▲ up▼ down
(( city of stars )) — ft yoo in seong



 
HEP POTO, tu veux devenir un king de la roulette ? No prob, viens jouer à la Roulette juste ici !
TOO KOOL FOR SKOOL ♡ 26ème maj qui scintille dans nos coeurs comme la mer d'automne
CLIC ICI pour faire péter les news de la rentrée ♥️
Splash dans ta face, tu connais le jeu ? Cours vite te fendre la poire SUR UNE MÉGA BATAILLE D'EAU ♥️
ALLONS-Y ALONZO POUR MISS ET MISTER PLAYA 2018 ! Par ici la bleusaille !


Partagez | 
avatar
AGE : 20 AVATAR : Bae Su Ji (Suzy - Miss A) aka petit boudin perfection T'es moche :) POINTS : 36

NOUS A REJOINT LE : 05/08/2016

MESSAGES : 7005

‹ 365 SO FRESH ☽ MELTED PRESIDENT ›
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t178-park-bo-ra-boraday

Message  Sujet: (( city of stars )) — ft yoo in seong      Mer 14 Fév - 21:48

city of stars
FEAT YOO IN SEONG
(( tenue ))
 Un an après, elle est face à la même eau noire. Mêmes ondes hypnotiques qui serpentent dans la nuit, sous la lueur de Séoul qui se projette sur le fleuve. Bora soupire, mains gantées enfoncée dans les poches et pourtant raidie par le froid. Cette année ses pieds sont solidement ancrés à la terre ferme, trois mètres au-dessus de la grève. Nul désespoir ne fait étau dans sa poitrine, son palpitant s’agite librement entre ses côtes. Elle est bien malgré le froid qui lui mord les joues, perce son manteau et enlace ses jambes à peine protégée d’un fin collant noir. Mais ni le gel ni le vent ne vient attaquer sa bonne humeur. Tout a changé depuis le soir où elle a contemplé cette même rivière, les pommettes trempée, et les mollets immergé dans le liquide à l’obscurité étouffante. L’eau glacée a lavée ses peines en quelques sortes, et c’est un air nouveau, moins viciés qui insuffle à présent ses poumons. Ses prunelles se détachent finalement du ruban grisâtre pour se fixer vers la voûte cobalt, piqué de clous dorés. Elle a encore en tête le sentiment vertigineux de l’observation nocturne de la veille. Étendue sur le toit du dortoir, entre Ja et Inseong. Doux souvenir d’une soirée d’anniversaire qu’elle souhaitait mémorable pour son meilleur ami. Ce soir, c’est une toute autre commémoration qu’elle s’apprête à célébrer. Et ce qui aurait pu être un bien triste souvenir si elle avait fait un pas de plus douze mois plus tôt, semble être devenu la date la plus chère à son cœur.

Perdue dans le silence de sa contemplation, la jeune femme finit par s’arracher à sa latence songeuse pour marcher lentement jusqu’au banc, si familier jusque dans les moindre fissures du bois. Ça fait longtemps qu’elle ne s’y est plus installée pour fixer la rive opposée. Rien ne pourra lui faire oublier la sensation de réconfort qu’elle éprouve pourtant en s’y installant. C’est comme chez elle ici, un refuge au cœur des tempêtes. Et si par temps clair, le besoin de s’y réfugier diminue, cela ne retire en rien l’affection qu’elle porte pour ce lieu. Cette une charmante soirée et le ciel est limpide, à tel point qu’elle n’a pas de mal à repérer la longue silhouette qui s’approche d’un pas pressé le long du sentier. Y a ce sourire qui menace de venir étirer ses lèvres, et déjà son cœur s’est emballé. Puis un sentiment familier irrigue ses artères, un arrière-goût de déjà-vu. Bora est projetée dans le passé, à l’époque où elle le voyait s’approcher depuis ce même siège, enroulée dans son gros manteau en laine et son jean trop grand. Une jupe coquette a remplacé la toile usée, rehaussée par des talons qu'elle ne maitrise pas vraiment. Le manteau n’a pas changé, ni même l’antique sac à dos, alourdi par quelques secrets qu’elle aura à révéler ce soir. Fascinée par l’ombre élégante qui approche à grand pas, elle se prend à imaginer que comme avant, il allait venir s’avoir à côté d’elle sans un mot. Dix minutes de silence à contempler les lumières de la capitale, jusqu’à ce qu’une idée un peu plus vive que les autres ne traverse l’esprit de l'ingénue et qu’elle se mette à parler, raconter. C’est à ça que ressemblaient leurs si tendre mardis soirs.

Alors Bora s’entête à rester assise, comme si quelque part au fond elle sommeille le désir de retrouver un semblant de ces rencontres hasardeuses, et les sentiments aventuriers qui s’y rattachent. Revivre le moment où la bille est tombée du côté romance. Sa paume tapote le bord du banc pour inviter sans un mot le grand brun à s’installer à côté d’elle, et lorsqu’il s’exécute, elle se décale pour se presser à lui. Elle sait que y aura pas dix minutes de silence aujourd’hui, y a trop à dire. Quand on y pense c’est idiot d’attendre ce jour en particulier, mais dans le fond… Bora sait que tout ce qu’ils pourront bafouiller ce soir, l’un et l’autre le savent déjà. En tout cas, elle espère que lui sait à quel point il a changé sa vie. L’importance qu’il revêt à ses yeux. L'indispensable contact de sa peau, le son vibrant de sa voix, le satin enivrant de ses lèvres. Lentement, sa joue vient reposer contre son épaule, et sa main serpente jusqu’à la sienne pour y enfouir ses doigts. « Alors t’es venu ? » Question presque soufflée qui s’évapore dans une volute de buée. Murmurée pour elle-même plus que pour lui. Ses paupières viennent voiler les deux billes charbonneuses un instant, elle se concentre sur le son des vagues sur la rive, sa respiration apaisée, la chaleur du corps contre le sien. Toute la douleur qui a un jour marqué ce lieu s’est dissipée, emportée par le vent du printemps. Et l’hiver a figé de nouvelles émotions dans son esprit guérit. Pas complétement soignée certes, mais assez pour lui faire admettre qu’elle est heureuse aujourd’hui Bora ; terriblement heureuse. « Tu te souviens la première fois que t’as pris ma main ? » Ses penchants bavardes et frivoles la reprennent bien assez tôt. « J’ai cru que mon cœur aller imploser, et j’ai rien osé imaginer parce que… t’sais bien que je me fais bien trop d’idée parfois. » Ses phalanges blêmes serrent celles du jeune homme, et elle soulève leurs mains nouées pour les contempler. « Et maintenant on est là. Je trouve ça comique. » Elle a pas le sentiment d’avoir fondamentalement changé Bora. C’est toujours la gamine maigrichonne qui sait pas choisir des vêtements à sa taille, qui porte une écharpe été comme hiver, qui ne coiffe pas ses cheveux et qui se promène pieds nus. Toujours pieds nus. Mais maintenant elle a plus peur de le toucher, elle a pas peur non plus de passer son bras autour de ses propres épaules pour forcer une proximité qu’elle a désiré toute la journée durant. Enfouir son visage dans l’aplomb de son cou, humer son parfum, remonter jusqu’à ses lèvres, les embrasser, chastement. « ça non plus j’ai pas osé le faire l’année dernière. » Son rire s’envole. « Tu m’as manquééééé aujourd’hui, j’avais trop hâte de te voir. Joyeuse st valentin. Puis… joyeux anniversaire à nous ? J’ai acheté du champagne, je me suis dit que c’était l’occasion. » Et commencer leur pèlerinage ici, c’était presque obligatoire. « ça me rend nostalgique de revenir ici. Enfin je regrette pas les moments où on était deux sardines sur ce banc, j’aime mieux comme on est maintenant. Mais c’était des bons moments je trouve. »





◊◊◊



god helps anyone who
disrespected the queen


han ja ruining my life through years:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AGE : 22 AVATAR : chae hyungwon (monsta x) POINTS : 0

NOUS A REJOINT LE : 20/11/2016

MESSAGES : 1808

STARCHILD'S VICE PRESIDENT ✩ SPACE RULER
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t821-yoo-in-seong-insideout

Message  Sujet: Re: (( city of stars )) — ft yoo in seong      Mer 7 Mar - 21:45

city of stars
feat. boseong | words: 1095 | hrp:
Tenue + Il est sorti un peu plus tôt aujourd’hui, il en a convenu la semaine dernière avec ses supérieurs qui ont été compréhensifs. Un regard vers l’extérieur et il se perd quelques instants dans les souvenirs de cette même date, un an plus tôt. Il se souvient d’avoir regardé l’horloge toute la journée, empressé et stressé, à l’idée de la rater une nouvelle fois et de perdre ce qu’ils avaient construits, petit à petit. Il se souvient du ciel assombri et de la pluie qui brouillait toute beauté, impossible d’y voir clair à plus de dix mètres et son cœur emballé, gonflé par des sentiments contraires qui auront marqué cette date à jamais. En bien comme en mal, il angoisse parfois encore, mais aujourd’hui le ciel est parsemé d’étoiles et le temps est clément. Il a le cœur bien plus léger lorsqu’il prend le chemin du métro, puis du parc alors que sur sa montre, il décèle un peu de retard. C’est toujours lui qui arrive après et il sourit à la pensée qu’il ne l’a même pas fait exprès, ou avec si peu de conscience tandis qu’il s’est, peut-être, éternisé dans cette boutique à côté du café. Il ne voulait pas venir les mains vides, allons. Ce n’est même pas la saint-valentin pour lui aujourd’hui, c’est le jour où il a pris son courage à deux mains en faisant le premier pas, où il a changé leur vie en quelque chose de mieux, de nouveau qu’ils apprennent toujours à cerner, même après douze mois de relation partagée. Une main cachée dans son dos et l’autre tenant son sac fermement, il avance vers ce banc où elle l’attend déjà et son sourire réapparaît, plus grand. Tout est plus clair aujourd’hui, jusque dans leurs regards où l’impatience se mêle de tendresse et il s’empresse, jusqu’à ce qu’elle l’invite à s’asseoir et qu’il prenne place sans un mot.

Il y a comme un goût de nostalgie. Ces alentours, ce banc, Bora assise là et cette sérénité où le silence n’a rien de gênant, plutôt apaisant. Il y avait cette sensation d’être écouté, compris et regardé, malgré ses propres silences et ses taquineries, parfois trop directes. Elle lui a fait confiance et s’est ouverte à lui sans retenue, bien qu’il ait mis plus de temps à faire de même et c’est peut-être ça qui l’a tant encouragé. Tous les silences n’étaient que des opportunités qu’il déclinait, à refuser de parler, mais jamais elle n’eut changé de banc pour autant ni insister. La patience, il faut s’en armer avec le Yoo et ne pas s’offenser lorsqu’il ne fait qu’acquiescer. Il acquiesce lorsqu’elle lui pose une question rhétorique – pourquoi aurait-il évité ce lieu en un jour si important ? Le temps a beau s’écouler, effacer les blessures et guérir leurs cœurs scarifiés par la vie, il ne peut s’empêcher de revenir ici quelquefois. Cet endroit l’apaise, alors même qu’il l’a effrayé l’année dernière, mais pour mieux le rendre dingue ensuite. C’est ici que tout a commencé et c’est ici que tout se poursuivra, pense-t-il, un rire léger passant ses lèvres avant qu’il ne les pince, comme gêné d’être pris sur le fait. Mais c’est sans compter sur sa petite-amie bavarde qui leur rappelle ces mêmes souvenirs qui tournent en boucle dans sa tête, timing parfait. « Tu étais si mignonne, trop facile à lire. » Il sourit et quand elle force leur proximité, il en profite une seconde pour lui pincer la joue avant de goûter chastement ses lèvres.

« Joyeux anniversaire. Tu as pensé à tout je vois. » Elle n’a toujours pas vu ce qu’il cache désormais à ses côtés depuis qu’il s’est assis, une main toujours prise on ne sait où tandis que son regard se perd devant eux. « Je suis toujours nostalgique quand je viens ici… Je ne pensais pas rencontrer l’amour au détour d’un parc, encore moins sur un banc. » Et elle a raison en soit, c’est comique de voir ce qu’ils sont devenus. Ils n’ont même pas brûlé les étapes et elle lui a donné ce dont il avait le plus besoin à l’époque, de l’espoir. Il est certain d’en avoir fait de même. Il tourne la tête vers elle et lui met enfin sa surprise devant les yeux, un petit bouquet de douze roses. « Joyeuse St-Valentin, petit cœur. » Et ça n’a rien d’original, mais c’est tout de même la première fois que le garçon ose un geste romantique sans trop rire de lui-même. « Ça aussi, j’ai oublié de le faire l’année dernière alors que tu méritais au moins une rose. » Mais à ses mots, il baisse les yeux sur le collier qu’elle porte constamment autour du cou et en saisit la chaîne de ses doigts libres. Il a fait mieux qu’une rose et il le sait, mais ça n’empêche pas qu’elle ait droit à son bouquet un jour ou l’autre. Il se penche vers sa tempe où il pose ses lèvres, puis descend un peu vers son oreille où il souffle, d’un murmure : « toujours aussi belle quoique tu portes, mais spécialement ce soir. » Il ne cache plus vraiment ses préférences, toujours un peu plus ‘ailleurs’ lorsqu’elle choisit des tenues plus féminines, parce que c’est occasionnel sûrement. Il laisse traîner ses doigts le long de ses cuisses, un peu gêné par les fleurs.

« Tu sais, je ne t’ai jamais vraiment remercié… de me supporter, de l’avoir fait jusque-là. » Son regard est reparti vers la rivière, les lumières sur l’autre rive, le pont éclairé et il se laisse aller quelques secondes, même pas besoin de commencer à boire pour devenir émotif. « Je sais ce que tu vas me dire, que tu es sans doute pire et que je suis celui à remercier, mais non. Je ne suis pas… toujours facile à cerner et pour toutes les fois où je t’ai semblé froid, je m’en excuse. Tu es la première personne qui me rend …comment dire. » Non, en fait il aurait bien besoin de quelques verres, histoire de rendre ses incohérences plus cohérentes, si cela a du sens. « J’étais égoïste avant de te fréquenter et je veux que tu saches, que tu m’as changé. En bien, évidemment. » Il la presse un peu plus contre lui, des envies de la prendre un peu mieux dans ses bras et de l’embrasser aussi, oh oui, parce qu’elle lui a manqué aujourd’hui aussi. « On fait un tour ou tu m’aides à compter les étoiles ? » Se lever ou rester assis encore un peu.




◊◊◊

Every now and then
the stars align
boy and girl meet by the great design
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AGE : 20 AVATAR : Bae Su Ji (Suzy - Miss A) aka petit boudin perfection T'es moche :) POINTS : 36

NOUS A REJOINT LE : 05/08/2016

MESSAGES : 7005

‹ 365 SO FRESH ☽ MELTED PRESIDENT ›
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t178-park-bo-ra-boraday

Message  Sujet: Re: (( city of stars )) — ft yoo in seong      Sam 10 Mar - 2:16

city of stars
FEAT YOO IN SEONG
(( tenue ))Tout un monde entre parenthèse.
Deux silhouettes confondue dans la pénombre hiémale, et l’émail du sourire de Bora platré sur son visage blême. Dix phalanges bleutées qui s’entremêlent entre leurs corps, chaos fébrile de leurs peaux qui s’effleurent impatiemment. Elle a envie de ses lèvres, se languit de ses mots qu’elle a attendu toute la journée. Le désir spectral de le retrouver, rencontrer à nouveau ses prunelles étoilées, comme un an plus tôt. Avec la même agonie. L’espoir délirant de le voir apparaitre et sentir ses bras autour de son buste étroit. C’est pas la morsure de l’eau gelé qui l’affole ce soir, mais bien cet être qu’elle sent palpiter sous ses doigts, celui qui a transformé sa vie de quelques mots plein confiance. Cette vie qui bat dans ses veines et qui l’émerveille, qui lui rappelle chaque fois pourquoi elle-même est vivante. Pour lui, pas le laisser tout seul dans ce monde qui la révulsait y a pas si longtemps, et qu’elle commence doucement à apprécier. Plus facile à affronter à deux. Moins terrible quand elle sait qu’elle aura toujours ses bras pour refuge, si tout s’effondre.

Autour d’eux Séoul vibre, avec comme toujours cette impression d’être hors du temps quand ils sont ici. Hors de cette cohorte qui s’enivre sous les néons, aspirant à la paille les liquides acres de leurs verres qui cogne les zinc. A cette heure ou la ville s’enivre lentement, Bora expire le plaisir de le retrouver entre leurs lippes qui se frôlent. Un œil vers les deux mégots qui jonchent le sol, sous le banc, comme pour rappeler qu’en dehors de leurs rencontres, y a d’autres gens qui se délassent et s’embrassent ici. C’est plus les siens, ces cadavres de cigarettes, ça fait longtemps qu’elle a trouvé autre chose pour combler le vide qui lacérait jadis ses pensées. La cendre du poison s’est dissipé dans la poussière.

Joyeux anniversaire. Les mots dansent dans son esprit. C’est le premier anniversaire de ce genre qu’elle fête. Secrètement elle prie pour qu’il soit suivit par beaucoup d’autre. Y a pas de fin à ce qu’elle imagine avec lui. Juste leurs paumes éternellement liées, et la fièvre d’imaginer que, peut-être, pour une fois, le destin leur réserve autre chose que ses caprices infernaux. Ce même fil rouge qui les a forcé à se rencontrer ici-même, quand rien ne les liait, sinon la vorace solitude de leurs cœurs. L’amoureuse glousse tendrement. « Les étoiles s’foutent de nous. » Faut bien les distraire, elles s’ennuient perchées tout là-haut, trop loin pour s’aimer. Alors elles font s’entrechoquer des cœurs au hasard des parcs, et contemple leurs reflets scintillant dans les prunelles d’Inseong. Un firmament artificiel que Bora a fini par préférer au ciel.

Froissement de papier et éclair écarlate décrochent son regard des milles étoiles des yeux du Yoo, qui vient se poser sur un bouquet complet de roses. Ses incisives attaquent par réflexe ses lèvres fardé de vermeilles, touchée par l’attention autant que par la perspective que c’est la première fois qu’on lui offre des fleurs. Sa main libre se saisit du présent qu’elle hume avec délice, les pupilles pétillante de gratitude devant le geste romantique. Typique des belles histoires qu’elle se plait tant à lire. « Merci… elles sont magnifiques. » Elle sourit, irrepressiblement, à s’en engourdir les joues. Ses doigts pâles vient écarter la mèches sombres qui entravent sa gorge pour y saisir la chaine qui l’orne constamment. La mémoire argentée de cette nuit, un an plus tôt, ou d’un geste maladroit, il a noué à jamais le pendentif à son cou. Le papier craque quand elle laisse s’échouer le bouquet sur ses cuisses, pour mieux se laisser submerger par la tendresse de ses lèvres sur sa tempe. Routine de tendresse dont elle ne se lasse pas, échange constant d’attentions dont ils ne tiennent plus les scores. Depuis le temps, sa bouche à frôlé mille fois au moins la sienne, ses doigts ont explorés jusqu’à l’obsession chaque parcelle de son épiderme. Et elle s’y perd encore, parce qu’elle s’attache à oublier la carte mentale de ses traits pour mieux les redécouvrir à chaque fois. L’aimer jusqu’à l’oubli pour mieux recommencer.

Bora, elle sait pas trop si c’est la chaleur factice de cette nuit, ou l’intimité-secret de leur lieu à eux qui la rend si euphorique. Elle se sent juste puissante ce soir, et son cœur ne bat plus que pour Inseong. Galvanisée par le compliment, et la caresse sur sa cuisse, la brune se permet un sourire plus énigmatique. « Et t’as encore rien vu. Tu peux me considérer comme un genre de … kinder surprise ce soir. » La comparaison enfantine se fait railleuse, comme une de ses mains vient se promener sur le torse du jeune homme, côté gauche, juste pour sentir son palpitant. « Chaque chose en son temps. » Ils ont la nuit rien que pour eux.  

C’est elle qui devrait le remercier. Dans le fond, ils se doivent autant l’un à l’autre, et ça se compense, s’annule. L’ardoise-néant de leur mécanique amoureuse. Sous ses ailes de bienveillance, elle a appris à relativiser sur leur rôle à chacun. Bora a fini par accepter qu’il l’aime au moins autant qu’elle. Que c’est pas un crime, que ça les tuera pas. C’est d’être sans lui qui se rapprocherait de la mort, et dans cette excessive réalité, la brune n’a pas de doute. Sa vie c’est avec lui, ou rien. Inseong c’est le rempart au néant. « Je le dirais pas. J’ai promis. » Sur le siège passager d’une voiture de location posée sur une bande d’arrêt d’urgence. « De rien, et merci à toi aussi, d’être là, et assez fou pour m’aimer. » Son regard rejoint le sien, teinté d’espièglerie. « Mais entre nous, supporter c’est pas le terme. » Faudrait qu’il soit un poids pour ça. « Je t’ai jamais trouvé froid tu sais. Bizarre, peut-être, mais je crois pas que tu puisses le nier, t’es celui qui prenait en photo une sdf en cachette après tout. » Sa main remonte le long de sa gorge, glisse le long de sa joue, et laisse courir son pouce sous sa paupière, dans ses cheveux. « Tu sais ce qui est froid ? Le monde sans toi, le courant de la rivière sur mes jambes nues, mes doigts quand ils sont pas dans les tiens, les draps du lit quand tu rentres tard le soir, et le café qui reste au fond de ta tasse le matin. Ça c’est froid. Mais pas toi.  »  Et si les gens le voient pas, alors ils ont rien compris. Mais Bora, elle se plait à croire qu’elle l’a su dès qu’elle l’a vu. Fallait qu’ils se rencontrent.

« Moi aussi j’étais égoïste, puis j’ai rencontré un gars. Et ce gars il m’a donné une raison de penser un peu moins à moi, et un peu plus à toi. » Elle se plait à formuler des phrases sans queue ni tête, et laisse crever son rire dans l’aplomb de son épaule qu’elle embrasse à travers les couches superposés de vêtements. « On a tous les deux changés en bien, on est plus deux paumés assis sur un banc. On est toujours sur le banc, mais un peu moins paumés. Ou alors on est perdus ensemble, j’en sais rien, mais c’est moins dur comme ça. » Bora se tait. Un vague silence retombe. Ils inspirent en chœur, rejette l’air gelé dans une volute commune, lové l’un contre l’autre à regarder les lumières de la cité sur les eaux noires. Encore un peu. « On peut marcher le long de l’eau, sauter une ou deux stations de métro avant de rentrer ? » Elle se lève une fois que c’est décidé, sans lâcher la main de son cavalier, et avant qu’il ne puisse l’imiter, vient presser un baiser sur son front. « Au fait ! J’ai une part de ton cadeau avec moi, tu le veux maintenant, ou à la maison ? » Elle frissonne comme à chaque fois que les mots « à la maison » roulent sur sa langue, et désigne en pointant le bouquet son sac à dos, dissimulant le fameux présent.




◊◊◊



god helps anyone who
disrespected the queen


han ja ruining my life through years:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AGE : 22 AVATAR : chae hyungwon (monsta x) POINTS : 0

NOUS A REJOINT LE : 20/11/2016

MESSAGES : 1808

STARCHILD'S VICE PRESIDENT ✩ SPACE RULER
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t821-yoo-in-seong-insideout

Message  Sujet: Re: (( city of stars )) — ft yoo in seong      Jeu 26 Avr - 15:45

city of stars
feat. boseong | words: 702 | hrp:
Tenue + Il y a quelque chose d’apaisant lorsqu’il rassemble tous les souvenirs qu’il a de ce lieu, pourtant assez banal et dont on peut trouver la même vue un peu partout dans les parcs, mais ce coin est devenu magnifique pour lui au fil du temps. Il y est tombé amoureux après tout, c’est ce banc et cette rivière qui lui ont fait baisser sa garde avec la jeune Park. Se remémorer quelques souvenirs avec elle ce soir le rend nostalgique, nostalgique des temps passés et quelques-uns vers lesquels il aimerait retourner parfois. Pour l’insouciance des premiers gestes et les maladresses des premiers mois. Un an et il peine à se dire qu’ils sont ensemble depuis si longtemps sans qu’il n’ait vu le temps passer, mais ce dont il est sûr, c’est qu’il veut de nouveau voir les saisons passer en sa compagnie et compter d’autres anniversaires comme celui-ci. Le premier d’une longue route se dit-il, optimiste. Bora lui affirme alors qu’elle est tel un kinder surprise et il la regarde un peu plus fixement, devinant assez vite le sous-entendu et souriant presque trop timidement à ça. « On n’est pas pressé non, même si je deviens curieux. » Il la presse tendrement contre lui en passant un bras autour de ses épaules et lui procurer un peu de chaleur en ce soir de février, bien trop froid pour leurs choix de tenues en réalité. Inseong a voulu se faire beau pour l’occasion, déjà déçu d’avoir dû travailler en cette date si particulière. Et dans un autre instant de nostalgie, il se laisse aller aux confidences en mettant des mots sur ce que la Melted lui apporte depuis des mois, autre qu’une confiance nouvelle et un amour sincère, elle lui fait aussi voir le positif dans sa vie et oublier certains nuages noirs. Il a l’impression d’aller plus facilement de l’avant à ses côtés, de voir la fin au bout du tunnel bien qu’il peine toujours à le traverser. Il est heureux de l’avoir dans ses bras là maintenant en sachant qu’elle ne les quittera pas de sitôt, ou en tout cas pas ce soir. Il la remercie et elle lui répond avec un peu de taquinerie à laquelle il répond en roulant dramatiquement des yeux. « Je ne le faisais pas en cachette, puis qui te dit que je ne prenais pas cet arbre-là et que tu t’imposais juste dans le cadre à chaque fois ? » Il désigne alors un cerisier non loin d’eux, aujourd’hui nu, sans les couleurs vives des saisons plus chaudes. Mais son cœur se réchauffe aux prochains mots de la belle, à ce qui lui paraît plus froid que lui et c’est absolument adorable. Ils ne sont pas si différents sur ça non plus, bien que le mot ‘égoïste’ ne leur correspondait pas vraiment. Ils ont une tendance à exagérer aussi, mais ça n’empêche pas qu’il se sent plus ouvert aux autres depuis qu’il a franchi une étape avec Bora. Il la laisse parler et acquiesce discrètement d’un « mh » en laissant sa tête reposer contre la sienne et fermer les yeux quelques instants. Il en profite jusqu’à ce qu’il la mette face à un choix et qu’ils décident de marcher un peu le long de la rive pour rentrer tranquillement. Il a toujours un temps de retard et lorsqu’elle se lève, lui ne suit pas tout de suite, toujours attaché à sa main et c’est même en tirant un peu sur son poignet que le Yoo daigne se lever. Il entrelace leurs doigts et jette un regard au sac à dos qu’elle porte, pinçant ses lèvres avant de les mordiller quant à ses réflexions, mais l’impatience l’emporte. « Maintenant ? Ça va me travailler tout le trajet sinon… mais c’est peut-être mieux de le faire au chaud, tout dépend de ce que c’est ? » Son propre sourire change et il se permet de la narguer aussi lorsqu’il reprend : « j’ai ton cadeau sur moi aussi. » Mais il hausse les épaules en s’engageant sur le chemin sans lui faire de proposition, car même s’il a hésité sur le meilleur endroit pour le lui offrir, il a convenu qu’à la maison était le plus idéal.




◊◊◊

Every now and then
the stars align
boy and girl meet by the great design
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AGE : 20 AVATAR : Bae Su Ji (Suzy - Miss A) aka petit boudin perfection T'es moche :) POINTS : 36

NOUS A REJOINT LE : 05/08/2016

MESSAGES : 7005

‹ 365 SO FRESH ☽ MELTED PRESIDENT ›
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t178-park-bo-ra-boraday

Message  Sujet: Re: (( city of stars )) — ft yoo in seong      Mar 17 Juil - 19:46

city of stars
FEAT YOO IN SEONG
(( tenue ))
 Même la nuit semble plus familière ici, et Bora croit à présent en connaitre chaque ombre, chaque nuance. Aussi changeant que peut-être ce paysage, au gré des saisons, des caprices de la neige, et ceux de la rivière, elle se sent chez elle ici. Avec ce sentiment qu’elle peut s’y déplacer les yeux fermer sans jamais trébucher sur un obstacle. Le parfum même du lieu est réconfortant.

Quand elle y repense, elle était déjà liée à cet endroit avant de rencontrer Inseong. Sans savoir pourquoi, c’est ce banc qu’elle a choisi comme refuge soir après soir, quand elle n’avait plus la force de trainer son cœur et son corps trop lourds de fatigue d’un traite jusqu’au dortoir. Drôle de destin, qui l’a mis en travers de la route, ou plutôt de l’objectif du jeune homme, comme celui-ci se plait à remarquer. Elle s’autorise un petit coup de coude dans ses côtes, faussement vexée par la remarque. « Ah oui ? Prouve le, montre les photos que tu as pris à l’époque, on va voir ça ? Tu me les a jamais montré en plus. Faudrait que tu m’expliques enfin ce que tu as bien pu me trouver ces fois-là quand même. »

Un sourire narquois nimbe son visage d’une expression malicieuse, et elle glisse son bras le long de son dos pour effleurer son flanc du côté opposé, à travers les couches de ses vêtements. Elle le sent trembler imperceptiblement sous la pulpe de ses doigts, et ce n’est pas sans lui rappeler le froid qui la dévore elle aussi. Pourtant, pour rien au monde elle ne voudrait bouger. Des « tu te souviens » muets voguent dans sa tête, peuplée de souvenirs qui semblent provenir d’une vie entière, quand en réalité ils ne font que dessiner quelques mois de leurs jeunes existences. Cet endroit est devenu leur sanctuaire, bercé de souvenir, et Bora se plait à imaginer que d’autres souvenirs se construiront ici, mardi soir après mardi soir.

Séoul vibre sous ses pieds, son corps vibre entre ses bras. Ses paupières papillonnent comme alourdies par un sourd besoin d’abandon. L’espace d’un instant, Bora se laisse presque tentée par l’idée de s’endormir là, sa joue contre son épaule, son front contre le sien, et sentir sa respiration faire danser les quelques mèches qui s’entêtent à peupler son visage. Jusqu’à ce que le froid ne les figent ainsi pour toujours ? L’éternité à une sonorité séduisante à ce moment précis. Un sourire étire ses lippes colorées, et le vide qu’elles rencontrent la contrarie tant qu’elle finit par tendre le cou pour arracher un baiser à la mâchoire du jeune homme à ses côtés.

Inseong c’est son p*tain de nectar, dont elle ne finit plus de se gorger. Aussi suave que sa nicotine quotidienne, bien moins vénéneux sans doute. Bora se demande si cet amour passera un jour, pour l’un ou pour l’autre. Elle aimerait lui jurer que non pour sa part. Elle est trop convaincue qu’il n’y a pas d’après-Inseong, juste du néant, et un brasier qui n’attendra que de la consumer toute entière. Après lui y a rien, c’est l’impasse, le point de chute, c’est ensemble ou rien. C’est aussi rassurant qu’effrayant, mais dans son optimisme extravagant, elle espère qu’il ne voit pas les choses différemment.

Debout devant lui, sa main tendue pour se maintenir dans la sienne, la jeune femme le contemple paresser encore un peu sur les lattes usées. Ses doigts libres serrent le bouquet avec une fierté exacerbée. Elle se sent comme toutes ses filles dont elle a envié le sort à travers ses livres. L’impatience de son compagnon l’amuse, et lui arrache une moue tentatrice. Ils sont comme deux enfants de minuit qui s’obstinent à rester juvénile, à repousser l’aube à l’éternité. La mention d’un autre cadeau empourpre ses joues de gêne tant que de plaisir. « Encore un ? » Demande-t-elle d’une voix rauque et se dissimulant derrière les fleurs dont elle hume le parfum. La curiosité la dévore aussi sûrement qu’Inseong malmène ses lèvres de ses dents, et devant ses grands yeux quasi enfant, elle finit par céder à la requête de l’impatient et déballe le cadeau de son sac. Elle lui tant le paquet maladroitement emballé, le laissant découvrir ce qu’elle a mis plusieurs semaine à trouver. Une sacoche flambant neuve pour son précieux appareil photo. Une certaine appréhension raidit ses membres alors qu’elle suit ses doigts qui se promène sur le cuir souple et délicat de l’objet. « J’ai été fouillé dans tes affaires. » Admet-elle avec un petit sourire en coin. « J’avais pas réalisé que tu avais autant d’objectifs, j’espère qu’ils rentreront tous dedans. »

Elle le laisse découvrir le cadeau avant de reprendre hâtivement sa main, nichant ses doigts bleutés dans sa paume pour y chercher un peu de tiédeur. « tu vas vraiment me faire languir jusqu’à la maison alors que j’ai cédé ? » Qu’elle râle en enfonçant son nez dans son écharpe, omettant qu'en réalité elle était bien trop impatiente de lui montrer. Bora soulève le bras de son cavalier pour le passer d'elle-même autour de ses frêles épaules, s'invitant contre lui, le palpitant en furie tant d’impatience que d’enthousiasme devant la soirée qui s’annonce.
 





◊◊◊



god helps anyone who
disrespected the queen


han ja ruining my life through years:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message  Sujet: Re: (( city of stars )) — ft yoo in seong      

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
(( city of stars )) — ft yoo in seong
 Sujets similaires
-
» Dark City 2.10 FIN
» Pink city
» Paradise City
» Dalas Stars signature
» Dalas Stars Aligment


 :: seoul :: Jamsil :: Parc
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: