▲ up▼ down
grow dim tonight (hajun)



 
Lapin de pâques et chocolats pralinés ~ ! Tant de douceurs qui s'invitent sur HM !
Viens jouer à la roulette chocolatée juste ici !
Avril nombril, le printemps arrive, ça nous inspire de la poésie de qualitey ☆
VIENS DÉCOUVRIR LES PETITES NOUVEAUTÉS !
(EVENT) Envie d'un événement plein de surprises ? Viens te joindre à l'aventure !
FESTIVAL DE LA RENTRÉE grow dim tonight (hajun) 359353108
TOUJOURS SUR HM ! Découvre les défis et notre semaine à thème du mois ! grow dim tonight (hajun) 359353108
surprise surprise ! les animations arrivent dans peu de temps, ouvrez les yeux !
HUNDRED MILES
hundred miles c'est un forum réel asiatique city/universitaire basé à Séouldeux réponses par mois minimum — Avatars occidentaux bienvenus ! — Taille des avatars 200*320pxUne semaine pour finir sa présentation — Pas de prise de tête, rien que du love. That's all folks ٩(^ᴗ^)۶
vote pour hm !
★︎
13.04.19 ➝ 33ème MAJ toute fruitée pour le retour des beaux jours ! viens découvrir les news juteuses !
09.03.19 ➝ on accueille la 32ème maj et son design azuré ! viens découvrir les nouveautés !
09.02.19 ➝ installation de la MAJ n.31, avec un codage tout neuf et plein de nouveautés !
09.01.19 ➝ 30ème MAJ de HM ! viens découvrir les nouveautés ICI
01.01.19 ➝ BONNE ANNÉE LES CHATS !! plein de bonheur à tous. ❤︎
08.08.16 ➝ ouverture de hm
han ja
park bo ra
han soo yun
yang noam
team rocket

 :: seoul :: Hyehwa :: Hôpital
Partagez

 grow dim tonight (hajun)


Abe Risa


Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t5876-abe-risa-pleursduciel
ワイルドハート
AGE : 21
AVATAR : nana komatsu
POINTS : 82


NOUS A REJOINT LE : 17/01/2018


MESSAGES : 6334


grow dim tonight (hajun) Empty
(#) Sujet: grow dim tonight (hajun)   grow dim tonight (hajun) EmptyLun 18 Fév - 22:27

drowning
in this city


elle était l'euphorie nocturne - une lumière qui transcendait toute obscurité. le sourire fanfaronnant sur ses lèvres roses, les étoiles dansant dans ses yeux sombres. tout n'était que lumière, son coeur n'était que poussière étoilée, battant encore plus fort, en rythme avec son bonheur éphémère. elle se délectait de cette soirée joviale, son corps vagabondant dans toute la ville. cela était comme une renaissance : un jour où elle n'avait pas à se laisser endoctrinée par ses fantômes nauséabonds. risa aimait la joie, le bonheur. elle les aimait tellement qu'elle pouvait en saigner - prête à tout pour y goûter, juste y tremper ses lèvres gourmandes. mais l'euphorie avait un prix, dans son cas, elle était tout aussi dangereuse que la mélancolie pour la brune. lorsque son corps n'était plus esclave de son désespoir, sa folie s'emparait d'une béatitude imparable. elle contrôlait risa dans ses actions plus folles, encore plus dangereuses, avide de prouver au monde sa force et son éclat d'argent. dans ces moments-là, risa se sentait maîtresse du monde, prête à conquérir l'enfer et le paradis. elle ressentait toujours trop. risa était soit le soleil, soit la lune.

on lui avait offert plusieurs verres au bar, signe de flatterie qu'elle ne pouvait refuser. ça l'amusait beaucoup de voir certains se pavaner devant elle, espérant attirer son attention - elle ne pouvait donner à quelqu'un ce qu'elle ne pouvait s'offrir à elle-même. après dewei, l'amour n'eût plus jamais aucun intérêt pour la brune. elle se cherchait encore, farfouillait les creux de son âme cabossée et de son coeur déchiré. acceptant son dernier verre, un cocktail au goût sucrée, beaucoup trop traître, dont le rhume était bien dissimulé, risa s'éloigna du bar, ses poumons réclamant l'air froid d'hiver. arrivée dehors, elle fut quelque peu déçue de ne pouvoir observer les étoiles à cause du nuage de pollution flottant au dessus de la ville. risa s'adossa contre le mur du bar, ses doigts farfouillant sa veste à la recherche d'une cigarette. ça faisait un moment qu'elle n'avait pas fumé (un peu trop longtemps). un jeune homme près d'elle lui offrit son briquet - elle l'accepta, bien évidemment, son merci accompagné d'un sourire joueur. « c'est ta moto ? » simple curiosité, elle voulait l'essayer. elle en mourrait d'envie. « j'peux faire un tour ? qu'elle ajouta de façon plus insistante. » le jeune  homme se décolla du mur, son pas lourd résonnant sur les pavés, un semblant de oui sur ses lèvres. ses mains jouèrent avec les fils de la moto jusqu'à ce que le moteur retentisse enfin. « génial ! je te la rends en bon état, promis. » elle ne commenta pas son étrange façon d'allumer sa moto, beaucoup trop impatiente d'enfin monter sur l'engin.

l'air claquait sur ses joues, les larmes l'aveuglant un peu plus que l'alcool. elle riait aux éclats - l'humeur désinvolte, le coeur râlant brusquement dans sa cage thoracique. elle vivait. elle se sentait enfin libre. elle jouait avec les vitesses, s'entichait des sensations. mais le rêve ne pouvait durer, non, pas avec risa. le cauchemar la rattrapait d'une manière plus féroce, jaloux d'avoir trop longtemps laissé la jeune brune en compagnie d'un autre.

elle n'avait pas vu l'arbre,
dérapage, chute, un cri (le sien ?)
et du noir.

le réveil fut brutal - une lumière vive qui pénétrait ses yeux, des douleurs sur tout  le corps. elle voyait sa jambe droite dans le plâtre et des perfusions au niveau de ses mains. lorsqu'elle voulu bouger le cou, une douleur parcourut son crâne jusqu'à ses épaules, descendant doucement le long de sa colonne vertébrale. elle ne pouvait que soupirer - les souvenirs de son accident s'étaient envolés de sa mémoire, comme si elle n'avait jamais pris cette moto, ni n'était tombée. ce n'était qu'à l'arriver d'un infirmier que sa curiosité la démangea, avide de se rappeler de sa nuit. « oh génial vous êtes là. je voulais vous demander : que s'est-il passé et comment est-ce que je me suis retrouvée là ? » une note de désespoir dans sa voix, elle se fit, néanmoins, soudainement, toute petite à cause du regard de l'infirmier. il n'avait pas l'air content de la voir - et risa se demandait où est-ce qu'elle avait bien pu merder.



Son Hajun


Voir le profil de l'utilisateur
♡ ADMINISTRATRICE ♛ I'M ON MY OWN
AGE : 24
AVATAR : choi minho (+) solsken
POINTS : 104


NOUS A REJOINT LE : 24/11/2018


MESSAGES : 80


grow dim tonight (hajun) Empty
(#) Sujet: Re: grow dim tonight (hajun)   grow dim tonight (hajun) EmptyLun 15 Avr - 15:12

drowning
in this city


Il attend, accoudé avec nonchalance contre le bar, que le barman lui rende sa carte bleue après avoir enregistré le paiement. Ses prunelles moroses parcourt le bar, vaguement irrité par le regard insistant, quasiment carnassier, d’une nana planté à l’autre bout du comptoir, les reins cambrés dans une posture aussi provoquantes qu’inconfortable. Son visage lui rappelle vaguement quelque chose, et il finit par se détourner, songeant intérieurement qu’elle devait peut-être compter parmi les quelques exs dont il ne parvient jamais à imprimer le minois. Sa vie d’avant — comprendre, avant qu’on lui fourre un fusil entre les paumes — lui semble étrangement lointaine, dérisoire. Il envie parfois l’insouciance du gamin insolent, cumulant les conquêtes avec l’avidité d’un môme devant un seau à bonbons. Ses doigts glissent lentement sur son crâne, constatant avec satisfaction que ses cheveux commencent peu à peu à reprendre un peu d’épaisseur, laissant de côté son allure d’ex-soldat pour le laisser redevenir le civil tant aspirer. Il n’a passé que deux ans dans la marine, sans jamais se frotter ni de près ni de loin au combat, et pourtant, hajun se sent aussi marqué qu’un vétéran. La violence mentale, personne ne peut la comprendre.

Le barman lui rend sa carte après avoir payé le verre de whisky sec consommé par le jeune homme, qui le salut et se dirige vers la sortie. Un pointe de soulagement le saisit lorsqu’il retrouve la fraicheur printanière de la nuit. Au pieds des immeubles, quelques arbres aux fleurs immaculés se balance sous la lumière sale des réverbères. Il prend le temps de respirer, faisait rouler les clés de sa moto entre ses doigts. Le ciel est marbré de nuage épais, dissimulant les astres nocturnes. Ses mains tremblent, irrépressiblement. Plus le temps passe, moins il s’y fait, y a cette peur indigeste qui le guette chaque fois que ses phalanges s’agitent. Pour les occuper, se détourner, il sort un paquet de cigarette neuf, dont il arrache maladroitement le plastique, avant de se battre frénétiquement avec son briquet pour enflammer le bout de la clope. Hajun attend que la nicotine fasse son effet, calmant lentement les frissons nerveux, lorsqu’un moteur pétarde dans la rue et le tire de sa torpeur. Le son est trop familier pour qu’il n’y réagisse pas. Mortifié, il pivote vers sa gauche, non loin du bar, là où il a garé sa moto quelque instant plus tôt. Une nana qu’il ne connait pas vient de l’enfourcher, aidé par un type tout aussi inconnu. « EH, descend de là ! » Qu’il hurle, lâchant le rouleau de papier pour se ruer vers la fille. Il a pas le temps de l’arrêter, elle met les les gaz et la bécane se cambre, avant de s’élancer sur le bitume anthracite. « BORDEL DE MERDE. » Cri du cœur lorsque le grand gamin voit sa moto chérie disparaitre au coin de la rue. Il choppe l’autre mec par le col, espérant lui faire ravaler son petit sourire de coin. S’en suit un échange de coups qui se termine par l’intervention du videur, les sommant tout à chacun de rentrer chez eux avant qu’il n’appelle les flics.

Hajun remonte le couloir de l’hôpital en trainant volontairement ses baskets contre le revêtement plastifié du sol. La semelle crisse, il se crispe et s’arrête devant l’îlot des infirmières pour s’enquérir de ses premiers dossiers de la journée. Il avait à peine dormi de la nuit. A peine rentré chez lui, après avoir appelé son beau-père pour le ramener, il avait reçu un coup de téléphone lui annonçant que sa moto volée avait été impliquée dans un accident. Arrivé sur les lieux, la fille déjà évacuée, il n’avait pu qu’assister, impuissant, à l’enlèvement de sa fidèle bécane, réduite à un tas d’acier tordue et inutilisable, par la dépanneuse. Contrarié et furieux, il salue l’infirmière qui lui tend une pile de dossier référençant les patients admis la nuit dernière. La mine contrite et le regard morne, un hochement de tête la remercie, et il se met en route pour sa ronde, prenant la direction de la première chambre. Le travail d’un interne, c’est ingrat et répétitif, surtout dans le service d’hospitalisation. Il passerait sans doute la journée à injecter divers produits dans des tubulures et à courir d’un patient à l’autre selon le bon vouloir de son titulaire.

Dans la première chambre, une jeune femme, accidentée de la route, qui semble vaguement émerger d’un sommeil cabossé. Il lui faut pas beaucoup de temps pour remettre le visage abimé de la fille, et ce malgré les hématomes qui colorent sa peau. « Tiens donc. » Un sourire mesquin étire sa lèvre fendue – stigmate de la bagarre de la veille. « Tu te rappelles pas ? » hajun demande, les dents serrées, en lui agrippant le bras sans délicatesse pour lui passer le brassard et prendre sa tension. Il lui tord le membre dans la foulée, satisfait de sa maigre vengeance. « t’as de la chance, je suis la personne la mieux placée pour t’aider à retrouver la mémoire. » qu’il fait en gonflant frénétiquement l’objet jusqu’à la faire geindre. « Vraiment, aucun souvenir ? »

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» How do you rate President Obama's speech tonight?
» tonight, we are young [04/04/12 à 14h21]
» hwang sline ▬ I can grow and become your hero
» 05. You wont get no sleep tonight ! ~
» pegan ☇ 2.01, be mine tonight.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: seoul :: Hyehwa :: Hôpital
Sauter vers: