'' Allez, joue avec moi ! Le premier qui fait craquer l'autre à gagner '' ft. Jung Apolline



 
HEP POTO, tu veux devenir un king de la roulette ? No prob, viens jouer à la Roulette juste ici !
LATATA IS IN DA PLACE, c'est les bonnes vibes qui te guettent ! <3 Mois de Mai, et on peint du bonheur everywhere.
Go go PAR ICI, BAE
Johnny Hallyday kifferait (a) Go te cramer les miches avec le premier évent catastrophe de HM, c'est ICI


Partagez | 
avatar
AGE : 20 AVATAR : Momo - Twice POINTS : 200

NOUS A REJOINT LE : 19/11/2017

MESSAGES : 2539

❅ GINGERBREAD GIRL
Voir le profil de l'utilisateur

Message  Sujet: '' Allez, joue avec moi ! Le premier qui fait craquer l'autre à gagner '' ft. Jung Apolline     Mer 6 Déc - 20:46

La fatigue, c'est comme un virus. Elle t'attaque silencieusement, mais attention, pas n'importe quand. Au contraire, c'est une traîtresse qui s'immisce dans votre corps au moment le plus inattendue, le plus propice. Mais elle est tellement sourde que vous ne le remarquerez même pas. Vous bâiller comme tant de fois, vos yeux peine à rester éveiller et avec un dernier soupir détendu, vos muscles se relâchent. Malheureusement, semblable à un poison, elle vous a eu la fatigue et elle ne vous la lâchera pas. 

Voilà pourquoi, allonger de tout son long sur son lit douillet, Katerina ne faisait effectivement pas exception à la malédiction. Elle était très stressée ces temps-ci. Entre les cours qui lui paraissait duré des millions d'années ainsi que les préparatifs de l'anniversaire de son frère qui approchait à grand pas. Elle n'avait toujours pas acheté le cadeau de son frangin adoré et peinait à appeler sa famille vivant en Russie pour les convaincre de bien vouloir se déplacer jusqu'en Corée. Elle n'avait toujours pas acheté le cadeau de son frangin adoré et peinait à 'appeler sa famille vivant en Russie pour les convaincre de bien vouloir se déplacer jusqu'en Corée. En principe, ces efforts étaient vain puisque qu'ils n'ont jamais voulue le faire, lui dira-t-on qui ne tente à rien n’a rien. Donc, chaque année, elle s’évertue à leur parler en espérant peut être un jour parvenir à ses fins. Katerina avait pourtant toujours été la première à s'imposer un rythme de vie convenable, pourtant en ce moment ce n'était absolument pas le cas. 

Avec un grincement strident, une porte claqua, la réveillant avec sursaut de son doux et bénéfique sommeil. Décidément, même lorsqu'elle avait du temps pour elle, il fallait qu'on la dérange. Elle marmonna alors quelque chose comme '' les gens, de nos jours...» Sûrement était- ce Apolline, sa colocataire. La première fois qu'elle l'avait rencontré, elle avait eu le fort pressentiment que les deux jolies jeunes femmes n'allait pas s'entendre. Ce qui, évidemment ne loupa pas. Ça ne faisait pas très longtemps qu'elles vivaient ensemble et elle ne pouvait juste pas l’apprécier. Elle n'y arrivait pas, cela lui était impossible. La jeune femme avait vraiment essayé, elle s'était même forcer à être gentil et agréable avec elle, juste le temps d'une matinée. Mais à la première minute, elle avait déjà lâché. Son pyjama, qu'elle avait laissé dans un coin, s'étant rapidement changé ce matin, n'était plus présent et devait, à son avis, se retrouver dans le linge sale. En y entrant, la première chose qu'elle vit, fut sa trousse à maquillage renversé de par et d'autre dans le meuble ainsi que sa serviette en boule sur le sol. Son pyjama, qu'elle avait laissé dans un coin, s'étant rapidement changé ce matin, n'était plus présent et devait, à son avis, se retrouver dans le linge sale. 

Serrant ses poings avec une frustration soudaine elle s'imagina l'espace de deux petites secondes, l'étrangler voir même l’étouffer à l'aide de son oreiller. Si elle le voulait, elle pouvait très bien faire sa petite peste et lui mener la vie dure. Elle excellait dans ce domaine et quand la colère prenait le dessus, elle était deux fois pire. '' Aller, joue avec moi ! Le premier qui fait craquer l'autre à gagner.''  C'était sans doute sa phrase préférer. La sortant toujours de façon à ce que la '' victime'', comprenne bien que ce qu'elle dit faisait un peu office de menace.

 Mais parce qu'elle voulait peut-être lui laissé une dernière chance. Katerina sortit finalement de la salle d'eau, un regard glaciale collé au visage. '' Laissons la d'abord s'expliquer '' pensa-t-elle. Elle ne voulait pas vraiment se battre avec elle, sinon, imaginer leur cohabitation à long terme. Ce n'était absolument pas possible. Surtout, si ces problèmes de santé reprenaient. Méchante et toujours prête à se friter avec quelqu'un s'il le fallait, mais pas prête à se fatiguer autant pour cette raison. « Dis, tu peux m'expliquer pourquoi, c'est le bordel dans la salle de bain ? On t'a jamais appris à vivre en communauté ? » Elle se massa les tempes puis souffla un coup. Oui ça allait être long de supporter Apolline, mais elle n'allait pas abandonner pour ça. Elle allait tenir le coup et parce qu'elle avait toujours été la gagnante et qu'elle le resterait. La jeune femme fit un sourire en coin et releva la tête hautainement. La partie faisait tout juste de commencer.
Made by Neon Demon

◊◊◊


   

☆ Tonight We Honor The Hero ☆ You know, I'm really tired of your piss-poor attitude. Mentally, physically, emotionally. Show me more respect jeez ! Do-Do have any ? I'ts like you don't care about anyone but yourself. I swear you do it to piss me off ! whatsername.
   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

Message  Sujet: Re: '' Allez, joue avec moi ! Le premier qui fait craquer l'autre à gagner '' ft. Jung Apolline     Dim 7 Jan - 23:26

Elle en avait marre de cette vie de merde. Elle avait franchement envie de tout laisser tomber et de rentrer en France. Ce serait probablement plus simple. Peut-être qu’elle aurait une meilleure vie là-bas. C’était une mauvaise idée de rentrer en Corée tout simplement. Elle ne se sentait pas bien dans ce pays. Elle se sentait prisonnière de cette ville qui l’étouffait de plus en plus chaque jour. Elle s’ennuyait de son train de vie d’autrefois : voyager, visiter, s’entraîner, performer. C’était exigeant, mais au moins elle n’avait pas à réfléchir ou à se casser la tête. Pas comme maintenant. Elle regrettait d’avoir écouter sa mère. Elle aurait dû continuer à faire quoi que ce soit pour poursuivre son rêve de devenir la meilleure danseuse au monde. Mais non ! Elle avait décidé d’essayer de se changer les idées et d’étudier ! Étudier ! Quelle idiote oui ! Apo n’avait jamais beaucoup étudié dans sa vie. Le ballet avait pris une très grande place dans sa vie très tôt, alors elle ne s’était jamais vraiment investie dans ces études. S’asseoir sur les bancs de l’école ne correspondait pas à elle. C’était encore heureux qu’elle ait réussi à être acceptée dans cette université.

En bref, aujourd’hui, c’était une mauvaise journée. Une très mauvaise journée. Elle s’était levée très tôt pour rencontrer des camarades de classe avec qui elle s’était ramassée pour un travail d’équipe. Elle détestait devoir travailler avec d’autres personnes pour un devoir et avait bien essayé de convaincre le professeur de la laisser faire seule, cependant cette dernière avait refusé. Alors, elle avait dû se joindre à une équipe avec des gens qu’elle n’appréciait pas particulièrement. Ils s’étaient donné rendez-vous assez tôt (beaucoup trop tôt en faite) pour bosser un peu ce matin. Apo s’était donc levé aux petites heures du matin pour prendre sa douche et se préparer. Alors qu’elle était en train de se préparer, voilà qu’elle reçoit un message sur kakaotalk que tout le monde est là et qu’ils l’attendent tous. Retenant un juron, elle finit de se maquiller vite fait, ne prenant pas le temps de ramasser sa trousse dont le contenu était pas mal éparpillé, enfila un t-shirt et des jeans avant de mettre son manteau, prendre son sac et ses béquilles et de sortir. Évidemment, la bibliothèque se trouvait à l’autre bout du campus. Apolline se dépêcha le plus qu’elle pouvait avec ses béquilles, mais elle n’avançait tout de même pas très rapidement.

Enfin arrivée, elle se rendit à l’étage où ils devaient se trouver. Elle fouilla l’étage au complet, mais elle ne les trouva pas. Elle leur envoya donc un message et attendit une réponse qu’elle reçut quelques instants plus tard. C’était beaucoup trop long, alors on est parti sans t’attendre. La Franco-Coréenne faillit lancer son téléphone sur le coup tant elle était fâchée. Elle se doutait bien que ses camarades de classe étaient probablement tous encore bien confortables dans leur lit et qu’ils se marraient tous de sa tronche à cet instant même. L’un d’eux renvoya un message en lui disant la partie à faire. Elle les détestait tous. Apolline n’était pas la plus facile à vivre et elle le savait bien. Elle n’était pas très sociable non plus et elle avait de la misère à se faire des amis. Et puis, elle était habituée à se faire jouer des tours. Oups, j’ai mis ton devoir dans la poubelle pendant que tu avais les yeux ailleurs. Oups, j’ai renversé du café sur ton uniforme. Ce n’était pas la première fois qu’elle était victime d’intimidation. Au final, elle avait fait l’école chez elle parce qu’elle voyageait toujours. Apo n’avait jamais osé dire à sa mère qu’elle se faisait intimidé à l’école parce qu’elle était ballerine. Elle avait l’impression que sa mère le savait tout de même. L’étudiante pensait tout de même que ça n’arriverait pas de nouveau ici.  

Puisqu’elle était déjà rendue à la bibliothèque, Apolline décida de bosser sur le travail. Elle avait fini la partie recherche et le premier ébauche alors ce n’était pas si mal. Elle décida donc de retourner dans sa chambre pour faire une sieste pour affronter le reste de la journée. Comble de la malchance, il se mit à mouiller à mi-chemin alors lorsqu’elle rentra dans sa chambre, sa colère était toujours bien présente. Elle claqua donc la porte, à moitié parce qu’elle était fâchée et l’autre moitié parce que ce n’était pas toujours évident de rentrer dans cette foutue pièce avec ses béquilles. En vrai, elle n’en avait presque plus de besoin, mais Apolline avait tellement peur de se faire mal de nouveau qu’elle continuait à les utiliser. Elle boita vers son lit et s’assit avant de lâcher un gros soupir.

Son calvaire n’était malheureusement pas fini parce que sa colocataire venait tout juste de sortir de la salle de bain et se plaignait déjà. Apo avait simplement envie de l’étriper celle-là. Elle était toujours sur son dos. Non, mais vraiment. Apo ne vivait pas avec elle par plaisir. Elle aurait aimé mieux vivre toute seule, mais ce n’était pas une possibilité à cette université. Alors, elle était prise à supporter cette fille.

« On a devancé l’heure de mon rendez-vous alors j’ai dû partir en trombe. C’est pas la fin du monde si c'est un peu le bordel. » Répondit-elle, exaspérée. « Je les aurais ramassés en revenant t’inquiète. Pas la peine d’être casse-pied pour si peu. »

Apolline soupira de nouveau et alla donc dans la salle pour ramasser sa trousse et tout ce qu’elle avait pu laisser trainer pour que Miss Parfaite cesse de se plaindre. Elle ne lui laissait même pas le temps d’arriver qu’elle se plaignait. Comme si elle, elle ne faisait jamais rien de mal. Peut-être que Katherine ne se laissait pas traînée — ou rarement en tout cas —, mais elle était tellement dérangeante. Lorsqu’Apolline essayait d’étudier, elle parlait au téléphone avec ses amies ou écoutait de la musique forte. Quand Apo dormait, elle l’entendait chanter dans la douche. Et puis, elle déplaçait ses trucs sans lui demander parfois et ça, ça l’énervait au plus haut point. L’étudiante sortit de la salle de bain et remit sa trousse à sa place sur son bureau.

« Tiens voilà, t’es contente Miss Parfaite ? Ton château est maintenant bien propre ! Maintenant, tu peux me ficher la paix? Je viens pas te remettre sous le nez tous tes défauts, alors ce serait bien si tu pouvais en faire autant.»
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AGE : 20 AVATAR : Momo - Twice POINTS : 200

NOUS A REJOINT LE : 19/11/2017

MESSAGES : 2539

❅ GINGERBREAD GIRL
Voir le profil de l'utilisateur

Message  Sujet: Re: '' Allez, joue avec moi ! Le premier qui fait craquer l'autre à gagner '' ft. Jung Apolline     Dim 14 Jan - 17:41

Katerina se retint de l'étriper et remplaça d'un regard noir ses envies meurtrières. '' Pas besoins d'être casse-pied pour si peu." ? Alors là, c'était bien l’hôpital qui se foutait de la charité ! D'une par parce qu'elle n'était pas casse-pied et qu'elle avait entièrement le droit de partager ses pensées et d'une autre parce qu'elle ne s'énervait à son propre avis pas pour si peu.  « Bon et bien à ce que je vois, il faut que je te l'apprenne apparemment. Puis je tiens à te préciser que même si ce n'est en effet pas la fin du monde, c'est super dérangeant alors clairement je m'en fiche de connaître le pourquoi du comment tu l'as fait. Ça ne prend honnêtement pas plus de trois secondes de ranger son désordre ! » Lui répondit-elle pendant que cette dernière rangeait sa trousse à maquillage sur son bureau. La preuve qu'il ne fallait pas un bac plus huit pour réussir ce qu'elle ne venait de faire.

Elle soupira complètement ennuyer de la situation. Ce n'était quand même pas de sa faute si ses défauts à elle l'embêtaient. Ils l'empêchaient presque de vivre normalement. Puis elle n'avait qu'à le lui dire lorsqu'elle empiétait sur sa vie et qu'elle l'énervé.  « Si je pointe certains défauts, c'est parce qu'il dérange la tranquillité de ma vie privé. Après, c'est ton problème si être polie te coûte trop.» Sérieusement, qu'avait-elle fait pour mériter ça. On n'aurait pas pu être plus gentil avec elle et lui désigner une colocataire super gentil, douce et surtout qui savait vivre avec d'autre personne. Mais non, il fallait qu'elle soit tombée sur la plus mal polie et agaçante de toutes.

Elle s'assit sur son lit, coiffant ses cheveux encore humide d'une simple tresse. Si elle les laissait toute la nuit, elle pourrait les avoirs un peu ondulés, ce qui lui évitera d'utiliser le faire à bouclé et par la même occasion d'abîmer ses cheveux par de la chaleur. Elle tendit par la suite sa main en direction de sa table de chevet croyant que sa tasse de thé s'y trouvait, mais elle se rendit bien compte que ce n'était pas le cas. Se rendant donc à son bureau n'étant qu'à quelque petits mètres d'elle, la jeune femme agrippa l'objet de se recherches et se retourna vivement, voulant retrouver son lit le plus rapidement possible.

Malheureusement, ce qu'il fallait qu'il se passe, se passa et alors que Katerina voulut rejoindre son lit cette dernière se rentra tout bonnement dans la chaise de son bureau et s'étala de tout son long sur Apolline qu'elle s'était aussi pris de plein fouet par la même occasion. Son thé assez chaud, mais heureusement pas brûlant, se renversent sur elle deux. Elle en fût tellement surprise et un peu sonné qu'elle resta l'espace d'une minute au sol, temps durant lequel elle sentit l'un de ses tibias lui faire mal.  « Purée, je vais avoir une de ses bosses moi. » Murmura-t-elle tout en essayant de se relever et lorsqu'elle put enfin voir l'étendue des dégâts, l'étudiante se fit très silencieuse. Sa colère ainsi que sa frustration explosant de l'intérieur.

La chaise à cause de qui elle était tombée, se trouvait maintenant être cassée. De plus, leur tapis était maintenant tâché au même titre que son pyjama préférer et que sa belle chevelure qu'elle venait de laver et qui allait sûrement devenir collant si elle ne réitérait pas l'opération.  « Plus ça vas et plus je commence vraiment à me dire que tu ne fait que m'apporter la poisse. » Simple, net et précis. Elle n'avait pour l'instant rien à rajouter de plus.

Made by Neon Demon

◊◊◊


   

☆ Tonight We Honor The Hero ☆ You know, I'm really tired of your piss-poor attitude. Mentally, physically, emotionally. Show me more respect jeez ! Do-Do have any ? I'ts like you don't care about anyone but yourself. I swear you do it to piss me off ! whatsername.
   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

Message  Sujet: Re: '' Allez, joue avec moi ! Le premier qui fait craquer l'autre à gagner '' ft. Jung Apolline     Sam 20 Jan - 21:47

Elle n’en revenait pas que sa coloc puisse être aussi chiante. Non mais, ce n’était pas la fin du monde si elle s’était laissée trainée une fois! Ce n’était déjà pas une bonne journée, alors elle n’avait définitivement pas envie de se faire chier encore avec elle. Parce que les deux filles ne s’entendaient pas du tout. Dès la première minute où elles s’étaient rencontrées,  Apo savait qu’elle ne s’entendrait jamais. Elles étaient trop différentes pour s’entendre. Ou peut-être trop pareille. En tout cas, la Franco-Coréenne savait qu’elle n’avait pas besoin d’avoir à supporter Katerina aujourd’hui en plus de toute la merde qui lui était arrivé aujourd’hui. Déjà qu’elle était encore toute humide à cause de la pluie qui s’était abattu sur elle tout à l’heure. Apo rêvait seulement d’une bonne douche chaude et d’une sieste, mais évidemment, c’était impossible si Miss Parfaite ne cessait de lui casser les pieds.

« Bla bla bla. » Répondit-elle en roulant les yeux. «Tu te prends pour ma mère ou quoi? Ramasse-toi. Fais-ci, fais-ca. Fiche moi la paix. »

Elle avait justement fini de se ramasser, mais Katerina n’avait visiblement pas l’envie de la laisser respirer. Elle lui parlait de politesse et de tranquillité. En quoi se laisser trainer dérangeait sa vie à elle? Elle avait envie de rire tant c’était ridicule. Honnêtement, elle devait se retenir pour ne pas la frapper tant elle était en colère.

« Et bien là, c’est toi qui dérange la tranquillité de ma vie privée. Alors, veux-tu bien cesser de me parler? Je me suis ramassée, alors voilà, ta vie privée est maintenant en sécurité. »

Apolline n’était pas facile à vivre et elle le savait bien. Vivre en groupe ne faisait pas partie de ses habitudes, mais elle ne se considérait pas comme une mauvaise colocataire pour autant. Oui, elle avait ses défauts comme tout le monde sur cette planète. Katerina n’avait qu’à lui demander de ramasser poliment et elle le ferait. Elle n’était pas méchante non plus. Elle ne faisait pas exprès pour l’énerver. Contrairement à Katerina qui faisait tout pour la pousser à bout. Elle lui donnait toujours des ordres et se plaignait qu’elle faisait ci ou ça. C’en était énervant à la fin. Enfin, sa colocataire sembla comprendre le message et se tut pendant un instant. Enfin, un instant de répit. Apo ramassa ses trucs pour aller prendre sa douche puisqu’elle avait enfin la paix, mais alors qu’elle se dirigea vers la salle de bain, voilà que Katerina lui fonça dessus, la renversant par le fait même.

Apo, déjà très peu stable sur ses jambes, tomba à la reverse, se cognant la tête sur le sol. Un peu sonnée, elle prit un petit moment avant de s’asseoir sur le sol. Miss Parfaite était déjà en train de se plaindre d’une bosse alors qu’Apo réalisait simplement ce qui venait de se passer. Son hoodies était taché de thé ainsi que le tapis de la chambre. Katerina aussi, mais elle s’en fichait bien. Mais ce qui l’effraya davantage, c’était l’élancement qu’elle ressentait au niveau de sa cheville. Oh non. Non. Elle ne pouvait pas recommencer à avoir mal. Apo sentait qu’elle était sur le point de la guérison… Pas maintenant. Elle qui avait même eu l’espoir de pouvoir recommencer à danser…  Alors qu’elle examinait sa cheville sous tous ses angles, elle entendit la phrase qui fit déborder le vase.

« MAIS LA FERME! » Cria-t-elle, incapable de retenir cette colère qu’elle retenait depuis ce matin. « C’est pas ma faute à moi si tu es trop imbécile pour marcher sans tomber. Assume tes erreurs et arrête de tout mettre sur ma faute bordel. »

Elle reporta son attention sur sa cheville qui ne semblait pas être enflé. Avec un peu de chance, tout serait correct dès demain matin, mais Apolline n’espérait pas trop. Sa vie n’était qu’une suite de déception depuis sa blessure. Et si jamais elle ne pouvait vraiment plus danser à cause de Katerina, elle se jura qu’elle allait la poursuivre. Si elle ne l’assassinait pas avant. Avec difficulté, elle se releva tranquillement avant de s’asseoir sur son lit. Elle bouillait encore de rage. Plus elle y pensait, plus elle se disait que sa colocataire avait fait exprès. C’était une vengeance pour s’être laissé trainer. Oui, elle l’avait définitivement fait exprès.

« T’es heureuse maintenant?  Tu t’es dis que ce serait amusant de me faire tomber, de me renverser ton maudit thé dessus et prétendre que c’est de MA faute que c’est MOI qui t’apporte la poisse?  Beau plan. Une excellente idée. Je savais que tu ne m’aimais pas, mais pas au moi d’essayer de me faire mal. »

Elle allait aller se plaindre. À Han Ja. Ou à la direction. Peu importe à qui. Elle avait déjà assez supporté l’intimidation dans sa jeunesse. Aujourd’hui, elle allait se défendre. Évidemment, elle n’allait pas tomber aussi bas qu’elle. L’étudiante avait une dignité et un savoir vivre, elle.

« Et tu ramasseras tout le bordel que tu as créé en voulant me faire chier. Ça dérange la tranquillité de ma vie privée. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AGE : 20 AVATAR : Momo - Twice POINTS : 200

NOUS A REJOINT LE : 19/11/2017

MESSAGES : 2539

❅ GINGERBREAD GIRL
Voir le profil de l'utilisateur

Message  Sujet: Re: '' Allez, joue avec moi ! Le premier qui fait craquer l'autre à gagner '' ft. Jung Apolline     Mer 24 Jan - 20:21

Le cri de sa colocataire la sonna complètement qu'elle en mit la main sur sa poitrine, son cœur ayant fait un bond une seconde plus tôt. Alors comme ça, on se rebellait ? En plus, c'était apparemment elle qui ne savait marcher correctement. La jeune femme n'allait sûrement pas assumer ces erreurs, d'une part parce qu'elle avait une trop grande fierté pour le faire, mais aussi parce que d'une certaine façon, elle ne voyait pas tellement ou elle avait fauté. Être chiante, agaçante, sadique oui, elle assumait parfaitement ces traits de caractère. Son impolitesse et sa méchanceté ? Elle ne le faisait pas intentionnellement et était tout de même assez respectueuse de son entourage. Donc si elle finissait par l'être, ce n'était en aucun cas fait exprès et surtout pas voulue du tout.

Elle la vit alors se reporter avec attention vers sa cheville, un regard particulièrement inquiet collé au visage. Mais après avoir vérifié que tout allais plus ou moins bien, Apolline se releva difficilement et s'assied sur son lit tandis que Katerina l'observait complètement absorbée par l'aura de haine et de colère qui émanait d'elle. Mais ce qui lui marqua le plus fut ses paroles suivantes qui au-delà d'être vexante, blessèrent précédemment la coréano-russe.

Sa colocataire pensait vraiment qu'elle avait exprès de la bousculer, renverser son thé dessus, tout cela parce qu'elle ne l'aimait pas ? Pour une simple vengeance. Pourtant, au grand jamais la jeune femme ne se serait permis de le faire. Elle était vraiment fourbe et faisait quelques blagues à tout-va, parfois pour se venger et surtout pour s'amuser. Mais ce n'était jamais vraiment sérieux. Si elle avait réellement une dent contre quelqu'un, elle lui faisait tout simplement comprendre et ne se gênait absolument pas à jeter à cette ladite personne ces quatre vérités à la figure. C'était aussi simple que cela.

Évidemment, Apolline ne s'était pas non plus gênée pour reprendre ses propres paroles. À ce moment-ci, la brunette ne s'était jamais autant sentie démunie qu'à cet instant. « Si tu penses sincèrement que je suis capable de faire des choses si basses et si idiotes avec comme simple motif la vengeance, vas-y, je t'en pris. Malheureusement, tu te voiles complètement la face, si j'avais vraiment voulu te faire du mal, je l'aurais fait depuis bien longtemps et pas de la même manière.Elle fit une pause, reprenant son souffle et serrant ses poings, faisant blanchir ses jointures tellement elle voulait la claquer. Donc maintenant retient bien ceci, personne ne t'a obligée à rester ici. Alors je t'en pris, si vivre avec moi te rend si triste, tu n'as cas partir, je ne te retiens pas en prison à ce que je sache ! »

Se relevant elle aussi par la suite, elle se tint droite devant elle et la fixant bien droit dans les yeux, sourcils froncés sans même qu'elle ne le veuille. « Maintenant, si tu veux bien me laisser ranger le '' Bordel que j'ai créée '' parce que j'ai vraiment mieux à faire que d'écouter une imbécile déblatérer qu'apparemment j'aurais tout orchestrer et qui ne se pose sur aucune preuve tangible à part mon énervement contre elle. Seulement, le monde ne tourne pas autour de toi, princesse. »
Made by Neon Demon

◊◊◊


   

☆ Tonight We Honor The Hero ☆ You know, I'm really tired of your piss-poor attitude. Mentally, physically, emotionally. Show me more respect jeez ! Do-Do have any ? I'ts like you don't care about anyone but yourself. I swear you do it to piss me off ! whatsername.
   
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message  Sujet: Re: '' Allez, joue avec moi ! Le premier qui fait craquer l'autre à gagner '' ft. Jung Apolline     

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
'' Allez, joue avec moi ! Le premier qui fait craquer l'autre à gagner '' ft. Jung Apolline


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: