(dans ma ville on traîne ✰ lukas)

 

YOOOO, envie de gagner quelques Candy Canes ? Pas de problème, viens jouer à la Roulette de Noël juste ici !
LAST CHRISTMAS, I GAVE YOU MY HEART ~ Le MARCHÉ DE NOËL fait son grand comeback !
V17 de Hundred Miles, omg, t'y crois ? Moi pas...
Et comme la sainte saison des Lindors et des mandarines est enfin arrivée, j'te propose de CHECKER L'ANNONCE
pour voir ce qu'on te réserve ce mois-ci !
Viens gratter quelques cases de notre CALENDRIER DE L'AVENT ! Tous les jeux de la saison sont à découvrir ICI !
ALL I WANT FOR CHRISTMAS IS YOUUUUUU ! Un petit Secret Santa ça te dit ? Pour participer c'est ICI !


Partagez | 
avatar')">
AGE : 22 AVATAR : lee hyo eun (stellar) POINTS : 1352

NOUS A REJOINT LE : 26/11/2017

MESSAGES : 131

☢ BURNING AMBITION
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t3427-eun-su-mi-sumicat#80195

Message  Sujet: (dans ma ville on traîne ✰ lukas)     Mar 5 Déc 2017 - 14:32

DANS MA VILLE
ON TRAÎNE ENTRE LE BÉTON LES PLAINES, DANS LES RUES PAVEES DU CENTRE OU TOUS LES MAGASINS FERMENT.
« Non mais t'y crois toi ? Je le hais. JE LE HAIS TELLEMENT. » Téléphone fiché contre l'oreille, c'est la furie qui déboule dans la rue comme un boulet de canon, prête à tout dégommer sur son passage. « Il veut pas comprendre mais moi j'commence à en avoir marre. Et puis t'as pas idée, quand t'es pas là c'est cent fois pire. » Elle soupire et rouspète, répète plusieurs fois la même chose, se plaint jusqu'à s'en lasser. Et finalement, elle capitule. « Ouais ouais. On verra la prochaine fois. J'te jure, j'rêve que de mettre de la mort au rat dans son café. » A l'autre bout du fil, un rire ; elle se force à faire de même avant de raccrocher.
Appel régulier, presque quotidien, avec son meilleur ami ; l'homme visé par sa hargne ? Son patron, le chef de la caserne. Cet incapable qui aime à se tourner les pouces et ne laisse à Sumi que le sale travail, l'inintéressant, celui dont personne ne veut. Aller récupérer des animaux perdus, en général. Parfois même ranger la caserne. Et y a l'eau qui bout, la colère qui bouillonne, l'explosion sur le point de tout raser.
Elle en a marre, Sumi,
et elle a envie de tout casser.
Mais pour une fois elle se retient ; parce qu'il faut faire bonne figure, parce qu'elle veut pas se faire renvoyer. Parce que c'est son rêve et qu'elle se le jure, un jour la caserne lui appartiendra ; un jour ce sera elle la cheffe. Mais en attendant, elle fait profil bas, se contente de râler auprès de son meilleur ami, de souffler et de taper du pied. Jusqu'à ce que son retard retombe sur son téléphone et qu'elle se rappelle de la soirée qui se profile.

Elle est rentrée, le sac balancé dans la chambre, affaires éparpillées sur le sol. Elle s'est changée également, jean te tee-shirt enfilés, cheveux noués en une queue de cheval bien haute. Et puis elle est redescendue, s'est laissée tomber sur le canapé et est restée là, impassible, immobile. La fatigue surpasse le besoin de bouger ; elle se permet même une petite sieste, quelques secondes, la tête posée contre l'accoudoir. Et elle rêve pas, ça fait longtemps qu'elle rêve plus, Sumi.
Elle rêve pas, mais elle se réveille en sursaut, tapote à la recherche de son téléphone et pousse un soupir en voyant l'heure. Juste à temps pour sa série.

Un œil fixé sur la télévision, l'autre sur le fameux téléphone, elle pianote un rapide message de ses doigts pressés. « La porte est pas fermée à clé tu peux rentrer, j'suis dans le salon crois pas j'vais me lever pour toi. » Elle réfléchit une seconde puis renvoie, « par contre ce serait cool que tu refermes derrière toi, les clés sont sur la porte. » Elle étouffe un bâillement, se pelotonne un peu plus contre les oreillers. Pendant une seconde, elle en vient même à regretter de ne pas avoir récupérer son plaid dans la chambre.
Et puis finalement tant pis.
Ses yeux suivent distraitement les images sur l'écran face à elle, le drama du moment, celui dont tout le monde parle ; celui dont elle ne rate pas un épisode. Elle a rien d'extraordinaire, cette série ; et pourtant elle en est accroc, la miss, presque fascinée, voire hypnotisée. Elle attend impatiemment chaque épisode, se délecte de l'histoire et des péripéties, pleure avec l'héroïne et soupir devant le comportement insupportable du personnage principal.
Et puis l'histoire d'amour, n'en parlons pas.
Sumi, elle se demande souvent pourquoi elle aime autant les drama à l'eau de rose, quand chaque situation lui fait serrer les poings et froncer les sourcils ; quand elle s'émerveille devant les actes romantiques, mais lève les yeux au ciel bien trop souvent. Parce qu'elle le sait, Sumi, si un mec se montrait rien qu'à moitié aussi moqueur et cruel avec elle, elle lui aurait déjà fait voir trente six chandelles.
Et pourtant, elle est pas particulièrement violente,
(enfin, ça dépend surtout avec qui.)



◊◊◊

je fixais des vertiges.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
avatar')">
AVATAR : Kim Jyo Jong - E Dawn POINTS : 162

NOUS A REJOINT LE : 19/11/2017

MESSAGES : 27

✩ BOOM, GAMMA RAY-BURST
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Message  Sujet: Re: (dans ma ville on traîne ✰ lukas)     Aujourd'hui à 10:57

DANS MA VILLE
ON TRAÎNE ENTRE LE BÉTON LES PLAINES, DANS LES RUES PAVEES DU CENTRE OU TOUS LES MAGASINS FERMENT.
Les journées étaient longues quand il ne pouvait pas trainer avec Boo. Son meilleur ami était un peu trop occupé à son goût ces derniers temps. Il l’avait bien prévenu qu’il n’aurait pas beaucoup de temps, mais il lui en voulait quand même. Lukas, il était possessif, jaloux. Des sentiments qu’il ne connaissait pas avant de rencontrer Hansol. Ce sale type qui avait pris sa place. Il se sentait idiot d’être devenu aussi sentimental. Il était sur les nerfs, son patron ne lui avait pas parlé comme il le souhaitait. Il était parti. Ce n’était pas son truc de garder un petit boulot trop longtemps. On pouvait dire qu’il était impulsif, un peu trop, mais il avait toujours préféré vivre avec des remords plutôt qu’avec des regrets. C’était sa philosophie. On pouvait ne pas être d’accord, mais on ne pouvait pas non plus la lui reprocher. Dans ces moments-là, il détestait être seul Lukas. Il savait très bien où il allait poser ses fesses. Atom était au boulot et il n’avait pas envie de tourner en rond dans l’appartement le temps qu’il rentre. Il y avait quelqu’un d’autre qui prenait soin de lui, à sa manière, mais c’était suffisant. Ils se disputaient sans arrêt, mais Su Mi c’était un peu sa bouée de sauvetage, celle qui lui avait ouvert sa porte et son canapé quand il en avait eu besoin. Il était reconnaissant, mais bien trop fier pour le lui avouer. Ils étaient comme chiens e chats, pourtant il passait beaucoup de temps avec elle, juste à trainer comme deux loques dont la vie partait en vrille. Sa présence l’apaisait malgré les incessants conflits. C’était devenu une habitude de jouer les squatteurs. Elle avait beau râler, elle ne l’avait encore jamais mis à la porte. Lukas, il n’y comprenait rien aux sentiments. Son cerveau carburait sans arrêt et il préférait le mettre sur off, raison pour laquelle il passait pour un idiot alors que son Q.I était plus élevé que la moyenne. Il souriant en lisant les messages qu’elle lui avait envoyé. Su Mi semblait assez remonter ce qui lui donnait envie de la taquiner, de l’emmerder jusqu’à le rendre folle. Il poussait la porte ouverte comme prévu et la refermait comment un gentil garçon obéissant. Avec tout ce qu’il comptait lui faire vivre, il pouvait bien faire ça. Il se jetait sur le canapé en souriant comme un idiot pour s’allonger près d’elle. Lukas, il avait toujours un air de chieur.  Il s’étirait en baillant, les yeux rougis par le joint qu’il venait de se fumer. « Pourquoi tu fais la gueule ? » Pas de bonjour, comment ça va, ils avaient largement dépassé ce stade de politesse. « Tu regardes encore ta connerie ? Tu crois que tu vas trouver ton prince charmant. » Il laissait échapper un petit rire moqueur. Lukas, il n’était jamais tombé amoureux, il ne savait pas ce que c’était. Pour lui c’était une simple faiblesse, il préférait largement jouer les bourreaux des cœurs. Pourtant, il fixait l’écran. Il ne s’était jamais posé la question. Qu’est-ce que ça ferait d’aimer quelqu’un ? Il vivait sa vie au jour le jour et prenait les choses comme elles venaient. C’était beaucoup plus facile de cette façon. « Tu t’es fait larguer ?» Il essayait de savoir pourquoi elle faisait cette tête.



◊◊◊

not stupid, creatively insane
C'est vrai, je suis juste un petit merdeux. Je suis rien d'autre qu'un branleur, un pauvre inconscient. Un criminel, un putain de bon à rien mec. Je vaux vraiment rien. Donc maintenant, j'aimerai que tu te fourres bien ça dans ta p'tite tête de piaf.▬ Lukas
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
(dans ma ville on traîne ✰ lukas)
 Sujets similaires
-
» un loups dans la ville ainsi que des pirates et un chasseur sans m'oubliez moi ainsi que les civils...
» « Une femme de rêve dans une ville de rêves. »
» Promenade en ville ( libre ) suite
» La ville c'est comme la jungle, avec les gens en plus. [James Lear]
» NOTRE ROLE , LE ROLE DES JEAN DANS LE MALHEUR D' HAITI !


 ::  :: Hongdae :: Résidences
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: