▲ up▼ down
unfolding | gaeul&alessa



 
Viens tenter ta chance à la Roulette Ventriglisse !
Laisse le hasard dicter ton destin, tu tomberas peut-être sur des palmes hors de prix (a)
CHÉRIE COCOOOO FAUT PAS BLAGUER !!
VIENS DÉCOUVRIR LES GROSSES NEWS DE BOURRINS !
(EVENT) Ramène ton plus beau maillot de bain et tes brassards canard !
La POOL PARTY va commencer ~ unfolding | gaeul&alessa 359353108
TOUJOURS SUR HM ! Découvre les défis et notre semaine à thème du mois ! unfolding | gaeul&alessa 359353108
Tu veux rajouter un peu de jalapeño dans ta vie RPgique ? unfolding | gaeul&alessa 1387851259
Découvre les ÉPREUVES D'HM si t'as l'âme d'un aventurier !
HUNDRED MILES
hundred miles c'est un forum réel asiatique city/universitaire basé à Séouldeux réponses par mois minimum — Avatars occidentaux bienvenus ! — Taille des avatars 200*320pxUne semaine pour finir sa présentation — Pas de prise de tête, rien que du love. That's all folks ٩(^ᴗ^)۶
vote pour hm !
✿︎
16.07.19 ➝ C'est la 36ème MAJ, façon summer night festival pour HM! les feux d'artifice c'est par ici !
16.06.19 ➝ 35ème MAJ, HM is a jungle pour ce mois de juin ! les news c'est ici !
12.05.19 ➝ Oh my my my ! 34ème maj fleurie pour HM qui affiche quelques nouveautés printanières !
13.04.19 ➝ 33ème MAJ toute fruitée pour le retour des beaux jours ! viens découvrir les news juteuses !
09.03.19 ➝ on accueille la 32ème maj et son design azuré ! viens découvrir les nouveautés !
09.02.19 ➝ installation de la MAJ n.31, avec un codage tout neuf et plein de nouveautés !
09.01.19 ➝ 30ème MAJ de HM ! viens découvrir les nouveautés ICI
01.01.19 ➝ BONNE ANNÉE LES CHATS !! plein de bonheur à tous. ❤︎
08.08.16 ➝ ouverture de hm
han ja
park bo ra
han soo yun
yang noam
the avengers

 :: reste du monde :: Globe Terrestre :: Reste de la Corée :: Sokcho :: Plage de Sokcho
Partagez

 unfolding | gaeul&alessa


Quispe Alessa


Voir le profil de l'utilisateur
♡ PUT YOUR TRUST IN ICE CREAM
AGE : 24
AVATAR : Son Wendy (RV)
POINTS : 0


NOUS A REJOINT LE : 18/05/2018


MESSAGES : 341


unfolding | gaeul&alessa Empty
(#) Sujet: unfolding | gaeul&alessa   unfolding | gaeul&alessa EmptySam 21 Juil - 20:30

gaeul & alessa

tell her : i have drunk the zephyr of your dark eyes, thus i am perpetually restless


Sur le coin de plage la fête bat son plein et l’alcool commence à doucement réchauffer son ventre alors que la weed lui est déjà bien montée à la tête. Ce soir Alessa s’est laissée aller, a retrouvé une légèreté qu’elle pensait avoir égarée. S’est familiarisée avec leur fratrie de gueules d’ange et d’enfants sages pour la première fois depuis son arrivée dans le pays. Armée de quelques bouteilles de chepe faite maison, la Sud-Américaine a vite trouvé sa place ; l’appréhension abandonnée à mesure que des sourires avenants croisaient son regard anxieux. Au milieu du groupe, le feu crépite et lèche le bois humide qu’on lui sacrifie, grésillement de chamallows classique bercé par les voix s’élevant par-dessus la musique ambiante.  Son gobelet de singani dilué dans le pepsi entre les mains lui rappelle les soirées d’intégration qu’elle a écumées à San Agustin, ados aux regards brouillés criant par-dessus ces volcans qui leur paraissaient si petits et familiers avant, si lointains et nécessaires maintenant. Mais habillée de lampions et baignée d’une fumée de clopes omniprésentes, la plage de Sokcho n’a rien à leur envier ce soir.

Titubant légèrement, Alessa se relève du tas de sable qui sert de siège depuis une bonne demi-heure. Ses jambes portent à peine son corps lesté par l’alcool, et les premiers pas sont difficiles, concentrés tandis que quelques rires gommés lui parviennent. Elle tient encore son mégot dans sa main et le balance sans ménagement dans le feu, le rate de peu mais se contente d’un close enough, Péruvienne fidèle aux clichés de leur désordre en présence d’alcool. Elle gonfle ses poumons de l’air salé de la mer du Japon, écarte ses bras comme pour en accueillir davantage. Alessa boit rarement, tient difficilement le rythme des cinq bouteilles d’alcool fort dores et déjà descendues par le petit groupe dont elle s’éloigne. L’alcool qui pulse dans son sang enlève au monde tous ses défauts et à son existence toutes les aspérités qu’elle se prenait à relever quotidiennement. Ce soir, Alessa a l’alcool joyeux ; l’euphorie dans ses yeux injectés de rouge et cette envie de partager le moment et les émotions qui l’accompagnent. Et le seul nom qui lui vient spontanément est celui qui semble toujours lui venir en tête en premier ces derniers temps – Gaeul.

Et c’est une révélation qui a cessé de la prendre au dépourvu. Qu’elle a accueillie et n’a pas envie de repousser, ce soir. Pas ce soir. Gaeul, Gaeul, Gaeul. Son sourire d’enfant perdu, son regard pénétrant qui avait commencé à éviter le sien. Ses courbes désirables et tracées avec la délicatesse d’un fusain et ses soupirs qui avaient empli son imaginaire encore, et encore. Et toujours ce soir où Alessa marche d’un pas ébranlé sur le sable, pieds nus s’agrippant aux grains comme un enfant jouerait devant la mer. Elle avait déjà décidé qu’elle préférait les plages de leurs côtes, mais ce soir elle n’y retournerait pour rien au monde sans Gaeul.

« Hey », lui lâche la brune pour toute salutation sitôt qu’elle la trouve, inclinée avec son verre, ses jambes étendues et elle retiendrait presque son souffle tant d’un coup sa tête lui tourne. Sans y réfléchir, elle tend un bras vers elle, renverse un peu de chepe par terre de l’autre main. Sur son pied qui se rétracte instinctivement, enfant craintif sur un château de sable. Dès qu’elle sent un contact, sa main enferme la sienne, tire légèrement ; pas trop, pour ne pas tomber. « Tu viens avec moi ? » Un sourire enjoliveur accompagne sa demande aux tons d’ordre. Presque inconsciemment, son regard s’adoucit – elles ne se sont pas croisées depuis un moment, elle en est consciente. Un tu m’as manqué perle sur ses lèvres et elle le ravale. Il prend un goût de pepsi et elle parvient à l’oublier. Leurs doigts s’entremêlent pour la première fois lorsque Gaeul se lève à sa suite. « T’as pris ton maillot de bain ? » Un sourcil tentateur surplombe son sourire rempli de malice. Bientôt derrière elles la clameur du camp s’assourdit, et ne les éclairent plus que les lampions qui ornent la plage pour la soirée. Assez discrets pour qu’Alessa ose enlever son haut, ne revêtant plus que son maillot de bains. « Je parie qu’on va mourir de froid. » Mais trop tard pour regretter, à présent. Elle mène la danse, sans jamais décrocher son sourire et dès qu’elle se sent suffisamment hors de vue, elle attire l’aînée contre elle pour s’emparer de ses lèvres. Une traduction brève, mais suffisante du manque dont elle n’ose pas lui faire part.

Derrière elles, la lune monte la garde sur leur liaison secrète. Alessa attire une nouvelle fois Gaeul contre elle, retire son t-shirt à sa place et se demande un bref instant si les traces jadis laissées dans son dos se sentent encore. Puis à son tour, elle enlève son jean. Trinque avec Gaeul : « la dernière qui finit son verre doit se mettre à l’eau en première. »
AVENGEDINCHAINS
Sin Gaeul


Voir le profil de l'utilisateur
♡ PUT YOUR TRUST IN ICE CREAM
AGE : 24
AVATAR : kang seulgi (rv)
POINTS : 0


NOUS A REJOINT LE : 18/05/2018


MESSAGES : 96


unfolding | gaeul&alessa Empty
(#) Sujet: Re: unfolding | gaeul&alessa   unfolding | gaeul&alessa EmptyJeu 26 Juil - 13:08

alessa & gaeul

i know you want me the most
want me in an altered state


En fait – c’est quand que tu sais que t’as trop bu ? Quand tu te retrouves à 100% d’accord avec ta meilleure amie qui t’expliques avec passion que pour les crabes, les poissons c’est des sirènes, ou quand t’envoies un je t’aime vrmnt bcp bsx avec l’emoji voiture de pompiers et boule de bowling à ta grand-mère ? Que ce soit l’un, ou l’autre, Gaeul a déjà fait les deux. Ce n’est même pas de sa faute, en plus. Elle n’a bu que un… deux… quatre verres en tout, et peut-être qu’il y a quelque chose dans celui qu’elle tient et qu’elle promet être son derneir parce que le gars qui le lui a filé portait un survêt Lacoste, mais elle blâme Iseul. Jusqu’à ce qu’elle se soit pointé chez elle un sourire de merde en affiche, elle faisait paisiblement ses devoirs en écoutant des chansons niaises et stupides qui lui rappelaient Alessa. (Elle a fini par cesser de se juger d’agir comme une ado de seize ans.) ‘Tu dois venir,’ avait-elle dit, ‘c’est la soirée de l’année !’ Et elle l’a cru, et maintenant elle se retrouve seule, possiblement high, et l’envie incessante de tirer son téléphone de sa poche pour appeler son éleveuse de lamas préférée. Qu’elle n’a pas vu de toute la soirée. Elles s’étaient promis de se revoir bientôt, or c’est une maigre consolation quand elle sait qu’elle peut entendre sa voix maintenant si seulement elle était un peu plus courageuse.

Franchement, d’où ça lui est tombé sur la tête, cette histoire ? C’est comme si toute l’hostilité qu’elle éprouvait en son égard s’était évaporé du jour ou lendemain, et à la place naissait de l’affection. De petites choses, la façon dont elle parle de son pays, la façon dont elle réprime ses réactions face à ses phrases douteuses, la façon dont ses yeux s’illuminent quand elle sourit enfin. Et d’autres, ses lèvres contre les siennes, ses doigts caressant le long de sa cuisse, l’envie de rayer sa peau parfaitement pâle de ses dents – Gaeul lâche un long souffle. Assise, elle replie ses jambes contre sa poitrine et s’y cache le temps que ses joues perdent un peu de leur teinture. Elle veut la voir. Elle veut vraiment la voir.

« Hey » Elle se fige d’un coup. Pas sûre si elle hallucine, ou si Dieu ne veut pas la voir se lamenter plus longtemps, elle lève la tête pour vérifier qu’elle ne se fait pas d’idées et là, juste devant elle, lui fait face la personne qui n’a cessé de hanter son esprit depuis le baiser qu’ils ont partagé, l’autre jour, quelques semaines plus tôt. « Lessa… » Soupiré, et avec tout le tapage qui les entoure, Gaeul n’est même pas sûre de l’avoir dit assez fort mais Alessa lui tend sa main et elle décide qu’elle s’en fout, tant qu’elle continue de lui sourire aussi radieusement. Elle manque de trébucher en se relevant, à jamais maladroite, et au lieu de s’excuser elle en rit et affirme comme si ça ne sautait pas aux yeux qu’elle était un peu saoule. Peut-être qu’elle cherche une excuse pour ne plus lâcher sa main alors qu’elle se laisse mener, mais elle n’offre rien de plus qu’un timide rictus quand elle entrelace leurs doigts. Gaeul n’est pas difficile. Elle se contente de l’avoir là, avec elle. C’est suffisant.

Regard furtif jeté au-dessus de son épaule, le camp des Melted s’éloigne de plus en plus et avec les rires et les cris. « Oui mais… where are we going ? » Son épaule heurte celle d’Alessa légèrement quand elle se retourne. Elle se serait excusée si celle-ci ne s’était pas soudainement mise à enlever son haut. Gaeul n’ose même pas demander ce qu’elle fout, sur le coup. Ses yeux restent enchaînés au beau tableau qui se trace devant elle, parcourent chaque courbe d’une fascination flagrante. Sa peau est une toile de lin, elle veut marquer chaque parcelle du pad de ses doigts. Ode silencieuse, mais Alessa doit sûrement le savoir, qu’elle a envie d’elle. Si l’aînée n’a pas le courage de s’approcher un peu plus, la plus jeune n’hésite pas à la ramener vers elle et enfin, enfin leurs lèvres se retrouvent. Trop brièvement. Gaeul geint une protestation étouffée par le tissue de son t-shirt qui se retrouve vite fait à côté de celui de la Péruvienne. Elle frémisse au froid alors que son pantalon rejoint la pile de vêtements. « Okay – that’s cold. » And I wouldn’t have it any other way. Le verre qu’elle avait traîné avec elle en versant la moitié en route vient heurter celui de la brune même si elle ne sait pas pourquoi elles trinquent. Et honnêtement, ce n’est même pas du jeu parce qu’elle n’avait qu’un fond restant dans le sien. Un rire enfantin éclate dans sa gorge quand elle finit victorieuse. Elle dépose le verre sur le sable et attend qu’Alessa en fasse de même avant de la traîner avec elle vers la mer, joueuse. « C’mon loser, on y va ensemble. » Leurs mains de nouveau jointes, Gaeul tente de ne pas trop trembler quand elle met un pied dans l’eau. « Je commence à croire que t’es masochiste. » Elle n’a même pas le temps de finir sa phrase qu’une mini vague heurte son torse et lui soutire un gloussement de surprise. « I will kill you. »

AVENGEDINCHAINS



Altschmerz

n. weariness with the same old issues that you’ve always had—the same boring flaws.
Quispe Alessa


Voir le profil de l'utilisateur
♡ PUT YOUR TRUST IN ICE CREAM
AGE : 24
AVATAR : Son Wendy (RV)
POINTS : 0


NOUS A REJOINT LE : 18/05/2018


MESSAGES : 341


unfolding | gaeul&alessa Empty
(#) Sujet: Re: unfolding | gaeul&alessa   unfolding | gaeul&alessa EmptyMar 14 Aoû - 12:47

gaeul & alessa

tell her : i have drunk the zephyr of your dark eyes, thus i am perpetually restless


Prudence, attention et raison auraient été de mise ce soir là, comprend Alessa lorsqu'elle essaie péniblement d'extirper des fesses du sable frais, titubant pour contourner le feu de camp sans y tomber, naviguant à vue sans trop se faire confiance. Le plus sage, c'aurait été de s'enfiler un verre d'eau et rester assise un moment. Mais la Péruvienne défie toutes les mises en garde, toute sa raison de jeune femme en état d'ébriété, parce que de l'autre côté du feu de camp se trouve l'objet de toutes ses attentions. Gaeul est assise en tailleur, au moins aussi sec qu'elle, les yeux perdus dans le vide, et même avec sa vision floue Alessa se demande si elle a déjà trouvé quelqu'un aussi beau qu'elle.
Sa voix se produit un peu plus pâteuse qu'elle ne l'aurait voulu lorsqu'elle arrive devant la belle, légèrement décoiffée par le vent côtier et visage rougi par l'alcool. Et malgré tout, malgré son sex appeal grandement remis en cause par sa démarche d'enfant en couche, jamais n'a-t-on vu sourire si candide, si pur que celui qu'Alessa offre à Gaeul à cet instant. À l'intérieur, son cœur déborde, lui aussi, et comme toujours, elle s'autorise à ne pas chercher le pourquoi du comment - s'y efforce même, redoute de ne gâcher ce moment avec les questions trop nombreuses qui l'assaillent trop souvent. Pour l'instant, la légèreté du singani glisse de son sang jusqu'à son épiderme, recouvre son visage d'une langueur pénétrante et agréable. Elle force à peine sa langue à prononcer une question audible et entend à peine la réponse de Gaeul, trop occupée à coordonner ses mouvements. Leurs doigts s'entrelacent et une main maladroite au bras fébrile tire la Coréenne à sa suite.

Très vite, le duo brinquebalant échappe à la foule, disparaît de vue du camp monté par les Melted, englouti par la nuit épaisse caractéristique à la Corée. C'est une Alessa plus audacieuse, plus sûre d'elle qui la tire derrière les cabanes pour la voir sans qu'elles ne soient vues. Pour enfin laisser son regard se promener sur son visage, sur ses lèvres encore indistinctes et se rappeler de leur goût par-dessous celui de la chepe. Alessa s'entend poser ue nouvelle question qui cette fois porte sur les maillots de bain et, sans laisser place à la réflexion, se débarrasse de son haut et attire Gaeul contre elle, corps brûlant contre un tissu superflu que Gaeul ôte à son tour. La plus jeune se sent rougir. Curieusement, elle s'espère séduisante aux yeux de Gaeul. Elle espère que son corps fin, mais relâché puisse lui plaire. Que ses courbes attireront son regard et que celui-ci s'attardera sur sa poitrine. « Okay – that’s cold. » Le glapissement de Gaeul face à la fraîcheur ambiante ne lui échappe pas et elle ne passe pas l'occasion de se moquer : « That's cold ? You just wait, I'll show you cold. » La Péruvienne aux hivers rudes aimerait lui conter ses baignades estivales dans une eau à dix-neuf degrés. Elle renonce, décide que la température actuelle devant être de bien assez froide, elle n'aurait pas trop de chemin à parcourir pour prouver son argument.

À nouveau ses lèvres baignent dans l'alcool alors qu'elle essaie d'engloutir son demi-verre d'alcool qualité Lidl en un temps record. Bien sûr, elle finit par essuyer les dégâts sur son menton et manque de s'étrangler en buvant. Bien sûr, Gaeul la bat. Pourtant cette fois, ça la fait sourire. En vérité, c'est surtout parce que l'aînée lui intime de poser son verre et reprend possession de sa main, mais elle n'en dira rien.

« T'aimerais ça ? »

Dans son élément, Alessa retourne à Gaeul une de ses piques suggestives, revient à leur jeu mutuel. Progresse plus aisément qu'elle ne l'aurait pensé dans l'eau, et remercie l'alcool de la désinhiber quand l'eau lui arrive au nombril. « Tu te dégonfles pas, hein ? Je veux pas rester toute seule ici. » Elle poursuit son argument en marmonnant que, si elle se noyait, Gaeul devrait arrêter ses études et se verrait déshéritée, tant et si bien qu'elle remarque à peine que l'eau monte. Elle lui arrive à présent sous la poitrine et, courageuse, l'Américaine se laisse glisser et emporte Gaeul avec elle, de force. La sent se débattre et l'en empêche avec force mouvements maladroits, coule avec elle et ressort de l'eau en toussant pour recracher la tasse qu'elle a manqué d'avaler. Quand ses yeux se réajustent, la lune brille plus loin dans l'eau, et elle voudrait bien y emmener Gaeul, mais décide que ce serait trop romantique et se contente de la voir se débattre pour se remettre debout. « Si tu veux me tuer, c'est le moment », fait-elle remarquer, léger coup de tête pour indiquer qu'elles sont seules. Vraiment, cette fois. Seules, loin d'une interruption potentielle par un appel téléphonique. Par une personne indiscrète qui compromettrait leur moment d'intimité. Loin des pressions familiales qui les entourent et de leurs peurs à chacune. Alessa passe ses bras autour du cou de l'aînée, colle son corps gelé au sien. Tremblant. Sa langue récupère une goutte qui perle de sa tempe à sa lèvre tandis qu'elle observe silencieusement sa vis-à-vis. « So, what have you been up to ? » Alessa lui sourit sous le clair de lune. Taquines, ses lèvres flirtent avec les siennes, soupirent ses mots contre la pulpe de celles de l'aînée. Elle s'empresse d'ajouter, sourire en coin vaguement supprimé : « I've been waiting for my cold coffee, you know. » Ses bras relâchent son cou et l'amènent en brasse un peu plus loin. La métisse se laisse flotter, agite à peine ses jambes, laisse la torpeur de l'alcool et du froid l'emporter, la bercer dans les vagues. Sa peau s'acclimate au froid, son corps s'adapte à son nouveau milieu et elle revoit les soirées au lac de Titicaca, ses vêtements trempés qui lui collent au corps faute de mieux, et la sensation de complétude, les étoiles qui surplombent des gamins qui cuvent leurs péchés en se tenant la main. Elle ouvre les yeux et ce n'est ni Dani ni ses amis qu'elle découvre sous la voie lactée. C'est Gaeul, si belle avec ses cheveux humides et l'eau qui tombe de son visage sur ses clavicules saillantes. Gaeul qui ne lui a jamais parue si proche que sous ce ciel écrasant à la lune claire et pleine. I want you so bad, brûle-t-elle d'envie de dire. « And does Judge Judy here know how to swim ? » demande-t-elle plutôt, et elle se force à étouffer les papillons qui lui percent le ventre.
AVENGEDINCHAINS
[/i]
Sin Gaeul


Voir le profil de l'utilisateur
♡ PUT YOUR TRUST IN ICE CREAM
AGE : 24
AVATAR : kang seulgi (rv)
POINTS : 0


NOUS A REJOINT LE : 18/05/2018


MESSAGES : 96


unfolding | gaeul&alessa Empty
(#) Sujet: Re: unfolding | gaeul&alessa   unfolding | gaeul&alessa EmptyVen 21 Sep - 14:36

alessa & gaeul

i know you want me the most
want me in an altered state


Plus elles s’éloignent du camp des fous, plus son pou accéléré lui devient évident – battements erratiques rien qu’au son de la voix de sa Péruvienne préférée, son palpitant n’est plus vraiment le sien. Elle a eu le temps de le comprendre, ça, pendant leur petite période d’abstention. C’est tellement cliché, toutes ces émotions qui la frappent en plein bide d’un coup, qu’elle s’en sent embarrassé. Sa nuque est marquée de rouge,  sûrement ses joues aussi, et on le remarque certainement malgré le manque de luminosité, mais rien d’autre que le sourire étincelant d’Alessa n’a d’importance à ses yeux, là tout de suite. Et le monde autour d’eux est fade, et il n’y a personne d’autre qu’elles sur terre ; le moment s’élargit éternellement long. Finalement, ils n’avaient pas tort, dans les romans.

Gaeul se sent euphorique.

Peut-être pour cette raison continue-t-elle à céder aux quémandes d’Alessa sans protestation, sans remarque sarcastique pour la provoquer. C’est bizarre, c’est l’alcool aussi, mais elle n’arrive pas à arrêter de sourire comme une bouffonne alors qu’elle crève de froid en deux pièces, minuit passé, et la mer qui lui arrive jusqu’à la poitrine. Mais il y a confort et assurance dans les yeux rieurs de l’autre gosse, il y a leurs mains jointes et leurs doigts entrelacés sous l’eau, alors ce n’est pas trop mal d’être là. « T’es super bizarre, j’espère que tu le sais. » Dit-elle un premier temps, juste parce que la plupart de ses pensées commencent par une insulte envers Alessa. « J’me dégonfle pas mais I’m gonna get hypothermia and then, you’re literally going to be the death of me – this is not the kind of romance I signed up for, Quispe. » A moitié vrai, parce qu’au début c’était plus pour le (mind blowing) sexe qu’elle s’est impliqué avec elle. En fait, non. Au début, c’était juste pour la tirer de la mauvaise affaire qu’elle a fait avec son père, et puis c’est parti en chute libre depuis. Gaeul ne le regrette pas vraiment, ou en tout cas pas encore ; c’est tout frais, elles n’ont pas à penser aux choses qui fâchent.

Elles n’ont pas à penser à l’hypothermie qu’elles risquent non plus, jugé de la nonchalance d’Alessa. Gaeul refuse de faire un pas de plus pour faire chier (who’s surprised) et secoue la tête, pleine d’exaspération et d’amour pour cette naine qui a plus de force qu’elle en a l’air et qui, d’un coup particulièrement fort, finit par trébucher et les noyer. Gaeul ressort tout aussi vite. Pas par manque d’oxygène, ou par panique, juste pour gueuler slash dramatiser : « I swear to god. Do you really want me dead ? » Puis elle réalise qu’elle a toujours pied, et qu’elle est ridicule, alors elle se contente de donner un faible coup de poing à l’épaule de la Péruvienne au lieu de la tuer. Seulement parce qu’elle en a vu des docus et c’est difficile de bien cacher un cadavre. De toute façon, Alessa n’a pas l’air de prendre son regard ‘menaçant’ au sérieux. Parce qu’elle se rapproche d’elle, entour son cou et se blottit contre elle – cette fois-ci, c’est pour une toute autre raison que ses poumons brûlent.

Naturellement, ses bras ceinturent sa taille. Gaeul heurte doucement son nez avec le sien, de nouveau souriante. « Why ? Did you miss me ? » Son pouce caresse une parcelle de peau, mais il fait si froid qu’il se peut qu’Alessa ne le ressent même pas. « Because I did. I missed you a lot. » Il se peut que la sensation des lèvres de sa belle contre les siennes est addictive. C’est la seule explication possible, décide Gaeul, un peu désorientée dans ses pensées par ces bisous papillons que lui offre la plus jeune. Elle n’arrive pas à former une réponse concrète à sa question si ce n’est des petits bouts de « School Work », « Other stuff », et « Personal projects » qu’elle espère suffisants pour lui donner une idée globale.

Or, bien sûr, ce n’est que quand elle tente de vraiment l’embrasser qu’Alessa ne décide de briser l’étreinte, ses propres bras incapables de la retenir une fois lancée dans sa nage. « You’re evil, » décide-t-elle pour se venger, gamine. « From now on i’m calling you Evil Spawn. That’s it, Quispe. » Elle ne fait aucun mouvement pour la suivre, en tout cas. Elle est bien là, là où ses pieds touchent le sol. Maintenant qu’Evil Spawn n’est plus dans ses bras, elle a de nouveau froid – honnêtement, tant qu’à crush pathétiquement sur quelqu’un, elle aurait dû choisir une personne peu moins tarée, et d’un peu moins incliné au sadomasochisme. « And no more delicious, warm, ridiculously expensive starbucks for you ! » Ajoute-t-elle après seconde pensée, un peu petty mais surtout terrifiée à l’idée de bouger, perdre pieds et, euh, crever.

Les yeux vitreux de mélancolie qui s’enchaînent aux siens une fois qu’Alessa ouvre les siens lui aspirent une peur particulière – celle qui lui rappelle qu’elle a eu Alessa tremblante sous son corps, mais jamais entière. C’est difficile à expliquer, mais parfois, elle est ailleurs. Comme perdue dans sa tête. Gaeul ne veut pas ruiner le moment par contre, alors elle laisse passer et fronce deux sourcils pour manifester son sérieux. « For your information, I do know how to swim. » Elle ne sait pas nager. « I just don’t want to. » Elle meurt d’envie de la rejoindre. Elle ne va quand même pas l’admettre, et encore moins bouger de sa place.

Et si Gaeul est têtue, Alessa elle a une très attirante tête de mule. Elle ne va probablement pas revenir vers elle. Pas avant qu’elle n’admette qu’elle ne sait effectivement pas nager. A moins que – « Have you ever been skinny dipping ? » Dit-elle, sa main déjà occupée à lentement défaire les lacets de son haut au dos.

A moins qu’elle ne lui offre une raison de revenir vers elle.


AVENGEDINCHAINS



Altschmerz

n. weariness with the same old issues that you’ve always had—the same boring flaws.
Quispe Alessa


Voir le profil de l'utilisateur
♡ PUT YOUR TRUST IN ICE CREAM
AGE : 24
AVATAR : Son Wendy (RV)
POINTS : 0


NOUS A REJOINT LE : 18/05/2018


MESSAGES : 341


unfolding | gaeul&alessa Empty
(#) Sujet: Re: unfolding | gaeul&alessa   unfolding | gaeul&alessa EmptyDim 30 Sep - 17:46

gaeul & alessa

tell her : i have drunk the zephyr of your dark eyes, thus i am perpetually restless


Sa tête tourne et le vertige est le seul agréable qu’elle ait connu depuis un bon moment. Ses poumons brûlants viennent jusqu’à réchauffer ses joues et, bien qu’elle considère un bref instant la possibilité de mourir d’hypothermie dans cette eau gelée, elle se sent bien. Il n’y a pas une parcelle de peau qui ne se sente pas agressée par la fraîcheur de l’eau mais elle continue de s’y enfoncer bravement, jusqu’aux épaules. Ses cheveux y trempent et elle s’en fout. Elle ne sent plus ses pieds et ça aussi, elle s’en fout. Tout ce qui lui importe maintenant, c’est que Gaeul lui fait assez confiance pour la suivre et qu’elle a senti sa main resserrer son emprise autour de la sienne par peur qu’elle ne lâche. La simple idée la rend euphorique.

« Thinking you were signing up for romance was your first mistake, Sin. My ultimate goal has always been to punish you for what you did to me, so here we are. Also, are we on a last name basis now ? That’s how much you hate me ? »

La vérité, c’est qu’Alessa a suffisamment bu pour être à l’aise ce soir-là. Elle avait laissé quasiment trois semaines s’écouler depuis leur dernière entrevue, leur nuit passée ensemble, sans trop de nouvelles entre les deux et elle avait craint leurs retrouvailles plus que de raison – peut-être que ça allait être bizarre, peut-être que Gaeul allait être horrifiée d’avoir commis la plus grosse erreur de sa vie et venir s’excuser et lui demander d’oublier tout ça. Lui sucrer sa bourse, peut-être, au passage, et c’était l’aspect qui, de tous, la dérangeait le moins – pour une quelconque raison, la perspective d’avoir dégoûté, ou éloigné l’apprentie juriste l’inquiétait plus que celle d’un pacte financier rompu. Et c’était exactement ce qu’elle craignait – ce genre d’emprise sur elle n’était pas commun et encore moins était-il agréable.

« I swear to god. Do you really want me dead ? »

Alessa, en position de planche, donne un coup de bras pour se redresser face à Gaeul. L’eau salée dégouline de ses cheveux sur son visage maintenant, et elle les chasse du plat de sa main. « Look, you can stop now, this isn’t a drama filming set », se moque-t-elle sur un ton égal, légèrement taquin. Puis, comme pour se faire pardonner, la Péruvienne vient entourer sa taille de ses jambes, passe ses bras autour de son cou. Si on les observait à distance, le geste paraîtrait anodin si ce n’était pour la proximité de leurs bassins. Mais elles deux sont témoins de la tension sexuelle entre elles ; et tout se passe entre leurs lèvres, à demi-mots murmurés tout contre leurs peaux. Alessa n’a jamais plus envie de rentrer. « Yeah, figured you did. » Elle ne répond pas pourtant. Se contente de s’éloigner, finalement, pour éviter toute potentielle confrontation. I did. I also avoided you with all my might. Honnêtement, elle a oublié pourquoi.

La métisse laisse sa tête tremper dans l’eau gelée qui lui ponctionne le crâne, la rendre sourde aux bruits extérieurs. Seule la voix de Gaeul lui parvient, à distance raisonnable maintenant. Et quand elle refait surface, c’est pour avoir face à elle une Gaeul confuse et se voulant sévère. « Look, it’s fine if you can’t. I’m not gonna tell any of your sworn enemies about your greatest weakness », continue-t-elle de la narguer, presque sûre désormais que Gaeul est en fait incapable de nager. Elle se demande si c’est un truc de juriste, de riche, ou de coréen et n’ose pas demander de peur de sembler ignorante. Peut-être qu’il y a une raison légitime tout autre que la peur de bronzer qui pousse si peu de Coréens à se baigner. Comme le froid, ou la pollution. Alessa frissonne en sentant une algue épaisse toucher son pied. « Have you ever been skinny dipping ? » Cette fois, c’est Gaeul qui interrompt tous ses mouvements, et la plus jeune se fait avoir comme une bleue à la tactique de la Japonaise – ne remarque même pas pourquoi elle se fait embobiner. Alors c’est sans hésiter qu’elle revient en nageant vers Gaeul, qui est déjà en train de se délester de son maillot le temps qu’elle arrive près d’elle – « what are you doing », chuchote la Péruvienne, comme si on allait les entendre ou les remarquer. « You know they can see us, right ? » Le plus probable c’est que tout le monde les a déjà oubliées, et ceux qui ont pensé à leur étrange disparition ne les ont pas cherchées très longtemps non plus. La probabilité qu’on les aperçoive au loin est très mince, celle qu’on se soucie d’elles est nul. Et pourtant… « And I want to be the only one to see you like this tonight. »

Sans lui proposer son aide, Alessa se tourne d’office vers son dos et finit de délacer le haut de maillot de celle-ci. A du mal, et se demande si c’est l’alcool ou la chaleur qui émane du bout de ses doigts quand elle touche le dos de Gaeul. Préfère secrètement la première option et prie pour que la deuxième lui laisse un peu de répit. Sous ses doigts malhabiles les lacets s’emmêlent et refusent de coopérer. « What the fuck is this », grogne-t-elle avant de rire. Au moins, songe-t-elle, les lacets l’aident à se distraire de ses envies. « Tu pouvais pas prendre un maillot qui se dégrafe, comme tout le monde ? J’ai trop bu pour ça. » Elle réfléchit à ses options ; persévérer pendant une heure s’il le faut ou l’enlever elle-même en cassant une partie du maillot. Celui-ci étant trop élastique pour se laisser faire, Alessa se voit obligée d’obtempérer pour la première solution. « Now that’s just killing the vibe », se plaint-elle et enfin, le lacet est démêlé, le dos de Gaeul délivré. Elle jette l’habit sur le bord de l’eau et chasse distraitement quelques mèches rebelles de la nuque de Gaeul, y dépose ses lèvres, doucement, plusieurs fois. Quand elle sent la pression augmenter, elle s’arrête.

« Sure, let’s skinny dip. Take mine off. Behave. »

Alessa se retrouve nue à son tour et la dernière protection qui l’empêchait de trembler en claquant des dents l’a abandonnée, contemplant depuis la plage leur idiotie parfaite. « Is this you getting revenge ? Cause I’m fucking freezing and it’s entirely your fault. » Elle attend que Gaeul vienne en prendre la responsabilité, la prenne dans ses bras ou lui propose une bouillotte magique, peut-être. Vient la trouver d’elle-même, corps collé contre le sien et main appréciant chacune de ses formes, suffisamment hors de souffle pour que l’eau soit devenue tiède face à la chaleur de son corps. « You know we’re not having sex here, right ? This place is nasty. There’s fish watching us and I don’t trust them. » Son rire est essoufflé et hésitant. Elle aurait pu, elle en avait envie, mais pas ici. Pas depuis l’énorme algue en tout cas.

« You got any plans for tonight ? Did you…I mean, come with someone ? At the bonfire ? »
AVENGEDINCHAINS
Sin Gaeul


Voir le profil de l'utilisateur
♡ PUT YOUR TRUST IN ICE CREAM
AGE : 24
AVATAR : kang seulgi (rv)
POINTS : 0


NOUS A REJOINT LE : 18/05/2018


MESSAGES : 96


unfolding | gaeul&alessa Empty
(#) Sujet: Re: unfolding | gaeul&alessa   unfolding | gaeul&alessa EmptyJeu 22 Nov - 18:14

alessa & gaeul

i know you want me the most
want me in an altered state


« Yup. You’re so right. I hate you so much. I hate you so much I call you by your last name. » Sarcastique, ou plutôt juste assez flambée pour se le permettre si franchement, son sourire se morphe en grimace et Gaeul n’a absolument aucune gêne à s’articuler quand elle continue, « In fact, I hate you so much we fuck whenever we’re in the same room. Phew. Lotta hatred if you ask me. » Ce… qui n’est pas totalement faux. Ça leur arrive assez souvent pour que la future avocate épuise son stock d’arguments ‘no, insert all of her friends’ names here, that’s not a hickey, I fell !’ mais elle ne va pas s’en plaindre – ou du moins pas à eux, et seulement au lit.

Et si en parler ne lui fait pas chaud aux joues, les souvenirs qui vont avec la laissent à déglutir difficilement.

En fait, Gaeul se demande souvent si c’est parce que c’est Alessa qu’elle fait tant de choses qu’elle n’aurait jamais osé avec d’autres. Mises à part les petites concessions, depuis leur toute première rencontre quand elle s’est retrouvée distraite par la jeune Péruvienne dans les couloirs de l’université alors qu’en général, elle marche droit devant et oublie l’existence même des autres étudiants, jusqu’à ce soir, plongée dans l’eau glaciale à lui sourire débilement et lui faire les gros yeux. Gaeul se demande si c’est parce que c’est Alessa que même avec ses cheveux mouillés collés à son visage et son maquillage à moitié défait, elle la trouve la plus belle femme au monde. C’est bizarre d’avoir quelqu’un comme ça dans sa vie – quelqu’un qui nous pousse hors de notre zone de confort, quelqu’un qui donne un sens tout nouveau, tout particulier à toutes les petites choses qu’on connait. Quelqu’un de spécial. Elle n’a jamais eu ça avant, même pas Iseul, alors elle réalise tout juste à quel point elle en avait besoin. C’est bizarre, et un peu effrayant, mais elle pense pouvoir s’y faire.
En attendant, ce n’est pas du jour au lendemain qu’elle va s’y faire. « Je t’ai dit. Je sais nager. Je n'en ai juste pas envie. » Elle lève le nez, reprend son air confiant mais faille à se croire elle-même quand une mini vague la heurte en plein face. Soudain, elle a l’impression d’avoir de nouveau huit ans, assise sur le bord de la piscine alors que ses camarades de classe s’amusent ensemble dans l’eau. Gaeul n’a jamais aimé les activités de groupe, principalement parce que ça impliquait des groupes justement et elle ne semblait jamais savoir appartenir. Si elle ne sait pas nager, c’est parce qu’elle n’a jamais eu l’occasion d’apprendre à le faire, et non par peur – du coup, pour elle, c’est un demi mal.

Et elle veut juste avoir Alessa dans ses bras.

Assez étonnamment, elle n’a pas à faire grand-chose pour que cette dernière revienne vers elle. Elle se retient de remarquer à quel point elle est facile. « What are you doing » « you mean what am I undoing ? » « You know they can see us, right ? » « They… can’t ? » Les lèvres de Gaeul forment une ligne toute fine. « It’s not skinny dipping si je me déshabille pas, Lessa. » Elle le lui convie du même ton qu’un adulte utilise pour expliquer à un gosse pourquoi il ne faut pas toucher au feu. « And I want to be the only one to see you like this tonight. »  « Oh. » Oh. 'Tonight.' La coréenne laisse tomber ses bras sous l’eau, une moue boudeuse pour marquer sa déception. « Juste ce soir ? » Un petit humph qu’elle va sûrement nier une fois sobre. « I want to be the only one to see you like this all the time, to be honest. » Et en vrai, cette question est dangereuse parce qu’elle implique beaucoup de choses à la fois, comme leur statut indéfini en tant que couple ou la nature des sentiments qui les poussent à se roder autour comme ça ; des choses qu’elles devraient sûrement discuter moins saoules et moins mouillées. Alessa est comme un petit oiseau qui menace de voler au loin au moindre faux pas, mais jusqu’à là les deux gosses ont réussi à foirer toute tradition instaurée en terme de romance : s’embrasser avant d’échanger de numéros de téléphone, s’envoyer en l’air avant le premier rencard, se détester avant de s’apprécier… la liste est longue. Il lui semble qu’elle peut la pousser juste un peu plus ce soir sans qu’elle ne part en courant... nageant.

Toute pensée s’efface lorsqu’Alessa décide de changer d’avis et de venir derrière elle pour l’aider avec ses lacets. Un rire éclate dans sa gorge, et son cœur se resserre dans sa cage parce que c’est si typiquement Alessa et ça la rend kinda super heureuse. « Tu finis toujours par me dire oui, tu sais ? » Remarque-t-elle, amusée. « Quand je te demande quelque chose, ou quand je propose un truc, tu m’embêtes et tu me malmènes mais tu finis toujours par me dire oui. » Elle penche la tête pour accorder plus d’espace à sa belle. « C’est mignon. You’re cute. » C’est réciproque, aussi. Il n’y a rien qu’elle puisse refuser à Alessa – sauf peut-être mater avec elle les films lesbiens indie chelous qu’elle aime. Elle sent ses lèvres contre son dos et frissonne, le contact suffisant pour lui soutirer un long souffle.

Il ne fait pas plus froid maintenant qu’elle est nue. Au contraire – soit elle s’adapte à l’eau, soit c’est l’idée de déshabiller Alessa qui l’incendie d’un coup. (Probablement la seconde option.) Son maillot est beaucoup moins têtu que le sien, mais elle prend quand même son temps – elle n’arrive pas à s’empêcher de déposer des baisers papillon sur le pan de peau qui s’offre à elle. « Je crois que take mine off est ma seconde phrase préférée après stay over. » C’est encore mieux quand les deux phrase sont dites dans un même contexte. Ses bras entourent la taille de sa belle et elle la ramène un peu plus près d’elle, jamais assez près. Ses lèvres descendent le long de sa nuque, elle la sent frissonner sous l’attention. « Are you still feeling cold ? » Gaeul veut remarquer qu’elle n’est pas plus nue qu’elle ne l’était avec son maillot, mais décide de se la fermer plutôt. « I just wanted to skinny dip. You’re the one thinking about sex all the time, don’t blame it on me if you’re a perv. » Ce n’est pas comme si elle-même elle n’en avait pas envie – parce qu’elle n’en a jamais pas envie. Sauf peut-être au moment qui suit la question d’Alessa. Gaeul se raidit contre elle, puis s’efforce à se détendre pour ne pas trahir le sourire qu’elle affiche à la Péruvienne. « Yea. Came with Iseul – got dragged here by iseul, I mean. Je crois l’avoir vu en train d’embrasser un fuck boi de l’équipe de basket de l’univ t'aleur ??? » Encore un plan cul, sûrement. Elle déglutit, ne veut pas vraiment de réponse quand elle demande, « et toi ? Someone out there waiting for you back there ? » Le truc c’est que Gaeul n’a aucune idée de comment on gère une relation, et encore moins une non-relation. L’idée de voir Alessa avec quelqu’un d’autre – quelqu’un de plus qu’un ami – l’angoisse, et est tellement probable que ça fait mal d’y penser. Elle attrape son haut, soudain plus d’humeur. « Should we go back to the party, then ? »



AVENGEDINCHAINS



Altschmerz

n. weariness with the same old issues that you’ve always had—the same boring flaws.
Quispe Alessa


Voir le profil de l'utilisateur
♡ PUT YOUR TRUST IN ICE CREAM
AGE : 24
AVATAR : Son Wendy (RV)
POINTS : 0


NOUS A REJOINT LE : 18/05/2018


MESSAGES : 341


unfolding | gaeul&alessa Empty
(#) Sujet: Re: unfolding | gaeul&alessa   unfolding | gaeul&alessa EmptyVen 23 Nov - 16:53

gaeul & alessa

tell her : i have drunk the zephyr of your dark eyes, thus i am perpetually restless


« Tu m’aimais pas beaucoup à l’époque et ça t’empêchait pas de me déshabiller du regard non plus », souligne-t-elle, légèrement moqueuse. Au fond, elle se demande si ce n’est pas le fait d’avoir sauté le pas qui a calmé les tensions entre elles, ou si l’origine de ces tensions n’était de base que sexuelle. Alessa en doute, mais ne les voit pas encore revenir… Leur situation actuelle la contente. Elle se sent suffisamment bien avec Gaeul pour s’ouvrir à elle sans lui en demander davantage. C’est ce qu’il lui faut et ce qui lui passe du baume au cœur. Pour le reste, pour les sentiments et les émotions derrière, elle préfère y penser plus tard. Ce soir, elle se laisse aller, s’offre à elle sans limite ni condition. Demain, elle sait qu’elles reviendront, qu’à un moment il faudra poser des mots sur ce qu’elles ont ensemble. Mais tant qu’elle peut repousser ce moment…

Gaeul a tôt fait de la convaincre et Alessa l’aide rapidement à se délester de son maillot. « Tu finis toujours par me dire oui, tu sais ? » La Péruvienne, comme pour le reste, manque de ne pas relever. Ses mains tracent le dos que ses yeux ne parviennent qu’à peine à détailler dans sa pénombre, la peau douce maintes fois recouvertes des traces qu’elle y a laissées, s’excuse mentalement des griffures qui ont disparu du haut de son dos mais qui ont dû la hanter des jours durant. « Quand je te demande quelque chose, ou quand je propose un truc, tu m’embêtes et tu me malmènes mais tu finis toujours par me dire oui. » Alessa est déjà trop distraite par le corps qui se tient devant elle, libéré de son soutien-gorge et elle a envie de retourner à leurs nuits passées ensemble. « What can I say, I’m a gentleman », répond-elle d’une voix basse exagérée, toujours concentrée sur le dos de l’aînée. Elle le clairseme de baisers, veut rattraper le temps perdu.

« Are you still feeling cold ? » Incandescente, Alessa aimerait lui répondre que c’est le contact entre leurs peaux qui la fait frissonner, et qu’elle n’arrive à penser à rien d’autre que Gaeul qui gémit sous ses attentions et que son cerveau embrouillé par l’alcool a trop de mal à suivre. « With what you do to me, can you really blame me for wanting more ? » Un sourire se creuse sur ses lèvres. Ce n’est pas quelque chose qu’elle compte exprimer ou avouer à l’aînée – elle n’aime pas l’idée d’avoir à le formuler comme ça. Elle n’a jamais ressenti autant de plaisir, de désir qu’avec Gaeul et ça double de loin ce qu’elle a déjà pu connaître et bien qu’elle ne lui ait fait telle confidence, c’est impossible que Gaeul n’en soit pas consciente. Pour l’instant, la métisse met toute son énergie à oublier l’incident de l’algue et à calmer ses hormones en feu, ce qui lui prend beaucoup plus de travail que prévu – aussi, quand Gaeul s’éloigne un peu, elle se surprend à gémir en regrettant son corps collé au sien.

« Non, je rejoignais juste des potes mais… » L’étudiante en droit ne lui laisse pas le temps de finir, repart déjà en direction de la rive, abandonnant la jeune femme aux eaux froides et aux algues visqueuses. « What ? Why ? » La réponse vient dans un souffle hébété, son cerveau embrumé n’assimilant pas la réaction de l’aînée, et pour cause – elle sortait de nulle part. Du moins à ses yeux aveugles et obsédés par le cul. « T’es sérieuse de m’abandonner dans les algues dégueulasses, là ? » Elle peste mais la panique la rattrape. Elle se décide à suivre Gaeul, à attraper son poignet avant que celle-ci ne soit complètement sortie de l’eau pour l’attirer à nouveau près d’elle. Sonde son regard énigmatique ; aimerait lui demander ce qu’il y a mais décide contre. Au lieu de quoi, elle laisse ses lèvres trouver les siennes ; un baiser délicat dans lequel transparaît le besoin.

« Reste avec moi », murmure-t-elle contre ses lèvres d’un ton implorant. Elle dépose une multitude de baisers légers sur celles-ci, comme pour la convaincre, avec plus de douceur encore. Pourtant elle laisse son corps se coller au sien, sa poitrine frôler la sienne et son souffle devenir erratique, ranimant la chaleur dans son bas-ventre. Gaeul rend toujours tout plus difficile pour elle. « J’ai tellement envie de toi », avoue-t-elle enfin, collant son front au sien dans une tentative de se calmer. A l’échec de celle-ci, elle s’écarte, pour de bon cette fois. Elle commence à comprendre pourquoi sortir n’est peut-être pas une si mauvaise idée. « Do you really want to go back ? We don’t have to see their stupid faces. They won’t even notice we left. » L’anglais la reprend parce que le coréen lui fait encore plus défaut. L’alcool et le froid ont définitivement engourdi sa mâchoire, qui a arrêté de claquer mais aussi de lui servir pour s’exprimer correctement. Elle se jette sur sa serviette en sortant, amène Gaeul contre elle pour la partager avec elle. Rit, parce qu’elles sont nues sur une plage à cinquante mètres de leurs potes et qu’elles sont à deux doigts de se faire cramer.

« Tu veux pas plutôt aller te promener ? J’ai jamais été à Sokcho avant. T’as qu’à être ma guide touristique. »

Le froid et le vent la forcent à se distraire de ses pensées précédentes et elle les accueille avec un plaisir renouvelé. Son corps est encore humide lorsqu’elle enfile ses habits, mais cette fois, son sweat est l’habit le plus confortable qui puisse exister.
AVENGEDINCHAINS


† niña / hecha de maíz / dejame abrazarte / dejame tocar tu memoria / acuerdate cuando mordias por querer / aruñabas para sentir / manos Blancas apretando el timon / ‘yendo a 100 / hasta llegar / llorabas en tu silla preguntando:¿adonde puedo alejarme de mi?
Sin Gaeul


Voir le profil de l'utilisateur
♡ PUT YOUR TRUST IN ICE CREAM
AGE : 24
AVATAR : kang seulgi (rv)
POINTS : 0


NOUS A REJOINT LE : 18/05/2018


MESSAGES : 96


unfolding | gaeul&alessa Empty
(#) Sujet: Re: unfolding | gaeul&alessa   unfolding | gaeul&alessa EmptySam 29 Déc - 19:19

alessa & gaeul

i know you want me the most
want me in an altered state


C’est vrai qu’au début, Gaeul n’était pas un cadeau du ciel et encore une fois, elle n’essaye même pas de le nier – mais c’est juste qu’Alessa n’était pas exactement un ange non plus, aussi innocente aimait-elle prétendre être dans l’histoire. Ou du moins pas avant qu’elle ne commence à éprouver des sentiments en son égard. Ces temps-ci, la Coréenne refait le point là-dessus et sur beaucoup d’autres choses qu’elle croyait d’Alessa et qui se sont avéré être plutôt far off de la réalité. (Il se peut qu’Alessa soit un ange, ou un truc du genre, parce qu’il n’y a pas d’autres explications quant à quel point elle rend Gaeul heureuse sans absolument rien branler.) Iseul dit qu’elle devient de plus en plus niaise, d’ailleurs, et que c’est alarmant – elle suppose que sa meilleure amie n’a pas tout à fait tort : elle a changé. « Aaaaaand now you’re acting like you weren’t always looking at me that way too, » se lamente-t-elle, secouant la tête pour illustrer sa grande déception. « Everyone knew we had a thing for each other. We basically undressed each other in the hallways. Everyone but us knew. » Tout le truc des regards intenses et super duper chargés au milieu des couloirs bandés de l’université n’est pas quelque chose dont Gaeul s’embarrasse, de toute façon ; toutes les conneries et les taquineries que ses amis lui ont fait subir pour ça l’ont rendu immunisée.

La Péruvienne aurait pu choisir une meilleure pique pour l’emmerder.

Elle remarque à moitié consciente qu’elle n’a plus vraiment froid, soudain, même si sûrement, elle devrait. Leurs habits forment deux tâches noires à peine visibles sur le sable, au bord, mais elle n’a plus vraiment envie qu’elles quittent leur petite bulle pour l’instant. Elle n’arrive même plus à se rappeler au détail près de comment elles en sont arrivées là : nues, l’eau jusqu’au cou, et leurs émotions bien au-dessus de leur tête. Gaeul se demande si même sous l’influence de l’alcool, elle arrivera à se rappeler de cet instant le lendemain. Si Alessa restera assez longtemps pour qu’elle puisse troquer chaque mauvais souvenir par un nouveau – un où il n’y a qu’elles, et rien qu’elles. Ç’a l’air tellement possible, qu’elles soient heureuses ensemble, tellement facile qu’elle en a la gorge nouée. Elle a du mal à les formuler, ces pensées, même à Iseul. À le dire sans avoir l’impression de donner à Alessa le couteau qu’elle recevra tôt ou tard au dos, lorsqu’elle prendra l’avion pour le Pérou. Parce qu’on l’abandonne souvent, Gaeul, elle s’inquiète. Parce qu’on l’aime, mais c’est jamais assez, alors elle préfère se la fermer et ravaler ses mots. Comme ça au moins, si Alessa finit par se casser comme tout le monde, elle n’aura au moins pas à deal avec l’embarras d’avoir été celle assez conne pour révéler sa main perdante dès le premier tour de la partie.

« With what you do to me, can you really blame me for wanting more ? » « By what I do to you, you mean that thing I do with my tongue, right ? » Ses dents se creusent légèrement au point où son omoplate rejoint sa clavicule. « I mean, you do get louder when we get to that part, if i’m being honest. » Une pause. « But it’s hot when you do. » Sauf qu’elle ne lui dit pas que c’est pareil pour elle, elle est foutue maintenant qu’elle sait à quoi ça ressemble d’être avec Alessa. Elle revient toujours pour un peu plus, même quand sa raison ne faille pas et qu’elle sait qu’elle ne devrait pas. Et elle ne devrait pas, ouais, parce que ça finit toujours mal ce genre d’histoire.

Et ce soir, ce soir Gaeul veut éviter de se briser le cœur. Il ne suffit que d’un rappel que d’autre gens existent dans leurs vies pour qu’elle se renfrogne – mais elle a juste peur. Si ses murs s’écroulent aux pieds de la biologiste par un moindre petit regard attentionné de sa part, elle ne peut pas se protéger et elle a peur. Elle chasse la fouge du moment d’un long souffle, se détache d’Alessa comme si elle était en feu et rien qu’être auprès d’elle brûlait. Ou peut-être que c’est elle-même qui est en feu. Tout est brusque avec elles, elles basculent d’une humeur à une autre en un battement de cils.

Après tout, il n’y a même pas trois mois elles étaient l’une à la gorge de l’autre – and not in the fun way.

« T’es sérieuse de m’abandonner dans les algues dégueulasses, là ? » « Yeah. J’veux pas faire attendre tes potes, y’know ? » C’est immature, et c’est con mais sur le coup elle ne s’en sent pas embarrassé – pas avant que la péruvienne ne la rattrape, en tout cas. Elle peigne à retrouver le regard curieux d’Alessa, mais ne résiste pas lorsqu’elle la ramène vers elle. « What, Lessa ? » Putain qu’elle aurait aimé pouvoir faire la tête à Alessa et ne pas céder dès qu’elle la regarde dans les yeux. Elle veut presque geindre contre ses lèvres qu’un baiser n’allait pas tout résoudre entre elles mais en fait, en fait, avec sa main creusée dans les cheveux mouillés d’Alessa, toute pensée se perd.

« Reste avec moi » Gaeul gémit tout bas contre elle, sent son cœur pincer dans sa poitrine. « God, when you talk like that I can’t help but— » but crave you. Plutôt que de le dire, elle le montre. Sa main épouse la joue d’Alessa et elle la guide vers elle, attrape une lèvre entre les siennes et la mordille tendrement. Gaeul n’est même pas sûre de qui a approfondit le baiser, mais honnêtement, avec la langue de la péruvienne contre la sienne, elle ne sait même pas comment elle a fait pour trouver la force de se détacher d’elle. Et puis Alessa ouvre la bouche et dit encore un truc tout con et elles retrouvent un semblant de familiarité quand Gaeul roule les yeux et pouffe un souffle frustré. « We don’t have to see their stupid face, » moque-t-elle, tirant son haut avec elle alors qu’elle se fraye un chemin jusqu'au bord à côté de sa belle. « You keep fucking with my head, I swear to freaking jesus christ – you suddenly talk about other people and i think you want out and i’m boring you but no, you just want to go downtown tourist-shopping. »


Petite pensée à Iseul qui, sûrement, se tape le joke au jersey de terry henry derrière les toilettes des femmes. Soudain elle est moins embarrassée d’être à moitié nue, enveloppée dans la serviette de la reine des neiges d’Alessa, en plein plage, et à quelques mètres de leurs potes. « Euh – je sais pas ce qu’on pourait faire mais… street food ? i feel like street food. » Elle dépose un petit baiser contre le nez de sa belle brune avant de sortir de leur petit burrito à deux pour s’habiller. « We can get some booze, et des tacos ratés, et des frites, et on peut regarder les étoiles ou mater un porno italien sur ton téléphone – tu veux mater un porno italien en mangeant des tacos avec moi, Alessa ? »

Au pire, elle blâme l’alcool.
Pour tout.



AVENGEDINCHAINS



Altschmerz

n. weariness with the same old issues that you’ve always had—the same boring flaws.
Quispe Alessa


Voir le profil de l'utilisateur
♡ PUT YOUR TRUST IN ICE CREAM
AGE : 24
AVATAR : Son Wendy (RV)
POINTS : 0


NOUS A REJOINT LE : 18/05/2018


MESSAGES : 341


unfolding | gaeul&alessa Empty
(#) Sujet: Re: unfolding | gaeul&alessa   unfolding | gaeul&alessa EmptyMer 23 Jan - 12:27

gaeul & alessa

tell her : i have drunk the zephyr of your dark eyes, thus i am perpetually restless


« I mean, you do get louder when we get to that part, if i’m being honest. » Un léger grognement lui échappe et elle ignore si elle doit attribuer ça aux mots de l’aînée ou aux dents qui se plantent dans sa peau, légères mais menaçantes, répandant les frissons partout sur son corps déjà gelé. Autour d’elles le monde s’est tu et la lune les garde dans son alcôve ; les protège des rires lointains du feu de camp qu’elles ont déjà oublié. La pudeur d’Alessa s’est déjà envolée dans la nuit et l’idée qu’elles puissent être visibles ne l’atteint même plus – à cet instant, il n’y a que Gaeul face à laquelle elle perd toujours ses mots, son humour, sa repartie et sa dignité. « Shut the fuck up », murmure-t-elle tout bas, un grondement sourd qu’elle a la flemme de bien exécuter. Tant et si bien que dans sa hâte de ne pas perdre la face, dans sa distraction de plus en plus difficile à gérer, n’est étonnée qu’elle-même de la maladresse de ses mots. Gaeul la lâche au milieu des algues exécrées et abandonne sa cadette au froid et à sa nudité qui progressivement redevient gênante.

« Yeah. J’veux pas faire attendre tes potes, y’know ? »

La Péruvienne ne réagit que par une moue trahie, sourcils plissés d’une gamine renfrognée à qui on a retiré le droit de prendre encore un bonbon. Feint l’idiotie, parce que cette teinte de jalousie qu’elle sent poindre dans l’esprit de Gaeul n’a rien à faire là ce soir. Elle essaie de l’absorber d’un baiser, toute occupée à se préserver de la culpabilité qui menace de grimper jusqu’à sa nuque, mais elle n’arrive pas complètement à éclipser l’idée que c’est sa faute si Gaeul en est là. C’est sa faute parce qu’elle ne dit rien. Qu’aucun consensus n’a été fait sur ce qu’elles étaient – encore faudrait-il qu’elles sachent si consensus il y a à faire, elles qui ne savent même pas si l’une ou l’autre est déjà prise… Elle ne dit pas, non plus, que si elle ne la recontacte jamais c’est parce qu’elle se fait trop vite aspirer par sa spirale morbide, mais qu’elle passe des heures à penser à elle, une main entre ses cuisses, ou à se distraire de son travail en se repassant les après-midi qu’elles ont passé à s’endormir l’une près de l’autre après un trop plein d’amour. Elle ne le dit pas, parce que nommer concrétise et qu’elle leur préfère le confort d’avoir Gaeul pour elle sans avoir à le lui demander, égoïstement.

« - but ? »

Son sourire mutin s’élargit lorsqu’elle sent la tension en Gaeul se relâcher, la laissant revenir entièrement vers elle. Alessa se relâche, elle aussi ; libère la peur inconsciente qu’elle avait de la voir partir. Pour de vrai cette fois. Elle accueille avec plaisir les dents de l’aînée autour de sa lèvre, gémit sans retenue lorsque le baiser s’approfondit de lui-même. Son corps agit sans ses ordres, répète un rituel devenu familier à son insu, parce qu’elle passe beaucoup plus de temps avec Gaeul qu’elle ne devrait, qu’elle connaît son corps mieux qu’elle ne connait le sien ; juste assez pour anticiper la réaction exacte que cette dernière aura lorsque sa main se pose sur son sein – et juste comme ça, Alessa lui tire le gémissement de trop, et elle considère la gêne des minutes précédentes derrière elles. Elle se vanterait de connaître son corps mieux que personne, eut-elle la certitude qu’elle était seule à lui extirper ses cris de jouissance, craignant forcément de partager leur connexion avec un autre… Gaeul a raison lorsqu’elle dit qu’elles étaient les deux seules ignorantes de leur situation – Alessa l’avait guettée. Pendant longtemps, elles s’étaient toisées, suffisamment pour qu’on lance les paris de quand elles allaient enfin conclure – l’attirance sexuelle avait précédé à tout, jusqu’à leur agacement mutuel et leurs incompréhensions et tout avait toujours fini dans un lit, parce que c’était là qu’elles auraient dû commencer. Dur de sortir de ce schéma si profondément installé dans leur dynamique, si bien qu’Alessa ne savait plus comment la ramener à elle si ce n’était en la séduisant. Ni la convaincre qu’elle tenait à elle, à part dans le tacite de leurs échanges charnels.

« You keep fucking with my head, I swear to freaking jesus christ – you suddenly talk about other people and i think you want out and i’m boring you but no, you just want to go downtown tourist-shopping. »

Dans leur relation, souvent, Gaeul fait toute la conversation, se livre à une Alessa trop peu réceptive, trop perdue pour savoir que lui répondre. Cette fois elle sait, ou espère en tout cas – un grand sourire fera l’affaire. « Sin, you’re the least boring person I know. » C’est l’un des premiers compliments qu’elle lui adresse sans se sentir obligée de le faire suivre d’une remarque vaseuse. « And also the only guide I can get for free here. Do your job, make me fall in love with your country. » Ses dents luisent dans l’obscurité. Elle cherche à la charmer sans trop savoir comment s’y prendre.

b]« Euh – je sais pas ce qu’on pourait faire mais… street food ? i feel like street food. »

La métisse opine et se détache d’elle à regret, confrontée à nouveau à la morsure du vent océanique. Elle revêt son sweat, lutte avec son jean qui colle à sa peau humide et salée et se débat dans l’ensemble de fringues pour les trouver confortables. « Ouais, faisons ça. Porno inclu », s’amuse-t-elle en rehaussant son sac sur son épaule droite. « Mais si tu penses que l’italien est le pire, tu vis dans le mensonge. » Elles ont tôt fait de quitter la plage par le même endroit où elles sont rentrées, ignorant les quelques regards qui s’attardent sur leurs silhouettes et jasent à leurs dépens. Leur couverture est entièrement tombée mais à présent ça n’a plus d’importance. « Hey, let’s be 15 again and play truth or dare, yeah ? » Le pas d’Alessa est moins vacillant que tout à l’heure, revigorée par le froid et leur bain de minuit. Sa démarche a retrouvé une assurance à peu près sobre – plus pour très longtemps, quoi qu’il en soit. Le premier magasin où elles pénètrent est tenu par une vieille femme qui toise la jeunesse débauchée avec un air peu amène, désapprouve leurs mains entrelacées mais pour la première fois, la plus jeune ne lâche pas celle de son acolyte.

« Since you’ve got Funes’s memory and all – what’s the first thing you remember about me ? »

Elle désigne distraitement la bouteille de rhum arrangé à Gaeul – c’est le seul alcool qu’elle peut boire raide et elle ne se sent pas de s’encombrer avec du diluant. « Tu prends les tacos, je prends l’alcool », instruit-elle en ayant tôt fait de payer pour l’alcool et des Pockys en solde. La rue les retrouve comme une vieille amie et les enveloppe de sa chaleur moite, leurs cheveux dégoulinants sur leurs hauts sous les regards inquisiteurs des quelques passants. Alessa lève le nez au ciel, la main de son amante jalousement gardée dans la sienne, s’offre un moment de répit à ses questionnements perpétuels. « Tu connais bien la ville ? »
AVENGEDINCHAINS


† niña / hecha de maíz / dejame abrazarte / dejame tocar tu memoria / acuerdate cuando mordias por querer / aruñabas para sentir / manos Blancas apretando el timon / ‘yendo a 100 / hasta llegar / llorabas en tu silla preguntando:¿adonde puedo alejarme de mi?
Sin Gaeul


Voir le profil de l'utilisateur
♡ PUT YOUR TRUST IN ICE CREAM
AGE : 24
AVATAR : kang seulgi (rv)
POINTS : 0


NOUS A REJOINT LE : 18/05/2018


MESSAGES : 96


unfolding | gaeul&alessa Empty
(#) Sujet: Re: unfolding | gaeul&alessa   unfolding | gaeul&alessa EmptySam 23 Fév - 15:07

alessa & gaeul

i know you want me the most
want me in an altered state


Calme, comme les vagues qui échouent à quelques centimètres de leurs pieds. Calme, comme la musique qui leur arrive en murmures depuis le Camp Melted. Calme, et rassurée, parce qu’il y a des constellations dans les yeux d’Alessa et ça fait toujours battre son cœur un peu plus vite quand ainsi elle la regarde. Calme, pour l’instant, parce qu’elle sait qu’une fois seule l’illusion disparaîtra et toutes les frustrations vont revenir d’un coup. C’est fou, elle est toujours embêtée par toutes les conversations qu’elles devraient, mais n’ont jamais abordé, et il ne suffit qu’elle vocifère ses doutes pour qu’elle s’en sente embarrassée. Ce n’est même pas que la Péruvienne les minimise ; c’est qu’elle les ignore et s’entête à les esquiver. Et on dirait qu’un sourire de sa part suffit sans faille pour disparaître à chaque fois les rancunes.

« Tu sais, c’est putain de dur d’être énervée contre toi quand t’es adorable 24H/24. C’est chiant. » Elle ponctue sa déclaration d’une moue boudeuse, puis d’un petit cri alarmé parce qu’elle trébuche presque en mettant son pantalon, sautant sur un pied pour reprendre balance. Quand elle finit, elle se redresse et offre à Alessa un sourire fatigué. « Mais tu dois me promettre qu’on va en parler un de ces quatre. De nous. Parce qu’on en a vraiment besoin. Maybe once it’s daylight and you and i ain’t dead drunk ? C’mon, pinky promise me ! » Elle attrape son haut et se rapproche de la belle brune, son petit doigt tendu avec tout le sérieux du monde. (Elle ne s’empêche pas de récompenser sa bien-aimée d’un bisou furtif contre sa joue une fois le serment scellée.) « Thank you. You’re the absolute best. »

Gaeul est certaine d’avoir vu les cheveux bleu ciel d’Iseul quelque part dans la foule tout à l’heure, mais elle ne s’attarde pas trop là-dessus. Plutôt, elle attrape la main d’Alessa dans la sienne et entremêle leurs doigts tout naturellement. « You don’t have to be 15 to play truth or dare. You just have to be bored enough. » Elle roule les yeux et heurte l’épaule de sa copine avec la sienne, essayant de l’embêter un peu. A l’entrée, elle trouve un couple en train de make out contre sa voiture et décide qu’elles feraient mieux de ne pas déranger. Nulle n’est en état de prendre le volant, et elles ne sortent tellement jamais du trou noir qu’est l’appart d’Alessa que Gaeul a vite appris à apprécier les rares occasions où elles se retrouvent dehors ensemble. « Okay, then. Moi d’abord. Je choisis vérité car t’es littéralement satan’s spawn et je te fais zéro confiance quand t’es saoule. »

Il y a une boîte de Kellogg avec la tête de Freddie Mercury dans le coin de l’étagère et c’est la première chose que Gaeul remarque en rentrant dans le magasin, traînée par Alessa qui semble savoir exactement ce qu’elle cherche. Elle lâche un gros rire qui fait hisser la vieille dame à la caisse, et ce n’est que là qu’elle remarque la mine renfrognée de celle-ci. Elle se retourne et marche en arrière juste devant Alessa, ses yeux vacillant entre la Péruvienne et ladite vendeuse. « I so want a cereal box with my face on it. D’you think I can land a commercial even if I’m a dwarf ? » Enfin, elles s’arrêtent devant le rayon alcool et Gaeul en profite, ses iris brillantes de malice tant elle peut sentir le regard de la vieille dame sur elles. « Wait, wait. T’as quelque chose au coin de la bouche. » Si elle embrasse Alessa trop fort pour que ce soit publiquement acceptable, si elle le fait deux secondes trop longtemps, c’est tellement pas pour l’énerver. Nope. « Voilà. »

Assez étonnamment, elles ne se font pas chassées du magasin, et la vielle leur lâche enfin les baskets.

« Since you’ve got Funes’s memory and all – what’s the first thing you remember about me ? »

« Funes ? Who’s that ? » Elle prend le temps de s’indigner du fait qu’il y ait des couches culottes pour vieillards mais pas de Pringles dans ce foutu con-store avant de répondre. « I remember a lot of things from that day, actually. Like the colour of your shirt and name of the book you were holding. but like… i remember I had my period that afternoon and I was having the worst day ever and you didn’t even know me back then but you smiled this big ass smile and I just… » son sourire est timide, et elle sait qu’elle rougit comme une conne alors elle fuit le regard d’Alessa. « I’m kind of a bitch to everyone at school, and it threw me off guard you were nice to me. How ‘bout you ? » Elle attend qu’elles soient dehors (pcq la vendeuse tête grise les regarde comme si elles ont tué son chien ????) avant d’ajouter, « Hey, I know you hate it when i do so mais honnêtement ça me dérange pas du tout de payer quand on sort. You should be like Iseul and ask me for expensive wine chocolate for everytime I offend you. » Un rire. « She’s vegan so you can guess that happens quite often. Ok but your turn though, truth or dare ? Please pick dare. »

Au coin de la route, juste au pied du food-truck qui vend les tacos les plus unhealthy mais les plus bonnes qui puissent exister sur la face de la terre, il y a un petit chiot qui dort dans un petit carton et Gaeul veut presque pleurer à sa vue. « J’m’y connais assez pour pas me perdre, mais au pire we can come back when it’s daytime et on peut… explorer. » Elle traîne Alessa avec elle vers lui, s’agenouille mais n’ose pas trop le toucher par peur de le réveiller… ou de choper une maladie incurable. Elle regarde Alessa d’entre ses cils. « He looks hungry. Do you think dogs like Tacos ? »




AVENGEDINCHAINS



Altschmerz

n. weariness with the same old issues that you’ve always had—the same boring flaws.
Quispe Alessa


Voir le profil de l'utilisateur
♡ PUT YOUR TRUST IN ICE CREAM
AGE : 24
AVATAR : Son Wendy (RV)
POINTS : 0


NOUS A REJOINT LE : 18/05/2018


MESSAGES : 341


unfolding | gaeul&alessa Empty
(#) Sujet: Re: unfolding | gaeul&alessa   unfolding | gaeul&alessa EmptyLun 27 Mai - 22:29

gaeul & alessa

tell her : i have drunk the zephyr of your dark eyes, thus i am perpetually restless


Si elle s’était regardée, attardée un instant sur ce que Gaeul voyait en face d’elle, peut-être qu’elle l’aurait vu. Son sourire inconscient, ses yeux qui brillent et son envie de découvertes et d’aventure.  Si elle s’était vue, peut-être le choc aurait-il été suffisant pour la faire redescendre d’un coup – et elle préfère l’ignorer encore un peu. Savourer cet instant où elle est loin de tout, enveloppée dans la certitude que cet univers parallèle n’a aucune incidence sur le sien. Que demain, elle pourra retourner à son quotidien, entre les vapeurs de diverses substances et une gueule de bois bien marquée, sans que rien de ce soir n’ait compté. Sans que rien ne change. Quelque part en elle, elle n’est que trop consciente qu’elle blesse sa vis-à-vis à se rétracter au moindre rapprochement ; qu’elle est en train de la perdre avant même de l’avoir conquise et elle s’en repent, mais sûrement pas assez. « Mais tu dois me promettre qu’on va en parler un de ces quatre. De nous. Parce qu’on en a vraiment besoin. Maybe once it’s daylight and you and i ain’t dead drunk ? C’mon, pinky promise me ! » Si bien que lorsqu’elle croise le regard tout aussi brillant de Gaeul, cette innocence et cet enthousiasme qu’elle voit si rarement sur son visage fermé et sévère, elle n’a pas le cœur de lui dire non. Elle trouvera une excuse plus tard, s’en ira avant son réveil. C’est ce qu’elle a toujours fait.

Un baiser atterrit sur sa joue et elle sait qu’elle n’est absolument pas la meilleure en quelque catégorie où ça pourrait compter. Mais elle se rattrapera.

« Oh, so you’re bored, huh ? Freezing to death under the moonlight for no reason just wasn’t enough ? Aren’t you so dangerous. » Sa voix a retrouvé son ton normal, un peu trop fort pour le calme ambiant et elle se laisse porter à nouveau par l’alcool et le climat détendu. Elles se soutiennent mutuellement jusqu’à la première épicerie de nuit qu’elles trouvent. Le contact avec la réalité se fait de façon confuse et alternée dans son esprit – et elle repousse brièvement Gaeul lorsque celle-ci tente de l’embrasser, puis rit contre ses lèvres malgré elle. Ce soir rien n’a d’importance. Demain elle aura peur. « Keep it in your pants, you pervy teen, we’re in public. » Elle fait semblant de ne pas remarquer la main de l’aînée dans la sienne, leurs doigts entremêlés comme celles de gamines inconscientes et amoureuses. « Funes ? I told you about him a while ago, the first time you came to my place. He’s the one who died because his brain kept absorbing information and he had no outlet. »

Ses yeux parcourent les rayons, bouteilles rangées sous ses bras alors qu’elle les guide jusqu’à la caisse. Elle sourit distraitement pour elle-même lorsque la réponse de Gaeul, touchante, presque innocente, lui vient. « So you remember my smile, huh. Creep. Did you like my outfit ? » Elle se mord la joue pour retenir un plus grand sourire. « Le truc : j’étais nouvelle, t’étais le premier regard que je croisais, alors j’ai souri pour pas me sentir trop seule. Et peut-être que c’était un peu du flirt. » Elle s’interrompt lorsqu’elles passent à la caisse, et la Péruvienne se dépêche de sortir son porte-monnaie avant que Gaeul ne puisse prendre les devants. A sa tirade, elle lui répond d’un sourire oisif, puis élude le reste lorsqu’elle lui lâche : « You should tell her wine isn’t vegan. Mostly to fuck with her, but also cause it’s true. » Elles sortent aussi vite qu’elles sont rentrées et se dirigent vers le premier stand de tacos qu’elles trouvent. Alessa se renfrogne un peu : ce n’est pas des vrais tacos, ce ne sont même pas les vrais ingrédients et honnêtement, ceux-ci ont leur place en enfer avec les sushirritos et les pizzas au nutella, mais elle a trop faim pour faire valoir sa culture. « Fuck no. Truth. » fait-elle distraitement alors que Gaeul la traîne vers un carton. Elle est tentée de lui dire que ce n’est pas dedans que se trouvent les tacos, quand elle repère enfin la minuscule boule de poils blottie au fond de la caisse. L’animal au pelage noir les regarde et ses joues poilues se gonflent au rythme d’une respiration saccadée par le stress. Immédiatement, son expression miroite celle de Gaeul et elle est subjuguée par le petit animal frêle. Rapide inspection lointaine : « It’s a bit fat, it might be waiting for someone. » L’animal a une tache de poils plus clairs près de sa truffe, presque en forme de patte, et il les regarde avec un intérêt mêlé à la peur. « Hey, little guy. Want some taco ? » Sa voix est presque trop douce pour son timbre habituel. Elle tend sa main vers le chiot avec prudence mais délibération. « On prend deux tacos et on partage avec lui ? » L’ébriété est retombé un peu avec l’attention qu’elle porte à l’animal, mais celui-ci doit sentir l’alcool dans son haleine. . « You good with dogs ? I say we keep him until tomorrow, and then we can go and take him to a shelter or something. He probably belongs to someone. » L’odeur de tacos finit de réveiller le petit animal, qui s’est tassé dans le coin de son carton, méfiant.

« Unless you have to be back in Seoul tomorrow morning. Then I’ll stay a bit longer and take him to the shelter. »

Alessa s’est assise sans ménagement sur le bitume, regrettant à peine son jean sali et rayé par le sable. Elles partagent bien vite les tacos par terre, dans cette rue, sacs contre leurs poitrines et nourritures entre elles et le chien, qui accepte de manger avec une défiance toujours évidente. « On devrait demander au monsieur du taco s’il sait ce qu’il y a avec le chien. Tu sais comment demander en coréen ? » s’enquiert-elle distraitement en finissant sa bouchée. Elle la fait passer avec à peine d’alcool – elle ne veut pas retomber tout de suite. « Hey, I haven’t asked you. Truth or dare ? »
AVENGEDINCHAINS


† niña / hecha de maíz / dejame abrazarte / dejame tocar tu memoria / acuerdate cuando mordias por querer / aruñabas para sentir / manos Blancas apretando el timon / ‘yendo a 100 / hasta llegar / llorabas en tu silla preguntando:¿adonde puedo alejarme de mi?
Sin Gaeul


Voir le profil de l'utilisateur
♡ PUT YOUR TRUST IN ICE CREAM
AGE : 24
AVATAR : kang seulgi (rv)
POINTS : 0


NOUS A REJOINT LE : 18/05/2018


MESSAGES : 96


unfolding | gaeul&alessa Empty
(#) Sujet: Re: unfolding | gaeul&alessa   unfolding | gaeul&alessa EmptyJeu 11 Juil - 13:59

alessa & gaeul

i know you want me the most
want me in an altered state


Se fier à l’optimisme bénéfique d’un verre de booze, pendant ce soir au moins, la rend sûrement plus… plaisante.

Sûrement.

Gaeul est d’habitude trop distraite par ses pensées-peurs pour jouir des bons moments avec Alessa, habituée à voir le mal partout pour éviter les déceptions. (Il est possible que les choses ne soient même pas aussi compliquées qu’elle les pense ; après tout, la Péruvienne n’a pas l’air de trouver défaut à leur situation actuelle.)

C’est juste plus facile d’ignorer le tout après deux verres de suite.

Un drôle de bruit éclate dans sa gorge, mais Gaeul ne rigole pas vraiment. Ses sourcils haussent. « So are you saying i could be living the life like Funes and die of… overstimulation ? Ton suggestif, yeux pleins de malice. Are we going to test that theory anytime soon, hm ? » L’idée la laisse avec un gros sourire et deux joues rosies. Iseul n’a pas tort, elle est tel un adolescent qui s’est trouvé une petite-copine pour la première fois et honnêtement – not her best look. C’est bien qu’elles soient assez confortables pour rire de ça, un peu moins qu’elles soient dehors là tout de suite, et non dans la chambre d’Alessa. Pire qu’elle n’arrive pas à gérer ses impulses.

« So you remember my smile, huh. » « Mais oui. » « Creep. Did you like my outfit ? » Une moue boudeuse très vite troquée pour un sourire taquin lorsqu’elle croise le regard acéré de la caissière. Juste pour l’emmerder elle dépose une main sur la taille d’Alessa, se rapproche d'elle. « I wasn’t being creepy, stop being mean to me. But yes, you usually make every outfit look good. » Les compliments lui sont tout d’un coup faciles. L’alcool, elle suppose, mais elle aime bien complimenter Alessa, aime bien la voir sourire timidement, déteste la voir suffoquer sous le jugement des autres. Et elle le fait assez souvent – surtout par besoin égoïste d’exprimer son affection. « Oh Iseulseul isn’t vegan. I call her that to insult her. You know, like when you call someone an idiot, or a Trump supporter. » Blague-t-elle, à moitié sérieuse. Dehors, il ne fait pas froid mais frais ; son t-shirt et son jean se collent désagréablement à elle comme une seconde peau, et c’est pathétique que même ça n’ose pas lui ôter le sourire tant Alessa reste à ses côtés. « Vérité. Okay, hmm lemme think, » elle regarde vers le ciel, pensive un petit moment. Honnêtement, Gaeul curieuse de tout à son sujet. Elle décide d’y aller mollo. « Did you ever think we’d end up being friends ? Like, despite my attitude and my family's rep. On n’est pas exactement éco-socio-friendly et je ne suis pas bien meilleure que mes parents. » En vrai, c’est une pensée récurrente – est-ce que vraiment elle est appréciée par ses proches, malgré son background et sa personnalité très… lourde ? Meh. Au moins elle connaît Alessa assez pour savoir qu’elle ne serait pas là si c’était le cas.

Le petit choit qu’elles trouvent – boule noire, yeux étoiles – a le cœur de Gaeul en moins de deux. Chaque souffle qu’il prend lui extirpe un petit ‘aww’ tout bas, mais Alessa n’est pas moins affectée qu'elle. Les deux filles, au lieu d’aller commander leur post-diner snack, restent là à le regarder encore un peu. « Stop judging it, it’s not fat, it’s perfect. » La phrase vaguement récapitulative d’un motivational poster h&m collé à l’entrée de sa salle de gym préférée, Gaeul grimace. « Ignore the fact that I just said that. Again. » Elle n’ose pas trop le toucher comme Alessa, alors elle la regarde avec envie lorsqu’elle tend une main. Pas qu’elle en a peur; elle ne veut pas que lui ait peur d'elle, justement. « I’m not sure Paww likes tacos, but yes, maybe we should still offer ? » C’est une question plus que ça n’est une réponse – mais Alessa semble mieux s’y connaître en doggo qu’elle, alors quand celle-ci demande « You good with dogs ? » Gaeul glousse un ‘non’ assez aigu pour que la petite boule noire la regarde, curieux. « Sorry, » répond-elle au chien, comme à sa compagne. « Mais j’aimerai bien, uh, m’assurer qu’il arrive jusqu’à son maître, ou au moins au shelter, comme tu dis. »

En vrai, elle a cours assez tôt mais entre regarder un vieux de soixante-dix toute la matinée et regarder le chien être cute avec alessa, le choix est vite fait. Quand il s’agit de chiens (de chienset d’alessa) le choix est toujours vite fait. Gaeul, qui a fréquenté les plus grands des restaurants dans les plus grands des pays, n’est même pas surprise qu’elle préfère être là, assise par terre à discuter de chiots et manger des trucs-à-cancer que là-bas. Fuck, that’s really fucking sappy. Elle oublie distraitement de donner à Paww (elle a décidé que c’est son nom à présent) à manger et la petite boule aboie, son petite museau posée sur le mur en carton de sa petite maison. « you hungry huh ? » roucoule-t-elle, tenant un bout de viande du coin de ses doigts parce qu’elle n’a pas peur de se faire mordre du tout. « hé, d’you think it’s a male, or a female ? » elle demande distraitement, voulant complimenter Paww mais n’ayant aucune idée de si elle devrait dire good boy ou girl. Quand elle se relève, elle a l’impression de peser deux kilos de plus avec son jean mouillé, pourtant beaucoup plus légère ici qu’elle ne l’était seule dans son appart à bouder le silence radio d’Al, ou encore la fête. « I’ll ask, » annonce-t-elle à la brunette, supportant à peine l’envie de se pencher et déposer un baiser contre ses lèvres.

(Le stand de tacos n’est pas trop fréquenté. Elle pourrait.)

Finalement, il s’avère que c’est un chien abandonné par un jeune couple qui a déménagé la semaine dernière. Elle se retient de demander pourquoi le chef du stand n’a pas pensé à l’emmener à un refuge, or wherever, mais elle ne veut pas causer une scène. Elle se contente de payer avant de revenir vers ses deux gosses préférés. « So that good news are that we finally know Paww’s a gud boi, » dit-elle, offrant à Alessa un papier pour mieux s’essuyer la main. « bad news are, c’est un chien abandonné. Young couple who moved out or something like that. » Elle s’accroupit, sourire aux lèvres quand le chiot se replie au début, puis se rapproche curieusement. « What do we do know ? »

Son cœur peine à l’idée de l’abandonner.

Elle force son regard ailleurs, posant sa tête contre son genou pour admirer la belle biologiste. « Also – dare, since you’re a pussy. »




AVENGEDINCHAINS



Altschmerz

n. weariness with the same old issues that you’ve always had—the same boring flaws.
Contenu sponsorisé


unfolding | gaeul&alessa Empty
(#) Sujet: Re: unfolding | gaeul&alessa   unfolding | gaeul&alessa Empty
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ALESSA ➽ feel the rythm
» Max & Alessa ¤¤ Set fire to the rain
» Les Chroniques d'Alessa
» You reek of freedom and it makes my skin crawl ▬ ALESSA

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: reste du monde :: Globe Terrestre :: Reste de la Corée :: Sokcho :: Plage de Sokcho
Sauter vers: