whatever it takes ♞ #meeja

 

YOOOO, envie de gagner quelques Candy Canes ? Pas de problème, viens jouer à la Roulette de Noël juste ici !
LAST CHRISTMAS, I GAVE YOU MY HEART ~ Le MARCHÉ DE NOËL fait son grand comeback !
V17 de Hundred Miles, omg, t'y crois ? Moi pas...
Et comme la sainte saison des Lindors et des mandarines est enfin arrivée, j'te propose de CHECKER L'ANNONCE
pour voir ce qu'on te réserve ce mois-ci !
Viens gratter quelques cases de notre CALENDRIER DE L'AVENT ! Tous les jeux de la saison sont à découvrir ICI !
ALL I WANT FOR CHRISTMAS IS YOUUUUUU ! Un petit Secret Santa ça te dit ? Pour participer c'est ICI !


Partagez | 
avatar')">
AGE : 25 AVATAR : kim jin hee (jei - fiestar) POINTS : 296

NOUS A REJOINT LE : 22/04/2017

MESSAGES : 471

☮ I'M ON MY OWN
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t1874-yang-mee-ah-flowerbean

Message  Sujet: whatever it takes ♞ #meeja     Mer 22 Nov - 23:29

Whatever it takes

Han Ja & Yang Mee Ah

hurler à l'agonie de la lumière

 
"Non je veux pas... T'es pas beau !" Mes mots s'enchainent difficilement, rapidement avalés entre mes lèvres sucrées. J'agite mollement mon bras en dérivant sur le côté, rejetant clairement la proposition lourdingue du jeune homme qui passe à côté de moi. Mais non, il n'est pas moche, bien au contraire: il n'est juste pas comme Heechul. La tête dans les étoiles, j'ai l'impression de flotter. Je ne marche pas très droit, je suis dangereuse. Pas pour les autres, je suis dangereuse pour moi-même. mon sac à main est à bout de bras et je n'ai pas bien boutonné mon chemisier. La nuit est déjà très avancée et je ne me souviens plus comment j'en suis arrivée à déambuler dans les rues de Hongdae. Je sais que je n'habite pas loin, mais je pense avoir beaucoup trop bu pour avoir les idées claires ce soir. Tantôt perdue, tantôt agressive avec le premier garçon qui ose m'approcher, j'essaie de me protéger dans les souvenirs pénibles que j'ai avec Heechul. Personne ne peut être comme lui... Je m'arrête en plein milieu du trottoir, dérangeant des passants. Je m'excuse timidement, je garde la tête basse. Je retire ma queue de cheval, mes cheveux tombent en cascade sur mon visage. Je m'adosse au mur en prenant une grosse bouffée d'air frais, mais j'ai terriblement chaud. Je remonte une main sur mon front pour dégager ma chevelure brune. J'ai des hauts, mais surtout des bas. J'ai juste envie de rentrer chez moi, mais il m'arrive parfois, en regardant les entrées des boîtes de nuit, d'y pénétrer pour oublier quelques heures qui je suis, et le chagrin qui m'habite. Parce que ça fait tellement moins mal d'endormir la douleur. Ca fait tellement moins mal de s'éloigner de qui on est vraiment. Et ce, peu importe ce que l'on fasse, et les sacrifices qu'on prend. Mais jusqu'à où suis-je prête à aller pour m'oublier ?


◊◊◊

    Poupée de cire.

    It was a big big world, but we thought we were bigger Pushing each other to the limits, we were learning quicker By eleven smoking herb and drinking burning liquor Never rich so we were out to make that steady figure ⠇7 YEARS, LUKAS GRAHAM
Revenir en haut Aller en bas
avatar')">
AGE : 22 AVATAR : ☽ Byun Baek Hyun ♡ POINTS : 2618

NOUS A REJOINT LE : 21/07/2016

MESSAGES : 10195

BITCH PLEASE, I'M YOUR PRESIDENT - MISTER NOËL 2016
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t103-han-ja-hajansky En ligne

Message  Sujet: Re: whatever it takes ♞ #meeja     Ven 1 Déc - 18:39





❀❀❀ Lucioles et feux follets jonchaient les artères de la ville, tandis que le cadet Han déambulait paisiblement, maître de son royaume nocturne qu'était la Séoul étoilée. Pas un bruit ni un chat, ce soir. Les badauds s'étaient fait étrangement absents, et le mouvement de foule habituel échappait aux oreilles de l'insomniaque, qui s'imprégnait de ce calme olympien tombé sur son bien-aimé quartier. Peut-être était-ce les prémices de l'Hiver qui leur dictaient à tous de rester chez eux, de profiter de la chaleur de leur foyer et d'attendre les pleines festivités pour s'étaler dans les rues, à même la lumière d'un joli croissant de lune. Mais Han Ja, lui, dérogeait à la règle. Corbeau rebelle dans son apparat le plus silencieux, fouler le sol d'Hongdae en grand solitaire n'était pas pour lui déplaire – bien au contraire. La nuit ne l'avait jamais effrayé, au fond. Plus elle demeurait noire, et plus les étoiles brillaient et fardaient son chemin de rayons rédempteurs. C'était là tout ce qui comptait, à ses yeux d'éternel homme-enfant.

Sombrement serein, le garçon des étoiles dévalait un boulevard en attrapant deux ou trois astres du bout de l’œil, immergé dans sa contemplation la plus brute. Pas de lunettes, ni même d'artifice pour admirer les faibles étincelles de la voûte céleste. Parfois, il se plaisait à se dire que scruter la galaxie de ses seuls yeux restait bien meilleur qu'avec le moindre appareil. Un conseil qu'il n'oubliait pas de transmettre à ses cadets : soit, ne jamais égarer toute la beauté naturelle de l'enveloppe humaine, dont leur précieux atout qu'était la vue.

S'il songeait sans trop s'en soucier à la tranquillité mystérieuse des lieux, ce furent bientôt des claquements de talons sur le bitume qu'il parvint à entendre, l'entraînant à se redresser et à poursuivre son chemin. Une femme, ici ? Dans une ruelle escarpée, et par une soirée aussi obscure ? Étrange. Mais ça n'augurait rien de bon, et il en était sûr. Pressant le pas, Han Ja fut pris d'un élan de curiosité incoercible, désireux de connaître les formes floues de la silhouette qui l'attendait à ce détour de ruelle. Sa vigilance fut de mise lorsqu'il porta sa main à son menton, de quoi retourner un coup en cas de mauvaise surprise. Demoiselle ou pas, toutes les précautions étaient à prendre, surtout par une telle heure.

Seulement, quelle ne fut pas sa stupéfaction lorsqu'il osa surgir d'un coin obombré, ses orbes miroitantes s'échouant directement sur un corps adossé à un mur. Des courbes très fines et très féminines, se mariant à un visage de poupée de porcelaine égarée, qu'il connaissait suffisamment pour mettre un nom dessus. « Mee.. Mee Ah-ssi ? » Dans un souffle, le prénom de la jeune femme s'envola en poussière d'étoile vers les cieux, volute hiémale du froid mordant de Novembre. Le regard perdu, à moitié déboussolé, le Président s'approcha d'un pas relativement plus confiant, entrouvrant les lèvres aux plaintes appuyées de la fleuriste. S'il ne la côtoyait même pas assez pour oser la tutoyer, quelque chose lui intimait d'intervenir et de lui venir en aide, ne serait-ce parce que son cœur le lui disait, et qu'il s'agissait aussi bien d'un être-humain que d'une femme. « Tout.. Tout va bien ? Qu'est-ce que vous faites là ? Il est tard, vous devriez rentrer. » Demanda-t-il d'un timbre volontairement pacifique, s'approchant d'une démarche féline, rassurante. De quoi ne pas l'affoler, peut-être. Elle était dans un sale état. Son visage blanc ne brillait plus, et ses cheveux étaient en pagaille, bien loin du brushing toujours soigné qu'elle présentait à ses clients. « Je suis Han Ja. Vous vous souvenez de moi ? » Il pressentait que oui, et son léger sentiment d'assurance le poussa à continuer d'avancer, non sans qu'une ombre inconnue vienne planer sur le sanctuaire de ses songes. « Je ne vous veux rien de mal, juste vous aider à sortir de là. » D'un geste neutre, il tendit sa main à la fleuriste en espérant un signe d'acceptation, remarquant bien vite qu'elle respirait mal et que son visage suait à grosses gouttes. Une constatation qui le fit se pencher vers elle, doucement, et serrer ses petites mains glacées entre les siennes, émanant d'une chaleur presque piquante. Sa main fut alors posée sur son front opalin de manière très chaste, comme pour chercher à comprendre sa température plutôt inquiétante. « Mee Ah-ssi, vous êtes brûlante et gelée en même temps. Je sais que vous avez bu, mais vous devriez venir avec moi. Je ne veux pas que quelqu'un d'autre passe par ici, je dois vous ramener. » Le ton sérieux, il n'attendit pas avant de re-capturer ses phalanges entre les siennes, gardant un sang-froid à toute épreuve. Peu importe ce qu'elle dira sur cette proximité audacieuse, lui ne désirait que la réchauffer un minimum. C'était là de l'ordre de sa santé. « Dites-moi juste... Vous habitez loin d'ici ? »

◊◊◊


@Han Soo Yun a écrit:
J'savais qu'on allait la sortir et j'aurais du parier sur toi, le roi des vannes pourries.

RS des enfers © Only One Bro:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar')">
AGE : 25 AVATAR : kim jin hee (jei - fiestar) POINTS : 296

NOUS A REJOINT LE : 22/04/2017

MESSAGES : 471

☮ I'M ON MY OWN
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t1874-yang-mee-ah-flowerbean

Message  Sujet: Re: whatever it takes ♞ #meeja     Dim 3 Déc - 14:11

Whatever it takes

Han Ja & Yang Mee Ah

hurler à l'agonie de la lumière

 
Et elle court, elle court la maladie de l'amour. Je la sens qui s'anime en moi, qui me consume, qui me consomme. Je tremble, j'ai des sueurs froides. Je bouillonne de tristesse mais je frissonne d'effroi. Les lumières artificielles des lampadaires miroitent dans mes pupilles brillantes. J'ai peur, je suis malheureuse, je suis inconsciente. Je commence à penser que je devrais rentrer chez moi, mais où suis-je déjà ? Il fait chaud, je souhaiterais finir nue dans cette rue. Je m'évente du plat de ma main aux ongles soigneusement manucurés. Son souvenir est encore présent dans ma tête. Ses baisers, ses caresses, sa peau tiède et rèche. Soupir. Je n'aurais pas dû boire. Je veux juste que mes nuits soient douces, que je puisse tourner la page et passer à autre chose. Mais comment faire fonctionner toute la machine quand il manque une pièce ? Il est parti avec... Il est parti avec. Mon regard fixe intensément un graffiti sur le mur. Un joli tag en coréen que je serais incapable de lire tellement je suis stone. Créature fragile et en morceaux, ce n'est qu'une belle plastique que je fais errer dans les rues de Séoul. A l'intérieur, tout est vide, tout est mort. Et elle court, elle court la maladie de l'amour.

Son visage reste ancré dans ma mémoire. J'aime quand il sourit. J'aime quand il me fait des câlins, et quand il dit que je cuisine bien. Je cligne des yeux. Je m'enfonce seule dans cette illusion de la vie parfaite que j'ai pu avoir avec lui. Et puis, progressivement, une voix extérieure s'incruste dans mon rêve. Une voix qui m'est familière, mais tout autant étrangère. Eclair de lucidité, je tourne brusquement ma tête vers le garçon qui s'approche de moi. Quoi, encore un dragueur ? Je grimace, embêtée par sa simple présence. Il se présente, cherchant à instaurer un dialogue de confiance avec moi. Je le reconnais, et même avec son nom, je ne parviens pas à me souvenir de lui. Une horreur. Il approche sa main. Je tressaute et recule. Je ne veux pas qu'il me touche, je ne veux pas qu'il me prenne en pitié. La sueur coule doucement de mon front qu'il s'empresse de toucher. Je reste immobile, crispée, coinçant une plainte entre mes lèvres pincées et mes dents serrées. Pourquoi est-il ici ? Pourquoi lui ? Je ne comprends pas tout ce qu'il me dit, je crois être beaucoup trop ivre pour être lucide. Je titube en secouant vivement ma tête, imposant une résistance honnête avec lui. Il cherche à me faire quitter ma ruelle sombre et désolée que j'ai appris à aimer. "Non je veux pas ! Laisse-moiiii !" Je trépigne à même le sol, les joues rouges et les larmes aux yeux. Je ne veux pas partir. Je ne veux pas décuver. Je ne veux pas aller mieux. Je suis trop malheureuse et l'alcool est mon unique refuge. Et peu importe ce qu'il peut m'arriver dans les rues mal fréquentées de Séoul, j'ai déjà donné mon âme au diable. "J'ai besoin de p-personne p-pour rentrer ch-chez moi d'abord !" Et j'agite ma main sur le côté, comme pour indiquer qu'ici, c'est chez moi. Hongdae, c'est chez moi. Ce qui est vrai puisque je vis à quelques pâtés de maison de ma position. Mais je suis comme un ordinateur avec un écran bleu: en mode sans-échec. Et l'alcool a pris les commandes de ma cervelle étriquée.


◊◊◊

    Poupée de cire.

    It was a big big world, but we thought we were bigger Pushing each other to the limits, we were learning quicker By eleven smoking herb and drinking burning liquor Never rich so we were out to make that steady figure ⠇7 YEARS, LUKAS GRAHAM
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message  Sujet: Re: whatever it takes ♞ #meeja     

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
whatever it takes ♞ #meeja
 Sujets similaires
-
» The winner takes it all
» TAKE SOME QUAKER OATS
» THE OAS TAKES FURTHER STEPS TO SUPPORT 2010 ELECTIONS IN HAITI
» BIRTHDAY Ϟ Madness takes it's toll.
» It takes a lot to surprise me ► 26/06 - 14:44


 ::  :: Hongdae
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: