enfin céder à l’une de ses envies. Calcul rapide du temps restant et soulagement de pas avoir pris la première salle de bain de libre. Veo desserre sa cravate, lui volant un baiser, le cœur battant sous les souvenirs des nuits passées sans croire que ce soir serait la dernière. « Jeno… » Léger murmure pendant que ses mains s’attaquent doucement aux vêtements encombrants de son amant, sourire s’élargissant pendant qu’il mord légèrement le cou exposé. « Je pensais pas ta mémoire aussi courte… » Le torse maintenant exposé face à lui, Veo revit à la vision tant rêvée depuis ces longues semaines sans nouvelles. Baisers papillons partant du cou pour terminer leur parcours vers les lèvres enchanteresses, s’y arrêtant comme son amant l’avait fait plus tôt, le regard brûlant d’envie et d’amusement. « Ça prendra bien plus que cinq pauvres minutes. » Bouche affamée reprenant son dû après le constat moqueur, Veo suivant les ordres à la lettre, le désir de faire plaisir tant qu’il le pouvait encore. Soirée au nom horrible, mais où l’espace d’un instant, il se sent revivre, l’esprit moins confus dès que Jeno apparaît.
Veo se souvenait encore de l’hésitation de ses gestes la première fois, de la timidité de leurs yeux aux soupirs d’extases remplissant les pièces. Maintenant ses doigts experts au fil de ces bientôt deux années, il avait l’impression de redécouvrir ce corps pas si étranger et les points sensibles de ce dernier. Marques possessives décorant les épaules dénudées du prisonnier, Veo à la recherche de soupirs, mais jamais trop éloigné des lèvres quémandeuses de baisers. Les mains à la redécouverte du corps, descendant de plus en plus bas alors que la tension de son esprit embrumé augmente. « Accroche-toi. » La voix plus rauque par l’anticipation, il emporte sa charge loin de la chaise pour le plaquer contre le mur. Chemise déboutonnée, le regard concentré sur le témoignage de son amour. Gravé sur la peau rougis pour quelques jours, morsures et suçons affectueux alors qu’il revient à la charge, presque à genoux et les lèvres dévorant tendrement le torse laiteux. 
 

(c) SIAL ; icons prima luce


Moon Jeno


Voir le profil de l'utilisateur
the cold paradise
AVATAR : yanjun bb
POINTS : 2


NOUS A REJOINT LE : 19/04/2019


MESSAGES : 168


(+18) sublime mascarade. (jeno) Empty
(#) Sujet: Re: (+18) sublime mascarade. (jeno)   (+18) sublime mascarade. (jeno) EmptyJeu 18 Juil - 23:26




I know the games that you play
Try to act like you don't want me but we got that crazy connection.
When it's good, feels so good and even when its bad it's still pretty amazing.

I know I should leave you for good but I'm keeping you around. I guess I'm going crazy, I guess I'm going crazy...


Cherchant dans les yeux de ton amant une réponse à ta demande, tu ne romps pas votre contact jusqu’à voir un sourire naître sur ses lèvres. L’idée de pouvoir avoir Veo rien que pour toi pendant les dernières minutes qu’il vous restait te rendait incroyablement satisfait.

 
Veo desserre ta cravate et tu lui laisses le contrôle de la situation. Murmurant ton nom dans un baiser volé, il ne se fait pas prier pour commencer à t’enlever tes vêtements. Les bras autour de son cou tu lui frayes un chemin vers le tien pour qu’il y dépose ses lèvres. La dernière fois que vous aviez passé la nuit ensemble était aussi la première fois que tu avais entendu parler de son futur mariage et tu ne voulais pas rester sur ce souvenir. Tu savais que votre sursis était bien trop court, mais tu gardais l’espoir qu’on finisse par vous oublier pour vous permettre de rester le plus de temps ensemble possible. Lorsque Veo te le fait remarquer tu souris et laisses échapper un rire léger, le visage de ton amant maintenant juste devant toi. D’abord dans ses yeux, tu finis par te perdre à fixer ses pulpeuses. Il s’empare ensuite de tes lèvres comme s’il avait su que tu n’attendais que ça.
 
Appétit insatiable de deux êtres qui s’aiment et veulent se le signifier. Tu soupires à chaque baiser que ton amant pose sur ton corps, mais Veo ne reste jamais bien longtemps loin de celles qui lui appartiennent. Ses mains expertes explorent ton corps comme elles savent si bien le faire et l’idée de ne plus jamais les sentir sur toi te terrifie. Au même moment la voix de Veo fait monter en toi une chaleur enivrante, et ton corps en tremble de désir d’être possédé par l’homme que tu aimes. A ses mots tu t’accroches à son cou tandis qu’il se lève pour vous diriger contre un mur de la pièce. « Veo… » Tu ne peux t’empêcher de gémir son nom dans un soupir d’extase tandis qu’il parsème ton torse de ses baisers.
 
Il n’y avait que Veo qui avait cet effet sur toi. Il n’y avait eu que lui. Parmi tous les hommes avec qui tu avais eu une relation, Veo avait été le seul avec qui tu t’étais senti aussi bien.
Tu voulais qu’il te dévore entièrement
Que votre amour une dernière fois enchante la pièce.
Si seulement ça pouvait durer toujours.
 
Tu déboutonnes quasi violemment la chemise de ton amant, impatient de pouvoir sentir sa peau contre la tienne. Le serrant toujours plus fort contre toi, tes mains quittent son cou pour s’attaquer à son pantalon. « T’aurais pas pu t’habiller plus simplement ? » Tu dis avec un sourire en prenant ses lèvres brutalement, affamé.
 
Toc toc.
 
Bulle presque chimérique qui éclate douloureusement et vous ramène sur terre. Un nouveau coup sur la porte et une voix qui s’élève derrière. « Monsieur Lin ? Monsieur Moon ? Il y a quelqu’un ? » Les sourcils froncés, regard à la fois surpris et déçu que tu lances à ton amant alors qu’on cherche à vous voler vos quelques minutes de bonheur. « On n’est pas obligé de leur ouvrir. » Tu chuchotes pour qu’on ne puisse pas t’entendre de l’autre côté.
Tu savais que Veo était à l’honneur aujourd’hui, tu savais qu’on fêtait ses fiançailles et que disparaître au milieu de la réception était sans doute le meilleur moyen de faire mauvaise impression devant tous les autres convives. Tu savais tout ça, mais tu ne pouvais pas te résoudre à laisser passer ta chance.
« Continue Veo. » Tes mains sur chacune de ses joues, tu insistes.

 

(c) SIAL ; icons prima luce


Lin Veo


Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t7076-lin-veo-linveo
highway to heaven
AVATAR : xukun.
POINTS : 0


NOUS A REJOINT LE : 20/04/2019


MESSAGES : 113


(+18) sublime mascarade. (jeno) Empty
(#) Sujet: Re: (+18) sublime mascarade. (jeno)   (+18) sublime mascarade. (jeno) EmptySam 20 Juil - 0:24




I know the games that you play
Try to act like you don't want me but we got that crazy connection.
When it's good, feels so good and even when its bad it's still pretty amazing.

I know I should leave you for good but I'm keeping you around. I guess I'm going crazy, I guess I'm going crazy...


Musique qui s’accélère au rythme de leurs mouvements de plus en plus impatients, le manque de l’autre pulsant dans les veines comme une drogue. L’esprit en joie de ce moment privilégié, sans doute le dernier avant la note finale, futur silence assourdissant les sens d’un homme de nouveau seul. Le vague à l’âme avant la destruction de toute rationalité, aussi bruyante qu’un orgue désaccordé pendant que son cœur reprendra sa froideur d’antan. Rires chauds, à la limite de la nervosité que quelqu’un interrompe le morceau précieux de deux vies. Pas le temps de répondre que les lèvres assoiffées sont reprises d’assauts par ses consœurs, échange délicieux effaçant tout ce que l’héritier Lin aurait pu vouloir répondre. Phrases perdant toutes importance alors les doigts débouclaient la ceinture. Concentration à faire perdre la tête de son partenaire, les lèvres prêtent à martyriser une nouvelle fois son cou alors que le bruit de la porte qu’on frappe résonne dans la pièce, brisant l’atmosphère, le silence confus au milieu des souffles hachés par l’envie.

« Monsieur Lin ? Monsieur Moon ? Il y a quelqu’un ? »
Le visage qui se tourne, s’éloigne du rêve enchanteur pour s’en aller vers la dure réalité, automatisme des enfances contrôlés où le devoir doit être traité, où les passions finissent toujours pas s’épuiser. Jeno, bientôt le nom d’un amour tragique que les employés nettoieront sans jamais pouvoir rien réparer. Veo à la limite de s’éloigner du corps envoûteur avant que la voix, possesseur de son cœur, le rappelle, le retient. « On n’est pas obligé de leur ouvrir. » Le regard pas convaincu percute les orbes déterminés de ce qu’il appelait sien, la gorge asséchée de doutes et de peur. L’hésitation en grosse lettres tournant dans son cerveau pas encore totalement réveillé pour penser correctement, juste l’envie de goûter aux lèvres tentatrices et tout oublier. « Ils vont finir par revenir… Jeno… » Murmure grave énonçant la sentence de leur destin, cruelle vérité qui finira par les détruire. Désespoir faisant briller ses yeux, remplaçant le désir pendant qu’il se sentait renoncer à se battre plus pour quelques minutes.

« Continue Veo. » L’écarquillement de ses yeux prouve sa surprise. Négativité qui disparaît alors que la fermeté de Jeno le frappe brutalement, comme s’il le voyait pour la première fois. Parce qu’aucun autre ne s’était battu pour lui, le petit doigt toujours baissé pendant que l’enfant se renfermait dans la froideur familière. Regard réchauffé alors qu’il embrasse l’une des mains collée à sa joue, dernière tendresse avant de s’éloigner vers la porte. « Monsieur Li-… »

« Oui… Je crois avoir abusé des coupes de champagne, laissez-moi un instant. Vous excuserez mon absence prolongée auprès de nos invités le temps que je me sente mieux, compris ? » Voix à la limite du murmure, entre fragilité et fermeté, il imaginait facilement l’employé, l’oreille se fondant contre la porte. « Oh, o-oui bien entendu monsieur, souhaitez-vous quelque chose d’autre ? » Dos contre la porte menant au monde extérieur, chemise ouverte et cheveux retombant sur les yeux glacés, soupire agacé retenu de justesse. « Non ce sera tout, partez maintenant. » Le bruit des pas qui s’éloignent retentisse dans ses oreilles avant de disparaître dans l’oubli et la musique de la fête battant son plein. Personne ne devait vraiment avoir remarqué l’absence du principal hôte, trop occupé par le champagne coulant à flots. Mais la disparition finirait par se faire voir, plus vite qu’on le pense, qu'ils soient gorgés d’alcool ou non.

Mais Veo se rapproche de Jeno, le visage malicieux d’un enfant rajeunissant ses traits trop sérieux. « Content ? » Lippe rosée par les baisers qu’il mordille doucement avant d’embrasser, désireux de reprendre le rêve entamé sans croire qu’il était prêt à y faire une croix quelques minutes plus tôt. « Où on en était déjà ? » Sourire taquin qui fait briller ses yeux foncés en même temps que les baisers se multiplient, Veo continuant de marquer le corps. Lèvres pulpeuses caressant le torse ferme jusqu’à ce qu’une barrière empêche la progression avant de remonter lentement, la langue venant tourmenter le cou. « Jeno, déshabille-moi. » Souffle lourd de promesses et d’envie alors que le corps auparavant collé à l’autre s’éloigne juste assez pour qu’ils puissent aller plus loin.  
 

(c) SIAL ; icons prima luce


Moon Jeno


Voir le profil de l'utilisateur
the cold paradise
AVATAR : yanjun bb
POINTS : 2


NOUS A REJOINT LE : 19/04/2019


MESSAGES : 168


(+18) sublime mascarade. (jeno) Empty
(#) Sujet: Re: (+18) sublime mascarade. (jeno)   (+18) sublime mascarade. (jeno) EmptyDim 21 Juil - 23:29
Lin Veo


Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t7076-lin-veo-linveo
highway to heaven
AVATAR : xukun.
POINTS : 0


NOUS A REJOINT LE : 20/04/2019


MESSAGES : 113


(+18) sublime mascarade. (jeno) Empty
(#) Sujet: Re: (+18) sublime mascarade. (jeno)   (+18) sublime mascarade. (jeno) EmptyLun 22 Juil - 19:16
Moon Jeno


Voir le profil de l'utilisateur
the cold paradise
AVATAR : yanjun bb
POINTS : 2


NOUS A REJOINT LE : 19/04/2019


MESSAGES : 168


(+18) sublime mascarade. (jeno) Empty
(#) Sujet: Re: (+18) sublime mascarade. (jeno)   (+18) sublime mascarade. (jeno) EmptyLun 22 Juil - 23:06
Lin Veo


Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t7076-lin-veo-linveo
highway to heaven
AVATAR : xukun.
POINTS : 0


NOUS A REJOINT LE : 20/04/2019


MESSAGES : 113


(+18) sublime mascarade. (jeno) Empty
(#) Sujet: Re: (+18) sublime mascarade. (jeno)   (+18) sublime mascarade. (jeno) EmptyLun 29 Juil - 3:08
Moon Jeno


Voir le profil de l'utilisateur
the cold paradise
AVATAR : yanjun bb
POINTS : 2


NOUS A REJOINT LE : 19/04/2019


MESSAGES : 168


(+18) sublime mascarade. (jeno) Empty
(#) Sujet: Re: (+18) sublime mascarade. (jeno)   (+18) sublime mascarade. (jeno) EmptyLun 29 Juil - 22:58
Contenu sponsorisé


(+18) sublime mascarade. (jeno) Empty
(#) Sujet: Re: (+18) sublime mascarade. (jeno)   (+18) sublime mascarade. (jeno) Empty
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Page 1 sur 2
 Sujets similaires
-
» "Le sublime touche, le beau charme." (Alistair M. Fitzbern)
» petite prière
» RP avec le sublime Espada....
» Mandchou peki sublime de 1 an (douai 59)
» Archives partie 78 - Vampire la mascarade (2)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: old memories :: Oubliettes, Never Forget :: RPs terminés
Sauter vers: