we handpicked our softness like a flower arraignment ft sinae



 
HEP POTO, tu veux devenir un king de la roulette ? No prob, viens jouer à la Roulette juste ici !
LATATA IS IN DA PLACE, c'est les bonnes vibes qui te guettent ! <3 Mois de Mai, et on peint du bonheur everywhere.
Go go PAR ICI, BAE
Johnny Hallyday kifferait (a) Go te cramer les miches avec le premier évent catastrophe de HM, c'est ICI


Partagez | 
avatar
AGE : 23 AVATAR : kim kibum - the almighty diva POINTS : 271

NOUS A REJOINT LE : 29/12/2016

MESSAGES : 1286

☮ I'M ON MY OWN
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t2773-kwon-yuuki-yuucherry

Message  Sujet: we handpicked our softness like a flower arraignment ft sinae     Mar 17 Oct - 13:32

we were so happy
and i still wanna go back.
feat sinae
ily
604 mots
Août 2006 – Hawaï.

Yuuki il adorait les vacances. Surtout celle d’été. Parce que son anniversaire tombait toujours pendant celle-ci, normal quand on était né un huit août, et parce qu’il partait toujours avec sa famille. Ses parents bien sûr, et parfois même sa cousine et sa famille. Sa cousine, elle était plus âgée que lui, mais il l’adorait Yuuki, tellement. Et il n’était pas rare quand il était encore petit, quand il avait à peine six ans, qu’il suive la petite fille partout. Comme un poussin. A bientôt douze ans, il ne le faisait plus, même s’il n’avait toujours pas perdu cette habitude de tenir la main de Sinae dès qu’ils devaient aller quelque part. Dans l’avion par exemple, dès le moment où les deux enfants s’étaient retrouvés à l’aéroport d’Incheon, il ne lui avait pas lâché la main, envoyant des grands sourires à toutes les hôtesses qui les trouvaient adorablement mignons ensembles. Sans doute qu’ils l’étaient. On leur demandait même s’ils étaient jumeaux, tant les deux se ressemblaient. Et pourtant, en plissant bien les yeux ont pouvait voir certains détails qui les différenciaient, notamment dans les traits de Yuuki, certains étaient typés japonais, même si vraiment il tenait tout de même plus de son père sans se mentir, tout comme Sinae devait tenir de sa maman, leurs deux parents étant frère et sœur. Mais non ils n’étaient pas jumeaux, juste cousins et très très proches.

Yuuki avait toujours été un bon enfant. Adorable. Et ce naturellement. Il n’était pas de ceux à faire des bêtises, non. C’est pourquoi même à la plage quand les adultes lui disaient de ne pas aller se baigner il n’y allait pas, restant calmement sur le sable à faire des châteaux. Non sans l’aide de Sinae qui comme lui n’avait pas le droit de se baigner avant dix-sept heures. Trop de gens. Trop de monde. Alors les deux petits avaient décidé de construire un très grand château qu’ils habiteraient après, le tout sous le regard de la mère de Yuuki qui lisait un livre tranquillement sous le parasol, commentant leur construction de temps à autres.
« Yuu ? Tu veux vraiment dormir dedans cette nuit ? » Demanda-t-elle d’ailleurs à un moment avec un regard attendri dans un coréen toujours un peu hésitant, mais sans faute. Sa mère était une femme magnifique, à ses yeux, à la longue chevelure noire. Chevelure dans laquelle il aimait passer ses doigts. Chevelure qu’il aurait aimée aussi avoir, mais sa mère n’était pas trop pour, ça donnait chaud. Puis c’était trop féminin. Tant pis. Non pas qu’il avait à se plaindre. Il avait les cheveux qui lui tombaient au niveau de la nuque avec une frange épaisse, et pour qu’il soit tranquille sa cousine lui dégagé le front avec de nombreuses pinces colorées, à son plus grand plaisir. Un sourire aux lèvres, le petit garçon releva la tête, avec un air déterminé au visage face à la question.
« Oui ! Avec Onee-chan, on va camper dehors, dans notre château ! Je serais un prince et Sinae Onee-chan la princesse ! Hein Onee-chan ?
- Sinae, dis-lui qu’il y a des insectes la nuit, il va s’accrocher à toi toute la nuit. Puis c’est dommage, vous avez votre chambre à l’hôtel et on vous avait dit qu’on vous aiderait à construire un fort avec les coussins et les draps … Tant pis j’imagine.
Il n’avait pas conscience du manège de sa mère Yuuki, une moue boudeuse au visage à l’idée de devoir choisir entre leur château et le fort en coussins.
- Je voulais juste voir le coucher de soleil … »




◊◊◊


YOU SAID YOU WOULDN'T FORGET.
i don’t understand i was fine three minutes ago and now everything is crashing around me and the walls of my heart are breaking and oh god i wish my veins were too ∞ 12:24 a.m.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AGE : 26 AVATAR : kim taeyeon (snsd). POINTS : 47

NOUS A REJOINT LE : 20/09/2016

MESSAGES : 3307

❀ FLOWERS IN HER HAIR
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t430-yeon-sin-ae-yeonae#6571

Message  Sujet: Re: we handpicked our softness like a flower arraignment ft sinae     Lun 30 Oct - 1:42

we were so happy
and i still wanna go back.
feat bb yuuki
love you too  
636 mots
Août 2006 – Hawaï.

Sin Ae a quatorze ans. Sin Ae elle est petite, mais elle est aussi grande désormais. Elle change, ses cheveux sont plus longs. Elle grandit et s’est rendue compte que ce n’est pas forcément grâce à la soupe qu’elle boit tous les soirs. Sa poitrine pousse et elle ne comprend pas tout le sens de ces nouveautés. Son visage s’affine lentement, elle est plus jolie qu’auparavant. Elle a pris un peu de poids, suffisamment pour ne plus porter les vêtements trop grands pour elle, ceux qui dissimulaient son corps squelettique. Sin Ae c’est une jolie petite adolescente à en devenir, mais elle garde perpétuellement son âme de fillette. Parfois, il lui arrive de se faire des petites couettes parce qu’elle trouve ça mignon, comme coiffure. Souvent, elle joue au chat perché et au loup touché parce que c’est rigolo et qu’il faut s’amuser dans la vie. Toujours, elle revient à la maison avec ses vêtements tachés de boue et ses genoux écorchés, parce qu’elle a voulu se cacher dans les buissons au cache-cache. Elle est comme ça Sin Ae, une demoiselle pleine de surprises, drôlement ingénue, qui souhaite continuellement garder les souvenirs d’une enfance qui se termine. Des souvenirs, elle en aurait aussi de ce voyage qu’elle faisait avec la famille japonaise. Avec sa tante qu’elle ne comprend pas toujours, mais accompagnée de son cousin qui l’aime, et qu’elle aime aussi, mieux que quiconque aujourd’hui.

Des projets, un anniversaire qu’était celui de Yuuki, et les voilà qui avaient tous trouvé un bon prétexte pour s’exiler sur le sol Hawaiien, terres fabuleuses, île merveilleuse dont elle n’avait connu jusque-là que des paysages sur cartes postales. C’était les vacances et Sin Ae, à son retour en Corée du Sud, supplierait sans doute son père d’y retourner l’été d’après, et ce, encore accompagnée de son cousin favori. Des jeunes gens inséparables, que l’on prenait souvent pour se faux jumeaux tant ils se ressemblaient physiquement, et même parfois mentalement. Et lorsqu’on demandait à Sin Ae si Yuuki était son frère, elle souriait énigmatiquement avant de rétorquer qu’elle aurait bien aimé en avoir un comme lui.

Elle avait attaché de jolies barrettes dans les cheveux de son cadet pour ne pas qu’il soit gêné par ses longues mèches soyeuses. Tous les deux s’étaient mis en tête de construire un château extraordinaire, dans lequel ils habiteraient le temps de quelques heures tout au plus. « Oui, c’est notre château, il est à nous en plus ! Mais moi je préfère être une Reine, parce que les Reines, c’est encore plus grand que les princesses ! » Une effronterie passagère, et la ravissante petite brune rigolait allègrement, dans toute l’innocence de ses jeunes années. « Et puis Kiki tu pourras être le Roi ! Notre château on va l’appeler le château du bonheur ! » Mais rapidement, l’idée déchanta la plus âgée des trois personnages et Sin Ae se mît à penser très fort, réfléchir à quelque chose qui leur plairait à tous.

Bien soudainement, une illumination, une trouvaille amusante, un bon compromis qui elle était sûre, allait arranger tout le monde. « Anyio otouto, ne t’en fais pas, j’ai une idée ! On va construire un autre mini château de sable pour les crabes, comme ça ils auront une maison pour dormir cette nuit ! Après on se baigne et on regarde le soleil se coucher et puis encore après, et bah on va faire le fort dans la chambre ! » Forcément que ça allait lui plaire, c’était tout un programme qu’elle avait élaboré là. « Tata, tu pourras retourner à l’hôtel si tu veux, moi je peux rester sur la plage avec kiki Yuuki ! D’accord ? » Et son visage s’illuminait d’un adorable sourire, sans doute plus beau encore que le coucher de soleil qu’ils allaient bientôt pouvoir observer.






◊◊◊



maux doux

charles baudelaire en tremble © aubrée la mieux:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AGE : 23 AVATAR : kim kibum - the almighty diva POINTS : 271

NOUS A REJOINT LE : 29/12/2016

MESSAGES : 1286

☮ I'M ON MY OWN
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t2773-kwon-yuuki-yuucherry

Message  Sujet: Re: we handpicked our softness like a flower arraignment ft sinae     Mar 5 Déc - 20:08

we were so happy
and i still wanna go back.
feat sinae
ily
604 mots
Août 2006 – Hawaï.

Douze ans. Douze ans et dans le fond de ses yeux quelque chose de différent, pas encore là. Pas encore compris, pas encore prêt à détruire cet équilibre familiale qu’il pensait éternel. Douze ans et encore un grand sourire ses lèvres, sa main dans celle de Sinae. Sa petite main dans la sienne. Chaleur et l’idée de passer un bon moment ensemble. Comme toujours. L’idée de s’amuser, de profiter. Un anniversaire. Le sien. Il allait avoir douze ans. Ce voyage était un cadeau. Ses parents n’avaient jamais lésiné pour lui faire plaisir. Particulièrement sa mère. Elle était tellement fière. Elle ne cessait de lui rappelait à quel point elle était fière de son petit garçon. Fière de lui. Au point de lui offrir un voyage à Hawaii, d’emmener une partie de sa famille, Sinae sans même cligner des yeux. Ils étaient proches. Assez pour faire de nombreux aller-retour entre le Japon et la Corée pour se voir. Quand ce n’était pas Yuuki qui se perdait dans les dédales coréens d’une ville à découvrir, sa main toujours dans celle de Sinae, c’était lui qui l’emmenait découvrir Tokyo, se perdre dans les temples, ou encore aller visiter les forêts aux alentours. Inséparables. Proches. Adorablement proches, avec leurs sourires identiques qu’on se plaisait à les comparer. Jumeaux. Encore récemment les hôtesses de l’air l’avaient fait, leur laissant des sourires doux aux lèvres et les joues rosies de plaisir à être comparé ainsi.

De jolis barrettes dans ses cheveux pour empêcher sa vision d’être encombrée, il n’avait pas vu la grimace de sa mère face à ça, Yuuki plus occupé à rire avec Sinae, à l’intérieur de leur grand château qui ne cessait de s’agrandir sous leurs idées grandiloquentes. On était passé d’un petit château avec quatre tours à quasiment tout un domaine comme sa mère leur avait fait remarqué au début entre deux rire, son roman un instant oublié. Et dans l’excitation enfantine de faire de faire le plus beau château qu’il soit, ils avaient continué des heures durant leur création, n’hésitant pas à courir jusqu’à la mer, seaux en main dans des piaillements aigus, n’hésitant pas à creuser encore et encore, quitte à perdre des affaires au passage, jusqu’à la question de sa mère, sa tendre mère, alors que l’après midi était déjà bien entamée. Dormir dedans ? Bien sûr qu’il le voulait. Il se voulait prince, et Sinae serait la belle princesse des lieux. « Oui, c’est notre château, il est à nous en plus ! Mais moi je préfère être une reine, parce que les reines, c’est encore plus grand que les princesses ! Et puis Kiki tu pourras être le roi ! Notre château on va l’appeler le château du bonheur !
- On vivra dedans toute la vie ! La plage sera notre royaume ! »
Il n’avait pu s’empêcher de renchérir, peu conscient du manège de sa mère qui leur rappelait le fort promis dans le confort et la sécurité de l’hôtel, bien peu encline à l’idée de laisser les deux jeunes dormir dehors sur une plage sans protection ou presque, c’était celle de l’hôtel certes, pendant une nuit.

« Anyio Otouto, ne t’en fais pas, j’ai une idée ! On va construire un autre mini château de sable pour les crabes, comme ça ils auront une maison pour dormir cette nuit ! Après on se baigne et on regarde le soleil se coucher et puis encore après, et bah on va faire le fort dans la chambre !
- Un château pour les crabes … D’accord ! Tant qu’on voit le coucher de soleil, tout va bien !
- Tata, tu pourras retourner à l’hôtel si tu veux, moi je peux rester sur la plage avec Kiki Yuuki ! D’accord ?
- D’accord. Attendez cinq heures pour allez vous baigner. Je verrai avec ton père Yuu, pour qu’on vous amène quelque chose à manger. Profitez bien, mais pas de bêtise. »
Un baiser sur chacun de leur front et elle s’éloignait, son sac à l’épaule, répondant aux signes des enfants. Jusqu’à ce qu’ils se retrouvent à deux dans leur château, un sourire doux aux lèvres de Yuuki rien qu’à l’idée de pouvoir passer du temps avec sa cousine.

« Tu as les cheveux tellement longs Sissi ! Commenta-t-il ne pouvant s’empêcher de glisser ses doigts dans ses cheveux. – J’aimerais bien aussi, mais Mama dit que c’est féminin. Pourtant les samurais les avaient longs tu sais. » Sourire. Moue boudeuse et il attrapait un des seaux avant de se relever, une main tendue vers la plus âgé. « Allez ma reine, créons la demeure de nos sujets les crabes ! »





◊◊◊


YOU SAID YOU WOULDN'T FORGET.
i don’t understand i was fine three minutes ago and now everything is crashing around me and the walls of my heart are breaking and oh god i wish my veins were too ∞ 12:24 a.m.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AGE : 26 AVATAR : kim taeyeon (snsd). POINTS : 47

NOUS A REJOINT LE : 20/09/2016

MESSAGES : 3307

❀ FLOWERS IN HER HAIR
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t430-yeon-sin-ae-yeonae#6571

Message  Sujet: Re: we handpicked our softness like a flower arraignment ft sinae     Sam 27 Jan - 23:39

we were so happy
and i still wanna go back.
feat bb yuuki
love you too  
636 mots
Août 2006 – Hawaï.

L’innocence se mêlait à l’excitation. Les rires des deux enfants joignaient la mélodieuse harmonie que provoquaient les vagues du sol hawaïen. Et ils étaient là, des êtres purs, dotés d’une candeur infinie, presque trop belle pour être vraie. Ils s’aimaient, ils s’adoraient peut-être même trop si bien qu’on désespérait toujours pour les séparer. On tentait, on échouait. Alors on les laissait. Et ceux qui osaient tenter le coup finissaient sourds, ou alors, des larmes coulaient. Celles des cousins. Celles des j u m e a u x. Ils jouaient, et à eux deux, de par leur simple présence, ils parvenaient à créer un tableau passionnant. Une esquisse intrigante mais totalement merveilleuse. Ils s’amusaient à se pousser, à continuer de construire le royaume sur lequel ils règneraient, puis se provoquaient au gré de la houle maritime. Évidemment, c’était pour plaisanter.

Ils ne tenaient pas forcément compte des propos de tante kwon. Quand Yuuki souriait, Sin Ae souriait aussi. Quand Sin Ae rigolait, Yuuki rigolait aussi. « tu penses ? wahouuuu, il faudra ramener de la nourriture alors parce qu’on risque d’avoir faim ! et des meubles aussi parce que le sable, ça colle beaucoup » tant qu’ils y étaient. ce qu’il y avait de bien avec les enfants, c’est qu’ils détenaient tous un cerveau remarquable, et ils laissaient voguer leur imagination incroyable à leur guise, sans se soucier des conséquences. de toute façon c’était bien connu, les petits trouvaient toujours de bons compromis. et dans le cas de yuuki et sa cousine, la bonne balance entre la réalité et la rêverie. mais bon, sinae elle se serait bien vue habiter avec le fils kwon pour le reste de sa vie, elle l’aimait tendrement, ce garçon. Il était sa famille.

« kiki, on pourra même prendre des photos ! comme ça, on fera un album des nos vacances ! » et ils ne garderaient pas seulement quelques traces éphémères de cet été-là, ils le rendrait indélébile grâce à des images merveilleuses. Des images qui montreraient leur bonheur extraordinaire. Des photos qui plus tard, leur évoquerait un tas de souvenirs bienheureux dont ils rigoleraient allègrement.

« merci tata, je vais bien m’occuper de yuuki, tu peux compter sur moi. ne t’inquiète pas trop surtout ! » Des grands signes de la main et quelques secondes plus tard, elle disparaissait de l’horizon. Oui Sin ae allait bien s’occuper de son cousin. Elle l’avait toujours fait, d’ailleurs. Et même si la fillette en avait eu l’entière responsabilité à partir du moment où sa tante était partie, elle ne ressentait aucune peur. Juste de la joie, le bonheur d’être avec lui, la satisfaction qu’on lui fasse confiance.

Sin ae se laissa faire. « kekeke je sais, mais quand il y a des nœuds, ça fait parfois très mal. » elle voyait son visage se couvrir un instant. « c’est normal que ta maman te dise ce qu’il faut que tu fasses yuuki ! mais tu vas voir, quand elle verra qu’on peut veiller l’un sur l’autre et que tu es un grand garçon, je suis sûre qu’elle changera d’avis ! » élan généreux, moment rassurant, elle le prit un instant dans ses bras. Sin ae avait toujours bien aimé les démonstrations d’affection. Son rire s’envola allègrement dans les airs et la brunette accepta la main tendue de son adorable cousin. « il faut que le château soit près de l’eau sinon ils ne pourront pas survivre longtemps ! » et la coréenne s’envola en direction de l’écume échouée sur la plage, entraînant son yuuki à sa suite.






◊◊◊



maux doux

charles baudelaire en tremble © aubrée la mieux:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AGE : 23 AVATAR : kim kibum - the almighty diva POINTS : 271

NOUS A REJOINT LE : 29/12/2016

MESSAGES : 1286

☮ I'M ON MY OWN
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t2773-kwon-yuuki-yuucherry

Message  Sujet: Re: we handpicked our softness like a flower arraignment ft sinae     Dim 6 Mai - 18:33

we were so happy
and i still wanna go back.
feat sinae
ily
819 mots
Août 2006 – Hawaï.

Ils auraient pu être jumeaux. Ils auraient du être jumeaux. Leurs mains à jamais liées, leurs sourires identiques, leurs rires en échos. Ils avaient tout pour être ensemble et cette affection entre eux à jamais infinie. Celle que leurs parents avaient condamnée un peu au début. Craignant le pire, les remarques des autres à voir les enfants ensemble, si proche. Puis force avait été de constater que les séparer ne fonctionnerait pas. Cris et hurlements, larmes et sanglots, mieux valait les laisser ensemble. Alors on les avait laissé, le tableau adorable, des explications quand le côté conservateur asiatique venait mettre son nez dans l’histoire sous le visage d’un proche, d’un voisin, d’un collègue. On racontait qu’ils avaient été élevés ensemble, comme des frères et sœurs. Et soudainement les regards se faisaient tendre sur eux, le tabou oublié. On arrêtait de vouloir les séparer. Tableau d’innocence ils se couraient après dans le sable leur rire résonnant avec l’écho des vagues. Tableau d’innocence les mains plein de sable à vouloir construire un royaume qui serait le leur. Désir d’enfants qui exprimait pourtant cette liberté qu’ils avaient au fond d’eux. Liberté qu’ils ne comprenaient pas encore, l’exprimant sans la concevoir réellement.

La plage serait leur jusqu’au coucher du soleil. Voilà la promesse que sa mère s’était allée à leur faire, conscient que les yeux de crocodile de Sinae et Yuuki se rempliraient bien vite de larmes s’ils n’étaient pas amenés à rester un peu plus longtemps sur la plage. Un peu plus longtemps ensemble. Juste eux deux et le monde à portée de main. Rien qu’à eux. « Tu penses ? Wahouuuu, il faudra ramener de la nourriture alors parce qu’on risque d’avoir faim ! Et des meubles aussi parce que le sable, ça colle beaucoup. » Hochement de tête tandis qu’ils commençaient la création de leur royaume, Sinae apportant une touche de réalisme avec des détails que Yuuki n’aurait même pas imaginé. « Il faudra aussi des peluches … Une douche aussi … Ah et une grande baignoire ! Comme ça on pourra nager avec les poissons et les crabes ! » Sourire. Et le rire de sa tendre mère en écho, tandis qu’elle leur cédait tout, conscient qu’elle serait toujours vaincue par l’imagination des deux cousins. Et sa main qui se portait dans les cheveux de son fils, les ébouriffant tendrement malgré ses grimaces de protestation. Douce protestation. « Kiki, on pourra même prendre des photos ! Comme ça, on fera un album des nos vacances !
- Oh oui, maman s’il te plait, tu peux ramener le polaroid ? Il faut faire plein de photos ! »
Hochement de tête de la part de celle-ci et elle s’éloignait non sans avoir laissé un baiser sur leur front à tous les deux, des remerciements à Sinae pour prendre soin de son cousin. Et il avait suffit qu’elle disparaisse vers l’hôtel pour que les doigts de Yuuki finisse dans la chevelure de Sinae, une moue boudeuse au visage l’envie d’avoir les cheveux aussi longs que sa cousine. « C’est normal que ta maman te dise ce qu’il faut que tu fasses Yuuki ! Mais tu vas voir, quand elle verra qu’on peut veiller l’un sur l’autre et que tu es un grand garçon, je suis sûre qu’elle changera d’avis ! » Moue boudeuse qui se dissipe comme la neige au soleil, tandis que les paroles autant que la douce étreinte de sa cousine le réconfortait. Assez pour qu’il ne pense plus à cette crise que sa mère lui avait fait quand il avait annoncé qu’il se laissait pousser les cheveux. Assez pour oublier cette hystérie étrange qui l’avait prise et qui avait laissé Yuuki en pleurs quelques jours avant le départ.

Dans l’idée de se changer les idées, ses désarrois déjà lointain, il s’était relevé, seau en main, bien décidé à finir son château, sa main tendue vers sa tendre cousine. « Il faut que le château soit près de l’eau sinon ils ne pourront pas survivre longtemps ! » À peine le temps d’hocher la tête et elle était partie l’entrainant à sa suite, le rire de Yuuki se perdant dans le bruit de la mer. Et c’était souriant qu’ils construisaient leur château de sable, se courant après, reculant quand la mer venait leur lécher les pieds. Moment enfantin et pourtant éternel dans leur mémoire. Jusqu’à ce que les deux épuisés se posent sur le sable, à côté de leur bâtisse ensablée, leur regard vers le soleil qui se tintait de son manteau rouge prêt à aller se coucher. « Ah … Je voudrais tellement que tu vives avec moi Sissi. » Aveu léger dans la bouche d’un enfant. Mais vraiment il aurait voulu que Sinae soit tous les jours à ses côtés, figure de sœur, de jumelle même si leurs âges différaient.  « Tu crois que tu pourrais passer la fin des vacances à Kyôto avec moi ? »





◊◊◊


YOU SAID YOU WOULDN'T FORGET.
i don’t understand i was fine three minutes ago and now everything is crashing around me and the walls of my heart are breaking and oh god i wish my veins were too ∞ 12:24 a.m.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message  Sujet: Re: we handpicked our softness like a flower arraignment ft sinae     

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
we handpicked our softness like a flower arraignment ft sinae


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: