▲ up▼ down
((what we owe to each other)) ft. atom



 
à vos risques et périls ! une roulette de la mort un peu particulière !
APRÈS UNE PAUSE BIEN MÉRITÉE, DÉCOUVRE LE NOUVEL EVENT CATASTROPHE DE HM !
TOUJOURS SUR HM ! es défis et la semaine à thème ont été renouvelé ! ((what we owe to each other)) ft. atom 359353108
nouveautés sur Hundred Miles !
Découvre les codes promotionnels et viens réclamer tes lots ! un résumé du sondage est également disponible.
continuité de l'animation SUPER(H)M et le sujet d'anniversaire toujours ouvert, n'hésite pas !
Présentation des petits derniers sur hm ! viens en apprendre plus sur les dernières bouilles validées et n'oubliez pas de passer sur les med
NEW
la roulette rp fait son apparition ! les inscriptions sont actuellement ouvertes pour tous ceux cherchant un rp !
HUNDRED MILES
hundred miles c'est un forum réel asiatique city/universitaire basé à Séouldeux réponses par mois minimum — Avatars occidentaux bienvenus ! — Taille des avatars 200*320pxUne semaine pour finir sa présentation — Pas de prise de tête, rien que du love. That's all folks ٩(^ᴗ^)۶
vote pour hm !
✿︎
13.10.19 ➝ halloween is coming, et pour l'occasion, HM revêt son costume d'ombre. bienvenue à la MAJ n.39 et à ses nouvautés dantesque !
14.09.19 ➝ elle est là, la maj peachy n.38 qui sent bon le road trip automnal ici !
16.08.19 ➝ 37ème MAJ qui marque également les 3 ans du forum ! Viens mater les news ici !
08.08.19 ➝HM fête ses 3 ans ! merci à tous pour cette belle aventure qui se poursuit !
16.07.19 ➝ C'est la 36ème MAJ, façon summer night festival pour HM! les feux d'artifice c'est par ici !
16.06.19 ➝ 35ème MAJ, HM is a jungle pour ce mois de juin ! les news c'est ici !
12.05.19 ➝ Oh my my my ! 34ème maj fleurie pour HM qui affiche quelques nouveautés printanières !
13.04.19 ➝ 33ème MAJ toute fruitée pour le retour des beaux jours ! viens découvrir les news juteuses !
09.03.19 ➝ on accueille la 32ème maj et son design azuré ! viens découvrir les nouveautés !
09.02.19 ➝ installation de la MAJ n.31, avec un codage tout neuf et plein de nouveautés !
09.01.19 ➝ 30ème MAJ de HM ! viens découvrir les nouveautés ICI
01.01.19 ➝ BONNE ANNÉE LES CHATS !! plein de bonheur à tous. ❤︎
08.08.16 ➝ ouverture de hm
han ja
park bo ra
han soo yun
yang noam
the avengers

 :: old memories :: Oubliettes, Never Forget :: RPs abandonnés
Partagez

 ((what we owe to each other)) ft. atom


Choi Jung Ha


Voir le profil de l'utilisateur
☮ I'M ON MY OWN
AGE : 27
AVATAR : shay mitchell, la mif, we pretend it's 2007-2012 internet
POINTS : 0


NOUS A REJOINT LE : 19/01/2019


MESSAGES : 193


((what we owe to each other)) ft. atom Empty
(#) Sujet: ((what we owe to each other)) ft. atom   ((what we owe to each other)) ft. atom EmptyJeu 14 Fév - 10:41




I lived with the feeling that a hidden leprosy was gnawing our vitals: of this ill we were never to be cured, by this malady we were both mortally afflicted.
— My Mother, Georges Bataille

Elle sort de sa torpeur avec pour toute compagnie celle de son écran plat qui diffuse des rires enregistrés abominables, de la lumière douce de la lampe qui jouxte son sofa et du portable dont elle vient de manquer l’appel. Une bonne heure s’est écoulée entre sa douche et son réveil, qu’elle a égrainée dans son peignoir qui gratte, ses boucles brunes maintenant quasiment sèches, et surtout placées comme un amas de charpies. La métisse soupire et frotte ses cernes naissants, vestiges fortuits de journées interminables et de nuits peu salvatrices, haleine parfumée au Bourbon trop onéreux qu’elle ne sait pas déguster. Il est vingt et une heures, et Maeve est complètement en vrac.

Elle ne s’habitue toujours pas complètement à vivre seule.

C’est inexact – elle a toujours vécu seule depuis son arrivée sur le sol coréen. C’est ce qu’elle aime : son espace isolé, caché du reste, un cocon dans lequel elle se sent inatteignable, une tanière quand elle a besoin de repli. C’est plutôt être seule qui la fout de travers. C’est les soirées comme celle-ci, à errer en attendant qu’il soit l’heure de dormir, sans trop but ni attentes ; enchaîner des conquêtes méticuleusement choisies pour lui ressembler et s’en sentir toujours déçue. C’est devoir parler seule à son frigo et à ses légumes sans qu’une voix ne s’en moque. C’est – horreur la plus immense – avoir hâte de retourner à la fac le lendemain-même.
Dans son absence qu’elle pensait vouloir, Kyungah a créé un vide persistant qu’aucun essai ne comble.

Son portable capte sa solitude et son interlocuteur injoignable plus tôt retente le coup, par un SMS cette fois. Court, concis, droit au but – du Atom tout craché. Et ça peut pas être bon. « Viens chez moi, j’ai plus accès au cabinet à cette heure », rédige-t-elle en réponse avant d’ajouter son adresse. Quelques précisions suivent : tout en haut, dernier étage avec l’ascenseur et après, encore un étage à pieds. Maeve décide enfin de se sortir du canapé pour troquer son peignoir contre de vrais habits – un simple jean, un pull, des chaussettes hautes. Autant aurait-elle aimé se sentir heureuse de ne plus être seule ce soir, autant elle n’y arrive pas ; le simple fait qu’il s’agisse d’Atom lui tire les boyaux et lui fout les nerfs à fleur de peau. Elle ignore quand leur relation de connaissances, puis de psy-client a viré à davantage, mais elle sait qu’elle s’inquiète pour lui plus que de raison.

« Tout va bien ? », c’est la première chose qui franchit ses lèvres lorsqu’elle accueille Atom sur le pas de sa porte.

Malgré elle, ses yeux s’empressent de l’ausculter. Elle cache à peine son regard désapprobateur – visage émacié, teint souffreteux, yeux rendus fuyants par l’angoisse… Elle ravale vivement tout commentaire à l’égard de l’état du jeune homme, s’efface plutôt dans l’entrée pour le laisser rentrer. « T’as déjà mangé ? » Elle le supplierait presque de dire oui, de partager une soirée normale avec elle – son ton est posé, mais l’urgence dans ses yeux trahit son soulagement de le voir.

(c) SIAL ; icons sial




i only dream of your ankles brushed by dark violets, of honeybees above you murmuring into a crown. - mary szybist

Invité
Anonymous


Invité
((what we owe to each other)) ft. atom Empty
(#) Sujet: Re: ((what we owe to each other)) ft. atom   ((what we owe to each other)) ft. atom EmptyVen 15 Fév - 8:53
what we owe to each other+ tenue +
Atom est libéré de la prison à 19h, la tête sur le point d’exploser et pas plus d’informations que ce matin là. Les bruits des prisonniers faisant sonner leurs barreaux pour attirer son attention le suivent jusqu’à l’arrêt de bus désertique. Il fait noir et l’endroit est désert. Un gardien de la prison lui envoie le seul sourire amical qu’il a reçu de toute la journée.

Après une dizaine d’heure enfermé dans une pièce d’interrogatoire avec un psychopathe tueur en série lui décrivant en détail toutes les choses horribles qu’il avait fait ces dernières années avant d’être arrêté sans lui donner les informations qu’il était venu chercher, cette vue était un soulagement, bien que peu suffisant pour se retirer les images qu’il avait dans la tête.

Sans le lieu ou reposaient les corps des victimes de cet homme, il allait devoir revenir le lendemain, et le surlendemain en espérant que cette fois, le tueur lui répondrait autre chose que des provocations.
Pour le moment, il était libre, et il savait qu’il avait besoin d’une seule chose pour sortir un peu la tête de l’eau et mettre de l’ordre dans ses pensées.

Il sort son portable et tape un SMS rapide. « Viens chez moi, j’ai plus accès au cabinet à cette heure », Atom laisse échapper un soupir de soulagement et se laisser mener par le bus branlant au plus près de l’adresse qu’il avait été donné. Le chauffeur siffle l’air d’une chanson paillarde qu’il ne connait pas. Il se rappelle des bus de Stockholm et de la chaleur qu’ils offraient contre le froid mordant de l’hiver, et regrette terriblement sa ville natale, non pour la première fois.

Heureusement, le voila rapidement arrivé chez Jung Ha. Il se sent mal de la déranger aussi tard, mais il sait qu’il avait besoin de parler à quelqu’un, même à demi mots, pour mettre de l’ordre dans ses pensées.

« Tout va bien ? », Le jeune homme ne peut s’empêcher de sourire en coin, bien qu’il ne devait pas avoir bonne mine. Deux jours de travail dans cet endroit infernal avaient prit le dessus sur lui et il luttait tant bien que mal pour faire bonne impression et ne pas inquiéter Jung Ha. Peine perdue. “Je suis fatigué, mais je vais...bien.” Il ne sait pas mentir, alors il décide d’entrer.

. « T’as déjà mangé ? » Atom regarde autour de lui d’un air intrigué. “C’est sympa chez toi.” dit t’il, distrait. Il la regarde et pendant un moment, il est tenté de refuser, car il ne veut pas l’importuner plus. Mais son estomac se rappelle à son bon souvenir et se met à grogner. Il sourit d’un air désolé. “Non pas encore, et j’avoue que je meurs de faim…”

©️2981 12289 0
Choi Jung Ha


Voir le profil de l'utilisateur
☮ I'M ON MY OWN
AGE : 27
AVATAR : shay mitchell, la mif, we pretend it's 2007-2012 internet
POINTS : 0


NOUS A REJOINT LE : 19/01/2019


MESSAGES : 193


((what we owe to each other)) ft. atom Empty
(#) Sujet: Re: ((what we owe to each other)) ft. atom   ((what we owe to each other)) ft. atom EmptyMer 13 Mar - 16:28




I lived with the feeling that a hidden leprosy was gnawing our vitals: of this ill we were never to be cured, by this malady we were both mortally afflicted.
— My Mother, Georges Bataille

Ne rien se dire pour tout faire comprendre, c’est leur rituel. Alors, à chaque fois qu’Atom vient la voir, elle lui demande comment est-ce qu’il se sent, connaît déjà la réponse et lui laisse deviner ; lui, inlassablement, lui répond que ça va. Ca va. Un sourire fatigué, une envie silencieuse de ne pas s’étendre et de plutôt parler d’autre chose, retrouver un semblant de normalité dans une vie qui n’a plus de sens. Et comme toujours, Jungha laisse passer. Elle hoche la tête avec un léger sourire, de ceux qui veulent dire qu’elle accepte de se laisser berner, et s’efface dans la conversation jusqu’à ce que son ami ait envie de parler. Alors ce soir-là, quand il entre et la gratifie d’un énième “Je suis fatigué, mais je vais...bien”, elle accepte en silence, manifeste à peine son inquiétude de peur que sa présence frêle ne s’évapore et la laisse seule avec ses mains vides et son cœur creusé par la peur et l’envie de disparaître. Elle a autant besoin de lui que l’inverse, ce soir.

“C’est sympa chez toi.”

La psy laisse le jeune homme entrer dans le penthouse et se mettre à l’aise, lui indiquant où poser sa veste et son sac. Le recevoir ici est inhabituel, elle qui l’a toujours vu dans le contexte universitaire ou aux alentours a du mal à faire la transition. En fait, même lorsqu’il lui parle de son métier, de ses nombreux déplacements, elle n’arrive pas à l’imaginer ailleurs qu’à la faculté de crim ou dans son bureau. Comme mal à l’aise, particulièrement perdu, le jeune consultant a du mal à se fondre dans le décor, tranche particulièrement avec son appartement vide et impersonnel. « Ah oui ? Je te le laisse, si tu veux. Je suis pas fan de la déco. » répond-elle en se dirigeant d’ores et déjà vers la cuisine, sans attendre sa réponse. Elle a besoin de faire quelque chose, d’occuper ses mains, son esprit, de mobiliser autre chose que son palpitant qui lui fait suinter le stress par tous les pores.

« J’ai du poulet curry qu’on peut réchauffer, si ça te tente », propose-t-elle depuis la cuisine.

Elle n’ose pas dire qu’elle n’a pas grand-chose, que son frigo est souvent vide parce qu’elle n’a pas envie de faire les courses ou qu’elle est trop distraite pour y penser. C’est même rare qu’elle laisse des restes de la veille ou de l’avant-veille : son frigo est tout comme elle, rangé au millimètre, rigoriste et il semble davantage servir de décoration que de meuble à utilité précise. Elle extirpe d’un rayon une grande boîte contenant ses restes, et sort du frigo d’un même geste des glaçons, qu’elle pose sur la table derrière elle. « J’étais au whisky, je te sors un verre aussi ? » Ses mains s’activent à préparer du riz et elle ne revient que pour servir un verre à Atom et remplir à nouveau le sien. Elle qui trouve grande fierté à établir une distance professionnelle avec ses clients, à toujours arborer ses airs posés et paraître saine et stable ne prend pas vraiment la peine d’épargner Atom. Même pas besoin d’essayer : ça se voit qu’elle est en vrac, et de loin. Une passade comme une autre, imagine-t-elle ; le temps de s’habituer au vide, d’être confortable avec le sentiment de solitude.

« Alors, dis-moi. Tu bossais aujourd’hui ? »

(c) SIAL ; icons sial @han atom




i only dream of your ankles brushed by dark violets, of honeybees above you murmuring into a crown. - mary szybist

Invité
Anonymous


Invité
((what we owe to each other)) ft. atom Empty
(#) Sujet: Re: ((what we owe to each other)) ft. atom   ((what we owe to each other)) ft. atom EmptyLun 18 Mar - 9:55
what we owe to each other+ tenue +
Atom aimerait qui lui soit facile de se confier. Il aimerait pouvoir vider son sac devant la jeune femme sans avoir a réfléchir aux mots qui pourraient éventuellement la mettre en danger. Parce que c'était ça, n'est ce pas ? son job était top secret pour une bonne raison : laisser les citoyens en dehors de tout ca. En particulier les innocents comme Chung Ha.
Alors il usait de moyens détournés pour la laisser entrer dans sa tête et s'assurer qu'il n'était pas encore totalement timbré. Il prenait son acceptation et son sourire comme une première victoire.

Après tout, simplement être avec elle lui faisait un bien fou. Elle n'avait pas besoin d'être une psy pour l'aider. Simplement son amie sur qui il pouvait évidemment compter.
A l'instant où il entra dans son appartement, il se sentit bien mieux.

“C’est sympa chez toi.”

A côté de son appartement qui est une pile géante de livres, de plantes plus ou moins vivantes, de poils de chats et de tasses de thé, l'appartement de Chung Ha est si propre qu'il semble tout droit sorti d'un catalogue pour la dernière chaîne de décoration a la monde.
Il se demanda subitement si elle croyait au feng shui et si c'était pour ça que tout était aussi symétrique dans son appartement.
C'était aussi apaisant, dans un sens, de voir que tout était a sa place.

« Ah oui ? Je te le laisse, si tu veux. Je suis pas fan de la déco. » Atom cligne légèrement des yeux. “Ou, je sais pas….tu pourrais faire un peu de peinture ? C'est vrai que ça manque un peu de couleurs.”
Le jeune homme la suit jusqu'à l'entrée de la cuisine, où il s'arrête maladroitement, comme si ses longs bras l'empêchaient de traverser une porte. Il se rend soudainement compte qu'il est très tard, et qu'il devait interrompre la jeune femme dans une séance de repos bien meritee. Il s'en veut soudainement beaucoup.

« J’ai du poulet curry qu’on peut réchauffer, si ça te tente » Atom n'allait certainement pas refuser un bon repas, donc il acquiesce rapidement.

Il se rend soudainement compte qu'il n'avait pas pris le temps de s'alimenter correctement depuis 48h et prend réellement peur. Depuis quand perdait t'il le sens du temps qui passe quand il était en interrogatoire.
Il se souvient vaguement qu'on lui avait proposé un plateau repas, mais avait rapidement décliné, et ce plusieurs fois, obsédé par la recherche des corps de ces jeunes filles. Et le voilà affamé sans avoir trouvé ce qu'il cherchait. « J’étais au whisky, je te sors un verre aussi ? » Atom acquiesce distraitement. “S’il te plait, oui.” Une fois assis, il la regarde faire et remarque quelque chose. Chung Ha semble terriblement nerveuse et il pense savoir pourquoi. Il s’en veut horriblement de la faire s’inquiéter pour lui alors que lui même ne peut rien lui révéler.

Ce n’est pas totalement vrai, bien sur. Seul ses dossiers étaient soumis à une clause de confidentialité. Son travail en tant que consultant n’était pas un secret. Il ne voulait simplement pas que ChungHa se retrouve en danger si par malheur elle était au courant de quelque chose. Elle n’était certainement pas idiote, bien au contraire. ignorance is bliss, n’est ce pas ?

“Alors, dis-moi. Tu bossais aujourd’hui ?”

La question qui fache. Il grimace et prend une gorgée de whisky. “....oui.” finit t’il par dire. “Un cas compliqué. J’y ai bossé pendant des jours et je n’ai pas pris le temps de manger ou de dormir comme un humain. Tu me connais Chung Ha, n’aie pas l’air aussi inquiète.” dit t’il avec douceur. “C’est juste….loin d’être un patient ordinaire.”

©️2981 12289 0
Choi Jung Ha


Voir le profil de l'utilisateur
☮ I'M ON MY OWN
AGE : 27
AVATAR : shay mitchell, la mif, we pretend it's 2007-2012 internet
POINTS : 0


NOUS A REJOINT LE : 19/01/2019


MESSAGES : 193


((what we owe to each other)) ft. atom Empty
(#) Sujet: Re: ((what we owe to each other)) ft. atom   ((what we owe to each other)) ft. atom EmptyMer 24 Avr - 21:08




I lived with the feeling that a hidden leprosy was gnawing our vitals: of this ill we were never to be cured, by this malady we were both mortally afflicted.
— My Mother, Georges Bataille

“Ou, je sais pas….tu pourrais faire un peu de peinture ? C'est vrai que ça manque un peu de couleurs.”

De la peinture orange lui envahit la bouche et la lui rend pâteuse. Elle a envie de lui répondre qu’il y a bien plus que la déco à refaire, que l’appartement entier est à jeter ; lui, l’argent indigne qui le finance et tout ce manque d’objets personnels qui ne reflète sûrement que sa vacuité à elle. Elle sait qu’il a sûrement raison – qu’un coup de peinture, un ou deux tableaux, et un environnement un peu moins contrôlé, un peu plus désordonné, rendront justice au lieu qu’elle n’a fait que maltraiter dans sa rigueur. Mais alors les couleurs l’absorberaient et elle ne s’y reconnaîtrait plus, elle finirait par accepter de vivre dans la pièce sans la traiter comme une chambre d’hôtel sans femme de ménage et elle prendrait trop ses aises. Elle aime l’idée qu’elle peut partir, s’envoler, quand elle veut. Toute fictive puisse-t-elle être, la perspective de n’avoir aucune attache à l’endroit, aucune dépendance à ses parents, la réconforte.

Et puis, son whisky fait déjà office de décoration. Elle s’en verse un autre verre et tend le sien à Atom, trinque avec lui avant de se détourner à nouveau. L’eau qui bouille sous le riz emplit la cuisine d’un bruit de fond réconfortant et le comptoir se retrouve vite encombré par un grand tupperware et de couverts pour accompagner leur repas. Ça lui fait du bien d’avoir à s’activer pour quelqu’un d’autre que pour elle, ne pas se faire de la nourriture par acquit de conscience mais pour quelqu’un qui en a envie, et besoin. Derrière elle le grand homme qui la dépasse en tour de bras et en taille est devenu un enfant chétif au regard éteint, et lui qu’elle a toujours vu briller par son intelligence et ses mots semble vidé de substance. Ce n’est pas la première fois qu’elle le voit souffrir mais peut-être la première où il se réduit à cet état. Ca l’inquiète. Jungha n’est pas sûre d’avoir la force de les relever tous les deux ce soir. Mais elle demande malgré tout :

“Un cas compliqué. J’y ai bossé pendant des jours et je n’ai pas pris le temps de manger ou de dormir comme un humain. Tu me connais Chung Ha, n’aie pas l’air aussi inquiète.”

Elle fronce les sourcils en se retournant vers lui, pour lui signaler qu’au contraire, il faut qu’elle s’inquiète. Précisément parce qu’elle le connaît – elle l’a vu trop investi, elle l’a vu passer des nuits blanches pour son travail et se rabaisser plus bas que terre lorsqu’il estimait ne pas l’avoir assez bien fait. Mais jamais elle ne l’avait vu sur le point de casser comme une branche sèche sur laquelle on a trop forcé. Elle veut lui dire que justement, elle s’inquiète, parce qu’elle l’a toujours vu passionné et impitoyable mais elle ne l’a jamais vu faible et fatigué, et elle n’est pas trop sûre de ce qu’il adviendra d’elle si la branche casse. “C’est juste….loin d’être un patient ordinaire.” Elle fait mine d’être surprise.

« Et qu’est ce qu’il a de spécial pour t’empêcher de fonctionner comme un humain adulte et indépendant ? »

Son ton se veut neutre, mais on y sent une pointe de reproches. La métisse ne sait pas combien de temps elle va tenir en se forçant à rester extérieure à la situation, comme sa profession le voudrait. Elle n’a jamais trop réussi, avec Atom, toujours un tantinet trop émotive et préoccupée par sa situation pour réussir à remplir son rôle. Le micro-ondes derrière eux la rappelle à l’ordre. Elle en extirpe le plat et le déverse dans deux assiettes, une portion largement plus grande que l’autre. « On passe à table ? »

(c) SIAL ; icons sial @han atom




i only dream of your ankles brushed by dark violets, of honeybees above you murmuring into a crown. - mary szybist

Invité
Anonymous


Invité
((what we owe to each other)) ft. atom Empty
(#) Sujet: Re: ((what we owe to each other)) ft. atom   ((what we owe to each other)) ft. atom EmptyJeu 2 Mai - 9:38
what we owe to each other+ tenue +
Atom s’était toujours demandé pourquoi Jung Ha semblait toujours sur le point de partir, de déménager du jour au lendemain, de se laisser une porte de sortie. Il avait vu des gens comme ca bien sur, à l’université. Ces jeunes qui n’avaient pas de travail et qui laissaient leur famille pour vivre seuls pour la première fois, et qui voulaient tout découvrir, tout savoir.
Certains de ses amis étaient partis en échange à l’étranger, comme lui même l’avait fait quand il avait eu la formation requise pour venir étudier dans son pays natal et le découvrir plus en détails.

Certains étaient restés. Ou avaient abandonné leurs études pour voyager, et ouvrir un magasin de location de surf dans une ile paradisiaque ou ils vivaient de fruits et d’eau fraiche. Les nouveaux colons. D’autres étaient rentrés à Stockholm au bout d’un an avec le mal du pays, heureux de retrouver la fraicheur des rues pavées et les longues nuits d’hiver.
D’autres enfin, étaient restés dans leur pays d’adoption. Renouvellant leurs visas d’étudiants, puis en prenant un visa de travail, puis une naturalisation, comme il avait été le cas pour Atom avant qu’il n’entre à la défense.

Jung Ha avait un travail et une vie stable. Et pourtant, elle vivait comme une étudiante fraîchement débarquée à l’université, bien qu’avec bien plus d’argent et un train de vie plus confortable.
Pas qu’il y avait du mal à ca, mais Atom était...curieux, c’est le moins que l’on puisse dire.
De toute évidence, cependant, vu l’expression de la jeune femme, il n’était pas le moment de faire un diagnostique. Elle en revanche, le regardait  comme une énigme particulièrement retorse à percer à jour.

Il lui sourit.

« Et qu’est ce qu’il a de spécial pour t’empêcher de fonctionner comme un humain adulte et indépendant ? »

Le jeune homme...regrettait de devoir toujours parler de son travail en énigme à la jeune femme. Ce n’est pas comme si sa mission était secret défense, bien sur. Il n’avait pas le droit de parler de certaines enquêtes, ou de certains de ses patients, sujets sensibles ou secret professionnel oblige, cependant, rien ne l’empêchait de parler clairement de ce qu’il faisait.
Mais Atom avait peur. Peur de la réaction de ses proches. Peur qu’ils soient mis en danger. Alors il se taisait, bien qu’il aurait bien besoin d’un soutien moral.
« On passe à table ? » Le jeune homme acquiesce et vient s’asseoir à table, salivant rien qu’à l’odeur du curry.
“C’est quelqu’un de très instable.” dit t’il vaguement. “Je veux dire, ses pensées sont aussi délirantes que cohérentes. Et quand j’essaies de lui parler, il sait parfaitement mener la barque de la conversation.” pour la première fois il craque et avoue. “C’est comme si il essayait d’entrer dans ma tête.”

:copyright:️2981 12289 0
Contenu sponsorisé


((what we owe to each other)) ft. atom Empty
(#) Sujet: Re: ((what we owe to each other)) ft. atom   ((what we owe to each other)) ft. atom Empty
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: old memories :: Oubliettes, Never Forget :: RPs abandonnés
Sauter vers: