_ Juggernaut // JAJUDI #comeback

 

YOOOO, envie de gagner quelques Candy Canes ? Pas de problème, viens jouer à la Roulette de Noël juste ici !
LAST CHRISTMAS, I GAVE YOU MY HEART ~ Le MARCHÉ DE NOËL fait son grand comeback !
V17 de Hundred Miles, omg, t'y crois ? Moi pas...
Et comme la sainte saison des Lindors et des mandarines est enfin arrivée, j'te propose de CHECKER L'ANNONCE
pour voir ce qu'on te réserve ce mois-ci !
Viens gratter quelques cases de notre CALENDRIER DE L'AVENT ! Tous les jeux de la saison sont à découvrir ICI !
ALL I WANT FOR CHRISTMAS IS YOUUUUUU ! Un petit Secret Santa ça te dit ? Pour participer c'est ICI !


Partagez | 
')">
Invité
Invité

Message  Sujet: _ Juggernaut // JAJUDI #comeback     Ven 28 Juil - 2:49

juggernaut
JaxJulian
JA LE PRINCE DE
LA LUNE  & JULIAN
LE MANGE-SOLEIL
Il fait chaud.
Et le Loup aurait préféré manger le Soleil.

Le froid de l'hiver lui semble bien loin. Et pourtant, c'était il y a quelques jours encore. Quelques jours qu'il humait avec inquiétude le gel de décembre qui affaiblissait inlassablement ses chétifs globules blancs. Jusqu'à ce qu'il s'endorme.
Mais le sommeil éternel n'avait pas voulu de lui.

Contre toute attente, Ja, le fleuron et la plus haute distinction sur la longue liste de ses meilleures fréquentations, n'avait pas été le premier averti. Pas forcément volontairement. Et le doute qui planait sur cette supposée tentative de suicide —qui n'en était pas une, le Loup le savait— terrorisait Julian pour leur future entrevue. Oui, ça avait été compliqué avant l'accident; oui, ça aurait très bien pu être ladite autolyse. Mais non, le grand-frère appréciait bien trop l'attrait de la vie, peu importe que les obstacles paraissent infranchissables.
Juggernaut.

Et il espérait simplement que Ja l'eut deviné.





« Bordel! »

Coincé à quelques degrés entre la chaleur du grand été, le thermostat du double four électrique et les trop nombreuses plaques à induction, le Loup se tarde à perdre sa sempiternelle patience alors qu'il éponge à la hâte l'eau de son front. La saison n'est pas propice aux Loups; au moins l'est-elle aux barbecues et autres repas conviviaux entre amis.
La nourriture ralliait les cœurs, du moins pour l'insatiable estomac qu'était Julian, et il voulait que le meilleur de ses amis sache que rien n'avait changé. Et c'est de par le fait qu'il avait convié le président de la Funkimchi à partager quelques grattons et autres vivres, dans un but bien précis dont il s'était gardé de préciser les détails. Une surprise pleine d'impulsivité dont seul le Loup avait le secret; mais il avait confiance en ses talents de cuistot, et le porte-monnaie de ses parents pour garant avait accordé sa bénédiction pour le côté financier de la chose. Ne manquait que l'aspect pratique, et une dégustation dans les règles était l'exercice idéal pour mettre à l'épreuve les quelques idées qui viendraient orner l'ardoise noire de la devanture de son futur restaurant sur roues.

Et alors que le porc mariné grille sur la poêle en fonte, faisant éclater jusqu'au loin les petites particules d'huile de sésame, on sonne à la porte. Occupé à griffonner une idée toute nouvelle, le Loup ne s'attarde pas à prendre la peine d'ouvrir.
De toutes façons, il n'attend qu'une personne.

« Ja? C'est toi? Si c'est toi, entre. Fais comme chez toi. Je comprend même pas pourquoi tu sonnes encore. »

Decrescendo, il finit par marmonner alors que son crayon roule entre ses dents furibondes. Les associations lui paraissent grossières, mais il note avec attention le moindre de ses éclairs de génie.
Et finalement, l'angoisse remue ses tripes déjà bien remplies d'un début de dégustation solo, alors que la porte s'ouvre. Et il se refuse à imaginer la suite, priant intérieurement Odin et autres barbus de grand Nord pour éviter la fureur du roi des farfadets. De la nourriture. Oui. L'offrande était la parade idéal. Enfin, il espère.
Que les Dieux le gardent.
Et lorsqu'il réalise finalement que la viande arrive à point, il s'empare de la feuille de chêne en inox, jurant contre le morceau de barbaque qui a brûlé sans son autorisation, sans prêter grande attention à son nouvel arrivant. Comme s'ils s'étaient vu il y a quelques jours encore.
Comme si le temps n'avait pas été si long.
Du moins, il ne l'avait pas été pour lui.



Revenir en haut Aller en bas
avatar')">
AGE : 22 AVATAR : ☽ Byun Baek Hyun ♡ POINTS : 2618

NOUS A REJOINT LE : 21/07/2016

MESSAGES : 10195

BITCH PLEASE, I'M YOUR PRESIDENT - MISTER NOËL 2016
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t103-han-ja-hajansky En ligne

Message  Sujet: Re: _ Juggernaut // JAJUDI #comeback     Sam 29 Juil - 5:25

juggernaut
JaxJulian
JA LE PRINCE DE
LA LUNE  & JULIAN
LE MANGE-SOLEIL

WE'RE BEAUTIFUL NOW
Il courait à s'en époumoner, courait à en sentir sa cage thoracique déflagrer d'une myriade d'étoiles. À cet instant hors du temps, plus rien ne comptait et plus rien ne semblait s'agiter, autour de lui ; seulement son propre cœur et ses jambes trop lancées pour s'arrêter, seulement lui et ses yeux ruisselant de libellules et de torrents intarissables, pour qu'il puisse encore voir la Terre tourner. Était-ce seulement vrai ? Rêvait-il encore, ou fuyait-il ses démons intérieurs en se persuadant d'un doux fantasme ? La sensation de plénitude sur laquelle il flottait l'étourdissait de mille et une fragrances, mais l'adrénaline douloureuse qui secouait son palpitant le faisait haleter, comme un gamin trop empressé de parvenir à son but final. Il avait l'impression de devenir sourd, alors que le bruit de la foule environnante bourdonnait follement dans ses oreilles, à la manière d'une litanie l'incitant à voler plutôt que courir. Les perles chaudes dévalant inévitablement ses joues l'aveuglaient bien malgré lui, et il ne lui semblait pas pouvoir contrôler les spasmes prenant d'assaut tout son corps, sa raison s'attelant déjà difficilement à mettre un pied devant l'autre.
Cependant, quelque part au milieu du tableau baigné de larmes qu'était son visage, la courbe de ses lèvres voulut se rehausser d'elle-même, presque machinalement.
Comme un sourire-soleil, au goût de comètes brûlantes.





Ça avait encore des allures de rêve incertain, pour lui. Des allures de rêve aux bordures floutées, aux tissus parfumés. Pourtant, plus il regardait avec insistance ses derniers messages, plus l'évidence qu'il n'osait pas accepter se dessinait, à ses yeux rayonnants de faisceaux chaleureux. À moins que ce ne soit son fantôme venu toquer à la porte de ses songes, il n'y avait personne d'autre que Julian, pour lui parler d'une telle manière, pour lui faire de telles promesses et pour l'appeler petit frère, sobriquet que personne d'autre n'utilisait mieux que lui. Un peu comme si rien n'avait jamais changé, en l'espace de plusieurs mois d'angoisse.
Et ça, tout ça, le Han ne le réalisait pas, son cœur cognant contre ses côtes, s'apprêtant ainsi à lâcher à tout moment. Sa main lactée glissée sur la poignée, elle, se faisait hésitante, à demi peureuse de lever le voile sur toutes ces précarités. Que ferait-il, s'il avait en fait tout inventé ? Si tout partait en réalité de son envie débordante de retrouver son frère de toujours, mais que rien de tout cela ne s'avérait réel ?
Peut-être bien qu'il ne se le pardonnerait pas.

Il se décida à sonner, parce que l'élan nécessaire lui manquait, pour franchir ne serait-ce que le seuil d'une misérable porte. Courir avait été un jeu d'enfant, perdre pied et souffle aussi ; mais le plus compliqué résidait dans le plus simple, pour le roi des lutins, prince de la lune et de ses étoiles, petit frère apprêté de tout son courage pour ne pas s'effondrer sur le sol à tout instant.

Et puis, de derrière la fine cloison, une voix. Une voix qui lui parut comme étant un mirage, tant elle se faisait aussi distincte que lointaine, aussi familière qu'inconnue et aussi présente que chimérique. Ja ne crut pas l'entendre directement, ni même capter les ondes ce timbre qu'il connaissait logiquement par cœur. Mais une force abstraite rehaussa ses traits et libéra une chaleur inexpliquée en lui, en parvenant enfin à discerner ces quelques mots si banals.
Ainsi, juste ainsi, le soubresaut qui le prit fut rapide, violent, car il ne lui en fallut pas plus que ça pour défoncer cette porte encombrante (comme il savait si bien le faire). Énergie lumineuse l’entraînant à se ruer à l'intérieur de cet appartement, les sens en alerte, les lèvres pincées et la mine peinturlurée de nébuleuses échauffées, il lui poussa soudainement des ailes quand il se mit à la recherche de son frère, de son meilleur ami, de son indestructible allié, de son loup préféré et de son mangeur d'astres attitré.

Et même si la nourriture faisait office d'onguent dans chaque circonstance, pour lui, pas même l'odeur de ce qui semblait être sur le feu suffit à le calmer, lorsque le prince s'effondra de tout son soûl contre celui qu'il n'avait pas rêvé, contre celui que, au delà de son cœur, son âme avait tant de fois appelé. Il ne savait pas s'il pleurait, ni même ce qu'il lui arrivait ; mais il n'ignorait pas que ses yeux riaient, que ses petites lèvres se retroussaient et se fixaient en un sourire d'enfant, intense bonheur de retrouver Julian pétillant dans ses orbes emplies d'amour, jaillissant d'un sentiment fraternel qui ne l'avait pas traversé depuis un certain temps. Koala pur et sincère, il s'accrochait sans se formaliser à celui qui venait subitement de rendre sa vie plus légère, ses joues rehaussées dans une satisfaction enivrante à l'idée de le savoir sain et sauf, à l'idée de le savoir de retour. « Ne m'abandonne plus, s'il te plaît. C'est dur. C'est trop dur, sans toi. Julian. Julian... »   



◊◊◊


@Han Soo Yun a écrit:
J'savais qu'on allait la sortir et j'aurais du parier sur toi, le roi des vannes pourries.

RS des enfers © Only One Bro:
 
Revenir en haut Aller en bas
')">
Invité
Invité

Message  Sujet: Re: _ Juggernaut // JAJUDI #comeback     Mar 1 Aoû - 1:20

juggernaut
JaxJulian
JA LE PRINCE DE
LA LUNE  & JULIAN
LE MANGE-SOLEIL
Le temps se fige, un instant seulement. La palpitante chaleur de l'été devient gel lorsqu'on passe le pas de la porte; lorsque cette dernière claque contre le cadre, annonçant l'arrivée de la seule étoile qui hantait encore le sombre Ciel du Loup.
Intimidante rencontre pour Julian qui n'avait pourtant jamais rien craint, même à travers le cœur du Crépuscule, là où les Dieux dorment. Son sang ne fait qu'un tour alors que les premiers pas qui retentissent dans la cuisine ne s'accompagnent d'aucun tressaut de joie, ni du tintement limpide de la malicieuse voix de celui qu'il sait pourtant à quelque battements de cil.

Il reste pourtant là, figé comme le givre du déclin du jour.
Il est loin, le régent du Cosmos et de ses étoiles pour danseuses, celui qui mange les astres comme on gobe du pop-corn. Accablé d'une petitesse presque aussi pathétique que le morceau de barbaque qui continue de noircir sur la poêle, la respiration courte et le front suintant d'un milliard de gouttes d'effroi, le blême dévoreur ravale sa salive une dernière fois.
Pourvu que ce sinistre mutisme ne soit que le prélude de folles retrouvailles; pourvu que Ja ne lui en veuille pas.
Il n'y a qu'un pas pour le savoir.

Elle est proche, la proie du Loup.
Et si loin à la fois.

Et lorsque l'animal au cœur noué décide finalement de se retourner, affrontant avec une ferveur aussi rutilante que le Ciel étoilé le destin qu'il avait cherché à éviter, c'est dans un soupir de surprise qu'il réceptionne le petit corps du gringalet, celui-là même qui n'avait à aucun moment hésité à se jeter sur lui.

Le légendaire temps de réaction du Loup ne joue pas en sa faveur, et il est bien trop grand pour apercevoir les lippes du petit frère. Ses joues tâchées d'étoiles qu'il ne voit pourtant pas laissent glisser entre les fibres de son vêtement quelques larmes absolues, tièdes comme la pluie d'été. Il pleure.
Ses petits doigts trop fins pour appartenir à qui que ce soit d'autre s'accrochent dans une étreinte dénuée de réserve et grimée d'un sentiment dont il n'y avait jamais eu de mot, dont il n'y avait jamais eu de geste.

Son visage trop pâlichon se farde d'un semblant d'humilité, pas tellement plus affectueux que six mois auparavant. Il réalise pourtant avec un émoi tout amer le poids du temps. Égoïste.

« N'aies crainte, petit prince. Le Soleil se lève toujours. »

Sa voix est calme, un peu trop tranquille même.
Le Loup pudique au timbre brouillé ravale difficilement l'ombre de sa mélancolie tandis que le parfum enivrant du frère lui brouille les sens. Les notes paprika s'ajoutent à la douce senteur des joncs de citronnelle, et les perles d'hydromel  qui s'échappent d'entre ses cils n'en demandent pas davantage à Julian pour le repousser finalement et attraper son visage entre ses griffes.
Ses pouces se frottent nonchalamment sur les pommettes du petit Prince, effaçant avec langueur l'eau-de-vie qui dégouline de ses orbites, et un sourire décomplexé s'esquisse enfin sur le visage de la grande perche. Et ses yeux s'illuminent de glorieuses novas, comme avant, lorsqu'ils croisent enfin ces traits qui lui paraissent soudainement si lointains.
Était-ce vraiment il y a six mois de cela?

Grimés d'une motivation toute neuve, ses orbes de jais brillent comme des petits feux d'Elme lorsqu'une idée toute saugrenue traverse ses tempes coiffées à la hâte.
Trop solennel, pour le Loup. Ce flot de souvenirs trop beaux lui donnent la nausée et l'attrait d'un futur aux exploits mille fois plus rutilent l'anime d'une énergie plus vivace encore, plus étincelante que l'or du Rhin. Et si aucune vierge guerrière ne lui a tapé dans l’œil pour joindre les immenses tablées du Valhalla, là où la nourriture coule pourtant à flot, le monde vaut encore au moins quelques sotteries. Et si la chute mortelle n'arrête pas le Managarm, qui pourrait bien y prétendre?
Alors, sans réfléchir, il resserre son étreinte sur les lippes rosées du plus jeune, et ses lèvres décorées d'un sourire plus inquiétant que farceur se fondent sur les siennes.

Le mange-Soleil a retrouvé son astre.
Et advienne que pourra.




DESOLE TROP TENTANT #plottwist




Revenir en haut Aller en bas
avatar')">
AGE : 22 AVATAR : ☽ Byun Baek Hyun ♡ POINTS : 2618

NOUS A REJOINT LE : 21/07/2016

MESSAGES : 10195

BITCH PLEASE, I'M YOUR PRESIDENT - MISTER NOËL 2016
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t103-han-ja-hajansky En ligne

Message  Sujet: Re: _ Juggernaut // JAJUDI #comeback     Dim 13 Aoû - 16:09

juggernaut
JaxJulian
JA LE PRINCE DE
LA LUNE  & JULIAN
LE MANGE-SOLEIL

WE'RE BEAUTIFUL NOW
Et il lui semblait qu'il ne parvenait plus à respirer correctement, maintenant qu'il se laissait absorber par la spirale de ses propres émois : trou noir supermassif dérobant si soudainement les mille et unes étoiles de son cœur, à peine le seuil d'une vulgaire porte franchi trop farouchement. Là, fermement attaché à la deuxième moitié de son âme tant ressassée, Ja se sentait aussi bien mourir que renaître. Les sanglots qu'il tentait vainement d'étouffer lui obstruaient la gorge et faisaient couler ses yeux ombrés de khôl, et le monde qui l'entourait lui parut alors bien fade, lorsqu'il n'y eut que son second pour briller plus que de raison. À l'intérieur de sa poitrine, la lutte que menait son palpitant ne laissait entrevoir qu'un désir insouciant de combattre son chagrin, son émotion et ses pensées saccadées, condensé intense qui affluait en lui à la vitesse de la lumière. Un brasier dévorant, qui ne l'abaissait en fait qu'au rang d'esclave ; esclave de son instinct pétillant de bonheur, – esclave de ses sens brûlants de nostalgie.

Et c'était une lutte paradoxale, au fond, mais bel et bien rédemptrice. Celle de s'efforcer de balayer les soubresauts qui le prenaient de court, et également de déverser toute la peine et toute la joie que son cœur d’artichaut laissait écumer, comme le reflet salvateur d'un souvenir indestructible. Le souvenir qu'il conserverait toujours et sans relâche avec lui, quoi qu'il puisse arriver. Le souvenir qui avait su le guider même dans ses heures les plus sombres, jours dénués de clarté, lorsque les étoiles avaient subitement cessé d'illuminer son chemin tapissé d'efforts et de pas par la suite plus incertains.

Tout bonnement et simplement, le souvenir de Julian, oui. Son Julian. Celui qui ne périrait pas, jamais. Celui qu'il s'était promis de n'abandonner pour rien au monde, peu importe les épreuves auxquelles il devrait être confronté, peu importe si les astres se dispersaient et lui imposaient ainsi un monde bien plus ténébreux. Avec un tel souvenir, il viendrait à bout de tout, parce qu'il croyait en lui et avait toujours cru en Julian.
Juggernaut.

Et sous l'impulsion subitement plus frénétique de son cœur, il ne chercha plus à retenir ses larmes. Il n'en avais plus la force. Car Ja refusait de croire à un quelconque rêve, désormais. Cette voix qui lui parvenait comme un écho lointain, pourtant perceptible et sans doute un peu trop solennelle. Cette fragrance si distinctive qu'il reconnaîtrait entre mille, et cette chaleur humaine qui l'enveloppait agréablement et l'éveillait à lui-même, l'ouvrant à un contact qu'il pensait avoir définitivement oublié avec le temps. Mais comment oublier ? Était-ce seulement possible ? Inconsciemment, ce fut dans l'esquisse de son sourire imprégné de larmes que le Han se questionna, ses yeux plissés en demi-lune mués en citerne où l'on y boirait la Voie Lactée.

Ses petites mains fines serraient désespérément le tissu de sa chemise sombre, comme un point d'ancrage avec la réalité ; réalité aussi dure que douce qui le frappait de plein fouet, sans même qu'il n'ait envisagé la moindre préparation psychologique. Les jointures de ses doigts devenues blanches tant il s'étreignait à s'enivrer de son ami, le garçon-étoile ne réalisa pas tout de suite ce qui lui arrivait, lorsqu'il sentit les griffes du loup prendre en coupe son visage juvénile, d'ordinaire radieux. Dorénavant, ce n'était plus que le portrait négligé d'un visage ravagé par les larmes, donnant lieu à une vision aussi rare qu'inédite, lui qui ne pleurait habituellement jamais. Lui qui préférait s'éclipser afin de mieux s'abandonner au malheur passager, et par conséquent ne pas inquiéter ses connaissances, le cercle peu intime de son entourage.  

Mais aujourd'hui, c'était plus fort que lui. Il ne pouvait pas se retenir. Pas lorsqu'il avait droit au regard si complice et si poignant de son meilleur ami, un échange l'incitant d'ailleurs à pleurer davantage, ses larmes chaudes et éthérées savamment interceptées par la bienveillance du plus grand. Ja se laissa faire, muet, incapable de s'exprimer autrement que sous la forme de gémissements inarticulés. Les pouces bienfaisants du Norvégien passèrent langoureusement sur ses pommettes, retraçant les petites étoiles incrustées dans son épiderme, et le Starchild sourit à n'en plus sentir son âme chatoyer, béat dans son chagrin le plus libérateur. Il n'y croyait pas, non.
Ou plutôt, il y croyait trop fort, pour que ça lui paraisse réel. Pour que ça ait un tel goût d'aubaine et d'enchantement.

Petit à petit, à mesure que l'on séchait gentiment ses larmes pour lui, le Han perçut les battements de son palpitant devenir plus réguliers, moins déraisonnés. Le sourire suave et presque pincé qui dévora son visage, lui-même ignorait d'où il venait ; mais, quelque part, il sut qu'il n'avait guère besoin de mots, pour justifier cette réaction aussi atypique que spontanée de sa part.
Il avait besoin de souffler. De respirer. De s'asseoir, peut-être, et de manger quelque chose de revigorant. Redevenir serein et s'habituer à cette nouvelle tangibilité lui paraissait être un très bon plan, à cet instant.

Mais en premier temps, souffler. Prendre une grande bouffée d'air, – une immense, même –, inspirer, et...
Quoi ?
Dieux tout puissant, faites qu'il rêvait. Faites que tout cela n'eut été en réalité qu'une chimère, un stupide cauchemar ou une idée farfelue tout droit sortie de son esprit de génie, pour qu'elle soit aussi saugrenue et mal pensée que ça. Juste, FAITES. QU'IL. SE. TROMPE.

« ????? » Discorde totale. Tragédie accrue et drama quadruplé, aggravé. Est-ce que Julian était réellement en train de l'embrasser ? Est-ce que... Est-ce que Julian avait profité de sa détresse pour introduire une tentative de viol sur lui ? Vraiment ? Vraiment, avait-il été lobotomisé durant son long séjour à l'hôpital ? Par pitié, pas encore.

Les sens en alerte, le cerveau magnétisé par une décharge foudroyante d'adrénaline, le fameux petit prince se débattit dans tous les sens en prenant conscience de l'horrible tournure des événements, hurlant tant bien que mal contre les commissures voraces du loup. La proie. C'était lui, la proie. Et Julian allait définitivement payer pour ça, – retour ou non, cœur en lambeaux et appauvri par l'émotion ou pas. S'extirpant du baiser dans une high note aussi outrée qu'apeurée, Ja s'éloigna le plus possible de l'impitoyable mange-astre, le pointant du doigt de ses yeux écarquillés et traversés par le choc inimaginable qu'il venait de provoquer. « Pas encore, tu m'entends ?! PAS ENCORE. Je vous hais tous autant que vous êtes, bande de tarlouzes ! Vous méritez d'aller brûler dans les flammes de Beerus ! Laissez ma bouche tranquille ! Laissez ma fierté d'hétéro EN PAIX ! » Imaginez un instant, la GÊNE actuellement ressentie. Embrasser un POTE qui se revendiquait clairement être HOMO. Prenez ça comme vous le désirez, mais Ja, lui, se contenterait de ne pas le prendre tout court. Jamais.

Se jetant sur son ami dans un hurlement aussi barbare que puppy-esque (aka, j'aboie plus que je ne mords), ses petits sourcils froncés et son cri de guerre tribal accompagnèrent la morsure qu'il vint lui infliger au bras, de ses incisives inoffensives et prêtes à en découdre. « Fprends cha ! Ftu me provoques à peine affivé ? Fffais pas le malin Chulian, grrrr !! » Le pinçant ici-et-là sans vergogne, le châtiment du Han fut bercé par ses rires euphoriques et son sourire resplendissant, l'esquisse malicieuse et la nargue si chaleureuse qui soulignaient si souvent ses actions revenant d'ores et déjà au pas de course. « T'as pas de cœur ! Tu m'abandonnes et tu oses m'embrasser, genre ? Sans me demander la permission ? Comme ça, comme à la fête du village ? » Le ton faussement indigné, il poussa une exclamation instinctive, sa main venant aussitôt asséner une claquer punitive sur le postérieur de son ami tant regretté. « C'est réellement tout ce que tu mérites. Pour la peine, fais-toi pardonner de ça et de ton absence digne de Han Solo, j'ai trop faim et aussi trop de choses à te dire, Juju ! »



◊◊◊


@Han Soo Yun a écrit:
J'savais qu'on allait la sortir et j'aurais du parier sur toi, le roi des vannes pourries.

RS des enfers © Only One Bro:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message  Sujet: Re: _ Juggernaut // JAJUDI #comeback     

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
_ Juggernaut // JAJUDI #comeback
 Sujets similaires
-
» CASUS BELLI ! Le retour du come-back de la resurection...
» armée de khorne a vendre en entier ou en morceau ou echanger
» Come Back DÉCOMPTE
» [Stinger's Story n°3] Stinger's comeback and DDP's partner
» TVÉmeraudeRPG Comeback


 ::  :: Hongdae :: Résidences
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: