▲ up▼ down
Revers de Mémoire (Bora & Giho)



 
Eolssu johda ~ ! L'ère de Joseon a repris ses droits et les tambours résonnent sur le forum !
Viens les faire vibrer en jouant à la roulette traditionnelle juste ici !
Poussière de mars, Poussière d'or ; le printemps arrive ☆
VIENS DÉCOUVRIR LES PETITES NOUVEAUTÉS !
(EVENT) Envie d'un date plein de surprises ? Viens te joindre à l'aventure !
S'INSCRIRE AU PROGRAMME DOKI DOKI
TOUJOURS SUR HM ! Découvre les défis et notre semaine à thème du mois !
laisse le fil rouge te guider jusqu'à ta destinée !
et te mener à de surprenantes aventures ~
HUNDRED MILES
hundred miles c'est un forum réel asiatique city/universitaire basé à Séouldeux réponses par mois minimum — Avatars occidentaux bienvenus ! — Taille des avatars 200*320pxUne semaine pour finir sa présentation — Pas de prise de tête, rien que du love. That's all folks ٩(^ᴗ^)۶
vote pour hm !
★︎
09.03.19 ➝ on accueille la 32ème maj et son design azuré ! viens découvrir les nouveautés !
09.02.19 ➝ installation de la MAJ n.31, avec un codage tout neuf et plein de nouveautés !
09.01.19 ➝ 30ème MAJ de HM ! viens découvrir les nouveautés ICI
01.01.19 ➝ BONNE ANNÉE LES CHATS !! plein de bonheur à tous. ❤︎
08.08.16 ➝ ouverture de hm
han ja
park bo ra
han soo yun
yang noam
team rocket

 :: seoul :: Insadong
Partagez | 

 Revers de Mémoire (Bora & Giho)


Hwang Gi Ho


Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t5690-hgh-hggh____
☮ I'M ON MY OWN
AGE : 25
AVATAR : Ken de VIXX (Lee Jaehwan)
POINTS : 12


NOUS A REJOINT LE : 03/01/2019


MESSAGES : 85


(#) Sujet: Revers de Mémoire (Bora & Giho)   Sam 12 Jan - 14:27

@Park Bo Ra

   Une nuit comme une autre dans cette ville qui pourtant n'était pas censée créer de routine. Mais les derniers mois avaient été très semblables les uns aux autres pour l'involontaire métisse qu'était Giho. Auparavant, même s'il étudiait un sujet qui ne le passionnait pas forcément, il avait toujours eu un enthousiasme certain, ou alors juste un optimisme, à rendre sa vie amusante. Depuis qu'il avait appris la vérité sur sa famille, et qu'il l'avait difficilement digérée, il s'était forcé à profiter de sa vie au cas où elle changerait encore une fois brutalement. Mais elle avait justement encore une fois changé brutalement, et l'attitude remarquablement positive qu'il s'était fabriquée pendant les trois années d'intervalles n'avait pas résisté. Dû aux regrets parfaitement lisibles sur le visage de sa mère depuis déjà quatre ans, ou alors à l'université qu'il avait dû abandonner. La vie de Giho était devenue banale, et il n'avait plus vraiment de motivation à la changer. Il voulait juste que sa mère soit débarrassée de la tristesse qu'elle cachait derrière ses sourires. Alors comme ça, tous les jours, il allait travailler. Passait ses journées à ranger/commander/vendre des livres à des étudiants perdus, des vieux à l'emploi du temps absolument vide, ou alors à des étrangers trop motivé à se vanter auprès de leurs amis qu'ils savent lire le hangul. Et dès la fermeture de la boutique, il se dépêchait à Hongdae où il essayait d’appâter d'autres touristes en vendant des portraits faits sur le pouce à de modiques sommes d'argent. Ce soir là n'avait pas été différent.

    Encore une fois, il rentrait tard, à un stade bien avancé de la nuit. Sa mère serait déjà en train de dormir, laissant sa part d'un ragoût traditionnel pour qu'il mange avant de dormir, parce qu'elle penserait que ce jour là aussi, il aurait passé son temps à étudier. Alors que c'était simplement s'il se trouvait un peu d'énergie avant de se forcer à dormir qu'il le ferait.

    Les mains dans les poches, le regard légèrement vide, le jeune homme remontait la rue depuis la station de métro. Le quartier résidentiel était encore loin, mais il aimait marcher, ce n'était pas comme s'il avait le choix. Un raccourci lui permettait de gagner quelques minutes sur le trajet normal. Il suffisait simplement de traverser la rue des bars. Rue étonnamment méconnue des visiteurs qui venaient pour le quartier traditionnel, pourtant c'était bien là que se trouvaient les meilleurs hofs à soju ou les meilleurs bar lounge de l'endroit. Par conséquent c'était là aussi que se trouvaient la plupart des coréens bourrés après les soirées de fin d'entreprise entre collègues. Mais éviter des gens bourrés c'était relativement simple quand on avait l'habitude, et quand on s'était habitué à ne plus entendre les quelques remarques qu'on pouvait lui lancer.

    Interrompant le silence qu'il s'était créé pourtant, Giho se rapprocha d'un des convenient store à un coin de la rue. Son estomac grondait de faim et il fallait qu'il complète le repas de sa mère par quelque chose d'autre comme des ramens ou un peu de poulet frit. Il était à deux doigts de pousser la porte du magasin quand il entendit une autre de ces personnes bourrées bouger non loin de lui. Mais il n'y prêta pas vraiment attention plus que ça, ce n'était pas comme si cette nuit allait être différente des autres.



@Chae Maya a écrit:
meurs


rt si c'est méchant  
Park Bo Ra


Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t178-park-bo-ra-boraday
‹ 365 SO FRESH ☽ MELTED PRESIDENT ›
AGE : 21
AVATAR : Bae Su Ji (Suzy - Miss A) aka petit boudin perfection T'es moche :)
POINTS : 146


NOUS A REJOINT LE : 05/08/2016


MESSAGES : 7743


(#) Sujet: Re: Revers de Mémoire (Bora & Giho)   Dim 13 Jan - 13:06




revers de mémoire

Elle chante en longeant un trottoir désert, d’une voix rauque et basse. Chanter n’a jamais été son talent, c’est même tout le contraire en réalité. Les notes s’enchainent dans un insoutenable fouilli, les mots se mâchent et se mélangent, inconstant. Bora ne connait pas les paroles complètes, c’est une vieille chanson, floue comme un souvenir lointain, mais dont la mélodie est restée imprimée dans les replis de son esprit. C’était une de ces chansons que la mère de sua écoutait en cuisinant quand bora venait diner chez son amie. « bora chérie, tu peux retourner la cassette ? » qu’elle disait lorsque la bande était terminée, et la petite fille de l’époque s’exécutait, toute émue qu’elle l’ait appelée « chérie ». ça lui donnait l’impression d’avoir une mère, elle aussi.

Un long frisson exalté parcours son échine à ce souvenir, et la mélodie redouble d’intensité sur sa langue. Entre ses doigts se consume une cigarette qu’elle porte à sa bouche de temps à autre, sans arrêter de fredonner. Elle se sent étrangement guillerette, et l’alcool n’y est sans doute pas pour rien. Qu’importe, se sentir si déliée envahie sa poitrine d’une douce chaleur. Un artéfact de bien-être qu’elle savoir, trop consciente qu’il aura une fin désastreuse, au réveil, le lendemain. Il n’en restera rien, à part les cadavres de bouteille qu’elle a laissé sur la table la cuisine. Peut-être que Gaho les jettera pour elle en soupirant.

Le frigo dépouillé de ses liqueurs d’euphorie, elle a fini par sortir, jogging et t-shirt sous son manteau de laine. Son corps n’est que frisson, les joues blanchies par le gel. Les mains au fond des poches, elle esquisse quelques pas de danse au son de sa propre chanson. Séoul dort, la ville lui appartient. C’est l’heure de la nuit où elle se sent vraiment exister. dans les ombres intimes des rues qu’elle connait par cœur. L’asphalte se fond avec le ciel d’obsidienne, et les réverbères ponctuent les heures sombres de leur lumière sale et jaune. La capitale rayonne, les néons chassent ses angoisses et repoussent la nuit qu’elle craint tant. Bora se sent en sécurité .

Devant le combini, elle jette sa cigarette dans le caniveau, et pousse la porte de l’échoppe en saluant le vendeur de nuit, qu’elle connait bien. Il lève à peine la tête de son téléphone et se contente d’agiter la main en sa direction. Panier au bras, bora se perd dans les rayonnages, prend un bol de ramen et quatre canettes de soju pour entretenir son ivresse. Enfin, elle saisit un paquet de crackers salés, et paye l’ensemble à la caisse. Devant la boutique, un comptoir longe la vitrine sous une petite véranda aménagée pour consommer sur place. Un homme y est déjà installé, dont le visage vaguement familier interpele la jeune femme. Rose d’ivresse, bora l’observe obstinément en faisant chauffer ses ramens, et finit par s’enhardir à s’installer sur le tabouret, juste à côté de lui. Elle sort une canette qu’elle décapsule difficilement, rendue gauche par l’ébriété, avant de faire face à l’inconnu pour mieux le dévisager. « On s’est déjà vu quelque part non ? » qu’elle demande en fouillant dans ses souvenirs, embrouillés par cette chanson d’enfance qui continue de retentir dans son crâne.

(c) SIAL ; icons HERESY.






god helps anyone who
disrespected the queen


han ja ruining my life through years:
 
Hwang Gi Ho


Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t5690-hgh-hggh____
☮ I'M ON MY OWN
AGE : 25
AVATAR : Ken de VIXX (Lee Jaehwan)
POINTS : 12


NOUS A REJOINT LE : 03/01/2019


MESSAGES : 85


(#) Sujet: Re: Revers de Mémoire (Bora & Giho)   Dim 13 Jan - 14:37

    Les méninges encore résolument alertes, le corps de Giho devait pourtant s'avouer fatigué. La semaine avait été particulièrement longue et il n'avait pas eu les meilleurs des sommeils. C'était la période des partiels et il devait redoubler d'efforts pour que sa mère continue de croire qu'il allait encore bien diligemment aux cours pour lesquels elle s'était endettée. Sans compter le fait qu'il espérait pouvoir passer les partiels lui aussi en candidat libre et qu'il se forçait donc à réviser à chaque fois qu'il rentrait. Mais ce soir là, il devait s'avouer vaincu. Son estomac criait famine et son cerveau lui demandait du repos. Qui pourtant alla de paire avec une forte envie de ne pas rentrer chez lui tout de suite, et de ne rien manger de ce que sa mère avait préparé, bizarrement. C'était comme s'il se dégoûtait lui même, que son attitude le rendait honteux vis à vis d'elle. Parce que c'était le cas.

    En conséquence, dans ses bras originalement portant une boîte de ramen pimentés au porc et un sandwich, vinrent se rajouter une bouteille de vin qui lui coûterait le prix des deux seuls portraits qu'il avait dessiné ce soir là. Une fois son argent donné au vendeur à contre-cœur, l'enfant illégitime vint s'asseoir sur une des tables de la petite boutique donnant sur l'extérieur. Même là, bloqué du vent, il pouvait tout de même sentir le froid venir chambouler sa peau, alors qu'il portait quand même assez de couches vestimentaires pour pouvoir résister. Heureusement que ses ramen étaient chauds, avec le bouillon encore fumant, et qu'il avait pu passer son sandwich au micro-onde. Sans prêter aucune attention aux autres clients qui allaient et venaient dans la boutique, Giho dé-bouchonna sa bouteille avec anticipation de pouvoir se réchauffer un peu plus, et se délester un peu du poids de sa culpabilité. Seulement un peu. Il ne voulait pas faire de gaffe comme cette nuit là sept ans auparavant, dont le flash lui revenait à chaque fois qu'on lui proposait une sortie de beuverie.

    Interrompant ce fameux souvenir qui se jouait dans sa tête en même temps que le liquide bordeaux descendait son œsophage, le faux-étudiant se trouva sans le vouloir de la compagnie. Une jeune femme qui s'assit à ses côtés sans rien demander, manquant presque de s'asseoir hors du tabouret. Giho n'avait même pas besoin de la regarder ouvrir sa canette pour savoir qu'elle avait déjà bien bu. "Nous?" Il demanda bêtement, posant son verre et jetant un coup d’œil à la demoiselle. Mais elle ne lui disait rien. Est ce que c'était la faible lumière de la boutique éclairant à peine la nuit, ou alors simplement que la jeune femme n'avait jamais croisé son chemin auparavant? Elle semblait bien plus jeune que lui. Elle n'aurait pas pu être dans une de ses classes, et si elle traînait souvent dans ces parages, cela ne pouvait pas être une cliente non plus. "Désolé, mais je pense que l'alcool te brouille un peu trop la vision." Il ajouta avec un sourire amusé, sans être méchant avec elle, et tout en cachant le véritable amusement qu'il ressentait à propos de lui. Il plaignait sérieusement le jeune homme avec qui elle était en train de le confondre, parce que ce n'était surement pas un compliment pour celui-là. Ce n'était pas ses cheveux qui avaient repoussés depuis l'armée, ou alors un changement de style vestimentaire qui pourraient cacher les traits disproportionnés de son visage métissé.



@Chae Maya a écrit:
meurs


rt si c'est méchant  
Park Bo Ra


Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t178-park-bo-ra-boraday
‹ 365 SO FRESH ☽ MELTED PRESIDENT ›
AGE : 21
AVATAR : Bae Su Ji (Suzy - Miss A) aka petit boudin perfection T'es moche :)
POINTS : 146


NOUS A REJOINT LE : 05/08/2016


MESSAGES : 7743


(#) Sujet: Re: Revers de Mémoire (Bora & Giho)   Dim 20 Jan - 12:29




revers de mémoire

Les néons et les couleurs dansent sur sa rétine, dans un chaos agressif qui perce la nuit. Son corps entier ploie sous la fatigue. Nuits d’insomnie qui s’accumulent sous ses yeux sombre, dessinant des demi-lunes violacées sur son visage livide. Les heures sombres, bora ne les supporte plus. Les ombres et les craintes ont ressurgit avec la solitude du lit à présent vide. Plus vigoureuses, plus terrifiantes. Cauchemars éveillé qu’elle fuit désespérément soir après soir. Lorsque le café ne suffit plus à la tenir éveiller (son corps qui craque doucement), elle se rabat sur les liqueurs, les danses intimes, les balades pieds nus sur le toit-terrasse de l’immeuble. Elle s’offre à la fraicheur hiémale, que même les ardeurs de l’alcool ne parviennent à effacer. Et lorsque les bouteilles s’entassent, vide, la jeune femme enfile son manteau sur son pyjama, et s’enfuit vers l’échoppe pour aligner ses dernières économie sur le comptoir, en échange de quelques heures d’insouciance en plus.  

Voilà à quoi riment ses nuits depuis des semaines, des mois. Bora a perdu le compte, ça n’a pas vraiment d’importance. Faut juste attendre que ça passe. Quelque chose finira bien par mettre fin au chaos, il suffit de trouver un compromis. Armistice que son corps, lui, réclame avidement. Une volute de vapeur chaude vient réchauffer ses paumes, gelée par le contact du métal froid de la canette. Paupière closes pour ignorer les lignes de feu sur son épiderme pâle, les ongles rongés à l’extrême. La mélopée ancienne continue de flotter dans un coin de son crâne, se répercute irrémédiablement sur ses lippes. Elle a envie de fredonner encore, comme si le vieux souvenir pouvait faire ressurgir tout le reste. Des vieilles émotions, des brides de bonheur éteint. Ou le visage de l’inconnu qui peine à refaire surface dans sa mémoire.

Il n’a pas l’air de la remettre non plus, ce qui ne manque pas de vexer la brune, comme à chaque fois qu’on ne la reconnait pas (ou qu’on fait mine de ne pas savoir). Ils se sont déjà vu, elle n’en démord pas. « Je suis pas soûle. » qu’elle rétorque, consciente du mensonge. Ivre, bora l’est, mais pas au point de s’inventer des réminiscence. « On s’est déjà vu, j’en suis sûre. Y a longtemps. » deux gorgées d soju coulent dans son œsophage, une grimace écœurée passe sur son visage hyalin. Fugace, trop vite remplacée par une expression de triomphe pur. « Je sais ! » La canette claque brusquement sur le bois collant du comptoir. « tu es ce gars, celui qui criait qu’il n’avait pas le droit de parler de son père, ou quelque chose du genre. Tu étais soûle toi aussi, j’te signale. » La scène défile comme un vieux film dans sa tête. Elle devait avoir 14 ans, c’était juste avant la disparition de Sua. Elle se revoit dans son uniforme d’écolière, les cheveux noués en tresses grossières. Et ce gars qui hurlait après ses potes avec une frustration qui a tout de suite fait écho à la sienne. elle non plus, elle avait pas le droit d’en parler, de son père. La rencontre, aussi brève qu’idéalisée, a laissé une marque dans la poitrine de l’adolescente qu’elle était. Une sensation de ne plus être seule au monde. « tu dois pas te souvenir de moi. On s’est même pas adressé la parole. Mais je m’en souviens parfaitement. » elle tire son paquet de cigarette de la poche de son manteau, en saisit une qu’elle coince entre ses lèvres, avant de glisser le paquet vers lui au cas où il voudrait en prendre. « Je m’appelle Bora. Park. » qu’elle glisse d’une voix tremblante, avant d’enflammer l’extrémité du rouleau.


(c) SIAL ; icons HERESY.






god helps anyone who
disrespected the queen


han ja ruining my life through years:
 
Hwang Gi Ho


Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t5690-hgh-hggh____
☮ I'M ON MY OWN
AGE : 25
AVATAR : Ken de VIXX (Lee Jaehwan)
POINTS : 12


NOUS A REJOINT LE : 03/01/2019


MESSAGES : 85


(#) Sujet: Re: Revers de Mémoire (Bora & Giho)   Dim 20 Jan - 15:11

    Des gens bourrés, Giho en avait vu des centaines. Que ce soit dans la rue, dans cette supérette ou alors même dans sa boutique. Ce n'était pas comme s'il avait l'habitude de devoir converser avec ceux qui avaient trop bu, mais ça lui était arrivé plus d'une fois. Pourtant il devait avouer que personne encore ne l'avait abordé de cette façon. C'était presque satisfaisant que quelqu'un lui témoigne un léger intérêt, plutôt que simplement se faire embêter. C'était peut être pour ça que l'asiatique de moitié continuait de boire et savourer ses quelques mets mauvais pour la santé en fixant la demoiselle, acceptant officiellement sa compagnie. Il aurait bien aimer pouvoir confirmer ou non ses paroles, mais il devait avouer que comme ça, il ne se souvenait pas d'elle.

    Quelques secondes plus tard, déjà presque à la fin de sa bouteille de vin, Giho, le verre aux lèvres, haussa un sourcil devant le ton triomphant de celle qui avait bu. Il était curieux du verdict, curieux de constater à quel point la fille avait déjà noyé sa soirée. Mais ce qui se passa à la place, c'est qu'il manqua de cracher tout ce qu'il avait en bouche sur elle, à l'indirecte mention de son père. Il déglutit difficilement, l'alcool semblant désormais d'un coup beaucoup plus brûlant, et détourna son regard pour essayer de cacher sa surprise et sa peur. "Ah oui?" Il balbutia avec fausse innocence. Tandis qu'il essayait de collecter le peu de souvenirs de cette soirée qu'il pouvait trouver.

    L'inconnue avait raison. Lui aussi ce soir là avait été saoul, beaucoup trop, surement beaucoup plus qu'elle. C'était en partie la raison pour laquelle il avait du mal à s'en souvenir exactement. Mais il savait qu'elle ne mentait pas, parce que cette soirée avait existé. Une nuit avant de partir à l'armée, ou il avait besoin de noyer toutes ses mauvaises pensées. Une nuit où il avait brièvement partagé le poids de sa vérité par pure faiblesse. Cette nuit là était ancrée dans sa mémoire comme seul moment dans sa vie où il avait divulgué son secret, et le regret le rongeait depuis ces années. Courageusement, Giho posa de nouveau son regard sur l'asiatique à côté de lui. Et finalement, comme pour enfoncer le clou plus profondément dans sa chair, comme s'il avait besoin d'une autre preuve qu'elle disait la vérité, il pouvait maintenant reconnaître ses yeux. Marrons, comme presque tous les yeux dans ce pays, mais marrons comme ceux de la jeune fille qu'il avait pu apercevoir cette nuit là. Une seule personne qu'il ne connaissait pas, qui était peut être là pour une seconde, ou plus, il ne se souvenait plus. Mais une personne qui avait exactement les mêmes yeux que celle qui venait de lui adresser la parole.

    Heureusement bien installé dans sa chaise, la panique prenait le contrôle de l'esprit du jeune homme. Trop de questions, trop de craintes qui refaisaient surface. Cette dénommée Bora savait qu'il ne pouvait pas parler de son père. Mais que savait-elle d'autre? Qu'avait-il bien pu crier dans la rue cette jour là? Ses amis ne l'avaient comme d'habitude peut être pas écouté mais elle l'avait fait. Et avoir quelqu'un qui connaissait certains de ses secrets n'était pas possible. Giho avait besoin de savoir. Tout savoir. Il le fallait. C'était vital. Mais comment? Et certainement pas ici. Il ne pouvait pas discuter de son père alors que trop de gens autour d'eux allaient et venaient. Il fallait une solution, et vite, et Giho était trop perturbé pour réfléchir, il était trop habitué à vivre dans le mensonge qu'il ne savait plus comment agir face à la vérité.

    Ses longs doigts attrapant une des cigarettes du paquet que la fille lui avait avancé. Il lui prit aussi son briquet pour pouvoir allumer la sienne. Remerciant la fille d'un hochement de tête. Giho fumait des fois, encore un mensonge qu'il gardait loin de sa mère. Elle n'aimerait pas. Mais en même temps, c'était un des moyens qu'il avait trouvé pour gérer tout ses problèmes. Respirant un grand coup dans cet outil de mauvaise santé, il garda ses yeux rivés sur la jeune fille. "Moi je suis Giho. Hwang Gi Ho." Observant Bora d'un œil intense, il devait trouver un moyen de la ramener chez lui pour pouvoir mesurer l'étendue de ses connaissances sur son père. "Si tu as faim... Allons chez moi." Il tenta. "Je n'habite pas loin et je sais qu'il y aura de la soupe chaude. Et puis, il y a d'autres bouteilles." Il rajouta, au cas où ça pourrait mieux la convaincre. "Je promets que je ne vais rien te faire. Mais puisque nous sommes de vieux amis, autant continuer nos retrouvailles dans un endroit un peu plus confortable, non?" Il demanda, forçant un sourire pour cacher son appréhension. Bora semblait bien éméchée mais il ne savait pas non plus jusqu'à quel point. Si il pouvait la faire boire un tout petit peu plus pour qu'elle l'oublie totalement, ce n'était pas trop mal non plus comme solution.



@Chae Maya a écrit:
meurs


rt si c'est méchant  
Park Bo Ra


Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t178-park-bo-ra-boraday
‹ 365 SO FRESH ☽ MELTED PRESIDENT ›
AGE : 21
AVATAR : Bae Su Ji (Suzy - Miss A) aka petit boudin perfection T'es moche :)
POINTS : 146


NOUS A REJOINT LE : 05/08/2016


MESSAGES : 7743


(#) Sujet: Re: Revers de Mémoire (Bora & Giho)   Dim 10 Fév - 22:39




revers de mémoire

Une nouvelle soirée qui se fane. Gâchée, offert aux vapeurs acides des alcools qui l’ont consumées. Nuit après nuit, chaque fois si semblable, elle abreuve son esprit de la liqueur et de la nicotine qu’il réclame. C’est toujours à cette heure que les remords se font les plus pressant. Comme la vacuité du lit, la froideur des draps. Un écouteur qui pend, seul, dans le vide. Et sa main qui cherche la sienne en vain. Chaque soir elle se rappelle, et son cœur s’émiette un peu plus. Des sentiments qui sont emportés aux quatre vents. Oublier lui fait si peur, au moins autant qu’accepter. C’est sûrement un cauchemars. C’est tellement plus confortable de le croire.

Tout est si froid depuis qu’il n’est plus là.

Y avait d’autres solutions. Des amis qu’elle aurait pu solliciter. Mais l’alcool lui, ne pose pas de question. Il comprend, au mieux efface. Une fois son œuvre achevée, elle flotte dans un rêve ou les sensations n’existent plus. Jusqu’au sommeil. Jusqu’au matin. Pour se réveiller frissonnante au-dessus de draps, pâle et fébrile comme si une part de sa vie venait d’échapper à son contrôle. Avance-rapide vers une guérison tant espérée.

Ses cheveux sentes la cigarette, une pointe de lavande aussi. Elle a retiré les brins cueilli l’été d’avant d’entre les pages de ses romans. L’appartement entier est parfumé par les fleurs séchées. Son interlocuteur lui, a l’air si impassible, qu’elle s’en agacerait presque. Elle a besoin d’un peu d’attention, qu’on réponde à ses questions. Simplement qu’on la regarde. Ce jour-là, des années plutôt, il l’a regardé, elle en est sûre. Elle se souvient de l’emprunte brûlante de ses prunelles sur ses joues. Elle a rougit comme s’il venait d’énoncer son propre secret. Elle aspire une volute de tabac pour faire passer le silence, concentrer son attention sur quelque chose avant qu’elle ne divague vers des idées plus sombres. Incohérences que bora peine à contrôler. Le refrain en écho lointain, de la balade qui s’obstine à frôler ses lèvres, et le parfum de tabac-lavande qui enivre ses sens. L’ivresse rend tout plus fort, aussi bien le goût de sa cigarette que la palpitation de son cœur contre ses côtes.

Les émotions mortes. Il la regarde à nouveau, et cette fois elle s’affaisse, parce qu’il semble l’avoir reconnue. Et ça lui fait peur, cette lueur un peu anxieuse dans ses yeux. Giho, elle répète le nom à travers le rouleau de nicotine qui l’étouffe à demi. C’est presque un soulagement de pouvoir associer une identité à un visage qu’elle n’a jamais pu oublier. Celui d’un garçon qui, peut-être, a ce pouvoir de ressentir la même solitude, la même enfance anonyme. Celle des enfants qui n’ont pas de père.

Bien sûr, bora en a un, de père. Dieu sait qu’elle l’a adoré, gamine. C’était cet homme qui l’emmenait tard le soir, en secret de sa femme, arpenter les marchés de hongdae. Des nuits précieuses que la gamine chérissait, parce qu’alors il ne se cachait pas, il devenait un Park, comme elle. Il en aura fallu, du temps, pour réaliser qu’en réalité il adoptait se nom pour se cacher. Bora n’est qu’un mensonge par omission.  

Sa cigarette s’est consummée entre ses doigts, l’alcool a coulé dans sa gorge, et la première canette est vide. Elle sent ses pupilles sur elle, et l’ignore sciemment. Il lui propose de le suivre, ce à quoi la brune répond par un regard dubitatif. « j’suis pas née de la dernière pluie tu sais ? » la poupée ivre esquisse un mouvement de taekwondo maladroit. « j’sais me défendre, si tu me touches je te défonce. J’suis pas une fille facile moi. » mais personne n’y croit, parce que sa voix tremble. Une flamme jaillit de son briquet quand elle allume une deuxième cigarette, et fait mine de réfléchir. « Y aura vraiment à boire ? » si la bora sobre s’entendait, elle s’assénerait cent claque. Mais la bora ivre est malheureuse, et toute excuse sera bonne pour ne pas rentrer tout de suite, retrouver la solitude de son appartement. Alors elle accepte avec le doute au cœur, mêlé de soulagement à l’idée que, cette nuit peut-être, elle aura quelqu’un avec qui parler, même si c’est d’une rencontre muette d’une demi-minute, des années plus tôt.



(c) SIAL ; icons HERESY.






god helps anyone who
disrespected the queen


han ja ruining my life through years:
 
Hwang Gi Ho


Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t5690-hgh-hggh____
☮ I'M ON MY OWN
AGE : 25
AVATAR : Ken de VIXX (Lee Jaehwan)
POINTS : 12


NOUS A REJOINT LE : 03/01/2019


MESSAGES : 85


(#) Sujet: Re: Revers de Mémoire (Bora & Giho)   Lun 18 Fév - 14:27

    La bouteille achetée seulement quelques minutes auparavant était déjà vide, remplissant à peine l'absence de sens dans la vie de Giho. Il ne se rendait pas compte de la vitesse à laquelle il cherchait à se noyer dans ces liquides perturbateurs. Il ne se rendait pas compte du temps écoulé dans ces silences observateurs. Une fille, un garçon, un souvenir commun, et donc quatre yeux qui se toisaient entre eux, qui cherchaient à lire au plus profond de l'autre, sans dévoiler ce qu'il y avait au fond de l'un. Un jeu, un combat silencieux, qui ne pourrait pas se terminer si la parole restait liée et bâillonnée. L'alcool ingéré n'aidait pas encore assez, ni à se confier, ni à s'oublier, et Giho se cramponnait au tube allumé qui ne cessait de se raccourcir, pour essayer de se trouver de la force, ou alors simplement de la stabilité. Il devait reprendre son rôle, il devait s'empêcher de paniquer, ou même mieux, de penser à son secret. "Je te crois." Il lança, la tête penchée sur le côté comme pour s'éloigner le plus possible de la fille. Parole principalement parce qu'il ne la croyait réellement pas fille facile, et qu'il tenait à le lui dire, mais indirectement aussi pour avouer officiellement qu'il l'avait reconnue, et donc qu'il croyait désormais à la première phrase qu'elle lui avait énoncée. Le regard sur Bora avec toujours la même curiosité, ne se rendant compte qu'à cet instant qu'il était étrange qu'elle se souvienne aussi précisément de lui, en plus en étant bourrée. Une partie de lui se demandait quelles en étaient les raisons. Est-ce que son secret avait raisonné chez elle, provoqué ne serait-ce qu'un simple sentiment? Ce qu'il avait espéré faire naître chez ses amis à l'époque, sans succès... Se pourrait-il qu'il ait intéressé une personne sur cette Terre autre que sa mère? Mais rapidement, cette interrogation rappela les mauvais sentiments habitant chez le métisse depuis de trop longues années, et son espoir naissant se perdit, son visage se refermant à nouveau alors que ses mauvaises pensées prenaient encore le contrôle de son cerveau, empêchant tout espoir, ou toute satisfaction de s'installer. "Et je te le répète, je ne compte rien te faire. Je..." Il commença une phase d'un ton monotone sans même la finir.

    Cela ne servait à rien de la continuer. Dire qu'il n'oserait jamais la salir de ses mains. Même de sa vie? Giho n'avait aucune intention d'agrandir sa place dans la mémoire de Bora. Il voulait qu'elle l'oublie, qu'elle passe à autre chose parce qu'il savait qu'il ne méritait pas qu'elle se souvienne de lui depuis toutes ces années. Tout ce qu'il voulait, c'était savoir l'étendue de ses connaissances sur son père, puis la laisser partir. Rien de plus. Il voulait juste protéger sa mère, leurs vies sommaires, et laisser Bora effacer cette partie de sa mémoire. Mais à quoi cela servirait-il de lui préciser? Cela ne pouvait lui être d'aucune utilité de toutes façons, n'est ce pas? Comment savoir que peut-être ils devaient justement entretenir ces souvenirs pour pouvoir se libérer l'un l'autre? Ce n'était pas comme ça que les pensées du jeune homme fonctionnaient. Lui, il plaisantait de tout superficiellement, et gardait toute profondeur pour lui. Alors voilà qu'il allait laisser l'acte 1 commencer, car il avait été déstabilisé pendant bien trop longtemps. Il termina sa cigarette en soufflant sa fumée vers le ciel et en écrasant le mégot dans le cendrier. "Oui. Il y aura à boire. J'ai refait le plein la semaine dernière." Il expliqua sans trop s'attarder.

    Et, comme pour marquer la fin de cette parenthèse, de cette situation entre vieux amis et inconnus, Giho jeta ses restes de nourriture à la poubelle tout en se levant de son siège. Il avait retrouvé sa mine enjouée, et il regardait maintenant son interlocutrice avec des yeux enjoués. Ceux qui s'étaient entraînés à ne laisser passer aucune trace du malheur constant qu'il éprouvait envers sa vie. Même si, bizarrement, Bora semblait vouloir éviter un contact oculaire autant que lui. Peut être que c'était pour ça, attirer son attention définitivement qu'involontairement, Giho avait avancé sa main vers la fille. Une invitation à ce qu'elle la prenne pour qu'il puisse la guider vers chez lui dont il ne s'était pas rendu compte. Et dont il ne savait même pas s'il préférait que Bora le rejette, ou qu'elle glisse sa main dans la sienne. "Est ce que tu habites ici toi aussi?" Le jeune homme demanda. Il tâtait le terrain. Déjà pour savoir s'il y avait des chances qu'ils se recroisent après cette nuit, des chances pour que Bora ne se souvienne plus jamais de lui si il réussissait à se faire oublier. Mais peut être qu'aussi, il voulait savoir pourquoi ce n'était que maintenant qu'ils se recroisaient, si en effet ils vivaient dans le même quartier.



@Chae Maya a écrit:
meurs


rt si c'est méchant  
Contenu sponsorisé


(#) Sujet: Re: Revers de Mémoire (Bora & Giho)   
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mémoire visuelle ou auditive
» De mémoire de pigeon...
» [ Film d'Animation ] Kenshin le vagabond : Le chapitre de la mémoire
» Quand la mémoire vous fait défaut [Isabeau]
» A retrouvé la mémoire [pv Charles]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: seoul :: Insadong
Sauter vers: