▲ up▼ down
From the deepest desires often come the deadliest hate.



 
HEP POTO, tu veux devenir un king de la roulette ? No prob, viens jouer à la Roulette juste ici !
LIPSTICK CHATEAU WINE BIT COOOOLOR ♪ La voilà, la famosa MAJ d'automne qu'on attendait tous !
VIENS PAR ICI, c'est tout plein de douceur et de caramel just for u ♥️
Wingardium Leviosa ! un peu de rêve et de magie, ça te tente ? viens vite T'INSCRIRE A L'ECOLE DES SORCIERS ♥️
NOUVEAUTÉS SUR HM ! Découvre les défis et nos semaines à thème : keur:
Tu entends ces hurlements, tous les soirs ?? what sors chasseur, pars à la chasse de Arcana la sorcière à mettre sur le bûcher !


Partagez | 
avatar
Invité
Invité

Message(#) Sujet: From the deepest desires often come the deadliest hate. Sam 12 Mai - 20:42


From the deepest desires often come the deadliest hate.

La brise fraîche du soir vient frôler ma peau telle une caresse et je frissonne doucement, frottant mes bras pour chasser la sensation désagréable. Ce soir encore, je peux remarquer à quel point Seoul et Tokyo sont des villes semblables, toutes deux ne dorment jamais et sont remplies de vices certes mieux cachés que dans les pays occidentaux mais toujours bien présents. La petite troupe de policiers qui me surveillent sont de sortie et occasionnellement j’ai eu la chance de les suivre dans leur ronde, parce qu’ils préfèrent m’avoir dans le viseur plutôt que de me savoir seule en ville. Je pense qu’ils ont découvert mes petites escapades nocturnes à la recherche d’indices mais ils ne m’ont pas encore fait de remarque là-dessus. Je sais déjà à quoi ça va ressembler, de toute façon et je ne me sens plus vraiment d’humeur à les écouter. Un an est passé, il est temps pour moi de faire ce que je veux. Mon corps affaibli me dégoûte et je n’ai repris mes entrainements que depuis quelques jours. J’ai hâte de redevenir forte afin de ne plus être à protéger, afin de pouvoir retrouver l’assassin de mon père qui mérite punition.

Une punition que j’imagine loin d’être juste, malgré moi…j’ai nourri une telle haine envers celui qui m’a pris mon père que j’ai souvent rêvé pouvoir le tuer de mes mains. Je ne sais pas si je devrais me sentir comme ça. Je ne devrais pas avoir ce genre de pensées mais je n’arrive pas à oublier ce jour, je n’arrive pas à oublier tout ce qu’il m’a fait. C’est pour ça que quoiqu’il en coûte, je retrouverai cet homme et je lui ferai payer. « Arrête de rêvasser, on avance. » J’arque un sourcil et obtempère non sans un « C’est pas trop tôt, j’ai failli attendre. » qui haussa un rire à Abe, un policier aux origines japonaises qui veillait sur moi et m’avait permis de prendre facilement mes repères dans ce pays et franchir la barrière de la langue. Il doit être habitué à mes répliques depuis le temps et mains dans les poches, je suis le groupe. Rien d’intéressant ne se passe mais j’ai entendu qu’ils étaient aux aguets dans ce quartier car un gang commençait à se faire connaître : le green gang. Je ne pense pas que ce gang soit lié à celui qui m’intéresse mais ça fera toujours de la vermine en moins, même si je ne pense pas que l’on puisse beaucoup avancer sur leur cas en longeant les rues sombres du quartier avec la simple idée de surveiller au bien-être des habitants.

J’en baillerai presque mais il y a soudainement de l’agitation. J’entends des gens gueuler derrière moi et comme nous nous étions séparés en deux groupes, je devine facilement que mes compères ont découvert quelque chose. Je m’attendais pas du tout à voir ce que j’allais voir alors que j’accoure vers la scène, ignorant les engueulades de Abe. Un de mes compères est à terre, l’autre à la poursuite de deux gars et j’ai juste le temps de voir une fille détaler à toute vitesse. Elle semble avoir quelque chose d’important sur elle et sans y réfléchir à deux fois, je me mets à courir moi aussi, l’interpellant. « Arrête-toi, maintenant ! » Je peux pas vraiment crier police, mais elle sera pas stupide au point de pas comprendre qu’elle était faite comme un rat. Je suis assez rapide et endurante même si ça n’est rien comparé à avant mon kidnapping mais je la suis sans relâche jusqu’à ce qu’on arrive finalement à un cul de sac. Erreur de débutante qui me sauve alors que j’agrippe fermement son poignet et que je la tourne pour voir son visage.

Des yeux de chats, brillant presque à la lumière de la lune. Des cheveux courts et un faciès atypique que je retiens sans aucune difficulté. Elle a l’air jeune et je soupire longuement, reprenant mon souffle. « Qu’est-ce que tu fais avec ta vie ?... » Je sais ce qu’elle transporte avec elle et je compte bien le lui confisquer. Ou même. « Tu vas me suivre gentiment. » Direction le poste de police. De toute façon, Abe ne va pas tarder à nous retrouver. Je lui téléphonerai bien mais je ne veux pas risquer de lâcher cette jeune femme.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AVATAR : cutie kiko mizuhara POINTS : 0

NOUS A REJOINT LE : 21/04/2018

MESSAGES : 910

❝ MOTHER OF SWISS CATS
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t4288-seora-poppy-popbubblegum

Message(#) Sujet: Re: From the deepest desires often come the deadliest hate. Lun 21 Mai - 15:15





i could use a little bit of you right now

Jeune adolescence dévergondée. Insouciance et conscience des séquelles à venir. Libre des pensées, et libération de ses propres chaînes. À la recherche de tous les risques permis, à la recherche du danger. Adrénaline qui pétrifie les deux poumons. Gorge paralysée par la peur. Souffle coupé, puis manque d’oxygène. Douleur palpable, mais presque agréable au milieu du plexus. Un sourire presque vivant au coin des lèvres. Des étoiles dans les yeux. Elle aime ça. Elle aime ressentir toutes ces choses, qui nous rappellent que nous avons qu’une seule vie. Elle aime profiter, à sa façon et à sa guise. Alors elle continue de courir, élançant ses jambes une après l’autre. Avancer, toujours un peu plus dans le but de fuir. De se faufiler dans les ruelles sombres, avalées par la nuit. Les bras pliés, chargés d’un paquet en carton et sécurisé au possible. Dessus, aucun nom et aucune adresse. Seulement des bouts de scotch un peu partout, laissant quelques extrémités se rebeller. Ses doigts frêles se serrent un peu plus autour de lui, comme si cela est précieux. Comme si la jeune fille a peur de le perdre. Comme s’il est question de vie, ou de mort. Puis, ce n’est qu’en une poignée de seconde qu’elle vient à le jeter dans une poubelle se trouvant sur sa route. L’impact est bruyant, mais pas assez pour les Séoulites qui font désespérément régner la loi l’entende. Le temps de reprendre un dernier souffle, le temps d’espérer que ses coéquipiers puissent le récupérer à temps. Et, surtout, le temps de prier pour ne pas finir dans les décombres de la prison, mains empoignées sur les barreaux rouillés et peau pelée par l’humidité. Imagerie froide et malheureuse. Tout aussi réaliste. Poppy, simple étudiante et pourtant promise à suivre le même parcours que son raté de père, s’engouffre à nouveau dans la pénombre. Elle évite les rayons de lampadaires. Elle évite les sirènes criardes. Elle évite les policiers plus âgés. Mais elle n’évite pas le cul de sac, pris entre deux façades.

Ses yeux s’écarquillent.
Son cœur manque de faire un bon.
Puis un deuxième.

Une douce main agrippe son poignet, et dans un geste sans échappatoire la brune aux cheveux courts se retourne. Elle s’attendait à tout. Elle s’attendait à un homme de grande t’aille au faciès durcit ou à un homme aux muscles proéminent. Mais elle ne s’attendait pas à une fille aussi jeune qu’elle, à la crinière ébène longue et aux traits angéliques. Durant un court instant, son corps ne répond pas. Le son de sa voix ne glisse pas entre ses lèvres. Statue de marbre, silencieuse. « Qu’est-ce que tu fais avec ta vie ? » Poppy n’en sait trop rien. Elle la prend comme elle arrive, et elle la forge comme elle peut. « Tu vas me suivre gentiment. » Ses cinq doigts font pression sur le poignet de la melted, prêt à lâcher. Encore un peu plus. Mais elle refuse d’avancer. Enveloppée par l’instinct de survie. Enveloppée dans le refus. Elle n’avance pas, et se détache de sa main. « Tu dois faire erreur. Je n’ai rien avec moi. » Sa voix essoufflée siffle entre ses dents.


SIAL ; icon tumblr


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

Message(#) Sujet: Re: From the deepest desires often come the deadliest hate. Ven 13 Juil - 21:48





i could use a little bit of you right now

Elle ne sait pas pourquoi, le regard de la vagabonde semble vibrer autant, son esprit alerte. Sayori, elle ne peut pas comprendre les signaux que son corps lui envoie, s’il s’agit de peur, de danger, de fascination, ou de quelque chose de plus élusif encore. Tout est remplacé par de la méfiance et un dédain pour le monde dans lequel cette femme au regard troublant vivait. Elle refuse d’avancer et honnêtement, la japonaise se serait ennuyée de ne pas la voir résister un peu. Elle accueillit donc ses paroles avec un petit rire amusé. Pour qui la prenait-elle ? Elle était bien plus maligne que ça.

« Pourquoi t’enfuyais-tu alors ? »

Une question qui mettait un terme à toutes négociations. Elle avait peut-être jeté son butin ; ce n’était pas important pour le moment, le colis sera probablement retrouvé plus tard. Le plus important était qu’elle faisait partie d’un gang et si Sayori ne pensait pas qu’elle lui soit d’aucune utilité pour son enquête personnelle, en aucun cas elle ne lui laissera la liberté. C’est triste, de voir qu’une fille aussi jeune pouvait être impliquée dans ce genre d’affaires…mais Sayori n’est pas connue pour sa compassion, alors elle réitère, le regard noir.

« Tu me suis, c’est un ordre. »

Pour elle, les fauteurs de troubles ne méritaient que le strict minimum de respect. Son père ne lui a jamais appris à aller plus loin que la surface et elle agit par impulsivité, en ignorant la lueur scintillante du regard de la vagabonde. Sayori laisse échapper un léger soupir, déclarant d’un ton qui se voulait presque nonchalant, désintéressé. Elle n’a pas envie de paraître faible et doit faire un gros effort pour mettre sa fierté de côté et accepter que seule, elle ne sera jamais capable de la maîtriser.

« Mon coéquipier ne va pas tarder à arriver de toute façon donc c’est comme tu veux. »

Elle vient attraper son poignet à nouveau, croisant son regard tandis qu’un sourire en coin se formait sur le coin de ses lèvres, aimant faire pression, utiliser tout ce qui était en son pouvoir pour intimider cette créature de la nuit.

« Soit tu me suis gentiment, soit tu risques de passer un sale quart d’heure avec lui. »


SIAL ; icon tumblr


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: From the deepest desires often come the deadliest hate.

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
From the deepest desires often come the deadliest hate.
 Sujets similaires
-
» Love me now or hate me forever!
» Entrer dans la danse [U.Desires]
» Sometimes I hate you so much [pv Lysandre]
» [Terminé] You hate me, I know ... [Nathan]
» i hate shonda rhimes, i hate everything. - sweva


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: