▲ up▼ down
[flashback] Back home - DakHwa



 
HEP POTO, tu veux devenir un king de la roulette ? No prob, viens jouer à la Roulette juste ici !
LIPSTICK CHATEAU WINE BIT COOOOLOR ♪ La voilà, la famosa MAJ d'automne qu'on attendait tous !
VIENS PAR ICI, c'est tout plein de douceur et de caramel just for u ♥️
Wingardium Leviosa ! un peu de rêve et de magie, ça te tente ? viens vite T'INSCRIRE A L'ECOLE DES SORCIERS ♥️
NOUVEAUTÉS SUR HM ! Découvre les défis et nos semaines à thème : keur:
Tu entends ces hurlements, tous les soirs ?? what sors chasseur, pars à la chasse de Arcana la sorcière à mettre sur le bûcher !


Partagez | 
avatar
Invité
Invité

Message(#) Sujet: [flashback] Back home - DakHwa Dim 5 Nov - 0:22


Dear Friend.
DakHwa.

Tenue ☽  
« C’est quoi ton adresse pouilleux ? J’ai trouvé de nouveaux produits géniaux, j’suis sûr que les manger ça te rappellera pleins de souvenirs de fou ! ;) »

Jae Hwa relisait ce message en se félicitant. Il avait réussit à berner son meilleur ami une fois de plus. Il était assez doué dans l’art des blagues, et Dak Ho en avait parfois fait les frais, pour le plus grand plaisir du jeune homme qui se régalait de le piéger. Mais cette fois-ci, il était probablement au summum de ses taquineries : il allait se ramener chez Dak Ho après un an sans le voir. Il avait finalement décidé de rentrer en Corée. Les Etats Unis, ce n’était pas la même chose depuis qu’il était parti laissant l’appartement terriblement vide. Jae Hwa avait bien ressenti cette absence, et malgré tout, son moral en avait pâti.

On lui avait fait la remarque : il souriait moins, et il était moins avenant, ce à quoi le coréen répondait que c’était parce que l’hiver était en train de s’installer et qu’il n’aimait pas le froid. Quand il s’agissait d’une jolie fille, il rajoutait « surtout quand je n’ai personne pour me réchauffer », accompagné d’un clin d’œil charmeur qui les faisait rougir. Mais il avait très vite décidé de faire ses clics et ses clacs et de partir pour la Corée. Il n’aurait jamais pensé qu’un jour, quelqu’un pourrait autant lui manquer, et encore moi qu’il allait rentrer pour une personne. C’était pourtant une réalité, Dak Ho lui manquait réellement, et il n’avait plus envie de continuer quelque part où tout le lui rappelait.

Il passa un coup de fil à sa mère qui ne pu retenir des larmes de joie. Depuis son départ pour les Etats-Unis, elle n’avait jamais revu son fils, il n’était jamais rentré. Il ne l’appelait que rarement, et il ne parlait plus à son père qui s’était jusqu’au bout opposé à sa décision. Néanmoins, l’annonce de son retour ne sembla pas le laisser de marbre, puisque sa mère annonça le retour de son enfant, et son père lança « bienvenue à la maison mon fils. » Jae Hwa mentirait s’il disait qu’il n’avait pas souri en entendant ça. Il avait même versé une larme, ému que son père attende son retour.

Il foula le sol coréen avec une sorte d’appréhension, tout en étant une véritable boule d’excitation. Il balaya la salle du regard, espérant trouver quelqu’un qui lui était familier, et c’est là qu’il le vit : son père souriant, toujours vêtu de ce costard montrant qu’il sortait tout juste du travail, même si c’était un samedi. Jae Hwa récupéra sa valise, et malgré ses vingt-deux ans, il fondit dans les bras de son père, ne pouvant retenir son émotion, et vida toutes les larmes de son corps, heureux de revoir cet homme qui l’avait détestait durant son séjour aux Etats-Unis.

« Tu sais papa, j’ai entamé des études de journalisme. » Sanglota le garçon.

« Je sais Jae Hwa. J’ai toujours été fier de toi. »

Ses paroles étaient si tendre qu’elles touchèrent le cœur du fils qui serra un peu plus le vieil homme dans ses bras. C’était peut-être la plus belle façon de rentrer en Corée. Il était enfin chez lui, il n’était plus seul. Jae Hwa ne supportait pas la solitude. Elle avait un petit quelque chose qui l’effrayait, malgré lui.

Il ne resta pas longtemps chez lui. Après avoir salué sa mère, raconté brièvement ce qui était arrivé, il entra l’adresse indiqué par Dak Ho dans le gps de son téléphone, et s’élança à travers Séoul à la recherche de la fameuse résidence, demandant tous les dix mètres son chemin, ayant un sens de l’orientation aussi développé que celui d’une poule. C’était un véritable malheur dans sa vie de tous les jours, car il se rallongeait régulièrement le chemin de plusieurs dizaines de minutes, comme ce fut le cas à ce moment précis, alors qu’on lui indiquait qu’il marchait complètement à l’opposé de sa destination. Ça semblait échapper à cet inconnu qu’il fut possible de faire une telle erreur en ayant un GPS, mais ça n’étonna pas Jae Hwa pour autant.

Il sentait son cœur gonfler d’excitation à chaque pas, et il lui semblait que le temps ne voulait s’écouler à mesure qu’il s’approchait. Il allait trop lentement à son goût. Il aurait voulu se téléporter devant l’appartement, et se tenir tout sourire face à Dak Ho, ou peut-être caché par quelqu’un qui accepterait de jouer le jeu.

Après avoir acheté une boîte de chocolat assez grande pour cacher son visage, il reprit sa route, et fini par tourner dans la rue de son meilleur ami. Il s’arrêta un instant, ne pouvant contenir l’excitation qui grandissait à mesure qu’il approchait. Il essaya de se calmer, et monta les escaliers quatre à quatre avant de sonner, la boîte devant son visage. Il essayait de se retenir de pouffer de rire, et attendit avec impatience que la porte ne s’ouvre.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

Message(#) Sujet: Re: [flashback] Back home - DakHwa Mer 22 Nov - 10:49


Dear Friend.
DakHwa.


« Qui est-ce que tu appelles pouilleux baka what choqué et déçu tu devrais connaître mon adresse par cœur :(( »

La semaine avait été éreintante, bien plus qu'à l'accoutumé. Dak Ho, feignant et irrégulier avait été mis à l'amande et son éditrice s'était faite taper sur les doigts ; autant dire que son poulain avait pris cher par la suite. Femme de travail, reconnu pour son boulot efficace avait en horreur les réprimandes. Et elle refusait de prendre les leçons de moral à sa place. Alors quand elle était sortie de sa conférence avec le grand patron, Dak Ho en avait prit lui aussi pour son grade. Même s'ils se disputaient souvent, le cadet respectait la madame infiniment. Elle était d'ailleurs la seule capable de se venter d'avoir plus ou moins contrôlé le garçon, puisqu'elle n'avait pas été la première et que ses prédécesseurs avaient tous abandonné leur poste. Incapable de tenir les délais ou la réputation de l'écrivain. Alors, tandis qu'elle lui avait montrer avec détermination l'immense colère et déception, l'auteur avait promis de rendre ses derniers chapitres dimanche ; il avait même promis la rédaction d'une nouvelle mercredi pour se faire pardonne des lecteurs, de la maison d'édition ainsi que de sa partenaire. Et il avait tenu promise. Tout avait été remis. Sans aucune exception. Bien que cela avait entraîné une suite de nuit blanche et un dopage au café intensif.

Le résultat était tout de même là, malgré les cernes et la fatigue. Tout avait été fait, et Dak Ho possédait ainsi quelques jours de répit dont il avait déjà commencé à profiter. Son programme était simple, très simple. Ses journées devaient se résumer à dormir et manger, mais beaucoup plus à dormir. Que ce soit dans son lit ou étalé comme une larve sur son canapé. La télé en fond ((et encore)) s'il s'endort avant d'appuyer sur le bouton, celle-ci reste éteinte et dans le cas contraire ; elle ne couvre pas ses ronflements.

À peine habillé depuis une semaine, seule l'eau et un boxer le couvre tout au long des jours. Il se lève, se douche, se recouche. Saute parfois le repas, puis parfois non. Le but de la manœuvre et de retrouver le sommeil perdu, d'effacer les cernes et même si celles-ci commencent à s'estomper, elles sont toujours là. Juste un peu moins noires. Ce qui est déjà pas mal en soit.
Aujourd'hui n'est pas une exception à la règle ; il n'y a pas cours et Halsey n'a pas prévu de venir. Elle lui laisse son week-end, alors même qu'elle n'a pas débarqué depuis jeudi ; où il a rendu son travail. Conciliante du boulot fourni et de la fatigue accumulée. Alors Dak Ho, telle une loque traîne dans l'appartement. Le bruit du silence ne le dérange pas quand il écrit, mais dans ces journées où il n'a rien à faire, la présence de son meilleur ami lui manque. Aux Etats-Unis, Ja et Julian étaient ceux qui hantaient ses pensées, à présent en Corée où il a pu les retrouver, c'est Jae Hwa qui lui manquait. Ce garçon avait qui il avait passé un an, pratiquement collé à lui.

Ça changeait une vie de vivre en parfaite harmonie avec quelqu'un et de perdre ça du jour au lendemain. Dak Ho ne pouvait pas dire que la situation ne lui faisait rien, bien au contraire. Il en avait été cruellement affecté, mais le retour en Corée avait été nécessaire, il ne supportait plus la distance avec Ja. Et à présent, il ne supportait pas celle avec le journaliste. Alors, chaque message de son ami était telle une bénédiction. Et même fatigué, Dak ne pouvait passer à côté. Alors allonger sur le canapé, à moitié somnolant, l'écrivain portant son portable à son visage avant d'y répondre puis de le poser sur son ventre. Il ne put dire si ce dernier avait répondu à son tour car il avait sombrer dans un sommeil réparateur. Mal positionné, mais endormi comme un bébé.

Il se réveilla en sursaut quand la sonnette retentit dans l'appartement. Les cheveux en batailles et la tête encore un peu dans les vapes, le jeune étudiant se rendit à la porte d'entrée, l'ouvrant sans prendre la peine de regarder. De toute façon, l'enfant était loin, très loin d'être méfiant. Encore à moitié endormi il ne comprit pas réellement le manège de la boite cachée et arqua un sourcil; « Qu'est-ce qu------- » il n'et pas le temps de terminer que ses yeux s'écarquilla à leur maximum. Il n'avait pas besoin d'être lucide pour reconnaître sa silhouette. Il pensa d'abord rêvé, mais il entendait très distinctement la respiration de son aîné et Dak Ho maudissait avec ferveur la boite qui le dissimulait. Ainsi il attrapa ce dernier par la taille, le portant comme un sac à patate et l'emmena à l'intérieur de son chez lui. Qui manquait cruellement de sa dose de Jae Hwa. Pourtant la fatigue et l'excitation de l'avoir près de lui, lui fit perdre l'équilibre tandis que l'auteur marcha sur le tapis ((il se prit un pli comme un enfant qui apprenait à marcher)) et les deux garçons s'étalèrent sur ce dernier dans une chute mémorable. Pourtant le plus jeune ne se releva pas et restait accroché à la taille du plus vieux. Les larmes déjà présentes le long de ses joues. « T'es venu... » annoncer un fait réel était idiot et Dak Ho se sentait bête, mais il en perdait littéralement tout son vocabulaire. « Tu es là depuis quand ? Tu m'as prévenu, je serais venu te chercher !
Qu'est-ce que tu fais ici ? T'es en vacances ?
» et il enchaînait les questions, oubliait même de respirer.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

Message(#) Sujet: Re: [flashback] Back home - DakHwa Ven 2 Fév - 14:24


Dear Friend.
DakHwa.

Tenue ☽  
Il avait été énervé. Il avait maudit Dak Ho de l’avoir abandonné, mais, afin de ne pas trahir cette colère, il s’était contenté de sourire lors de son départ. Il l’avait même encouragé à partir. C’était tellement égoïste de sa part de vouloir le garder pour lui, alors qu’il souffrait d’être loin de sa Corée natale. La différence fondamentale entre les deux garçons résidait dans leur attache. Jae Hwa n’en avait aucune. Il avait haït ses parents, et n’avait jamais aimé la Corée où, bien longtemps, il avait eu l’impression d’étouffer. De vivre dans un pays qui ne lui correspondait pas. Il ne s’était jamais senti coréen. Peut-être parce qu’il avait retrouvé un morceau de cette identité, là-bas aux Etats-Unis, peut-être parce que ce Dak Ho auquel il s’était attaché n’était que la représentation de ses origines. C’était probablement la raison pour laquelle il s’était senti vide lorsqu’il avait vu son meilleur ami franchir la ligne d’embarquement pour retourner en Corée. S’il s’en souvenait bien, il avait passé plusieurs dizaine de minutes au milieu de la foule qui le bousculait afin de rejoindre au dernier moment leur vol, manquant, parfois de peu, de le rater.
Il avait fini par s’asseoir, probablement sonné par le départ de Dak Ho. Il ne s’était pas attendu à ce que cette envie de partir devienne si réelle qu’elle se matérialise sous ses yeux, le laissant seul dans cette immense bâtisse, et surtout pour quelques temps. Sans réussir à comprendre pourquoi, il avait éclaté en sanglots, attirant tous les regards, interloqués vers lui, et, ce n’était qu’à la tombée de la nuit qu’il avait fini par rentrer à ce qui était devenu chez lui, et non plus chez eux.

Il savait qu’il devait agir comme un Hyung pour Dak Ho, et que l’égoïsme n’était pas toléré dans ce genre de cas. Pourtant, il avait rêvé le retenir, il avait pleuré quand il lui avait annoncé qu’il partait pour retourner en Corée. Alors, il avait fini par suivre son instinct : il avait plié bagage lui aussi et avait fini par rentrer au pays, même si l’idée de revoir ses parents était loin de l’enchanter. Avant tout, il avait commencé des études de journalisme, probablement pour amortir le choc de son retour. Sa relation avec son père était électrique, et sa mère était loin de le soutenir dans cette histoire, bien que jamais, elle n’aurait renié son fils unique qu’elle avait tant aimé. C’était dur pour Jae Hwa de savoir que personne ne croyait en lui, qu’il était seul dans son combat pour la gloire. Et Dak Ho avait été une sorte de pilier pendant ses années loin de la Corée. Mais chaque chose fini un jour par éclater, et leur relation avait fini par le faire.

Alors il était là, sur le pallier, caché par une boîte de chocolat, son cœur battant à tout rompre, comme s’il était prêt à bondir hors de sa poitrine. Probablement était-ce plus par pudeur qu’autre chose qu’il avait fini par cacher son visage : après tout, il était à la limite de l’effondrement, à la limite des larmes. Mais, jamais il ne se laisserait aller de nouveau, ravalant tout par fierté, d’autant plus dans une Corée bien trop sévère pour le laisser exprimer ses émotions.
Il avait entendu la porte s’ouvrir, il avait senti l’excitation grandir, et son cœur se gonfler. Un temps, il eut terriblement envie de lui hurler dessus, de lui dire que c’était parfaitement injuste de l’avoir abandonné ainsi, alors qu’il l’avait toujours soutenu pour tout. Et puis, que de toute façon, on ne pouvait pas se débarrasser de lui aussi facilement. Mais rien, rien du tout ne s’échappa d’entre ses lippes qui paraissaient scellées. Trop de choses se bousculaient dans son esprit. D’une part il voulait lui sauter au cou, lui dire à quel point il lui avait manqué, et de l’autre, il voulait lui mettre ce coup de poing qu’il avait retenu et ravalé avec toute sa haine. Mais il n’eut pas plus le temps de réfléchir à ses pensées, puisque déjà, il était soulevé du sol.

Jae Hwa avait beau être le plus vieux des deux, Dak Ho était bien plus grand et bien plus fort, et, le hyung ne paraissait pas moins qu’un enfant aux côtés de son jeune ami.
Il n’opposa aucune résistance, se contentant de tenir fermement la boîte de chocolat, alors que malgré tout, une larme discrète s’échappa de ses yeux humides. Ce fut la seule, et il se contenta d’afficher un sourire radieux, plutôt qu’une expression émue.
Et, rapidement, sans même comprendre comment c’était arrivé, il vit le sol de très près, tapant le front contre le tapis, avant d’éclater de rire. Oui, il avait eu mal, mais sa tête avait rebondi tel un ballon, et il ne pu s’empêcher de rire à gorge déployée. Peut-être y avait-il une forme de nervosité dedans. Cette accumulation de sentiments avait eu raison de lui, et il rit, encore et toujours plus, avant de se retourner sur le dos, malgré la poigne de Dak Ho autour de sa taille.

Jae Hwa s’assit, se débarrassant par la même occasion de l’étreinte de Dak Ho qu’il redressa, pour le mettre à hauteur de son visage, les yeux brillants à force d’avoir ri, et le front rougi par le choc. Depuis combien de temps n’avait-il pas pris un tel fou rire ? A quel point cela pouvait-il lui faire du bien ?

« On va pas discuter allongés par terre. Fin, perso c’est pas trop ce que je préfère. » Lança-t-il, sans contrôler sa voix qui était partie dans les aiguës. Il frappa le front de Dak Ho de la paume de sa main. « Apprends à parler imbécile. Moi pas vouloir ami attardé. »

Et il ria de nouveau, de ce petit rire cristallin qui lui allait à merveilles. Ce côté un peu innocent soulignait cette personnalité taquine qui lui sied parfaitement.

« Je viens pour voir mon nouveau chez moi. Je m’installe en Corée ! Mes parents voulaient que je rentre, et ça s’est arrangé avec papa, alors j’ai pris la décision d’accepter. En plus j’avais rien qui me retenait aux Etats-Unis. »

Non, il était bien trop pudique pour dire qu’il était revenu parce que Dak Ho lui manquait terriblement. Il n’était pas comme ça, lui. Il pouvait très bien montrer physiquement à quel point il aimait quelqu’un, mais jamais avec des mots. En effet, ils avaient une portée importante pour lui, pour une simple raison : son père en avait eu envers lui, qui étaient tellement durs qu’il ne les avait jamais oubliés. Qu’ils avaient explosé en lui comme une bombe au milieu de Los Angeles. Pour lui, dire les choses était terriblement difficile, c’était une épreuve terrible. Mais ça, Dak Ho le savait mieux que personne. Il avait séché ses larmes lorsqu’il avait son père au téléphone, il l’avait redressé lorsque son père s’était pointé un beau jour dans l’appartement des garçons. Dak Ho savait à quel point les mots avaient une portée particulière pour le jeune coréen.

Imbécile, je suis revenu pour toi. Parce que ton absence était bien trop pesante pour moi. Je ne peux plus vivre sans toi. Tu es ce pilier dont j’ai besoin, cette figure qui me rassure et me console. Tu es devenu tout pour moi, Dak Ho. Tu es devenu l’unique chose dont j’ai terriblement besoin aujourd’hui dans ma vie. Tu m’as bousillé Dak Ho, parce que sans toi, je ne sais plus rien faire. Et je ne sais pas pourquoi. Tu m’as abandonné, lâché comme un moins que rien, et pourtant je n’avais qu’une seule envie, revenir te voir, rentrer en Corée le plus rapidement possible, pour revivre ce que nous avions construit ensemble.

« Dit-moi, t’aurais pas un peu grossi toi ? » s’exclama-t-il.

Il aimait taquiner Dak Ho. C’était ce qu’il y avait de plus amusant. Alors, il n’avait pas pu s’en empêcher. Mais, en réalité, il n’avait pas vu Dak Ho depuis bien trop longtemps pour savoir s’il avait grossi ou autre. La seule chose qu’il s’avait, c’est que lui-même avait perdu beaucoup de poids.



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: [flashback] Back home - DakHwa

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
[flashback] Back home - DakHwa
 Sujets similaires
-
» RAVEN&CLAY ∞ « It's time to go back home »
» Come Back Home ! [pv Morwen]
» {Flashback} Back From The Dead [Klaus, Kol & Elijah]
» Our way back home [Grace]
» [n°7] Back Home


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: