▲ up▼ down
tempête nocturne (dewei)



 
HEP POTO, tu veux devenir un king de la roulette COQUINE (ou la jouer réglo...) ?
No prob, viens jouer à la roulette de valentin ET valentine juste ici !
JOYEUSE SAINT VALENTIN, et que du bonheur pour ce mois de l'amooour qui se profile ! ♥️
VIENS DÉCOUVRIR LE LOVE QU'ON TE PORTE
(NOUVEAUTÉ) ON VOUS AIME ! Une avalanche de bons plans sur une application du tonnerre, ça vous inspire ?
S'INSCRIRE AU PROGRAMME DOKI DOKI ♥️
TOUJOURS SUR HM ! Découvre les défis et notre semaine à thème du mois !
c'est la fête aux namoureeeeux, viens donc par ici et participe au
secret love ! où tu peux te déclarer en toute anonymat !
HUNDRED MILES
hundred miles c'est un forum réel asiatique city/universitaire basé à Séouldeux réponses par mois minimum — Avatars occidentaux bienvenus ! — Taille des avatars 200*320pxUne semaine pour finir sa présentation — Pas de prise de tête, rien que du love. That's all folks ٩(^ᴗ^)۶
vote pour hm !
★︎
09.02.19 ➝ installation de la MAJ n.31, avec un codage tout neuf et plein de nouveautés !
09.01.19 ➝ 30ème MAJ de HM ! viens découvrir les nouveautés ICI
01.01.19 ➝ BONNE ANNÉE LES CHATS !! plein de bonheur à tous. ❤︎
08.08.16 ➝ ouverture de hm
han ja
park bo ra
han soo yun
yang noam
team rocket

 :: reste du monde :: Time Travel
Partagez | 

 tempête nocturne (dewei)


Abe Risa


Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t5876-abe-risa-pleursduciel
ワイルドハート
AGE : 20
AVATAR : nana komatsu
POINTS : 961


NOUS A REJOINT LE : 17/01/2018


MESSAGES : 5804


(#) Sujet: tempête nocturne (dewei)   Lun 11 Fév - 15:10




des fleurs dans les poumons,
tes yeux dans les miens.

la lune hurlait avec les étoiles dans son lit d'encre. les rues de séoul n'étaient plus éclairées mais les enseignes de gangnam illuminaient la rue. risa errait. on l'observait, un peu déconcerté, tituber sur la route, allant de gauche à droite, une bouteille presque vide dans la main. elle s'était perdue, une fois encore, dans ses idées les plus sombres animées par cette voix séduisante murmurant au creux de son oreille. risa était faible - d'une certaine façon. elle avait trop l'habitude de se laisser manipuler par ses démons, de se laisser envoûter dans un tourbillon infernal où seule la tristesse était maîtresse de son royaume. c'était un cercle vicieux dans lequel elle s'aventurait trop souvent, perdant toute rationalité et laissant son coeur affecté décider pour elle.

malgré tout, ce soir, la brune était d'humeur calme, la tristesse et l'épuisement possédant son corps. elle marchait simplement, sans destination, la vue embrumée par l'alcool. elle n'était que tempête de morosité et rancoeur.  une déferlante de sentiment traversait son corps, la poussant au bout, des larmes perlant ses yeux. elle détestait ça, être faible. elle détestait être esclave de ses émotions, perdre tout contrôle. alors, comme à son habitude, elle partit dans les extrêmes, essayant de reprendre le contrôle de ses émois. elle jeta la bouteille, le liquide restant se déversant sur le goudron. sa marche devint course et elle se retrouva à l'autre bout de séoul, sans idée de l'endroit où elle se trouvait. son souffle était haché, ses jambes tremblantes. il faisait froid, trop froid. un rire s'extirpa de sa gorge - il était sec, ironique. elle riait de ses lèvres violettes tremblantes, de l'état pitoyable dans lequel elle se trouvait, de la chaire de poule grimpant sur sa peau.

puis d'un coup, dans cette folie nocturne tachée de noir, elle ne ressentit plus rien. son corps était mort. elle se tenait debout, là, sur un trottoir, seule, les larmes givrant sur ses joues. une image pitoyable et ridicule, une image que risa détestait - elle haïssait cette fille qu'elle voyait dans la vitrine. elle haïssait cette risa, cette gamine minable à la peau marquée par la souffrance et la haine. un spasme de violence la traversa soudainement et son poing s'abattit contre le mur en pierre de la boutique. une première fois, puis une deuxième, puis les deux poings. elle essayait de se défouler, de se rendre encore plus laide, de faire partir cette risa macabre dont le seul but était de lui pourrir la vie. tout ce qu'elle voulait était un soupçon de bonheur sans obstacle. risa n'obtenait jamais ce qu'elle voulait - et ce soir en était la preuve. elle se retrouvait à combattre des démons encore trop présents.

ce sont des mains brûlantes sur ses bras qui la firent sursauter dans un sanglot. une chaleur qui réchauffa son corps percé par l'air glacé. et dans l'incertitude et la violence de son âme, risa y trouva du réconfort. son corps devint soudainement lourd et elle se laissa tomber dans les bras de son sauveur. « d-dewei... un sanglot, ses mains qui s'agrippèrent de plus belle à ses bras. pourquoi est-ce que je suis comme ça ? » la brune laissa tomber toutes ses barrières, et sacrifia même son coeur déjà brisé. dewei était là, et elle savait que tout irait mieux (elle l'espérait). cela faisait si longtemps qu'elle ne l'avait vu, c'était étrange de le retrouver dans le même état où elle l'avait laissé. « je suis tellement désolée. » elle ne savait pas pourquoi il était là, ni pourquoi il était venue la voir - risa l'avait détruit, lui et leur relation, d'un coup d'égoïsme profond. elle s'en voulait de l'avoir fait souffrir tout ce temps, s'en voulait qu'il souffre même avec elle. tout ce qu'elle souhaitait était le bonheur de dewei - même si elle devait en périr. il était son pilier, une âme qui avait trouvé la sienne. son meilleur ami.

(c) SIAL ; icons old money






han ja a écrit:
     WO FAFENG YIYANG DE AI NI WO WEI NI ZHAOMI

♡:
 
Heo Dewei


Voir le profil de l'utilisateur
✩ descendant of the moon
AVATAR : park yuri
POINTS : 386


NOUS A REJOINT LE : 18/11/2018


MESSAGES : 277


(#) Sujet: Re: tempête nocturne (dewei)   Lun 18 Fév - 19:17




des fleurs dans les poumons,
tes yeux dans les miens.

Mélancolie douloureuse, les yeux perdus dans l’obscurité, tu te demandes ce que tu fais là. Tout seul. Sans lui. Chacune de tes expirations étaient transformées par la froideur nocturne en une buée éphémère se dissipant dans la nuit, tandis que le bruit de tes pas trépassait sous les sons des rues de cette ville qui ne dort jamais. Tu étais sorti pour te changer les idées, pour tenter de penser à autre chose qu’à cette discussion qui hantait tes pensées depuis plusieurs jours maintenant. Tu revoyais ses yeux, froids et emplis d’agacement. Tu entendais ses mots en boucle te refuser ton amour, te renvoyer sans peine tes sentiments. Tu te revoyais, incapable de rien et muet. Comment est-ce que vous en étiez arrivés là ?

Les mains dans les poches de ton long manteau noir, tu marches nonchalamment dans les rues de Gangnam et te mélange à cette foule venue profiter des lumières et de l’effervescence de ces rues. Tu les envies un peu. Du coin de l’œil tu les regardes et ne parvient pas à t’empêcher de te comparer à eux. Tu t’en voulais de te sentir aussi mal, t’avais l’impression d’être égoïste. Tu n’avais pas eu ce que tu voulais, et le monde semblait s’écrouler autour de toi. Ton monde.
T’avais l’impression d’avoir perdu tellement de temps. D’avoir perdu trop de temps. Tout ça pour ça ? Tout ce que tu avais ressentis pour lui, tout ce que tu ressentais encore : pour rien ? C’était peut-être inévitable. Tu étais comme destiné à ne pas faire parti de ceux qu’on dit chanceux. De ceux qui ont de la chance en amour, qui trouve la bonne personne. De ceux dont les sentiments sont partagés. De ceux qui vivent ce genre d’histoire. De ceux qui ne sont pas toi.

Les vitrines ne reflètent que l’ombre de toi-même lorsqu’elles te voient passer. Tu ne t’arrêtes dans aucune boutique, aucun bar. C’était pourtant ce que t’étais venu faire ici. T’avais passé le début de la soirée avec d’anciens collègues de travail et avais décliné l’offre de terminer la nuit en boite. Malgré toute la force que tu voulais mettre dans tes faux-semblants, tu ne pouvais plus faire comme si tu te sentais parfaitement bien. Tu avançais simplement en prenant les différents chemins qui s’offraient à toi, sans réfléchir à l’endroit où tu allais.

Ton attention fut attirée par une silhouette que tu reconnus avec grand étonnement. D’abord incertain, plus tu t’approchas d’elle et plus les doutes s’estompèrent. Risa. Tu fronças les sourcils en en te rendant compte qu’elle était en train de donner des coups de poing sur le mur. C’est lorsque tes mains stoppèrent ses mouvements que tu remarquas les larmes qui coulaient sur ses joues. Sans comprendre ce qui se passait, tu acceptas simplement la proximité de vos deux corps en resserrant ton étreinte tandis qu’elle s’effondrait dans tes bras. Ton ex t’avait reconnu et tu l’écoutas silencieusement se confesser en sanglots. Les fantômes de tes amours passés avaient décidé de venir te hanter après la nouvelle déception amoureuse que tu venais de vivre.

« Risa… »

Mais c’était Risa. C’était différent avec Risa.

« Pourquoi est-ce que tu t’excuses ? » Tu n’avais jamais réussi à détester Risa. Trop faible peut-être, pas assez ferme. Ou simplement lié à elle d’une façon que vous ne pouviez pas défaire. Les chemins hasardeux t’avaient mené jusqu’à elle. Encore. « Eh, donne-moi tes mains. » Ce n’était pas le moment de lui parler des ressentiments que tu avais contre elle vis-à-vis de votre relation passée. Elle allait mal et tu étais incapable de l’ignorer. Tu pris ses mains dans les tiennes et soufflas dessus pour les réchauffer. « Qu’est-ce qui se passe Risa ? » Qu’est-ce qu’elle foutait là, à cette heure ?

(c) SIAL ; icons old money




- - this is my confession


valentine's day:
 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand la virée nocturne se transforme en cauchemar | Nicolas de Ruzé |
» Entretien nocturne [Ashenie de Sephren]
» [TopikaMétéo] La tempête...
» Baignade nocturne [ Pv Sky ][Hentaï]
» Tempête de Feuilles au pays des merveilles... (LIBRE)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: reste du monde :: Time Travel
Sauter vers: