▲ up▼ down
l'étoile a pleuré rose (+) liu ♡



 
HEP POTO, tu veux devenir un king de la roulette ? No prob, viens jouer à la Roulette juste ici !
TOO KOOL FOR SKOOL ♡ 26ème maj qui scintille dans nos coeurs comme la mer d'automne
CLIC ICI pour faire péter les news de la rentrée ♥️
Splash dans ta face, tu connais le jeu ? Cours vite te fendre la poire SUR UNE MÉGA BATAILLE D'EAU ♥️
ALLONS-Y ALONZO POUR MISS ET MISTER PLAYA 2018 ! Par ici la bleusaille !


Partagez | 
avatar
Invité
Invité

Message  Sujet: l'étoile a pleuré rose (+) liu ♡     Lun 2 Juil - 16:02



l'étoile a pleuré rose
hold me like you never lost your patience


Quelque part, Lijuan s’était souvent senti en symbiose avec le ciel, ses émotions en nuages éclatés dans l’atmosphère – les nimbus lui rient au nez et cachent à sa vue les silencieuses nébuleuses, confidentes auxquelles l’enfant criait sa peine. Elle se nourrit d’astres autant qu’elle leur hurle ses tourments, dans le mutisme rassurant des nuits dégagées ; et la lune asservie à ses penchants népotistes semblait l’auréoler d’une lumière tendre, maternelle. La fée s’abreuve chaque nuit des éclats nocturnes, baignée dans la lueur crépusculaire comme une sirène au creux des océans – pourtant le réconfort qu’elle cherche, l’absolution qu’elle peine à atteindre lui semble inaccessible par le biais de l’univers, comme si les étoiles chuchotaient à ses oreilles qu’elle n’était pas seule, qu’il lui suffisait d’ouvrir les yeux pour accéder à quelque forme de félicité, si éphémère soit-elle.

Alors elle s’était promis de conter ses affres aux plus offrants, de murmurer sa peine contre l’hélix de quiconque saurait l’accueillir dans une étreinte apaisante. Ça avait commencé le jour de son anniversaire, au détour d’un voyage inopiné et d’une poignée de confessions adorables – aujourd’hui elle inflige à la pulpe de ses lèvres des morsures saturées de nervosité, inquiète à l’idée de devoir affronter des regards désapprobateurs, d’être à son tour responsable du poids séculaire que tous ses frères semblent transporter.

C’est vers toi qu’elle ose se tourner, le cœur débordant de suffisamment d’amour pour qu’elle s’estime prête à supporter le rejet ; assise sur le plan de travail, entourée de quelques couteaux sales et d’un ou deux morceaux de pain rassis. Pourléchant ses lippes sans réellement oser croiser ton regard, l’enfant-fée cherche ses mots, la gorge congestionnée par un trop-plein de secret – elle songe un instant à fourrer la main dans son sac de bonbon, ne serait-ce que pour apaiser les démangeaisons insupportables picotant le long de ses bras, de ses jambes, de sa nuque. Pourtant elle n’en fait rien, se contentant de se tordre les phalanges comme une gamine fautive.

« Liu… J’ai quelque chose à te dire. »

La nuit avait été passée à confectionner un discours des plus efficaces, mais la faiblesse l’avait poussée à grignoter une poignée de friandises, effaçant de sa mémoire déjà fragile toute forme de texte préparé. Et la voici poussée à l’improvisation, mise à nue et intimidée par la peur de décevoir.

« Tu sais, les bonbons que je mange tout le temps ? Ils sont un peu… Différents de ceux que je donne. C’est pas pour rien que je les fais moi-même, tu vois ? C’est moins cher, théoriquement, mais… Pas que. »

Et Lijuan avait usé de ses propres revenus pour se procurer du kit-kat, justifiant la faiblesse de ses payes par un manque d’efficacité – on avait caressé sa tête, lui avait ronronné que ce n’était rien, qu’on se débrouillerait autrement. Mais la vérité était toute autre, et si mentir à sa famille avait laissé sur sa langue un arrière-goût des plus amers, elle avait su s’en séparer en y collant le parfum fruité d’une nouvelle demi-douzaine de bonbons faits maison.

« J’ai quelques problèmes, j’en avais quand… Quand on est arrivés, et y a des amis de Jinwoo qui m’ont proposé une solution. »

Ses petits doigts se fraient un chemin au creux de ses poches et elle en dégaine un gros sachet, la poudre blanche laissant peu de place à l’imagination – cachée en sucre glace, dissimulée dans des fruits confits et des gâteaux qu’elle seule dégustait, sous l’œil innocent de sa famille, de ses amis.

« J’avais peur, tu sais ? D’être triste, parce que vous l’êtes tous. Vous l’êtes tout le temps, et… J’avais l’impression qu’en l’étant moins, je vous aiderais, vu que je peux pas faire grand-chose de plus. »

La voix est rauque d’avoir trop longtemps chanté ses maux aux novas discrètes, et ses yeux enfin se plantent dans les tiens – l’onyx fait face au bort et ses joues rougissent de traînées de larmes salées, gouttes emphatiques quand la pression tombe, quelque part, de s’être enfin confessée. L’enfant serre fébrilement le tissu de son t-shirt, qu’elle aura probablement volé à l’un d’entre vous. Epaules agitées des soubresauts de ses sanglots, l’arrivée d’air corrompue par tous les poids amassés dans le fond de sa gorge.

« Désolée, Liu. » Murmure étranglé, et ses yeux se baissent, ses épaules s’affaissent.

♡ ♡ ♡
MACFLY
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AVATAR : kim jong dae (chen, exo). POINTS : 0

NOUS A REJOINT LE : 22/09/2017

MESSAGES : 226

∵ HOE SUPRÊME
Voir le profil de l'utilisateur

Message  Sujet: Re: l'étoile a pleuré rose (+) liu ♡     Sam 14 Juil - 17:24



l'étoile a pleuré rose
ready to face whatever life sends


Il te faut parfois revenir aux sources, prendre un peu de temps loin du quotidien souvent effréné et de ton train de pensée inapte à se complaire dans le silence. Nuit en terrain connu, le réveil presque étranger par le calme ambiant drapé sur les murs. Solitude absolue inexistante qu’importe le lieu, chevelure blonde juchée sur le comptoir de la cuisine que tu salues rapidement avant de vaquer à tes occupations matinales. Tu reviens vite dans le périmètre, porte du frigo ouverte pour exposer le plat fermé sur lequel est apposé un post-it avec ton prénom. Un avantage face au favoritisme, fruit préféré conservé en retrait pour le simple plaisir de tes beaux yeux et tu prends appuies contre un autre bout du comptoir pour savourer ton esquisse d’un repas à mains nues.

Une scène aux allures externes apaisantes, tranquilles. Celle digne d’un frère et sa sœur qui ne ressentent pas forcément le besoin de combler le silence pour vivre avec aise, mais l’atmosphère pèse. Une lourdeur subtile, qui s’effleure du bout des doigts tandis que ton regard l’observe. Oiseau de proie, tu ne dis pourtant rien, mastiquant en silence en étant persuadé que Lijuan finira par ouvrir la bouche. L’instinct ne trompe pas, les mots tombant, déchirant le mutisme et te poussant à cesser de manger afin de prêter une meilleure oreille à la suite. L’intuition fraternelle ne commet pas d'erreur, elle flaire l’anormale avant même qu’il ne se déploie. Sur le coup, tu ne fais que froncer les sourcils en ne saisissant pas la gravité de la chose. Inconnu de ce monde parallèle, ta faiblesse résidant dans les liquides alcoolisés sans pour autant pouvoir être pointé du doigt comme étant un sérieux problème. « Pas que ? » Il y a aussi cette part qui se refuse de comprendre. Cette âme de frère qui ne veut pas croire que sa seule et unique sœur puisse nager dans un merdier. Il est plus simple de fermer les yeux, d’ignorer la situation et faire comme si tout n’était que le fruit de l’imagination. Pourtant, des signes ne mentent pas. Des preuves à l’appui souvent passées sous le nez qui se lève dans un balai synchronisé pour ne pas y faire face. C’est plus simple ainsi.

Ton amour fruité abandonné, le plat posé en retrait à tes côtés, tes iris ont le malheur de devoir suivre le sachet exposé dans toute sa blancheur qui font se crisper la mâchoire. Désapprobation lisible sur les moindres de tes traits et, quelque part, l’once d’une amère déception que Lijuan ne soit pas à la hauteur de tes attentes. Naïve petite fille, les remontrances rongent le fond de ta gorge, mais tu ravales les mauvais mots pour ne pas les regretter plus tard. Tu fermes plutôt les yeux deux secondes, soupire qui traverse les lèvres, puis passe les mains sur ton visage. Ensuite rouverts pour se poser dans les siens, faiblesse déversée de son côté pour se plonger dans l’excuse qui ne pardonne pas. Ce n’est pas toi qui subira le coup de ses décisions, tu n’en seras qu’un mince dommage collatéral lorsque le tout tournera mal et tu voudrais avoir le puissant détachement envers ta famille que tu feins trop souvent posséder. « Je préfère être triste que drogué. » Réplique rapide, le psychologue en devenir jeté par la fenêtre pour laisser l’entière place à un frère. « Tu fais des choix stupides, ça te perdra. » La parole comme si tu n’avais rien à te reprocher, comme si toi tu ne faisais que prendre les bonnes décisions. Sauf qu'aujourd'hui n’est pas ton procès, mais le sien.

Les reproches ne sont certainement pas ce que son oreille désir entendre, alors tu tends une main dans l’espace restreint pour la descendre de son perchoir et l’attirer dans ta direction. L’obligation dans l’affection, doigts glissant contre le haut de son dos pour vite remonter dans ses cheveux pendant que la réalité s’installe graduellement. La main inoccupée trouve le sachet, le retirant d’entre ses doigts pour l’envoyer lui aussi sur le plan de travail derrière toi, hors de sa petite portée du présent. La conscience veut se dire que tout n’arrive toujours qu’aux autres, mais votre famille n’est pas exactement ce qu’on peut qualifier des plus chanceuses. Un problème n’attend pas l’autre, le démon intérieur omniprésent sous la chair plus souvent coupable qu’innocent. C’est un ennemi invisible qui secoue les épaules de ta cadette, de l’un que tu ne peux éloigner par tes propres moyens. « Qu’est-ce que tu vas faire ? Tu veux continuer comme ça ? »

♡ ♡ ♡
MACFLY

◊◊◊

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
l'étoile a pleuré rose (+) liu ♡
 Sujets similaires
-
» Du nouveau sur la toile--L'autreTV.com
» Oscar et la dame Rose
» Yosei, l'étoile du matin
» La fête de la rose à Chaalis
» ETOILE DE NOEL ou POINSETTIA


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: