▲ up▼ down
tout le monde veut devenir un cat ((mimi))



 
HEP POTO, tu veux devenir un king de la roulette ? No prob, viens jouer à la Roulette juste ici !
LIPSTICK CHATEAU WINE BIT COOOOLOR ♪ La voilà, la famosa MAJ d'automne qu'on attendait tous !
VIENS PAR ICI, c'est tout plein de douceur et de caramel just for u ♥️
Wingardium Leviosa ! un peu de rêve et de magie, ça te tente ? viens vite T'INSCRIRE A L'ECOLE DES SORCIERS ♥️
NOUVEAUTÉS SUR HM ! Découvre les défis et nos semaines à thème : keur:
Tu entends ces hurlements, tous les soirs ?? what sors chasseur, pars à la chasse de Arcana la sorcière à mettre sur le bûcher !


Partagez | 
avatar
AGE : 21 AVATAR : kim taehyung (v ; bts) POINTS : 290

NOUS A REJOINT LE : 09/08/2016

MESSAGES : 6612

MODETTE DOUCE ✺ LITTLE YANG BROTHER — I'M DUMBER ❥ UP TO THE LAST DROP
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t126-yang-noam-noamasorusrex

Message(#) Sujet: tout le monde veut devenir un cat ((mimi)) Mar 10 Juil - 21:12

tout le monde veut devenir un cat
ft. mimi jolie  

oh yeah ! ※※※ « Mamaaaaaan ? ». Ça fait trois fois et toujours pas de réponse. « Moooooooooooom ?! ». Toujours rien alors que j’hurle à plein poumons, le visage devenant rouge de tenir la dernière note jusqu’à manquer de souffle. Ça me soûle d’autant plus que je l’ai croisé dans le salon y’a moins de cinq minutes, elle peut pas disparaître en si peu de temps non ? Je veux bien qu’elle ait des sortes de pouvoirs qu’on confère aux mamans mais pas celui de s’évaporer en un claquement de doigts. Dernière tentative avant de descendre vérifier que je suis pas en train de revenir un remake de film d’horreur. « YANG FUU- !Don’t you dare young man !!! ». Elle me fait sursauter comme un chat apeuré, les sourcils froncés dans une moue désapprobatrice, prête à abattre le courroux maternel sur le coin de ma tronche. Au moins, ça aura eu pour effet de la faire monter à l’étage ! « Qu’est-ce que tu veux fils indigne ? » qu’elle me demande appuyée contre l’encadrement de la porte, style yakuza des années quatre-vingts. Elle en a pas l’air comme ça mais ma mère a la main lourde. Je dis pas qu’on se faisait souvent frapper, c’était même très rarement le cas parce que le simple ton qu’elle employait, suffisait à nous faire sentir qu’on allait en prendre pour notre grade. « Tu sais où on a rangé les affaires de Pumpkin quand il était encore tout petit ? Son biberon et son vieux panier ? ». Elle me regarde en soulignant qu’évidemment qu’elle le sait puisque c’est elle qui a tout rangé. Pour faire passer la pilule, je fais claquer un énorme bisou sur sa joue quand elle passe à côté de moi pour m’excuser d’être un méchant fils.

Les cinq minutes promises à Mimi s’écoulent plutôt en trente longues minutes avant que je n’arrive chez elle après avoir pédalé comme un fou. Je suis à deux doigts de faire une syncope quand elle m’ouvre, les poumons enflammés et le yoyo dans la tête. « J’suis … là ! », comme si ma présence était pas suffisante pour lui faire comprendre. « J’suis passée chez ma voisine, comme je sais qu’elle a élevé des chatons y’a pas très longtemps pour lui demander s’il lui restait du lait, elle m’a tout donné quand j’lui ai dit qu’on en avait cinq ! » que j’lui annonce une fois mon souffle retrouvé. Elle m’invite dans le salon où elle a construit un gros nid douillé aux chatons qui miaulent à tue-tête. S’en suit un tas de bruits indescriptibles de ma part quand je m’approche pour voir leurs petites bouilles adorables. « Ils sont vraiment trop mignons ! Et tout petits ! Tu les as trouvés où ? Ils étaient dans un carton ? Qui a pu les laisser tout seuls les pauvres petits … ».

◊◊◊

do you know ? ♒︎ you can break my heart in two but when it heals, it beats for you i know it's forward, but it's true won't lie, i'd go back to you. i wanna hold you when i'm not supposed to. i know i'd go back to you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

Message(#) Sujet: Re: tout le monde veut devenir un cat ((mimi)) Ven 20 Juil - 18:07

tout le monde veut devenir un cat
ft. noamour  

T'as vu t'as vu t'as vuuuuu ce sont les plus mignonnes petites créatures du monde— Non, de la galaxie… non ! De tout L'UNIVERS ! Je sautille de bonheur un peu partout, je me sens pousser des ailes. La cutance absolue a le pouvoir de me donner des ailes et à un trop grande intensité l'effet devient même dangereux, un peu comme si j'avais de l'alcool dans les veines ou des boissons très très sucrées qui font bouillir l'hémoglobine, le tout sans même avoir avalé une goutte.
Maman Aecha n'arrête pas de m'éventer quand je passe près d'elle, pour « me calmer », qu'elle dit, mais quand je lui attrape les bras pour la faire tourner et danser avec moi elle éclate de rire, et c'est la plus agréable des mélodies.

Ça va mieux entre nous depuis notre discussion entre six yeux (elle, Minie et moi) durant laquelle je leur ai promis que cette fois je me reprenais en main, sans que personne n'ait à me forcer.
Mieux, mais la confiance est dure à rétablir, le naturel à retrouver, la complicité à renouer ; et c'était encore un peu étrange, comme marcher sur des dizaines d'œufs instables qui menacent de s'écraser à tout instant ou de rouler en nous renversant au sol dans la foulée. Jusqu'à l'arrivée des chatons.
Ils sont magiques, c'est certains ; ils ont ramené la joie de vivre dans ma maison !
Du moins j'y ai cru, jusqu'à ce que maman assène : c'est pas tout, mais il va falloir leur trouver des maîtres, tasse de thé en main, alors qu'ils tentaient de grimper le long de son bas de pyjamas. J'ai eu beau supplier encore et encore, elle refuse d'envisager de tous les garder.

« Ils sont vraiment trop mignons ! Et tout petits ! Tu les as trouvés où ? Ils étaient dans un carton ? Qui a pu les laisser tout seuls les pauvres petits … » Je vais te raconter ! Mais d'abord mon Noamour, conseil de guerre ! Je chuchote d'un ton pressant en l'attrapant par le bras pour l'emmener avec moi jusqu'au QG où sont cachés les chatons : un nid douillet dans un coin du salon, tout autour duquel j'ai monté une tente pour mon meilleur ami et moi. J'en referme les pans derrière nous avant de m'installer tout contre lui même s'il fait vraiment beaucoup trop chaud. J'ai encore les yeux humides des larmes de crocodile versées avant son arrivée. Maman elle dit qu'on doit tous les donner. Touuus, elle veut même me laisser en garder un, je fais la moue, déconfite. Je sais qu'elle dit que je ne saurais pas m'en occuper ; elle a toujours été certaine que, si on me confiait des animaux, je voudrais m'amuser à leur mettre des petits vêtements, à les emmener partout avec moi, à leur donner des bonbons, du chocolat, du coca, et qu'ils finiraient par mourir d'une indigestion. Puis que je finirais par vouloir me laisser mourir de désespoir après eux.

C'est grotesque. Tout à fait irréaliste et pas du tout moi.

Il faut qu'on la convainque que je suis très responsable et raisonnable, tu veux bien m'aider ? je plaide ma cause en tirant sur son bras, puis en lui claquant plein de bisous sur la joue et dans le cou. Si elle nous voit nous en occuper trop trop bien je suis sûre qu'elle changera d'avis ! Le plan d'attaque est simple : on leur donne le biberon, on les réchauffe, on leur fait des câlins… et c'est tout bon !
Et , trahison disgrâce, maman écarte l'ouverture de notre QG secret pour passer la tête à l'intérieur de la tente. Tu as oublié de mentionner les visites chez le vétérinaire, le paiement des vaccins, la vermifugation, les traitement anti-puces, sans parler de leur hygiène, des personnes auxquelles demander d'en prendre soin à chaque fois que tu décideras sur un coup de tête de partir à l'aventure— oh et, mon cœur, la litière, qui s'en chargera ? Son index pointé vers moi et son air mesquin veulent dire « toi », alors je contre-attaque en geignant Faut pas pointer du doigt, c'est pas gentil ! En plus quand t'en as un pointé vers moi, y'en a trois vers toi et c'est toi qui perds ! Elle range vite le doigt dont elle usait pour me narguer, et s'en va en disant que je peux toujours courir si j'espère me délester de cette tâche en la lui laissant sur le dos. Un silence règne brièvement après son départ, puisque je boude, mais les chatons sèment du bonheur au creux de mon ventre— ils trébuchent sur leurs petites pattes maladroites, roulent sur eux-mêmes, essayent de grimper les uns sur les autres, miaulent pour avoir de l'attention, et l'un d'eux attrape l'auriculaire de Nono, hissé sur ses pattes arrières pour en lécher le bout.

Ils doivent avoir tellement faim, nos pauvres petits bébés, je les plains en en prenant un au creux de mes paumes pour frotter mon nez contre le sien, tout en douceur. Maman dit d'éviter la proximité tant qu'ils n'ont pas été traités, mais comme j'ai du mal à m'en tenir éloignée, elle a promis de faire venir son amie vétérinaire tout à l'heure. On s'extirpe de notre cachette secrète-pas-si-secrète pour s'occuper du lait maternisé déshydraté que mon SuperNono a emmené. Je réunis ce qu'il nous faut, et pendant que ça tourne au microondes, on se hisse sur le comptoir pour s'y asseoir (la table et les chaises, c'est pas très très marrant). Tout a commencé hier soir, quand avec Yuta on est sortis de notre réunion— on s'était assis à côté du papi, tu sais, celui qui parle en dormant et qui rêve qu'on lui serre des verres de soju ! Mais si, je t'avais raconté. Et à un moment il est tombé de sa chaise, et les pompiers sont venus le chercher pour l'emmener à l'hôpital. Je crois qu'il avait beaucoup trop bu dans son sommeil et que son corps n'a pas supporté. Enfin bref, on est partis plus tôt, sur mon fier destrier Khan, alors on s'est dit : et si on partait en escapade au bout du monde ?? Mais malheureusement ma moto est tombée en panne en chemin. On a dû refaire touuuuut le trajet en sens inverse, à pieds, en la faisant rouler à côté de nous, et la laisser dans le garage pour que Minie vienne l'ausculter au matin. L'appareil nous rappelle à l'ordre, signale en trois bip qu'il a achevé sa tâche, et je suis Nono à la trace lorsqu'il récupère le biberon et se fait couler une goutte de lait sur la main pour vérifier la température. c'est tout bon ? Attends, je vais en prendre un ! Je file au salon comme une tornade, pour récupérer l'un des chatons et l'amener à la cuisine. Mieux vaut que les autres ne le voient pas manger, ils seraient tout tristes et se disputeraient pour en avoir aussi. On les prendra chacun leur tour d'accord ? Oh, où j'en étais ? Ah oui ! Au moment de rentrer j'ai vu un carton retourné en pleiiiin milieu de la chaussée. Tu te rends compte ? Et il bougeait tout seul. Prince Yuta a dégainé son épée invisible et son bouclier de courage, poings dressés pour découvrir le monstre qui se cachait à l'intérieur de la boîte— Je mime les mouvements tout en les décrivant, me suspends en pleine action : et ! On a entendu des miaulements. On les a vite vite vite enlevés de la rue. Yuta dit que c'est sûrement un gens maléfique qui les avait placés là pour qu'il leur arrive malheur, mais je peeeense que peut-être ils étaient dans le coffre d'une voiture et que la portière était mal fermée alors ils sont tombés.

C'est pas que je ne sache pas que les gens peuvent être cruels— mais je refuse. Je ne veux pas savoir, je ne veux pas voir, je préfère croire et tant pis si on me pense naïve. Le monde est moins triste, quand on porte un ruban étoilé sur les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AGE : 21 AVATAR : kim taehyung (v ; bts) POINTS : 290

NOUS A REJOINT LE : 09/08/2016

MESSAGES : 6612

MODETTE DOUCE ✺ LITTLE YANG BROTHER — I'M DUMBER ❥ UP TO THE LAST DROP
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t126-yang-noam-noamasorusrex

Message(#) Sujet: Re: tout le monde veut devenir un cat ((mimi)) Mar 9 Oct - 14:47

tout le monde veut devenir un cat
ft. mimi jolie  

※※※ Je vois la moue que fait Tata Aecha alors que j’entre à l’intérieur de leur appartement. Elle m’envoie un tas d’éclair, le nez relevé, la bouche tordue et tout ça, je le traduis par « fais attention à ce que tu dis » mais je fais mine de ne pas avoir compris ses menaces avant que Mimi ne m’entraîne à sa suite, tirant les draps derrière moi. Le complot peut commencer. « Maman elle dit qu'on doit tous les donner. Touuus, elle veut même me laisser en garder un. Il faut qu'on la convainque que je suis très responsable et raisonnable, tu veux bien m'aider ? ». Je me souviens quand on a vu Snow pour la première fois, j’avais jamais été un gamin capricieux et colérique même cette fois-là, devant son petit museau et son pelage boule de neige, je savais qu’il fallait qu’on le ramène à la maison. Il devait faire parti de notre famille et personne ne me ferait changer d’avis. Pas même maman. Elle avait sa tête de penseuse et à la façon dont ses sourcils s’étaient rejoins sur son front, j’avais compris qu’elle allait dire non. Alors je m’étais enfui, étais rentré dans la première cage libre pour refermer la porte à clé derrière moi. Si Snow repartait pas avec nous alors moi non plus. Il leur a fallu une bonne dizaine de minutes avant de me trouver, vingt de plus pour me faire sortir de mon trou après que Maman ait accepté de ramener Snow à la maison (le responsable avait refusé de couper la cage avec des pinces et j’étais le seul à avoir la clé du cadenas).

Alors s’il fallait que je m’enferme à nouveau pour que Mimi puisse au moins garder un chaton, j’étais prêt à le faire. Et même si Tata avait déjà négocier avec les pires criminels, je me laisserai pas faire. « – Si elle nous voit nous en occuper trop trop bien je suis sûre qu'elle changera d'avis ! Le plan d'attaque est simple : on leur donne le biberon, on les réchauffe, on leur fait des câlins… et c'est tout bon !T’as appelé la bonne personne » que je lui dis en tirant sur mes bretelles imaginaires, « j’suis devenu un pro avec Snow et Pumpkin ! Faut pas oublier qu’un animal, c’est comme un petit humain mais avec des poils et qui marche à quatre pattes. Faut toujours s’en occuper et bien les dresser ! ». Je m’apprête à lui parler de tout ce qui est un peu moins drôle, comme la litière, les vaccins et tout le reste quand Aecha passe sa tête dans notre cachette. « C’est une réunion secrète à laquelle tu n’as pas été convié ! Le secret professionnel, tu connais pas ?! ». Malheureusement avec Tata, je serais toujours le fils de sa meilleure, celui à qui elle a changé les couches y’a des années et elle se fait toujours un malin plaisir de me le rappeler avec son rictus en coin, le genre qui dit « je t’ai vu tout nu avec ta petite saucisse ». C’est perturbant parce que chacun de mes arguments tombent à l’eau sans même avoir décollés d’un centimètre. C’est sûrement un truc de maman encore.

Ça laisse Mimi les joues gonflées, le menton boudeur et les bras croisés sur sa poitrine. « T’en fais pas, on arrive à la convaincre que tu peux t’occuper d’un chaton. Moi j’en suis persuadé et aussi que l’une de ces boules de poils serait la plus heureuse avec toi comme maman ! ». Bisou sur le front pour lui effacer la contrariété qui creuse sa peau de petits sillons. « C’est pas toi qui disais qu’il fallait pas bouder parce que ça faisait des rides ? ». J’appose mon doigt à l’endroit où mes lèvres se sont apposées quelques secondes avant. « Sourire magique ? » que j’lui demande en lui montrant toutes mes dents, les gencives apparentes. Elle reproduit le même qui se transforme en écume de rires.

On s’échappe de notre QG sur la pointe des pieds, longeant les murs tels deux ninjas expérimentés pour éviter de croiser encore une fois la route du super flic. On s’attelle pour nourrir les chatons tandis que Mimi me raconte toute l’histoire de la veille. Mimi je me suis toujours dis qu'elle ferait une conteuse d'histoire vraiment géniale. Je l'imagine dans son coin de bibliothèque, entourée d'enfants pendus à ses lèvres, leurs petits yeux écarquillés, le silence perturbé par leurs petites vocalisations de surprise. Je sens mon visage qui se contorsionne au fil de son récit et c'est seulement le bip du micro-ondes qui me ramènent au moment présent. Elle s’éclipse de la pièce et revient avec un chaton entre ses bras, tellement petit qu'il pourrait tenir rien que dans une seule main. Elle poursuit son récit tandis que je m'occupe de nourrir le premier petit. Il doit mourir de faim vu comment il se jette presque sur le bout en caoutchouc.

« Je comprends pas comment on peut laisser des animaux sur le bord de la route ... y'a tellement d'endroits plus adaptés pour ça, les gens sont vraiment cons » que je vocifère les sourcils pressés entre eux alors que je récupère le biberon pour les chatons. « C'est presque une chance que ta moto soit tombée en panne ! Sinon vous les auriez peut-être pas trouvé, t'es leur sauveuse Mimi ! Wondercatwoman ! Et grâce à toi, ils sont en sécurité maintenant ». Le chaton a les yeux clos d'avoir trop mangé. Il a l'air d'avoir un petit sourire sous ses petites moustaches tachées de lait. « Regarde le ! Ça c'est un chaton bien heureux ! ». Je lui redonne le chaton pour qu'elle aille le poser dans un autre panier, pour être sûrs qu'on donne pas à manger deux fois au même et revient une nouvelle fois les mains pleines mais avant qu'elle ait eu le temps de riposter, je lui fourre le biberon entre les mains. « A toi maintenant ! C'est ton premier test pour voir si tu ferais une bonne maman chat ! ». J'en suis sûre qu'elle saura bien s'en occuper mais c'est à Aecha qu'il faut le prouver.

Cinq autres chatons plus tard et pendant qu'ils sont en train de dormir les uns entassés sur les autres, au point qu'on arrive plus à en distinguer tous les museaux, Mimi et moi, on est par terre, presque épuisés d'avoir dû s'occuper de la petite marmaille. Elle a un bébé encore sur les genoux, il arrêtait pas de miauler pour qu'on le prenne et visiblement, y'avait que Mimi pour l'arrêter. « Je crois que c'est lui qui t'a adopté, il veut plus te lâcher ». Son petit corps se soulève au rythme de sa respiration, les pattes entortillées autour de l'index de Mimi.

« Dis ... », j'attends que ses grands yeux se détournent de la boule de poils pour se poser sur moi mais dès lors, je sens que la question m'échappe. Je sais pas si j'ai le droit de lui demander, même si elle aura envie d'en parler avec moi. Mais j'ai envie de savoir, de comprendre pourquoi. « Y'a une question que j'ai envie de te poser depuis un moment maintenant mais je crois que j'ai jamais eu le courage de le faire ... tu vois j'suis pas un prince très vaillant ». Je cache ma gêne derrière un rire qui ne fait que traduire le chaos sous ma poitrine. Mais sa main sur la mienne m'encourage à le faire, à délier le bout de ma langue pour enfin lui demander : « Pourquoi la drogue ? Enfin je veux dire ... je voudrais comprendre ... pourquoi ... ». Mes mots sont maladroits et je me sens soudain tout petit. Aussi petit que le chat endormi sur les genoux de Mimi.

◊◊◊

do you know ? ♒︎ you can break my heart in two but when it heals, it beats for you i know it's forward, but it's true won't lie, i'd go back to you. i wanna hold you when i'm not supposed to. i know i'd go back to you.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: tout le monde veut devenir un cat ((mimi))

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
tout le monde veut devenir un cat ((mimi))
 Sujets similaires
-
» tout le monde veut devenir un cat. parce qu'un chat quand il est cat, retombe sur ses pattes [21/03/12 à 13h50]
» Tout le monde, tout le monde veut devenir un cat [Modifications effectuées]
» ☼ Because I'm a Lady — Tout le monde veut devenir un Cat!
» Tout le monde s'en fout...
» DSL tout le monde


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: