▲ up▼ down
white flavor -- libre



 
Eolssu johda ~ ! L'ère de Joseon a repris ses droits et les tambours résonnent sur le forum !
Viens les faire vibrer en jouant à la roulette traditionnelle juste ici !
Poussière de mars, Poussière d'or ; le printemps arrive ☆
VIENS DÉCOUVRIR LES PETITES NOUVEAUTÉS !
(EVENT) Envie d'un date plein de surprises ? Viens te joindre à l'aventure !
S'INSCRIRE AU PROGRAMME DOKI DOKI
TOUJOURS SUR HM ! Découvre les défis et notre semaine à thème du mois !
laisse le fil rouge te guider jusqu'à ta destinée !
et te mener à de surprenantes aventures ~
HUNDRED MILES
hundred miles c'est un forum réel asiatique city/universitaire basé à Séouldeux réponses par mois minimum — Avatars occidentaux bienvenus ! — Taille des avatars 200*320pxUne semaine pour finir sa présentation — Pas de prise de tête, rien que du love. That's all folks ٩(^ᴗ^)۶
vote pour hm !
★︎
09.03.19 ➝ on accueille la 32ème maj et son design azuré ! viens découvrir les nouveautés !
09.02.19 ➝ installation de la MAJ n.31, avec un codage tout neuf et plein de nouveautés !
09.01.19 ➝ 30ème MAJ de HM ! viens découvrir les nouveautés ICI
01.01.19 ➝ BONNE ANNÉE LES CHATS !! plein de bonheur à tous. ❤︎
08.08.16 ➝ ouverture de hm
han ja
park bo ra
han soo yun
yang noam
team rocket

 :: seoul :: Itaewon
Partagez | 

 white flavor -- libre


Byun Avalon


Voir le profil de l'utilisateur
☢ BURNING AMBITION
POINTS : 0


NOUS A REJOINT LE : 12/12/2018


MESSAGES : 156


(#) Sujet: white flavor -- libre   Jeu 10 Jan 2019 - 9:17
white flavor
outfits



elle avait ce besoin de lâcher prise. d'oublier, durant l'espace de quelques minutes, qu'elle n'était pas qu'une soeur au jumeau abîmé. besoin d'oublier qu'elle n'était pas qu'une princesse à en devenir. de prouver que le trône n'était pas fait pour elle. besoin de prouver qu'elle n'était cette fille à la mère suicidaire, qui aujourd'hui n'est plus. besoin de prouver qu'elle aussi, elle avait ses démons. elle aussi, elle n'était pas aussi forte qu'on pouvait le croire. besoin qu'on la comprenne et qu'on comprenne que parfois, l'or et les diamants, ça n'apporte en rien le bonheur à un être humain. ainsi, elle était là, face à cette poudre. cette cocaïne. prête à flancher, à sombrer à nouveau dans ses démons lointains pour s'offrir un semblant de paix. de liberté.


parce qu'il n'y a rien d'autres qu'elle puisse faire. rien qu'elle ne puisse dire. alors elle s'évade, s'envole dans la pénombre en laissant derrière elle le pire des pêché de sa vie. si la douce enfant n'est plus depuis bien des années, elle n'en reste pas moins consciente que la drogue a autrefois, faillit la tuer. poudre magique et légère face à qui, ce soir, elle a faillit flancher. faillit retomber dans un excès. faillit sombrer dans un nuage d'où cette fois, elle n'aurait pu en ressortir. elle a seulement faillit. et ce soir, elle prend conscience que ce monde qu'elle provoque depuis des années, ce monde dans lequel elle évolue sans craintes depuis bien longtemps. elle prend conscience que tout peut être propice à la création de sa chute éternelle.

alors elle court. s'enfonce dans les ruelles obscures pour s'éloigner d'un péché qu'elle a longtemps repoussé. pour s'éloigner de ce qui peut signer la fin d'une vie. elle court sans même se retourner, puis le pas ralentit. le coeur n'est fait que de folie, mais le pas, lui devient léger. et le souffle devient brûlant. parfois manquant. et les yeux se lèvent alors vers un océan d'étoiles avant qu'un jurons n'échappe des lèvres de l'artiste. merde. merde, merde, merde. la tête se secoue et le regard rejoint le sol goudronné avant qu'elle ne prenne appuie sur ses genoux pour ainsi calmer un souffle trop irrégulier. ce soir, elle n'a rien de bon à offrir. rien à dire. rien à faire. seulement se lamenter. se punir de cet élan de faiblesse qui aurait pu lui offrir un dernier voyage.

ce soir, elle n'a rien.
ce soir, elle n'est plus rien.




rp libre
(c) noctae



- - u.c u.c u.c u.c u.c u.c u.c u.c u.c u.c u.c u.c u.c u.c u.c u.c u.c u.c u.c u.c u.c u.c u.c u.c u.c
Han I. Ja


Voir le profil de l'utilisateur
http://www.hundred-miles.com/t103-han-ja-hajansky
En ligne
‹ MOTHERFUCKING STARBOY ⋆ STARCHILD PRESIDENT › - MISTER NOËL 2016
AGE : 24
AVATAR : ☽ kyoong ♡
POINTS : 390


NOUS A REJOINT LE : 21/07/2016


MESSAGES : 21187


(#) Sujet: Re: white flavor -- libre   Ven 11 Jan 2019 - 0:37

white flavor
AVALON x HANJA

Itaewon, tard dans la soirée. Elle a le nez poudré, il a les yeux chocolat.

Et son âme couleur anarchie, allégorie de la révolte, se morcèle en jolis copeaux d'astres rieurs, ce soir. Petite flammèche inextinguible retenue captive dans sa prison de chair, elle ravive pourtant la poitrine du Han d'une chaleur familière, doux crépitement qui pousse à l'impossible. À s'octroyer des évasions, et à désirer la liberté, la vraie. À s'éclater les prunelles sous l'azur fulgurant d'un immense berceau d'étoiles, parce que c'est l'onguent le plus fortifiant qu'il ait trouvé, pour son cœur inlassablement en fuite du destin.

Car Peter Pan ne veut pas grandir, s'obstine à vouloir terrasser tout ce qui mettrait ses rêves de gosse en péril.
Ce n'est même plus qu'il le veut ; c'est qu'il le doit, à tout prix.

Alors, lorsque la nuit se lève, ultime détentrice de tous les secrets du monde, Ja chantonne des airs crépusculaires. Ses yeux vrillent le firmament de mille interrogations, déposant ici-et-là ses doutes, ses malaises et ses peurs les plus occultes, pour espérer les voir s'égarer derrière les nuages et fondre sous les brûlures exquises des comètes.

Peut-être que, d'un œil extérieur, c'est de la vulgaire candeur que l'on aimerait écraser avec ses semelles, pour lui dire d'arrêter de rêver, et de se réveiller. Mais pour lui, c'est important. Pour lui, ça veut tout dire, ça veut dire qu'il remet ses espoirs et ses faiblesses à sa dame Univers, et si ça ne marche pas, c'est pas grave, si ce n'est que poussière de fée partie en fumée, partie au vent, alors, ce n'est pas grave. Parce que Ja est aussi cartésien que croyant ; croyant du monde, des champs et des marées, croyant des merveilles qui font vaciller ses pupilles et, surtout, croyant de lui-même. Des miracles chuchotés aux étoiles qui écoutent, depuis leur sublime trône de néant.

Et ceux qui posent des contraintes étreignent sa liberté, sa liberté de choisir ses propres contraintes – de définir où elles commencent, et jusqu'où s'étendent ces dernières.
Voilà pourquoi il ne les écoutera pas, Ja.

Comme un oiseau de nuit, le prince des hautes sphères déambule sagement, parfois curieux des stands de street-food qui manquent de le faire faiblir. La lune aussi, elle sourit de son air le plus goguenard ; semble accompagner l'enfant malicieux qu'elle a mis au monde, l'aria de sa plus belle sonate résonnant au travers de la brise. C'est simple, comme ça, et tellement insouciant. Ça change du rythme effréné de tous les jours, et, même s'il le savoure tel l'amoureux de la vie qu'il est, disparaître le temps d'une soirée lui fait toujours le plus grand bien. Un léger break loin des foules, passé à se balancer sous les pâles rayons nocturnes ; et le lendemain, Han Ja rayonne de nouveau de sa fougue habituelle, toujours aussi empressé de composer son être à coups de crayons colorés.

Cette simple pensée le rend serein.
Mais la sérénité est souvent de courte durée.
Une fraction de seconde plus tard, il ne l'est déjà plus.

Et ça aurait pu être dommage, au fond. Ça aurait pu l'être, vraiment, jusqu'à ce que le Président comprenne que son bref moment d'égarement lui est égal, dès lors que ses yeux embrassent cette silhouette nimbée d'un halo de ténèbres. Il y a un certain tiraillement qui lui obstrue la gorge, lorsqu'il s'arrête derrière cette âme recroquevillée sur elle-même, meurtrie par la vie, desséchée, effleurée par l'idée que la solitude va la dévorer vivante. La sensation désagréable se profile, continue de s'installer en étau entre ses épaules ; ce n'est pas une vision anodine, et ça fait même plutôt mal, sur le coup, car il y a toute une détresse qui transparaît dans l'air jadis si frais de la nuit, tout un désespoir en effluves malsains que Ja s'imagine déjà chasser, à force de compagnie anonyme et de sa seule main tendue. Et il va le faire. Il va le faire, parce que c'est dur, de rester spectateur face au désarroi que régurgitent les coeurs brisés en deux, en quatre, en six, en mille. Parce qu'être acteur, c'est le rôle qu'il ne peut jamais s'empêcher de revêtir, Ja.

« Moi, je suis là, si vous voulez. »
C'est un murmure très bas, très doux, et si l'on tend l'oreille comme lui est prêt à le faire, on jurerait entendre une pointe de mutinerie dans sa voix. Mais ce n'est que parce que son timbre s'imprègne de nuances édulcorées, comme s'il craignait de brusquer la lune. Ou elle. Il ne sait pas. Il ne sait rien d'elle, et pourtant, il est là, si elle le souhaite.
La vadrouille de la liberté a pris fin. Désormais, c'est cette mystérieuse fleur étiolée, au souffle dangereusement instable, que le Han souhaite envelopper d'une couverture lunaire, pour entreprendre de panser ses plaies dont il ignore encore la profondeur. S'approchant d'elle d'un pas légèrement hésitant, le rejeton des cieux ose l’hospitalité, sa paume finement tendue vers celle que l'on a mise à genoux, et qu'il cherche d'ores et déjà à élever. « Vous n'êtes pas obligée de prendre ma main, mais vous devriez au moins venir avec moi. Je ne vais quand même pas vous laisser seule, pas vrai ? » Et son petit rire discret, aux allures presque timides, fait écho aux étoiles tintant d'amusement. Comme pour dire que lui aussi, il comprend, et qu'il n'y a rien de plus sincère que son geste, à l'instant.

C'est bête, mais souvent, Han Ja a le réflexe de rire devant les choses qui le touchent.
Peut-être car ça le touche tellement qu'il n'en croit pas vraiment ses yeux, et que, l'espace de quelques secondes, ça le fait frémir d'un sentiment inexplicable, cette surprise de voir que l'on ressent tous.
Alors il rit, parce que ça le rassure, de voir l'humanité s'exprimer. Ça lui redonne beaucoup d'espoir, et de bonté. Mais ce n'est pas beau, de souffrir. C'est juste beau, de se dire « je crois que je peux te sauver ».





( ONCE I'VE MADE A DECISION, YOU CAN'T STOP ME ! - ISSUN, GARÇON D'UN POUCE. )

@Han Soo Yun a écrit:
J'savais qu'on allait la sortir et j'aurais du parier sur toi, le roi des vannes pourries.

@Han Han Gyeol a écrit:
I WILL NEVER STOP LOVING U THX

Byun Avalon


Voir le profil de l'utilisateur
☢ BURNING AMBITION
POINTS : 0


NOUS A REJOINT LE : 12/12/2018


MESSAGES : 156


(#) Sujet: Re: white flavor -- libre   Ven 11 Jan 2019 - 14:31
white flavor
outfits



oxygène qui engouffre des poumons bien abimés, elle souffle autant qu’elle le peut, la princesse. celle que l’on craint. celle que l’on convoite. astre venue de loin et qui au travers de sa voix, laisse un accent ricain transpercer sa parole coréenne. des mots, des gestes, des habitudes et traditions qui ne viennent seulement d’ailleurs. ici et là. partout et nulle part à la fois. tout est trouble. maison délaissé derrière elle. loin. très loin. car hantée par l’esprit d’une mère qui n’est plus. esprit du mère qui lui rappelait ô combien elle n’avait rien d’autre à faire que devenir une personne des plus extraordinaires, plutôt qu’ordinaire. paroles qui la hante, la princesse, encore aujourd’hui. car bien tyrannique était cette femme de pouvoir. plus encore envers celle qui devait autrefois marcher dans ses pas de femme de pouvoir.

avalon l’a été, cette dite femme de pouvoir. elle l’est encore. mais d’une bien différente forme que celle que sa mère avait pour idée. bien éloignée de cette image de princesse modèle qui obéit au doigt et à l’oeil. avalon, étoile filante, âme fait de liberté absolue qui n’a de cesse d’user de son pouvoir de manipulation sur autrui. elle qui ce soir, se perd, s’échoue là où le péché la guette sous une forme de poudre dévastatrice. elle a fuit. lâche, mais pourtant plus forte qu’on le pense. car bien rongé par une fatigue émotionnelle, son âme persiste à vouloir combattre le mal qui la ronge depuis bien des années. c’est dans un silence certain que les enfers brûle le peu de douceur qu’elle pourrait avoir à offrir, car elle n’y voit là que la défense de sa vie, alors que d’autres ne préfèrent voir qu’une femme hautaine, usant de coups bas et faux-semblant pour arriver à ses fins.

éternelle mise en scène
pour une éternelle comédie.

peu comprise car instable, elle est. princesse à la couronne souillé par le jeu d’une femme fatale portant le masque de celle qui n’est que sainte. aujourd’hui, la fissure s’installe et la poudre en est la cause. ainsi elle avait résisté à la tentation, mais loin d’être satisfaite de cela, elle s’en veut d’avoir imaginer flancher. d’avoir oser se retrouver face à cet inconnu qui n’a de cesse de tenter le démon qui sommeille toujours en elle. peu satisfaite de cela car elle ne cesse de se dire ô combien son frère aurait pu se retrouver livré à lui même, ce soir, si elle aurait cédée. elle ne cesse de se dire ô combien la vie, la malmène, encore et encore et ce malgré ses efforts pour garder la tête hors de l’eau. et c’est sous le regard indiscret d’une lune curieuse qu’elle perd pieds et laisse ses enfers s’éveiller à nouveau dans des jurons. le dos rond, les mains posées sur les genoux presque écorchés par l’art qu’elle ne cesse de pratiquer, elle souffle et ravaler les fleuves de colère et tristesse qui seraient prêts à dévaler ses joues de poupée.

puis la voix qui raisonne non loin. voix de raison, mais aussi de pardon qui la pousse à abandonner son esprit de fureur dans un souffle lourd qu’elle offre à une lune gourmande. paroles douces qui se chantent dans son dos alors que la brise hivernale vient à balayer les perles d’eau du coin de ses prunelles. elle pourrait rétorquer, par politesse et respect. mais n’en fit rien. alors elle fait face à la voix. face à l’inconnu. les sourcils ne sont que froncés car bien perplexe elle était. se demandant si oui ou non, il l’avait entendu gronder la vie ? se demandant si oui ou non, il avait été spectateur de sa médiocrité soudaine ? elle ignore une main qui lui veut du bien. une main qui loge une aide qu’elle aurait sans doute besoin. elle ignore car bien trop fière, elle est, avalon. puis le rire qui s’échappe de l’inconnu. rire qui porte une douce mélodie lui rappelant celle de son frère. lui rappelant ô combien elle n’était qu’humaine. qui êtes-vous ? pas parce qu’elle ne veut parler à ceux qu’elle ne connaît pas. ceux qu’elle n’estime pas. simple requête qui est animé par une curiosité, elle aussi native face à un comportement bien curieux. croyez-vous sincèrement que j’ai besoin d’une âme masculine pour me défendre ou me sortir de la solitude ? aussi froide et glaciale que la brise qui danse autour de ces deux êtres encore inconnus l’un pour l’autre.

avait-elle réellement besoin d’être sauvée ?
était-elle réellement de celles que l’on sauve ?




@han ja
(c) noctae



- - u.c u.c u.c u.c u.c u.c u.c u.c u.c u.c u.c u.c u.c u.c u.c u.c u.c u.c u.c u.c u.c u.c u.c u.c u.c
Contenu sponsorisé


(#) Sujet: Re: white flavor -- libre   
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Obama en chute libre ...
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]
» Quel accueil de la part des oiseaux! (libre)
» Lettre [libre]
» [intervention, Tribunes: Bouquet final [PV nakor +Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: seoul :: Itaewon
Sauter vers: