▲ up▼ down
Retour à nos années à l'américaine. LouNy



 
HEP POTO, tu veux devenir un king de la roulette ? No prob, viens jouer à la Roulette juste ici !
TOO KOOL FOR SKOOL ♡ 27ème maj qui BRILLE tel une boule de cristal dans la nuit noire
CLIC ICI pour faire péter les news d'octobre ♥️
Wingardium Leviosa ! un peu de rêve et de magie, ça te tente ? viens vite T'INSCRIRE A L'ECOLE DES SORCIERS ♥️
NOUVEAUTÉS SUR HM ! Découvre les défis et nos semaines à thème : keur:
Tu entends ces hurlements, tous les soirs ?? what sors chasseur, pars à la chasse de Arcana la sorcière à mettre sur le bûcher !


Partagez | 
avatar
AVATAR : Jung WheeIn - MAMAMOO POINTS : 72

NOUS A REJOINT LE : 07/09/2018

MESSAGES : 32

☮ I'M ON MY OWN
Voir le profil de l'utilisateur

Message(#) Sujet: Retour à nos années à l'américaine. LouNy Mar 11 Sep - 0:39

Retour à nos années à l'américaine
LouNy

Débardeur vert taché de cambouis ainsi qu’un jean troué et dans le même état que son ami. Actuellement, accroupie devant sa seconde bécame achetée il y a maintenant quatre ans à la suite d’un certain accident, clef à la main, Jenny fignolait quelques petits détails sur sa beauté. Elle savait qu’elle touchait enfin au but et que cela allait sonner une certaine retrouvaille. Revivre des souvenirs, en faire de nouveaux même si elle savait pertinemment que plus d’une personne allait vouloir la tuer. Mais ceci était devenu une habitude. Apparemment elle était la pire personne pour elle.  Elle ? Qui était-elle ? Lou, son amie d’enfance, de toujours. Elles étaient comme les deux doigts de la main, inséparables. Et c’était bien la seule personne à s’être fait une place dans sa vie, la seule personne à qui elle tenait vraiment et la seule qui la faisait abandonner cette indépendance qui la caractérisait. Elle était cette femme qui vous retourne d’un regard, qui vous fait réfléchir en un sourire, qui vous remet d’aplomb d’un rire. L’américaine, ne pouvait s’empêcher de sourire en repensant à leurs vies quelques années en arrière. Qu’est-ce qu’elle avait pu lui en faire faire des âneries.  Allez la chercher pour partir vers l’inconnu. Découvrir le monde et avoir leurs moments. Mais depuis cinq ans ce genre de choses n’existait plus. Enfin, elles continuaient de traîner ensemble quoique Jenny évitait si Leigh était dans les parages. Pas que cela la dérangeait réellement de se battre avec la Russe, mais feindre la gentillesse à chaque fois était plutôt quelque chose qui lui tapait sur le système.  Certes c’était pour lui faire plaisir, mais si elle pouvait éviter de devoir jouer la comédie, alors le ferait.

Elle touchait au but, enfin, plus qu’un écrou à visser et ce petit mécanisme serait prêt. Cette petite surprise pourrait avoir lieu aujourd’hui comme elle l’avait souhaité. Elle se redressa, passant une main sale sur son front dégueulassé, elle admira son travail de quatre ans et aurait presque pu en avoir une petite larme à l’œil. Mais Jenny, se contenta de jeter sa clef dans son sac à outil et allez se laver les mains au white spirit. Cependant, elle n’était complètement folle au point d’aller accueillir sa vieille amie avec cette odeur, rappelant celle de certains magasins de bricolages à certains rayons ou encore à du poisson « frais ». Un soupir s’échappa de ses lèvres, fière d’elle, elle pouvait désormais détendre ses muscles sous la douche. L’eau chaude venant à glisser le long de sa peau blanche, parsemée de quelques hématomes. Souvenirs de récentes prises de becs. Mais rien de bien important. La routine habituelle pouvait elle dire. Elle sortie par la suite de sa baignoire, attrapant une serviette au passage pour se diriger vers cette petite pièce en face. Ouvrant la porte, elle regarda où était posée ses affaires propres dans cette amoncèlement de bordel sans nom. Repérée. Passant au-dessus ou marchant sur quelques petites choses sans importances et non cassable, elle prit un débardeur noir et un jogging qu’elle enfila au-dessus de sous-vêtements neutres.  Fin prête pour ce début de soirée, hivernale, elle enfila par la suite son équipement de moto, casque sous le bras, elle chercha le deuxième, faisant voler des fringues sales ainsi que propres dans cette pièce qui en aurait rebuté plus d’un. Se fut après de longue minutes de recherche, qu’elle mit enfin la main sur ce casque que Lou avait elle-même customisé pour qu’il soit plus « fashinista » selon ses dires. A la pensée de ce souvenir, elle ne pu s’empêcher de pouffer de rire. Secouant la tête, elle enfila le sien, corne de diable sur le devant de ce dernier, mettant celui de sa jumelle sous assise. Enfourchant son bijou, elle ouvrit la porte du garage, pour finalement sortir, ayant juste à appuyer sur un bouton pour que ce dernier celle de nouveau son cocon. Grondement de moteur, visière abaissée, elle s’amusait à slalomer entre les voitures, atteignant des pointes de vitesse vue comme « dangereuse » mais elle s’en fichait. C’était sa manière de se sentir libre et en vie. Puis quelque chose l’attendait au bout de la route qui ne fut point longue. Quelques minutes plus tard, un dérapage et la voilà garée devant l’escalier de la résidence de Lou. Enlevant son casque ainsi que ses gants, elle attrapa son portable dans sa poche pour appeler la jeune femme. « Ouais Lou, descends s’t’eu plaît. J’ai un truc pour toi. » Dit-elle en posant ses prunelles sur ce qu’elle avait fabriqué. Une sorte de siège où elle devrait confortablement installée mais également en toute sécurité. Lanière ultra solide accrochée mais étudier pour évité qu’elle reste accrochée à  la moto en cas d’accident, même si cela ne devrait pas arriver, de quoi tenir son bassin. Elle était fière d’elle c’était le cas de le dire.

Connaissant son amie, elle savait qu’elle avait le temps de s’en griller une, prenant son paquet ainsi que son briquet, elle mena une cigarette à ses lèvres tirant sur cette dernière pour sentir la fumée lui bousiller les bronches. Elle pencha la tête en arrière pou recracher cette fumée blanche devenue familière. Sa clope diminuait au fil des minutes alors qu’elle avait sorti entre temps le casque de la jeune femme, accoudée actuellement sur ce dernier, posé sur l’assise en cuir de sa moto de couleur noir et or. Elle devrait fumer dans les petits abris réservé aux fumeurs mais… Encore une règle, et elle ne comptait pas la suivre malgré tous ses regards qui se tournaient vers elle, regard auxquels elle répondait d’un simple mouvement de tête. Impatiente, son regard se reposait automatiquement sur cette porte d’où l’américaine allait sortir. Venant écraser sa cigarette contre un poteau, elle le jeta finalement à terre d’un simple mouvement de l’index. Et quand elle releva la tête elle la vit, ce petit bout de femme qui lui était si chère, approcher, elle souleva alors son bras du casque pour le prendre de son autre main et vint le tendre vers la demoiselle qui la rejoignait.

- J't’enlève, ma belle. Direction l’inconnu.

Dit-elle, un petit sourire aux lèvres, attendant la réaction de son amie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AGE : 24 AVATAR : Kim Yong Sun (Solar - Mamamoo) POINTS : 193

NOUS A REJOINT LE : 07/03/2018

MESSAGES : 202

☢ BURNING AMBITION
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t4025-yong-lou-enjoylou

Message(#) Sujet: Re: Retour à nos années à l'américaine. LouNy Mar 11 Sep - 20:38

Retour à nos années à l'américaine
LouNy

Le portable vibre sur la table de chevet en bois. Les vibrements sont en continu, ils ne semblent pas vouloir s’arrêter un jour. La matière du meuble où est posé l’outil technologique amplifie ce son désagréable pour toutes les personnes qui se réveillent. Pour Lou, ce réveil est aussi agréable pour ses oreilles que les pleurs d’un bébé ou bien les profs qui font exprès de faire grincer la craie sur le tableau noir, enfin qui est censé être noir mais qu’elle a toujours trouvé plus vert foncé que noir. Ou alors tout simplement quand le volume est trop fort comme la plupart des sonneries des établissements scolaires comme si les dirigeants de l’établissement croyaient que leurs étudiants étaient mal entendants. C’est ce genre de son qui vous fait boucher les oreilles, qui a l’impression que vous avez perdu de l’audition d’un coup et prier pour que le silence revienne. Silence plus que nécessaire pour faire taire généralement le début de migraine que ces sons provoquent. Malgré tout, Lou met bien trop de temps à attraper son téléphone pour tout simplement éteindre son alarme. Un soupir s’échappe de ses lèvres alors qu’elle contemple l’heure, neuf heures du matin. Elle est donc toute seule chez elle alors elle en profite pour surfer sur son téléphone pour voir tout ce qu’elle a loupé cette nuit. Rien de bien étonnant, sa dernière publication instagram a récolté énormément de j’aime et de commentaires en quelques heures. Elle tente alors de répondre aux centaines de commentaires qui ont été publié durant la nuit. En même temps, elle a plusieurs millions de personnes qui la suivent sur ce réseau social. Il faut dire que c’est le seul qu’elle ait n’appréciant pas les autres. Elle avait bien tenté d’être sur Twitter mais toutes les polémiques lui avaient miné le moral d’autant plus que sur Twitter, les haters étaient beaucoup plus présents enfin c’est l’impression qu’elle avait eu durant le mois où elle avait été sur cette application. Snapchat, ça ne l’intéressait pas quant à Facebook pareil elle n’avait pas trop aimé. Il ne reste alors plus qu’instagram où elle tente de poster au moins une photo par jour. Le continu varie énormément, ses proches passant très souvent devant son appareil photo bien entendu toujours quand ils le veulent. Au pire, il y a toujours Alice, son chat qui elle semble avoir pris goût au fait d’être le chat d’une célèbre youtubeuse. En effet, elle vient toujours squatter les endroits où elle s’apprête à shooter s’incrustant sur toutes les photos. Finalement quand elle a enfin fini de tout lire et de répondre au maximum de personnes, elle se rend compte qu’elle a déjà perdu une bonne heure en tout. Mais ce n’est pas plus mal qu’elle se dit puisque comme ça, ça lui fera moins de temps à attendre que tout le monde rentre.

Luc finit tard, c’est d’ailleurs le seul jour de la semaine où il finit aussi tard dans la soirée pour le plus grand malheur de sa grande sœur. Quant à sa mère après son travail, elle allait voir son petit ami n’étant pas allée le voir depuis un moment. Moment pas assez long au goût de sa fille qui n’aime pas encore totalement le copain de sa génitrice ; disons simplement qu’il n’a pas encore fait ses preuves à ses yeux et elle attend toujours qu’il lui prouve qu’il mérite de sortir avec sa maman. La blonde a toujours eu une relation très forte avec tous les membres de sa famille alors quand un inconnu voulait en faire partie, la youtubeuse le faisait passer sur le grill pour voir si oui ou non il méritait d’en faire partie ou si elle allait le chasser. Concernant ses proches, sa confiance est très dure à gagner parce que Lou est telle une maman louve veillant sur ses petits et n’hésite pas à montrer les crocs devant ceux qu’elle pense être un danger toujours généralement avec des discussions où elle dit très clairement les choses. Pas mal de gens l’ont sous-estimé pensant simplement qu’elle aboyait plus qu’elle mordait, grossière erreur de leur part. Ils se sont d’ailleurs très vite rendus compte à quel point ils avaient faux sur toute la ligne. La youtubeuse n’a jamais eu peur de se battre même en fauteuil, sa détermination est sa meilleure arme et c’est très souvent grâce à elle qu’elle gagne. Alors le copain de sa mère a intérêt à assurer s’il ne veut pas mettre en colère la tornade blonde. Quant à Leigh, non seulement elle finit les cours tard mais l’américaine est pratiquement certaine qu’elle recevra un message de sa part lui indiquant qu’elle passe la soirée avec Lina. En soit, elle n’a rien contre le fait que sa petite amie voit sa meilleure amie loin de là. C’est plus le fait qu’elle retrouvera la Nam sûrement bourrée et puant toutes sortes de substances illicites pour la énième fois depuis qu’elles ont reposé le pied sur le sol coréen. Elle a l’impression de jouer les infirmières et maintenant elle sait tout ce qu’il faut faire pour les gueules de bois depuis qu’elles sont revenues de son séjour aux Etats-Unis chez son père. Néanmoins ce petit manège commence à énerver Luc qui ne tardera pas à pousser une gueulante si la petite amie de sa sœur ne se calme pas niveau soirée et excès. Lou elle n’est pas en état de gérer une dispute en plus.

Restant en pyjama toute la journée, la youtubeuse se repose en prévision de la nuit qu’elle va passer à soigner sa petite amie, à calmer son frère et à prendre des nouvelles de sa mère. Elle est déjà bien trop en avance sur son programme du coup elle n’a rien à faire pour aujourd’hui alors elle s’occupe comme elle peut. Passant derrière les fourneaux pour cuisiner des cookies, sa spécialité, elle finit cependant après avoir rangé sa cuisine dans son lit à regarder la télé n’ayant aucune envie de lire. Les comics lui font tous penser à sa petite amie et elle a besoin de se détendre, pas de s’angoisser encore plus qu’elle ne l’est déjà. Perdue dans ses pensées, la sonnerie de son portable la ramène cependant à la réalité et un sourire fleurit sur ses lèvres alors qu’elle aperçoit ton nom sur l’écran. Elle décroche immédiatement portant l’appareil à son appareil.

- J’arrive !

Inutile de lui demander quelle serait sa surprise au téléphone, la belle prend des habits pour les températures plus fraîches de ces derniers jours. Elle se dépêche de te rejoindre et poussée par son instinct, elle ferme à clé la porte de sa maison ayant tout laissé en ordre. Ses sourcils se froncent légèrement devant la vue de ta moto et de ta surprise ne comprenant pas tout du premier coup. Finalement ce sont tes mots qui lui font comprendre la situation.

- Attends t’as trouvé comment me faire monter sur ta moto comme avant ?! Come on !

Elle ouvre les bras, invitation muette à ce que tu te jettes dedans. D’un naturel tactile, tu n’as échappé à ses câlins comme tous ses proches. Les larmes aux yeux, un sanglot lui échappe malgré elle. Tu viens de réaliser un de ses rêves les plus fous et à vrai dire, elle ne sait pas quoi dire ou quoi faire à ce moment-là.

- Merci… Je sais que je te l’ai déjà dit mais t’es la meilleure vraiment.

◊◊◊


#LeeLou You are my love,
I’d rather die tomorrow than live a hundred years without knowing you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AVATAR : Jung WheeIn - MAMAMOO POINTS : 72

NOUS A REJOINT LE : 07/09/2018

MESSAGES : 32

☮ I'M ON MY OWN
Voir le profil de l'utilisateur

Message(#) Sujet: Re: Retour à nos années à l'américaine. LouNy Mar 11 Sep - 22:17

Retour à nos années à l'américaine
LouNy

La route défilait à une vitesse folle, mais ses amis flics n’étaient pas encore de sorti, et au vu de jour… Elle savait parfaitement ce qu’ils attendaient. Mais trêve de bavardage, l’immeuble était là et Jenny espérait que Lou était bien chez elle. Il y a de la lumière. Bingo. Sa cigarette finie, elle garda ses prunelle scotchée à cette fenêtre qui était désormais devenue noire. Enfin après plusieurs à ne pas pouvoir la voir, elle allait enfin pouvoir en profiter, et puis cette couleur lui signifiait qu’il n’y avait donc personne pour l’empêcher d’embarquer sa meilleure amie. Enfin. Ce n’était pas tous les jours qu’elle avait un moment de tranquillité avec elle, et même parfois en montrant patte blanche… Ce n’était pas chose facile. Toute sa famille la connaissait… En même temps leurs parents étaient proches et se disaient par conséquents, tout sur leurs enfants respectifs. Et Jen’ ne dérogeait pas à cette règle qui semble perdurée depuis des millénaire. Elle était connue comme une jeune délinquante fugueuse, parfois irrespectueuse mais surtout dangereuse et même si leurs géniteurs s’adoraient, ils avaient toujours peur qu’elle ai une certaine mauvaise influence sur Lou. Mais elles étaient grandes non ? Elles avaient toutes les deux dépasser les vingt et un ans. Donc majeur et vaccinée.

Cette petite bouille d’amour finit par faire son apparition aux pieds de l’immeuble de quoi foutre le traque à la demoiselle. C’était rare qu’elle ressente ce genre de sentiments… Sauf avec l’américaine. Elle avait le don de la mettre dans des états qu’elle ne connaissait pas avant. Bras tendu, casque en son bout, ses yeux ne quittait pas la jeune blonde. « Attends t’as trouvé comment me faire monter sur ta moto comme avant ?! Come on ! ». C’est alors qu’un large sourire se dessina sur les pulpes de Jenny. Ses joues relevées, ses yeux pétillants et quelque peu brillant de larmes… Voilà ce qu’elle voulait voir. Son amie heureuse, heureuse de pouvoir retrouver un moment de liberté avec elle. Pouvoir s’évader de nouveau sur la bécame… A ses bras ouverts, elle vint faire disparaître l’écart entre eux, pour venir serrer sa jumelle entre les siens avec tendresse.

- Tu ne croyais tout de même pas que j’allais te laisser sur le bas côté encore longtemps ?

Ria-t-elle doucement, « Merci… Je sais que je te l’ai déjà dit mais t’es la meilleure vraiment. ». Son étreinte se resserra comme une réponse à ses mots. Elle ne pouvait dire le contraire… Elle était heureuse de voir que sa surprise lui avait fait plaisir.

- Je suis loin de ça. Mais on en laisse pas bébé dans un coin. Ne l’oublie pas.

Put-elle s’empêcher de rire, avant de se redresser et venir se placer pour prendre la jeune femme comme une princesse, ses petits cours de muscu s’en faisant ressentir. Une plus grande aisance pour la porter alors qu’elle finit par venir l’asseoir à califourchon sur la moto, le bassin bien callé contre ce qui allait servir de maintien. Elle l’accrocha avant de placer correctement ses jambes les protections et ainsi venir enfermée la première des lanières.

- Tu me dis surtout si tu n’es pas installée confortablement, je t’ai rembourré tout ça avec de la mousse, recouvert de simili cuir. Et je te montrerais, j’ai gravé un petit quelque chose contre le maintien de ton bassin. Du coup, tout est bon ?

Dit-elle alors qu’elle s’attaqua à la seconde, serrant, elle l’espérait, juste ce qu’il fallait pour que sa jambe soit solidement attachée mais pas de trop non plus. Elle finit par vérifier si tout était bon avant de tendre sa main vers la jeune femme, pour un sheck comme elle en avait l’habitude, puis un petit sourire tendre releva ses joues et elle vint passer son pouce sous l’œil de l’américaine actuellement assise sur la moto, essuyant cette petite larme qui avait commencé sa chute. Elle était… Aux anges et retenait une petite larmichette qui voulait se faire la malle. Lou avait beau être importante… Elle ne pleurait jamais, et encore moins devant les autres. Tendant de nouveau le casque à la jeune femme, elle enfila le sien avant d’entendre une voiture. Elle pesta, l’ayant tout de suite reconnue, et elle savait que cela n’allait pas lui plaire. Luc pointait le bout de son nez. Elle enfourcha sa moto sans attendre, enleva la béquille pour démarrer en trombe, laissant un petit écran de fumée blanche. Léger mais présent et c’est avec la plus grande des délicatesse qu’elle répondit aux hurlements du frère, levant son doigt pour montrer qu’elle en avait que faire qu’il gueule. Elle voulait simplement profiter de cette soirée entre amie, lui rappelant leurs jeunes années à Los Angeles et pour ça, rien de mieux que de pas changer sa manière de conduire. Dépassant les limitations de vitesses, tapant des points à cents dix kilomètre heures. Pilant, en faisant une petite roue avant à un feu qui était au rouge et impossible de passer. Zigzagant entre les voitures… C’était tout ce qu’elle aimait et ce qui lui avait manqué de faire en compagnie de la demoiselle actuellement derrière elle. Prenant un virage à droite, elle avait une petite idée derrière la tête. Jeudi. Jour des courses. Et puis elle avait une petite réclamation à faire au près de l’organisateur. Elle finit par ralentir en arrivant sur un parking abandonné où d’autres motards attendaient, des gens s’échangeant des billets, des paris étant lancés. Enfin tout le background de ce qu’elle préférait : Hors les lois.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AGE : 24 AVATAR : Kim Yong Sun (Solar - Mamamoo) POINTS : 193

NOUS A REJOINT LE : 07/03/2018

MESSAGES : 202

☢ BURNING AMBITION
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t4025-yong-lou-enjoylou

Message(#) Sujet: Re: Retour à nos années à l'américaine. LouNy Mer 12 Sep - 14:01

Retour à nos années à l'américaine
LouNy

La youtubeuse elle le sait ce que son entourage pense de toi, que t’es trop dangereuse pour elle. Vos parents sont de bons amis alors forcément comme tous parents, leur sujet principal sont leurs enfants autrement dit vous. Parents qui n’hésitent pas d’ailleurs à balancer des dossiers sur votre petite enfance dont vous ne vous souvenez pas puisque vous étiez trop jeunes. Enfin tout ça pour dire que déjà bien avant son accident, la mère de la blonde avait toujours peur que sa fille se fasse embarquer dans l’un de tes plans foireux. Ce qu’elle faisait de son plein gré mais qu’elle a toujours gardé pour elle, inutile de ternir ton image. Mais depuis qu’elle a eu son accident, elle étouffe sous la surprotection de son entourage qu’elle a beau aimé mais elle en a plus que marre des interrogatoires quand vous faîtes une sortie toutes les deux autres que vos voyages puisque la mère de Lou vous accompagne toujours pendant vos voyages au cas où. Mais ça ne vous a jamais empêché de vous amuser à chaque déplacement que vous faîtes. D’ailleurs pour la première fois depuis très longtemps, vous allez rester à Séoul pendant plusieurs mois, la youtubeuse ayant annulé ses déplacements. Elle ne se voit pas voyager alors que Leigh a besoin d’elle mais elle sait très bien que vous aurez comme toujours des tonnes d’invitations. Le fait que vous soyez connues toutes les deux fait que toutes les marques vous veulent à tous les événements possibles et inimaginables. Au moins, ça vous donne l’occasion de découvrir de nouveaux endroits à chaque fois bien que vous alliez très souvent aux Etats-Unis. Enfin tout ça pour dire que malgré les jugements des autres, rien ne brisera votre amitié aux yeux de la blonde. Vous êtes meilleures amies depuis que vous êtes nées et ça finira comme pour le mariage jusqu’à ce que la mort vous sépare.

Lou est loin d’être le genre de fille à pleurer en public et même à pleurer tout court. Très peu de gens ont déjà vu les larmes salées dévalées les joues de la jeune femme. Public qui peut être tout simplement aussi restreint que simplement sa meilleure amie ou toute autre personne de son entourage. Elle n’a pas pleuré quand elle venait d’essuyer une déception amoureuse et qu’elle devait ramasser son cœur à la petite cuillère. Elle n’a pas pleuré non plus quand elle dit au revoir à son père alors qu’elle sait pertinemment qu’elle le reverra que dans un an. Les larmes n’ont pas coulé non plus quand on lui a dit qu’elle ne pourrait plus jamais marcher et qu’elle allait rester en fauteuil à moins d’une révolution dans le domaine médical ce qu’elle espère tous les jours. Pourtant dieu seul sait à quel point elle s’est sentie détruite comme si tout son univers s’effondrait mais elle avait affronté la nouvelle la tête haute. Mais devant ta surprise, quelques perles salées s’échappent de ses yeux alors que l’émotion la prend à la gorge. Elle te serre contre elle alors qu’un petit rire s’échappe de sa gorge nouée par toutes les émotions.

- T’avais pas intérêt.

Dire que ça lui plaît serait un euphémisme. Vos ballades en motos font parties sans conteste de ses meilleurs souvenirs avec toi. Elle a toujours aimé partir en direction de l’inconnu avec toi. Ne pas savoir où vous allez alors que la route défile et au final vous décidez sur un coup de tête à quelle sortie d’autoroute vous allez sortir.

- Bébé ? Où tu vois un bébé toi ? Je te rappelle que je suis plus vieille que toi alors ça serait plutôt à moi de te dire ça !

Elle rit avant te faire un clin d’œil te rappelant les quelques jours qui séparent vos deux naissances. Et même s’il n’y a que neuf jours, elle s’amuse à te les rappeler quand tu la prends pour un bébé comme maintenant. Image de bébé qui peut bien coller à la blonde quand elle le veut mais la plupart du temps elle véhicule plus une image de maman qu’autre chose. C’est elle qui protège toujours les autres, elle est du genre à voler au secours de la veuve et de l’orphelin. Pourtant elle te laisse la porter comme une princesse alors qu’elle a un grand sourire et qu’elle t’observe faire toutes les manipulations pour qu’elle tienne tout simplement sur la moto.

- C’est parfait par contre qu’est ce qu’on fait de Jean Marc ?


Jean Marc c’est son fauteuil. C’est le médecin qui lui avait conseillé de donner un nom à son fauteuil pour l’aider à accepter la réalité qu’elle serait maintenant toujours assise sur ce maudit fauteuil. Elle s’était prêtée au jeu mais pour autant la pilule de l’accident n’était jamais passé. Elle s’en veut toujours énormément persuadée que si elle avait fait tout simplement plus attention cette nuit en traversant le passage piéton, elle ne se serait pas faite percutée. Néanmoins elle chasse mentalement ses sombres pensées, l’heure est loin d’être aux regrets mais plus à l’amusement alors que vous faîtes votre petit sheck ; sheck que vous avez d’ailleurs inventé et qui fait toujours sourire la blonde. Mais elle réalise que les quelques larmes étaient encore bien présentes puisque t’en chasses une avec ton pouce. Quand elle réalise que le bruit d’un moteur est juste derrière vous, bruit familier puisqu’il s’agit du moteur de la voiture de Luc qui vient de rentrer de sa journée de cours. Alors elle ne se fait pas prier pour attacher son casque auquel elle avait ajouté sa petite touche personnelle le trouvant un peu trop terne. Son casque parfaitement attaché, elle fait une petite moue désolée alors que son frère hurle que vous reveniez toutes les deux. Elle est désolée pour lui car elle compte bien profiter de cette liberté à nouveau retrouvée. Ses bras passés autour de ta taille au cas où, elle est rapidement grisée par cette sensation du vent soufflant dans ses cheveux et l’adrénaline courant dans ses veines. Mais rapidement tu t’arrêtes alors qu’elle enlève son casque le moteur une fois éteint.

- On fait pas de ballades ce soir du coup ?


Elle reconnaît cet endroit entre tous puisqu’elle s’est retrouvée de nombreuses fois comme aujourd’hui sur ta moto alors que tu faisais une course. La plupart des participants la reconnaissent et finalement l’observent comme s’ils avaient vu un fantôme.

- Tu gagnes cette course puis tu m’emmènes en ballade comme tu m’avais dit d’acc ?


◊◊◊


#LeeLou You are my love,
I’d rather die tomorrow than live a hundred years without knowing you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AVATAR : Jung WheeIn - MAMAMOO POINTS : 72

NOUS A REJOINT LE : 07/09/2018

MESSAGES : 32

☮ I'M ON MY OWN
Voir le profil de l'utilisateur

Message(#) Sujet: Re: Retour à nos années à l'américaine. LouNy Jeu 13 Sep - 12:45

Retour à nos années à l'américaine
LouNy

Malgré tout ce qu’on pouvait lui dire, leurs balades en moto étaient pour elle tout ce qu’il y avait de meilleur. Le vent s’engouffrant contre son cou, alors que les bras de la jeune femme étaient serrés autour de sa taille, n’en avoir plus rien à foutre du monde extérieur. Rien que toutes les deux, défiant les lois, prenant au pif une sortie d’autoroute, jouant à cache-cache avec les fliques qui n’en pouvaient plus de lui courir sans cesse après elle, n’arrivant finalement jamais à lui mettre la main dessus. C’était le bon vieux temps. Mais un bon vieux temps qui n’allait pas tarder à refaire son apparition mine de rien. Désormais au point, il ne manquait plus que l’américaine pour que tout soit parfait. Et au vu de ses yeux pétillants, de ce sourire qui lui remontait les joues jusqu’aux oreilles, elle en déduit qu’elle venait de marquer un point. « T’avais pas intérêt. ». Un petit rire la prit à la gorge alors qu’elle venait ébouriffer les cheveux de son amie, geste amicale qu’elle lui faisait quand elle avait envie de l’embêter un peu, à sa manière. Elle caressait tendrement son dos tout en resserrant son étreinte, elle était heureuse de lui avoir fait plaisir mais aussi de la retrouver après plusieurs jours. « Bébé ? Où tu vois un bébé toi ? Je te rappelle que je suis plus vieille que toi alors ça serait plutôt à moi de te dire ça ! ». Elle se redressa et souleva un sourcil. Elle croisa les bras, faussement outrée par sa réponse.

- Attends, même pas tu reconnais du dirty dancing quand tu en entends ? Tu m’as déjà habituée à mieux Lou. Ah non franchement… Tu me déçois.  Et après on me dit que les cours sont importants !

Dit-elle avec une pointe d’amusement dans sa voix. Elle aimait la taquiner, l’embêter un peu de temps en temps tout comme avoir leurs moments de douceur entre meilleures amies. Elle donnerait n’importe quoi pour en avoir tous les jours, mais entre leurs emplois du temps respectifs, surtout avec la Worldcup Overwatch qui avait eu lieu, la grande finale de l'Overwatch league même elle n'avait pas pu entièrement profiter de ses soirées, la nouvelle femme dans la vie de la demoiselle, chose que Jenny avait encore du mal à avaler. Devoir partager l’américaine avec quelqu’un d’autre, devoir annuler des plans avec elle pour les laisser toutes les deux. La pilule n’était pas encore descendue dans sa gorge et puis même si elle ne l’avait jamais avoué, une partie de ses sentiments pour la belle blonde étaient toujours présents, ce qui rendait cette acceptation encore plus complexe aux yeux de la brune. Mais elle n’en disait mots, quoi qu’elle soupçonne Leigh d’avoir très bien compris qu’il n’y avait pas que de l’amitié derrière le petit bout américain. Mais elle ne préférait pas confirmer ses doutes, et encore moins que Lou soit mise au courant de cela.

- Et puis t’es la plus vieille… De quelques jours je te signale hein. Donc je serais toi j’arrêterais de me la péter pour ça hein ! Non mais je croirais rêver !

Ria-t-elle prenant alors la jeune femme au creux de ses bras et ainsi l’installer confortablement sur sa moto.  « C’est parfait par contre qu’est ce qu’on fait de Jean Marc ? ». Elle regarda alors derrière elle ce petit fauteuil qui n’était pas vraiment leur meilleur ami, mais il fallait faire avec. Elle prit alors les poignets de ce dernier pour le garer correctement à côté de l’immeuble.

- Et bien lui il va rester ici, bien sagement en attendant ton retour.

Dit-elle avant de rejoindre la jeune femme, mais leur tranquillité pouvait très vite être mise à rude épreuve surtout avec le moteur qui se faisait entendre. Sautant sur sa moto, elle laissait Luc derrière pour profiter de cette soirée. Venant alors faire une petite roue arrière pour fêter la chose. Mais elle avait quelque chose à réclamer avant. Venant alors s’engouffrer sur ce grand parking désaffecté, elle chercha une personne du regard. « On fait pas de ballades ce soir du coup ? ». Elle vint relever la visière de son casque.

- Si ne t’inquiète pas. Je veux juste régler un p’tit quelque chose.

Dit-elle alors qu’une voix masculine s’élevait à travers le brouhaha. « Jenny ! Je suis heureux de te voir… Oh mais tu nous as aussi ramené… Lou c’est bien ça ? Et bien cela faisait longtemps qu’on ne t’avait pas vu ma belle. » prononça-t-il en venant exercer un baise main sur celle de la blonde alors que Jen’ laissait un petit grognement s’échapper du fond de sa gorge.

- T’as mon fric aujourd’hui ou faut que j’te refasse ce qui t’sers de gueule au carré ?

« Ca va, calme toi Jen’, je l’ai. Deux cents mille wons. ». Dit-il en lançant la lasse de billet à Jenny qui s’empressa de recompter pour être sûre qu’il n’y avait ni arnaque ni oublie. Mais c’était bon. Elle vint alors descendre pour cacher son argent dans son siège et venir de nouveau se remettre à califourchon. Alors qu’elle s’apprêtait à partir, Edward se racla la gorge pour attirer son attention. « Au fait ce soir, il nous manque un renard. Ca ne t’intéresse pas ? Deux cent cinquante mille wons si tu gagne. ». Elle tourna alors la tête vers la demoiselle accrochée à elle. « Tu gagnes cette course puis tu m’emmènes en ballade comme tu m’avais dit d’acc ? ». Elle hocha alors la tête.

- Je ne compte pas te rendre de si tôt, laisse moi un peu profiter de cette soirée. Et puis on va retrouver nos potes les fliques, ça va mettre de l’ambiance !

Ria-t-elle alors qu’elle laissait les quelques sous piffres attacher la queue de renard ainsi que le pot de peinture à sa moto avant d’allez s’arrêter en tête de ligne prête à mettre à rude épreuve les chasseurs.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AGE : 24 AVATAR : Kim Yong Sun (Solar - Mamamoo) POINTS : 193

NOUS A REJOINT LE : 07/03/2018

MESSAGES : 202

☢ BURNING AMBITION
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t4025-yong-lou-enjoylou

Message(#) Sujet: Re: Retour à nos années à l'américaine. LouNy Sam 15 Sep - 23:48

Retour à nos années à l'américaine
LouNy

En soit, Lou aurait bien été incapable de dire quel est son souvenir préféré en ta compagnie. Elle est incapable d’y dire puisque tous ses souvenirs en ta compagnie sont des choses que jamais elle ne souhaiterait oublier. Vous vous créez de nouveaux souvenirs à chaque fois que vous vous voyez et elle y chérit comme jamais la blonde. Quoiqu’il y a bien des choses qu’elle souhaiterait oublier comme toutes les fois où vous vous êtes disputées. Elles ne sont pas nombreuses mais horribles pour l’américaine. Pourtant dieu seul sait à quel point c’est compliqué de se fâcher avec elle puisque très rapidement on apprend quelles limites il ne faut pas dépasser et tu les connais par cœur pourtant ça ne t’a pas empêché de franchir la ligne rouge plus d’une fois. Dans ces moments-là, elle part sans toi pendant un mois sans te donner la moindre nouvelle pour te faire comprendre à quel point tu t’es plantée. Ces mois sont très loin d’être une partie de plaisir pour elle puisque sa vie sans toi, elle n’a plus la même saveur. C’est comme si elle laissait une partie d’elle à chaque fois avec toi, tout devient plus terne sans toi. Elle sourit et elle rit moins quand elle est brouillée avec toi. L’étincelle de vie dans ses yeux ne pétille plus autant dans ces moments-là.

- Je reconnais du dirty dancing seulement quand la personne en face de moi est capable de faire le fameux porté.


Elle te fait un petit clin d’œil avant de rire en repensant à toutes vos tentatives ratées de faire le fameux porté. Vous avez tout tenté mais à chaque fois vous n’y arrivez pas. Lou au final tombait sur toi dans tes bras alors que des éclats de rire franchissaient ses lèvres et si tu faisais la moue, elle déposait un baiser sur ta joue en te disant « fais pas la tête bébé ». Et généralement elle restait lovée sur toi puisque « t’es un matelas confortable ».

Néanmoins elle retient une moue de justesse quand tu lui parles des cours. Elle n’a toujours pas digéré le fait d’avoir été obligé à faire un choix entre ses études et son métier. Un choix qu’en soit personne ne lui a imposé, non c’est son corps qui lui a imposé sa faiblesse. Faiblesse de ne pas pouvoir continuer à faire les deux. Elle s’est sentie si faible à ce moment-là, elle avait tenu cinq années avec ce rythme alors pourquoi son corps la lâchait ? Faire une croix sur tout son parcours en droit n’a pas été quelque chose de facile à faire loin de là. Forcée de faire un choix qu’elle n’a jamais voulu faire et qu’elle a toujours retardé. Elle a toujours retardé l’échéance jusqu’à être dos au mur et là seulement là elle a dû faire ce choix qu’elle s’était toujours dit qu’elle ne ferait jamais. Elle s’était toujours dit qu’elle continuerait les cours pour rendre ce monde plus juste quitte à abuser qu’elle ne le fait déjà des anti-douleurs. Mais les médecins ont vite remis les pendules à l’heure si elle continuait dans cette voie, elle ne serait plus seulement paralysée des jambes et à vrai dire la douleur au quotidien est suffisamment sourde comme ça. Mais elle continue de sourire et ne verse aucune larme pour inquiéter personne, c’est seulement lors de ces journées comme celle-ci où elle est totalement seule chez elle qu’elle s’autorise à pleurer, qu’elle gémit lorsque la douleur est insoutenable alors qu’elle avale les petits comprimés blancs censés faire disparaître cette douleur.

- Je m’en fiche, je reste tout de même plus âgée que toi même si c’est seulement de neuf jours ! Neuf jours c’est peut-être peu mais ça reste neuf jours non mais oh !


Elle attend que tu la déposes dans ce que tu as fabriqué pour elle avant de te tirer la langue. Elle aime bien te taquiner en te rappelant que c’est elle la plus âgée même si la plupart des gens pense que c’est toi pour une raison qui échappe totalement à l’américaine. Elle ne trouve pourtant pas que tu fasses plus âgée qu’elle enfin pour elle vous avez l’air d’avoir le même âge et c’est tout. Par contre, se faire traiter de vieille non merci pour elle, elle ne veut pas être considérée comme une adulte qui ne sait plus s’amuser. Non elle sait encore s’amuser bien qu’elle ne le fait plus en public histoire de donner une bonne image aux marques. C’est grâce aux marques seulement qu’elle arrive à gagner sa vie et elle tient le plus possible à être totalement indépendante financièrement et à ne plus dépendre de sa mère. Pourtant c’est toujours sa génitrice qui paye ses soins vu que sa fille n’a pas les moyens de se payer une nouvelle opération.

- Ca marche et au pire il me semble que Luc ne devrait plus tarder à rentrer.


Vous démarrez en trombe alors que son frère les hèle ne se lançant pas pourtant à leur poursuite puisqu’il sait que ça serait inutile. Vous lui filerez entre les doigts trop rapidement et même de force il ne parviendrait pas à la faire monter de force dans sa voiture alors qu’elle se cramponnerait à ta taille comme un naufragé s’accroche à la première chose qui lui tombe sous la main pour ne pas couler.

Arrivées au lieu désiré, Lou enlève son casque alors qu’elle fusille l’homme du regard. Te contrarier en la présence de Lou est une très mauvaise idée. Il se souvient des rares fois où il avait osé dire le contraire de ce que t’attendais, elle était retournée le voir seule plusieurs jours après pour lui en mettre une. Elle était rentrée certes avec un œil au beurre noir mais avec son sourire de gagnante.

Dans son cerveau, une alarme se déclenche à l’expression au mot « renard », une partie d’elle flippe totalement parce qu’elle sait que ça sera du sport pour qu’elle ne tombe pas. Déjà que quand elle pouvait marcher, elle avait failli plus d’une fois tomber de moto, elle n’ose pas imaginer maintenant et elle a peur Lou que si elle tombe, ça soit fini pour elle définitivement ou qu’elle soit totalement paralysée.

- Tu vas les battre une nouvelle fois à plate couture, j'en suis sûre !


Néanmoins elle ne dit rien puisque tu as l’air totalement partante et surtout tu as l’air de prendre tout ça avec beaucoup plus de légèreté qu’elle. Ce n’est qu’un jeu pour toi et si ça l’a été pour elle, tout ceci prend une autre dimension avec sa situation médicale actuelle. Mais rien ne trahit son inquiétude alors qu’elle sert ta taille bien avant que le départ soit donné. Puis quand le départ est donné, elle adresse une prière silencieuse à sa bonne étoile avant de commencer à compter les minutes qui restent avant que t’aies gagné.

◊◊◊


#LeeLou You are my love,
I’d rather die tomorrow than live a hundred years without knowing you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AVATAR : Jung WheeIn - MAMAMOO POINTS : 72

NOUS A REJOINT LE : 07/09/2018

MESSAGES : 32

☮ I'M ON MY OWN
Voir le profil de l'utilisateur

Message(#) Sujet: Re: Retour à nos années à l'américaine. LouNy Mer 10 Oct - 15:47

Retour à nos années à l'américaine
LouNy

Jenny aimait être en compagnie de la douce jeune femme. Aussi loin qu'elle se souvienne, c'est ses plus beaux souvenirs. Parfois ternies par quelques engueulades, rares mais bien présentes malheureusement. Et le plus souvent c'était dans ses mauvais jours, où les limites, elle s'en battait bien certaines choses. Mais c'était son caractère, ce qui ne plaisait pas toujours. Compréhensible ou pas, elle avait d'autres chats à fouetter. Même si elle détestait quand Lou partait un mois sans lui donner de nouvelles ni rien. C'était presque un supplice, une partie d'elle qui partait avec la jeune femme. Elle lui manquait terriblement à chaque fois, même si elle l'avouait jamais. Se défilant, faisant la fière comme à chaque fois. Mais son amie devait en être habituée.
Elle fronça alors les sourcils face à la réponse de la demoiselle, croisant les bras sur sa poitrine et gonflant les joues. Elle l'incendia faussement du regard.

- Oui bon... Ca va hein, pas besoin de me rappeler que je n'arrive pas à te porter... T'es lourde aussi toi là. Et puis c'est QUE neuf jours alors calme ta joie ou c'est moi qui la calme. Quelle gosse mal élevée celle-ci je vous jure !

Dit-elle en riant doucement alors qu'elle avait installé la jeune femme sur son fauteuil et l'avait correctement attachée. Ayant réussi à semer Luc au passage et lui laissant un joli doigt levé au passage, il était maintenant grand temps d'attaquer les choses sérieuses. Les limitations de vitesses ? Lesquels ? S'en fichant éperdument, elle grillait tout ce qu'elle pouvait griller jusqu'à arriver au petit "refuge" des courses illégales. C'était un peu comme sa seconde maison ici, plus souvent fourrée dans cet endroit qu'on ne pourrait le croire. Malgré que le "directeur" de ce lieu ne soit pas toujours dans les bonnes grâces de l'américaine. Après tout, il lui avait plusieurs fois fais le coup de ne pas avoir son fric. Rangeant ce dernier dans sa poche qu'elle scella de sa fermeture, elle écouta l'homme lui proposer son jeu préféré. Toujours prit à la légèreté, elle n'avait pas la même échelle du risque que les autres. Au départ, elle n'était pas censée y participer, mais la récompense et le fait que c'était quelque chose qu'elle adorait... Dur de résister à cette tentation. Et puis, elle avait aussi étudier le siège de Lou pour qu'il soit entièrement sécuritaire. Se mettant en place, elle hocha la tête aux dires de son amie. Finalement... Cela n'allait peut-être pas changer de d'habitude. Faisant gronder son moteur, elle était prête à partir, alors qu'on venait de lui percer le bidon de peinture. Le décompte était lancé... "3... 2...1..." et Jenny s'élançait pour gagner la route alors que ses "ennemis" lui laissaient une certaine marge d'avance avant de se lancer à sa poursuite, la retrouvant grâce à la piste de peinture verte sur le sol. Malgré ça, ils restaient loins derrière, essayant tant bien que mal de se rapprocher de son engin, mais en vain. Roues arrières, elle nargaient ses poursuivant, ralentissant, accélérant, s'amusant comme elle le pouvait finalement. S'en était presque ennuyeux à vrai dire. Puis elle freina d'un coup sec, pour laisser passer tout le monde devant elle et ainsi faire demi-tour rien que pour les embêter un peu. Reprenant sa course éfreinée, elle zigzagait entre les voitures dont certaines n'étaient pas très rassurées de voir autant de moto passer à côté d'elles à pleine vitesse. Elle avait bien envie de s'amuser un peu plus, s'en demandant où était passé les flics. Mais elle ne tarda pas à avoir sa réponse. Un barrage de voitures, lui coupaient la route. Elle trouvait cela presque... Mignon. Ils n'avaient apparemment, toujours pas compris la leçon. Alors autant en profiter, souriant sous son casque, elle ne ralenti pas alors que les agents lui demandaient de s'arrêter. Chose qu'elle ne fera pas, roue arrière, elle passa littéralement sur l'un des capots pour passer de l'autre côté, évitant soigneusement les picots qu'ils avaient mit au sol pour s'arrêter un peu plus loin et ainsi faire vibrer son moteur. Manière de les cherchait ? Entièrement. Certains agents occupés avec certains de ses camarades, les autres montèrent en voiture pour pourchasser la jeune femme qui venait encore de leur échapper. Sirène allumée, Jenny s'en amusait de la situation. L'adrénaline, le goût du risque... C'est ça qu'elle appelait être vivante. Sa course ayant alors reprit, elle demanda à Lou de détacher la canette de peinture de son véhicule pour éviter qu'il ne puisse la pister trop facilement avec les traces. Sa courses folles ayant reprit, elle prenait les sorties sans vraiment se demander où cela pourrait bien les mener. C'était comme cela avec elles. Se décidant au dernier moment, souvent ne regardant pas vraiment où elles allaient. Au grès de leurs envies et du vent.
La sirène de la police étant actuellement leur bruit de fond avec les grondements de moteur, elle riait sous son casque. Le jeu du chat et de la souris. Ca l'amusait plus que n'importe quoi, cependant, l'américaine avait envie d'avoir un peu de paix et de calme pour finir leur balade. Elle tourna donc au détour d'un bâtiment, profitant d'un camion qui passait pour rentrer dans ce dernier, désaffecté. Elle coupa le moteur et se cacha dans un coin pour qu'on ne puisse pas les voir. Et cette ruse vieille comme le monde, fonctionna une nouvelle fois. Elle attendit quelques minutes, qu'ils s'éloignent avant de tendre sa main à Lou pour un petit Highfive.

- Allez, maintenant profitons de notre balade.

Enfourchant de nouveau sa bécane, elle reprit la route pour prendre des sorties qu'elle pouvait presque choisir au pif avant d'arriver à une petite forêt qu'elle connaissait bien. C'était ici qu'elle venait souvent se réfugier quand elle voulait être totalement seule ou que certaines idées noires passaient au creux de son crâne. Rentrant dans cette dernière, elle roulait à allure modérée pour éviter d'abimer son bijou. Elle n'avait pas encore tout réglé sur ce dernier. Puis elles arrivèrent au bord d'une falaise où Jenny s'arrêta. Elle retira son casque, descendit avant d'ouvrir son siège où elle rangeait son plaid habituel pour s'asseoir à cet endroit. Elle l'installa devant sa belle et détacha enfin sa douce. Elle la prit dans ses bras pour l'installer sur le sol, le dos contre la bécane avant de s'asseoir en tailleur, les coudes sur ses genoux et son visage entre ses mains, le regard perdu sur cet horizon d'arbres, d'immeubles et de maison.

- Ca fait du bien de pouvoir revivre ce genre de moment avec toi...

Dit-elle alors doucement, tandis qu'elle venait chercher la main de Lou pour la serrer entre ses doigts. Geste totalement innocent, presque instinctif mais chose qu'elle ne pouvait plus faire en présence de Leigh.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AGE : 24 AVATAR : Kim Yong Sun (Solar - Mamamoo) POINTS : 193

NOUS A REJOINT LE : 07/03/2018

MESSAGES : 202

☢ BURNING AMBITION
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t4025-yong-lou-enjoylou

Message(#) Sujet: Re: Retour à nos années à l'américaine. LouNy Mer 10 Oct - 23:41

Retour à nos années à l'américaine
LouNy

Ses plus beaux souvenirs c’est avec toi qu’elle les a. Et si parfois vous vous êtes disputées, vous vous êtes toujours retrouvées et ces mois sans vous parler, ils t’ont fait du mal autant qu’à elle. Mais de toute façon c’est rare qu’elle fasse ça mais quand elle le fait c’est pour te prévenir que t’as largement dépassé les bornes. Elle t’adore hein, le problème n’est pas là mais remettre les pendules à l’heure n’a jamais fait de mal. Au contraire elle a l’impression qu’à chaque fois qu’elle revient, vous êtes encore plus liées qu’auparavant ce qui paraît plutôt difficile quand on sait à quel point vous êtes inséparables. Vous vous connaissez sur le bout des doigts tellement qu’elle ne peut rien te cacher et pour elle elle est capable de savoir que tu lui caches des choses sans même qu’elle ait besoin de te voir. Les mots entre vous sont superflus, vous vous comprenez en un seul regard et vous n’avez aucunement besoin de vous annoncer pour débarquer chez l’autre. C’est d’ailleurs la spécialité de Lou de venir chez toi avec le repas en main sans te prévenir de son arrivée. Et c’est sans compter sur vos nombreux délires que personne d’autre ne comprend, les gens vous disent qu’ils se sentent de trop quand vous êtes ensembles. C’est d’ailleurs parce que vous n’avez pas besoin de mots qu’elle lève les yeux avant de t’envoyer un baiser puis de rire se retenant de te dire à quel point certains des gens sur youtube la trouvent grosse. Non elle ne laissera pas les haters gâcher votre petit moment rien qu’à vous deux. Et elle profite de pouvoir rire maintenant puisque son petit doigt lui dit que lorsqu’elle rentrera chez elle, ça va barder pour elle Luc n’appréciant pas de se faire traiter ainsi. L’américaine connaît suffisamment bien son cadet pour savoir qu’il lui passera un savon monumental avant de lui faire la tête pendant un certain temps. Temps qui sera assez court car personne ne peut résister aux yeux de chien battu de Lou pas même son petit frère qui fait alors semblant d’être blasé avant d’embêter sa frangine qui ne supporterait pas de prendre des risques inutiles. Elle est déjà la source de beaucoup trop d’inquiétude dans son entourage, sa mère a eu ses premiers cheveux blancs grâce à elle et la youtubeuse est pratiquement sûre qu’elle est la cause des rides qui apparaissent sur le faciès du cadet des Yong. Et mine de rien, elle se sent vachement coupable de leur causer autant de soucis et en même temps elle ne se voit pas arrêter de vivre seulement pour leur faire plaisir. Enfin quand la culpabilité l’étouffe trop, elle serait prête à n’importe quoi pour eux et en même temps elle ne peut s’empêcher de penser à toi et à ce que tu ressentirais si elle devait faire ça. Elle est incapable de choisir entre toi et sa famille alors elle s’efforce de contenter tout le monde ce qui est loin d’être une tâche aisée.

Mais ce soir, c’est à toi qu’elle décide de faire plaisir et le fait que vos petites ballades lui plaisent aussi n’est qu’un petit bonus quand elle voit enfin devine ton bonheur. Elle ne peut certes pas te voir mais elle n’a pas besoin que tu sois en face d’elle pour savoir ton humeur, tes préoccupations, tes bonheurs. Et le fait que tu sois heureuse la fait taire, l’empêche de te livrer ses inquiétudes. Elle ne peut que retenir difficilement un juron de douleur lorsque tu freines trop brusquement, son dos va morfler si tu continues dans cette voie. Elle ne ressent rien sur le coup car l’adrénaline coulant dans ses veines et le vent fouettant sa silhouette l’empêchent de ressentir la douleur mais elle ne fera pas la maligne cette nuit ou demain matin quand elle retrouvera son lit. Mais en attendant la petite voix qui disait qu’elle allait tomber s’est tue au moment où t’as démarré de nouveau, elle n’a pas eu peur quand elle a vu les flics devant vous. Non ses lèvres se sont étirées en un sourire amusé alors qu’elle détachait le bidon de peinture avant qu’ils ne puissent pas vous retrouver grâce à cette trace de peinture que vous laissiez par terre. Elle se tait et elle s’étonne encore que la ruse vielle comme le monde que tu viens de faire fonctionne encore. Elle a cru qu’ils cesseraient de tomber dans le panneau comme à chaque fois mais elle doit admettre qu’elle s’est trompée et son sourire ne cesse de s’agrandir alors que vos paumes s’entrechoquent dans un splendide high five.

- Oui on l’a bien mérité !


Elle te laisse choisir les sorties au hasard à vrai dire le ronronnement du moteur de ta moto est une mélodie réconfortante qui l’apaise. Elle est complètement zen, détendue bien que l’adrénaline coule toujours dans ses veines et encore heureux sinon elle se serait sûrement endormie sur ton dos. Mais non elle est tout à fait réveillée et elle regarde le paysage défiler à une vitesse assez impressionnante. Très vite, elle reconnaît les environs mais elle a l’impression de découvrir une nouvelle fois cette forêt n’ayant pas pu y aller depuis qu’elle est en fauteuil. Depuis que Jean Marc a débarqué dans sa vie, elle a dû renoncer à aller dans une foule d’endroits qu’elle aimait. Alors elle est contente de retrouver un décor si familier qui l’a vu grandir et la mélancolie l’assaille alors qu’elle te regarde faire tout un cirque alors qu’avant elle se serait déjà laissée glisser contre le véhicule et qu’elle t’aurait embêté. Mais là elle ne peut rien faire à part prendre son mal en patience et la frustration commence à envahir son palpitant. Et elle est en colère contre elle-même, si elle n’avait pas voulu se précipiter chez toi en rentrant de cette soirée pour faire un tour en moto elle aurait encore l’usage de ses jambes. Mais elle chasse tous ces sentiments négatifs et elle pose sa tête contre ton épaule après avoir enlevé son casque.

- Tu sais pas à quel point ça m’a manqué à moi aussi…


Ses sourcils se froncent légèrement quand tes doigts se lient aux siens et bien qu’elle sache que c’est purement innocent de ton côté, elle ne peut s’empêcher d’avoir le visage de Leigh qui surgit dans son esprit. Se prendre la main fait partie des choses auxquelles tu n’as plus le droit depuis que la russe a débarqué dans sa vie comme petite amie. Petite amie jalouse mais Lou ne peut rien dire n’étant pas mieux non plus. Et ta chance, elle te l’a offerte un milliard de fois mais tu n’as jamais daigné la saisir contrairement à Leigh qui au bout de quelques années à se tourner autour a fini par la saisir.

- Tu penses qu’un jour avec Leigh vous finirez par vous entendre ?


Non parce que tu ne sembles faire aucun effort quand il s’agit de la russe qui elle ne t’aime pas car elle te soupçonne de vouloir lui piquer Lou. La dernière que vous vous êtes battues toutes les deux, ça s’est fini de telle manière à ce que la youtubeuse se soit prise une droite de ta part alors que tu visais Leigh en voulant s’interposer et qu’elle vous a lancé un regard noir à toutes les deux après vous avoir passé un savon magistral.

- Je veux dire, il va falloir un effort toutes les deux maintenant que Leigh habite à la maison. J’ai aucune envie de me reprendre une droite…

Oui parce que comme ses colocataires et accessoirement meilleurs amis, meilleurs amis bien pourris aux yeux de Lou, sont partis aux quatre coins du monde Leigh a emménagé chez Lou qui récupère toujours sa petite amie à la petite cuillère bien qu’elle fasse absolument tout pour lui remonter le moral.

◊◊◊


#LeeLou You are my love,
I’d rather die tomorrow than live a hundred years without knowing you.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: Retour à nos années à l'américaine. LouNy

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Retour à nos années à l'américaine. LouNy
 Sujets similaires
-
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» L'homme est de retour ...
» Haiti des années 60-70-80: Le pays était-il mieux sous Papa et Baby Doc ?
» Jean-Bertrand Aristide : Un comité pour son anniversaire et son retour
» retour de la droite dure en Suisse


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: