(goûter l'atmosphère); ❞ jaenok



 
HEP POTO, tu veux devenir un king de la roulette ? No prob, viens jouer à la Roulette juste ici !
DÉBUT DE L'ÉTÉ PEOPLE. ON EST CHAUDS, ON IRRADIE DE BONHEUR, et on se laisse tenter par les nouveautés de baby HM ♥️
Allez hop, CLICK BABE
I'M MARRIED TO THE MUSIC ! ♪ La saison des festivals qui s'installe, parce qu'on veut s'hanjailler comme jaja ! ULTRA KOREA FESTIVAL
PRIORITÉ DE GROUPE AUX STARCHILD !


Partagez | 
avatar
AGE : 22 AVATAR : pcy ☽ POINTS : 21

NOUS A REJOINT LE : 14/08/2016

MESSAGES : 6663

‹ ROI DU SEXTO ♔ FIRESTONE PRESIDENT ›
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t2366-boo-inok-booyonce

Message  Sujet: (goûter l'atmosphère); ❞ jaenok     Mer 24 Jan - 18:13


everybody gets high
take a sip & i trip & i trip

Séoul, la belle – la grande, avec ses lumières aveuglantes et l’air pourri. Séoul qui vous a tous avalé, ses entrailles truffées de tumeurs que vous cultivez comme si c’était des plants de ganja. Séoul et ses grands immeubles, ses néons dans lesquels il lit des messages cachés, parfois ; des menaces de mort, des déclarations d’amour. Un ou deux dessins, mais jamais de promesse. Séoul promet pas qu’elle t’aimera pour toujours. Elle t’offre une nuit ou deux, si t’es sage. Te fait planer quand tu l’as mérité, te guide dans les rues où tu trouveras ton bonheur. Tu peux lui tâcher les murs à coups de bombe de peinture, laisser ta marque comme on laisse des suçons sur la gorge d’un plan cul.
Mais tu la tiens pas.

Pas plus que Boo tient la route ce soir, les pieds dans le vide et la tête à mi-chemin entre les nuages et les étoiles ; Boo qui regarde plus le ciel ces derniers jours, parce qu’il voit plus que la lune. La lune seule, assez seule pour qu’il ait envie de grimper, de la détacher et de lui offrir un peu de compagnie – la lune qui lui fait penser à tout ce qu’il a oublié de faire, à tout ce qu’il sera jamais capable de faire et, particulièrement, à tout ce qu’il aimerait faire, là de suite. Pourtant il reste planté là, les bras ballants et une bière entre les doigts ; quelques tessons à moitié éclatés qui l’entourent et toi, aussi, qui parvient à arracher deux ou trois sourires juste assez honnêtes pour qu’il arrive à y croire.

« Si tu pouvais remonter le temps, t’irais quand ? » Question anodine au premier abord – bourrée de regrets. « Ou même aller dans le futur. Mais on sait pas comment c’est, le futur. Si ça s’trouve, on sera tous morts demain. » Ca fond sur sa langue et ça explose dans ses yeux – il fait des mauvais mélanges Boo, il teste ses limites et essaye de voir si, avec assez de conneries dans le sang, il arrivera à voler.
Il lève les bras.

Mais pas encore, c’est pas assez. Alors il les rebaisse, et il se laisse tomber contre le béton du toit. « Moi j’irai genre, quarante ans plus tôt. Les années soixante, mais en Amérique. C’était beau, non ? » Et en Irlande, aussi – il irait voir sa mère, quand elle était jeune et belle. « Ou les années quatre-vingt, ça aussi c’était sympa. » Et des fois il se demande quand le monde est parti en couilles ; quand est-ce que vous êtes passés d’utopie à dystopie, quand est-ce qu’on a tous commencé à espérer qu’on allait crever dans notre sommeil.

Mauvais trip, peut-être. Juste assez bon pour qu’il éclate de rire, pour qu’en rouvrant les yeux il voit que les étoiles, et pas la lune. « Ca m’fait rien, ta merde. Fais tourner. » C’est pas vrai, ça lui fait pas rien – le cœur qui part en couilles et la cage thoracique qui s’ouvre en deux, qui fait de la place pour quelque chose qu’il avait pas prévu. Piégé, c’est comme ça qu’il se sent. D’un autre côté, c’est le piège qui lui fait voir des couleurs qu’existent pas, qui lui donnerait la trique s’il était pas déjà trop frustré pour pas faire gaffe à pas bander n’importe quand.

Il opte pour un joint – tire une deux cinq lattes qu’il crache en nuages de fumée caressées du bout de ses doigts secs. Le satellite a atteint le sommet du ciel et Boo il y est presque quand il aspire la septième bouffée, ça a des allures d’orgasme quand il lâche la dixième gerbe mais c’est pas encore assez, il sent encore trop le sol et Boo veut voler, il veut que ses Docs pèsent plus rien. Bifurcation sur une nouvelle Heineken, il la décapsule d’un coup de briquet et en siffle une longue gorgée. « T'as envie de vieillir, Jae ? »
Lui, il s'est fait à l'idée que ça arriverait probablement pas.


◊◊◊



wicked ── que les chênes et les érables prennent de la hauteur, rendre à la nature ses droits d'auteur - besoin d'sommeil si j'reste éveillé mes rêves s'emmêlent, dans les bras d'morphée j'm'émeveillerai de c'qui m'emmerde. si j'vis pas mes rêves, autant me rendormir

Revenir en haut Aller en bas
avatar
AGE : 23 AVATAR : amazing jun (a.c.e) POINTS : 26

NOUS A REJOINT LE : 22/01/2018

MESSAGES : 276

☮ I'M ON MY OWN
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t3718-seo-jae-hyun-sjh_95#90753

Message  Sujet: Re: (goûter l'atmosphère); ❞ jaenok     Jeu 25 Jan - 22:02


everybody gets high
take a sip & i trip & i trip

Séoul. La Capitale. L'endroit rêvé, seulement en apparence… Parce que ce n'était pas aussi génial, en réalité. A la télé, ils savaient parfaitement comment vendre, mais sur les faits, rien n'était tout beau, tout rose. Ça ne pouvait plus l'être après près de vingt-trois années à pourrir dans les bas quartiers… Cette ville n'était plus un mystère pour Jae Hyun. Il avait tout sillonné, jusqu'aux endroits les plus dépravés. Puis il y avait Gangnam, la suprématie. Un quartier qu'il ne pouvait pas blairer... Tout juste intéressant pour ces quelques clubs et pour y culbuter des petites bourgeoises aux plastiques de rêves, bien que, intégralement refaites. Tout ça parce qu'elles ne savent pas quoi faire de leurs frics… Ou juste, ne se souciaient-elles que de la grosseur de leurs culs et de leurs seins. Dommage qu'elles ne puissent pas refaire leurs cervelles… Mais bon, elles étaient toujours bonnes pour écarter les cuisses.

D'ordinaire, ses petites pilules magiques ne lui procurait pas autant de pensée négatives. Allez savoir pourquoi, pas mal de choses le gonflait en cet instant. Il jurait presque que c'était In Ok qui le foutait dans cet état… Un transfert d'ondes, qui sait ? Ou peut-être avaient-ils abusé du mélange. Entre le joint, la bière, l'ecta… Sans trop savoir pourquoi, Jae Hyun éclata d'un rire à l'interrogation de son acolyte. Remonter dans le temps, hein... Il en avait de ces idées. Il ne l'interrompit pas tout de suite, surtout lorsqu'il était question de la mort. Un sourire étrange s'étira de ses lippes, comme incapable de prendre le thème au sérieux. Ses neurones ne répondaient plus à grand-chose. Tout ce qu'il fut en mesure de faire, c'est de hausser les épaules d'un air décomplexé, loin de s'en faire pour l'avenir, ni même pour le passé... « J'me suis jamais posé la question. » répondit-il en ramenant le goulot contre ses lèvres. Faux espoir. Il s'était déjà tout sifflé ! Une grimace s'étira de ses lippes face à ce constat. Et tout ce qu'il trouva à faire, c'est de secouer la bouteille dans le vide comme pour s'assurer qu'il n'y avait plus rien. Cette dernière trouva son chemin parmi l’amas de tessons, juste derrière eux. « Putain, j'ai une descente d'enfer ce soir. »

In Ok s'était laissé retomber à ses côtés, l'air d'être sacrément plongé dans sa réflexion, ce qui força le plus âgé à en faire de même, alors qu'il l'écoutait à nouveau. Les années soixante ? Pourquoi n'était-ce pas surprenant ? C'était sûrement ce qu'il aurait choisi aussi... Devant l'indécision de son ami, le blondinet ne put freiner un nouveau rire. Il l'attribua au passage d'une petite tape sur la cuisse. « Yah, décide-toi ! Les années soixante c'était sûrement pas trop mal si on retire les pattes d'eph et les fleurs dans les cheveux. » Une image purement clichée dans son esprit, mais pas si loin de la réalité… Ils auraient été mignons à cette époque ! Beaucoup moins swag et plus cheesy. Mais bon, il n'était pas à se demander à quel moment, supposément, le monde avait commencé à disjoncter. L'homme voulait toujours plus, et toujours plus grand. Mais sur d'autres aspects, l'homme régressait aussi de façon spectaculaire… Et pas juste socialement parlant…

Ça l'amuse un peu cette fatalité, tout compte fait. Il préfère en rire qu'en pleurer. Ce qu'il fait déjà, alors qu'on lui fait savoir que ses pilules n'agissaient pas… Lui, il ne pouvait plus s'empêcher de rire. Pour tout. Pour rien. Son cœur battait la chamade. C'était stupide mais le sentiment devenait fou. Il se fichait désormais de tout. « Arrête avec tes questions à la con, tu veux. File-moi ça. » grogna t-il, aussi hilare que désinvolte, en lui chourant sa Heineken des mains. Il en but une plus grosse gorgée avant de se laisser retomber à son tour, plus léger que jamais. Du moins, il en avait la très nette impression. Il se voyait déjà planer. Les étoiles ne lui avaient jamais parut aussi grosses avant aujourd'hui… Étaient-ils en train de s'en rapprocher ou le ciel leur tombait vraiment sur la tête ? Il ne savait pas. Il ne savait plus. Le pire étant, qu'une pensée totalement hors sujet lui vint subitement à l'esprit. Pas une paire de nichons, ou rien de très agréable, visuellement parlant. Il fut plongé dans un espèce de fou rire au moment où il se retourna vers In Ok pour y mettre tout son poids. Oui, si son corps était aussi léger qu'une plume, sa tête en revanche, pesait une tonne ! « Mec, j'suis trop con. J'ai pas sorti Balam. Faut qu'on se rentre. »

Dans cet état, bonjour. S'ils se faisaient serrer par les poulets, ils étaient bons pour un petit tour en cellule… Et Balam pendant ce temps-là était sûrement en train de refaire la déco de son appartement ! Pourquoi avait-il voulu d'un chien, déjà ?


◊◊◊

 
“I can’t always understand. Everything you say. You’re always smiling. But you look so lonely. Don’t hold in your tears. It’s alright, you and me. Put down your burdens. Just for a little bit, you hear me.” #berehyun
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AGE : 22 AVATAR : pcy ☽ POINTS : 21

NOUS A REJOINT LE : 14/08/2016

MESSAGES : 6663

‹ ROI DU SEXTO ♔ FIRESTONE PRESIDENT ›
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t2366-boo-inok-booyonce

Message  Sujet: Re: (goûter l'atmosphère); ❞ jaenok     Sam 27 Jan - 11:13


everybody gets high
take a sip & i trip & i trip

« j’me suis jamais posé la question. » sourire – large et malsain et tordu. Qui dévoile toutes ses dents et qui couve un de ses rires les plus étranglés, étouffé par du vide et de la fumée à outrance. Les hématomes fleuris sur son visage grattent et les bleus sur ses côtes irritent et il sent qu’à moitié et c’est comme s’il était en dehors de son propre corps. Tignasse à moitié rouge et le sang qui circule mal et le cerveau qui se noie et les pensées qui se meurent – il avale et il tire et il souffle et il crache et il se sent plus lui-même et il adore ça. Il se détestera demain.

« Tu parles, t’avales comme une pucelle. » C’est qu’il en sait quelque chose, le fuckboy ; à force d’envoyer des sourires charmeurs et des pick-up lines toutes faites, il a pu se construire tout un panel de différences. Plus vieilles plus jeunes avec ou sans queue – pas si difficile, quand on y pense. Mais il aime penser, Boo, que c’est fini. Qu’il va pouvoir se poser, peut-être pour de bon ; qu’il est heureux, quelque part.
Il l’est, il a juste du mal à le réaliser.

« Arrête avec tes questions à la con, tu veux. File-moi ça. » Grognement de protestation, sa douce bière arrachée à ses mains calleuses ; il savoure la fraîcheur du béton sur son dos et crève d’envie de retirer son t-shirt, mais quelques parcelles de bon sens l’en empêchent. Fin Janvier, le temps pas assez clément pour qu’il se permette une telle bavure. « Ca va, j’aurais pu te demander si les grenouilles ressentaient des émotions. Connard. » Le rictus qui relève les bords de ses lèvres gercées et il frissonne et il a chaud et froid en même temps – il comprend pas trop la situation, familière et en même temps si étrangère. « J’voulais trinquer à la gloire de notre amitié, mais j’oubliais que t’étais un fils de pute. »

Nouvelle plainte à moitié ravalée lorsqu’un poids s’ajoute à la pression déjà douloureuse exercée sur sa cage thoracique meurtrie, pourtant il râle pas et se lève docilement, toute la volonté du monde le pousse à se hisser sur ses talons et à tanguer sur le bord du toit – une ou deux inspirations et l’adrénaline et le sol en bas qui l’appellerait presque, s’il avait pas l’esprit embrumé par une paire de bras et des étreintes secrètes. « Eh bah allez. On va sortir Balam, eeehehehe. » Membres étirés, les articulations qui craquent et la nuque qui tinte avant qu’il t’aide à te relever aussi. Miracle, il tient debout.

« Attends, attends. Y a un problème. » Déjà, la bière s’amasse dans son estomac – forcément, il lâche un rot sonnant dans les escaliers, et éclate de rire juste après. Frais comme un gardon. Toujours est-il qu’il poursuit pas sa phrase mais achève sa descente en enfer, le rez-de-chaussée atteint en sautant par-dessus deux marches. Ça craque, ça fait pulser son sang et les courbatures le font se sentir vivant. « Ah, ouais. Du coup, le problème. T’habites où, déjà ? »

Sourire penaud, les souvenirs qui s’embrouillent et les membres qui tremblotent un peu. Ah, il pourrait bouffer le monde. L’air lui claque dans la gueule, un coup de vent qui se faufile sous son t-shirt et jusque dans son âme – air qu’il avale à grandes goulées, comme un presque-noyé sauvé in extremis. « Eh. » Distance entre vous gobée par une enjambée surexcitée, et un de ses bras passe, nonchalant, autour de ton épaule. Woah, t’es petit. « T’essayerais pas de m’amener dans ton appart pour que j’te saute, si ? » Grimace narquoise, et il te laisse gérer. Boo a pas peur d’être chopé. Ils ont l’habitude, ici – de le voir perché, même avec zéro gramme dans le sang. Alors un peu plus, un peu moins… Papa s’en occupera. « Coquine. »



◊◊◊



wicked ── que les chênes et les érables prennent de la hauteur, rendre à la nature ses droits d'auteur - besoin d'sommeil si j'reste éveillé mes rêves s'emmêlent, dans les bras d'morphée j'm'émeveillerai de c'qui m'emmerde. si j'vis pas mes rêves, autant me rendormir

Revenir en haut Aller en bas
avatar
AGE : 23 AVATAR : amazing jun (a.c.e) POINTS : 26

NOUS A REJOINT LE : 22/01/2018

MESSAGES : 276

☮ I'M ON MY OWN
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t3718-seo-jae-hyun-sjh_95#90753

Message  Sujet: Re: (goûter l'atmosphère); ❞ jaenok     Jeu 15 Fév - 17:08


everybody gets high
take a sip & i trip & i trip

C'était sans filtre. Aucun détour possible entre ces deux-là. Même en état normal, c'était cru et sans tact. Ils s'adressaient parfois l'un à l'autre sans le moindre respect – en tout cas sur les apparences – car leurs discours étaient loin d'être aussi faussés ou enclin à l'animosité. In Ok était devenu quelqu'un d'extrêmement important pour lui. Une relation aussi unique que complexe. Aussi saine, que destructrice. Et la faute ne revenait pas exclusivement au plus jeune. Malgré son instabilité mentale, Jae Hyun n'était pas toujours franchement mieux… Mais surtout, il était celui qui avait commencé. Celui qui avait instauré cette amitié sur un mensonge et sur un certain profit personnel. Et si on pouvait favorablement douter de la sincérité de In Ok, des deux, le blondinet était peut-être celui dont il fallait le plus se méfier… « Ta gueule. Je banderai même pas si tu me suçais. » lui cracha t-il à la figure, loin de le prendre au sérieux. Bien au contraire, il avait souri, amusé par la réplique de son ami. C'était bon enfant. Avec la censure en moins. Niveau tolérance, Jae Hyun se surprenait lui-même par moment… Il lui arrivait parfois de se reconnaître en lui. Comme s'ils étaient le miroir de l'autre… Alors qu'ils n'avaient rien, nécessairement en commun.

« Les grenouilles ? » répéta t-il dans un éclat de rire. Il était en forme le In Ok ce soir. Et il adorait ça ! Encore plus lorsqu'il le traita de fils de pute, accentuant son hilarité déjà bien prononcé. Il pouvait lui chanter la sérénade avec les plus beaux noms d'oiseaux, ça ne changerait absolument rien à l'amour qu'il lui portait. L'amour inconditionnel que l'on pouvait avoir vis-à-vis d'un proche que l'on considérait comme son frère. Mais ça, évidemment, plutôt mourir sous d'atroces souffrances que de le formuler un jour… « Parle pour toi, enfoiré. Il faudrait déjà que j'ai une mère pour que ça m'atteigne. » Et il n'en avait plus, depuis longtemps. C'était terminé toutes ces conneries. Il était libre et aussi satisfait de son existence, tout le temps où les pilules agiraient dans son subconscient. Certaines choses lui revenaient, à priori sans la moindre cohérence et pourtant, il eut bien une pensée pour son pauvre clébard qui hurlait sûrement la mort… Il aurait pu se faire encore plus lourd sur son ami, mais au lieu de ça, il se releva à sa suite, plus au moins avec agilité.

Ça tournait un peu trop à son goût, à moins qu'il ne s'agisse de ces fichus escaliers, limite en colimaçon ? Putain ce que c'était chiant. Il détestait lorsqu'il n'était pas totalement lucide, mais en même temps, il ne se marrait jamais autant que lorsqu'il était sous influence. « T'es pas sérieux, mec... T'es vraiment un cas. » C'était un problème s'il perdait la mémoire celui-là… C'était quand même pas la première fois qu'il se rendrait dans son appart, si ? Voilà qu'il en doutait à présent… Le soupir qui s'extirpa d'entre ses lippes fut long et silencieux. En sentant la connerie de In Ok approcher – ainsi que son bras entourer ses épaules – et l'écraser sans ménagement, sa première pensée fut de lui adresser un coup de coude. De prime, pour la réflexion douteuse. « Je savais que t'étais fou de moi, mais pas à ce point-là... Gros taré. » Il délirait, malgré tout. Bien sûr qu'il ne comptait pas le chopper ou se faire chopper, en aucune façon. Les mecs n'étaient pas son délire. In Ok encore moins. Complètement teubé, et pourtant, il le kiffait.

Et c'était peut-être le moment de passer la deuxième non ? Car à ce stade, ils étaient encore bon pour tituber jusqu'au levé du soleil ! Jae Hyun avait beau râler, son ami lui servait d'appui dans les moments où il luttait pour mettre un pied devant l'autre… Et inversement, malgré le poids de sa masse de géant vert. A cette heure de la soirée, ils ne croisèrent pas grand monde – une chance pour ces pauvres innocents – parce que dans le genre bruyant, ils battaient des records ! Cela faisait une dizaine de minutes peut-être, qu'ils traversaient le centre-ville. Prendre les transports en commun aurait été plutôt risqué… De toute manière, il n'y avait plus tellement de trafic. Et ils parvenaient jusqu'au bon quartier… Sa vision gagnait progressivement en netteté et le blond se sentait comme acquérir de supers pouvoirs, alors qu'il n'en était rien. Il continuait de rire bêtement, trop facilement. Trop heureux ce gosse paumé. « Attends, stop, mais attends… Y'a un problème. » A présent qu'il avait passé le hall de cet immeuble, Jae Hyun remarquait bien qu'il y avait un petit soucis. Tout était identique… à l'exception que son badge ne daignait pas leur ouvrir le passage… Ok, il s'était trompé de bâtiment. Mais tout allait bien. C'était celui à côté. « Putain, je serais pas défoncé, j'aurai la honte de ma vie. » Et il riait de sa connerie. Encore.


◊◊◊

 
“I can’t always understand. Everything you say. You’re always smiling. But you look so lonely. Don’t hold in your tears. It’s alright, you and me. Put down your burdens. Just for a little bit, you hear me.” #berehyun
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message  Sujet: Re: (goûter l'atmosphère); ❞ jaenok     

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
(goûter l'atmosphère); ❞ jaenok
 Sujets similaires
-
» Atmosphère de coup d'état
» Mystérieuse atmosphère
» L'amour est une fumée faite de la vapeur des soupirs ♦ Hélène & Lilieth
» Il faut détendre l'atmosphère HOT ...


 :: seoul :: Itaewon
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: