▲ up▼ down
(( blâmer la nuit )) ⚡︎ namyonra



 
HEP POTO, tu veux devenir un king de la roulette ? No prob, viens jouer à la Roulette juste ici !
LIPSTICK CHATEAU WINE BIT COOOOLOR ♪ La voilà, la famosa MAJ d'automne qu'on attendait tous !
VIENS PAR ICI, c'est tout plein de douceur et de caramel just for u ♥️
Wingardium Leviosa ! un peu de rêve et de magie, ça te tente ? viens vite T'INSCRIRE A L'ECOLE DES SORCIERS ♥️
NOUVEAUTÉS SUR HM ! Découvre les défis et nos semaines à thème : keur:
Tu entends ces hurlements, tous les soirs ?? what sors chasseur, pars à la chasse de Arcana la sorcière à mettre sur le bûcher !


Partagez | 
avatar
AGE : 20 AVATAR : Bae Su Ji (Suzy - Miss A) aka petit boudin perfection T'es moche :) POINTS : 88

NOUS A REJOINT LE : 05/08/2016

MESSAGES : 7134

‹ 365 SO FRESH ☽ MELTED PRESIDENT ›
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t178-park-bo-ra-boraday

Message(#) Sujet: (( blâmer la nuit )) ⚡︎ namyonra Dim 21 Jan - 12:52

blâmer la nuit  
FEAT lim yon & seo nam il
Opacité absolue, respiration sifflante. Elle sonde le noir, frénétiquement, et rien ne vient imprimer sa rétine à part la lumière sale d'un réverbère, à travers la fenêtre. Bora s'y raccroche comme une attache dans la tempête. Un simple faisceau, un phare qui la rappelle à la réalité. Son cœur frappe la mesure, douloureux entre ses côtes et la pression sur ses poumons s'accentue. Tant d'effort pour d'endormir pour finalement émerger dans une secousse angoissante, et se retrouver perdue dans sa propre chambre. La nuit fait peur. Au départ elle pensait vraiment pouvoir surmonter cette phobie infantile. Les jours passent, et le réveil est toujours aussi sinistre. Inspiration. Expiration. Elle cherche à mettre de l'ordre dans son chaos intérieur, et noir entêtant se referme encore sur elle. L'étau, brouillard empoisonné qui coupe ses tentatives de respiration. Bora sait qu'elle pourrait juste tendre la main, sentir sa peau sous ses doigts, fondre dans ses bras. Le réveiller. Encore une fois. Elle bouillonne de rage, envers elle-même et ses démons qui ne la quittent pas. Des années plus tard, elle ne s'y fait pas.

Les secondes s'égrènent, chaque battement affolé la convainc un peu plus de tirer Inseong de son sommeil, chercher le substitue à la lumière qui fait défaut. Puis elle soupire, comme si elle pouvait cracher toute cette anxiété, ces insomnies ravageuses qu'elle se refuse à lui communiquer. Au lieu de ça, elle s'extirpe de sa torpeur, glisse une main sous l'oreiller. Ses doigts rencontrent le verre tiède de son téléphone. L'instant d'après, l'écran illumine enfin la chambre. La tension dans son abdomen se relâche enfin, ses pupilles se fixent sur le rectangle rétroéclairé.

Sortir maintenant ? Nam Il et Yon ont remonté une conversation, silencieuse depuis quelques temps. Ses prunelles écument l'enchainement de bulles bariolée, ses doigts hésitent au-dessus du clavier virtuel. Regard en coin vers celui qui partage son lit. Sa respiration est stable. Et puis merde, elle a besoin de prendre l'air.
— Je peux venir ?
La réponse ne se fait pas attendre, et Bora soulève l'édredon avec prudence pour fuir sa prison d'éveil. Habillée et chaussées, elle s'enroule dans son gros manteau de laine - celui qui lui donne l'air de flotter dans un costume trop grand - et elle quitte l'appartement à la hâte, le pas rythme pas le cliquetis de ses clés dans sa poche.

Ça fait longtemps qu'elle n'a pas trainé dans Séoul après minuit. C'est comme retrouver un vieil ami. Une sensation familière, trop longtemps oubliée. Paradoxalement à ses terreurs, la nuit à Séoul n'a rien d'effrayante, parce que la ville grouille, elle s'illumine, devient son propre astre. Malgré le froid hiémal et la fine couche givré qui se déroule sur l'asphalte, c'est un confort surprenant qui envahit la jeune femme. C'est chez elle ici, son échappatoire personnelle. Lorsqu'elle atteint le lieu de rendez-vous, aucun des deux autres noctambules n'est là. Elle s'assoie sur le bord du trottoir, et contemple la rue, déserte. Bercée par le bruit de fond constant de la capitale qui continue d'haleter malgré la nuit. Un souffle sourd et vibrant.

D'une main coupable, elle sort son paquet de cigarette, à peine entamé, qu'elle garde caché au fond de son sac, hors de la vue de son petit ami. Deuxième issue de secours, dont Bora n'arrive pas totalement à se défaire, surtout l'hiver. Elle porte le rouleau de nicotine à sa bouche, laisse la flammèche du briquet embraser le papier. Puis son attention se reporte à son téléphone, guettant un signe de vie de ses amis. Signe apporté par le crissement lointain de pas dans la neige, qui lentement se rapproche, jusqu'à émerger au carrefour : deux silhouettes familière sous la lumière du lampadaire. — Hey ! ça fait un bail. Jolie nuit pour faire le mur.  Excitation sous-jacente d'être éveillé dans l'inconscience générale de la cité. Son visage de fend d'un sourire dans le halo nébuleux de la fumée empoisonnée. — Insomnie vous aussi ? Où ça vous manquait juste d'avoir Séoul à vous tout seul ?





◊◊◊



god helps anyone who
disrespected the queen


han ja ruining my life through years:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AGE : 22 AVATAR : cha eunwoo POINTS : 238

NOUS A REJOINT LE : 17/01/2018

MESSAGES : 4922

cigarette after sex
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t4873-choi-isam-haevn

Message(#) Sujet: Re: (( blâmer la nuit )) ⚡︎ namyonra Lun 22 Jan - 0:23

blâmer la nuit  
FEAT park bora & seo nam il
les yeux qui refusent de se fermer, le vent contre son volet délabré, l'eau de l'évier qui goutte, le lit qui grince à chaque mouvement. yon se dévore la lèvre, les dents s'enfonçant jusqu'au sang. démangeaison de souffrir l'appelle alors que le sommeil s'enfuit entre ses doigts. ses mains s'agrippent à ses draps, les phalanges torturées dans une couleur blanchâtre. elle agite les jambes brusquement, énervée de ne point pouvoir dormir encore une fois. dans ses oreilles, les sons résonnent. elle ne trouve pas le calme, tout ce qu'elle entend est le brouhaha que son appartement prend un malin plaisir à produire.

elle jette sa mains contre sa semblante table de chevet, cherchant aveuglement son téléphone portable. sa main se cogne contre tous les recoins de la surface en bois vainement. elle se redresse de son lit, dégageant les couvertures qui se trouvaient sur elle. ses yeux balayent maladroitement la pièce plongée dans la pénombre. par son volet dégradé, elle peut y voir les faisceaux de la lumière de l'enseigne de pharmacie se frayer un chemin jusque dans son appartement. elle arque un sourcils, puis se dirige vers sa misérable table à manger. son téléphone est là.

par automatisme, son doigt se faufile immédiatement vers le numéro de ja, mais elle se ravise brusquement, voulant laisser son ami se reposer. toutes ses escapades nocturnes avec ce dernier allaient finir par l'épuiser complètement et elle ne se pardonnerait jamais s'il s'effondrait de fatigue. elle finit par envoyer un message dans une conversation de groupe formée avec deux autres enfants lunaires. c'est presque étrange d'avoir trouvé des points communs avec des individus sous l'humeur joviale et douce de la lune. ses doigts pianotent quelques instants. elle écrit, puis efface. l'inquiétude de déranger la prend dans un sursaut. c'est presque douloureux. elle soupire. peut-être qu'elle ferait mieux de vagabonder en solitaire; ce fut son habitude pendant de nombreuses années, elle pourrait recommencer.

non. elle ne sait pas.
et puis- elle écrit et envoie.
tant pis, les remords viendront après.

JE VEUX SORTIR CE SOIR, LE SOMMEIL NE VIENT PAS. PARTANT ?

elle se dépêche de s'habiller chaudement, enfilant un sweat négligemment et mettant par-dessus la veste de ja, qu'elle a ramené chez elle après leur dernière excursion nocturne. elle surveille du coin de l'oeil son téléphone, son coeur menaçant de s'enfuir de sa cage thoracique alors qu'elle observe l'icon de nam il souligné de trois petits points. il écrit. elle espère une réponse positive, mais n'attends pas trop.

☾☽

elle retrouve nam il au détour d'une rue, proche d'un parc dont elle ne connaissait pas l'existence. leurs pas grincent sur la neige, la buée sort de leur bouche. yon ne parle pas trop- elle ne parle jamais beaucoup, elle se contente de marcher aux côtés de nam il. elle échange les formalités, puis se tait, presque par habitude. son portable vibre dans sa poche. c'est bora. elle jette un coup d'oeil au message.

« bora n'est pas loin, on devrait la croiser d'ici peu, indique-t-elle à nam il. » et alors qu'elle finit se prononcer sa phrase maladroitement (assez gênée par sa maladresse) les deux observent bora au loin. elle s'avance assurément, sa cigarette allumée, dont yon peut voir le bout illuminé de rouge. ils se rejoignent vite, sous la lumière saccadée du lampadaire et le froid glaciale du mois de janvier.

« salut. insomnie de mon côté. » ses yeux scintillent sous les faisceaux lumineux. elle offre un petit sourire gêné. « j'espère que tout va bien. »




◊◊◊

mettre une phrase rigolote

@han ja a écrit:
     WO FAFENG YIYANG DE AI NI WO WEI NI ZHAOMI


les mots du bonheur:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

Message(#) Sujet: Re: (( blâmer la nuit )) ⚡︎ namyonra Dim 28 Jan - 12:37

blâmer la nuit  
FEAT lim yon & park bora
Il errait Namil. Les yeux dans les étoiles, ses comparses. Son appareil photo pesant lourd sur son cou, contre son cœur. Il n’arrivait pas à dormir Namil. Ça lui arrivait parfois, souvent. Pas insomniaque pour autant. Juste beaucoup trop de choses dans sa tête. Assez pour lui enlever les quelques heures de sommeil qui auraient pu lui faire du bien. Assez pour lui rappeler qu’il avait peur du noir Namil. Qu’il était seul chez lui aussi, pour une fois. Et la lumière de ses veilleuses n’avait rien de réconfortante. Il faisait sombre. Et il n’aimait pas quand il faisait sombre, noir. Vraiment. Et son appartement lui avait paru noir, étouffant. Alors il avait passé un jean, s’était emmitouflé dans son manteau. Et au lieu de se poser sur le toit de son bâtiment, son télescope toujours prêt à l’emmener au plus prêt de ses tendres étoiles, il avait descendu les escaliers et s’était perdu dans les rues de Séoul. Il s’était perdu dans le ciel clair, son esprit retraçant naturellement, plein de tendresse, les constellations qui éclairaient la ville. Il s’était perdu dans les rues désertes, le bruit de son appareil photo dérangeant les rêves de certains, un instant avant que le silence ne revienne et que Morphée se fasse roi. Morphée n’était pas son roi ce soir. Le sommeil n’était pas venu le quérir, et c’était la tête pleine d’idées, pleine d’étoiles, de songes qu’il se faisait ombre dansante dans cette ville qu’il avait appris à chérir.

Les clichés s’entassant dans son appareil, des souvenirs d’une nuit sans nuage, et sans sommeil, il s’était arrêté, perdu, penaud presque en sentant son téléphone vibrer. Laissant retomber en douceur son compagnon du soir contre son torse, il avait extirpé l’objet de sa poche, déverrouillant celui-ci rapidement pour tomber sur cette conversation qu’il avait avec Bora et Yon. Ses compagnes nocturnes quand Morphée se faisait taquin et les oubliait dans sa tournée. Marchand de sable ou non, le sommeil n’était pas venu et il n’était pas le seul à souffrir de cette absence de rêve et de satiété. « Je veux sortir ce soir, le sommeil ne vient pas. Partant ? » Yon. Douce Yon. Avec qui il prenait des photos. La nuit toujours. Comme s’ils ne pouvaient se connaître que sous la bienveillance de l’astre lunaire. Comme si le soleil, la clarté du jour les empêcherait de s’apprécier, de se comprendre. Yon. Qui lui arrachait un sourire tendre tandis qu’il pianotait un « Je suis déjà dehors. » suivi des coordonnées d’un endroit où ils pourraient se retrouver. Et au détour d’une rue, non loin du parc où la neige l’avait ébloui lumineuse dans ce monde nocturne, il l’avait retrouvée. Il l’avait capturée aussi, photo prise à la dérobée, un de ses fameux sourires aux lèvres tandis qu’il la rejoignait. Yon elle aurait des allures d’étoile filante, un peu filoute aussi. Yon elle avait une voix douce et des mots qui se perdaient dans l’hiver de la ville, le bruit de leur pas comme seul écho et un message de Bora pour qu’ils se parlent de nouveau. « Bora n'est pas loin, on devrait la croiser d'ici peu. » Et Bora n’était pas loin en effet, sa silhouette longiligne se détachant délicatement devant eux avec la lumière des rues, de ce lampadaire un peu faiblard.

« Hey ! ça fait un bail. Jolie nuit pour faire le mur. Insomnie vous aussi ? Où ça vous manquait juste d'avoir Séoul à vous tout seul ? Elle était belle Bora, et c’était d’un sourire tendre qu’il l’accueillait Namil, heureux et nostalgique de l’avoir à nouveau à ses côtés. Comme avant. Ou presque. Maintenant il y avait Yon aussi dans son tableau nocturne. Et c’était bien. Vraiment.
- Salut. Insomnie de mon côté. J'espère que tout va bien.
- Morphée m’a oublié ce soir. Alors j’errais. »
Sourire contrit, c’était pourtant espiègle qu’il piquait une cigarette à Bora, la lui laissant l’allumer, ses yeux pétillants comme des étoiles chatoyantes. « Vous voulez aller où ? »




Revenir en haut Aller en bas
avatar
AGE : 20 AVATAR : Bae Su Ji (Suzy - Miss A) aka petit boudin perfection T'es moche :) POINTS : 88

NOUS A REJOINT LE : 05/08/2016

MESSAGES : 7134

‹ 365 SO FRESH ☽ MELTED PRESIDENT ›
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t178-park-bo-ra-boraday

Message(#) Sujet: Re: (( blâmer la nuit )) ⚡︎ namyonra Jeu 8 Fév - 20:35

blâmer la nuit  
FEAT lim yon & seo nam il
La fraicheur de la nuit mord le corps grêle malgré les couches de laine qui le recouvre. Elle grelotte sourdement, sa clope entre les lippes, et ses pieds frappent frénétiquement l’asphalte, dans l’espoir vain de se réchauffer en s’agitant. Évidemment, fallait qu’elle oublie ses gants, alors le gel se gêne pas pour venir mordre sa peau, rougir ses phalanges déjà raidie. Une brume de tabac s’échappe de ses lèvres, et va mourir dans l’air hiémal. Bora étouffe un bâillement, ses escapades nocturnes bercée d’insomnie ne l’empêchent pas d’être épuisée, réellement au bout du rouleau. Elle s’en inquiète plus vraiment, parce que ça fait des années qu’elle (sur)vit comme ça. Sur une corde, au bord d’un gouffre, les yeux ourlés de pourpre et le teint rendu gris par la fatigue. État permanant de pseudo-léthargie qu’elle a appris à supporter. Elle a jamais aimé dormir de toute façon. L’idée que le monde continue de tourner sans elle la répugne. Encore une bizarrerie de l’esprit de la jeune femme aux cheveux sombre.

Elle suit des yeux les silhouettes des deux amis qui détonnent sous la lumière sale des réverbèrent, les laissant approcher sans se lever de son bout de trottoir avant qu’ils ne l’atteignent. Enfin elle se redresse lentement, transie de froid et le corps comme pris dans le gel. Elle chasse élégamment la poudreuse qui macule son manteau — qui lui n’a rien de gracieux — avant de parcourir les quelques pas qui la séparent encore du duo. Yon répond en première à sa salutation, invoquant également l’insomnie avant de prendre de ses nouvelles, le sourire perlé d’embarras. Bora lui rend un rictus égal. Elle a jamais trop su comment se comporter avec elle. Ça fait longtemps que les deux filles gravitent autour de Ja sans forcément se rencontrer, comme deux comètes sur une orbite différente. Et voilà que leurs routes se croisent au hasard d’une rue plongée dans l’ombre, après minuit. Faut croire que le destin aime bien faire les choses à sa façon. « Tout va bien pour moi, et vous ? »

Elle pivote vers Nam Il qui prend à son tour la parole. Toujours aussi solaire même à cette heure. Ça fait longtemps qu’ils sont pas sortis juste tous les deux. Avant c’était une habitude sans en être une, ils se croisaient, marchaient ensemble, grillaient quelques clopes au clair de lune. Elle l’écoutait parler des étoiles en essayant de mémoriser les constellations. Sans succès, comme à chaque fois. Ils sont nombreux, ceux qui ont essayé de l’initier aux merveilles des astres, Ja s’y est essayé lui aussi. Et malgré son intérêt grandissant pour le sujet, elle était bien incapable d’imprimer les dessins célestes dans son esprit. Elle se contente d’admirer avec ignorance, satisfaite de la simple vision des clous dorés. Le jeune homme réclame une cigarette, et la brune lui offre son paquet, le laissant préléver le rouleau désiré, avant d’allumer le bout avec son briquet. « Tu diras pas à Inseong que j’ai repris pas vrai ? Il va râler après. » Pire qu’une gamine qui fume dans le dos de ses parents. Une de temps en temps, ça fait de mal à personne, elle prendra garde à se brosser les dents avant d’aller l’embrasser demain matin. Clin d’œil au Firestone, et elle tire à nouveau sur le baton de nicotine pour ponctuer ses paroles. « On va où vous voulez, je connais pas encore très bien Hongdae, en tout cas pas de nuit. » Elle a bien parcouru le voisinage, mais l’emménagement est trop récent pour que son repérage ne soit complet. « Y a un parc à deux pas, de ce que je sais, si vous voulez jeter un œil. » Elle hésite, pivote vers la rue qui mène au lieu indiqué, avant de reporter son attention vers ses camarades. « Quoi de neuf sinon ? »





◊◊◊



god helps anyone who
disrespected the queen


han ja ruining my life through years:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AGE : 22 AVATAR : cha eunwoo POINTS : 238

NOUS A REJOINT LE : 17/01/2018

MESSAGES : 4922

cigarette after sex
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t4873-choi-isam-haevn

Message(#) Sujet: Re: (( blâmer la nuit )) ⚡︎ namyonra Sam 10 Fév - 21:56

blâmer la nuit  
FEAT park bora & seo nam il
nuit étoilée sous les lumières artificielles. les étoiles se cachent presque par timidité, laissant la lune veiller abondamment sur la ville. elle observe bora, son regard illuminé par le lampadaire, ses traits fatigués n'effaçant pas sa beauté naturelle. et ça la démange, là, de capturer ce moment si intime qui se dessine sur son visage. cette lueur taquine dans ses yeux, comme si elle gardait un petit secret. elle ne connaît pas bora depuis longtemps, mais les merveilles qu'elle lui découvre chaque jour, comptant les étoiles dans ses yeux, la submerge d'une envie irrévocable d'en apprendre plus. et lorsque les deux amis se rejoignent, yon ne peut s'empêcher de sourire doucement, leurs regards partageants mille et un mot. et elle se sent de trop, un peu, brisant presque leur coquille intime, leur habitude. mais son sourire accompagne toujours son visage, gardant les maux au creux de sa main. « morphée nous a un peu tous oublié. » qu'elle ajoute avec un petit rire, voix douce qui résonne lentement. elle n'ose pas souvent parler, peur de déranger, peur de dire des choses qui ne vont pas. mais ce soir, elle veut un peu plus s'exprimer, échanger avec ses deux amis, en apprendre plus sur eux, ne plus être désagréablement réservée.

autour de bora se dessine une écume grisâtre alors qu'elle relâche la fumée de sa cigarette. ses yeux observent les dessins que produit l'exhalaison, trouvant des merveilles dans le nuage enfumé. l'odeur lui déplaît, mais elle ne peut se résigner à faire une quelconque remarque, observant simplement la cigarette se consumer avec une impatience certaine. elle écoute l'échange entre les deux firestones, sourire amusé sur ses lèvres retroussées, les yeux fixant le sol puis le ciel. le prénom inseong lui rappelle vaguement quelqu'un, peut-être est-ce la même personne ? elle ne sait pas, ne se fie pas au hasard. séoul est grand et les prénoms sont semblables. « c'est ton copain, inseong, c'est ça ? » question timide, mais elle préfère s'assurer avant de s'emmêler dans des conclusions hâtives. « je ne connais pas trop hongdae, non plus, mais je suis passée ici pour aller voir les animaux au refuge. » elle se souvient confusément des rues sous la lueur éclatante du soleil (lueur que nam il concurrence, s'aventure-t-elle a penser), mais la nuit tout semble plus grand, plus petit, plus déformé. « va pour le parc. » elle jette un coup d'oeil vers le seul jeune homme présent, attendant aussi son avis.

la question de bora hypnotise son esprit : « j'ai pris quelqu'un en photo à son insu sur le campus et la personne m'a vue. » la phrase sort toute seule, presque inconsciemment de sa bouche. ses yeux s'écarquillent, embarrassée. mais cette journée l'a marqué et en parler lui fait du bien. de plus, ce fut l'unique chose intéressante de sa semaine, sa vie se résumant aux cours puis à travailler et enfin à essayer de dormir, en vain. « longue histoire, mais dans tous les cas, la personne est devenue mon modèle pour mon devoir de fin de mois de mars. » conclue-t-elle avec un petit sourire victorieux, la joie se faufilant sur tous son visage. malgré tout, elle reste gênée par ce passage dans sa vie, mais se racle rapidement la gorge. « et vous ? je suis sûre que vous avez des trucs plus intéressant à raconter ! » éclair intéressé dans les iris, elle attend que ses compagnons nocturnes lui raconte leur semaine, curieuse d'en apprendre plus sur eux.




◊◊◊

mettre une phrase rigolote

@han ja a écrit:
     WO FAFENG YIYANG DE AI NI WO WEI NI ZHAOMI


les mots du bonheur:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

Message(#) Sujet: Re: (( blâmer la nuit )) ⚡︎ namyonra Sam 28 Avr - 13:34

blâmer la nuit  
FEAT lim yon & park bora
Il n’était pas aussi solaire que ça Namil. Brillant, mais pas brûlant. Lueur douce, surtout dans la nuit. Seul son sourire éclatant pour rappeler quelque chose d’éblouissant chez lui. Mais même ses sourires s’étaient faits plus faiblards, plus retenus, les souvenirs de ces derniers mois lui donnant quelque chose de fragile. Pas aussi solaire qu’on ne le croyait, il empruntait sa lumière à Hansol, son compagnon déteignant sur lui. Mais les deux à côté, c’était Hansol qui rayonnait, enfant soleil, roi du ciel couronné. Namil n’avait qu’une fine couronne. Donnée par plaisir, étoile qui peinait à briller surtout de jour. Et c’était de nuit, qu’il se faisait éclatant. Tendre. Lumière régulière dans la nuit, qui brillait en toute satiété au près des deux jeunes femmes. Yon à ses côtés, et Bora devant eux, un sourire peu tordu sur les lèvres du garçon quant au fait que Morphée les avait oubliés. Remarque qu’il n’avait pu s’empêcher de faire à voix haute en guise de réponse sur son état, sur sa présence. Plus que des insomnies, il n’avait juste pas su dormir. Il ne s’était pas battu pour rentrer dans le monde des rêves. La divinité astrale n’était juste pas venue. « Morphée nous a un peu tous oublié. » Conclusion de la part de Yon. Présence timide mais réelle. Et un sourire entendu entre les trois. Le monde de la nuit est leur royaume pour les heures à venir.

Espièglerie dans ses yeux tandis qu’il lui prenait une cigarette dans son paquet. Souvenir marquant d’avant. Avant il y a des mois déjà, une pause un peu triste au milieu. Avant quand ils échangeaient cigarettes et morceaux de vie. Les discours du garçon sur les étoiles, son monde. Depuis toujours. Souvenir d’avant lorsqu’il avait encore les cheveux roses et qu’il se croyait capable de concurrencer jusqu’au plus lumineux des astres. Sourire sur ses lèvres tinté d’une nostalgie douce, tandis que Bora lui allume le cylindre de nicotine, les volutes de fumée s’envolant déjà jusqu’à la voute céleste dans des dessins éthérés. « Tu diras pas à Inseong que j’ai repris pas vrai ? Il va râler après. » Clin d’œil rendu, hochement de tête positif, il n’est pas de ceux qui racontent. Rapportent. Puis il n’a rien à dire. Hansol n’aime pas le voir fumer. Inseong non plus. Même s’il fait des efforts. Pour eux. Pour son soleil surtout. Mais il a besoin de sa dose. Tout en se disant qu’il ne supportera plus l’odeur au matin et que tout finira par passer dans la machine à laver. Paradoxe étrange. Question qui s’échappe de ses lèvres après l’échange sur Inseong entre les deux demoiselles, savoir où ils vont errer. « On va où vous voulez, je connais pas encore très bien Hongdae, en tout cas pas de nuit. » Bora d’abord, nouvelle dans le quartier, un rappel mental du côté du garçon aux cheveux argentés de passer voir l’appartement du couple. « Je ne connais pas trop Hongdae, non plus, mais je suis passée ici pour aller voir les animaux au refuge. » Le refuge le fait tiquer légèrement et son attention passe de Bora à Yon, un léger sourire sur ses lèvres tandis qu’il prend soin de recracher la fumée de sa cigarette loin d’elle. « Hansol y passe souvent alors qu’il travaille à l’animalerie … Je crois qu’il voudrait un chien en plus de son aquarium. » Remarque légère, tandis qu’il se rappelle son soleil geignant de ne pas avoir de chien encore, et ses remarques amusées de son côté de considérer ses colocataires en tant que tel.

« Y a un parc à deux pas, de ce que je sais, si vous voulez jeter un œil. » Le parc. La proposition lui allait, et tandis que Yon confirmait de sa voix douce, marque de fabrique chez elle qu’il appréciait particulièrement, il hochait la tête de son côté. Les trois finalement en route, les étoiles pour seuls témoins, les lampadaires comme des guides dans la nuit, et Bora s’enquérait des derniers moments importants vécus. « Quoi de neuf sinon ? » Namil avait à peine eu le temps de réfléchir à la question que déjà Yon répondait le faisant éclater de rire, la familiarité de la situation lui rappelant ses propres déboires. « J'ai pris quelqu'un en photo à son insu sur le campus et la personne m'a vue. Longue histoire, mais dans tous les cas, la personne est devenue mon modèle pour mon devoir de fin de mois de mars. Et vous ? Je suis sûre que vous avez des trucs plus intéressant à raconter ! » Cigarette toujours entre ses lèvres, son regard pétillant d’amusement, son rire toujours au coin de sa bouche prêt à s’échapper si besoin, il se permettait de répondre à la question non sans rassurer quant à ce rire cristallin, bruit de clochettes qu’il avait laissé s’échapper. « J’ai fait ça de nombreuses fois. Ne t’inquiète pas. » Sourire tendre aux lèvres, il ne voulait pas vraiment que Yon se sente gênée. Toujours chez Namil cette envie que les autres soient à l'aise. Bien. « Sinon … Pas grand chose ? Je pense qu’Hansol prépare quelque chose pour la Saint Valentin, mais avec les cours et les exams qui approchent … On est un peu occupé … Ah je me suis retrouvé enfermé dans une chambre noire à l’université. Le gardien m’a entendu chouiner contre la porte … C’était tout bonnement embarrassant … Et Bora ton déménagement ? Bien installée ? Parce qu’elle a son nid douillé avec son copain notre jolie Bora. Bientôt on va l’appeler madame Yoo. » Rire léger qui s’échappe tandis qu’il explique la situation à Yon, un air de connivence au visage, toujours prêt à titiller la jeune femme, juste heureux au final de ne pas arpenter le monde de la nuit seul.






:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: (( blâmer la nuit )) ⚡︎ namyonra

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
(( blâmer la nuit )) ⚡︎ namyonra
 Sujets similaires
-
» La nuit du renouveau.
» Dans la nuit noire (Pollo)
» Une nuit d'ivresse humaine
» [Bande] Gobelins de la nuit
» La nuit, même si on est nyctalope, peut être dangereuse... [PV Gïlh'Or]


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: