▲ up▼ down
home is just a state of mind — ft yong iseul



 
HEP POTO, tu veux devenir un king de la roulette ? No prob, viens jouer à la Roulette juste ici !
Choco-cococo-co ! ON EST CHAUD CHOCOLAT, LA FAMILIA. Rendez-vous
ICI pour faire péter les news plus fresh que TRIPLE H ! ♥️
Splash dans ta face, tu connais le jeu ? Cours vite te fendre la poire SUR UNE MÉGA BATAILLE D'EAU ♥️
ALLONS-Y ALONZO POUR MISS ET MISTER PLAYA 2018 ! Par ici la bleusaille !


Partagez | 
avatar
AGE : 20 AVATAR : Bae Su Ji (Suzy - Miss A) aka petit boudin perfection T'es moche :) POINTS : 234

NOUS A REJOINT LE : 05/08/2016

MESSAGES : 6951

‹ 365 SO FRESH ☽ MELTED PRESIDENT ›
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t178-park-bo-ra-boraday

Message  Sujet: home is just a state of mind — ft yong iseul     Mar 22 Aoû - 21:56

Home Is Just a state of mind
FEAT YONG ISEUL
Elle remballe son bloc-notes et son gros livre, fourre-tout pêle-mêle dans son sac. Faut qu’elle s’en aille rapidement, elle étouffe. L’atmosphère de cette classe est devenue trop oppressante. L’heure précédente, c’était un vrai supplice. Elle pouvait pas écouter la voir du prof, ça devant qu’un bourdonnement à ses oreilles, un son sourd, angoissant. Alors dès l’annonce de la fin du cours, Bora se presse de tout ranger, et elle quitte la salle avant même l’enseignant. On la regarde vaguement partir, la journée n’est pas terminée. Ils ont tous le mot « pourquoi » greffé aux lèvres. Elle ignore tout, elle veut sortir, retrouver la clarté de l’extérieur. Ça fait deux heures que ses pensées repassent, encore et encore, le sms qu’elle a reçu de sa belle-mère la veille au soir. Elle veut la voir. Ils veulent la voir précise en fait le message. Son père et elle. C’est certain, elle a dû lire l’article écrit par Hansol, la jeune fille en est persuadée. Il n’est pas si rare qu’ils demandent à la rencontrer, c’est un petit rituel habituel, répété tous les six mois en général. En l’occurrence, ça fait presque un an qu’elle n’avait reçu aucune sollicitation – depuis que son père avait cessé de lui verser sa mensuelle « pension ». Alors forcément, ce brusque retour à la réalité la perturbe. Les évènements s’enchainent trop vite pour ne pas laisser envisager un lien entre eux. Bora a peur. Après la découverte du papier – bien qu’anonyme - qu’Hansol a publié à son sujet, elle n’a cessé de prier pour qu’il ne tombe pas entre les mains du couple. Que diront-ils s’il s’agit bien de ça ? On l’a trop souvent menacé de l’envoyer à l’étranger à la moindre vague, et la sentence l’effraie à l’en rendre malade. Elle veut pas partir. Elle peut pas partir. Pas quand elle a enfin trouvé des gens à chérir ici.  

L’air clair de l’extérieur parvient plus ou moins à la calmer. Elle cherche le courage de se raisonner. Si ça se trouve, c’est rien qu’un dîner de convenance. Ça sera pas la première fois que son père souhaite la revoir, et passe par sa femme pour le lui faire savoir. Peut-être qu’après dix mois, il s’inquiète de savoir ce qu’elle devient ? La jeune présidente trouve un certain réconfort dans cette explication, et son anxiété s’apaise légèrement. Ses pas la mènent le long d’une avenue fort fréquentée. C’est un après-midi ensoleillé, il fait chaud. Très chaud. Bora sait pas quoi faire. Elle devrait être en cours. Elle pense un instant à appeler quelqu’un, mais qui ? Elle n’est pas certaine d’avoir envie de parler. Ja ou Inseong ne comprendraient pas son silence si les appelait pour chercher du réconfort. Elle veut pas en parler, mettre des mots sur ces craintes ne ferait que les rendre encore plus réelles. Bientôt, un lieu particulier s’impose dans son esprit. La librairie. Elle n’a qu’à aller se poser dans une allée, choisir un roman, et faire semblant d’être quelqu’un d’autre jusqu’à ce que son cœur ne s’allège un peu. Résolue, soulagée par cette idée, elle prend le chemin de sa boutique habituelle.

La cloche tinte quand elle passe le pas de la porte. Elle pénètre dans l’atmosphère feutrée du magasin. Cet endroit a le don de la calmer. Elle aime la vision des livre, le silence respectueux du lieu. A petit pas, elle file vers le rayon qui l’intéresse, et s’apprête à bifurquer dans celui-ci quand elle manque de rentrer dans un jeune homme qui en sort justement. Elle le reconnait sans peine, et laisse un sourire fendre son visage blème. « Iseul oppa ! Salut ! »





◊◊◊



god helps anyone who
disrespected the queen


han ja ruining my life through years:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AGE : 24 AVATAR : Jooheon POINTS : 0

NOUS A REJOINT LE : 12/08/2017

MESSAGES : 215

♟I STUDY MADNESS
Voir le profil de l'utilisateur

Message  Sujet: Re: home is just a state of mind — ft yong iseul     Mer 23 Aoû - 18:22


HOME IS JUST A STATE OF MIND
  ft. Park Bo Ra   



«  I always found it quite strange and scary that everyone is in their own little worlds, with their own thoughts that you'll never know about. - SS.  »

Iseul étouffa un bâillement, essuyant les larmes qui perlèrent d'un rapide geste, se cachant derrière un rayon, espérant que ce satané patron ne l'ait pas remarqu-
« Aieuh. » Lae jeune libraire se frotta l'arrière du crâne, fusillant du regard le petit vieux, qui lui répondit d'un haussement d'épaule, essuyant sa canne avec laquelle il venait de lae frapper.
« Cela t'apprendra à oser bailler devant les clients ».

Iseul ravala une remarque cinglante, se contentant d'ouvrir les bras devant lui, montrant le manque de clients, non moins remarquable quand on prenait l'heure en compte. Iseul esquiva habilement la deuxième frappe, s'éloignant de son patron avant qu'il ne décide d'essayer une troisième fois, prenant une pile de livres qui traînait là, allant les ranger, se donnant une bonne excuse pour s'éloigner pour de bon du vieillard. Iseul l'entendit pester et repartir près de la porte de la librairie. Iel se reteint de lui faire une grimace, sachant très bien que les caméras étaient braquées sur lui, à défaut de toute autre personne présente, et que le vieux gardait un regard très, trop, vigilant sur le tableau de bord. Quand la sonnette prévenant qu'un client entrait dans la librairie sonna enfin, Iseul souffla de soulagement. S'il n'y avait pas assez de clients pendant la journée, Iseul finissait souvent sa journée avec un sermons du patron, soi disant c'était de sa faute si les clients ne venaient plus. Suspicieux, Iseul avait fini par aller fouiner du côté des carnets de comptes ; son instinct avait eu raison, le libraire n'avait jamais vraiment eu beaucoup de clients, et au contraire, depuis la venue de Iseul, leur nombre croissait, lentement, mais sûrement. Au grand dam de Iseul d'ailleurs, puisque la plupart des nouveaux clients venaient par curiosité, voir le jeune libraire aux cheveux rouges que le patron avait pris sous son aile. Iseul avait été par ailleurs ébahi, la première fois qu'une flopée de jeunes adolescentes vinrent dans la libraire, ou devant la vitrine, juste pour glousser à chaque fois qu'iel posait les yeux sur elles, essayant de toucher ses cheveux quand iel venait ranger les livres. Le patron avait du finir par les sermonner, utilisant l'excuse qu'Iseul ne pouvait en aucun faire du bon travail si elles continuaient à l'embêter ainsi, la raison première étant qu'il avait bien vu qu'Iseul allait finir par les sortir de la librairie à coups de livres. Iseul avait bien entendu essayer de convaincre le patron de lui laisser garder ses casquettes pour travailler, afin d'éviter tout autre troupeau de minettes. Après plusieurs menaces de mettre le feu à ses « foutues casquettes immondes », Iseul finit par abandonner l'idée.

Perdu dans ses pensées, Iseul tournait à l'angle d'un rayon, les mains remplies de livres, quand quelqu'un d'autre s’engouffrât dans le dit rayon, l'obligeant à s'arrêter alors tout juste avant que la petite silhouette ne lui rentre dedans. D'un simple geste habile de la main, la pile de livre se rééquilibra contre son torse, évitant la catastrophe. Malgré tout, un bref et petit sourire se forma sur ses lèvres ayant vite reconnu la jeune femme face à lui.

« Iseul Oppa ! Salut ! »  Iseul haussa un sourcil, jetant un rapide coup d’œil à sa montre. C'était bien la première fois que la jeune femme venait à une telle heure à la librairie. Son regard scanna rapidement le visage de Bora. Elle était blême, son sourire ne défaisant pas la ride au milieu de ses sourcils. Une mauvaise remarque d'un professeur peut-être ? Une dispute avec son copain ? Ou avec une amie ? Scrutant un peu plus longtemps son visage, Iseul décida que ce n'était pas ses oignons, et connaissant la jeune fille, elle avait du venir ici pour se changer les idées : c'était la principale raison de ses venues. Ça et venir l'empêcher de travailler correctement. Iseul ne lui en tenait pas rigueur, sa venue était toujours la bienvenue.

« Tu ne devrais pas être en cours normalement à cette heure-ci ? » Iseul la contourna, étendant un bras au-dessus de Bora pour ranger certains livres de sa pile. Iseul rencontra son regard furtivement, une lumière moqueuse dans le sien. « C'est une librairie ici, pas l'école buissonnière. »  

(c) made by panic!attack


◊◊◊

Is this damnation?
Or a beginning? I'll take "B"  So when you see a monster next, always remember this. Do not fear the thing before you. Fear the thing that created it instead. Nikita Gill
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AGE : 20 AVATAR : Bae Su Ji (Suzy - Miss A) aka petit boudin perfection T'es moche :) POINTS : 234

NOUS A REJOINT LE : 05/08/2016

MESSAGES : 6951

‹ 365 SO FRESH ☽ MELTED PRESIDENT ›
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t178-park-bo-ra-boraday

Message  Sujet: Re: home is just a state of mind — ft yong iseul     Dim 24 Sep - 19:40

Home Is Just a state of mind
FEAT YONG ISEUL
Elle l’aime cet endroit. Sans trop savoir pourquoi. C’est juste… son calme, son ambiance. Ici chacun respecte la solitude de l’autre. Elle peut se plonger dans un roman, sans qu’on ne vienne la déloger. C’est de ça que Bora a besoin, une bulle de sérénité que personne ne viendra éclater. Elle salut le patron de la boutique qui lui adresse un bon sourire. Elle vient souvent ici, il la connait un peu. Il sait que si elle passe des heures à bouquiner à même les lattes du plancher, elle ressort toujours un livre en main, dument payé. Alors il tolère. Songeuse, elle divague un instant dans les allées jusqu’au rayon des romans, quand dans son trouble elle n’anticipe pas l’apparition d’Iseul et manque de lui rentrer dedans. Elle ne s’attendait pas à le voir ici, pas à cette heure. La jeune femme n’a pas encore fait l’effort de retenir ses jours d’astreinte. Trop de chose à penser, trop d’inquiétudes à surpasser. Elle le salue avec enthousiasme et grimace lorsqu’il regarde la montre à son poignet. Il ne va pas s’y mettre, lui aussi ? Il la dévisage, et elle se renfrogne. Elle sait qu’elle a mauvaise mine. Les vacances au soleil avec Inseong n’y auront rien fait. Elle est blanche, elle est hirsute. Comme d’habitude. Sa nouvelle coupe courte parvient malgré tout à lui donner un semblant d’air soigné. Disons, sophistiqué. C’est presque fascinant de remarquer à quel point elle peut rester jolie malgré ses lèvres blêmes et ses cheveux en bataille.

Il pose la question qui fâche, et elle lève les yeux au plafond, excédée. De quoi se mêle-t-il ? Boudeuse, elle croise les bras sur sa poitrine, rentrant la tête dans ses épaules quand il se tend au-dessus d’elle pour replacer un livre. D’humeur impertinente, Bora chipe presque immédiatement l’ouvrage qu’il vient de ranger pour l’ouvrir à une feuille au hasard. « J’avais pas cours. » hasarde-t-elle en feuilletant une à une les pages granuleuses, laissant son doigts parcourir les lignes inconnus. « Ou peut-être que si. Mais j’ai pas envie d’y aller. C’est pas la grande forme aujourd’hui. » Glissant le roman entre son bras et son flanc, elle en sélectionna un autre, le plus épais de la rangée, et fit quelques pas pour se laisser tomber sur le plancher. « Et toi tu ne devrais pas plutôt bosser au lieu d’enquiquiner les clientes ? » Ironise-t-elle en désignant d’un regard espiègle le comptoir du patron. « Il est toujours aussi sévère ? » Cette fois elle reprend un peu de sérieux, vraiment concernée. « C’est une librairie ici Oppa, pas un salon de thé. » Elle imite une voix masculine en écartant une mèche sombre qui vient barrer son regard. Puis elle se penche vers le second livre pour étudier la quatrième de couverture. « Qu’est-ce que je devrais lire à ton avis ? Celui-ci a l’air bien, quoi qu’un peu ardue pas vrai ? Peut-être que l’autre sera plus facile ? Je suis d’humeur paresseuse. » Elle est surtout d’humeur à ne pas penser. Ne. Surtout. Pas. Réfléchir. Elle veut de la facilité, beaucoup de douceur, un peu de velours dans les mots, de l’amour pourquoi pas. Quelque chose qui lui inspirerait une belle histoire, qui la rendrait guillerette. C’est ce qu’elle aime la Melted, les histoires qui roulent sur la langue aussi facilement d’une pastille au caramel. Celles qui lui font dire que peut-être, elle aussi, elle peut être heureuse. C’est son fuel, son carburant d’optimisme. Oh bien sûr, Inseong lui donne aussi ce petit goût de douceur, mais après leur dispute du mois dernier, elle sent bien qu’il y a quelque chose à reconstruire. Et parfois, fuir les défis lui semblent plus aisé. Ce matin en tout cas, elle a besoin de faire l’autruche pour ne pas paniquer. « ça va toi ? Quoi de neuf ? »






◊◊◊



god helps anyone who
disrespected the queen


han ja ruining my life through years:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AGE : 24 AVATAR : Jooheon POINTS : 0

NOUS A REJOINT LE : 12/08/2017

MESSAGES : 215

♟I STUDY MADNESS
Voir le profil de l'utilisateur

Message  Sujet: Re: home is just a state of mind — ft yong iseul     Ven 6 Oct - 18:22


HOME IS JUST A STATE OF MIND
  ft. Park Bo Ra   



«  I always found it quite strange and scary that everyone is in their own little worlds, with their own thoughts that you'll never know about. - SS.  »

Iseul pinça les lèvres mais ne dit rien quand elle prit le livre qu'il venait à peine de poser sur l'étagère. Et il ne dit rien non plus quand elle commença à cherche des excuses pour faire l'école buissonnière dans son lieu de travail. Il continua à ranger ses livres, suivant les mouvements de Bora du coin de l'oeil, surtout pour voir où elle allait s'asseoir pour ne pas finir par lui marcher dessus. Il haussa les épaules face à sa remarque, et hocha la tête à sa question. Il espéra qu'elle ne prenne pas la mouche face à son manque de réaction, mais il était concentré sur son rangement, ses yeux commençant déjà à fatiguer à lire les différentes police de caractère et différentes tailles de lettres au dos des livres.
« Qu'est ce que je devrais lire à ton avis ? Celui-ci à l'air bien, quoi qu'un peu ardu pas vrai ? Peut-être que l'autre sera plus facile ? Je suis d'humeur paresseuse. »
Iseul haussa un sourcil face à cette remarque. D'habitude, la jeune fille ne reculait pas face à un pavé, au contraire, on aurait dit qu'elle prenait un malin plaisir à choisir ses livres plus en fonction du poids qu'à l'histoire même. Encore une fois, il ravala ses remarques, comprenant bien que Bora n'aimerait pas qu'il commence à la questionner sur ce qui aurait pu se passer pour la faire devenir aussi paresseuse, même en matière de livres. Sans mots dire, il se contenta de choisir quelques livres dans les étagères autour de lui, avant de les faire tomber entre les jambes croisées de la jeune fille, se baissant tout de même un peu, pour que les livres ne la blesse pas dans leur chute.
« Ça va toi ? Quoi de neuf ? »
Retraçant sa journée dans sa tête, Iseul se mit à parler, tout en tournant autour de la jeune fille, rangeant ses livres, lui en tendant un de temps à autres.
« Honnêtement pas grand chose. Le vieux est effectivement toujours aussi sévère, pour ne pas dire chiant. Je venais à peine de mettre un pied dans la librairie, qu'il me gueulait déjà dessus ce matin. Tout ça parce que j'avais pas enlevé ma casquette assez vite à son goût. »
Il jeta un coup d'oeil par dessus son épaule, espérant que le vieux en question ne l'avait pas entendu. Ce faisant, il repéra sur une étagère un livre, qui au vue de la poussière le recouvrant, n'avait pas été bougé depuis longtemps. Il tendit le bras, son corps se penchant dans un angle un peu bizarre, au dessus de la tête de Bora, pour l'attraper. Tout en gardant cette position, se retenant d'une main sur l'autre étagère, il lit la quatrième de couverture en chuchotant, assez fort tout de même pour que Bora puisse l'entendre.
« Une jeune femme de vingt-cinq ans perd la voix à la suite d'un chagrin d'amour, revient malgré elle chez sa mère, figure fantasque vivant avec un cochon apprivoisé, et découvre ses dons insoupçonnés dans l'art de rendre les gens heureux en cuisinant pour eux des plats médités et préparés comme une prière. 
Rinco cueille des grenades juchée sur un arbre, visite un champ de navets enfouis sous la neige, et invente pour ses convives des plats uniques qui se préparent et se dégustent dans la lenteur en réveillant leurs émotions enfouies. »

Penchant la tête vers elle, tout en gardant sa position un peu bizarre, il lui tendit le livre, le posant directement sur la pile qu'il avait crée au fur et à mesure.
« ça devrait te plaire ça non ? »
Il se redressa et reprit son rangement, laissant la jeune femme parcourir un peu le livre. En fait, il avait déjà lu ce livre, et il lui avait vraiment plu, le mettant même de bonne humeur alors qu'il avait été d'une humeur massacrante depuis plusieurs jours. Une lecture simple, mais pleine d'optimisme, qui devrait faire du bien à cette jeune femme au visage blême, et surtout triste en cette journée. Il attendit alors patiemment la décision de Bora.   

(c) made by panic!attack


◊◊◊

Is this damnation?
Or a beginning? I'll take "B"  So when you see a monster next, always remember this. Do not fear the thing before you. Fear the thing that created it instead. Nikita Gill
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AGE : 20 AVATAR : Bae Su Ji (Suzy - Miss A) aka petit boudin perfection T'es moche :) POINTS : 234

NOUS A REJOINT LE : 05/08/2016

MESSAGES : 6951

‹ 365 SO FRESH ☽ MELTED PRESIDENT ›
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t178-park-bo-ra-boraday

Message  Sujet: Re: home is just a state of mind — ft yong iseul     Mer 18 Oct - 12:30

Home Is Just a state of mind
FEAT YONG ISEUL
Adossée à l’étagère, elle prend une série de longue inspiration. Parfois, Bora se dit qu’elle devrait se mettre au yoga pour gérer son anxiété. Elle est cependant loin d’en avoir le temps. A son grand damne. En tailleur sur le sol, sa ses doigts blancs glissent dans sa chevelure écourtée. Même après un mois, elle a encore du mal à s’habituer à l’absence de ses longues boucles. La sensation vacuité dans son dos la fascine autant qu’elle ne la déstabilise. Couper ses cheveux était un acte d’engagement, une sorte de promesse faite à elle-même, une manière de palper son courage. Après sa dispute avec son copain au mois de juillet, les remises en question ont été nombreuses, notamment sur sa capacité à accorder sa confiance. La honte éprouvée de l’avoir accusé sans réflexion l’a conduite à réaliser qu’elle a réellement un problème de foi. Passer sa vie à croire que les gens la blesseront n’est pas viable. Alors quand le coiffeur lui a dit qu’une coupe courte lui irait bien, elle a sauté le pas, sans réfléchir. Elle a cru en lui, consciemment aveuglément. Comme un entrainement, un rappel perpétuel qu’il peut arriver des choses agréables quand on accepte sans préjugés. Elle ne le regrette pas. C’est une expérience plaisante, de changer. Une manière de distorde la perception qu’on a de soi. Elle se sent plus assurée depuis.

Elle écarte une mèche enquiquinante de son front et pose ses yeux sur le livre qu’elle tient entre les mains. La sensation du carton de la couverture sous ses doigts l’apaise un peu. Comme l’odeur de papier neuf de la boutique, et le rayon de soleil qui filtre depuis la vitrine, pour réchauffer son bras. Iseul s’est approché, il dépose quelques livres entre ses jambes, l’air nonchalant. Est-ce qu’il est contrarié d’être complice de son absence en cours ? Un petit rictus écarte ses lèvres mordillées. Elle a l’air de le gêné, il enchaine les allées et venues dans le rayon, et Bora est posée au milieu, ignorant volontairement qu’elle l’empêche d’accéder aux étagères. Il explique que son patron est toujours autant sur son dos, strict et sévère. La petite brune s’en amuse en tournant les pages du livre. Elle parcourt la préface à la hâte, lit en diagonale le prologue, avant de le refermer et d’en prendre un autre parmi ceux que son ami lui a donné. Elle veut comparer avant de faire son choix. L’ombre d’Iseul s’abat sur elle quand il se penche au-dessus de son corps pour saisir un livre. Par réflexe, elle rentre sa tête dans ses épaules, comme s’il allait lui tomber dessus d’un moment à un autre. Toujours tordu, il entreprend de lire le résumé. Bora lève un œil vers lui, s’imprégnant de sa lecture. Quand il termine, elle tend une main nonchalante en sa direction, mais il l’évite et pose le livre sur la pile entre ses genoux. « Yaaah. Tu commences à connaitre mon goût pour les histoires absurdes, tu l'as déjà lu ? » Elle s’empare de l’ouvrage et le retourne pour lire le titre. Le Restaurant de l’amour retrouvé. Pourquoi pas après tout. Faudra bien qu’elle se décide. La brune ouvre le roman et entreprend de lire les premières lignes, séduite par la rédaction rien qu’à la première page. « Ok je vais lire celui-ci. » Sa voix est un murmure quand elle se plonge dans le récit. Lire la rend sérieuse, faisant oublier son impertinence précédente. « Je t’aiderai à ranger les livres après, t’en fais pas » Ajoute-t-elle en désignant la pile devant elle. « Je peux rester lire ici un petit peu ? J’achèterais le roman en partant, promis ! »






◊◊◊



god helps anyone who
disrespected the queen


han ja ruining my life through years:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AGE : 24 AVATAR : Jooheon POINTS : 0

NOUS A REJOINT LE : 12/08/2017

MESSAGES : 215

♟I STUDY MADNESS
Voir le profil de l'utilisateur

Message  Sujet: Re: home is just a state of mind — ft yong iseul     Mar 24 Oct - 20:40


HOME IS JUST A STATE OF MIND
  ft. Park Bo Ra   



«  I always found it quite strange and scary that everyone is in their own little worlds, with their own thoughts that you'll never know about. - SS.  »

« Ok je vais lire celui-ci. » Iseul n'essaya pas de réprimer son petit sourire. Il avait su dés le départ qu'il avait vu juste, mais cela faisait toujours plaisir d'avoir quelqu'un qui acceptait une recommandation venant de lui.
« Je t'aiderai à ranger les livres après t'en fais pas. » Il fit la sourde oreille cette fois, continuant à ranger ceux qu'il avait sur son chariot.
« Je peux rester lire ici un petit peu ? J'achèterais le roman en partant, promis ! » Ça, il n'en doutait pas. Et puis, c'était bien une des rares clientes que le proprio laissait s'asseoir sur le sol pour lire. Parce que justement, elle ne manquait jamais d'acheter le livre qu'elle avait élu. Il hocha la tête, lui faisant un petit sourire, avant de continuer son rangement. Arrivé à la fin de la pile du chariot, il retourna auprès de Bora, et, sourd à ses protestations, repris tous les livres qu'elle avait entre ses jambes croisées, et entreprit de les remettre à leur place, intimant Bora de rester assises sur ses fesses et lire son livre tranquillement.A près tout, il était payé pour ça.
Au bout d'un moment, il l'abandonna, seule dans le rayon, pour s'occuper de la caisse, gardant pourtant un œil sur l'écran des caméras. Il ne savait pas trop pourquoi, mais cette jeune fille avait le don de réveiller de vieux élans protecteur en lui, ce qu'il avait pourtant cru impossible depuis bien des années. Et pourtant, le voilà qu'il était à couver la jeune femme du regard, la regardant tourner avidement les pages du livre, le nez un petit trop près de ces dites pages. Jetant un rapide coup d'oeil, Iseul décida qu'il avait bien quelques minutes face à lui. Il jeta un regard inquisiteur à son boss, qui hocha presque imperceptiblement le menton, comme si cela lui pesé d'accepter. Iseul savait trop bien que non. Le propriétaire avait lui aussi une corde sensible pour la jeune femme, qui était une des rares à venir discuter avec lui, de la pluie et du beau temps, ou des derniers livres qu'elle avait lu et apprécié. Puis c'était tout de même une de ses meilleures clientes. A lui non plus, l'air triste et fatigué, n'avait pas échappé.
Iseul sorti de la boutique, attrapant la cloche entre ses doigts avant qu'elle ne tinte, ne voulant pas attirer l'attention vers lui, puis se dirigea vers le café le plus proche de la boutique. Un des rares qu'Iseul affectionné, pour son calme, et ses tables individuelles, coincées dans des coins et recoins dans lesquels personne ne venait vous importuner, et où les serveurs étaient aimables et silencieux. Tout ce qu'Iseul demandait quand il entrait dans un café.
Il fit un petit signe de tête au serveur qui le connaissait bien, et qui s'avança à pas feutrés vers lui.
« Comme d'habitude ? »
Iseul secoua la tête, surprenant le serveur.
« Ce n'est pas pour moi. Auriez-vous une boisson.....douce et....réconfortante ? »
Iseul aurait pu jurer que les sourcils du serveur avait atteint le rebord de ses cheveux. Mais, et c'est bien pour ça qu'Iseul appréciait ce serveur : il ne fit aucun commentaire, et s'éclipsa rapidement derrière le comptoir, choisissant déjà les ustensiles pour créer la boisson qui, Iseul n'en avait aucun doute, connaissant les dons du serveur, devrait redonner un petit peu de couleurs à la jeune femme qui était rentré avec son visage blême, presque méconnaissable, dans la boutique.
La boisson fut prête en un temps record. Le serveur y ajouta même quelques marshmallows sur le dessus, qui commencèrent déjà à fondre. Le parfum était fort mais doux à la fois, embaumant déjà la pièce. Le serveur lui fit un clin d’œil.
« Avec ça, elle devrait avoir du baume au cœur, et même une réserve pour la suite de la semaine. »
« Merci beaucoup. »
Iseul arrêta sa main qui sortait le porte feuille de sa poche arrière de jean en voyant que le serveur secouait la tête.
« Cadeau. »
Iseul aurait discuté un autre jour. Mais il avait une âme en peine qu'il attendait. Il discuterait un autre jour. Il remercia chaudement le serveur, et retourna dans la boutique, s'avançant dans l'allée où se trouvait la jeune femme. Il toqua sur le bois d'une étagère, comme il toquerait à la porte d'une chambre, attendant qu'elle lève les yeux vers lui. Il tendit alors la boisson, toujours sans un mot. Bora la pris entre ses mains, son expression perdue, comme s'il venait de la tirer d'un rêve. Il ricana doucement.
« Ça se boit. »
Et sur ce, retourna à son rangement.   

(c) made by panic!attack

◊◊◊

Is this damnation?
Or a beginning? I'll take "B"  So when you see a monster next, always remember this. Do not fear the thing before you. Fear the thing that created it instead. Nikita Gill
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AGE : 20 AVATAR : Bae Su Ji (Suzy - Miss A) aka petit boudin perfection T'es moche :) POINTS : 234

NOUS A REJOINT LE : 05/08/2016

MESSAGES : 6951

‹ 365 SO FRESH ☽ MELTED PRESIDENT ›
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t178-park-bo-ra-boraday

Message  Sujet: Re: home is just a state of mind — ft yong iseul     Sam 11 Nov - 23:57

Home Is Just a state of mind
FEAT YONG ISEUL
C’est toujours un plaisir de lire ici. Un petit coin de tranquillité à l’atmosphère poussiéreuse. L’odeur de papier neuf et la clarté de la boutique lui plaisent tant. Elle se sent apaisée ici, c’est son coin secret. Cet endroit à elle qu’elle n’a encore jamais partagé, à personne. Parce que ce monde ci, c’est le sien, celui qui lui permet de fuir la réalité parfois trop crue, parfois trop douloureuse. Personne ne doit y rentrer. Ici c’est comme… de l’autre côté du miroir. Deux dimensions qui se touchent et qui ne doivent pas se croiser. Iseul fait partie de ce monde parallèle. Et il s’avère aussi têtu qu’elle, reprenant malgré sa proposition les livres entre ses genoux. Il les range sans un mot à leur place, alors que Bora se tortille en guise de protestation. Son travail achevé, il disparait de nouveau, pour ne pas revenir. Elle se concentre sur son livre, en tailleur sur le parquet. Ses épaules tressaillent d’inconfort à la pression aigue de l’étagère dans son échine. Qu’importe, elle ne bougera pas. C’est ici qu’elle veut être. Là où pendant quelques heures, rien ne pourra l’atteindre.

Les premières pages sont englouties avec l’appétit habituel de la jeune femme. Mais après un chapitre, elle perd en vigueur, recommence à penser. Son cerveau se réactive, niant l’intérêt qu’elle essaye de porter aux lignes pour revenir inlassablement à ce fichu SMS, à ce téléphone qui demeure en silencieux dans sa poche. Pourquoi ? Pourquoi si soudainement ? Après un an ? A nouveau son palpitant s’est emballé, il percute ses côtes sourdement. Bora relève les yeux de son livre et colle son crâne à l’étagère, la respiration soudain sifflante. Même ici elle peut pas s’empêcher d’avoir peur. Suffoquée par la puissance du sentiment, elle serre la couverture du livre entre ses doigts, cherchant du réconfort dans le carton vernis. Elle déteste ça. Cette sensation, elle la connait trop bien. Elle est à leur merci. Comme si d’un claquement de doigt, ils pouvaient tout faire éclater. Son petit bonheur actuel, envolé. Son maigre équilibre, bousillé. Pour la première fois, elle aime trop sa vie, elle ne veut pas que ça se termine. C’était trop court, y a encore trop de chose qu’elle veut faire, expérimenter. Y a encore trop de gens qu’elle veut aimer. Alors elle les hait, eux et l’influence qu’ils ont, le pouvoir qu’ils possèdent.

Chaos dans sa tête, ses yeux n’agrippent plus les mots. Ils glissent sur sa rétine et viennent mourir dans le néant. L’espace d’un instant, la panique est si saisissante que sa main glisse d’elle-même vers son téléphone. Elle se prend l’envie oppressante d’appeler Inseong, ou même Ja. Yuta peut-être ? Quelqu’un qui peut la prendre dans ses bras, lui taper le dos, lui dire que ça ira. Quelqu’un avec qui elle se sentira en sécurité, même si c’est virtuel. Un choc, des phalanges sur le bois la tirèrent de ses tergiversations. Elle lève des yeux immenses, écarquillé par la détresse, vers Iseul. Il est revenu, patiente au bout du rayon comme s’il attendait qu’elle l’invite à entrer dans sa chambre. Leurs regards se croisent, et il lui tend un gobelet fumant. Elle hésite, il insiste. Elle le prend. C’est bouillant, et la vapeur embaume le chocolat. Surprise, Bora fixe à nouveau ses pupilles noires sur le jeune libraire. « Merci mais… eh attend, pourquoi ? » Il s’est déjà éloigné, elle hausse la voix pour le faire revenir. « Iseuul oppa ? Yah t’en vas pas sans me répondre. J’peux pas accepter ça. Dis moi combien je te dois ? »






◊◊◊



god helps anyone who
disrespected the queen


han ja ruining my life through years:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AGE : 24 AVATAR : Jooheon POINTS : 0

NOUS A REJOINT LE : 12/08/2017

MESSAGES : 215

♟I STUDY MADNESS
Voir le profil de l'utilisateur

Message  Sujet: Re: home is just a state of mind — ft yong iseul     Dim 3 Déc - 12:59


HOME IS JUST A STATE OF MIND
  ft. Park Bo Ra   



«  I always found it quite strange and scary that everyone is in their own little worlds, with their own thoughts that you'll never know about. - SS.  »

Iseul se retint de rire face à la première réaction de Bora, puis ne put retenir le roulement de ses yeux face à la deuxième. Il revint vers elle, les bras croisés. Et planta ses yeux noirs dans ceux de Bora. Il y lut le malaise grandissant de la jeune femme. Mais surtout, il y lut un certain malheur, un questionnement qui n'avait rien à voir avec la surprise qu'il venait de lui faire. Et pire encore, il vit comme une annonce d'une crise d'angoisse, d'une peur presque pas humaine, d'un doute qui vous assaille pour ne plus jamais vous lâcher. Il les connaissait bien ces sentiments, combien de fois les avait-ils vu dans son propre regard, à travers son reflet dans une vitre, une vitrine ou même son propre miroir.
« Tu me dois rien du tout. C'est un cadeau. Comprendre : offert par la maison. Comprendre : t'as rien à dire, juste à déguster tranquillement. Et pour répondre au pourquoi, j'ai qu'une envie c'est de te présenter devant un miroir. Tu devrais voir la tête que tu tires depuis que tu es rentrée. C'est écrit dessus que tu vas pas super bien. »
Iseul se gratta l'arrière du crâne. Il n'avait jamais été très doué pour parler, encore moins pour faire des discours, et encore pire quand il s'agit de faire des discours pour essayer de remonter le moral des troupes.
« Le barista qui a fait ta boisson est doué pour réchauffer autant le corps que les cœurs avec ses boissons. Je me suis dit que ça te ferais du bien. Donc boit. Fais attention à pas en mettre sur le livre par contre. »
Mal à l'aise malgré lui, Iseul se pencha vers la jeune femme, et lui tapota, très maladroitement, le haut de la tête, avant d'enlever sa main vite fait, jetant un rapide coup d'oeil sur le crâne de la jeune femme, comme s'il avait peur de lui avoir fait mal avec ce petit geste.
« Je ne sais pas ce qui t'es arrivée, mais si c'est un problème avec quelqu'un qui t'embête, dis un nom, et j'irai m'occuper de lui pendant mon temps libre. Crois moi, quand j'en aurai fini avec lui, il regrettera d'être né...Si ce sont des problèmes de cœur...bois. Tu verras. »
Iseul tenta un sourire attendrissant, mais su, sans avoir besoin de se regarder dans le miroir, que cela devait plus ressembler à une grimace de dégoût. Très vite, il enleva le sourire de son visage, espérant que ses yeux noirs arrivent à transmettre toute la gentillesse dont il pouvait faire preuve, même si c'était autant que ce qu'un requin pouvait faire preuve avant de dévorer sa victime. Soupirant intérieurement, il secoua à nouveau la tête, mais cette fois, plus pour lui que pour la jeune femme, avant de lui faire un dernier hochement de la tête.
« Bois. »
Puis, sur une dernière hésitation, il tapota une nouvelle fois la tête de la jeune femme, avant de s'en aller, passant sa main dans ses cheveux en soupirant, se dépêchant d'aller s'affairer autre part, avant de se donner un peu plus en spectacle, se retenant de faire un doigt à son supérieur qu'il le regardait d'un air goguenard, riant sous cape. Lui tournant le dos, il ne vit pas le gérant se lever de la où il était assis, pour se placer dans l'allée où était assise la jeune femme, juste le temps de lui faire un petit clin d'oeil, ricanant en pointant du doigt le dos du jeune homme, se rasseyant, avant que le dit jeune homme puisse l'apercevoir se moquer de lui.   

(c) made by panic!attack

◊◊◊

Is this damnation?
Or a beginning? I'll take "B"  So when you see a monster next, always remember this. Do not fear the thing before you. Fear the thing that created it instead. Nikita Gill
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AGE : 20 AVATAR : Bae Su Ji (Suzy - Miss A) aka petit boudin perfection T'es moche :) POINTS : 234

NOUS A REJOINT LE : 05/08/2016

MESSAGES : 6951

‹ 365 SO FRESH ☽ MELTED PRESIDENT ›
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t178-park-bo-ra-boraday

Message  Sujet: Re: home is just a state of mind — ft yong iseul     Dim 10 Déc - 11:45

Home Is Just a state of mind
FEAT YONG ISEUL
Ils se toisent un instant, lui sévère, elle contrite. Elle aime pas les cadeaux. Enfin, si bien sûr, elle aime qu’on lui en fasse, mais y a toujours un goût sous-jacent de gêne, parce qu’elle a ce besoin immédiat de rendre la pareille. Plus gênant encore, Bora ne sait jamais comment réagir lorsque cela vient d’une personne dont elle n’est pas si proche. Avec certaines personnes, elle a appris à se détendre et à accepter, en gardant en tête que les occasions de leur rendre seront multiples. Puis la surprise de se voir offrir une boisson de la part d’Iseul ne manque pas bien sûr de la rendre d’autant plus embarrassée. Elle balbutie un instant, ne sachant que répondre à sa remarque. Ça se voit tant que ça qu’elle est dévastée intérieurement ? Une vague de honte vient teindre ses joues de cramoisie. « Désolée. » Elle s’excuse sans raison, simplement parce que c’est le premier mot qui lui vient. Je suis désolée d’être une gêne, d’attirer l’inquiétude sur moi. Elle baisse les yeux sur le chocolat chaud qui lui brûle déjà les doigts, et le fait tourner entre ses mains pour soulager son épiderme échauffé. Un silence s’appose, bientôt brisé par Iseul qui reprend, expliquant l’origine de la boisson. Poliment, la jeune fille porte le gobelet à ses lèvres en en prélève une gorgée, ignorant la morsure bouillante du liquide sur sa langue. Le goût sucré et savoureux la détend un peu. Il a raison le libraire, c’est réconfortant. Et même si d’ordinaire elle est plus tournée vers le café, elle n’en apprécie pas moins le chocolat. « Merci, c’est gentil. Désolée de t’avoir inquiété au point que tu fasses ça pour moi. » Sa voix est rauque, comme si elle n’avait pas parlé depuis longtemps. Elle repose la boisson à côté d’elle pour lui laisser le temps de refroidir. « Je ferais attention promis, tu sais que c’est un drame pour moi d’abimer un livre. » Qu’elle rétorque à sa mise en garde, caressant farouchement la couverture de l’ouvrage.

Elle sursaute lorsqu’elle sent une grande main tapoter le sommet de son crâne. Figée un instant, son visage se colore de plus belle, définitivement surprise par l’attention du jeune vendeur d’ordinaire bien réservé. Il promet de la venger de ce qui la tourmente, et elle rit franchement. « Ahah, personne ne m’embête. Personne contre qui on peut quelque chose en tout cas. T’en fais pas pour moi, c’est pas des problèmes de cœur non plus. On va dire que… C’est plutôt familial. » Bora hasarde une explication, et à l’ordre d’Iseul, boit une nouvelle gorgée avec précaution. La Melted lui rend son sourire, sincèrement touchée par sa considération. Il l’invite à boire à nouveau, ébouriffe encore un peu ses mèches sombres, avant de s’éclipser à nouveau. La brune a une moue déçue en le voyant s’éloigner. Après lui avoir offert son attention, elle aurait espéré ne pas sembler ingrate et pouvoir échanger encore un peu avec lui. L’hésitation fait trembler ses membres un instant, et elle finit par se lever, le livre dans une main, la tasse dans l’autre. Elle se dirige vers le comptoir et tend le livre au gérant qui la détaille un instant. « Je le prend. » Insiste-t-elle en tendant sa carte bancaire. Il encaisse rapidement alors que la jeune femme cherche du regard Iseul. « Je peux vous l’emprunter un peu ? » Questionne-t-elle en désignant le libraire. « J’t’offre un truc à boire. » Indique-t-elle à l’intention de ce dernier.






◊◊◊



god helps anyone who
disrespected the queen


han ja ruining my life through years:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message  Sujet: Re: home is just a state of mind — ft yong iseul     

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
home is just a state of mind — ft yong iseul
 Sujets similaires
-
» EMPIRE STATE OF MIND. ♆
» DRAMIS + happiness is a state of mind
» The self imposed limitations of the underdeveloped mind.
» DART to Haiti - Words of Thanks to Canadian Head of State
» 01. Losing your mind


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: