(os) if we don't talk again, remember i loved you



 
HEP POTO, tu veux devenir un king de la roulette ? No prob, viens jouer à la Roulette juste ici !
DÉBUT DE L'ÉTÉ PEOPLE. ON EST CHAUDS, ON IRRADIE DE BONHEUR, et on se laisse tenter par les nouveautés de baby HM ♥️
Allez hop, CLICK BABE
I'M MARRIED TO THE MUSIC ! ♪ La saison des festivals qui s'installe, parce qu'on veut s'hanjailler comme jaja ! ULTRA KOREA FESTIVAL
PRIORITÉ DE GROUPE AUX STARCHILD !


Partagez | 
avatar
Invité
Invité

Message  Sujet: (os) if we don't talk again, remember i loved you     Dim 10 Juin - 23:57


moodboard#1 // music // moodboard#2


black hole, noun :
a region in space where gravity is so strong that nothing, not even light, can escape ;
an imaginary place in which things are lost


(trou noir)
C’est con, Kaede.
Tu veux que j’te dise ? C’est con, Kaede.
Tout le monde a oublié.

(2015) self-esteem
noun : belief and confidence in your own ability and value ; respect for yourself

Il y a la photo de cette fille sur ce magazine. Et quand elle pose les yeux dessus, elle se dit : j’pourrais lui ressembler. Enfin, si je me faisais refaire le nez. Peut-être débrider les yeux, aussi. Et si je perdais une dizaine de kilos, surtout. Après tout ça… peut-être bien que j’pourrais lui ressembler.

(2005) one
adjective : single ; alone ; not two or more
« Qu’est-ce qui fait que Yuta, il a plein d’amis et pas moi ? » Papa lève les yeux de son dessin. « Tout le monde l’aime bien. » Tout le monde l’aime bien. Moi la première. Tellement que j’voudrais lui dire mais on est pas vraiment amis. « A l’école aussi. » Papa hausse les épaules. « J’étais pas populaire, à l’école. » Bah moi non plus. Au moins, on aura été deux.

(2006) bullying
noun : abuse and mistreatment of someone vulnerable

« Elle est venue déguisée ! J’y crois pas ! Elle est vraiment venue déguisée ! » Il se met à rire en me pointant du doigt, comme dans une bande dessinée pleine de caricatures. Mais genre, vraiment rire. Du style, la blague du siècle. Derrière, presque toute l’école est là. Et personne n’est déguisé, et les filles ont des jupes courtes, et moi j’ai la gorge nouée.

(2018) quiet
adjective: making very little noise ; the state of being silent ;
to try to stop other people from finding out about a fact
« Est-ce que vous pouvez me dire pourquoi vous êtes venue ici ? » Le silence s’étend et s’étend et s’étend. C’est la troisième séance et elle n’a toujours pas parlé. Le silence s’étend et s’étend et s’étend encore. « J’suis venue parce que… » Sa voix est enrouée. Rocailleuse. Abimée et attristée. « J’suis venue pour Yuta. — Pour Yuta ?Il voulait que j’aille mieux. Puis j’ai pas le droit d’aller mal, au cas ou… dans le cas ou… s’il allait mal aussi, faut pas qu’on soit deux.A aller mal ?Oui. » Et pour quoi ce serait toujours les autres, qui ont le droit d’aller mal ?

« Est-ce que vous pouvez décrire ce qui s’est passé ? »

Je sais pas.
J’coulais.
Dans ma propre salle de bain, dans ma propre baignoire. J’coulais et y’avait plus rien. J’étais moi et puis j’étais extérieure. Je dissociais et mes émotions se coupaient et puis elles se reconectaient et ça me frappait. Ça n’avait jamais été aussi fort. J’avais jamais eu aussi mal. Comme avec Siwan, quand —

(2015) help
verb : to give assistance or support
« Ingrid. Yang Ingrid. » Elle tend la main. Est-ce qu’elle tend la main ?
Vraiment ?
Enfin ?

(2017) to break
verb : to separate suddenly or violently into two or more pieces ; to stop working by being damaged
« C’est pas que t’es pas… c’est pas que t’es pas jolie ou quoi. T’es magnifique et puis t’es une fille bien.Alors c’est quoi le truc ? ‘C’est pas toi c’est moi ?’ T’avais pas mieux, comme excuse ? »
Le silence s’étend… et s’étend… et s’étend…
Et bientôt il grandit, lui entre dans la gorge, la lui noue, joue avec ce qu’il reste d’elle et c’est trop, c’est trop.

(trou noir)
Elle est venue déguisée !
J’étais pas populaire, à l’école.
Tout le monde a oublié.
Est-ce qu'il y a un monde dans la tête de Mimi où on est amies ?
J’coulais.

(2018) drowning
noun : death caused by being underwater and not being able to breathe
« J’étais plus capable de penser clairement.C’est pour ça que vous l’avez fait ? »
J’aimerai savoir
ce qui pousse quelqu’un
à se noyer
dans sa baignoire.
« Les médicaments, c’était les vôtres ? » Elle fait non dans la tête. Elle est minuscule, à côté de la fenêtre. L’univers pourrait entrer et la dévorer. « A qui, alors ? — Papa. » Papa, il était pas populaire à l’école non plus.

(2016) thin
adjective : with little flesh on the bones ; weak or of poor quality
« J’ai pas pleuré depuis… wow, ça fait un bail. » Du coup j’allais bien. Et j’avais pas d’émotions. Et j’étais pas sensible, vous comprenez. Du coup ça allait.
Il faut que je sois quelqu’un d’autre ou j’vais exploser.
Siwan s’était mis à rire, de ces rires bourrés. « Du genre un an ?Du genre un an. » La conversation est surréaliste. Le nombre de shots aussi. J’ai pas mangé depuis… wow, ça fait un bail.

(2018) explode
verb : to break apart, to break up into pieces violently
« Madame Kun m’a dit que vous vous ouvriez au théâtre. Que vous étiez… à l’aise avec les livres. Et douée pour donner du sens aux mots. » Haussement d’épaules de la concernée. Peut-être bien, qu’elle est douée. Peut-être pas. « Il fallait que j’sois quelqu’un d’autre ou j’allais… j’allais exploser. »

(trou noir)
dé-gui-sée !
éclats de rire en chaine.
T’es magnifique et t’es une fille bien
mais j’pars quand même.

(2017) trauma
noun : severe emotional shock and pain caused by an extremely upsetting experience
« C'est toi, aussi. J'veux dire, t'as bu seule comme une grande, on est d'accord. Et t'étais réveillée, j'sais pas. T'étais chaude, clairement, et j'étais pas sobre, donc. » Donc, ça a capoté à ce moment-là. Ou peut-être avant. Mais je sais pas, j’avais rarement autant eu envie de vomir, avant. Donc. « Donc ? Y’a pas de suite ? Juste donc ? Donc c’était de ma faute, bien entendu. C’était moi, hein ? J’étais habillée trop court et j’avais trop bu donc ça peut pas être toi. T’es pas d’accord avec moi ? Et donc, t’étais chaude, clairement, c’est ta seule justification ? Ça justifiait de me mentir, bien évidemment, fallait me dire qu’il s’était rien passé alors que t’as fait le con et que tu savais que c’était important pour moi, hein ? Tu l’savais mais dans l’fond t’en avais strictement rien à foutre parce que t’es juste égoïste et t’sais quoi, regarde-toi si tu m’crois pas. Regarde toi ! Tu te trouves pas un peu seul ? Personne d’autre que moi aurait voulu d’toi. Personne - plus même moi, maintenant. T’es juste… t’es juste- J’pourrais pas te pardonner cette fois. »
J’pourrais pas me pardonner non plus.

(trou noir)
Après Siwan, y’a eu Hiro, quand même.
Et Hiro, il avait un joli prénom, quand même. Et un joli sourire.
Qu’est-ce qui fait que Yuta, il a plein d’amis et pas moi
Pourquoi personne tient avec moi.
Pourquoi j’tiens pas.

(2018) hope
verb : to want somethingto happen or to be true
« Je sais pas si j’te l’ai déjà dit mais je… j’suis vraiment contente que tu sois venue en Corée. » Si tu l’avais pas fait, peut être bien que j’serai venue au Japon. Jusqu’à toi. Pour toi. Sinon tu m’aurais manqué. Même si j’t’avais pas connue, tu m’aurais manqué, Romee. Y’aurait eu un vide.
Enfin, un vide plus grand que maintenant. 

(2017) brotherhood
« Je déteste cet épisode.Parce qu’ils changent d’univers ?Parce qu’ils meurent ! » Air outré, Yuta en rigole et pointe l’écran. « Ils meurent pas vraiment, ils sont là, regarde. » Y’a Rick, et y’a Morty, qui bougent sur l’ordinateur. Puis y’a nous, et le chat, à moitié sous la couette et à moitié dessus. Puis y’a cette chanson triste, à la fin de l’épisode.

(2018) despair
noun : the feeling that there is no hope and that you can do nothing to improve a difficult or worrying situation
« Si j’pouvais dire qu’une seule chose, j’dirai que… que j’suis vraiment désolée. D’avoir pris ces médocs et d’avoir fermé la porte et d’avoir attendu dans la salle de bain qu’ils fassent effet et… » Et j’pensais pas que quelqu’un essaierait de l’ouvrir, la porte. Parce que les autres avaient arrêté d’appeler, même quand je montrais que ça allait mal.

(trou noir)
C’est ça, la vérité.
Tout le monde s’en fichait.
C’est con, Kaede.
Tu veux que j’te dise ? C’est con, Kaede.
Tout le monde t’a oubliée.


(2018) homecoming
noun : the act of coming home
« T’as jamais été un fardeau pour moi… T’es ma fille… Ma toute petite fille… » Je sais, m’man. J’suis désolée, m’man. J’ai eu une mauvaise journée pendant ces quelques dernières années. Et j’coulais. J’coulais. Il fallait que ça s’arrête. Ça empirait. Je sais, maman, mais ça empirait, maman. Ça empirait.
C’était plus rationnel et ça empirait et tout le monde perdait patience.

(trou noir)
Mal au crâne et respiration sifflante.
J’suis fatiguée d’être fatiguée et j’suis désolée.

(2018) alright
adjective : safe, well or not harmed
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AVATAR : El kookito POINTS : 904

NOUS A REJOINT LE : 09/08/2016

MESSAGES : 5059

MELTED VICE-PRÉ ☼ SHOT SUPERNOVA
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t129-lee-yuta-everything-is-grey

Message  Sujet: Re: (os) if we don't talk again, remember i loved you     Lun 11 Juin - 17:55




« Tu squattes la salle de bain depuis une heure, bouge. » Je frappe à la porte, encore et encore puis j'entreprends de l'ouvrir mais elle est verrouillée. « Lee Kae, j'ai pas le temps là. » L'impatience me gagne, ennemie de toujours qui se rue sur mes nerfs pour les faire danser jusqu'à l'épuisement. « Je te laisse encore dix minutes après c'est mort, je défonce la porte et tu sais que j'en suis capable. »

Le sablier fait tomber son dernier grain de sable, je reviens à la charge. Après avoir tambouriné une énième fois, je colle mon oreille sur le bois fraichement repeint d'une couleur de son choix. Réminiscences d'une après-midi passée à plus se peinturlurer les cheveux, le visage et le corps que le reste de l'appartement.
Je n'entends pas de mouvement, pas même d'eau qui coule. Je l'appelle alors avec moins d'agacement, l'inquiétude joue un rôle dominant puis laisse place à la peur. « Kaede, Kaede ?! KAEDE ?! » Deux coups suffisent à faire céder la porte, je me précipite à l'intérieur pour relever ma sœur qui semble s'être évanouie. « Lee Kae ? » Je dégage son visage de ses longues mèches brunes, vérifie son pouls. Elle respire toujours mais reste inconsciente. « Viens on va te donner à boire ça va aller mieux. » Je la soulève du sol pour la prendre dans mes bras, ce n'est que lorsque je suis sur le point de rejoindre la cuisine que j'écrase un flacon avec ma semelle. En y regardant de plus près, il n'y'en n'a pas qu'un mais trois. Le lien de cause à effets met du temps à faire son chemin, je reste emmuré dans le déni. Ma première hypothèse est « quand elle est tombée, elle a dans sa chute renversé tous les médicaments. » mais ils sont vides et ils sont au nom de papa. Qu'est-ce qu'ils font là ? Pourquoi les cachets de papa ? Elle est tombée et s'est cognée la tête ? Elle a arrêté de manger et a fait une baisse de tension ? Mais pourquoi les flacons ? Pourquoi c'est vide ? Pourquoi, pourquoi, p o u r q u o i.
Ça y'est, j'ai compris.
Je veux bouger, l'emmener jusqu'au canapé, appeler l'ambulance mais je suis incapable de le faire, je suis incapable de réfléchir, incapable de la regarder. Je fixe droit devant moi, cligne des yeux lorsque je prends conscience que je suffoque. Elle devient subitement trop lourde, tellement lourde que je crains de la faire tomber alors je me force à trainer mes pieds avec l'impression de soulever des poids d'un kg si démesuré que la mesure n'existe pas dans ce monde, ni dans aucun autre. Je parviens à l'allonger sur le sofa, à composer mécaniquement le numéro des urgences, à tout leur expliquer et même quand je le dis à voix haute, ça n'a pas l'air réel. « Ma petite sœur est inconsciente, je l'ai retrouvée dans la salle de bain, elle a pris des cachets. » Et quand il faut que je confirme, j'exprime un « hm » qui ne suffit pas, elle me demande d'être plus clair. « Une tentative de suicide oui. » On me promet qu'ils feront vite. En redressant la tête je tombe sur mon reflet, yeux boursoufflés comme si j'avais pleuré une nuit entière, émotions liquides qui dégoulinent du ras de mes cils pour goutter sur le carrelage. Je stoppe l'hémorragie lacrymale en essuyant mon visage à l'aide de ma manche puis j'appelle maman. Elle décroche au bout de deux détonations. « Maman. » Et je peux plus parler, les sanglots obstruent chaque son que je voudrais émettre pour lui dire de venir nous aider. Elle est calme, essaie de l'être en me demandant ce qui ne va pas mais je m'imagine lui dire et je peux pas, je peux pas. « Viens à l'appartement s'il te plaît. » Papa lui ordonne de rester au téléphone avec moi le temps qu'ils arrivent, je pose alors le smartphone entre Kaede et moi avec le haut-parleur pour qu'elle puisse les entendre. Je serre sa main, attention rivée sur son visage à la recherche du moindre papillonnement de paupières ou autres signes capables de révéler qu'elle est à nouveau parmi nous.
Sans surprise, papa et maman arrivent avant l'ambulance. Maman m'arrache à Kaede pour me serrer contre elle. Papa l'examine, essaie de lui parler mais elle reste immobile, comme si... Comme si elle était morte. Les médecins finissent par arriver, maman et moi on décide d'aller avec eux. Papa dit qu'il nous rejoindra plus tard, avec dans la main, la boite vide de ses médicaments, ceux éviscérés par Kaede d'une bouchée.

(...)

« J'ai ramené tes bouquins, j'ai pris ceux qui avaient l'air le plus ennuyeux. Ça doit forcément être tes préférés. » Je les sors de mon sac pour les déposer à sa table de chevet, puis je tire une chaise pour m'asseoir près d'elle. « Le doc a dit que tu pourras sortir seulement si le psychologue valide, essaie de pas trop faire la tarée du coup. » Je cherche à attirer son regard mais elle est trop occupée à observer le néant qui l'entoure : les murs blancs, les perfusions, sa blouse, les draps rêches qui sentent la lessive bon marché. « On pourra sortir et faire des trucs quand tu seras à la maison. J'ai discuté avec papa et maman, c'est mieux pour toi que tu retournes là-bas. Perso je sais pas ce que je vais faire, je me vois pas vivre à l'appart sans toi. » Toujours pas de réponse. « Kaede. » Rien, rien du tout. « Bon ça suffit, je vais te dire ce que ça m'a fait quand je t'ai vu à terre. J'ai pas pensé au suicide, ça te ressemble pas, t'es forte non ? T'es pas une putain de lâche. En essayant de te tuer, t'as pensé qu'à toi. Qu'est-ce que je serai devenu si t'avais pas foiré ton coup hein ? Je m'en serai voulu toute ma vie, j'aurai été l'ombre de moi-même. T'as pensé à maman ? T'as pensé à papa ? À ce que ça lui a fait de voir qu'il avait mis entre tes mains une arme pour te tuer ? Il va s'en vouloir jusqu'à la mort. Pourquoi t'as fait ça au lieu de nous parler ? Pourquoi t'as essayé de nous abandonner ? J'aurais tout fait pour t'éviter ça, vraiment tout. » Je me lève, les membres tout tremblants, la voix assurée mais fissurée par tout ce qui essaie de sortir en même temps et qui finalement, forme un truc informe, un vrai cataclysme qui me fait hausser le ton. « Je suis désolé pour ce qu'on t'a fait subir à l'école et pour tous les gars qui ont été cons avec toi. Moi-même je suis désolé d'avoir ignoré que t'allais mal quand on était gosse mais ces derniers temps ça allait mieux entre nous. Si j'ai accepté de vivre avec toi, c'était pas seulement pour quitter les parents, c'était pour qu'on se rapproche. Pourquoi je l'ai pas proposé à Mimi ? J'aurais pu mais non, je t'ai choisi toi. Tu vois tout ce que j'ai pas fait ou tout ce que j'ai raté mais tout ce que j'ai essayé de faire pour t'aider, tu le vois pas. T'es aveuglée par tout le négatif alors que y'a tellement de gens qui t'aiment. Papa, maman, moi, Ingrid, Romee et même Armel et Mimi et tous ceux que j'oublie. Si cette tentative c'était un sos, t'aurais pu trouver un autre moyen. Je te déteste pour avoir essayé, je te déteste vraiment et pourtant, je suis venu tous les jours en attendant que tu te réveilles et pourtant, tu restes toujours ma sœur. »


◊◊◊

☽Let me take a second to sympathise 'cause you're right I'm away too much, I think too much, I drink too much But it's only a matter of time before we catch up And I get to say. I wouldn't have it any other way 'Cause it's made me think and drink my way. Back to mistakes I never should have made, One more chance and I'll right the wrongs from yesterday you know
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
(os) if we don't talk again, remember i loved you
 Sujets similaires
-
» Bill Clinton : Talk is Money (al konprann se piyay!)
» Le 20 juin... Remember Cosmos 1999...
» I remember when, I remember, I remember when I lost my mind. ₪ 27 mars, 20h21
» .:' A love to remember... ':. ~ {PV R'hapsody}
» FINLEY JUDAS LEVY-EYNSFORD ⊱ ❝ you jump I jump, remember ? ❞


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: