▲ up▼ down
sometimes you have to be a bitch to get things done ft soo yun



 
HEP POTO, tu veux devenir un king de la roulette ? No prob, viens jouer à la Roulette juste ici !
TOO KOOL FOR SKOOL ♡ 26ème maj qui scintille dans nos coeurs comme la mer d'automne
CLIC ICI pour faire péter les news de la rentrée ♥️
Splash dans ta face, tu connais le jeu ? Cours vite te fendre la poire SUR UNE MÉGA BATAILLE D'EAU ♥️
ALLONS-Y ALONZO POUR MISS ET MISTER PLAYA 2018 ! Par ici la bleusaille !


Partagez | 
avatar
Invité
Invité

Message  Sujet: sometimes you have to be a bitch to get things done ft soo yun     Mer 3 Mai - 15:22

Sometimes you have to be a bitch to get things done
feat. han soo yun, the evil twin
Mettre Sawa dehors de son garage n’avait pas été une mince affaire. En toute honnêteté il ne comprenait toujours pas pourquoi elle squattait autant chez lui alors qu’elle avait une maison, sa chambre et tout ce qui lui permettre d’éviter de dormir sur son canapé. Car clairement la jeune femme folle à lier n’avait pas accès à sa chambre, et s’était vu réquisitionner le canapé qui avait vu des jours meilleurs. Mais oui la mettre dehors lui avait pris une heure de sa vie, à l’écouter parler de sa vie, lui rappeler quels cours il avait le lendemain, même lui proposer de mettre des filles dans son lit, ou encore de parler de sa prochaine course de voitures. Il lui avait fallu une heure avant qu’il ne pète un plomb et finisse par la trainer dans le garage jusqu’à la porte sous ses rires, parce que ça la faisait rire bien sûr, et qu’il ne rabaisse le rideau de fer du Tir Na N’Og annonçant qu’il était occupé ce soir, qu’elle croit ce qu’il arrange, clairement il n’en avait rien à faire. Puis il savait bien qu’elle serait là le lendemain matin dans sa cuisine à lui préparer son café, sans qu’il ne comprenne vraiment comme elle faisait vu qu’elle n’avait pas ses clefs en principe. En principe oui.

Mais il avait besoin de calme en vrai. Retournant vers la partie habitable de son garage, refermant la porte derrière lui, non sans avoir éteint toutes les lumières de celui-ci, il sortit son ordinateur de sous le canapé pour faire ce qu’il devait faire depuis le matin ou presque. Et il n’avait pas vraiment envie que Sawa soit dans ses pattes. Elle savait déjà qu’il était un enfoiré fini avec les femmes, pas besoin qu’elle le considère comme un fils de pute non plus. Parce que le mail qu’il était en train d’envoyer à la direction de l’université, c’était tout sauf quelque chose de sympathique. Non loin de là. Sous couvert d’anonymat avec une adresse publique, il envoyait non seulement des photos d’une des professeurs de la fac dans une position plus que compromettante avec lui, entendez ici la femme entre ses jambes et pas que, mais également une vidéo où on pouvait entendre la jeune femme plus qu’éméchée clamer son amour pour les petits jeunes. Dérangeant vraiment. Et ce fut pourtant avec un sourire satisfait qu’Ah Ren envoya le mail refermant l’ordinateur juste après, avant d’attraper son téléphone dans la poche arrière de son jean, celui qu’il mettait quand il bricolait et qui clairement ne tenait plus que sur ses hanches grâce à la partie de haute de celui-ci.

« done. » C’était le premier message qu’il avait envoyé, suivi de quelques photos de son cru dans les messages suivants avant de jeter le téléphone sur son lit pour prendre une douche bien méritée. Parce que clairement si le simple fait de détruire la vie d’une femme ne le dérangeait pas outre mesure, cette fois-ci, ce n’était pas lui qui avait choisi la cible. C’était Soo Yun, son double maléfique comme il se plaisait à l’appeler, ayant du mal à supporter le fait qu’elle soit une femme, et le respect qu’elle lui inspirait. Mais oui c’était Han Soo Yun la présidente des Firestone, celle qui formait avec lui ce beau duo d’enfoirés qu’ils étaient. Et il ne savait pas ce que cette prof remplaçante avait pu faire à Soo Yun, si elle l’avait pris en grippe et que l’étudiante lui rendait, ou si tout simplement la jeune femme ne l’aimait pas, mais sous couvert de leurs défis, elle lui avait clairement demandé de détruire cette femme, sa réputation en envoyant notamment des photos d’elle compromettante à la directrice de l’université. Et franchement ce genre de pari, Ren il adorait. Vraiment. Il n’avait clairement pas pu refuser ça, et avait même été déçu de voir à quel point c’était facile au final. Il aimait les challenges lui, pas les femmes qui lui tombaient dans ses bras et le confortait dans l’idée que toutes les femmes étaient des trainées.

Ressortant de la douche déjà plus frais de cette journée de travail, il eut un sourire digne d’un requin en voyant que la belle lui avait répondu, lui ordonnant de la retrouver au Code Bar ; ça sentait les nouveaux défis tout ça, aussi bien de son côté que de celui de la jeune femme. Répondant un « omw » alors qu’il n’était clairement pas en route, il enfila un vieux jean noir qu’il avait dégoté dans son armoire et passa son perfecto en cuir sur ses épaules, ébouriffant simplement ses cheveux encore humide de la douche. L’avantage quand on s’appelait Ah Ren c’était d’être beau en toute circonstance. Ses bottes de combat au pied, il était déjà au volant d’un de ses bébés, une superbe Lamborghini noir mat dont le moteur ronronnait comme un félin heureux. Et il fut bien vite sur le campus, garant sa beauté devant le bar, et rentrant sans problème dans le bar pour se diriger vers la salle privée où l’attendait sans doute déjà Soo Yun.

« Satisfaite Yun-yun~ ? » demanda-t-il d’ailleurs à la jeune femme, s'appuyant contre l'encadrement de la porte, son sourire goguenard aux lèvres, heureux d’avoir su relever le défi avec autant de facilité. Il ne lui avait fallu que trois jours en soit. Trois ridicules jours pour détruire une personne.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
AVATAR : Park Hyo Min POINTS : 1064

NOUS A REJOINT LE : 25/07/2016

MESSAGES : 7740

☢ BURNING AMBITION - MISS NOËL 2016
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t4728-h-a-n-s-o-o-y-u-n-hquinn

Message  Sujet: Re: sometimes you have to be a bitch to get things done ft soo yun     Jeu 14 Sep - 1:08

Sometimes you have to be a bitch to get things done
feat. bakh ah ren, the evil twin
Ce n'est pas que Soo Yun déteste les personnes.
Pas qu'elle méprise les autres.
Ni qu'elle surestime son entourage.

C'est plus compliqué que ça, avec elle. C'est étrange, elle semble juste méchante, juste garce, juste peste, juste cruelle. Si seulement il savait ; vous qui la trouvez si horrible, si destructrice. Vous ne pouvez imaginer les véritables dégâts en elle. Elle n'est pas malheureuse, n'a pas vécu de drame horrible comme on les voit dans un film, parfois même couvée – contre toute attente. Seulement, Soo Yun est naturellement différente, dans sa façon d'agir, de réagir, de réfléchir, de voir le monde. Rien à voir avec la méchanceté, c'est simplement une fonctionnalité qui vous ne pourrez jamais contrôler, jamais assimiler.

Aucune excuse pour son comportement, attention.
Elle ne cherche ni la compréhension, ni la pitié.
Ni même qu'on approuve sa vision.

Du moment qu'on essaye pas de changer la sienne, qu'on suive ce qu'elle dit sans poser de question. Et qu'on subisse sans pleurer comme une petite fille. La danseuse, ne déteste personne, mais n'aime personne.

Pas parce qu'ils l'énervent ou parce qu'ils ont un caractère en contradiction avec elle, juste parce qu'elle n'a pas besoin d'aimer pour vivre, pour évoluer et car elle a toujours vécu avec un tableau de l'amour négatif. Elle a vu sa mère devenir folle, enfermée à vie. Elle a vu des femmes soumises, sans vie. Elle a vu des hommes fiers et arrogants, devenir des coquilles vides. Elle a vu des enfants heureux, prétentieux.
Elle a tellement vu,
Tout ce qu'elle n'a jamais eu.

Que toute sa perception en a été chamboulée, que l'envie a été changé en haine.
Que son caractère a interprété chacune mauvaise pensée comme une action positive à faire ; afin de soulager sa conscience ou tout son être en entier.

Trop compliqué.
Trop emmêlé.
Trop envenimé.

Mais du coup, Soo Yun c'est le genre de personne qui peut en vouloir à quelqu'un d'heureux, c'est le style de fille qui éteint toute lumière chez les autres ; comme avec cette prof. Nouvelle, agréable, sympa, appréciée. Vraiment rien à redire, souriante, gentille, attentive. La danseuse a tout de suite ressenti ce besoin de la faire pleurer, de la voir hurler, tomber de son trône, obscurcir son radieux visage. Que son ombre enveloppe tout son être. En vérité, Soo Yun trouve les gens tellement plus beaux, quand ils souffrent.

C'est bien de le faire, elle aide. Mais c'est parfois plus amusant quand elle n'est pas seule et ça, elle l'a découvert quand elle a rencontré Ren.
Séducteur et enfoiré, mauvais jusqu'à la moelle. Comme elle, mais en moins complexe peut-être.
Alors c'est normal qu'elle lui demande ces défis, détruire ces vies, elle s'en extasie parfois, de pouvoir observer sans bouger. Pour une fois. Comme si elle allait au cinéma. Une séance privée, rien que pour elle.

Ce message est la fin d'une mission, le the end de sa séance et un sourire s'abat sur son visage quand elle lui demande de le rejoindre au code Bar. Déjà présente sur les lieux – comme d'habitude. La boite étant son refuge, sa troisième maison, son lieu de travail. Danseuse, serveuse ou simple cliente. Soo Yun demande une bouteille de rouge au barman, adoratrice du liquide et sort les clés de son poche, direction l'étage, la brune s'installe dans la salle, se sert un verre et vérifie le travail de son collègue, de son partenaire. Ayant accès à la messagerie de sa tante, elle se ravie de son efficacité, mais regrette presque la simplicité de ce défi. Elle aurait du se douter que la femme ne résisterait pas longtemps. Voir, pas du tout en fait.

Chose qu'elle ne tardera pas à lui indiquer, tandis qu'il ouvre la porte et s’appuie contre. « Je t'imaginais plus... violent au lit. » Bien sur qu'elle l'ait, et il le sait, mais Soo Yun y va toujours de sa petite remarque. « Très jolies photos. » et tandis qu'elle remet l'email en non lu, la présidente attrape son verre, trempe ses lèvres.
Elle l'invite à entrer du regard et fini par soupirer « mais quelle facilité, à l'époque les femmes avaient plus d'honneur et de principes. » une professeur n'aurait jamais entrepris de relation sexuelle avec un étudiant.



◊◊◊



MA SARAH DE MA VIE a écrit:
JE SUIS DANS TA VIE, JE SUIS DANS TES DRAPS

MON JANOUILLE a écrit:
ON A TOUS LES DROITS
SURTOUT CELUI D'AIMER SY

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

Message  Sujet: Re: sometimes you have to be a bitch to get things done ft soo yun     Sam 28 Oct - 11:23

Sometimes you have to be a bitch to get things done
feat. han soo yun, the evil twin
Yun Yun, le surnom glissait presque indécemment sur les lèvres d’Ah Ren tandis qu’il était appuyé contre la porte. Et son regard coulait sans pudeur, sans honte sur les courbes de la jeune femme. Elle n’avait pas oublié d’être belle la présidente des Firestone. Bonne aussi dans un vocabulaire un peu moins châtié. Vraiment sur le plan physique il n’y avait rien à redire sur la jeune femme. Absolument rien. Ses courbes étaient divines, ses jambes à se damner, son visage digne des beautés des plus grands peintres. Sur le caractère par contre … Il y avait tellement à redire sur le caractère. Un amour pour ses proches, pour les Firestone, pour le reste du monde elle était diabolique surtout quand on n’allait pas dans son sens. Elle était clairement une enfoirée, dans son genre, oui. Elle était de la même trempe d’Ahren, de juste vouloir voir les autres aller mal, être détruit, de préférence à cause d’eux. Elle était de la même trempe, du même type. Et s’ils auraient pu se déchirer, se détruire, ils avaient décidé de faire mieux. Deux divinités du chaos ensemble. Ils s’étaient associés. Plus facile. Plus intéressant. Ou comment détruire des vies, des gens, des réputations, pour un geste déplacé, un mot de trop, voir même une respiration trop forte.

Et c’était peut-être ce qu’il s’était passé avec cette professeure. La tête de celle-ci n’était pas revenue à Soo Yun, elle avait respiré trop fort, ou tout simplement elle existait. Et Soo Yun avait décidé qu’elle voulait la détruire. Les raisons importaient peu à Ahren. Vraiment tout ça lui importait peu. C’était juste un jeu pour lui. Enfoiré de première, Bel enfoiré même il s’était amusé. Amusé à la voir s’énamourer de lui, amusé à la voir rejeter son dernier compagnon en date pensant pouvoir avoir ses chances avec lui. Il s’était délecté de la voir si soumise, si stupide, avait profité d’une bonne nuit, le piège tendu, ses griffes déjà sur la gorge pâle de la jeune femme. Et tout était trop tard. Ruinée. Il l’avait ruinée. Sa carrière était un fiasco, coucher avec un étudiant quel scandale, plus encore quand elle clamait qu’elle préférait les petits jeunes. Ruinée psychologiquement aussi. A pleurer à sa porte pour avoir de nouveau les honneurs d’être dans son lit, dans sa vie. Mais elle n’avait eu qu’un rire froid en réponse et porte close. Il avait joué, tout était fini et demain, oh demain, elle serait en rage cette jolie professeure, le visage ravagé par la réalisation, la compréhension horrible. Mais surtout par le désespoir. Le désespoir de ne pouvoir rien faire sans se détruire un peu plus. Et en face c’était Ah Ren. Bon étudiant. Apprécié. Populaire. En face c’était le diable, un sourire torve et une étincelle maligne dans les yeux. Elle ne pouvait plus rien. Et il voulait voir ça. La désolation, son air abattu, détruit. Il voulait voir l’échec au roi, même si la couronne de la professeure était factice face aux leurs.

« Je t'imaginais plus... violent au lit.
- Je peux être ce que je veux dans un lit Yun, je sais aussi laisser la gloire à mes partenaires.
Léger rire, il parlait de gloire, son regard glissant sur l’ordinateur où se trouvaient les photos. Photos où son visage n’était jamais dévoilé. Il était artiste. Pas modèle. Chacun sa lumière.
- Très jolies photos.
- Tu vois ? Le sujet est parfait, auréolé de cette gloire entre mes jambes. »
Rictus, il se détacha de la porte avant de venir prendre place aux côtés de Soo Yun, non sans une bouteille et un verre. Toujours se servir, toujours être servi par soi-même. C’était une loi que les deux connaissaient bien, et appliquaient tellement souvent.

« Mais quelle facilité, à l'époque les femmes avaient plus d'honneur et de principes.
- Je ne sais de quelle époque tu parles Yun. Il faudra t’y faire. Les femmes sont des catins et les hommes des pervers. On les marie sous un voile rose criard qui porte le nom amour et ils ne pourront échapper à leur destin. Prostitué moderne et maquereau vénal. »
On l’oubliait souvent. A quel point Ah Ren était intelligent. Bien plus que la moyenne, un QI bien au delà de la normalité réconfortante. Et on oubliait souvent cette lucidité bien caché sous son je-m’en-foutisme, bien caché sous son irrespect qu’il agitait en drapeau sous le nez des autres. Misogyne sans aucun doute. Mais s’il détestait les femmes avec passion, même les hommes peinaient à avoir son respect.  « A la chute d’une idiote. » Et son verre levée il trinquait avec Soo Yun, alter ego maléfique. Soo Yun, alter ego enchanteur qu’il ne faisait pas bon d’offenser.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
AVATAR : Park Hyo Min POINTS : 1064

NOUS A REJOINT LE : 25/07/2016

MESSAGES : 7740

☢ BURNING AMBITION - MISS NOËL 2016
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hundred-miles.com/t4728-h-a-n-s-o-o-y-u-n-hquinn

Message  Sujet: Re: sometimes you have to be a bitch to get things done ft soo yun     Mar 21 Nov - 14:19

Sometimes you have to be a bitch to get things done
feat. bakh ah ren, the evil twin
Il existe tellement de mensonges et tout autant de vérité ((quand bien celles-ci se fassent plus discrètes)). Des vérités moins exposées ou très bien dissimulées par le mensonge d'autrui ; et l'une d'elle résidait en eux. Il y avait bien plus terrifiant que toutes ces légendes sur les démons. Il était là eux, Ah Ren et Soo Yun. Si la présidente semblait être la personnification de vos cauchemars, son ésotérisme était différent avec lui. Si le jeu commençait avec cette partie d'elle qui refusait la beauté du monde, elle terminait avec l'amusement que lui gratifiait les échanges avec le garçon.

Et il était bon d'être acceptée. Du moins, qu'on ne blâme pas, pour une fois, son caractère, la façon dont elle a été élevée, la manière dont elle vit. Soo Yun enfant solitaire. Gamine au monde parallèle. Ah Ren ne la questionnait pas, ne tentait pas de la changer. Il suivait son mode vie, avait presque le même. Les mêmes désirs. Et c'est ce qui lui permettait de l'avoir en alliée, non pas en ennemie. Il l'intéressait tellement plus en acolyte. Parce qu'elle savait que certaines parties pouvaient être plus intéressantes à deux. Que les dégâts pouvaient être plus agréables quand on les réalisait pour elle. C'était comme aimer cuisiner, mais apprécier le repas préparé par un proche ou un grand chef étoilé.

Pour le coup, la cerise sur le gâteau avait été très bien. Bien ronde, bien lisse, bien rouge. Sanglante. Brutale, ce n'était pas le fruit sucré, mais la destruction acidulée. Celle que Soo Yun aimait autant qu'un enfant aime une sucette. Si elle profitait de l'oeuvre d'art face à elle ; elle écoutait également avec toute l'attention du monde les paroles qui sortaient de la bouche du blond. « Tant que cette gloire reste contrôlée. » elle était d'accord avec lui, mais il fallait rester le maître tout au long de la partie. Une gloire offerte devait être reprise aussi facilité qu'elle aurait été donné. Laisser la possibilité d'avoir la main à ses adversaires pour être incapable de la récupérer était la pire humiliation possible. Ah Ren perdrait tant d'estime auprès d'elle s'il ratait la passation éphémère du pouvoir. « Ne te jette pas tant de fleur, le sujet était surtout relativement facile. » La gloire était là oui, et elle faisait plaisir à Soo, mais la demoiselle avait toujours été avare en compliments. Ah Ren n'avait pas non plus besoin qu'elle le flatte.

Pourtant le reste de la conversation semblait laisser la présidente perplexe. Elle ne comprenait pas pou qu'elle raison elle devrait s'y faire. Comme si c'était nécessaire. Le monde, actuel ou passé, n'était pas dans le centre d'intérêt de la danseuse. C'était purement une perte de temps. « Je n'apprécie pas le mot destin. » il sonnait affreusement faux à ses oreilles, comme s'il l'agressait. « Les rôles ne sont plus aussi bien délimités, j'ai vu tellement d'homme revêtir le rôle de catin. Ne reste pas aussi limiter, tu pourrais être déçu, il y a de plus en plus de chiens parmi vos rangs. » prostituée et catin, premiers termes féminins qui acceptent l'égalité des sexes.

« Une lumière éteinte. » Soo Yun rêvant d’obscurité trinqua avec son partenaire. Le vin étant saupoudré d'un délice supplémentaire. Elle dégusta la liqueur avec la satisfaction que lui avait apporter Ah Ren. « C'est à mon tour de jouer. » Impatiente, Soo Yun voulait les larmes et la fureur d'un interlocuteur. Et elle comptait sur Ren pour lui apporter la distraction parfaite.
« Sauf si tu veux qu'on continue de nous amuser avec notre chère amie. » On pouvait détruire quelqu'un et s'arrêter là. Mais la présidente était excessive dans son besoin d'anéantir. Et elle l'avait démontrer à de nombreuses occasions par le passé.



◊◊◊



MA SARAH DE MA VIE a écrit:
JE SUIS DANS TA VIE, JE SUIS DANS TES DRAPS

MON JANOUILLE a écrit:
ON A TOUS LES DROITS
SURTOUT CELUI D'AIMER SY

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message  Sujet: Re: sometimes you have to be a bitch to get things done ft soo yun     

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
sometimes you have to be a bitch to get things done ft soo yun
 Sujets similaires
-
» Help seems to always come late when it comes at all. We are in deep trouble
» Le Patronat Haitien aux Travailleurs “C’est à Prendre ou à Laisser”
» Gazette de Dissendium
» Hallie Halloway | Fiche Achevée
» What the first Black President of the United States should know about Haiti


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: