Pervers un jour ; Pervers toujours ft. Jung Alex

 

HEP POTO, tu veux devenir un king de la roulette ? No prob, viens jouer à la Roulette des Rois juste ici !
Heres come la V18 d'HM cousin, T'ES CHOQUÉ.
Pour fêter la Nouvelle Année, on part sur une annonce lourde, légère, professionnelle, donc j'te propose de CHECKER L'ANNONCE
directement. Allez, on se bouge !


Partagez | 
avatar')">
AGE : 20 AVATAR : Momo - Twice POINTS : 427

NOUS A REJOINT LE : 19/11/2017

MESSAGES : 541

❅ GINGERBREAD GIRL
Voir le profil de l'utilisateur

Message  Sujet: Pervers un jour ; Pervers toujours ft. Jung Alex     Jeu 28 Déc - 12:03

La journée avait été assez longue, mais la bonne humeur de Katerina n’avait absolument pas tari. Elle respirait l’énergie, et ce, depuis un petit bout de temps. En effet, ses soucis de santés ne l’avaient pas trop fatigué et avait même un peu diminué. Seulement, elle craignait qu’ils ne reprennent de plus belle dans quelque temps. La jeune femme se dirigea premièrement dans la cuisine, impatiente de prendre son bol de céréale. Beaucoup lui avaient fait la remarque qu’il ne fallait pas manger les paquets toutes seules et qu’il fallait en laisser un peu pour les autres, mais c’était malheureusement à eux de savoir que le mot '' partage '' n’existait pas dans son vocabulaire, ou du moins très peu. Alors qu’elle prenne deux bols de céréales dans la journée, en ponctuant avec le petit-déjeuner et son goûter, l’importait peu. Attrapant son bol personnalisé ou était écris son prénom, cadeau de son frère d’il y a un petit bout de temps, elle le remplit de céréales extra en mettant le plus de morceau de chocolat, puis de lait. Ceci, tout en saluant brièvement les personnes présentes. Ce n’était pas parce qu’elle était de bonne humeur qu’elle allait venir leur faire la bise avec un grand sourire, il ne fallait pas pousser le bouchon trop loin. Alors qu’elle dégustait avec plaisir son goûter, elle sentit un lourd regard poser sur elle. Mais Katerina ne tourna pas la tête puisque ce sentiment ne l’avait pas quitté de la journée et qu’elle connaissait le visage de cette personne. Enfin connaître était un bien grand mot, car son prénom lui était inconnu et qu’elle ne devait avoir eu l’occasion de lui parler qu’une ou deux fois seulement. La jeune fille ne comprenait donc pas pourquoi il l’avait observé quasiment toute la journée. Elle leva les yeux au ciel, comme excédé de cette situation. '' Encore quelqu’un de bizarres de plus dans mon entourage.'' pensa – t – elle. Heureusement, il ne l’avait pas suivi, elle lui aurait sûrement flanqué un bon crochet sinon. Un coup de fil de Yuè mit fin à ses pensées et elle sortit quelques secondes à l’extérieur, histoire de prendre un peu l’air. Celle-ci lui proposait de prendre un verre ensemble demain dans la soirée, ce à quoi elle y répondit avec joie positivement. Avec les cours et tout le reste, elles n’avaient pas eu le temps de réellement se voir ces dernières semaines. « Je suis désolé, faut que je te laisse Darling, bisous. » Raccrocha-t-elle brusquement. Elle venait tout juste de voir une ombre par la fenêtre de sa chambre. Or, elle n’y était pas et à cette heure-ci, Apolline non plus ne devait pas y être. Prise de colère, elle se dirigea avec hâte au dortoir des Starchilds et se dirigea vers sa chambre. Juste avant elle se permit de prendre une poêle. Entretemps, les autres étudiants étaient partis vaquer à leurs occupations et n’étaient plus là. Alors Katerina se préparait à toute éventualité. Après tout, il pouvait se passer plein de choses en l’espace de quelques secondes seulement. Elle poussa la porte à l’aide de son pied et agrippa fermement son ‘’ arme ‘’ entre ses mains, la peur la prenant petit à petit. Un jeune homme qu’elle identifia comme étant celui qui n’arrêtait pas de l’observer, était en train de fouiller dans ses tiroirs. Plus précisément son tiroir à culotte. Elle haussa un sourcil d’étonnement, ne s’attendant pas à voir ça, mais très vite son expression passa de l’incompréhension, en passant par la gêne pour finir par être rouge de colère. Ce pervers ne savait pas dans quelle affaire il s’était fourré. Non, il ne le savait pas.
Made by Neon Demon

◊◊◊


   

☆ Tonight We Honor The Hero ☆ You know, I'm really tired of your piss-poor attitude. Mentally, physically, emotionally. Show me more respect jeez ! Do-Do have any ? I'ts like you don't care about anyone but yourself. I swear you do it to piss me off ! whatsername.
   
Revenir en haut Aller en bas
avatar')">
AGE : 25 AVATAR : Kang Daniel - Wanna One POINTS : 191

NOUS A REJOINT LE : 18/11/2016

MESSAGES : 306

✩ BOOM, GAMMA RAY-BURST
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Message  Sujet: Re: Pervers un jour ; Pervers toujours ft. Jung Alex     Jeu 28 Déc - 21:26

Lorsque l'inspecteur en chef Kim lui donna sa première mission, Ji Hoon ne savait plus trop où se mettre. Il était heureux, bien entendu ! La perspective de pouvoir commencer à faire ses preuves était alléchante au possible et il avait volonté de bien faire. Mais le jeune homme déchanta très rapidement lorsqu'il comprit l'objet de sa mission : observer et espionner une de ses camarades. Peut-être que si cette dernière était une "Findus" ou une "Pierredefeu", la culpabilité ne le rongerait pas de la même manière... Mais était-il coupable ? Il ne faisait que faire son travail. Et mademoiselle... Byun Katerina ne pouvait s'en prendre qu'à soi-même pour avoir recherché, à plusieurs reprises, comment tuer par empoisonnement. Il y avait deux écoles, au commissariat. Ceux qui pensaient qu'elle était juste curieuse et qu'elle avait fait cette recherche dans le cadre d'un devoir ou d'un rendu... Mais elle était étudiante en arts plastiques. Et ceux qui pensaient qu'elle était une espionne étrangère en raison de son ascendance russe. Sérieusement. On ne vivait pas dans une série télévisée...

Malheureusement, l'inspecteur en chef faisait partie de la seconde catégorie. Et Alex fut logiquement sélectionné pour des raisons évidentes : il était étudiant dans la même université, membre du même groupe et vivant dans le même dortoir.

C'est la raison pour laquelle il se tenait devant la fenêtre de la chambre de la suspecte. L'inspecteur en formation avait passé la moitié de sa semaine à surveiller les faits et gestes de la jeune femme ; et pour être honnête, rien dans tout ce qu'elle avait fait ne laisserait penser qu'elle était une espionne du KGB. Katerina était quelqu'un au sourire contagieux et Alex était persuadé que, dans d'autres circonstances, elle et lui pourraient devenir très bons amis. Mais l'heure n'était pas à se faire des potes, mais au travail. C'était même le moment ou jamais car l'étudiante était en train de manger dans la salle principale. Ouvrant la fenêtre grâce à une technique secrète de crochetage de fenêtres, le jeune homme s'infiltra dans la chambre de la suspecte avec autant d'agilité qu'un singe.
Première chose qu'il remarqua, la chambre était propre. Bien plus organisée que les taudis dans lesquels il avait l'habitude de squatter. Ensuite, la chambre sentait incroyablement bon. Bien meilleur que les taudis dans lesquels il avait l'habitude de squatter qui dégageaient généralement des odeurs de chacals morts. Et enfin, il n'y avait personne. Oui, il aurait du vérifier que la pièce était vide AVANT d'entrer à l'intérieur mais il manquait d'expérience et avait légèrement mélangé le protocole. Rien de bien méchant.

Ji Hoon commença à regarder à gauche et à droite ; sa capacité de déduction lui permit rapidement de déterminer qu'est-ce qui appartenait à Katerina et qu'est-ce qui appartenait à ses colocataires. Et, encore une fois, rien ne semblait prouver son appartenance au service secret de la mère patrie. Son attention fut soudainement attirée par un papier dépassant un tiroir. S'approchant du meuble, l'inspecteur en herbe hésita cinq secondes avant d'ouvrir le casier et se retrouva devant... Le paradis des petites culottes. Sérieusement. Qui pouvait avoir autant de sous-vêtements ?! Lui-même n'en avait que sept, un par jour de la semaine, et c'était largement suffisant. Il y avait devant lui un océan de boxer autres joyeusetés. En plus ils sentaient bons.
Combien de temps était-il resté immobile devant la mer de dentelles et de ficelles, Alex ne savait pas. Mais il comprit qu'il était resté bien trop longtemps lorsque la porte de la chambre s'ouvrit, laissant apparaître la pire personne qui soit, dans la pire situation possible.
Byun Katerina était là ; et elle n'avait clairement pas l'intention de lui faire des bisous.

Des centaine de scénarios se mirent à s'écrire dans le cerveau de l'étudiant en psychologie. Devait-il raconter la vérité, devait-il lancer des culottes sur la demoiselle et s'enfuir, devait-il ne plus bouger et faire comme s'il était une statue ? Aucun des plans ne semblaient être efficace face à une telle situation de crise et c'est quasi-instinctivement que le jeune homme referma le tiroir : "salut ! Désolé, je suis nouveau dans le dortoir et je cherchais les toilettes. Je crois bien que je me suis trompé de pièce. En tout cas, très jolie chambre. La déco est top et je ne sais pas quel genre de parfum vous utilisez, mais ça sent sacrément bon ! Je pense par contre que vous ne devriez pas laisser la fenêtre ouverte, on ne sait jamais ce qui peut arriver dans le campus et il y a souvent des pervers qui rôdent. D'ailleurs j'en ai croisé un pas plus tard qu'hier, qui prenait des photos sous les jupes. La pire des espèces. Sinon, je ne sais pas si c'est vraiment approprié pour que je le dise mais c'est une jolie collection de sous-vêtements. Je ne savais pas que c'était possible, un tiroir rempli de culottes et je promets que je n'ai rien touché, mais visiblement oui. Je me coucherai moins bête ce soir, en tout cas, merci. Enfin, si je pars du postulat que je pourrai me coucher ce soir car j'ai l'intime conviction que ma vie va prendre une tournure non désirée. Ah aussi, ce lit là" il pointa du doigt le lit de Katerina "devrait être positionné de cette manière là" puis il fit quelques mouvements amples avec ses mains pour montrer ce qu'il voulait dire "car un lit ne doit pas faire face à une porte, ce n'est pas très fengshui. Mais bon, ça, vous êtes libre d'y croire ou non. Moi j'y crois pas trop, mais j'imagine que si tous les nouveaux riches essaient de respecter ça, c'est qu'il y a une raison quelque part. Bon, je crois qu'il est temps que je m'en aille, j'ai des devoirs à faire et un rapport à rédiger. Bonne fin de journée, bonne année et j'espère à jamais !" finit-il par dire tout en se dirigeant vers la sortie, ni vu ni connu...
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
avatar')">
AGE : 20 AVATAR : Momo - Twice POINTS : 427

NOUS A REJOINT LE : 19/11/2017

MESSAGES : 541

❅ GINGERBREAD GIRL
Voir le profil de l'utilisateur

Message  Sujet: Re: Pervers un jour ; Pervers toujours ft. Jung Alex     Ven 29 Déc - 12:32

Clairement, ce fut la première fois que Katerina se trouva démunie l’espace de quelques secondes devant un énergumène de son genre qui en plus déblatérait des absurdités à la suite. S’il voulait s’en sortir et bien il était vachement mal parti. Tout ce qu’il faisait, c’était s’enfoncer à chaque fois un peu plus dans cette situation qu’il avait lui seul engendré. Elle n’était pas idiote et dire qu’il cherchait les toilettes était une excuse pourrie puisque tout le monde savait où elles étaient. La jeune femme souligna quand même sa tentative bien que veine, au moins il avait essayé. En revanche, il savait calmer la colère des gens dans l’immédiat en leur faisant des compliments, et même si elle n’était pas sûre de leurs sincérités totales, ça faisait toujours plaisir d’entendre que la décoration plaisait.

Apolline et elle avait tout fait pour rendre le lieu agréable pour les yeux ainsi que pour l’odorat ayant associé des couleurs avec harmonie. Mais ça Katerina en avait l’habitude grâce au stylisme, elle connaissait donc sur le bout des doigts les couleurs qui allaient bien ensembles, les tendances et celles qui ne correspondaient pas du tout. Le parfum lui, venait juste de l’encens à la fleur d’oranger qu’elle mettait. C’était une odeur assez fraîche et douce à la fois, surplombée d’une petite touche sucrée et bien qu’elle eût envie de le castagner à ce moment précis, elle se promit quand même de lui en offrir un bâton.

Abaissant la poêle d’une main, la brunette posa l’autre sur sa hanche, une lueur désapprobatrice dans son regard tandis qu’il commençait à s’échapper. Dans d’autres circonstances, elle aurait pu avoir pitié de lui. « Minute papillon. Commença – t – elle en lui empoignant le bras. Tu ne bougeras pas d’ici et tu m’excuseras, mais le seul pervers que je vois maintenant, c’est toi donc j’ouvre ma fenêtre si j’en ai envie. Puis qu’il vienne prendre des photos sous ma jupe que je l’envoie à l’hosto. » Elle soupira, regardant son tiroir à sou vêtements ouverts. Il avait raison, il y en avait beaucoup.

Déjà parce qu’elle était amie avec une styliste dans la lingerie qui lui envoyait l’entièreté de ses collections ainsi que ces prototypes pour qu’elle lui donne son avis et d’une autre part parce qu’elle-même en avait conçue quelques-uns. Leurs tissus étaient d’une très bonne qualité alors elle les lavait avec une lessive spéciale au muguet pour ne pas les abîmer. « Ensuite, je ne peux être que d’accord avec toi sur le fait que ta vie va prendre une tournure non désirée. Pour le lit, je prends note, c’est bien quelque chose auquel je n’avais pas pensé. Par contre tes devoirs vont devoir attendre puisque tu vas d’abord me dire qui tu es et surtout pourquoi tu es venue fouiller dans mes tiroirs. À moins que tu ne sois vraiment qu’un petit pervers de première. Peut-être même la pire des espèces. Dit-elle en reprenant ces paroles. C’est totalement plausible après tout.» Elle s’assied sur son lit, jambe croisée, le toisant presque avec un peu de mépris. Pourquoi fallait-il toujours que ça tombe sur elle ce genre de choses. La dernière fois par exemple, Katerina s’était retrouvée à devoir chercher sa voiture dans une fourrière parce que la personne à qui elle avait bien voulue prêter sa voiture et c’était un exploit, l’avait garé n’importe où. Encore une fois, qui avait recollé les pots cassés ? Katerina, évidemment. Mais aujourd’hui elle n’avait pas la tête à le faire donc il allait gentiment répondre à ses questions et vite.
Made by Neon Demon

◊◊◊


   

☆ Tonight We Honor The Hero ☆ You know, I'm really tired of your piss-poor attitude. Mentally, physically, emotionally. Show me more respect jeez ! Do-Do have any ? I'ts like you don't care about anyone but yourself. I swear you do it to piss me off ! whatsername.
   
Revenir en haut Aller en bas
avatar')">
AGE : 25 AVATAR : Kang Daniel - Wanna One POINTS : 191

NOUS A REJOINT LE : 18/11/2016

MESSAGES : 306

✩ BOOM, GAMMA RAY-BURST
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Message  Sujet: Re: Pervers un jour ; Pervers toujours ft. Jung Alex     Lun 1 Jan - 18:53

Lorsque Katerina entra dans la chambre, le temps s'était comme arrêté. Personne n'aime se faire surprendre dans la chambre d'une autre. Encore moins quand le tiroir à culottes (celui qui a inventé ça mérite une place particulière au paradis) est ouvert et que tout laisse présager qu'il va passer pour un pervers. Et pas le petit pervers des familles, hein ; pas celui que vous croisez dans la rue et qui va vous balancer une petite réplique salace. Mais celle de la pire des espèces ; bah, celui qui fouille dans les affaires perso des autres, quoi. Celui qui par Dieu sait quelles méthodes est parvenu à entrer dans votre chambre et se met à tripoter vos affaires.
Honnêtement, pour cacher son vrai but, Jung Ji Hoon était enclin à mentir et juste dire qu'il était un pervers perdu qui fouillait dans le tiroir à culottes (j'adore ces trois mots mis bout à bout, alors je vais en abuser un petit peu, vous m'excuserez) et peut-être s'en sortirait-il plus facilement. Mais si mentir ne le dérangeait pas tant que ça (que celui qui n'a jamais raconté un mensonge me jette la première pierre) et qu'il était presque passé maître dans cet art, il n'avait juste pas envie de dire que c'était un pervers. C'était un mec de quasi-vingt cinq ans, bien sûr que les pensées un peu sordides traversaient sa tête de temps à autres et qu'il était déjà passé à la caisse. Mais il ne se voyait pas comme un pervers.

Alex pouvait accepter que l'on pense de lui que c'était un idiot, un charlatan, un macho ou ce que vous voulez, cela ne le dérangeait pas. Mais pervers, ça ne passait pas. Parce que c'en était pas un. Alors que tous les autres, il l'était forcément un peu.
"Bon j'avoue je suis un pervers. Et je vais tout de suite aller confesser mes fautes à la police" finit-il par dire tandis qu'il se dirigeait vers la porte. Je vous avais dit qu'il n'avait aussi aucun amour propre ? Si ça lui permettait de s'en échapper, bien sur qu'il se ferait passer pour un pervers. Mais cela n'allait pas suffire. Il le comprit lorsque la demoiselle attrapa son bras.

En d'autres circonstances, l'étudiant en psychologie aurait balancé un petit flirt. Le skinship, il connaissait ça, après tout. Mais il n'avait pas l'impression que faire le dragueur lourd allait lui faciliter les choses, aujourd'hui. Parce que mademoiselle ne semblait pas encline à laisser passer cette petite histoire. Et que vu ses premiers propos, elle était du genre à envoyer les gens à l'hôpital. Bon, ça fait marcher le business des cliniques et des pharmacies, c'est de bonne guerre.
"Oh t'en fais pas. Se retrouver dans une chambre avec une jolie fille n'est jamais une tournure que je ne désire pas. Je serai presque tenté de te faire remarquer que le ''minute papillon'' manquait un peu de respect car je suis clairement plus âgé que toi. Mais compte tenu de la situation dans laquelle on se trouve tous les deux, je pense que je peux laisser couler ça. Du coup on est quitte, ça te va ?"

Il s'arrêta un instant, observant la métisse russe-coréenne.

"Non, visiblement ça ne te suffit pas. Mais je peux comprendre. A ta place, je ne serai pas satisfait non plus.  Et puis de toute manière je n'ai pas de devoirs aujourd'hui donc j'ai tout mon temps, donc si tu m'invites à rester ici... Qui suis-je pour refuser ça, après tout." Le jeune homme profitait de cet échange pour regarder un peu autour de lui. Le regard méprisant de l'étudiante ne le dérangeait pas, honnêtement. Des regards méprisants, il en avait vu toute sa vie alors un de plus ou un de moins... Et puis, il avait confiance en lui. Peut-être serait-il capable de faire tourner la roue ?
Remarquant qu'il n'y avait pas de siège de libre et conscient du fait que, s'asseoir sur le lit de son interlocutrice était un peu trop prématuré, il prit ses aises et posa ses fesses à même le sol. S'asseoir par terre, c'était pas un problème pour lui. Il avait dormi dans la rue, alors s'asseoir sur un parquet c'était comme Disneyland Paris (vous sentez ou pas, que j'essaie de générer de la pitié histoire qu'on soit plus clément avec lui ?). Et comme le maître tacticien qu'il était, Alex reprit : "et sinon, comment ça va ? Tu as passé une bonne journée ?"

Oui. Quand il s'agit d'esquiver des questions et changer de sujet, l'inspecteur de police ne passait jamais par quatre chemins.
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
avatar')">
AGE : 20 AVATAR : Momo - Twice POINTS : 427

NOUS A REJOINT LE : 19/11/2017

MESSAGES : 541

❅ GINGERBREAD GIRL
Voir le profil de l'utilisateur

Message  Sujet: Re: Pervers un jour ; Pervers toujours ft. Jung Alex     Dim 7 Jan - 16:16

C'était vraie qu'elle avait un peu manqué de respect envers son ''aîné'' enfin si l'on croyait les paroles de ce dernier. Néanmoins, ce n'était en aucun cas une bonne raison pour qu'ils soient quitte. Mais ça, il avait bien compris que ça n'allait certainement pas être le cas avec elle. Katerina l'observa s’asseoir au sol lui rappelant qu'il fallait vraiment qu'elle rachète une chaise de bureau l'ayant cassé il y a de cela une petite semaine, le lit était confortable, mais ce n'était pas très bon pour le dos de faire son travail dessus en se penchant continuellement. Bizarrement, voir ce dernier accroupis sur son parquet lui donnait un sentiment de puissance étant donné qu'elle le regardait de haut, alors pour se donner contenance bien qu'elle n'en avait pas totalement besoin, Katerina ramena ses bras à sa poitrine et les croisas. Cette dernière souris alors étrangement et s'empêcha de laisser un rire presque définissable de diabolique emplir l'air. Sérieusement, dans une vie antérieure elle se serait bien vue psychopathe et interroger des gens alors qu'ils sont ligotés sur une chaise. Où bien même, si l'on changeait de registre, policière et elle serait super méchante à forcer les criminels à avouer leurs crimes. Elle aurait clairement pu avoir de la pitié pour lui, qui n'avait probablement pas prévu qu'il se ferait prendre la main dans le sac ou plutôt devrait-elle dire la main dans le tiroir à culotte.

La brune tiqua à sa question. Comment elle allait ? Si elle avait passé une bonne journée ? On ne lui demandait pas souvent et pour tout vous dire elle n'était pas non plus la première à raconté tout ce qu'il était advenu de ses journées. Néanmoins, qu'on le fasse, lui fit assez plaisir et de bonne humeur que Katerina était aujourd'hui, elle se laissa aller à conter celle qu'elle venait de passer. «  Plutôt bien. J'ai pu fixer un rendez-vous avec ma meilleure amie et il faut d'ailleurs vraiment que je puisse trouver quelqu'un de compétant qui arriverai à lui apprendre à se défendre. J'ai aussi réussi à verser la moitié du pot de tabasco dans le café d'une garce. Tu aurais dû voir sa tête quand elle l'a bût, c'était épique. Elle ricana se rappelant de sa réjouissance face à la réaction de cette pimbêche. Pour sa défense, cette dernière lui avait renversé sa bouteille d'eau à la figure et délibérément. Avec Katerina, il ne fallait pas oublier que la vengeance était un plat qui se mangeait froid. Sans oublier mon devoir important que j'ai rendu et auquel j'espère avoir une bonne note tellement j'y ai mis de mon temps. Mais pourquoi tu me poses la question en fait ? »

Ouvrant la bouche en rond et plissant les yeux, la jeune femme compris qu'elle s'était faite berner en toute beauté par ce garnement se trouvant juste en face d'elle. Il l'avait fait de façon si grotesque et inattendue que Katerina était tombée dans le piège. Elle reprit ses esprits et revint à son objectif premier, à savoir le faire parler. « N'essaye pas de changer de sujet et dit moi au moins ton prénom.» Lui cria-t-elle. Peut-être allait-il capituler, du moins elle l'espérait. Ce jeune homme n'était si bête que ça finalement et il commençait déjà à lui donner du fil à retordre.
Made by Neon Demon

◊◊◊


   

☆ Tonight We Honor The Hero ☆ You know, I'm really tired of your piss-poor attitude. Mentally, physically, emotionally. Show me more respect jeez ! Do-Do have any ? I'ts like you don't care about anyone but yourself. I swear you do it to piss me off ! whatsername.
   
Revenir en haut Aller en bas
avatar')">
AVATAR : Ha Ji Won (Actress) POINTS : 143

NOUS A REJOINT LE : 19/07/2016

MESSAGES : 1442

☠ I ALWAYS SEE YOU
Voir le profil de l'utilisateur

Message  Sujet: Re: Pervers un jour ; Pervers toujours ft. Jung Alex     Sam 13 Jan - 17:21

blackout
Quelque chose d'étrange vous guette. Alors même que la journée suit son cours, c'est l’obscurité complète qui vous brouille les sens, lorsque les lumières se mettent à clignoter soudainement. Les petites étincelles artificielles vacillent quelques instants, avant de s'éteindre complètement pour vous laisser dans le noir complet. On dirait bien qu'il y a eu une coupure de courant...

Note - Il est bien évidemment possible de ne pas tenir compte du phénomène si cela perturbe votre rp, libre à vous !


Revenir en haut Aller en bas
avatar')">
AGE : 25 AVATAR : Kang Daniel - Wanna One POINTS : 191

NOUS A REJOINT LE : 18/11/2016

MESSAGES : 306

✩ BOOM, GAMMA RAY-BURST
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Message  Sujet: Re: Pervers un jour ; Pervers toujours ft. Jung Alex     Dim 14 Jan - 10:52

Pour sortir de cette situation mal embarquée et éviter le fameux "perte et fracas", Alex n'avait d'autres choix que d'utiliser son arme ultime : sa langue. Non, pas dans ce sens là, bande d'inconscients dépravés. Je veux bien entendu parler de sa capacité à débiter des flots de paroles en continu, capable de retourner le cerveau de n'importe quel individu.
Le jeune homme se retrouvait donc assis à même le sol, faisant face à une demoiselle qui refusait (et c'était compréhensible, faut-il l'avouer) de le relâcher. A sa place, probablement aurait-il fait la même chose aussi (encore plus si le crime était commis par une jolie fille, mais ça il allait le garder pour lui). La métisse coréano-russe esquissa un sourire curieux et inquiétant mais Ji Hoon préféra porter son regard sur ses bras croisés devant sa poitrine. Franchement, elle avait de l'allure et l'étudiant ne put s'empêcher de faire une "not bad face" obamaesque.

C'est à peu près à ce moment là qu'il enclencha son plan ; prenant l'initiative de changer le flux de la conversation, le natif de Busan demanda à son hoobae comment elle allait. Et celle-ci tomba dans le panneau plus rapidement qu'il ne se l'était imaginé, puisqu'elle commença à raconter sa journée avec enthousiasme. Comme si elle discutait avec un vieil ami et que tout ce qui venait de se passer n'avait en réalité pas eu lieu. "Oh, c'est marrant. Je donne justement des cours à quelqu'un, actuellement, pour que cette dernière apprenne à se défendre. Je pense qu'il est important aujourd'hui, que ce soit pour les hommes ou pour les femmes, de savoir se protéger. Vu la recrudescence de la violence urbaine et de la délinquance, ce n'est pas plus mal que de savoir utiliser ses poings et ses pieds." Répondit le futur policier en hochant la tête à multiple reprises, approuvant les paroles de son homologue. "Et je ne sais pas ce que cette fille t'a fait pour mériter ça, mais clairement j'aurais pas aimé être à sa place. Du tabasco dans du café. Brrr. Rien qu'y penser me donne mal au ventre. La prochaine fois essaie plutôt le sel : tu as moins de chance de te faire attraper et ça pique moins le nez. Donc plus de chance que l'autre le boive sans le remarquer." Il continuait à hocher doucement la tête, les yeux fermés cette fois-ci, avant que Katerina remarque finalement qu'elle était tombée dans un piège. L'expression qu'on pouvait lire sur son visage, à ce moment précis, était proprement délicieuse.

"Je n'essaie pas de changer de sujet. Déjà, j'espère aussi que tu auras une bonne note car tu donnes vraiment l'impression d'être une bosseuse. Et si je t'ai posé cette question, c'est parce que je suis juste intéressé de savoir si tu vas bien et que j'ai envie de te connaître davantage." Il haussa les épaules, conscient que la jeune femme n'allait pas vraiment croire en ses paroles qui sonnaient comme un mensonge : "tu devrais investir sur une chaise, aussi. Si tu fais partie de ceux qui bossent sur le lit plutôt que sur la table, tu risques de te blesser le bas du dos. Je te souhaite sincèrement pas une scoliose à vingt cinq ans. Fait attention, hein. La santé c'est le plus important. Les jeunes ont tendance à courir après l'argent et les richesses mais passé un certain âge, on fini par courir après la santé. Donc autant en prendre soin le plus tôt possible."

Mine de rien, il ne disait pas que des bêtises. Même si sa manière de radoter lui donnait l'impression d'être un quadragénaire plus qu'un étudiant en cinquième année de philosophie.

"Je m'appelle Jung Alex. Mais pour toi, mademoiselle Katerina, ce sera oppa. Soyons amis." Finit-il par annoncer alors qu'il leva sa main en direction de la métisse. Si l'on oublie le fait qu'il connaissait déjà son prénom alors que c'était la première fois qu'ils se rencontraient, il n'y avait aucune faille dans son discours.

Et l'obscurité fut.

"Hum ? Ils avaient prévu une coupure d'électricité aujourd'hui ?" Se demanda le policier tandis qu'il levait la tête en direction de la porte vers le couloir. Il n'y avait pas de lumière dans l'embrasure de la porte donc ce n'était visiblement pas que cette chambre. Et comme ils étaient en hiver, le soleil s'était éteint depuis un moment déjà. Alex, ne pouvant pas rester assit sans rien faire, décida de se lever. Mais la position assise dans laquelle il était depuis le début, inconfortable au possible, lui donna des fourmillements extrêmement désagréables qui rendirent ses appuis fragiles. Et couplé à l'obscurité et son manque de repères dans cette chambre, il se cassa la gueule.
Oui, vous voyez très bien où je veux en venir. Il se cassa la gueule. Sur Katerina. Dans le lit. Sinon ce n'est pas drôle.
"Aïe aïe aïe je suis désolé, je ne sens plus du tout mes jambes, ce n'est VRAIMENT pas volontaire !" essaya de se justifier le pauvre mec, alors même qu'il sentait le souffle de l'étudiante sur son visage.
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
avatar')">
AGE : 20 AVATAR : Momo - Twice POINTS : 427

NOUS A REJOINT LE : 19/11/2017

MESSAGES : 541

❅ GINGERBREAD GIRL
Voir le profil de l'utilisateur

Message  Sujet: Re: Pervers un jour ; Pervers toujours ft. Jung Alex     Mar 16 Jan - 22:26

Du sel ? Elle n'y avait jamais vraiment pensé. Pourtant, comme l'avait si bien dit son interlocuteur, elle avait moins de chance de se faire attraper et plus que la victime boit son café s'en se douter de quoique se soit. Bon, après qu'on sache que se soit elle l'importait peu, c'était même mieux. Au moins les gens comprenaient bien vite que Katerina n'était pas la meilleure personne avec qui se crêper le chignon et qu'il fallait mieux être dans ses bonnes grâces qu'autre chose. Un petit rire sortit alors de sa bouche, parce que comprenez bien, son ennemie numéro un de l'instant lui avait donné un conseil et elle avait même noté dans un coin de sa tête de ne pas hésiter à l'appeler si un jour elle était à cours d'idée. Mais n'était-il pas censé se tabassée plutôt que de finalement '' sympathiser '', n'oublions surtout pas les guillemets, car il restait à ses yeux un malotru. Katerina s'empressa donc de l'arrêter : l'heure était grave et n'était pas à la rigolade. Un petit goujat s'était quand même introduit dans sa chambre et avait osé ouvrir son tiroir à culotte, il ne fallait pas l'oublier.

Elle ne savait pas s'il jouait de la comédie, mais lorsqu'il lui souhaita d'avoir une bonne note à son devoir elle fut assez surprise, mais surtout ravie qu'on se rende compte ou du moins qu'on se doute qu'elle bossait, et ce à fond. Après tout, c'était bien prouvé qu'on ne pouvait pas tout avoir en claquant des doigts,
Sinon cela aurait fait bien longtemps qu'elle serait déjà dans son petit atelier à créer des collections de malades. Sauf que non, ça ne se passait pas comme ça et qu'il fallait impérativement qu'elle puisse acquérir un bon niveau et de bonne connaissance pour faire du bon travail et tout le monde savait que bien travaillé payait toujours d'une façon ou d'une autre. Il ne fallait cependant pas se laisser attendrir par ces petites paroles, ce moulin à paroles voulait sûrement la rouler une seconde fois.

« Racheter une chaise ne fait pas partit de mes priorités du moment, mais oui, tu as raison. Il faudrait vraiment que je songe à le faire. » Le discours du jeune homme le faisait un peu passer pour un retraité bassinant tout le monde avec ses petits conseils super lourds. Néanmoins, ne disait pas faux lorsqu'il parlait d'avoir une scoliose à vingts-cinq ans et paniquant un peu, la brune décida finalement et rapidement de mettre sa chaise en priorité. Avoir une scoliose n'était pas vraiment dans ses plans.

Jung Alex était donc son nom ? La jeune femme l'inscrivit dans son esprit ne voulant en aucun cas l'oublié. Il fallait bien qu'elle se souvienne de lui si elle avait en tête de se venger un jour. « Ne compte absolument pas sur moi pour t'appeler oppa, est-ce clair ? » Le menaça-t-elle, comme si elle allait l'appeler oppa, non mais avait-il consommé des substances illicites avant de lui demander ça ? « Mais, maintenant que j'y pense....Tiqua-t-elle comment tu sais que je m'appelle Katerina ? » Tout cela semblait louche, très louche. Mais avant qu'elle ne puisse lui poser une nouvelle question, l'ampoule de sa chambre se mit à grésiller puis clignoter pour finalement plonger la chambre de Katerina dans le noir complaît. C'était bien sa chance ! Cependant, cela ne semblait pas toucher uniquement la pièce, mais bien tout le bâtiment. Lâchant un juron dans sa barbe, la coréano-russe commença à se relever, mais se fit projeter en arrière la seconde suivante.

Un silence gênant se fit par la suite entendre que le dénommé Alex s'empressa de couper en déblatérant des excuses qui ne servaient complètement à rien. S'il avait pu croiser le regard de la jeune femme à ce moment-ci. Pire que des fusils, ils en auraient pâli de peur. Lorsque vous énerviez Katerina, tout ce qu'il fallait faire, c'était se taire et se tenir le plus loin possible d'elle. Oui, vous avez bien entendue, le plus loin possible. Malheureusement, Alex n'avait pas respecté ces deux consignes et il allait prendre très chère. « Je jure que je vais te gifler toi ! Garde tes sales pattes loin de moi et déguerpit au fond de la pièce le plus vite possible où je te promets que je mettrais mes menaces à exécutions.» Non, mais sérieusement, le toupet qu'il avait que de porter atteinte à sa personne.Il n'y avait vraisemblablement plus de doutes possible, elle avait réellement à faire à un petit pervers.
Made by Neon Demon

◊◊◊


   

☆ Tonight We Honor The Hero ☆ You know, I'm really tired of your piss-poor attitude. Mentally, physically, emotionally. Show me more respect jeez ! Do-Do have any ? I'ts like you don't care about anyone but yourself. I swear you do it to piss me off ! whatsername.
   
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message  Sujet: Re: Pervers un jour ; Pervers toujours ft. Jung Alex     

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Pervers un jour ; Pervers toujours ft. Jung Alex
 Sujets similaires
-
» le jour fait semblant de se lever. mais c’est la nuit pour toujours. et je suis la seule à le savoir.
» Chocolat un jour, Chocolat toujours | PV Alyss|
» Scout un jour, Scout toujours !
» Demain sera toujours un autre jour.
» Alex Blackwell ft. Matt Lanter. ( Un jour, les Power Rangers ont combattu Chuck Norris. Depuis, on les appelle les Teletubbies. )


 ::  :: Dortoirs :: Starchild House :: Chambre S5
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: