▲ up▼ down
12345
les anges de minuit ☾ (boja)



 

news maj 52 (*•̀ᴗ•́*)و ̑̑ c'est tout frais ça sort du four, sent cette odeur de pain d'épice
>> lire l'annonce <<


GAME Pour la période de Noël; viens profitez de la magie des fêtes :
>> l'arène de l'hiver <<

classements les résultats de la compétition
>> le tableau d'honneur <<


INFOS des petites précisions ont été apportées
>> aux quêtes <<
& >> l'activité rp <<

EVENT le RE LE PLUS... est lancé, viens vite t'amuser ೕ(•̀ᴗ•́)
>> informations <<


Le Corbeau plus présent que jamais, prends garde à tes secrets
>> son insta<<
& >> son twitter<<
Contexte
Seoul Coeur battant du pays du matin calme, cité aux envies furieuses et aux ennuis décadents. Dans cette ruche d’acier, on se débat, on s’applique éperdument à vivre malgré la nuée d’âmes qui nous entourent. Dans cet univers frénétique, les influences sont multiples, et c'est un tumulte sans fin qui agite les esprits et les corps. Trônant au sommet de cette cité luminescente, les plus grands conglomérats coréens se livrent une lutte mortifère, tandis qu'à leurs pieds, les mortels oscillent entre paix et discordes. Depuis près de soixante-dix ans, les sociétés divisent autant qu'elles rassemblent, semant troubles et espoirs dans leur sillage. On les plébiscite, on les méprise, on les rejette, on les envie, mais en aucun cas elles indiffèrent. Comment ignorer ce microcosme vertigineux, où chacun est acteur d'une guerre qui ne les concernent sans doute pas. Les uns poursuivent leurs aspirations, les autres se résignent à vivre en pions. Les plus impétueux prétendent pouvoir éviter cette inévitable dépendance, mais pour la majorité, impossible de vivre sans se référer à ces grandes unités. Irrémédiablement attirés vers leurs semblables, la population se voit divisée, fractionnée en sociétés mouvantes, envahissantes, unificatrices. Les plus riches s'en pâment tout en craignant le précipice qui les guette peut-être, les plus pauvres s'en irritent mais s'affament à espérer l'envol promis. Tous ne cherchent au fond, que la prospérité et l'exaltation d'une vie un peu moins monotone
Nouveautés  décembre 2020

classement le tableau d'honneur est tombé; viens découvrir si tu fais partie du top 20 dans les classements de fin d'année !

give you love pour clôturer 2020, on a décidé de livrer de l'amour par colis express ! partage ton ode à la joie et offre des jolis cadeaux !

jeux et animations on voulait pas que tu t'ennuies pendant les vacances alors on t'a préparé un petit cocktails de jeux pour t'amuser : le grinch; le père noël a dit, la petite histoire de noël et le sapin n'attendent plus que toi !

news maj 52 (*•̀ᴗ•́*)و ̑̑ c'est tout frais ça sort du four, sent cette odeur de pain d'épice
>> lire l'annonce <<


GAME Pour la période de Noël; viens profitez de la magie des fêtes :
>> l'arène de l'hiver <<

classements les résultats de la compétition
>> le tableau d'honneur <<


INFOS des petites précisions ont été apportées
>> aux quêtes <<
& >> l'activité rp <<

EVENT le RE LE PLUS... est lancé, viens vite t'amuser ೕ(•̀ᴗ•́)
>> informations <<


Le Corbeau plus présent que jamais, prends garde à tes secrets
>> son insta<<
& >> son twitter<<
Le Deal du moment : -48%
Camera Surveillance Bébé WiFi sans ...
Voir le deal
25.99 €

Partagez

 les anges de minuit ☾ (boja)


 :: seoul national university :: Dortoirs :: Melted House
Han Issun
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t103-han-ja-hajansky
STAFF ✺ ‹ MOTHERFUCKING STARBOY - WOMANIZER IN THE STREETS
UNE P'TITE PHOTO ? :  ⊱ les anges de minuit ☾ (boja) 7363c5631930d853abadab511e698fbd
AVATAR :  ⊱ bbh ♡
POINTS :  ⊱ 85
MESSAGES :  ⊱ 28541
NOUS A REJOINT LE :  ⊱ 21/07/2016
AGE :  ⊱ 25
les anges de minuit ☾ (boja) Empty
(#) Sujet: les anges de minuit ☾ (boja)   les anges de minuit ☾ (boja) EmptyLun 14 Jan - 2:57


téléphone maison
park bo ra, han ja

:: Pyjama rouge comme sa société de russkov, pantoufles aux pieds, tête dans les étoiles et cœur dans les chaussettes... Un bien beau portrait qu'Han Ja dressait en cette énième nuit d'insomnie aérospatiale, à vouloir mater en boucle les premiers Star Wars dans une tentative désespérée d'accéder au sommeil, à fredonner le thème de la Force d'une voix turbulente (mais pas trop) et à compter un peu bizarrement le nombre d'étoiles collées sur son mur bleu électrique, qu'il avait repeint le mois dernier à l'aide de son cadet Charlie. En somme, une image bien pathétique de lui-même (osons le dire), qu'il s'était promis de préserver loin des yeux et des oreilles de ses auditeurs. Mais quand le sommeil ne l'appelait pas, que Morphée le rejetait une fois de plus et que seul son globe terrestre daignait écouter ses histoires passionnantes, Han Ja s'attelait à meubler au mieux ses nuits solitaires.

À commencer par jouer à l'envahisseur avec sa demi-chinoise, sa victime, sa meilleure amie de toujours : Bora l'île paradisiaque, Bora le vilain petit canard. Oui, Ja avait besoin d'elle, et c'était un fait qu'il refusait surprenamment de nier. Il avait toujours besoin d'elle, même à dix-sept ans ou à vingt-trois, à peine dans la fleur de l'âge. Alors, lorsqu'il eut l'idée ingénieuse de s'incruster dans son dortoir, histoire de faire passer les astres plus vite, un sourire un peu abruti par le sommeil illumina le visage de l'enfant-étoile. Celui-ci fit bien vite de se redresser un peu maladroitement sur son lit à moitié défait, comme regagné par une énergie nouvelle à chaque fois qu'il préparait un stratagème de petit génie. Et il se hâta, le malicieux. Peu importe s'il grelottait comme le dernier des fragiles en chemin ; pas question de faire demi-tour, désormais. Surtout pas lorsqu'il avait tout prévu, en apportant avec lui le pack d'alcooliques anonymyes, en featuring avec deux-trois films de nerd que Bora n'aimerait probablement pas. Mais c'était ses idées à lui, et elle allait devoir les découvrir. « HOHOHOOO. Bora-yaaa ? Bora-ya, Bora-ya ! Tu as été sage, cette année ? Je crois bien que non, hahaha. » Sa voix de Père Noël était parfaite, ok ? Même s'il ressemblait à un gueux incapable de dormir, comme ça, avec toutes les clowneries du monde dépeintes sur le visage, à peine son regard cerné par la nuit perceptible dans l'entrebâillement de la porte.  Il ouvrit grand les bras vers elle malgré la distance, les refermant sur lui-même comme pour signer une accolade. Bora avait ce don-là de le requinquer même au beau milieu de la nuit, parce qu'il n'y avait pas d'heure pour l'embêter. Grâce à elle, ses innocentes fourberies reparaissaient toujours. « Tu m'excuseras, j'ai pas trouvé l'accès à ta cheminée. T'aimes les cheminées ? » Lui, oui. « Je suis surpris, quand même... Aish, pourquoi t'es toujours pas couchée ? Tu veux vraiment que ce soit moi qui vienne te border ? Dommage pour toi, Bora-Bora ! » Car même s'il s'inquiétait pour son état de santé, ce n'était pas lui qui allait lui proposer de dormir, ce soir. Non, ce soir, ils boiraient ! Ensemble, même. Ils se mettraient des tanches colossales pour laisser leurs esprits vagabonder par-delà quelques galaxies très lointaines, sur fond de E.T signé par le réalisateur préféré des enfants, aka Steven-sama. Ou Spielberg-sama, qu'importe. À peine eut-il pénétré le dortoir familier de son amie, Ja sourit à en faire pâlir le soleil, comme si sa lumière irradiait d'ores et déjà de toute part. Et peut-être était-ce la fatigue, qui accentuait davantage son imagination de bouffon du roi, mais il jurerait voir Bora le dévisager, à l'instant. « Quoi ? Toi tu te fais envahir par les Soviétiques, tu te contentes de les regarder de travers ? » Question rhétorique, appuyée par un haussement de sourcils joueur. Rapidement, le Han prit place sur le lit de la Présidente adverse, s'affalant avec tout l'attirail de bouteilles qu'il avait cru bon de ramener jusqu'ici. Des étoiles à cinq branches vrillèrent ses petits yeux et il tapa mollement dans ses mains, attendri par l'expression de son interlocutrice. « Non ! Tu bois avec eux, par toutatis. Bois avec moi, Bora-ya. » Petit chuchotement à peine provocateur, pourtant saturé de tout le sérieux du monde. Il connaissait le penchant de la Melted pour l'alcool, mais c'était un peu comme signer son arrêt de mort, ce soir – parce que lui ne tenait pas l'alcool. Pas du tout, même. Que ne ferait-il pas pour passer un bon moment avec elle, alors... « Tu sais quel genre de mec je deviens, quand je suis bourré. Empêche-moi de mourir, ou de faire un coma éthylique, ne ? Attention, je te fais confiance, je te confie ma vie. » Promesse d'une amitié solide et durable. Bien évidemment, elle allait l'étouffer avec son vomi. « Et aussi, ne bois pas trop. Je dois toujours prendre soin de toi, c'est mon devoir ! » S'exclama-t-il de son ton le plus chaleureux, partant directement à la conquête d'une joue bien tendre à presser entre ses doigts, ses yeux voûtés en demi-lunes mutines. « T'aimes la SF ? »


♡ ♡ ♡
macfly


the butterfly represents the talent, the thoughtfulness, and the beauty within the caterpillar.

@Han Soo Yun a écrit:
J'savais qu'on allait la sortir et j'aurais du parier sur toi, le roi des vannes pourries. les anges de minuit ☾ (boja) 769454579

cadeau de ma plus belle Coline:
 

les anges de minuit ☾ (boja) Candle-2289810-1935041
Park Bo Ra
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t178-park-bo-ra-boraday
STAFF ✺ ‹ 365 SO FRESH ☽ ›
UNE P'TITE PHOTO ? :  ⊱ les anges de minuit ☾ (boja) 176f58b4e83fc05ee6b3d1641aa8437c
AVATAR :  ⊱ Bae Su Ji (Suzy - Miss A) aka petit boudin perfection T'es moche :)
POINTS :  ⊱ 7
MESSAGES :  ⊱ 9721
NOUS A REJOINT LE :  ⊱ 05/08/2016
AGE :  ⊱ 23
les anges de minuit ☾ (boja) Empty
(#) Sujet: Re: les anges de minuit ☾ (boja)   les anges de minuit ☾ (boja) EmptyDim 20 Jan - 13:49




midnigt angels qui se bj dans la cheminée en flamme.

Fleurs, tabac, café tiède. Des pétales et des tiges qui sèchent sur du journal, l’ordinateur ouvert au milieu du lit. Une pile de livre qui servent de réceptacle à sa tasse préférée de la semaine, elle-même remplie du liquide brun tendre, adoucit par une trop grande quantité de lait. La chambre est un capharnaüm qu’elle contemple avec dégout, sans trouver le courage de ranger. Les choses s’accumulent depuis longtemps, et le maigre mobilier est déjà couvert d’objets-mémoires, de futilités indispensables. Bora n’a jamais été organisée. l’idée de jeter la répugne. Y a trop de chose qu’elle conserve (au cas où), et ça s’entasse dans un joyeux chaos, dans la pièce aux murs surchargés de photos.

Immobile, étendue en travers du lit. Ses yeux fixent le plafond, la peinture qui s’écaille, les milles points de lumière qui se projettent à travers l’abat-jour ajouré de sa lampe de chevet. Et les minutes s’égrènent, battement par battement de son cœur fatigué. tic après tac sur le réveil à ses côtés. Son bras dépasse du matelas (toujours par terre depuis un an, à force de repousser l’achat d’un sommier que ses finances précaires ne peuvent assumer). Elle laisse sa cigarette se consumer au-dessus d’une soucoupe déjà poudrée de cendre. Bora n’aime pas fumer à l’intérieur, encore moins au lit. Ce soir pourtant, la torpeur qui la saisit la pousse à rester pétrifiée. Chaque mouvement semble superflus. Elle grelotte au-dessus de ses draps, sans trouver le courage de les tirer sur elle. Cette délicieuse fébrilité, l’air froid de la chambre qui caresse sa peau hyaline sous le coton de son pyjama, elle la savoure autant que la nicotine qui imprègne ses alvéoles. Cette sensation de vie, ça la rassure. C’est l’idée de ressentir encore.

Ses lèvres happent la cigarette, elle ferme les yeux, éprouve le gout répugnant du goudron sur sa langue, recrache la fumée qui serpe jusqu’au plafond, puis s’efface. Son bras retombe, son souffle se tait. Apnée forcée pour mieux profiter du silence, à peine dérangé par une voiture qui passe sous sa fenêtre. Mais le calme nocturne est brusquement bousculé par une série de percutions à la porte de l’appartement. Elle ignore d’abord, incapable de mettre son corps en mouvement. Mais l’obstination du visiteur finit par la pousser à se redresser. Le bâton de nicotine encore rougeoyant échoue dans le cendrier improvisé, elle secoue les restes de papier brûlé de son haut de pyjama, et s’en va pied-nus ouvrir à l’inconnu.

Père Noël grossièrement imité, pack d’alcool gisant à ses pieds, Ja se tient devant la porte, en habit de nuit. Son air béat fait soupirer lourdement la belle insomniaque qui songe spontanément à refermer la porte (mouvement qu’elle esquisse d’ailleurs, mais que Ja interrompt en forçant l’entrée). Il déblatère des inepties sur les cheminées, tandis que les doigts anxieux de bora tirent sur son short, dans un effort faussement pudique de cacher quelques centimètres de peau. « J’ai jamais eu de cheminée, j’ai pas d’avis. » Qu’elle rétorque en s’approchant. Ses yeux sombres le toisent, mi-amusée, mi-agacée. Elle voudrait prétendre qu’elle dormait déjà, mais les demi-lunes pourpres qui cerclent son regard épuisé sont témoins de l’insomnie habituelle de la jeune femme. « Qu’est-ce que tu fais ici ? t’es venu jusqu’ici dans cette tenue ? » ses pas lent les guident jusqu’à sa chambre, où elle s’assoie sur le matelas en étreignant une des peluches, qui ont repris leurs droits dans son lit. En tailleur, le menton enfoui dans le tissu élimé du lapin, elle regarde Ja sourire, un peu apaisée par l’expression irradiante et familière de son ami. Sans vouloir l’admettre à haute-voix, elle est heureuse de le voir. Ja qui apparait toujours dans les timings les plus propices, sachant à l’avance ce dont elle avait besoin avant même qu’elle ne le sache elle-même. de lui. Sa présence, son rire, ses conneries qui font passer son éveil pour une bénédiction. Plus salvateur que le plus profond des sommeils. Il s’assoie à côté d’elle, ses bouteilles toujours en main. « tu veux que je boive ? » écho à sa proposition, elle le contemple, sourcil arqué, comme s’il venait de lui faire une suggestion indécente.

« Je pensais pas que tu me proposerais un truc pareil. » elle n’insiste pas de peur qu’il ne se ressaisisse et ne la prive de sa liqueur adorée. Il la met en garde contre ses faibles défenses face à l’ivresse, ce à quoi elle répond en tirant un décapsuleur du tiroir de la commode qui borde le lit. (outil indispensable à ses nuits d’ivresse solitaire)  « ça dépend, ça pourrait être un bon moyen de me débarrasser de toi. » Elle sourit et lui tend l’outil. « tu arrives en te faisant passer pour un santa daddy en parlant de cheminée, tu veux me faire boire, et maintenant tu me parles de SF ? Comme dans BDSF ? je commence à avoir peur. » son regard devient sérieux, parce qu'elle a beau fanfaronner, elle ignore réellement de quoi il s'agit (comme souvent lorsqu'il s'agit des connaissances, à ses yeux illimités, de son meilleur ami.) « c’est quoi la SF ? » demande bora, naïve, en saisissant le vestige de sa cigarette pour constater qu’il n'en reste qu’un mégot fumant. Ses doigts fébrile partent à la recherche du paquet qui gît sur sa table de chevet improvisée. « Mon briquet est pas dans les draps à côté de toi ? Tu me le passes ? et faut que j'te suce pour avoir à boire aussi ? décapsule moi ces bouteilles. »  

(c) SIAL ; icons HERESY.




SHE'S IN THE RAIN. you wanna hurt yourself, i’ll stay with you. you wanna make yourself go through the pain. it’s better to be held than holding on. we're in the rain
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un bain de soleil [Libre] {Hentaï} [Terminé ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: seoul national university :: Dortoirs :: Melted House
Sauter vers: