▲ up▼ down
(( neither lost nor found )) — ft zhang yao



 
HEP POTO, tu veux devenir un king de la roulette ? No prob, viens jouer à la Roulette de Lapland juste ici !
Eh twa tu es tré solide, ça te dit d'être mon christmas pudding ?
SONNE LES CLOCHES DE L'HIVER, et entre dans le monde merveilleux du HM hivernal ♥️
JOYEUX NOËL ! une montagne de cadeau, ça te tente ? viens vite T'INSCRIRE AU MARCHE DE NOËL ♥️
TOUJOURS SUR HM ! Découvre les nouveaux défis avec ses éditions spéciales Noël et notre semaine à thème du mois ! : keur:
Tu entends ces hurlements, tous les soirs ?? what sors chasseur, pars à la chasse de Arcana la sorcière à mettre sur le bûcher !


Partagez | 
avatar
AGE : 20 AVATAR : Bae Su Ji (Suzy - Miss A) aka petit boudin perfection T'es moche :) POINTS : 278

NOUS A REJOINT LE : 05/08/2016

MESSAGES : 7197

‹ 365 SO FRESH ☽ MELTED PRESIDENT ›
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t178-park-bo-ra-boraday

Message(#) Sujet: (( neither lost nor found )) — ft zhang yao Sam 27 Jan - 17:45

neither lost nor found
FEAT ZHANG YAO
Fragrance acétique et pâleur aseptisée, la vue des murs pâles lui colle vaguement la nausée. Bora elle a toujours détesté les hôpitaux. Sans doute parce qu’inconsciemment elle les associe au sang. Peut-être aussi parce que ça lui rappelle la fois où gamine, elle s’y est retrouvée avec un inconnu après être tombée dans la neige, qui, sournoisement dissimulait les éclats d’une bouteille brisée. Le souvenir est d’autant plus perturbant qu’elle se revoit le bras ensanglanté, ouvert d’une plaie béante, et qu’elle était seule, absolument seule, parce qu’ils ne trouvaient personne à appeler pour venir la chercher. Pas de parents, la de contact, juste une enfant en larme incapable de se rappeler du moindre numéro. Aujourd’hui la situation est différente, mais la brune a bien du mal à se faire à cette ambiance lunaire. Derrière chaque mur s’entremêlent terreur et souffrance, et ça la tétanise. Dix jours qu’elle est là, dont la moitié passés hors du temps. Quand elle a ouvert les yeux après quatre angoissantes journée de coma, elle a trouvé bien étrange le soulagement de ses proches autour du lit. Elle était reliée à tout un tas de tubes et de machine, et on la fixait comme une curiosité, le regard luisant d’une drôle d’angoisse. Bora elle avait juste l’impression de se réveiller d’un bon et long sommeil, jusqu’à ce que l’effet des analgésiques ne se dissipent et la ramène à sa douloureuse réalité. Lentement, les pièces se sont remises en place dans son esprit cabossé. Le verre qui éclate, la taule qui se froisse, les pneus qui crissent sur le goudron, et son corps qui se projette inéluctablement vers l’avant, sans qu’elle ne puisse rien faire pour l’en empêcher. Elle se souvient vaguement avoir songé que c’était ce que les poupées des petites filles devaient ressentir. Incapable de contrôler leurs mouvements. Et puis la nuit, longue et tiède, peuplée de voix lointaines, comme si elles provenaient d’une pièce différente. A son réveil, Bora était à l’hôpital, et depuis lors, elle n’en est pas sortie.

Et elle commence à s’impatienter. Pieds nus dans ses pantoufles, elle se traine dans son pyjama de coton, avec le sentiment désagréable d’être dans un genre de prison immaculé. Elle pousse sa potence à perfusion avec lassitude le long des couloirs jusqu’à l’ascenseur. Les journées sont longues, surtout depuis que la fatigue des premiers temps s’estompent. Difficile pour Inseong ou Ja de s’absenter de leurs travails en journée, et la solitude de sa convalescence commence à la rendre irritable. Elle a hâte de sortir, quitter ce putain d’immeuble pour retrouver sa vie d’avant. En attendant, elle se contente d’une balade dans les jardins attenant, avec l’espoir qu’elle sera moins monotone que celle de la veille. Le miroir de l’ascenseur lui renvoie une mine froissée, sous-jacente au bandage qui encercle son crâne dans un fouillis de chevelure ébène. Les hématomes commencent seulement à s’estomper, comme les coupures qui marquent sa peau. Bora, elle craint de bientôt retirer les pansements, parce que savoir son corps imprimé d’écorchures lui fait craindre le futur. Quelle tête fera Inseong en découvrant les balafres ? Et si elles ne disparaissent pas ? Frissons, elle passe sa main plâtrée dans ses cheveux et quitte la cabine d’ascenseur pour sortir du bâtiment. Faut pas penser à ça, ça partira sûrement, les bobos ça s’efface toujours.

Les allées sont bien désertes à cette heure-ci, et ce malgré le soleil pâle de mars. Pour la Melted c’est la libération. Respirer l’air encore frais l’apaise. Elle fait rouler son « compagnon » en acier jusqu’à ce que les murs de l’hôpital ne disparaissent derrière la végétation. Elle finit par s’échouer au détour d’une allée sur le premier banc venu, le même que la veille. Et sur celui d’en face, un garçon, la mine un peu pâle, qu’elle croit reconnaitre. Peut-être qu’elle l’a croisé dans un couloir, ou dans le parc. En tout cas ça tête lui parle. Et puisqu’elle est en mal de conversation, elle finit par se relever pour l’approcher, une main sur le paquet de guimauve qu’Inseong lui a ramené en douce hier soir. La brune tant une confiserie au jeune homme, le visage fendu d’un sourire. « Hey. Joli temps pour sortir de cette boite stérile hein ? » Elle désigne l’ombre de l’hôpital qui surplombe la verdure. « Pourquoi t’es là toi ? » Question de routine dans un hôpital, elle se demande toujours quelle infortune à conduit son interlocuteur dans un endroit aussi détestable.






◊◊◊



god helps anyone who
disrespected the queen


han ja ruining my life through years:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AVATAR : na jaemin POINTS : 0

NOUS A REJOINT LE : 17/01/2018

MESSAGES : 80

☮ I'M ON MY OWN
Voir le profil de l'utilisateur

Message(#) Sujet: Re: (( neither lost nor found )) — ft zhang yao Jeu 15 Fév - 13:49

Il a failli y passer. C’est ce que son oreille réussie à capter de la conversation qui se passe près de la porte, deux mètres seulement plus loin que le lit où il est allongé. Yao feint encore le sommeil mais ça fait quelques minutes qu’il s’est réveillé déjà. L’odeur est la première chose qui altère ses sens, familière, connue. Exécrée. Parce qu’elle lui rappelle sa faiblesse, à quel point il n’est rien, un simple atome dans le monde qui a tôt fait de s’éteindre. Parce qu’elle lui rappelle qu’il est un puits de dépenses diverses sans fond, le soigner est comme jeter de l’argent par les fenêtres. Stupide et sans sens. Il se demande s’il habituera à cette situation un jour. Les souvenirs reviennent doucement. Hier ou peut-être que ça date de quelque jours déjà, il n’est jamais certain après ses réveils dans la chambre d’un hôpital, il a toujours besoin de chercher un calendrier du regard pour en avoir la certitude. La faute à la morphine et la quantité d’antidouleur qu’on lui fait passer dans les veines et qui le dépaysent. Puis il a voulu ouvrir les yeux, mais les voix ont attiré son attention. Quand il est réveillé, personne ne parle, c’est le silence et les regards inquiets qui l’accueillent. Mais jamais de vérités. Juste des brides enrobées, enjolivées pour devenir moins pénibles. On le traitera éternellement comme un enfant. Alors il profite qu’on le pense encore perdu dans ses songes pour tendre l’oreille. Il se souvient avoir eu une crise tard la nuit, il s’est dit que ça passerait, il n’a voulu appeler personne. Sa mère était déjà assez fatiguée par ses longues journées de travail et il n’avait pas eu envie de gratter sur ses petites heures de sommeil, une fois de plus. Ça lui donnait l’impression d’être un mauvais fils. Le reste n’est que flou. Il a dû perdre conscience jusqu’à ce qu’on le retrouve.

Une dizaine de minutes après, il se décide enfin à ouvrir les yeux. Et le silence se fait. Prévisible. Son regard tombe tout de suite sur celui de sa maman, elle parlait au médecin mais son attention était sur celui, pour clore la conversation dès qu’il montrerait un signe. Le reste n’est que paperasse et paroles d’usages. Comment il se sentait, est-ce qu’il avait faim, est-ce qu’il avait froid ? Des questions, encore et toujours. Il répond à certaine, ignore d’autres, étouffé par le flot. « Je veux me dégourdir les jambes un peu. » souffle-t-il finalement. Il déteste les hôpitaux, mais ils sont devenus une seconde maison pour lui, et en ces moments, il ne peut que se réfugier dans leurs jardins. Sa mère hésite à le laisser mais le médecin ne semble pas contre. On lui fait juste enfiler une grosse veste plus chaude par-dessus son pyjama et il peut enfin aspirer à un semblant de liberté. Il passera la semaine ici de tout de façon, sous surveillance au cas où. Sa mère doit retourner bosser aussi et l’informe que Yuna passera plus tard dans l’après-midi pour lui tenir compagnie.

Yao connait assez bien les nombreux couloirs de l’hôpital pour ne pas se perdre, il se dirige automatiquement vers le jardin et se laisse tomber sur un banc, plus loin des autres patients. Il ne fait pas si froid mais il est plus frileux et s’emmitoufle dans sa veste, reconnaissant que sa génitrice y ait pensé. Il se perd dans ses pensées, il devrait demander à Yuna de lui ramener son téléphone et sa console portable pour ne pas mourir d’ennui. Une main est soudainement tendue vers lui et il lève les yeux, confus de courtes secondes. Il a souvent cet air sur le visage depuis son arrivée dans ce pays, parce qu’il ne comprend jamais rien à tout. Il attrape le bonbon et le dépose sur sa langue, le goût sucrée lui faisant plus de bien qu’il ne penserait. « Merci. » Il observe enfin la jeune femme, brune, surement plus vieille que lui. Il répond à son sourire mais pas à ses mots, c’est tout ce qu’il sait faire. « Je comprends pas. » arrive-t-il à articuler presque correctement. Il s’est rendu à l’évidence que c’était plus facile de partager son incompréhension en utilisant des mots en coréen que sa langue natale.

◊◊◊





Revenir en haut Aller en bas
avatar
AGE : 20 AVATAR : Bae Su Ji (Suzy - Miss A) aka petit boudin perfection T'es moche :) POINTS : 278

NOUS A REJOINT LE : 05/08/2016

MESSAGES : 7197

‹ 365 SO FRESH ☽ MELTED PRESIDENT ›
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t178-park-bo-ra-boraday

Message(#) Sujet: Re: (( neither lost nor found )) — ft zhang yao Dim 18 Fév - 22:31

neither lost nor found
FEAT ZHANG YAO
Ça serait mentir de dire qu’elle a pas mal, mais Bora elle se plait à penser qu’elle est fort. Pourtant rien ne peut lui faire oublier la brûlure de ses coupures, la douleur sourde de son poignet en miette, et l’acouphène qui jour après jour décroit mais reste encore trop présent. Tout ça pour lui rappeler l’horreur de ce moment, la taule qui se froisse, l’odeur de brûlé et de pneu râpés sur le bitume par le freinage. Elle en a encore rêvé cette nuit. Elle a aussi songé qu’elle mourrait. Et elle sait que ça aurait pu arriver. Parfois le matin elle se réveille persuadée que c’est jamais arrivé, qu’elle s’est jamais réveillée. Et frénétiquement, ses mains cherchent une présent près de son lit, quelque chose pour la ramener à la réalité, sans la trouver. L’idée qu’elle aurait pu disparaitre lui tord les entrailles. Pas pour elle, mais pour les autres. Pour Ja, pour Inseong, pour Iseul. Comment pourrait-elle imposer cette culpabilité à ce dernier. C’est déjà difficile, trop difficile. Un instant, l’écho lointain d’une ambulance la ramène à la scène qu’elle souhaite plus que tout oublié. Y a quelqu’un dans ce camion qui est peut-être en train de vivre les mêmes instants terrifiants qu’elle, et ça l’horrifie. Personne devrait avoir à subir ça.

Elle contemple le jeune homme devant elle, toujours la main tendue, sa guimauve au bout des doigts. Ça au moins, ça a le goût de la réalité. Elle est vivante, et ce goût particulier le lui rappelle. C’est pas passé loin, et c’est presque ironique qu’elle soit à ce point soulagée. Surtout quand on sait qu’un an plus tôt, Bora aurait trouvé ça plus confortable de mourir. Sauf qu’à présent elle a compris qu’elle a des gens qui méritent qu’elle se batte. Ou en tout cas qui méritent pas la douleur que ça causerait si elle arrêterait. Et ça a quelque chose de dingue, de se dire qu’elle compte pour eux. Le garçon a l’air confus. Vu de près, il a l’air jeune sans doute un peu plus qu’elle. Un gamin en fin d’adolescence sûrement. Il prend la gourmandise et l’enfourne immédiatement avant de reporter sur elle un regard perdu. A en juger par son accent au moment de la remercier, et dans la phrase suivante, il n’est pas Coréen. «  Oh, I’m sorry. Japanese ? Chinese ? Do you speak english ?  » Elle ne parle ni l’une ni l’autre des langues — même si elle a queues bases de japonais appris à l’école. «  May i sit here ?  » La brune attend l’approbation de l’étranger avant de s’installer à côté de lui. Elle a envie de papoter un peu, sortir de la solitude des murs blancs. Il a l’air aussi seul qu’elle, malade sûrement, parce qu’il a pas l’air d’avoir des blessures externes. En tout cas pas aussi flagrantes que les siennes. « Are you… sick or something ? » Peut-être bien que c’est indiscret, mais c’est souvent la première chose qu’on demande ici. Pourquoi t’es là. Quel genre de destin à la con t’a mené dans cette boite de béton. Toi aussi ton cœur s’est arrêté pendant trois minutes ? Est-ce que t’as vu un bistouri récemment ? Que des histoires de pseudo miracle et de mélodrame, parce qu’en général les gens qui en parlent s’en sont tirés. Rares sont les morts qui racontent la cacophonie de leur fin de vie. « My name is Bora by the way. Park Bo Ra. Nice to meet you, and… i’m sorry to interrupt, whatever you were doing. I’m just kind of… terribly bored. »





◊◊◊



god helps anyone who
disrespected the queen


han ja ruining my life through years:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AVATAR : na jaemin POINTS : 0

NOUS A REJOINT LE : 17/01/2018

MESSAGES : 80

☮ I'M ON MY OWN
Voir le profil de l'utilisateur

Message(#) Sujet: Re: (( neither lost nor found )) — ft zhang yao Jeu 22 Mar - 11:09


Il sent le goût sucré sur son palais, puis légèrement acide quand il le fait discrètement jouer autour de sa langue, les lèvres closes, il sent le bonbon fondre, répondre son arôme. Aigre-doux. Un peu comme sa vie, complication de bonheur et de tristesse, aucun dans l’extrême. Il n’a jamais été très heureux, mais il n’a jamais été très triste non plus, et étrangement, il rend monotone les choses qui ne le sont pas vraiment. Parfois, il ne ressent plus rien, même quand il est à l’hôpital, même quand ça fait mal, même quand les médicaments lui donnent juste envie de vomir et qu’une infirmière est debout devant lui, le visage doucement sévère quand elle contrôle ses gestes. Il y’a beaucoup de douceur dans sa vie, on l’enrobe entièrement, mais elle ne cache pas la réalité. C’est seulement pour palier à son état qu’on est ainsi avec lui. Il ne veut pas paraitre faible ou fragile, il déteste ça mais il s’y est habitué. Il ne suffit pas de vouloir pour avoir. Toute la volonté du monde ne le fera pas aller mieux. Il se demande parfois qu’elle est la suite, quand il ne cessera de tomber dans les vapes et que les médicaments ne serviront plus qu’à endormir la douleur, et non plus à la soigner. Il soupire, toujours aussi doucement, ses lèvres s’entrouvrent à peine pour laisser passer l’air. Le bonbon. Il fond toujours. C’est agréable, ce goût au final, c’est ironique à quel point il arrive à s’habituer à tout. Tout sauf sa vie ici, et il se demande si c’est un mécanisme de défense, inconscient certes, qu’avait son cerveau en se refusant à apprendre la langue de ce nouveau pays. Il avait beau étudier, il se réveillait le lendemain, l’esprit vide et les pensées seulement tournés vers ce qu’il a laissé. Pourtant, il se rend compte qu’il n’a pas laissé grand-chose derrière lui. Les deux personnes les plus importantes étaient là, sa jumelle et sa maman. Il n’y avait personne d’autres, parce qu’il n’avait jamais su se rapprocher des autres.

« Chinese. » répond-t-il, avant d’hocher de la tête, lentement puis plus vivement. Oui, il parlait anglais et oui, elle pouvait s’assoir. Il tend la main vers elle, demande mutine pour un autre bonbon comme récompense de la réponse qu’il lui donnera, le regard un peu plus éveillé, lueur enfantine dans les iris. « I’ve been sick for the past two years so i’m usually here. What about you ? » Un accident, surement, ou pas ? Il avait vu assez de cas depuis qu’il avait intégré les allées à l’hôpital à son quotidien. « Zhang Yao and don't worry about that, i was really bored too. » Il ponctue sa phrase d’un simple rire, ils n’étaient pas dans l’endroit le plus amusant de la terre. « Does it hurt a lot ? » s’enquit-t-il, le regard porté sur les blessures de la jeune femme avant qu’il ne s’attarde sur son visage. Il semble tellement, tellement, familier. Yao a envie d’y porter les doigts comme si ce simple geste arriverait à lui donner un indice, mais il n’en fait rien.

◊◊◊





Revenir en haut Aller en bas
avatar
AGE : 20 AVATAR : Bae Su Ji (Suzy - Miss A) aka petit boudin perfection T'es moche :) POINTS : 278

NOUS A REJOINT LE : 05/08/2016

MESSAGES : 7197

‹ 365 SO FRESH ☽ MELTED PRESIDENT ›
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t178-park-bo-ra-boraday

Message(#) Sujet: Re: (( neither lost nor found )) — ft zhang yao Lun 9 Avr - 22:06

neither lost nor found
FEAT ZHANG YAO
Elle suçote la sucrerie avec une concentration particulière, comme pour essayer d’extirper son esprit de son corps cabossé. Elle veut retrouver les sensations d’un vieux souvenir, dépourvu de douleur. La brise qui souffle sur le toit, le moelleux du goudron qui salit ses paumes et la toile de son jean. La caresse-velours des cheveux d’Inseong entre ses doigts, sensation miroir aux mots qui roulent entre ses lèvres, et le goût saturé de la guimauve qui fond sur sa langue. C’est cet instant précis, qu’elle associe à la friandise. Celui qui se rapproche le plus de la perfection à ses yeux. C’est l’infirmière qui lui a conseillé de trouver une pensée-refuge, quand la douleur était trop grande pour que la morphine n’y fasse quoi que ce soit, si ce n’est fait perler la nausée au bord de ses lippes abîmées. Elle a eu mal Bora, et elle s’est vue crever, quelque part. Le coma c’était une défense qu’ils ont dit, un repos censé guérir sa tête, ou du monde ce qu’elle abrite. Mais comme toujours, le sommeil il se joue de Bora, et il s’est évadé trop tôt, laissant un mal terrifiant percuter encore et encore son crâne jusqu’à la faire pleurer. Elle ne pensait pas être si soulagée d’un jour, ne plus rien ressentir.

Quelque part, Bora elle se dit qu’elle a eu de la chance. Elle est pas passée loin de la fin de l’histoire. Elle avait jamais réalisé à quel point ce corps qu’elle habite est fragile. Vulnérable. Une poupée facile à briser, facile à faire disparaitre. Ça craint, ça fait voir le monde différemment. Dangereusement. C’était peut-être bien un avertissement. Un signal qui lui rappelle qu’elle est mortelle, elle aussi, comme tous. Et ça lui fait comprendre à quel point elle ne veut pas mourir. Elle sourit lorsque le jeune homme à ses côté lui apprend qu’il est chinois. Comme une moitié d’elle finalement. Ça n’a l’air de rien, après tout, elle ne s’extasie pas devant chaque Coréen qu’elle croise. Y a toujours eu une part de nostalgie imaginaire concernant sa part de sang mandarin. Un regret sous-jacent de ne pas posséder une part d’elle-même,  à commencer par sa mère. « Really ? I’m half chinese, by my mother. But I can’t speak your language… » Elle pose une nouvelle guimauve dans le creux de la main du garcon. « Sick ?.. » Il a l’air jeune, trop pour être malade. Et le délai qu’il énonce semble trahir le sérieux de l’affection qui le maintien ici . Il désigne les blessures visibles sur ses joues rondes et son frond, et elle mordille sa lèvre. Étrangement, le simple fait qu’il lui rappelle leur existence déclenche un picotement aigu au niveau des plaies. Elle porte ses doigts instinctivement à celle qui écorche sa tempe, effleurant la peau meurtrie de sa pulpe tendre. « Car accident. Few days ago. » Elle sourit faiblement. « It hurts a little yes. But I can bear it. Are you really sick ? Is it why you came in korea ? Are you… alone here ? »






◊◊◊



god helps anyone who
disrespected the queen


han ja ruining my life through years:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: (( neither lost nor found )) — ft zhang yao

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
(( neither lost nor found )) — ft zhang yao
 Sujets similaires
-
» 03. Lost and found
» The Lost get Found (Kirian #1)
» Tour de garde. [ShuiLong Zhang]
» LOST LE RPG
» Why the U.N. Lost credibility in Haiti


 :: seoul :: Hyehwa :: Hôpital
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: