▲ up▼ down
the horizon tries but it's just not as kind on the eyes — alessa&gaeul



 
HEP POTO, tu veux devenir un king de la roulette ? No prob, viens jouer à la Roulette juste ici !
TOO KOOL FOR SKOOL ♡ 27ème maj qui BRILLE tel une boule de cristal dans la nuit noire
CLIC ICI pour faire péter les news d'octobre ♥️
Wingardium Leviosa ! un peu de rêve et de magie, ça te tente ? viens vite T'INSCRIRE A L'ECOLE DES SORCIERS ♥️
NOUVEAUTÉS SUR HM ! Découvre les défis et nos semaines à thème : keur:
Tu entends ces hurlements, tous les soirs ?? what sors chasseur, pars à la chasse de Arcana la sorcière à mettre sur le bûcher !


Partagez | 
avatar
AGE : 23 AVATAR : kang seulgi (rv) POINTS : 30

NOUS A REJOINT LE : 18/05/2018

MESSAGES : 54

♡ PUT YOUR TRUST IN ICE CREAM
Voir le profil de l'utilisateur

Message(#) Sujet: the horizon tries but it's just not as kind on the eyes — alessa&gaeul Sam 26 Mai - 14:36


the horizon tries but it's just not as kind on the eyes

« Iseul – she’s not my… girlfriend. »  Le dernier mot est lourd, chargé de frustrations et d’exaspération. Elle a perdu compte du nombre de fois qu’elle a eu à répéter ça aux idiots qui lui servent d’amis. Elle prend le temps de caler son téléphone entre son épaule et sa joue, une main occupée par deux Starbucks alors que l’autre verrouille la voiture puis range les clés dans son sac. « Si j’fais pas ça on va vraiment la renvoyer en Afrique. » S’explique-t-elle, ton contrôlé et acéré parce qu’elle est censée s’en foutre de tout ça. Et elle s’en fout, hein, ça – elle n’est pas sûre de ce que ‘ça’ veut dire pour elles – n’y change rien du tout. Le grand bâtiment qui se dresse devant elle rend la situation beaucoup plus tangible, soudain – quelque chose comme de l’anxiété s’installe. Un long soupir la quitte, premier pas vers sa perte. « …le Pérou n’est pas un pays africain but go off, i guess. » Elle choisit d’ignorer la réponse qu’elle reçoit de la part de sa meilleure amie, parfaitement consciente (ou pas) de ce fait. « Bon, Roméo. On n’a pas toutes une bmw pour nous conduire à l’université. Je dois attraper le dernier bus si je ne veux pas être encore en retard pour mon cours d’éthiques. »

De l’intérieur le bâtiment n’est pas si mal que ça, décide celle qui vit dans un palais. Il y a même une plante verte dans le coin. « Mmkay. See you later, asshole. » Gaeul, deux ans d’âge mental, s’empresse de mettre fin à l’appel avant qu’Iseul ne puisse l’insulter à son tour – self-preservation skills. L’ascenseur ne tarde pas à arriver après ça, et tant mieux, car ses pensées vont à cent à l’heure. Elle cogne le bouton de l’étage voulu avec un peu plus de force qu’il n’aurait fallu. C’est étrange de se retrouver ici sans leur amis – la dernière fois qu’elle est montée dans cet ascenseur c’était de force car, quote, « j’l’aime paaaaaas, j’veux paaaaaaas. » Peut-être qu’Alessa ne va même pas lui ouvrir la porte, considéré le fait qu’elle la mitraille des yeux à chaque fois qu’elles se retrouvent dans la même pièce.

(Elle oublie que tout le monde n’est pas de son level de manque de maturité.)

Eventuellement, l’engin arrive à sa destination. Gaeul trace son chemin vers l’appartement d’une aise qui la gêne un peu pour le peu de fois où elle s’est retrouvé ici. Dans l’espoir d’en finir au plus tôt pour calmer ses nerfs, elle ne se donne pas le temps de la réflexion avant de toquer trois fois. Fort. Trop fort. En même temps, elle sait que l’autre gosse dort toujours. Un petit coup d’œil vers sa montre lui confirme qu’il est sept heures trente. Ouep. Peut-être qu’elle est toujours dans son pyjama, ses cheveux ébouriffés et le sommeil qui se lit sur son visage. Peut-être qu’elle devrait faire demi-tour. Peut-être que c’est une mauv—

Quand la porte s’ouvre enfin, et que la tête d’Alessa l’accueillit tantôt, la jeune fille s’arme de son plus grand sourire et fait genre elle n’était pas sur le point de partir. Un acte de panique totale et de gêne qu’elle niera any day pour étant une entrée cool et sa façon de prendre l’ascendant sur son amie (parce qu’elle ne s’assume pas devant elle), mais elle la pousse et s’invite dans l’appartement sans réservations. La porte se referme derrière elle quand qu’elle s’y penche, son sourire poli toujours bien présent sur ses lèvres. « Hi. » Salut-elle, si awkward qu’elle sent ses joues brûler. Et elle essaye, elle essaye vraiment de paraître sérieuse, convaincante et, si possible, autoritaire. « Ok so, we don’t have to do small talks. Je suis là pour te conduire à l’université et m’assurer que tu assisteras à tes cours. Du coup, voilà ce qu'on va faire. » Elle prend le temps de lui passer le grand gobelet blanc sur lequel est écrit stoopid en noir avant de continuer, « Here’s coffee. Now move your ass back to your room, get dressed and let’s gooooooo. »

Bon. Ç’aurait pu être pire.


code by EXORDIUM. | imgs by tumblr



◊◊◊


Altschmerz

n. weariness with the same old issues that you’ve always had—the same boring flaws.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AGE : 23 AVATAR : Son Wendy (RV) POINTS : 67

NOUS A REJOINT LE : 18/05/2018

MESSAGES : 217

♡ PUT YOUR TRUST IN ICE CREAM
Voir le profil de l'utilisateur

Message(#) Sujet: Re: the horizon tries but it's just not as kind on the eyes — alessa&gaeul Sam 26 Mai - 18:34


gaeul & alessa

the horizon tries but it's just not as kind on the eyes


D’habitude, elle ressent ce genre de pincement un peu contradictoire, celui qui ordonne à son ton de se rendre sec mais qui crève d’envie de l’attirer contre elle. Ou contre un mur. C’est ce pincement qui est devenu familier au fil du temps à se côtoyer malgré elles. L’une pour sauver sa peau, l’autre par obligation parentale – elles étaient désormais liées par une dette et qu’importe comment elles retournaient le problème, à quel point elles essayaient d’y échapper (ce n’était pas faute d’essayer de se fuir, vraiment), le lien était . C’était quelque chose qu’Alessa n’essayait même plus de fuir tant le fait s’imposait comme naturel. Son ressenti envers Gaeul était passé d’hostilité ouverte à agacement prépondérant, puis à une forme de résignation placide.
Jusqu’à en arriver à une impatience notoire de la revoir juste pour lui claquer ses mots cinglants dans la gueule. Ou simplement passer un moment avec elle. Elle en était là maintenant – sa relation à Gaeul s’était ponctuée d’une incertitude inévitable quant à ses émotions. Non qu’elle se plaigne de cette illogique omniprésente, ni du trouble qu’elle percevait chez sa locutrice à plusieurs occasions – on lui offrait toutes les occasions du monde de réduire l’équation au simple fait qu’elle en devait une chère aux géniteurs de l’aînée, et elle aurait été stupide de ne pas les prendre.

Ce matin pourtant, c’était l’appréhension qui avait gagné sur le trouble. Ce matin où Gaeul avait frappé, inattendue, parvenue sans s’annoncer, et où Alessa avait hésité à ouvrir la porte. Son enclin naturel à l’accueillir d’un air de défi s’était esquivé pour une réticence visible dès qu’elle ouvrit la porte. Elle avait troqué ses sourcils haussés pour un visage neutre, cerné, yeux gonflés et joues bouffées par trop de mâchage de coca. Elle n’eut pas le temps, pourtant, de marmonner un non que déjà Gaeul était rentrée, porte refermée derrière elle, fermement campée sur ses grandes jambes et la toisant du haut du building que formait son torse. « Hi. »
N’importe quel autre jour, Alessa aurait senti un certain embarras à la laisser constater le bordel qui s’étalait dans son dos, de l’oreiller jusqu’aux pieds du lit, passant par les déchets qui encombraient la cuisine. Elle aurait vite fait caché le cendrier rempli et se serait félicitée d’avoir pris une douche la veille au soir, avant de se rappeler qu’elle avait mis une culotte moche relativement visible sous le t-shirt qu’elle prenait comme pyjama. Aujourd’hui, elle avait simplement hâte que Gaeul lui dise ce qu’elle avait à lui dire, et parte. Alors, sans ménagement, elle lui lâcha un :

« Tu veux quoi ? »

Elle ne nota ni le teint rosé qu’avaient pris les joues de Gaeul, ni son embarras pourtant manifeste. La requête – ou plutôt, l’obligation – de cette dernière sortit d’une traite et elle lui laissa à peine le temps de procéder qu’elle ajouta : « Here’s coffee. Now move your ass back to your room, get dressed and let’s gooooooo. » Toujours figée, la Péruvienne attrapa machinalement le gobelet qui lui était fourré dans les mains, tâcha de déglutir pour essayer, elle aussi, de retrouver le contrôle de la situation en s’agrippant à un piédestal intangible. Gaeul n’était pas la seule à être gênée. « Sorry but I’m gonna pass », déclara-t-elle enfin dans son plus bel accent anglais, la voix à peine secouée, prenant une inspiration censée lui donner assez de courage pour poursuivre :« Je suis pas en état d’aller en cours. J’ai chopé un truc, sûrement. » Elle se mordit l’intérieur de la joue. Gaeul était là, plantée devant elle, venue pour la tirer de son lit et ayant résolument été acheter un café pour elle. Alessa ignorait si le geste tenait du pot de vin ou de la sympathie. Elle n’était pas sûre d’apprécier aucune de ces réponses. « Mais merci pour le café », glissa-t-elle quand même, le portant à hauteur de son menton. Stoopid, était-il épelé au feutre noir. Elle prit note de lui rendre le coup.

« T’es venue pour quoi ? »
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AGE : 23 AVATAR : kang seulgi (rv) POINTS : 30

NOUS A REJOINT LE : 18/05/2018

MESSAGES : 54

♡ PUT YOUR TRUST IN ICE CREAM
Voir le profil de l'utilisateur

Message(#) Sujet: Re: the horizon tries but it's just not as kind on the eyes — alessa&gaeul Mar 29 Mai - 14:30


the horizon tries but it's just not as kind on the eyes

Ce n’est pas tant Alessa que ce n’est son père, qui l’irrite, au fond. Après tout, au tout début, elle trouvait la jeune Péruvienne plutôt jolie, plutôt intelligente – si admirable vue sa bravoure et son dévouement pour ses études. Des choses auxquelles Sin Gaeul attache beaucoup (trop) d’importance. Venir dans un pays étranger a dû être dur, venir dans une université aussi spéciale que la leur encore plus. L’intégration est pénible, la compétition n’est pas mieux. Ce qu’au début n’était qu’un regard compatissant, devenait petit à petit un peu plus encourageant. Un you can do this qu’elle ponctuait de petits sourires échangés dans des couloirs chargés d’élèves, et qu’elle n’a jamais osé lui dire en face pourtant. Et du fait d’admirer de loin, du fait de n’être que l’amie d’un ami, c’était des fragments de la personne qu’est réellement Alessa qu’elle recueillait et recollait à sa guise pour former une image complètement utopique d’elle. Sans le remarquer, c’était de la confiance qu’elle lui accordait. Alors quand un beau jour elle a découvert que c’était ses parents qui payaient pour ses frais d’études, et que c’était l’idée de son père, elle s’était sentie comme… trahie ?

C’est pour dire que Gaeul n’est pas sûre de ce qu’elle ressent envers Alessa, mais elle est dans tous ses états à chaque fois qu’elle la voit. C’est beaucoup de tu m’énerves, cheaterrr et beaucoup de ouais tu mérites pas mon temps et beaucoup trop de t’es belle, putain, kindly sit on my – elle divague. Le regard un peu bizarre que l’autre gosse lui lance l’arrache à ses pensées et la ramène au moment présent – Gaeul cligne des yeux, un peu désorientée, mais peu impressionnée. Elle se décolle de la porte d’une manière qu’elle espère coule et fait un pas vers Alessa, bras croisés. Elle troque sa gêne pour de l’irritation. « I’m sorry – did that sound like a request ? » Elle hausse les sourcils. « Because it sure as hell wasn’t. » Leur dynamique celle de Tom & Jerry personnifiée, elles ont l’habitude d’être aussi rêches l’une avec l’autre. Là, quelque chose lui échappe et Gaeul n’est pas sûre de savoir quoi au juste. Il n’y a plus l’aise d’autrefois. Elle ramène son propre café jusqu’à ses lèvres pour en prendre un coup, yeux rivés sur son vis-à-vis tandis que celle-ci s’explique et elle attend qu’elle finisse d’essayer de la berner pour rouler les yeux. « ‘J’ai choppé un truc’ ? You’re going with that ? Sérieusement ? » Son intonation monte progressivement, autant son air condescendant. « Triste. Je m’attendais à mieux de ta part, Lessa. »

Elle prend enfin le temps de regarder autour d’elle et – ok, même Iseul n’est pas aussi désordonnée et Iseul s’est déjà montré en cours de psychologie avec un livre de cuisine japonaise au lieu de son textbook. Pourtant elle ne remarque rien à voix haute, consciente que ça ne serait pas le meilleur stratagème d’attaque, là tout de suite. Mais le temps presse, et elle n’est pas près d’se casser d’ici sans elle. Elle regagne le regard de la Péruvienne et, un peu moins acéré son ton, elle répond, « J’ai entendu mes parents parler de toi hier soir. Ils comptent cesser de payer pour ton master si tu continues à être MIA en cours. » Gaeul n’est pas douée pour sugarcoat les choses, elle préfère donner des solutions. « Du coup je suis là pour faire en sorte que tu y vas. Expect more morning Starbucks from now on, I guess. » Elle hausse les épaules et affiche un sourire contrôlé, comme pour dire, neither of us has a choice now, binch, suck it up. Et le temps presse. « Bon. Sérieux. T’as quoi ? Parce que je suis pas près de sortir d’ici sans toi. On va soit à l’université, soit au docteur mais dans tous les cas, elle s’abaisse un peu pour être au même niveau qu’Ale quand elle continue, get your ass in there, get dressed and let’s go. »


code by EXORDIUM. | imgs by tumblr



◊◊◊


Altschmerz

n. weariness with the same old issues that you’ve always had—the same boring flaws.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AGE : 23 AVATAR : Son Wendy (RV) POINTS : 67

NOUS A REJOINT LE : 18/05/2018

MESSAGES : 217

♡ PUT YOUR TRUST IN ICE CREAM
Voir le profil de l'utilisateur

Message(#) Sujet: Re: the horizon tries but it's just not as kind on the eyes — alessa&gaeul Mar 29 Mai - 19:07


gaeul & alessa

the horizon tries but it's just not as kind on the eyes


« I’m sorry – did that sound like a request ?Because it sure as hell wasn’t. »

Elle remarqua à peine ses maxillaires comprimées jusqu’à ce qu’elles commencent à lui faire mal. L’agacement arrivait à se faire sentir autant qu’un mal de crâne commençait à poindre derrière ses paupières. Elle n’avait pas envie de se justifier, de raconter cet empêchement qui la retenait chez elle à une quasi-inconnue. Parce que Gaeul n’était rien d’autre que ça – une amie d’un pote, une personne à qui elle a souri plusieurs fois dans les couloirs par sympathie et politesse. Une personne qu’elle s’est mise à adorer détester parce que Gaeul rendait ça si simple pour elle qu’elle aurait été bête de chercher plus loin les raisons de cet agacement chronique. Et en somme, qu’elle perçoive l’étudiante en droit comme la fille de ses riches parents, une camarade ou bien cette entité sur laquelle elle pouvait projeter toutes ses frustrations, n’en était pas moins que ce n’était pas auprès d’elle qu’Alessa allait s’épancher. Encore moins aujourd’hui, où la brune avait fait irruption chez elle avec ses gros sabots et son ton autoritaire. Alessa ne voulait rien lui devoir.

« Désolée de te décevoir. T’arriveras quand même à bien dormir cette nuit ? »

A n’importe quel autre moment, Alessa aurait ponctué cette réplique d’un sourire ironique, sourcil haussé en provocation sous-jacente. Cette fois son visage resta de marbre, rivé sur ses affaires qu’elle réunissait pour ranger un minimum malgré son envie frémissante de se refoutre au lit avec son portable. Son regard se porta d’instinct sur son paquet de clope, si proche et pourtant si loin – Gaeul s’interposa entre elle et lui pour avoir un meilleur aperçu du bordel vivant qui lui sert d’appartement au complet, lèvres pincées. L’envie de la titiller était à mille lieues de là, perdue entre sa frustration grandissante et à sa colère sourde. Elle aurait aimé pourtant. Elle aurait voulu pouvoir savoir se distancier pour prendre la situation à la légère, rire au nez d’une Gaeul beaucoup trop impliquée dans les études de la Péruvienne malgré ce qu’elle en disait, et tourner son application à son avantage. « J’ai entendu mes parents parler de toi hier soir. Ils comptent cesser de payer pour ton master si tu continues à être MIA en cours. » Mais les coups redoublent de rythme et son esprit n’y est pas. Le dernier l'atteignit plus qu'elle ne l'aurait aimé. « Okay. And what is it to you ? » Le sang battait à ses tempes sous la déclaration. Une menace ouverte. Elle retint de justesse l’envie cinglante et carnale de lui rajouter qu’elle devrait même être contente de la voir retourner au Pérou. Gaeul aurait été la première à la sanctionner de sa bourse si elle en avait eu le pouvoir. Ses invectives suivantes auraient suffi à la dissuader de cette affirmation mais elle n’y prêta pas attention.

« Je sais pas si c’est mon coréen ou tes oreilles le problème, mais je ne peux pas. T’as besoin d’un certificat sur l’honneur ? »

Son regard acéré rivalisa avec celui de Gaeul pendant de nombreuses secondes. Jusque-là, c’était une ironie placide et un calme déconcertant qui lui avaient répondu, ponctué de phrases ambiguës, entre le flirt et la provocation gratuite à une guerre ouverte. Aujourd’hui, elle n’avait pas envie du ton moralisateur de Gaeul, de son regard critique sur son rythme de vie douteux, de ses réprimandes. Ses ordres aussi sans appel que nébuleux la débectaient plus que d’ordinaire et Alessa serra les dents pour ne pas la prier de dégager maintenant. « And you’re not buying me with a Starbucks. Try real coffee next time. »
Mais Gaeul, tout comme elle, ne battait pas en retraite. Elle réitérait les attaques, plus calme cette fois, avec des arguments qu’Alessa aurait eu du mal à contrer. Ce serait la fac ou le docteur. Une implacable logique qui serait imperméable aux mensonges. Et de grands yeux bruns plantés dans les siens comme argument ultime – peut-être que ses mains seraient aussi rudes sur sa peau - non. « Ben ressors pas d’ici, alors. Ca t’apprendra à y entrer. » La brune fit volte-face et posa les quelques affaires récoltées sur sa table de chevet. Mécaniquement, elle attrapa le cendrier qui y traînait pour aller le vider. S’appliqua à ignorer l’aînée qui ne bougeait pas d’un poil. Aucun signe d’abandon, de vacillement même. Juste le plat silence de l’appartement, à peine dérangé par la porte de la poubelle qui claqua violemment. « Puisque tu restes tu veux un Mars avec ton café ? » Leur jeu mutuel avait pris fin et Alessa s’était renfermée à toute possible négociation. Elle attendait de voir Gaeul partir, se retirer face à son cynisme, abandonner pour pas être en retard en cours. Elle s’assit sur l’unique canapé de la pièce, frottant ses cuisses nues, soudain mal à l’aise. Puis attrapa le Starbucks qui lui était dédié pour se donner contenance, le sirotant pour le découvrir frappé. En plus elle a des goûts de merde.

« C’est tes parents qui t’envoient ? »
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AGE : 23 AVATAR : kang seulgi (rv) POINTS : 30

NOUS A REJOINT LE : 18/05/2018

MESSAGES : 54

♡ PUT YOUR TRUST IN ICE CREAM
Voir le profil de l'utilisateur

Message(#) Sujet: Re: the horizon tries but it's just not as kind on the eyes — alessa&gaeul Jeu 31 Mai - 15:33


the horizon tries but it's just not as kind on the eyes

C’est facile pour elle d’échanger n’importe quel sentiment qui la taraude pour de l’agacement – l’agacement étant son default mode et la réponse ultime à tout enchevêtrement émotionnel possible. Elle préfère être énervée plutôt que confuse, et Alessa a tendance à la rendre confuse rien qu’en existant. (Par confuse elle entend : partagée entre l’envie de l’embrasser et l’envie de la gifler. Souvent les deux, dépendant de how kinky elle se sent sur une échelle de 0 à 10.) C’est plus facile de vivre, comme ça ; elle se sent plus au contrôle si c’est de la colère qu’elle doit gérer. Puis en général, l’autre gosse joue le jeu aussi et c’est léger, entre elles, naturel et engageant. Aujourd’hui par contre, ça ne les réussit pas trop – c’est différent. Malgré elle, Gaeul gravite dans l’orbite Quispe et malgré elle, elle se retrouve à guetter les micro-expressions de la plus jeune pour un indice quelconque qui expliquerait cette différence. Qui expliquerait pourquoi elle a l’air si morte de l’intérieur. Plus que d’habitude, du moins. C’est qu’elle a l’air de forcer les mots et les réactions, et quand bien même l’aînée se plaît à croire qu’elle n’est pas vraiment intéressée par ce qui se passe dans la vie de la Péruvienne, son indiscrétion naissante trahit son affiche.

« Désolée de te décevoir. T’arriveras quand même à bien dormir cette nuit ? » Sa voix chargée de consternation, l’absence de son sourire super fake et super condescendant – la mâchoire de Gaeul se crispe. Sa frustration vient plutôt du fait qu’elle soit toujours là, clouée au sol d’un appartement dans lequel elle n’est pas la bienvenue alors qu’elle peut tout simplement laisser tomber et partir. Aller en cours. Aux cours qu’elle vont rater, à ce rythme. Elle n’a pas l’habitude d’être aussi affectée. Et c’est pire lorsqu’elle confesse que ses parents risquent de retirer leur bourse et qu’Alessa ne réagit même pas. Cette fois, l’héritière se renfrogne vraiment. « Lessa – are you even listening to me ? C’est pas entre toi et moi, ça. » Ça l’est. Elle le sait. « Ils risquent de te renvoyer chez toi et – » Tu as dû travailler si dur pour arriver là où tu es. Par fierté ou par peur, Gaeul retient cette dernière phrase pour elle, la sent brûler aux commissures de ses lèvres jusqu’à l’étouffement. Elle secoue la tête, incapable de comprendre le syllogisme de son amie lorsqu’elle lui répond, et encore moins son ‘je ne peux pas’ lacé de je-m’en-foutisme. Amie. Elles ne sont pas amies – elles ne se sont jamais donné l’occasion de l’être et franchement, Sin sait qu’elle est à blâmer pour ça. Mais là elle fait le premier pas et de l’autre côté de la route, Alessa ne répond même pas. Elle n’a pas l’air près de se bouger, en fait.

« And you’re not buying me with a Starbucks. Try real coffee next time. » « Oh zip it. If you didn’t like it you wouldn’t be drinking it. So let’s skip the part where you judge me for my coffee choices and go straight to the part where you’re throwing your life away and you’re not doing anything about it. » La politesse ne semble pas atteindre la Péruvienne, alors la Coréenne change de stratagème. Elle reprend son explication mot pour mot, de sorte qu’elle ne puisse plus se faufiler avec des excuses half-assed – sauf que la logique non plus ne semble pas l’atteindre. Alessa n’essaye même plus. Elle se retourne pour lui donner son dos et s’occupe par des futilités. Et ce n’est qu’à ce moment là que Gaeul percute qu’elle ne porte qu’un t-shirt.

Rien que ça.

Ca ne devrait pas tant la distraire – ses yeux errants grimpent le long de jambes nues quand même et un frisson traverse le long de son corps parce qu’elle est si attirante et – ugh. Look away. Please. Alessa dit quelque chose à propos de Mars et de café qui lui échappe et elle cligne des yeux, déroutée mais le cœur beaucoup plus léger. Distraction qui suffit pour évacuer un peu d’exaspération mais qui ne change rien au fait que – « fine. Je t’ai dit, je bouge pas de là sans toi. » Elle défait les zips de ses chaussures pour s’en défaire. « De toute façon je savais que t’allais pas céder – t’es super chiante quand tu t'y mets. » Gaeul ne manque pas de lui afficher un gros sourire lorsqu’elle saute sur le canapé, manquant de peu de verser son café sur la belle brune.  « Bah non. Ils n’comptent même pas te prévenir, en fait – juste t’envoyer leur comptable pour qu’il t’explique la situation. L’idée de mon père. »  Une gorgée de sa boisson et elle se tortille sur place pour mieux s’asseoir ; elle se met en tailleur, pour une fois ravie de ne pas avoir mis une robe ou une jupe. Elle tourne la tête pour mieux voir Alessa, grimaçant, sympathique. « He’s a dick. C’est principalement pour ça que je me suis énervée quand j’ai su pour ta bourse. Il fait rien pour bien faire, il veut toujours quelque chose en retour. » Elle évite d’expliquer pourquoi he’s a dick,  par contre, la flemme de toucher le sujet. « Tu savais qu’ils allaient revenir sur leur parole si tu continues à t’absenter, didn't you ? Alors pourquoi tu ne fais rien pour empêcher ça ? » Une pause. « And don’t feed me bull, Lessa ; we both know that’s useless. »



code by EXORDIUM. | imgs by tumblr



◊◊◊


Altschmerz

n. weariness with the same old issues that you’ve always had—the same boring flaws.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AGE : 23 AVATAR : Son Wendy (RV) POINTS : 67

NOUS A REJOINT LE : 18/05/2018

MESSAGES : 217

♡ PUT YOUR TRUST IN ICE CREAM
Voir le profil de l'utilisateur

Message(#) Sujet: Re: the horizon tries but it's just not as kind on the eyes — alessa&gaeul Ven 1 Juin - 9:25


gaeul & alessa

the horizon tries but it's just not as kind on the eyes


Alessa sent l’agitation manifeste qui s’élève dans le ton de sa locutrice et elle espère un instant voir celle-ci l’insulter, reprendre son sac et tourner les talons pour se rendre en cours avant qu’il ne soit trop tard, la calomniant de tous les mots parce qu’après tout, c’est à cause d’elle si elle est en retard, si elle avait voulu se bouger le cul, elle n’en serait pas là… La Péruvienne savoure secrètement sa petite victoire face à sa némésis, se délecte de sentir sa frustration égaler la sienne parce qu’après tout pourquoi ne pourrait-elle pas avoir le pouvoir cette fois-ci ? Pourtant le goût du succès est de courte durée. Contre toute attente Gaeul s’acharne, s’entête à lui expliquer, à lui faire comprendre ce qu’Alessa refuse d’écouter. S’écument les arguments de la bourse, de ses parents qui envisagent de la lâcher, du retour inévitable et pressenti au Pérou. Les cinq stages sont là : le déni en espérant qu’un jour Alessa va lui retourner un argument sensible, la colère en constatant que c’est peine perdue, puis les tentatives de négociations qui se vautrent tout autant que les précédentes. Restent la déprime et l’acceptance mais Gaeul semble encore trop en forme pour s’y résigner. Elle retente : « Oh zip it. If you didn’t like it you wouldn’t be drinking it. So let’s skip the part where you judge me for my coffee choices and go straight to the part where you’re throwing your life away and you’re not doing anything about it. » Et cette fois, peut-être qu’elle sent qu’elle touche à une corde sensible car elle n’ajoute rien. Un silence s’installe et la balle revient dans son camp.

Au fond tout ça Alessa le sait. C’est une stupidité pure que d’abandonner maintenant, après trois ans d’une licence médiocre à l’université San Agustin où elle a trimé pour pouvoir partir ensuite. Après avoir été acceptée à l’une des facs les plus reconnues au monde pour donner à son diplôme une valeur qualitative inespérée. Elle a une bourse, des parents qui la soutiennent, les capacités mentales. Et maintenant des gens riches et prêts à investir dans son potentiel. Alors, pourquoi est-ce qu’elle n’a plus envie ? Ses yeux font un tour d’horizon sur ce canapé confortable où elle se replie, vers son lit une place qui lui semble toujours trop chaud. Ses breloques de chez elle qui contrastent d’une façon saisissante avec tout ce qui l’entoure d’autre – le campus, l’extérieur, son entourage. Elle avait toujours été entourée de sa famille, de proches avec lesquels elle était passée de la primaire à l’université. De sa petite-amie qu’elle avait connu semblait-il depuis sa naissance. Sa vie avait toujours été marquée par une stabilité prégnante. Sauf qu’aujourd’hui il n’y avait plus rien de tout ça. C’était Alessa face à elle-même, sans le bruit sempiternel qu’elle avait volontiers laissé masquer ses pensées et protestations. Elle était nue et vulnérable au regard de tous, avec tout le temps et tout le silence au monde pour contempler sa propre médiocrité. Alessa se demande s’il s’agit là de repli ou de lâcheté, et elle ne veut surtout pas l’apprendre de Gaeul.

« De toute façon je savais que t’allais pas céder – t’es super chiante quand tu t'y mets. »

Cette dernière lui balance un grand sourire, particulièrement fière aujourd’hui de lui tenir tête – le sourire se perd un peu lorsque l’aînée manque de renverser son café sur le canapé et sa résidente et c’est ça qui étire les commissures à la concernée. Alors « gotta admire your obstinacy », lui glisse la brune avec un sourire en coin. Le compliment bancal sonne pourtant sincère malgré la touche narquoise qui se pose sur ses lèvres. Elle saisit le café offert par Gaeul entre ses mains, grattant du bout du doigt la protection au-dessus du gobelet. Distante, elle écoute la jeune femme à côté d’elle poursuivre, hochant la tête à l’occasion. Elle relève à peine lorsque Gaeul mentionne les raisons de son premier énervement – elle a à peine l’énergie de lui demander d’en dire davantage. Tant et si bien qu’à la prochaine question de la Coréenne, Alessa y répond faiblement : « Bien sûr que je m’en doutais. Ça paraît normal. T’as déjà rencontré quelqu’un qui est prêt à investir en toi sans attendre de retour ? » Le problème avec elle, se retient-elle de dire, c’est que les investissements font jamais long feu. On place rarement trop d’espoirs en elle, professionnellement ou humainement.
Peut-être qu’on n’a pas tort.

La jeune Péruvienne laisse ses lèvres se pincer entre elles, contemplant quelle réponse offrir à l’aînée. Cette fois elle se doute que l’excuse du sale rhume ne suffira pas. Ses yeux se lèvent à hauteur de la jeune femme, confortablement vautrée dans le canapé à côté d’elle, à l’aise comme elle ne l’a jamais vue en sa présence. Gaeul est là pour rester, sirotant son café en attendant des réponses, éclair de malice dans ses petits yeux bruns qui disparaissent quand elle lève le gobelet pour en prendre une gorgée. Fini le temps où elle se contentait d’une réplique un peu rêche pour s’en aller sans se retourner. Du moins c’est l’impression qu’elle lui donne – l’envie de lui prêter un peu plus de son temps à se prendre la tête, ou du moins à essayer de comprendre. Alessa ne sait pas comment elle est censée honorer ça. « Je sais pas trop », commence-t-elle, cherchant ses mots sans trouver les pensées équivalentes. Son coréen est trop limité pour des pensées qui s’enchevêtrent déjà bien trop dans sa langue natale. « I don’t know – it’s all so different. It’s not like it was back home – and I’ve always been there. » Ses doigts légèrement tremblants se mêlent pour tromper sa nervosité, en vain. « J’ai choisi la Corée du Sud parce que ma mère en venait et qu’en-dehors de ma famille, à Arequipa, j’ai jamais trop connu ce que c’était. » Elle l’a réalisé tôt pourtant. Rien de ce qu’elle n’avait connu via sa famille coréenne, ni rien qu’elle avait pu lire ne ressemblait à la vraie Corée, celle où elle se trouve maintenant, avec ses manières fortes et ses différences qui semblent parfois insurmontables. « I don’t see myself in anything here. »

Elle hésite. Certes, elle ne s’y voyait pas mais a quand même réussi à s’intégrer facilement, étrangère qui leur ressemble pourtant, au sourire mutin et à l’aisance inégalée en public inconnu. Mais il y a Dania qui ne la reconnait plus, qui l’avait prévenue pourtant. Elle ne trouverait pas ce qu’elle était venue chercher ici. « Et je sais plus pourquoi je suis ici. Quand je suis venue j’avais des gens derrière qui me soutenaient, maintenant ça me paraît futile. » Elle édulcore le récit en lui épargnant la rupture, la remise en question et la poudre qu’on se procure facilement et dans laquelle est passée une partie de sa bourse d’Etat. Elle lui ouvre la porte, pourtant, et glisse : « And it’s stupid but I’m scared of what might happen if I graduate and go back there to find nothing for me. And now everything's a mess and I don't know what's left of what things were like before. »
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AGE : 23 AVATAR : kang seulgi (rv) POINTS : 30

NOUS A REJOINT LE : 18/05/2018

MESSAGES : 54

♡ PUT YOUR TRUST IN ICE CREAM
Voir le profil de l'utilisateur

Message(#) Sujet: Re: the horizon tries but it's just not as kind on the eyes — alessa&gaeul Mar 5 Juin - 2:03


the horizon tries but it's just not as kind on the eyes

Elle y repense et, peut-être qu’elle a eu tort de venir ici, au final.  Plusieurs alternatifs s’offraient à elle. Elle aurait pu léguer la tâche leçon de morale d’urgence aux amis d’Alessa. Ils auraient été beaucoup plus efficaces qu’elle, vu qu’au moins eux, elle les écoute (parfois). Elle aurait très bien pu convaincre sa mère de l’approcher, aussi ; en espérant que la parole d’une mère soit plus influente que celle d’une gosse qui l’emmerde 24/7 et qui scande aux bonnes éthiques sans jamais en faire preuve avec elle. Gaeul aurait même pu ignorer toute cette histoire et passer à autre chose. Faire comme si ça ne change rien à sa vie. (Key words : comme si). Ce n’est pas à elle de gérer les conneries des autres après tout. Enfin, si seulement elle était capable d’effacer ce sentiment d’impuissance qui s’était emparé d’elle en apprenant la nouvelle. Ou ce besoin perpétuel d’aider et de protéger quand il s’agit des gens qu’elle ai—tolère.

S’était-elle attendue à ce qu’Alessa s’ouvre à elle quand même et malgré leurs antécédents et leurs différences ? Peut-être. Plus honnêtement, elle n’a même pas pris le temps de considérer ses attentes pour prévoir les conséquences avant de se pointer ici. A-t-elle cru pouvoir la persuader, slash l’obliger, d’aller en cours et de se reprendre en main ? Certainement. Gaeul est si habituée à obtenir tout ce qu’elle désir – et c’est autant dû au fait qu’elle soit blindée de billets et de faveurs, que ce n’est dû à son obstination crasse. Et si les deux filles ont ne serait-ce qu’un seul point en commun, c’est bien leur détermination déplacée.

Du coup, bah, who needs school anyway ?

Elle force ses yeux à se poser ailleurs que les jambes de la brune, un peu offensée de trouver la tâche presque surhumaine à exécuter. Toujours, toujours vexée par l’attirance qu’elle ressent pour elle et ugh, get your shit together, will you ? Elle fait genre elle n’est pas affectée, alors. Elle s’occupe de ses chaussures et exerce un contrôle impeccable sur sa voix, ses mots méticuleusement confectionnés pour relancer la discussion par peur que le silence ne soit trop pesant. Mais Alessa n’est pas Alessa si elle ne lui complique pas la vie alors quelques secondes plus tard quand elle se pose (se jette) sur le canapé devant elle et qu’elle lui affiche un petit sourire au coin, elle a l’impression que ses efforts sont vains parce que l’envie de l’embrasser redouble et avec ses frustrations.

P a r f a i t.

« So many great things about me and you pick that to admire, dit-elle, regardant la fille comme si elle a trois yeux, you’re so fucking weird sometimes. » Le mur entre elles s’écroule petit à petit, et Gaeul espère l’atteindre enfin. C’est quelque chose qu’on peut confondre pour de la fierté qui vient s’installer dans son sternum. C’est un bon début. « Bien sûr que je m’en doutais. Ça paraît normal. T’as déjà rencontré quelqu’un qui est prêt à investir en toi sans attendre de retour ? » La future avocate lâche un rire sans humour, ramenant son gobelet vers ses lèvres pour en prendre un coup. « Yeah. It’s called doing a good deed et mon père n’en a jamais entendu parler je crois. » Elle n’est pas sûre de ce qui la pousse à rectifier ensuite, « not that i think you’re a charity case, or anything like that. Tu mérites l’argent et… beaucoup plus. Enfin. Je sais pas. Mais tu m’as comprise. »

Si c’était un investissement équitable et impartial, peut-être. Connaissant son père, c’est loin de l’être. Il a toujours été comme ça : manipulateur, avide de pouvoir. Souverain indompté qui cache si bien son jeu derrière ses sourires faciles et ses costumes bien cintrés. Tellement que les gens continuent à lui faire confiance. S’il a pu oser voler de l’argent de son épouse sans remords, ce n’est pas à une inconnue dans une position de faiblesse qu’il offrira sa loyauté.

Gaeul ne veut pas avoir à deviner chacun de ses pas si Alessa est en jeu.

« Je sais pas trop. » C’est la Péruvienne qui rompt le silence, cette fois. Elle a l’air gênée, tendue – la Coréenne retient une main d’aller se poser sur son épaule pour rassurer. Elle offre un humm pensif plutôt, comme pour lui souffler qu’elle peut prendre son temps. Ce n’est pas de la pitié mais quelque chose d’autre qui fait de plus en plus pincer son cœur au fil des secondes qui passent et des mots que la plus jeune lui confie – elle n’est pas sûre de ce que c’est par contre. Elle ne veut pas savoir. I don’t see myself in anything here, a-t-elle dit, mais Gaeul can’t picture her anywhere else but here. D’abord, elle percute un peu à quel point elle a foiré avec Alessa. Toujours pas par pitié. C’est qu’elle n’est pas, mais alors vraiment pas la personne qu’elle l’a cru être. Elle n’est pas sûre de si c’est une bonne ou une mauvaise chose ça. Elle la croyait ici pour construire une nouvelle vie. Elle n’est là que pour améliorer celle qu’elle a laissée en Afrique. Ensuite, elle se convint qu’elle n’est pas blessée de savoir que celle-ci ne considère même pas toute l’aide que pourraient lui offrir ses amis d’ici.

« Mais il y a toujours des gens derrière toi, et il te reste toujours sur qui compter. » Gaeul feigne un ton nonchalant lorsqu’elle répond enfin. « I mean, us. Your freinds. Here. » Elle racle sa gorge, tente de cacher sa gêne d’avoir dit ça à voix haute, mais aussi parce qu’il est évident qu’elle est nulle quand il s’agit de consoler les autres. « Ta famille aussi. Tes amis de là-bas, même. They’re still there, right ? What makes you think they don’t care ? » Elle ne connaît pas son histoire dans les détails près et elle ne fait plus trop confiance à ce qu’elle croit connaitre. Est-elle sur de bons termes avec ses parents ? Et ses proches alors ? A-t-elle quelqu’un là-bas ? Quelqu’un de spécial. Ses pensées s’entremêlent. Elle lève la tête jusqu’à ce que le dos de son crâne se repose contre le dossier du canapé. Le plafond est super moche. « I don’t know what happened exactly – and you don’t have to tell me – but what if… it’s a good thing ? » Elle lance ça un premier temps et s’arrête, hésitante. « Parce que tu parles comme si ta vie est foutue mais… Maybe it’s just your chance to start over ? Here. » Elle tourne la tête vers elle et sent sa joue s’écraser contre le dossier. Elle doit avoir une drôle de tête. « Some people appreciate you, here. Some people would love to know more about you. You can have a family here too… I mean, you know, a support system of some sorts. » Gaeul pense qu’on lui doit la médaille de l’amie la plus pire au monde. Elle grimace. « Désolée. Tout ce que je veux dire c’est, elle s’humecte les lèvres, cherche une étoile quelconque dans les iris d’Alessa, do you really have to go back ? »


code by EXORDIUM. | imgs by tumblr



◊◊◊


Altschmerz

n. weariness with the same old issues that you’ve always had—the same boring flaws.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AGE : 23 AVATAR : Son Wendy (RV) POINTS : 67

NOUS A REJOINT LE : 18/05/2018

MESSAGES : 217

♡ PUT YOUR TRUST IN ICE CREAM
Voir le profil de l'utilisateur

Message(#) Sujet: Re: the horizon tries but it's just not as kind on the eyes — alessa&gaeul Mar 5 Juin - 13:31


gaeul & alessa

the horizon tries but it's just not as kind on the eyes


« So many great things about me and you pick that to admire, you’re so fucking weird sometimes. » Alessa sourit avec ses yeux, aussi surprise que prête à jouer. Elle n’a jamais connu Gaeul comme ça – drôle, volontairement qui plus est, et ça lui plait de voir la jeune femme se prendre au jeu. Un autre jeu que celui qui consiste à lui renvoyer toutes les bassesses possibles pour avoir le dernier mot, pour voir la veine enfler sur sa tempe, ses dents se refermer sur sa lèvre inférieure. « You ? Great things ? Haven’t seen any. » fait-elle, sourcils haussés, faussement gênée. D’un coup l’ambiance est moins incandescente et chacune se prête moins à la confrontation qu’à l’écoute. Alessa n’est pas sûre de comment l’interpréter, elle qui a toujours connu l’étudiante en colère, nerfs à vif et très, très attirante derrière son tempérament chaud. Là, elle découvre une Gaeul toute aussi intrigante dans sa douceur et son attention masquée sous des piques peu aiguisées.

« Je mérite pas plus l’argent qu’aucun autre étudiant d’échange dans cette université. Mais j’en ai besoin, et je sais dire oui et m’écraser quand j’ai besoin d’un truc. »

Alessa a vite appris que la dignité était un superflu de l’ego qu’il n’était pas nécessaire, voire encombrant, de maintenir. Beaucoup d’efforts du Soi à maintenir une illusion que personne ne voyait à part nous. Refuser de l’argent dont elle avait désespérément besoin pour continuer ses études, c’était du suicide scientifique, un irrespect face à ses parents et une incohérence déconcertante envers ses propres rêves et principes. Alors elle a accepté sans y réfléchir à deux fois – le prix à payer viendrait plus tard et elle n’y avait pas réfléchi outre mesure pour ne pas s’effrayer davantage. Alessa vit dans le présent et à ce moment-là, elle avait besoin d’un recours. On lui avait offert. Elle aurait été idiote de le décliner au nom de principes qui ne tenaient plus la route.

Elle hésite à en parler à Gaeul, puis décide contre. C’est les questions suivantes de la belle qui lui font s’ouvrir un peu et les langues se délient, progressivement.
Ses insuffisances se font ressentir, elle n'en est que trop consciente. Elle se dévoile, trop pour ses coutumes d'introversion, un peu trop pour aimer ça ; qui plus est, c'est Gaeul qui témoigne de sa déchéance. Alessa manque de comprendre pourquoi ça lui importe ; si c'est parce qu'il s'agit de quelqu'un en qui elle n'a pas assez confiance pour lui confier ses troubles ou si c'est qu'elle a toujours voulu montrer cette face nonchalante d'elle-même à l'aînée, et que faire tomber ainsi ses barrières serait une entrave à une telle manœuvre. Mais elle lui confie ses peurs, autant de rentrer que de rester ici. En filigrane passent son manque d’estime et son mal-être actuel mais comme par déduction, Gaeul s’applique à les contourner. A n’appuyer ni charbon sur les plaies ni essayer de les détailler trop longtemps. « Mais il y a toujours des gens derrière toi, et il te reste toujours sur qui compter. I mean, us. Your friends. Here. » Elle se force à masquer son sourire lorsque la Coréenne s’inclut dans son cercle amical – le moment lui semble malvenu pour se moquer d’une personne qui souhaite l’écouter. Un aveu : « I don’t contact them much. My family. I know I should, I just…it’s a rough time that I’m going through. » Elle laisse en suspens, ne laisse deviner si elle ne veut pas les inquiéter par cette démarche ou si elle souhaite se distancier d’eux.

Elle ne le sait pas elle-même.

Elle pense à ses parents fiers et inquiets de la voir partir. Au visage désapprobateur de Dania qui ne l’accompagne pas à l’aéroport. Un caprice qu’elle a toujours perçu comme normal venant d’une personne blessée comme elle l’avait tranchée… Son père, aymara aux mains rêches pour qui le bonheur se situe dans peu, ne comprendrait pas sa détresse. Sa mère n’a connu la Corée qu’en histoires familiales et manuels d’histoire, et sa grand-mère ne se rappelle que du pays pauvre qu’elle a fui pour une terre plus fertile il y a trop longtemps de ça… D’un autre côté leur enfant n’ose pas leur expliquer qu’en laissant Dania elle a perdu le phare qui la guidait et que les dernières convictions qui la gardent ici se réduisent comme peau de chagrin. « I don’t know what happened exactly – and you don’t have to tell me – but what if… it’s a good thing ? » Alessa n’écoute qu’à moitié, sourire désolé aux commissures. Elle aimerait que ce soit simple. Mais Gaeul non plus n’a pas connu les plaines d’Arequipa et les voiles de nuages qui habillent leurs volcans, les airs d’huayno qui berçaient ses voyages au marché et comme tout était doux et simple avec Dania.

« C’est de toi que tu parles ? »

Ses yeux malicieux croisent enfin ceux de la jeune femme, instigateurs, avides d’y trouver une quelconque gêne ou une confession de quelque sorte. Toujours taquine, Alessa se redresse dans le canapé, saisit le café offert par l’héritière et s’humecte les lèvres pour en retirer toute trace. D’un coup, rompant définitivement l’allure intime de leur conversation, un doigt se tend près du nez de Gaeul – « There ! A nice trait ! Found one. God that was hard. » Un air de défi se peint sur ses traits tirés. Elle prétendrait n’être que très peu touchée par les termes de la jeune femme si elle l’avait pu – or elle redevient vite sérieuse, son regard plongé dans celui de la concernée. Peut-être trop. « Would you be sad ? » La question se veut taquine mais prend un aspect plus sérieux qu’elle ne l’aurait voulu. Le contact visuel se rompt à mesure que la gêne grimpe en elle et elle lui assène sa réponse dans un soupir. « Non, rentrer maintenant ce serait pire. J’aurais rien accompli, et je ferai pas mieux là-bas. »

Elle était partie du Pérou pour une raison après tout. Le chômage chronique et grimpant dans les terres arides mal gérées par le gouvernement, les quelques employeurs se renfrognant face aux mestizos à la peau trop foncée, les inégalités creusées un peu plus par un climat en dégradation  constante. Sous les récentes années d’une jeune démocratie stable, la jeunesse andine essayait de récupérer ses droits et sa fierté mais les places pour les médecins restaient rares et chères payées, autant que les études étaient difficiles à obtenir avec un niveau standard à l’international. Alessa avait vu en son pays d’origine un espoir, une possibilité inexistante chez elle de revenir avec un diplôme reconnu et de vraies chances de son côté. Rentrer sans ce dernier serait se damner à trimer pour un boulot d’infirmière dans un hôpital peu réputé. Et dans le même temps, rester la condamnait à un futur incertain et à une dette trop large pour ses épaules devenues trop fines.

« Ton père, tu crois qu’il va faire quoi ? » ose-t-elle après un silence, se grattant la joue de deux doigts pensifs. « T’as pas l’air de le porter dans ton cœur. »
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AGE : 23 AVATAR : kang seulgi (rv) POINTS : 30

NOUS A REJOINT LE : 18/05/2018

MESSAGES : 54

♡ PUT YOUR TRUST IN ICE CREAM
Voir le profil de l'utilisateur

Message(#) Sujet: Re: the horizon tries but it's just not as kind on the eyes — alessa&gaeul Ven 15 Juin - 11:44


the horizon tries but it's just not as kind on the eyes

Ou alors, peut-être qu’au final, elle a bien fait de venir ici et de tenter. Gaeul permet un gros sourire, unbashed quand elle croise le regard amusé d’Alessa.

« You ? Great things ? Haven’t seen any. » « That’s because you’re either too busy glaring at me or checking me out whenever we’re together. » Et ce n’est que la moitié d’un mensonge – elle a été plus que moche avec la Péruvienne depuis qu’elle a découvert qu’elle s’était (stupidement) impliqué avec son (stupide) père. Du coup c’est un peu de sa faute si celle-ci ne la tient pas si haut en terme de bonté d’âme. Mais elle sait qu’elle n’a pas tort parce qu’elle-même se surprend les yeux errants et la gorge nouée un peu trop souvent en sa présence et d’après Iseul, ou plus exactement tous leurs amis en commun, l’attirance n’est pas non réciproque – elles sont aussi obvious l’une que l’autre. Par contre, son sourire espiègle ne fait pas long feu. Gaeul roule les yeux si fort qu’elle sent une migraine arriver. « Well, t’aurais pu me demander de l’argent à moi. » Ton accusateur, mine renfrognée. Elle s’entend et n’a pas besoin de gober la réaction de la brune pour savoir que ce qu’elle dit est complètement ridicule. Son regard s’adoucie, elle détourne son attention ailleurs. « Sorry. That was stupid. Et ce qui est fait est fait, I guess. » Elle n’est pas sûre de ce qui l’exaspère le plus : le fait qu’Alessa soit maintenant liée à son père par un contrat qui pourrait très bien lui coûter son avenir, le connaissant, ou alors le fait qu’elle puisse penser qu’elle ne mérite pas plus que les autres alors que la Coréenne est persuadée du contraire. Les deux options ne rendent pas le flux de colère qui s’était épris d’elle plus raisonnable, elle s’efforce à laisser tomber le sujet ou le remettre à plus tard.

Alors qu’elle se sent plutôt satisfaite d’avoir réussi à intimer la belle femme à confesser ses anxiétés, elle se sent un peu débile de n’avoir aucun mot pour vraiment rassurer. Ce qui suit ensuite est un gros tas de n’importe quoi auquel Gaeul ne veut plus penser. Toutes les choses qu’elle a pu dire – toutes les pensées mal imbriquées qu’elle a déchargées sur Alessa en espérant consoler, elle ne veut plus y penser, veut plutôt les entasser dans un gouffre, le fermer à clef, et la jeter dans le Han River pour de bon. On ne peut pas retenir ça contre elle – she’s not a people person, elle ne sait pas être douce, trop directe pour l’être.

« C’est de toi que tu parles ? »

Touché. Gaeul grogne une protestation qui ne parvient pas à chasser la lueur de malice dans les yeux de l’autre gosse, mais qui fait assez de bruit pour noyer son malaise. Elle se décolle du dossier du canapé, pointe un doigt au nez d’Alessa et reprend son ton usuel, celui qui donne l’impression qu’on lui a pissé dans son bol de Kellogg’s ce matin. « Shut uppppp. Do you always have to ruin the moment ? » What moment ? L’héritière grogne encore une fois, l’envie de mourir se fait sentir autant que le sang qui monte jusqu’à ses joues. « Ok. Pretend I didn’t say something that cringey. » Et autant elle se plaint, autant elle est rassurée de voir qu’elles peuvent revenir à leur dynamique habituelle avec aise malgré tout ce qui a été dit. Au fond, ça relève de l’habitude, maintenant, leur ping-pong verbal. So –  « Would you be sad ? » Sa mâchoire se crispe, elle a le cœur qui bégaye dans sa poitrine. « Yeah, » dit-elle un premier temps, honnête. Un hochement plus certain, son café est froid lors qu’elle en prend une gorgée. « Of course I would. » Les armures sont omises, elle se sent nue sous son regard. Elle ramène ses genoux jusqu’à sa poitrine comme pour se protéger. « And I wasn’t talking about going back home now. J’ai voulu dire – quand tu finis tes études, et tout, tu dois vraiment rentrer chez-toi ? » Elle regarde partout sauf Alessa. « Tu ne peux pas rester ici ? Il y a de la place pour toi, ici. »

Ou peut-être que la Péruvienne ne veut pas rester.

« Nevermind, actually, that’s... personal. » Par peur de gêner, ou par peur de fâcher, Gaeul ne s’attarde pas trop là-dessus, s’empresse de passer à autre chose sans vraiment laisser le temps à la belle brune de lui répondre. Elle jette un coup d’œil à sa montre, grimaçant tantôt elle vit les aiguilles pointer vers le joli huit en argent. Exceptionnellement aujourd’hui, elle va manquer les cours – elle ne manque jamais les cours, qu’importe la raison. « Perfect attendance, not anymore, » remarque-t-elle, curieusement calme. « T’as gagné, pas d’uni aujourd’hui. » Elle peut déjà entendre Iseul glousser en fond, un sourire au coin comme pour lui souffler qu’elle sait quelque chose qu’elle, lui échappe complètement. C’est ce même sourire qu’elle peut entendre dans sa voix lorsqu’elles parlent de la belle brune et qu’elle la désigne comme étant sa petite-amie. Ce ah, when will you learn, Gaeul sous-entendu.

Alessa rompt le silence, cette fois-ci. L’héritière la regarde un long moment avant de lui répondre. Enfin – d’essayer de lui répondre. « He’s – » elle ouvre la bouche et une panoplie d’insultes qui varient du poli au grossier manquent de tituber d’entre ses lippes. Elle se retient. Elle n’aime pas étaler son linge sale devant les autres (cierge). « On n’est pas très proches, lui et moi. » Understatement of the year. « On va dire qu’on ne partage pas les mêmes avis, ou les mêmes principes. » Elle se demande brièvement si Alessa sait qu’elle ne porte même pas son nom de famille à lui, plutôt celui de sa mère. « He’s a businessman. » Résume-t-elle alors pour éclaircir un peu plus les choses, espérant qu’elle comprenne tous les sous-entendus qui viennent avec ce titre sans qu’elle n’ait à énumérer ses défauts un à un.

Quand elle y pense, il a toujours été comme ça, son père. De mauvaise foi. Mais ça n’a jamais dérangé avant – pas avant qu’elle n’ait découvert qu’il vole de l’argent de sa mère et quelque part, au plus profond de son âme, c’est contre elle-même qu’elle est si en colère. Parce qu’elle le lui a permis. Parce qu’elle ne l’a jamais arrêté de voler d’autre gens, avant. Elle ne se révolte que maintenant que ça touche ses proches. Gaeul n’a pas trop envie de creuser par contre, et pour l’instant elle se contente de le blâmer pour tout ce qui va mal dans le monde.

C’est plus facile ainsi.

Elle finit son café et lâche un long souffle satisfait. Elle délaisse le gobelet sur la table basse devant elles, là où beaucoup trop de déchets traînent encore. Elle se retourne vers la coupable, dents creusés dans sa lippe inférieure. « How about we clean this place up and then go for a brunch ? » Invitation lancée avant même d’être contemplée, mais Gaeul ne regrette rien. Un sourire offert, cette fois facile, desinvolte. « Decluttering always makes me feel better. »

Yeah who needs school, anyway.



code by EXORDIUM. | imgs by tumblr



◊◊◊


Altschmerz

n. weariness with the same old issues that you’ve always had—the same boring flaws.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AGE : 23 AVATAR : Son Wendy (RV) POINTS : 67

NOUS A REJOINT LE : 18/05/2018

MESSAGES : 217

♡ PUT YOUR TRUST IN ICE CREAM
Voir le profil de l'utilisateur

Message(#) Sujet: Re: the horizon tries but it's just not as kind on the eyes — alessa&gaeul Dim 17 Juin - 21:50


gaeul & alessa

the horizon tries but it's just not as kind on the eyes


Fidèle à elle-même, Alessa ne réagit que peu aux provocations de sa locutrice. C’est à peine si elle y prend part – tout au mieux, elle les accueille avec un rictus se voulant narquois. Ses réponses placides et tout en douceur se glissent hors de ses lèvres pour être prononcées dans un calme légendaire. « I only check you out because it makes you stutter. I like making you look dumb. » Cette dernière partie vient accompagnée d’un sourire d’apaisement. Pour elle l’heure n’est pas à la provocation – du moins pas de celle qu’elles s’offrent habituellement, sans merci et parfois blessante. Avec Gaeul, c’est sa première fois et comme de coutume, Alessa est prudente. Son regard doux soutient celui de la jeune femme comme pour vérifier qu’elle accuse le choc sans s’en offusquer. Une précaution qu’elle a rarement prise avec l’étudiante en droit – ses mots dépassaient rarement un certain ton et elle n’avait jamais eu l’habitude de se mesurer. Si des paroles vénéneuses se glissaient malgré elle sur ses lèvres, rarement s’excusait-elle. Il en allait de même pour sa comparse, au demeurant – et lorsqu’elle voit celle-ci prendre les mêmes précautions, s’affaisser un peu plus dans le canapé dans une aise qui lui semble malvenue mais désirée, elle décide qu’elle aime bien passer ce moment ici, avec elle.

Peut-être est-ce cette aise qui les guide jusqu’à parler de l’origine de leur animosité – l’argent –, mais tandis que chacune s’affaire à s’expliquer, Gaeul finit par repousser la conversation. La Péruvienne voit sur ses traits passer la colère, puis la résilience, plus douce et acceptante, jusqu’à une forme d’excuse qu’elle accepte en silence. L’épisode ne parvient pas à les décourager, pousse même la plus jeune à se confier, laissant un flot de mots parler pour les pensées qu’elle n’a que trop refouler. Elle confie à mi-mots avoir peur de ce qu’elle trouvera au Pérou à son retour, mais se sentir encore plus seule ici, maintenant. Alessa signe ses confessions d’un énième trait d’humour parce qu’elle a trop peur de laisser ses ressentis devenir le sujet principal et elle n’est pas douée pour les confier. Pas plus qu’elle ne sait être sous les projecteurs ou les microscopes des autres, plus doués qu’elle pour comprendre ses propres émotions… La Péruvienne n’ose pas s’ouvrir davantage et lui dire qu’elle a peur que tout ça soit loin d’une bonne chose. Qu’elle s’accroche à ses derniers liens avec son Arequipa natale et qu’elle a trop peur d’être totalement démunie sans eux. Sans ses espoirs d’avenir. Avec Dania. En tant que médecin. Ses amis ici, elle les rejette, incapable de se lier comme elle l’a été avec Gosun, comme elle le sera sûrement avec n’importe qui. Alors Alessa préfère retourner le sujet contre son instigatrice. Une énième boutade fait disparaître toute réticence, toute gêne de son côté. Une lueur de malice éclaire à nouveau son regard et elle retrouve de son aplomb pour affirmer : « You wish. Sappy looks good on you. » Elle ne feindra même pas d’être touchée. Pas assez pour que Gaeul comprenne qu’elle l’est.

« Il y a encore plus de place pour les médecins au Pérou. »

Sa structure bancale manque de transmettre ce qu’elle aimerait détailler plus amplement : si elle ne le fait pas alors qui ? Surtout, aura-t-elle une chance ? Elle s’interroge encore sur la naïveté de son plan. Se plaît à croire que la discrimination s’arrête au moment où la vie d’autrui est en danger. Les médecins en milieux ruraux sont trop rares pour être efficaces et les urbains envoyés dans ces coins se plaisent à éviter autant que possible de s’y rendre. Les chiens malades sont nombreux là-bas et les camps aymaras difficilement pénétrables sans une méfiance exacerbée de leur population. Elle aimerait pouvoir expliquer la situation à Gaeul mais se demande s’il y a une bonne façon d’expliquer. S’il ne faut pas d’abord voir le Pérou pour comprendre les fléaux qui criblent cette région du monde. Aussi quand la Coréenne détourne le sujet, Alessa hésite entre se sentir laissée sur sa faim et soulagée. « Tu manques les cours pour moi ? Je pensais pas que tu m’appréciais autant. » La jeune femme ne tente pas de la dissuader, ni ne lui demande si elle est sûre de vouloir rester. Manière voilée, bien couverte de lui signifier que pour une fois, elle apprécie sa présence. Suffisamment pour être soucieuse de ne pas gâcher le moment en l’entraînant sur un sujet qui fâche – une fois que Gaeul a répondu à sa question quant à son père, Alessa opine du chef, demeure silencieuse et se promet de ne pas trop creuser le sujet. « Je vois », voilà tout ce qu’elle lui rétorque. En réalité, elle ne voit pas. Elle ne connait pas de businessman. C’est sa peur de paraître ignorante qui guide sa réponse et, heureusement pour elle, elle met terme à la conversation.

« How about we clean this place up and then go for a brunch ? »

Le pli entre ses sourcils s’accentue et elle a tôt fait de déchanter lorsque Gaeul parle de nettoyer. Alessa n’a même pas besoin de faire un tour d’horizon pour jauger l’ampleur des dégâts et ses lèvres se pincent entre elles en imaginant l’étudiante nettoyer son appartement… « Alors je propose un vote, commence la demoiselle, se redressant du canapé pour surplomber l’aînée. « La majorité gagne. Je vote pour qu’on aille directement au brunch plutôt que de ranger et comme je suis l’occupante de ce dortoir ma voix compte double. J’ai gagné ! Allez prends tes affaires on y va. On va où ?» Survoltée, la jeune femme a déjà ramassé quelques affaires pour les ranger dans son coin d’armoire. Elle espère fortement que Gaeul n’insistera pas – or celle-ci a l’air bien partie pour tout ranger. « Bon, on range. On verra après. » Un soupir. Elle s’était hissée avec difficulté hors du canapé, ramassant son cendrier plein au passage et attrapant son sachet de tabac de sa main libre. « J’te laisse la cuisine, je vais faire la chambre. Mets-toi à l’aise », indique la résidente en pointant du doigt le porte-manteau, puis la cigarette qu’elle roulait entre ses doigts.

Alors elle range. Le sol de sa chambre apparaît peu à peu et le reste autour s’assainit, jusqu’à la salle de bains qui n’a pas vu le jour depuis trois semaines au moins. L’odeur ambiante de cigarette n’imprègne plus autant la pièce et Alessa se demande où elle a vécu tout ce temps. « J’ai fini », lance-t-elle en ressurgissant dans la cuisine, où elle trouve Gaeul dos à elle. « Merci, pour ça. » Dubitative, dans l’expectative, elle attend de voir la réaction sur le visage de la jeune femme lorsqu’elle se retourne. Y cherche une trave de dégoût, de répulsion. « I had a tough time with classes this week. » Elle ment pour se justifier en vain. Elle espère que Gaeul ne relèvera pas. Alessa s’avance dans la pièce et la contemple sous un nouveau jour. Elle se pare d’un sourire léger, qui ne distrait que difficilement de ses sourcils haussés, témoin soudain d’une nervosité prégnante :

« You like red beans and guacamole ? We could eat here if you’d like. »
AVENGEDINCHAINS
[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AGE : 23 AVATAR : kang seulgi (rv) POINTS : 30

NOUS A REJOINT LE : 18/05/2018

MESSAGES : 54

♡ PUT YOUR TRUST IN ICE CREAM
Voir le profil de l'utilisateur

Message(#) Sujet: Re: the horizon tries but it's just not as kind on the eyes — alessa&gaeul Lun 25 Juin - 19:53


the horizon tries but it's just not as kind on the eyes

Quant à faire genre elle ne se sent pas embarrassée et blessée d’avoir proposé à la Péruvienne de rester juste pour recevoir un gros non en retour, Gaeul se considère championne. (Then again, Gaeul se considère toujours championne, question de bon mindset. Question de réalisme.) Elle n’a vraiment, mais alors vraiment pas l’habitude d’entendre ce mot. Non. Là, c’était plutôt un non implicite qui lui met un full stop en plein gueule, et ça ne gêne pas moins qu’un refus expressément vocalisé. Et Iseul aurait posé sa main sur son épaule en fake support, regard réconfortant chargé de sarcasme pour bien remuer le couteau dans la plaie. Ce qu’elle oublie, c’est de se rappeler de ne pas prendre ça personnellement mais Gaeul n’est pas Gaeul si elle ne prend pas toujours tout personnellement so who’s surprised. Du coup, elle se sent moins comme une championne et plus comme une groupie – parce qu’elle veut qu’elle reste, parce qu’elle se sent comme un gosse qui se lamente qu’on lui a refusé un bonbon. C’est l’effet qu’a Alessa sur elle rien qu’en étant en vie – Gaeul ne compte pas s’y habituer.

Alors elle fait ce qu’elle fait toujours dans des situations pareilles : elle détourne le sujet, et n’insiste pas parce qu’elle n’est pas un homme et sait accepter un rejet quand il le faut. Son prof d’éthique aurait été fière d’elle. Un peu moins vis-à-vis du fait qu’elle tire une longue tête à chaque taquinerie qui sort de la bouche de la brune, et la brune n’ouvre la bouche que pour la taquiner. Zéro self-control, elle mord à l’hameçon : « I don’t like you, but I also don’t don’t like you, » lance-t-elle, défiante lorsqu’elle hausse ses sourcils pour marquer son point. (Elle aurait pu dire dislike mais where's the fun in that.) Bon après, c’est vrai qu’elle ne rate les cours pour personne, même pas les deux boulets (‘Seul et Bitna) qui lui servent de meilleures amies. Elle le pense à haute voix : « Don’t let this go to your head, Lessa ; it’s so pretty darn inflated already. » Et c’est Miss Arrogance en personne qui le dit. Bien sûr, elle ne remarque même pas qu’Alessa était passée de ‘casse-toi de chez-moi stp tu gênes plus que le logo de tf1 en plein rerun d’amour gloire et beauté’ à ‘non en fait tu peux rester, t’es comme cet oncle qui fait chier tout le monde mais qu’on tolère quand même parce qu’il fait partie de la famille.’ Ce qu’elle remarque par contre, c’est que celle-ci n’essaye pas vraiment de lui soutirer des infos à propos de son père. Gaeul veut presque la remercier. Derrière l’image I am the woman of the situation et sous l’attitude idfc je veux juste lui faire payer ses dettes, la fille rongée par la culpabilité est facilement perçue dès qu’elle ouvre la bouche.  

Gaeul la laisse parler, quelque chose à propos d’un vote double et de majorité à laquelle elle ne répond même pas – un peu parce qu’elle n’a qu’à lui lancer un deadpan pour qu’elle réalise qu’elle dit n’importe quoi, beaucoup parce qu’elle est occupée à fangirler intérieurement à la vue d’une Alessa paniquée. Cute. On dirait un chevreuil aveuglé par les phares d'un véhicule. Elle grimace. Ça fait très… fury de le dire. « Bon, on range. On verra après. » La résignation dans le ton de la Péruvienne lui soutire un gros sourire vainqueur qu’elle affiche sans retenue. Elle se relève du canapé à son tour, s’étirant ses membres pour se détendre. Le regard qu’elle garde sur l’autre est aguichant at best. « Submissiveness looks good on you. » Rétorque-t-elle, fière d’avoir pu reprendre les mots de la brune et les utiliser contre elle, mais aussi de tous les sous-entendus qui s’y cachent. Then again you look good all the time. Elle retient le compliment sous la langue, mais ne réprime pas les papillons qui dansent dans son ventre.  « J’te laisse la cuisine, je vais faire la chambre. Mets-toi à l’aise » « Already thinking about locking me up in the kitchen ? Quick. » Elle blague, mais elle cède sans plaintes. Elle est de dos à Alessa lorsqu’elle range le sac et les chaussures qu’elle a laissé à la porte, tout à l’heure, dans un coin. En espérant ne pas gêner l’autre dans son ménage forcé. Elle prend le temps de check son téléphone, et de répondre d’un you kiss your mom with that mouth ? aux réponses-insultes d’Iseul à son asshole de tout à l’heure. Elle ignore le where are you de Bitna, par contre, pour… plus de mille raisons, en fait.

Gaeul redresse ses manches et attaque la cuisine qui se porte tel un champ de bataille devant elle. C’est pas qu’elle veut emmerder Alessa alors qu’elle est dans le fond du gouffre, mais elle ne veut pas l’encourager à oublier de prendre soin d’elle-même dès que quelque chose s’passe mal dans sa vie non plus – et beaucoup de choses vont mal se passer dans sa vie, vue sa profession de choix. Plus la responsabilité du job augmente, plus les difficultés s’empilent. Elle est en train de faire la vaisselle lorsqu’Alessa vient lui annoncer qu’elle a fini, de son côté. Gaeul lui jette un coup d’œil furtif de son épaule, sourire aux lèvres et cheveux en bataille. « J’y suis presque, moi. » Elle avait rangé le frigo et ç’avait pris un peu plus de temps que prévu… no thanks to les produits périmés de deux siècles qu’elle y a trouvés. Elle ne répond pas à ses remerciements, incapable de voir pourquoi elle les mérite. « So – tu te sens mieux après avoir tout rangé, avoue ? » Joueuse, on entendre son sourire dans sa voix. Un peu plus sage, notablement plus gentille, elle continue : « don’t worry, I get that you had better days. » De toute façon, elle n’est pas là pour se moquer. Ou pas que. Elle veut vraiment arranger les choses pour la biologiste, et elle veut qu’elle réussisse à marquer le but qu’elle s’était fixé en venant en Corée. Elle rince une dernière assiette et la repose dans le porte-vaisselle avant de faire volte-face, un torchon en main pour les sécher. « Yeah, I’d love to. » Elle hausse les épaules d’une désinvolture voulue, partante pour du guac’ anytime. Quand même : « Si tu proposes ça pour pas quitter ta maison, ou pour pas me laisser payer de ma poche pour le brunch, par contre, tough luck. Dans tous les cas on doit sortir faire les courses ; t’es à sec et tu ne vas pas tenir la semaine si tu fais pas le plein. On me. J’ai cassé deux verres sans faire exprès et – i want to make it up to you. » Elle ment sans scrupule, persuadée d’être raisonnable à le faire parce qu’elle a 0 people skills. Elle repose le torchon sur le bord du plan de travail derrière elle et s’y penche, patiente. Une main passe à travers ses mèches, n’arrive quand même pas à bien les coiffer. « By the way, je suis nulle en cuisine mais si je peux t’être utile… » sa voix s’estompe graduellement, ses yeux enchaînés à ceux d’Alessa. Qu’elle est belle. Son cœur s’étiole dans sa cage. « Where do you need me ? »

Elle aurait préféré poser cette question dans un contexte... différent.



code by EXORDIUM. | imgs by tumblr



◊◊◊


Altschmerz

n. weariness with the same old issues that you’ve always had—the same boring flaws.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AGE : 23 AVATAR : Son Wendy (RV) POINTS : 67

NOUS A REJOINT LE : 18/05/2018

MESSAGES : 217

♡ PUT YOUR TRUST IN ICE CREAM
Voir le profil de l'utilisateur

Message(#) Sujet: Re: the horizon tries but it's just not as kind on the eyes — alessa&gaeul Mer 27 Juin - 17:21


gaeul & alessa

the horizon tries but it's just not as kind on the eyes


Elle contemple les fringues dans ses mains, grosses poignées s’amenuisant à mesure qu’elle les rangeait, propres et bien pliées, et Alessa se demande à quel moment elles en sont arrivées là. Déjà, à quel moment elle a pu accepter que Gaeul parmi toutes les personnes autour d’elle l’aide à ranger. Mais surtout, quand est-ce que l’animosité entre elles s’est muée en une camaraderie silencieuse. Quel tournant avaient-elles pu prendre pour que de sa passivité irritée ressorte une tolérance, presque une légèreté de cœur face à la présence autrefois intrusive de Gaeul. L’héritière n’est plus cette némésis, figure d’autorité écrasante et injuste qui s’appuie sur elle d’un poids dont elle ignore l’origine. Et Alessa commence doucement à s’ouvrir à elle. A la laisser pénétrer dans son monde et à l’intérieur de son espace, si mal rangé et si impersonnel à la fois… Non, Gaeul n’est certainement pas devenue une amie.

Parfois, Alessa jette un œil par l’encadrement de la porte et se demande ce qu’elle est exactement.

So – tu te sens mieux après avoir tout rangé, avoue ? » Gaeul tourne la tête et le soleil à l’extérieur redessine son sourire mutin, ses traits au pinceau fin et ciselés par ce rictus dont elle a le secret. La Péruvienne comprend immédiatement le message et, en réponse, hausse des sourcils presque vexés. Elle ne dira pas que ça lui fait du bien – en fait, elle ne sait pas si elle doit se sentir plus à l’aise ou encore moins chez elle. Se retient bien sûr de dire que c’est sûrement Gaeul qui confère son aspect réconfortant à la pièce. « don’t worry, I get that you had better days. » Cette fois, Alessa lâche un petit thanks qu’elle a peur de regretter si elle le dit trop fort. Elle prie silencieusement pour que Gaeul l’ignore et double celle-ci en lui proposant de rester manger. Un rapide coup d’œil à son réfrigérateur lui confirme qu’elle a juste assez pour préparer un repas, ou presque : de quoi faire un guacamole assez rapidement, et des galettes qui feront bien office de support. Du fromage râpé qui n’est (grâce au ciel) pas recouvert de champignons. Son placard quant à lui contient assez de haricots rouges pour survivre dans un bunker pendant six ans. En somme, pas un repas prestigieux. Ni peut-être au goût des Coréens. Elle aurait presque honte du maigre contenu de sa cuisine mais Gaeul lui répond par l’affirmative et met dans sa réponse tout l’enthousiasme qu’elle avait besoin d’entendre.

« Stop, it’s not about money. I want to thank you and I need someone to help me finish up this humongous stock of red beans. » Et elle de se pencher pour la laisser admirer le contenu imposant du placard, canettes empilées les unes sur les autres comme une forteresse créée par un enfant qui adore les haricots. « This shit is aberrantly expensive here, by the way. Ils vous roulent dans la farine. C’est genre 10 centimes la boîte pour nous. »

La native Américaine lui renvoie un rictus et ne tarde pas avant de se reporter sur le plan de travail. Trois canettes de haricots sont ouvertes et elle commence à couper de quoi faire son guacamole – rapide, précise. Elle serait presque fière de réaliser son premier plat (et le plus simple) depuis quelques mois. « This is my first time cooking for someone since I’ve arrived, by the way », prévient-elle en coupant les tomates et les poivrons. Férue du rapide, Alessa n’a jamais vraiment été du genre à cuisiner. Elle appréciait le faire pourtant, pour ses parents. Depuis qu’elle est ici, ses amis ou petites-amies ont davantage privilégié les fast foods ou bouffe sur le pouce et Alessa s’en est réjouie, de peur qu’on n’aime pas la cuisine de chez elle. Une honte inconsciente peut-être ? « Where do you need me ? » Dos à sa vis-à-vis, l’intéressée se mord la lèvre pour retenir un rire – « les insinuations douteuses c’est une seconde nature pour toi ? Un rire retenu orne sa voix. Tu sais couper un oignon et mettre une table ? » Sur ces demandes, Alessa lui indique une autre planche de travail et lui assure qu’elle aura vite terminé.

Elle a recouvert les galettes de haricots rouges et de fromage râpé lorsqu’il est l’heure de les mettre au four. « Bière ? Vin ? » La porte ouverte du frigo ne recèle que quelques bières qu’elle a liquidées au cours des semaines passées, et une bouteille de vin immaculée qu’elle ne savait pas si elle devait mettre au frais ou non… Leur choix fait, l’alcool dans des verres, elle s’autorise à regagner le canapé qu’elles ont quitté peu avant. La jeune femme s’accoude au dossier du canapé et se tourne vers sa vis-à-vis, repliant une jambe sous elle. « Et donc, pourquoi t’es pas partie tout à l’heure ? » Elle la scrute, la détaille. Du pli de son front légèrement surpris par sa question jusqu’à ses lèvres charnues qui jouent entre elles. Ses yeux autrefois durs, aujourd’hui joueurs. La naissance de ses clavicules, invitantes aux baisers. « Pour tes cours, je veux dire. Et me sors pas que tu voulais pas me laisser seule. »
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AGE : 23 AVATAR : kang seulgi (rv) POINTS : 30

NOUS A REJOINT LE : 18/05/2018

MESSAGES : 54

♡ PUT YOUR TRUST IN ICE CREAM
Voir le profil de l'utilisateur

Message(#) Sujet: Re: the horizon tries but it's just not as kind on the eyes — alessa&gaeul Mar 17 Juil - 21:33


the horizon tries but it's just not as kind on the eyes

Dire qu’elle ne s’attendait pas à ce que sa visite impromptue prenne cette tournure plutôt… chill, understatement of the fucking year. À quel moment avait-elle abandonné sa mission initiale, a.k.a la menacer d’aller en cours par tous les moyens possibles ? À quel moment avait-elle commencé à se sentir à l’aise auprès d’Alessa, assez pour se lâcher et blaguer comme si elles ont toujours été meilleures amies ? À quel moment avait-elle décidé qu’aider l’autre gosse est plus important que d’aller en cours ? En plus, Gaeul ne se sent même pas particulièrement gênée par touuuut ça. Peut-être parce qu’il n’a jamais vraiment été question de réelle hostilité entre elles, du moins pas du côté de la Coréenne qui, en gros, faisait juste la conne. Elle se demande si c’est juste… qu’elles sont perdues dans le moment. Honnêtement, elle ne serait pas choquée (un peu déçue quand même) si demain arrive, elles font comme si de rien n’était – s’éviter dans les couloirs, se narguer, c’est un peu leur trademark.

Elle espère qu’elles sauront reprendre là où elles vont s’arrêter aujourd’hui car, euh, err, yeah, elle préfère cette Alessa-là. À quoi bon le nier. Le petit thanks que celle-ci souffle tout bas ne fait que nourrir ses espoirs. Gaeul affiche un gros sourire pour la laisser comprendre qu’elle l’a entendu, mais ne dit rien non plus. Ce n’est même pas pour la narguer, elle n’arrive juste pas à réprimer son sourire – which is really gay, même pour elle. Et Alessa est belle comme ça, joues presque rosies par ce qu’elle devine être de l’embarras. « Yeah, it’s def’ not about the money but still. » Elle insiste, ne se pousse que d’un pas quand la Péruvienne s’approche, trop curieuse pour ne pas jeter un coup d’œil à l’intérieur quand elle ouvre les placards et révèle, comme promis, des piles de conserves. Elle cligne des yeux deux fois. « Shit. Tu rigolais pas. » Gaeul ne sait pas si elle trouve son obsession avec les haricots cute ou creepy. Les deux. Elle prend une boîte pour étudier l’étiquette, paumée parce qu’elle ne parle pas espagnole. « Je sais pas, en fait, je fais pas les courses chez-moi et on a quelqu’un pour cuisiner – did you smuggle these ? I’m pretty sure this counts as smuggling. » Ç’a l’air d’un truc qu’Alessa ferait au calme tbh. Elle repose la canette sur le plan de travail et se cale contre le mur à côté, yeux fixés sur ses mains et le couteau qu’elle magne si naturellement bien. Les gens qui savent cuisiner sont à la fois chiants et attirants.« This is my first time cooking for someone since I’ve arrived, by the way » « Oh, so, like. i’m your first ? » Elle glousse, mi amusée mi curieuse de combien d’innuendos elle peut placer avant qu’Alessa ne décide de lui dire de se la fermer.

(Pas assez.)

Quelques mauvaises passes plus tard (« attend – on doit éplucher l’oignon avant ? Seriously ? » « ok but how thin is too thin. » « wow, i’m literally crying. »), elles se posent enfin dans le salon pour un repos bien mérité. La bière est assez froide pour faire oublier à Gaeul à quoi ressemble un ognon. Elle imite la position d’Alessa, soupirant avec exagération qu’elle ne va plus jamais mettre les pieds dans une cuisine après ça. C’est le moment que la belle Péruvienne choisit pour relancer la discussion, d’ailleurs, l’air curieuse alors qu’elle l’examine de près. Gaeul sent une vague de chaleur s’écraser contre son sternum, parce que holy shit, elle la fixe comme si elle se retient qu’à peine de la dévorer. Raclement de gorge, puis : « ‘Cause i said i wasn’t leaving without you ? » Un peu obstinée, ouais. Même si elle n’a pas réussi à la traîner jusqu’à l’uni, elle croit – espère, espère vraiment – l’avoir influencé à reconsidérer son isolation imposée. « Bon, à un moment je dois rentrer chez moi et tout but still. I just did it to spite you… at first. But you’re fun. » Elles sont de nouveau sur de bons termes, mais les soirées pyjamas sont encore loin. Bon coup de bière avant, elle repose son verre sur la petite table devant elle. Elle s’arme d’un petit sourire au coin, et se penche en avant, personal space who. « Why ? Do you want me gone ? » Prendre Alessa par surprise, son nouveau sport préféré. Ses réactions sont trop amusantes. Or cette fois-ci, sa mauvaise blague qui finit par lui revenir en plein gueule, karma instantanée lorsqu’elle se retrouve à son tour captivée par la beauté de son amie. Scène familière, mais cette fois c’est différent - il n’y a qu’elles et aucune raison de fuir. Ses lèvres ont-elles toujours été aussi invitantes ? Elles ne lui demandent que de s’approcher davantage. Sa main vient épouser la joue de la biologiste, hésitante, prudente. « I really, really want to kiss you right now. » Please.




code by EXORDIUM. | imgs by tumblr



◊◊◊


Altschmerz

n. weariness with the same old issues that you’ve always had—the same boring flaws.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AGE : 23 AVATAR : Son Wendy (RV) POINTS : 67

NOUS A REJOINT LE : 18/05/2018

MESSAGES : 217

♡ PUT YOUR TRUST IN ICE CREAM
Voir le profil de l'utilisateur

Message(#) Sujet: Re: the horizon tries but it's just not as kind on the eyes — alessa&gaeul Mar 17 Juil - 22:57


gaeul & alessa

the horizon tries but it's just not as kind on the eyes


Elle observe ce revirement de situation avec une distance certaine, un amusement détaché et sa désinvolture transparaît juste ce qu’il faut pour cacher la pointe de nervosité qui boue au-dessous. En vérité, Alessa ne sait pas se comporter avec Gaeul autrement que comme elle l’a toujours fait – sur la défensive, avec une propension naturelle au sarcasme tranchant. Ce ton plus doux, ces offres que se feraient uniquement deux amies proches, elle a du mal à les appréhender et y répond maladroitement, d’une façon qu’elle espère un minimum appropriée. La présence de la jeune femme la rend nerveuse, et elle suppose que c’est dû à leur relation indirecte – celle qu’elle entretient avec les parents de sa vis-à-vis. L’une dépend de l’autre, l’autre a le choix de la contempler depuis le piédestal que lui confère sa position de pouvoir. Sans ces abus de sarcasmes et ces masques d’hostilité, Alessa ne sait plus trop qui elles sont. Elle ne sait plus grand-chose si ce n’est que son envie constante de l’embrasser la paralyse de honte.

« Shit. Tu rigolais pas. »

Le léger, par contre, elle sait faire. C’est pour certains son plus gros défaut et souvent son mode unique de comportement sociétal. Face à Gaeul, ça lui vient presque naturellement, de sorte à pallier à sa désorientation temporaire et donner l’illusion d’une aise quasi pas forcée. Alors, légèrement penaude et exagérément fière, elle hausse les épaules et s’entend répondre : « I had an entire luggage filled with canned food. My parents were afraid I’d die choking on kimchi, or something. » Elle murmure un latino parents for you dans sa barbe et sort ledit oignon de son frigidaire pour le tendre à l’aînée. « C’est pas dur. T’épluches, tu coupes en tranches, et tu coupes les tranches en petits bouts. » Elle, elle commence à s’occuper des canettes de haricots et verse le tout dans un énorme tupperware lavé par les soins de Gaeul. Puis vient de quoi faire son guacamole et elle se met à la tâche avec l’aisance de celle qui peut enfin faire de sa nourriture dans un pays étranger aux coutumes culinaires étranges. « A quoi te sert ton master si tu sais même pas couper un oignon ? » Sur cette phrase, elle surprend les mots de sa mère, autrefois si taquine avec la gamine qu’elle était. Elle fout un grand coup de couteau sur l’avocat avant que la culpabilité ne la reprenne.

« Oh, so, like. i’m your first ? »

« Nah, you’re actually my second arsenic poisoning. And now you know too much and I’m gonna have to shut you up until lunch is ready. » Ses yeux restent fixés sur sa planche, sur laquelle les coups de couteau se font plus vifs. « Je plaisante, bien sûr. J’aime trop la contrebande de haricots pour me lancer dans le meurtre. »

Alessa se sent presque stressée une fois qu’elles bougent jusqu’au canapé – car maintenant, elle a Gaeul face à elle plutôt que derrière et elle est tout à fait consciente que toute cette scène est une première. Partager une bière à onze heures du matin sur son canapé en attendant le repas est inédit – ça sonne bien à l’oreille mais ça n’en est pas moins perturbant. Et la Péruvienne de formuler ses pensées à haute voix – une première encore, entre elles deux, mais elle est trop curieuse pour relever cette fois-ci. « Bon, à un moment je dois rentrer chez moi et tout but still. I just did it to spite you… at first. But you’re fun. » Elle accueille le compliment avec un sourcil haussé sur son front, dubitative. « Joke’s on you, now you’re drinking beer at 11 in the morning like a real dropout. » A son tour, elle prend une gorgée, comme emphase à ses propos. De sa table basse elle saisit les cigarettes, seul vestige non rangé resté à cet endroit de l’appartement, et fait tourner le premier bâtonnet saisi entre ses doigts. Se retient d’abord. Demande une permission du regard. « Not to sound like your typical rebel in a John Green book, but you’re not gonna get in trouble because of me, right ? » Elle vérifie rapidement l’heure sur son portable, se rappelle que sa cuisine est assez moderne pour être équipée d’une minuterie et peste du fait qu’elle doive trouver une autre diversion pour ne pas fixer Gaeul dans les yeux. En vain, car le regard de celle-ci la rappelle :

« Why ? Do you want me gone ? »

Alessa n’ose pas dire qu’elle ne sait pas, qu’elle redoute ce dans quoi elle pourrait s’embarquer en continuant sur cette pente glissante, qu’elle voudrait bien parce qu’elle a des quantités de choses à dire et voir chez elle mais que c’est risqué et trop tôt et qu’elle n’est pas de ce genre. Le regard d’abord taquin de Gaeul la fait retenir sa réponse mais peu à peu, elle sent ses yeux se perdre dans les siens, aussi. Le silence n’est absolument pas confortable et Alessa sent le besoin d’en faire quelque chose. Gaeul, yeux sur ses lèvres, la coupe : « I really, really want to kiss you right now. » Sa bouche devient sèche et toute envie de briser le silence se voit coupée. D’une main fébrile, Alessa repose sa bière et sa cigarette sur la table basse. C’est cette même main maladroite qui vient se poser sur la cuisse de la jeune femme, glisser jusqu’à sa hanche alors qu’elle se rapproche. Elle sent un souffle tremblant s’échapper de ses lèvres lorsqu’elles frôlent celles de Gaeul, et elle pose ses lèvres contre les siennes avant de s’en sentir trop embarrassée.

Son désir la rattrape. Son autre main vient se glisser à son tour contre le cou de la jeune femme, la rapproche davantage d’elle alors que son corps le fait de lui-même. Elle se sent approfondir le baiser, dictée entièrement par ses envies ; sa langue goûte les lèvres de Gaeul comme si c’était tout ce qu’elle attendait et elle sent sa main presser sa hanche un peu fort, froisser son t-shirt qui pourrait lui rester dans la main si elle tirait un peu plus. Pourtant c’est elle, souffle haletant, qui met fin à l’échange, repoussant la partie inférieure du cou de Gaeul avec sa main. Ses yeux vitreux prennent trop de temps à se réajuster et son cœur en met encore plus. Ça lui prend beaucoup pour s’arrêter là, pour que son regard ne dévie pas à nouveau vers ses lèvres ou son cou. « Food’s ready », tente-t-elle alors par dépit, sans être trop sûre de si elle aimerait que Gaeul lui dise de s’en foutre, de continuer sans prêter attention à la nourriture, ou qu’elle la raisonne et lui dise d’aller enlever les tartines du four. Son regard est tout disposé à traduire pour elle, mais elle le dévie rapidement - « And your phone’s ringing. »
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AGE : 23 AVATAR : kang seulgi (rv) POINTS : 30

NOUS A REJOINT LE : 18/05/2018

MESSAGES : 54

♡ PUT YOUR TRUST IN ICE CREAM
Voir le profil de l'utilisateur

Message(#) Sujet: Re: the horizon tries but it's just not as kind on the eyes — alessa&gaeul Jeu 26 Juil - 16:27


the horizon tries but it's just not as kind on the eyes

« Joke’s on you, now you’re drinking beer at 11 in the morning like a real dropout. » La réflexion fait éclater un rire dans la gorge de Gaeul. D’abord parce qu’elle ne pensait pas qu’Alessa la tenait en si haute estime qu’elle ne l’imaginait même pas boire en plein jour, ensuite parce qu’elle trouve ça mignon que ce soit ça son idée d’être savage – mais elle veut bien le lui accorder, elles font très college dropouts là tout de suite. « Ever took a final tipsy on bourbon and high on sleep deprivation ? » Elle demande, fixe le plafond, distraite par de sombres souvenirs de ce maudit jour où Iseul eut l’idée brillante de flanquer de l’alcool dans leurs cafés avant leur examen. Elle grimace et reprend le regard de la brune. « Oh I have so much to teach you about unreasonable drinking habits… and uncanned food. » D’ailleurs, elle se demande comment vont leurs tartelettes dans le four. (Maintenant que les mots arsenic et poisoning furent prononcés, elle ne sait vraiment pas à quoi s’attendre. Dans un très mauvais sens.) Son verre de bière est à moitié vide quand elle le ramène vers sa bouche pour une autre goulée. « Et nah, t’inquiète. J’ai que des cours, aujourd’hui, et c’est pas une absence en trois ans qui va faire tâche sur mon dossier. ‘Fin, je crois. » Un gros sourire taquin. « Au pire je leur dit que j’avais… des choses plus importantes à faire. »

Entre Alessa et Gaeul, il y a tout un monde de différences. L’une est née une cuillère en or calée entre ses lèvres, l’autre a connu le côté sombre de la vie beaucoup trop tôt. L’une est orientée goals, l’autre les perd de vue dès qu’elle se rappelle de ce qu’elle a laissé derrière pour les marquer. L’une se met en avant, l’autre fait passer tout le monde avant. Et il y a trente-six mille raisons pour qu’elles ne se rapprochent pas plus que ça. Parce que comme la Péruvienne vient de le dire, elle ne compte pas rester une fois les études finies et la Coréenne a beau le nier, mais elle s’attache déjà. Alors que ce soit en la perdant de vue ou en se retrouvant entre son père et elle et leur contrat shady, ça va finir par lui éclater en plein gueule. Pourtant, ça ne l’empêche pas d’essayer. Ça ne l’empêche pas de frissonner d’impatience quand la main d’Alessa grimpe le long de sa cuisse et lui coupe le souffle si facilement qu’elle veut presque s’en plaindre.

Elles gravitent l’une autour de l’autre un peu trop longtemps, cœurs erratiques et lèvres hésitantes. Gaeul se défait petit à petit des précautions tant le besoin se sent plus ardent, mais elle ne cède pas en premier. C’est la Péruvienne qui l’embrasse d’abord. L’aînée répond avec tout autant de fouge, tête qu’elle incline pour approfondir ce baiser un premier temps hésitant. Ses phalanges s’étendent pour agripper sa nuque ; elle se demande si elle lui fait mal, comme ça, si elle aime qu’on lui fasse mal. Si c’est Alessa ou la bière qui l’intoxique autant. God. Sa main revient contre sa joue, et son pouce presse sa lèvre inférieure assez fort pour qu’elle lui accorde accès – elle en veut plus. Le désir de l’autre longtemps réprimé se ravive bas, très bas dans son ventre et quand elle crut pouvoir s’en défaire enfin, le moment qui lui semblait s’étirer éternellement long voit une fin abrupte.

Gaeul est un peu confuse, lorsqu’elle se détache d’Alessa. Tout est flou autour d’elles, rien n’a de sens. Ses joues fiévreuses, son souffle court, elle a un peu de mal à s’en remettre mais de voir ses émotions réfléchis dans ceux de sa belle, ça la rassure un peu. « Food’s ready » « –yeah ? » Elle se redresse awkwardly, et passe une main à travers ses mèches, regarde partout sauf Alessa car honnêtement, elle se fait pas confiance, elle risque de dire un truc embarrassant du genre, fuck food can we kiss again ? Ce qui les sauve, c’est son téléphone – « must be Iseul or Bitna. Wait. » La gosse se précipite vers son sac, pour une fois contente que ses deux pires amies existent. Iseul. La première chose qu’elle entend en lui répondant c’est « Bitch where are you ? » qui la laisse deviner qu’elle a enfin découvert qu’elle a raté les cours. Gaeul lâche un long euuuuh, jetant un regard vers Alessa. « Oh yeah ? Merci d’avoir récupéré mes devoirs pour moi. T’es superbe. » Un rire nerveux. «…t’es toujours avec elle, avoue. You sound like a fucking melting marshmallow. » « Ah ? Tu passes ce soir ? Ok deal, tu me trouveras à la maison foshur. » « I swear to god if you hang up on me again I will kick your a— » « Take care, too. Salut ! » Et elle coupe avant que la menace soit complète – mode avion vite activée aussi, car elle a 0 envie de lire les texts qui vont sûrement pas tarder à suivre.

Téléphone glissé dans sa poche, elle est quand même un peu awkward quand elle retourne aux côtés de son hôte – on est censé dire quoi à la personne qu’on vient juste d’embrasser  et qu’on est censé détester ? Gaeul n’est pas douée pour dire ce qu’il faut en général, alors bon. Gros sourire. « So… kitchen ? » Elle tente, récupère son verre d’une main, et tend l’autre vers Alessa. Après la séance ménage de ce matin, elles vont tellement pas bouffer au salon. « Tu fais quoi de ta journée, après ça ? » Elle s’installe sur une chaise et observe le dernier maître du guac’ à l’œuvre. « Like, the grocery shopping thing still stands right ? » As in, j’espère que tu ne vas pas m’éviter maintenant qu’on a… wait, pourquoi chaque revient vers ce baiser ? Elle se tait, attrape son verre d’alcool pour éviter le cliché se toucher les lèvres. Ça va être une longue journée.




code by EXORDIUM. | imgs by tumblr



◊◊◊


Altschmerz

n. weariness with the same old issues that you’ve always had—the same boring flaws.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AGE : 23 AVATAR : Son Wendy (RV) POINTS : 67

NOUS A REJOINT LE : 18/05/2018

MESSAGES : 217

♡ PUT YOUR TRUST IN ICE CREAM
Voir le profil de l'utilisateur

Message(#) Sujet: Re: the horizon tries but it's just not as kind on the eyes — alessa&gaeul Dim 19 Aoû - 16:19


gaeul & alessa

the horizon tries but it's just not as kind on the eyes


« Ever took a final tipsy on bourbon and high on sleep deprivation ? »

Leur compétition pour la plus déraisonnable semble être partie pour durer. Alessa n'ose pas lui dire qu'elle aussi, se souvient des soirées commencées à une heure et finies à sept heures, lors de l'ouverture de la bibliothèque universitaire. Elle en a passé, des examens, comme ça. Sauf qu'elle excellait et pouvait se permettre des écarts. Maintenant, elle n'a jamais vu la tête ou le nom du major de sa promo et n'a plus le luxe de passer de l'argent dans d'autres excès que les taz. Ca lui semble déjà trop. « I thought you'd know that about me, Judge Judy. Never took a final, period » , rétorque une Alessa facétieuse. Elle a toujours carburé à l'auto dérision, le rabaissement de sa personne son premier sens de l'humour. Puis, il est toujours plus facile de prétendre ne jamais avoir passé l'examen que d'avouer en avoir passé seulement les 10 premières minutes avant d'hyperventiler sous l'absence de came. Ses pires époques, ses moments les moins glorieux, elle se gardera bien d'en parler. Gaeul est l'une des rares à ne pas (- plus ?) la voir comme la toxicomane incapable qu'elle croisait dans le miroir de sa salle de bains chaque matin - au point qu'elle retardait les moments d'y aller ou s'évitait du regard. Avec Gaeul, elle se voit sous un jour meilleur, non dénué de défauts mais en tout cas épargné des pires. Elle se demande si c'est ça qui la séduit autant chez la future avocate - avant de retomber les yeux sur ses lèvres et de se dire que non, ça ne peut pas être tout.

Comme souvent, elle compte sur la prochaine pique de Gaeul pour faire revenir la rage et lui ôter tout désir ou attirance. Mais l'entreprise, jusque-là judicieuse, s'avère plus compliquée ; son coeur se serre, les joues de sa vis-à-vis s'empourprent et avant qu'elle ne s'en rende compte ses lèvres sont sur les siennes, échappent un soupir contre ces dernières et son cerveau ne commande plus. Ses mains, elles, se muent sans ordre, maîtresses d'elles-mêmes qu'Alessa n'essaie même pas de réprimer. L'une presse la cuisse de Gaeul, l'autre caresse distraitement sa mâchoire et elle réalise que son corps n'attendait que ça. Que son esprit entier complotait à empêcher l'inévitable, et qu'elle s'est bêtement faite avoir.
Elle se force à retenir un gémissement lorsqu'elle sent les doigts de Gaeul se refermer autour de sa nuque, l'agripper au plus près. Son souffle court la trahit quand même, vend son imagination qui la voit allongée, elle, la main de Gaeul autour de son cou. Mais celle-ci touche la lèvre de la plus jeune de son pouce et anéantit tous les espoirs de celle-ci de se calmer, sa main grimpant maintenant dans son dos, s'accrochant au sous-vêtement qu'elle rêve de lui enlever. Il leur faut le bip assourdissant de la cuisinière, puis la sonnerie maudite de Gaeul, pour les sortir de leur danse et les ramener sur terre, dans le squat propre qui lui sert d'appartement, sur le canapé miteux lustré l'heure d'avant.

« Oh yeah ? Merci d’avoir récupéré mes devoirs pour moi. T’es superbe. »

Le prénom de Bitna demeure inconnu au bataillon dans l'esprit embrumé de la cadette, les yeux fixant une direction connue d'elle seule tandis que la conversation téléphonique se prolonge. Elle attend que son coeur daigne se reprendre sans sauter de battements, que la flamme qui s'est nichée dans son bas-ventre veuille bien s'éteindre. Rapidement, elle comprendra qu'il lui en faudra plus que quelques profondes inspirations et elle est tentée de laisser tomber ses efforts et de reprendre là où elles s'étaient arrêtées lorsque Gaeul raccroche enfin. Leurs regards se croisent et, abruptement, toute velléité de reprendre se freine. « So… kitchen ? » Alessa ne s'est jamais sentie aussi coupable de penser ainsi : sauvée. Et que son cerveau lutte n'empêche pas à son corps de lui crier l'inverse. Ses vêtements légers lui tiennent trop chaud, son coeur pulse plus vite qu'il ne devrait et son sous-vêtement est devenu inconfortable. Autant que leur conversation le devient, malgré les efforts de Gaeul : « Je sais pas. Sûrement comme d'habitude. C'est-à-dire pas grand chose. » Au désir se mêle la peur. Ses yeux ont perdu leur éclat, et Alessa replie ses jambes sous elle, verre de bière maintenant bien campé entre ses mains. Ça fait longtemps qu'elle n'a pas été intime avec quelqu'un. Surtout, qu'elle n'a pas eu autant envie de l'être. Et d'un coup l'idée de partager autant avec Gaeul lui semble angoissante et irresponsable, autant qu'elle lui semblait indispensable et pressante à peine deux minutes avant.

« Like, the grocery shopping thing still stands right ? »

Chacune comprend les insinuations que la question porte - quid de ce baiser ? Qu'en faire maintenant ? L'ignorer et faire comme si de rien n'était semble une option viable, mais si peu probable - dès que la Péruvienne relève les yeux, elle croise le regard encore chargé d'envie de l'aînée. La rougeur de joues fait son retour.
« Sure. If you wanna. » Elle ne tient ni à la repousser ni à la faire partir et ne sait pas comment lui signifier que toutes sortes de contradictions se pressent en elle. Pourtant, tout ce à quoi elle arrive à penser, c'est la peau douce de Gaeul qu'elle a réussi à toucher, ses lèvres qu'elle a été tentée de mordiller, les gémissements qu'elle pourrait lui tirer si on lui en donnait l'opportunité à nouveau... L'effet que celle-ci lui a fait s'est déjà marqué profondément sur elle. Une douche froide s'impose - au lieu de quoi, la métisse ne trouve rien de mieux à proposer que « beer ? » Et elle de se lever, direction la cuisine, où l'attend toujours son plat. Une main tremblante apporte le plat de guacamole et celui où se trouvent les tartines, et elle fait en sorte que la table occupe tout son esprit.

« Du coup, tu tartines du guacamole dessus. Et tu manges comme ça. Y a du piment aussi, si t'aimes. »

La plus jeune a convié Gaeul à la table, s'enfilant sa deuxième bière pour oublier, en vain. Le repas se déroule entre une Alessa graduellement plus détendue et une Gaeul revenant à la normale, partageant une conversation de moins en moins gênée. Tant et si bien que quand Alessa lui propose un café, elle ajoute un « I'd suggest we go back on the couch but then shopping might be compromised. » Mutine, elle trempe ses lèvres dans son café. Que lui a-t-il pris, plus tôt ? Jamais n'a-t-elle autant voulu et rechigné à un contact à la fois... « Je vais à une épicerie sud-américaine derrière Gangnam. C'est un peu loin, mais si ça te tente on peut passer par les rives. » Debout devant l'évier, Alessa tourne le dos à Gaeul, cheveux attachés pendant qu'elle fait la vaisselle. Un geste quotidien qui lui semblait oublié. Les couverts propres, tasse de café en main, Alessa retourne s'asseoir sur le canapé malgré tout. Quelques mèches de cheveux lui barrent la vue, la protègent des regards et elle commence à plancher silencieusement sur sa liste. « Tu m'aides à faire ma liste ? T'as jusqu'à quelle heure avant de partir ? » Imprudente, sa cuisse s'est collée contre celle de Gaeul. Peu sûre d'elle-même. Attendant le contact tout en le repoussant. L'envie de retenter l'expérience dépasse à peine la timidité. Mais la dépasse quand même. « I was thinking, since now you owe me dinner, maybe you could learn how to cook something from home. »
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AGE : 23 AVATAR : kang seulgi (rv) POINTS : 30

NOUS A REJOINT LE : 18/05/2018

MESSAGES : 54

♡ PUT YOUR TRUST IN ICE CREAM
Voir le profil de l'utilisateur

Message(#) Sujet: Re: the horizon tries but it's just not as kind on the eyes — alessa&gaeul Jeu 4 Oct - 16:53


the horizon tries but it's just not as kind on the eyes

C’est une chance, mais tout autant une malédiction d’être quelqu’un qui se focalise principalement sur les solutions plutôt que les conséquences, face à un problème. Parce qu’en fait, les lèvres d’Alessa se font toujours sentir contre les siennes et elle pense déjà à ce qu’elles pourraient éventuellement devenir après ce baiser. Elle n’en a pas peur. Il faut être aveugle, vieux constipé de 75 ans, ou vraiment, vraiment straight pour ne pas le remarquer : elle craque pour elle. C’n’est même pas un crush innocent à la collégienne, insignifiant, où tout est superficiel, où elle l’aurait trouvé attirante et basta. Plus loin que ça encore, elle réalise qu’elle apprécie sa présence, aime lui parler plus qu’elle n’aime l’embrasser – et elle aime l’embrasser a huge freaking lot, alright. Et elle aurait dû le voir venir de loin ; elle est si prise par sa carrière et l’histoire avec ses parents qu’elle n’a d’yeux pour personne, et somehow, la Péruvienne avait réussi à gagner son attention. Du moment où elles se sont rencontrées pour la toute première fois. Ça, ça ne lui est pas arrivé depuis Bitna, et c’est le problème numéro uno. Le problème numéro deux est encore plus inquiétant, car la future juriste contemple déjà à tous les arguments qu’elle pourrait poser et qui pourraient, avec un peu de chance, agir en sa faveur et convaincre Alessa de rester quand viendra le moment de décider. Tous les plans qu’elle pourrait promettre si ses sentiments, quoique flous et nouveaux pour l’instant, sont réciproques.

En vrai, elle a toujours été comme ça, Gaeul. Impatiente, facilement influencée par ses sentiments, trop impliquée. Juste parce qu’elle n’arrive pas à s’envisager laisser Alessa partir, juste parce qu’il est rare pour elle d’être aussi attirée par quelqu’un, elle se convint que là, c’est différent de toutes les autres fois où elle a foncé dans le tas et a fini par se casser la gueule in process.  Il lui faut juste ça pour couper au nez d’Iseul et reprendre (ou essayer de reprendre) son courage à deux mains. Elle sait exactement à quoi elle s’engage quand elle fait volte-face et soutient le regard d’Alessa, armée d’un sourire qui a pour seul but vendre un calme quasi-inexistant. Elle propose qu’elles aillent à la cuisine, et évite de mentionner que c’est parce que la tension dans cette pièce menace de l’écraser qu’elle veut changer de décor. In a good way. Même si c’est plus facile de réprimer l’envie de l’embrasser encore et encore, maintenant qu’elle redescend sur terre.

« T’sais, à t’entendre parler, on dirait que tu passes littéralement toutes tes journées vautrée sur ton lit à ne rien faire and i’m pretty sure that’s unhealthy as fudge. » Son ton n’est pas moqueur, mais si on se concentre un peu plus, on pourrait entendre le ‘please laugh you look like you’re dying inside and i think it’s because of our kiss and i thought you liked me too?’ plein de désespérassions entre les octaves. L’angoisse chemine doucement entre elles, mais sûrement, alors que l’intensité du moment s’étiole. Gaeul devine qu’Alessa la regrette, parce que secrètement, Gaeul craint que quelqu’un comme Alessa n’a rien à trouver à quelqu’un comme elle. Quelqu’un qui sait s’amuser n’a rien à trouver à quelqu’un qui boutonne ses chemises jusqu’au cou et qui passe ses vendredis au club de tennis pour papa et maman. Rares sont les occasions où elle se montre aussi peu confiante, mais honnêtement, ça reste une éventualité plausible.

Elle a du mal à gober la petite tornade de négativité qui tourne subtilement dans les yeux de la biologiste quand, quelques minutes plus tôt encore, c’était le ravage d’envie. Peut-être qu’elles devraient s’en tenir à ça, oublier l’existence de ce baiser et passer de l’avant comme des adultes. Peut-être que pour ça, elle devrait d’abord arrêter d’avoir envie d’un deuxième baiser, et d’un troisième, et d’un énième. Peut-être, mais elle n’en a tellement pas envie. « Sure. If you wanna. » « I do. I really do. » C’est dit tout haut, tout fort, tout sûr, et ça sous-entend beaucoup. Elle n’a jamais été claire avec Alessa, avant ; un moment elle lui sourit, et le suivant elle la méprise. Elle l’aime bien, puis elle la hait jusqu’à la mort, puis elle se pointe chez elle à sept heure du matin avec un café et une cape rouge. Vus tous les mixed signals qu’elle lui a envoyé depuis leur rencontre jusqu’à ce jour, il reste la possibilité qu’Alessa ne regrette pas leur baisé, mais qu’elle en a peur. Gaeul aimerait y croire, alors Gaeul décide de montrer un peu plus d’assurance. Elle vide son verre et le lui tend, lui sourit facilement. « Yes, please. »

Elle trottine vers la cuisine juste derrière la brune, au début, puis considère ses options et se met à ses côté – leurs doigts se touchent quelques fois avant que l’aînée ne saisisse sa main et exerce une légère pression pour la rassurer. « We should make a grocery list later, btw, » propose-t-elle, histoire de lancer la discussion et lui offrir l’espace et le temps de se reprendre. Ce n’est pas comme elle-même arrivait à se calmer mais entre les deux gamines, c’est bien la Péruvienne qui a le plus de mal à s’y faire. La Sin se pose sur une chaise et suit son hôte des yeux alors qu’elle récupère leur repas. « T’sais, a list of food. Preferably not inside a can and somewhat green and healthy? » Elle se tait une seconde, le temps qu’Alessa pose les plats sur table, soupirant un ‘thanks’ avant de reprendre le cours de sa pensée. « And water because it’s 2018 and proper hydratation is a must. »

Et elles reviennent à la normale. Il y a de la gêne, encore, mais ça ne prend plus toute la place entre elles et c’est tant mieux. Gaeul est en train d’avaler une gorgée de café quand, quelques minutes plus tard, quand la Péruveinne lâche un « I'd suggest we go back on the couch but then shopping might be compromised » qui l’affecte assez pour qu’elle manque de s’étouffer. « Okay i’m sure you didn’t mean that in a nsfw way but i’m gonna pretend like you did. » Gros sourire, elle n’est même pas foutue de faire genre elle est désolée. « J’ai ma voiture en bas, et j’ai tout le temps du monde aujourd’hui – on va où tu veux. »

Pendant qu’Alessa se lève faire la vaisselle, et l’enfant gâté aurait proposé son aide si l’idée lui était venue en tête, elle en profite pour tirer son téléphone et annuler les quelques rendez-vous qu’elle avait prévu pour aujourd’hui. Ça lui fait tout bizarre mais elle n’y pense pas trop longtemps. Quand elles reviennent au salon, quelques minutes plus tard, Gaeul a à se retenir de dire quelque chose de rated. Alessa n’avait pas l’air d’humeur – ou si ? C’est un peu dur de lire les traits de son visage. Au contact de leurs cuisses, elle déglutit. « I’m here until you want me gone. Or until ma mère m’appelle pour me dire qu’Iseul fait une crise de larmes dans ma chambre car je suis avec toi et que je refuse de lui céder les détails. » Elle ne sait pas trop où elles se tiennent maintenant mais une chose est sûre : Alessa veut bien d’elle ici. Ou du moins pour l’instant. Elle se rapproche un peu plus, pose sa tête contre son épaule et lâche un long souffle. « Je croyais qu’on avait laissé la phase ennemies jurées derrière nous, alors pourquoi tu veux me torturer ? » Bof, au moins elle sait tenir une spatule. « J’veux dire… on peut essayer ? Je garantis rien incendie-wise mais on peut essayer. » Elle lève la tête, soutient le regard de la belle biologiste un petit instant. Sa main vient chasser une mèche derrière son oreille, puis épouse la courbe de sa joue rosie. Son cœur tambourine dans sa poitrine. « Go get dressed ? We’ll figure things out once we actually leave. Because you’re distracting me, and I can’t stop thinking about kissing you again. And you need food. »
C’est soupiré comme un secret : rien que pour elles.
Rien que pour elle.




code by EXORDIUM. | imgs by tumblr



◊◊◊


Altschmerz

n. weariness with the same old issues that you’ve always had—the same boring flaws.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AGE : 23 AVATAR : Son Wendy (RV) POINTS : 67

NOUS A REJOINT LE : 18/05/2018

MESSAGES : 217

♡ PUT YOUR TRUST IN ICE CREAM
Voir le profil de l'utilisateur

Message(#) Sujet: Re: the horizon tries but it's just not as kind on the eyes — alessa&gaeul Sam 6 Oct - 0:20


gaeul & alessa

the horizon tries but it's just not as kind on the eyes


Elles auraient dû le voir venir, le prévoir d’une quelconque façon. Cette tension entre elles allait leur exploser à la gueule et ça n’avait toujours été qu’une question de temps. L’agacement mutuel n’était que mascarade pour éviter d’avoir à s’avouer les choses qui gênent : cette attirance leur faisait trop peur pour qu’elles osent s’y laisser aller. Pourtant chacune l’avait senti, et ce depuis longtemps ; cet agacement qui était devenu leur marque de fabrique n’ajoutait que feu à leur attirance sexuelle. Là était tout le jeu. Elles y prenaient plaisir, préliminaires silencieux ; à voir l’autre s’énerver et à attendre l’explosion. Alors non, ce n’est pas de voir celle-ci se rapprocher davantage qui lui fait peur aujourd’hui. C’est que tous les sentiments confus qui accompagnent leur baiser font tache dans les idées claires et arrêtées qu’Alessa se faisait de ce moment. Elle a envie de lui offrir tendresse et attention et de prendre son temps avant d’apprendre à connaître son corps. Elle sent que du côté de Gaeul, l’envie est réciproque : elle a senti son souffle s’accélérer et ses lèvres s’enhardir mais rester tendres, puis sa recherche d’approbation une fois l’échange fini. Elle ignore ce que celle-ci doit penser de son côté : qu’elle n’a pas aimé ? Qu’elle a pris peur ? Qu’elle regrette, finalement ? La Péruvienne n’est pas sûre de pouvoir la démentir. Rechignant à toute attache émotionnelle sous sa prétendue incapacité à donner trop d’elle-même, elle avait peur d’y laisser sa peau.

« T’sais, à t’entendre parler, on dirait que tu passes littéralement toutes tes journées vautrée sur ton lit à ne rien faire and i’m pretty sure that’s unhealthy as fudge. »

Un rictus parvient à dérider la métisse – enfin. Pourtant l’air est toujours surchargé de non-dits et Alessa aimerait y passer un coup de karcher pour dissiper un peu le malaise. « You know, I’m starting to think this is all a big conspiracy and my mum secretly hired you to get me out of bed and get my shit together. » Elle ne la dément pas pourtant : Gaeul n’est pas loin de la vérité. Les dernières semaines, elle les a surtout passées sur son lit ou par terre à côté de celui-ci, joint à la bouche et musique à fond à lire des revues ou jouer au Spider Solitaire. Mais devant la jeune femme, elle a un peu de mal à l’avouer. Alors elle se contente d’agripper un peu plus fort son verre de bière entre ses mains aux jointures blanchies. A côté d’elle, Gaeul lutte pour reprendre la conversation, quitte à balayer le baiser sous un tapis sans plus jamais y toucher. Malgré elle, Alessa lui oppose un plat inquiétant. C’est plus fort qu’elle : elle aurait aimé être seule, là, pour mettre en ordre ses pensées. D’un autre côté, elle ne veut pas voir Gaeul partir. Son corps se rappelle de ses mains et de l’effet qu’elles lui ont fait et fragmente ses hésitations, mais ne parvient pas à les briser complètement avant le repas.

C’est pourtant elle qui, comme si de rien n’était, met fin au supplice infligé à Gaeul et reprend la discussion avec une aise qui lui fait peur et qu’elle ne sait pas à quel sentiment attribuer. Sa froideur de tantôt lui paraît injustifiée ; son envie déraisonnablement forte d’avoir Gaeul semble disproportionnée. Dans un monde idéal, Alessa aurait su séparer son attirance de son affection grandissante envers l’aînée. Elle n’a pas su le faire plus tôt et a bon espoir d’y arriver maintenant. « Okay i’m sure you didn’t mean that in a nsfw way but i’m gonna pretend like you did. » Un sourire complice peint désormais les traits de la métisse, qui mimique Gaeul dans son assurance pour lui rétorquer : « Maybe I did. » Elle n’est pas prête à se pencher sur son trouble de tout à l’heure, et n’a pas envie de le laisser gâcher le reste de sa journée. « A car, huh. Smart, annoying and independent. That’s hot », se moque-t-elle à peine, le narquois se lisant partout sur son visage. La dernière gorgée de café lui brûle la gorge et pique ses yeux, finissant de la réveiller – si Gaeul ne l’avait pas déjà fait. La caféine donne à son cœur ce petit coup de tonus devenu maintenant familier – à moins que ce ne soit leurs cuisses collées l’une à l’autre, sans que Gaeul n’essaie de se dégager de sa tentative de rapprochement. « Iseul ? Am I stealing you from someone ? » s’enquit-elle alors, piquée de curiosité. Le potentiel que Gaeul puisse avoir quelqu’un dans sa vie ne l’avait jusqu’à présent même pas effleurée, or tout le monde n’est pas aussi seul dans sa vie qu’elle l’est. Les gens en couple, tente-t-elle d’analyser, ne laissent pas leur jambe collée à celle de quelqu’un d’autre. Les gens en couple ne posent pas leur tête sur l’épaule de quelqu’un d’autre. Et surtout, ils n’embrassent pas comme ça. « Je croyais qu’on avait laissé la phase ennemies jurées derrière nous, alors pourquoi tu veux me torturer ? J’veux dire… on peut essayer ? Je garantis rien incendie-wise mais on peut essayer. » Quand la surprise se lit sur son visage c’est à peine feint, cette fois.

« Attends, tu sais pas cuisiner ? Vraiment pas ? »

Et juste comme ça, l’incapable dropout reprend une petite montée d’orgueil face à la parfaite étudiante en droit. « Look, if you burn the place down I won’t have to clean it again. Or pay the rent. So please knock yourself out », ajoute-t-elle finalement, un brin narquoise. Plus excitée que prévu à l’idée d’apprendre à Gaeul à cuisiner quelque chose de chez elle, aussi. « I’ll be nice, promise. Peruvian food is fairly easy to cook, too. It’s pretty much knock-off sushis with tabasco on top », ajoute-t-elle sur le ton de la plaisanterie. Bon, ce n’est qu’une très petite partie de la cuisine locale. Mais au moins ne dépaysera-t-elle pas trop la jeune femme. Souriante, détendue, Alessa se rend à peine compte de combien elle s’est accoutumée à la présence de l’aînée – elle aime la voir là. Aime l’idée de passer le dîner avec elle. Se laisse séduire par l’infime possibilité qu’elle daigne rester la nuit – et Gaeul la laisse toute à ses espoirs, main sur sa joue et yeux plongés dans les siens, fuyants. I can’t stop thinking about kissing you again. Les pensées de la métisse lui font écho et une plainte fébrile lui échappe. Il serait si facile de refermer la distance entre elles ; de prendre possession de ses lèvres et d’effleurer son corps. De guider ses mains là où elle les veut, là où elle en a besoin. Au lieu de ça, son stylo tombe sur le verre de la table et elle se permet de respirer à nouveau. « You’re confusing my brain right now, murmure-t-elle enfin, and I need you to stop doing that. » Elle n’ajoute pas qu’elle aussi, a envie de foutre leur sortie en l’air et de céder à ses envies, ni quand elle se lève qu’il est beaucoup plus dur pour elle de s’en aller qu’il n’y paraît. Pourtant sa frustration se sent, de sa nuque tendue à ses joues cuites à vif par leur bref échange mais quand Alessa reparaît, c’est propre et habillée.

« Okay, let’s go, wanker, grommelle-t-elle une fois prête, se chaussant puis revêtant une veste, Gaeul à ses talons. C’est le cœur lourd qu’elle prend sa liste et son sac – elle n’a désormais plus aucune envie de quitter l’appartement. La porte qui s’est entrouverte sous la main de Gaeul se referme aussitôt quand le dos de cette dernière s’y retrouve collé, le corps d’Alessa tout contre le sien, mains refermées autour de son col. « Just this once », promet-elle contre ses lèvres et sans hésitation, à bout de patience, elle laisse leurs lèvres se retrouver et l’embrasse avec plus de fougue qu’elle ne l’aurait voulu, bassin collé au sien, gémissant sa déception lorsqu’elle s’oblige elle-même à se détacher. Son regard, fixe, tombe pile dans les yeux de Gaeul, et elle aimerait ajouter quelque chose pour reprendre son air cool mais elle sait que sa voix rayée et probablement plus nette la rattrapera avant qu’elle ne puisse sauver sa réputation. Alors elle sort en silence, descend les escaliers sans rien dire et arpente la rue jusqu’à la sortie du campus sans plus de bruit. « So. You don’t know how to cook. » Voilà le premier constat qu’elle fait une fois les barrières franchies, comme si des oreilles indiscrètes auraient pu les trahir dans l’enceinte de l’établissement. « Comment tu survis ? Tu vis seule, déjà ? » Ce sont des questions qu’il lui semble étrange de formuler. C’est le genre de chose qu’on demande à quelqu’un avant de l’embrasser sur son canapé, en théorie. Elle n’aime pas l’idée. Elle aimerait, devrait connaître plus de Gaeul. « Et puis tu aimes faire quoi, à part étudier et me regarder avec désespoir chaque fois qu’on se croise ? » Devant elles se profilent les quais de la rivière Han, les rayons du début d’après-midi caressant les pelouses et Alessa range ses mains fraîches dans ses poches, visage incliné vers le soleil pour en capturer tous les rayons.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AGE : 23 AVATAR : kang seulgi (rv) POINTS : 30

NOUS A REJOINT LE : 18/05/2018

MESSAGES : 54

♡ PUT YOUR TRUST IN ICE CREAM
Voir le profil de l'utilisateur

Message(#) Sujet: Re: the horizon tries but it's just not as kind on the eyes — alessa&gaeul Sam 13 Oct - 2:29


the horizon tries but it's just not as kind on the eyes

Quand on grandit avec des parents comme les siens, on a une vision assez spéciale du monde. Quand on grandit avec un père qui pense que tout est attaché à une étiquette de prix et une mère dont les standards flambent le plafond, on a un peu de mal à croire qu’une famille peut être autre chose qu’une source inépuisable d’attentes et de céphalées. C’est toujours aussi bizarre pour elle d’écouter ses amis parler chaleureusement de leurs familles. Ça l’est encore plus quand c’est Alessa. Lorsqu’elle parle de sa famille, ou des gens qu’elle considère comme telle et qu’elle n’arrive pas à oublier même des mois après son départ pour la Corée, elle reprend des couleurs et ses yeux s’illuminent. Ça évoque en Gaeul un certain sentiment de nostalgie dérangeant. Une nostalgie inexplicable, parce que Gaeul n’a jamais connu la tendresse d’une mère inquiète ou l’amour d’un père présent pour que ça lui manque. Il a toujours suffit d’avoir sa grand-mère et Iseul à ses côtés. Tout ça pour dire que la Coréenne comprend pourquoi Alessa tient tant à revenir chez-elle. Pourquoi c’est si dur pour elle de rester loin de son cocon.

Mais ça ne l’empêche pas de vouloir la garder pour elle. « Iseul ? Am I stealing you from someone ? »  Gaeul veut presque lui retourner la question.  Il n’y a sûrement pas que sa famille qui l’attend au Pérou. Peut-être une meilleure amie. Un petit copain. Une petite copine ? Un lama domestique. « Nope. » Elle éclate le ‘p’ et offre un gros sourire à son interrogatrice. « I mean, Iseul est ma meilleure amie mais elle peut survivre une journée sans moi – enfin, en théorie. » Si elle n’incendie pas la maison, ou si elle ne s’étouffe pas sur du caviar. « Je crois même qu’elle veut à tout prix me caser avec toi. No offense. Elle a juste marre de mon célibat, et elle veut devenir Vodka Aunt au plus vite. » Il y a une petite pause ensuite, Gaeul en profite pour se tortiller et se mettre plus à l’aise sur le sofa. Il se trouve qu’Alessa est une naine de jardin et que mettre sa tête sur son épaule s’est avéré être plus dur que prévu. C’est toujours plus facile dans les films. « What about you ? Anyone back home ? Here ? » Et il lui vient l’idée que peut-être, maybe, perhaps elle aurait dû demander avant de l’avoir embrassé – Alessa lui plait, c’est vrai, mais elle va tellement pas faire ça dans l’infidélité.

S’il y a bien un inconvénient à être blindée de fric et entourée de gens prêts à tout pour la servir, c’est bien ça : Gaeul est issue d’une lignée d’handicapés  culinaires, et elle n’est pas mieux foutue avec un couteau qu’ils ne le sont. Ça ne l’a jamais dérangé avant, en vrai. Mais la gueule que tire Alessa en l’apprenant la met directement sur la défensive. « Hey, stop looking at me like that. » Même sans lever la tête elle sait qu’il y a de la fierté qui danse dans les yeux de la biologiste. Ça l’embête. « C’est pas de ma faute si on m’a jamais appris à cuisiner. Quit it ! » Toutes leurs mini-disputes d’autrefois attestent que leur relation a changé, même si subtilement. Le baiser à part, c’est l’absence d’hostilité qui fait toute la différence. Gaeul les préfère comme ça – facile, honnêtes, witty. Elle se détache enfin du bras d’Alessa, et se retrousse les manches exagérément, affiche un air plus sûr mais juste pour soutirer un sourire amuser à la belle brune. « Okay then if you’re so keen on burning this place down, let’s make rip-off sushi with hot sauce on top. Teach me your ways, master. »

Maybe c’est pas trop terrible d’avoir des sentiments pour Alessa. Après tout, elle est belle, intelligente et elle fait du bon guac’, c’est une femme que beaucoup désirent. Sûrement. Avec un peu de chance, cette attirance qu’elle éprouve pour elle disparaîtra avec le temps. Avec un peu de chance, les quelques mois qui lui restent avec elle vont suffire pour la satisfaire. Avec un peu de chance, elle n’aura même pas à se séparer d’elle. Il n’est même pas question de faire le choix de prendre le risque de se briser le cœur, parce qu’encore une fois elle se retrouve enchaînée à son regard, et elle, sous l’influence. C’est physiquement douloureux de savoir qu’il ne suffirait que d’un centimètre pour que leurs lèvres se retrouvent. Puis quelque chose tombe et le bruit suffit pour éclater leur petite bulle et chasser Alessa vers ce qu’elle devine être sa chambre. Gaeul aurait encaissé son ‘i need you to stop doing that’ beaucoup plus sérieusement si elle n’était pas persuadée que la Péruvienne avait envie d’elle tout autant qu’elle.

Assez étonnamment, elle arrive à se calmer avant que son éleveuse préférée de lamas ne lui revienne. Elle prend place à côté de la brune à l'entrée et vérifie qu’elle a bien son portefeuille dans sa poche. Son sac reste délaissé dans un coin, promesse qu’elles vont revenir ici et pour une raison qui lui échappe, c’est réconfortant de le savoir. Qu’elles ont encore quelques heures devant elles. Gaeul ouvre la porte pour qu’Alessa passe en avant. L’air de Bohemian Rhapsody qu’elle fredonne tout bas sous son souffle est vite coupé quand ladite porte se referme, son dos plat contre elle. Elle ravale un gémissement de peine qui finit quand même par lui échapper quand Alessa l’embrasse. Cette fois-ci, Gaeul a le temps de bien savourer le moment. Ses mains s’attachent à son bassin et la ramènent désespérément vers elle. C’est elle qui approfondit le baiser, et c’est elle qui la garde contre elle même quand elle tente de lui échapper. Elle l’embrasse jusqu’à ce que ses poumons brûlent. Sauf que ce n’est pas suffisant, et sa déception éclate dans sa gorge quand elles se séparent. Elle croise le regard de la plus jeune, celui-ci tout aussi sombre que le sien. « And you say that I confuse your brain ? Sure, Susan. » qu’elle pique,  voix si fine qu’elle se casse au bord. Gaeul déglutit une goulée d’air bien nécessaire avant de tenter d’arranger son col, et de suivre son hôte hors de l’apart. Il y un silence qui n’est ni awkward ni facile qui s’abat sur les deux femmes. Ça ne dérange pas, mais un peu quand même. La Coréenne décide que la seule façon qu’elle connait pour sortir Alessa de sa tête est en la tirant de force. Alors elle le fait mot pour mot. Elle prend sa main et l’oblige à ralentir un peu son rythme, histoire qu’elles marchent l’une à côté de l’autre. Puis elle la relâche tout aussi vite car elle a un peu peur de la tirer trop loin de sa zone de confort. Au final, c’est efficace et le silence est enfin brisé. « I don’t know how to cook but I remember all the recipes from my mother’s Traditional Korean Cuisine book. I read it eight years ago because I was bored. » Elle dit ça avec un sourire tout gros tout smug. Sa mémoire photographique est littéralement la seule chose dont elle peut se vanter devant une personne aussi intéressante qu’Alessa. Elle vit en Afrique. C’est difficile de faire mieux. « Je vis avec mes parents, ma grand-mère, et des gens qui s’occupent de la maison. C’est grâce à eux que je ne suis toujours pas morte de malnutrition. T’inquiète. » La question suivante demande un peu plus de réflexion de sa part, alors elle prend tout son temps. Sa voiture n’est pas loin du portail. Gaeul pose une main contre le dos de la Péruvienne pour la guider. « I read. I draw, too. Et parfois je chante très mal dans des pièces trop petites avec mes amis pour me défouler. J’ai pas trop de temps libre, sinon, et je ne te regarde pas avec désespoir. » Un petit sourire plein de malice. Ses clefs se retrouve dans l’air, puis dans la paume renfermée d’Alessa. « Je ne te regarde même pas, in fact. You’re driving. » Elle n’attend pas une réponse, vu que ce n’était pas une demande mais un ordre.

La chaleur n’est pas moins insupportable dans la voiture, Gaeul allume la clim tantôt installée. Quand elle lève à nouveau les yeux, son cœur manque un battement et elle est presque vénère qu’elle trouve Alessa déraisonnablement hot derrière un volant. « D’you have a driver's licence at least ? » Ce n’est qu’un détail. Avantage d’être blindér d’argent, d’être une Sin ? Les retraits de permis s’effacent d’un appel à l’ami de maman. « Maybe if I let you drive us to school everyday you’d actually be more willing to show up. » Elle le pense à voix haute. Elle boucle sa ceinture et se tourne vers elle. « J’veux dire, c’est une très belle voiture. Tempted yet ? » Bien sûr qu’elle n’essaye pas de trouver des excuses pour voir Alessa tous les jours. Un rictus innocent très peu innocent. « Hey, tell me more about yourself. Tu aimes faire quoi dans ton temps libre, toi ? I mean besides sleeping your life away. »



code by EXORDIUM. | imgs by tumblr



◊◊◊


Altschmerz

n. weariness with the same old issues that you’ve always had—the same boring flaws.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: the horizon tries but it's just not as kind on the eyes — alessa&gaeul

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
the horizon tries but it's just not as kind on the eyes — alessa&gaeul
 Sujets similaires
-
» Aimé Césaire, la liberté pour horizon
» Une silhouette dans l'horizon
» L'HORIZON - n'a pas son pareil ...
» Peinture et décoration à l'horizon
» Nouvel Horizon


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: